Life is but a journey, an ephemeral and fragile one. Now it simply became bloody as well...
Jericho est de retour, et ses sbires ont remis en marche l’entreprise d’esclavagisme qu’ils semblaient avoir mis en veilleuse depuis quelques mois. N’importe quel survivant est une cible potentielle pour le regroupement de pillards et Dieu seul sait ce qui arrive alors aux pauvres âmes qui en sont les victimes… Le seul espoir des survivants de la ville s’incarne dans le maître d’orchestre de la seule victoire que les rescapés de Salem ont arraché à Jericho, Azad Kamrane. C’est-à-dire, l’homme derrière la chute de la Marion et qui a dans le même temps remis en liberté les esclaves que les Raiders avaient si durement rassemblés à l’intérieur des murs de la prison. L’Iranien a poursuivi les préparations de la lutte à venir, mais au-delà des questions concrètes qu’il lui faut considérer, plusieurs interrogations restent sans réponse. Qui sont-ils réellement? Que veulent-ils? Où sont-ils? Que font-ils de leurs victimes? Combien de personnes suivent Jericho? Autant d’inquiétudes auxquelles le leader des Offsprings devra très rapidement trouver des réponses…
CharteContexteFonctionnalitésBazarEspace PersonnelScénarios
A savoir
# Un event important est actuellement en cours ! N'hésitez pas à suivre son déroulement ici → An unreachable, yet invaluable prize...
#
Contexte
De l'humanité il ne reste presque plus rien. Derniers survivants face à la menace zombie, vous avez combattu la peur, la maladie et la misère. Six années se sont écoulées, combien de jours tiendrez-vous encore ? Nous sommes en 2017 et le monde a été plongé dans le chaos suite à une catastrophe biologique. Que vous veniez de Central City ou de contrées plus éloignées, votre course effrénée pour la survie vous a mené jusqu'à Salem, dans l'Oregon. L’accalmie qui régnait dans les derniers mois s’est terminé dans le sang et la douleur avec le retour des Raiders qui sont sortis de l’ombre dans laquelle ils se trouvaient. Ils ont depuis repris leur entreprise sombre, et tout être humain encore dans les environs, homme, femme et enfant sont à risque d’être faits prisonniers comme ils l’ont fait lors de leur arrivée en mars. Dans ce monde totalement changé, le danger rôde à chaque instant, et l’avenir de tous ceux se trouvant dans Salem est voilé d’une incertitude qui n’est pas près de se lever. Face à un tel raz-de-marée de sauvagerie, la survie de tous dépendra des actions individuelles de chacun... Et vous, qu'attendez vous pour nous rejoindre ?
Remerciements
Nous tenions à remercier le forum Never-Utopia grâce à qui le forum peut aujourd'hui connaître un renouveau. Un merci aussi à nos joueurs pour leur patience et leur soutien après tout ce temps. ZA n'est pas encore parfait, mais grâce à vous il vit. Un merci également aux administrateurs qui donnent de leur temps et ne cessent d'essayer d'améliorer le forum et le confort des joueurs...

Longue vie à ZA, et que la passion de l'écriture continue de nous lier, tous ensemble, dans cet univers.
Zombie Apocalypse
Saison 5 : A Battle for Freedom

Partagez | 
 

 Scénario solo - Meaningful inquiries

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Messages : 14
Points : 806
Date d'inscription : 01/09/2015
avatar
Azad avait les mains croisées dans son dos. Debout face à la vitre teintée, il frottait nerveusement son pouce droit contre le poignet de la main opposée. Il était arrivé le premier au 2e étage de l’immeuble sur lequel se trouvaient quelques salles d’interrogatoire adjacentes à l’infirmerie. La plupart avaient été recyclés en dortoir, mais vu les circonstances, l’une d’elles avait été rapidement aménagée pour reprendre son office habituel. À l’intérieur du petit local, le blessé était étendu sur sa civière, toujours inconscient.

Eva entra dans la salle à l’instant avant de s’avancer pour le rejoindre.

"J’ai abaissé les doses depuis un moment déjà, il devrait revenir a lui bientôt."

"Merci Eva, tu vas rester?"

"Oui, je préfère être directement là pour intervenir s’il en a besoin."

"Ne laisse pas Alden seul non plus. Il n’a pas l’air au mieux quand je suis passé tout à l’heure."

"L’infection s’est bien implantée dans son système, mais nous avons ce qu’il faut pour le soigner. Jenn pourra le tirer d’affaire même si ça demandera clairement un bon moment. Tout ce qu’on faire maintenant c’est de lui donner du repos." Dit-elle nonchalamment. "Et puis, je veux savoir ce qu’il a à nous raconter."

Le vieil homme tourna sa tête vers la dame pour lui rendre un sourire reconnaissant.  Il préférait de loin Eva à Jennsen en termes d’expert médical. L’irascible chirurgienne n’aimait pas se faire dire quoi faire malheureusement, et bien qu’Azad ne soit pas un grand amateur de leadership, il se lassait d’avoir à argumenter à chaque fois que quelque chose ne faisait pas plaisir à la jumelle Rahl. Il avait souhaité lui faire des remontrances à son retour de Zenithside où elle avait eu besoin de se soigner quelque temps. Elle s’était fait blesser lors d’une expédition qu’elle avait faite malgré son interdiction, et du moment où il l’avait su il compta bien lui faire savoir son opinion sans cérémonie. Cependant, son retour avait coïncidé avec l’arrivée du grand blessé… Vu les circonstances, il avait dû repousser la confrontation jusqu’à un autre moment, mais elle ne perdait rien pour attendre…

Ils restèrent seuls en silence à observer le patient inconscient, et quelques minutes plus tard, Jim ouvrit la porte en amenant à sa suite une vingtaine d'Offsprings. Holly, son comparse Richard, le duo Rahl, leur protégée Kelsey, les deux personnes secourues en même temps que Caleb, l’un des sauveteurs de la veille Alex Morin, les deux autres individus nommés Estelle et Charlie qui se disaient des amis du Canadien, et quelques autres Offsprings de longue date.
L’Iranien s’était retourné pour hocher la tête poliment aux nouveaux arrivants, mais pour l’une des rares fois, le vieil homme à la langue d’or avait bien peu envie de discuter. Ce qu’il souhaitait le plus en ce moment c’était que Nathan et Alexia entrent dans la petite salle d’interrogatoire pour débuter.

Quelques minutes passèrent dans un silence parfois entrecoupé de brefs échanges à voix basse, mais personne ne parlait réellement. Tout le monde guettait le réveil imminent de l'éclopé, et l’arrivée de ses deux interrogateurs.

Soudainement, les yeux du rescapé tremblèrent, et le groupe sembla instantanément retenir leur souffle en même temps. Graduellement, la vision lourde et de toute évidence embrouillée de Caleb s’accoutuma à la salle illuminée, et dénuée de tout objet si ce n’est la civière sur laquelle il se trouvait. La confusion et une panique non feinte apparurent sur son visage alors qu’il essayait de bouger pour se défaire des sangles de cuir qui l’immobilisait.

Les yeux du captif se rivèrent ensuite sur la vitre teintée à laquelle il faisait face, et du même coup il sembla dévisager les personnes cachées derrière d’un long regard anxieux.

Malgré qu’il ait pertinemment conscience du fait qu’il ne pouvait pas le voir, Kamrane lui rendit l’attention en ne quittant pas ses iris marron du blessé. Finalement, le tout allait pouvoir commencer. Il ne manquait plus que le duo…  Azad avait une confiance aveugle en ces deux amis. Il savait à quel point ils pouvaient travailler admirablement bien de concert, et il était convaincu que ce serait grâce à leurs efforts conjugués que plusieurs mystères seraient révélés.

Cependant, c’est alors que cette idée lui traversait l’esprit que la porte de leur petit local d’observation s’ouvrit pour laisser entrer un Nathan arborant le même air calme qu’on lui connaissait bien.

L’Iranien haussa aussitôt un sourcil étonné en le regardant s’approcher aux premières loges.

"Où est Alexia?" Demanda-t-il malgré le fait qu’il se doutait déjà la réponse.

Le colosse se contenta de hausser les épaules.

"Vous savez comment elle est," répondit-il nonchalamment en croisant les bras devant la vitrine sans même regarder le vieil homme.

Comme pour confirmer son impression, la porte derrière Caleb s’ouvrit en grand et sans cérémonie pour laisser entrer la légendaire brunette colérique.

Azad tourna un regard interdit vers Nathan, cherchant un quelconque support de son désaccord, ou à tout le moins une explication. Cela dit, il savait bien que le grand gaillard supporterait son amie peu importe les circonstances.

Sans retenir un soupir d’exaspération qu’il jugeait totalement mérité, l’attention de l’Iranien oublia rapidement ce détail pour observer l’interrogatoire en cours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 485
Points : 1442
Date d'inscription : 03/05/2015

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles: 2
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
3/20  (3/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
La noirceur m’enveloppait de toute son immensité. Son poids pesant sur ma conscience comme les chaînes d’un prisonnier enfermé dans une cage aux tréfonds des abysses. C’était une drôle de situation, je ne savais pas ce qui m’arrivait, et pourtant j’avais l’impression d’être captif de mon esprit depuis un temps immesurable. J’avais perdu toutes notions des raisons pour laquelle j’avais été envoyé dans un tel état, et je me  laissai tranquillement bercée par la pénombre sans espoir, ni crainte, ni appréhensions.

Soudain, la noirceur se dota d'une nouvelle teinte. De sa pureté absolue, elle prit une coloration légèrement plus lumineuse. Le genre de couleur en fait qui apparaissait sur des paupières fermées, mais qui bloquait une lumière puissante dans les environs. Je venais vraisemblablement de me réveiller.

Je souhaitai forcer mes yeux à s’ouvrir, mais ils résistèrent durement à tout mouvement. Je les sentais lourds et empotés. Incapable d’effectuer adéquatement la moindre commande. Cependant, ma léthargie fut piquée au vif par la morsure acérée qui élançait tout mon flanc gauche.

J’ouvris enfin les yeux d’un seul coup, bien éveillé et remarquai que j’étais maintenu en place à une civière, torse nu et avec rien si ce n’est un pantalon sweather noir et un bandage blanc ceignant mon abdomen de long en large. La douleur était vive, mais pas insoutenable, ce qui me fit surtout paniqué ce fut les solides sangles en cuir qui m’empêchait de retirer les intraveineuses qui me sortait des bras.

Plus que tout cependant, c’était cette impression de déjà-vu. Me réveiller ligoté, blessé et à la merci de mes « sauveurs »… Puisque je me souvenais clairement que mes derniers moments de lucidité tournaient autour d’une fuite pour ma vie et une rescousse in extremis. Or, j'avais déjà vécu une situation semblable quelques semaines plus tôt. La seule exception c’était que mon réveil avait été guetté par deux personnes, dont une qui étais aimable et douce. Cette fois-ci, tout ce qui rendit mon regard ce fut mon propre reflet. La vitre d’un miroir me faisait face, et ne renvoya que l’image extrêmement complexe de peur, d’angoisse, de douleur, et d’incompréhension qui m’assaillait. J'avais réellement triste mine, et ne comprenait rien à ce qui m'arrivait.

Soudain, une porte s’ouvrit dans mon dos, j’étais partiellement relevé et dans l’angle où je me trouvais je ne réussis pas à voir où elle était, mais le claquement qu’elle produit ne camoufla pas les pas puissants de mon interlocutrice. Cela me donna une courte impression de son caractère, mais mes idées s'amplifièrent lorsque qu'elle passa près de moi à ma gauche sans me prêter aucune attention.

-Qui… Qui êtes-vous? Dis-je d’une voix malaisée qui n’avait pas le contrôle dont j’étais capable de faire preuve habituellement. Où suis-je?

J’aurais bien souhaité poser davantage de questions, mais elle se retourna enfin pour me faire face. À la vue de la jeune dame, mon interrogation suivante se bloqua dans ma gorge.  

J’avais l’impression de voir une seconde Jennsen, mais sans la balafre. Ce qui n’aidait absolument pas à amoindrir l’image d’autorité et de menace sourde qu’elle dégageait. Ses cheveux longs et sombres s’alliaient à un regard noisette dur et perçant que je n’étais pas prêt a confronter. En ce court instant, je me sentais excessivement vulnérable, car je n’avais absolument aucune idée de ce dont elle était capable de faire, et si j’avais bien appris une chose de l’espèce humaine depuis les derniers 6 ans, c’est bien qu’elle était capable de tout. D’absolument tout…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 21
Points : 776
Date d'inscription : 07/10/2015
avatar
Alexia toisa le blessé de toute sa hauteur. Elle était légèrement en angle sur la gauche de la civière de sorte que l’auditoire caché derrière le verre puisse bien voir, mais elle avait tout de même une vue parfaite pour jauger le jeune homme maintenu en place contre son lit d’éclopé.

Elle avait longuement observé Caleb dans son sommeil. Dévorée par une curiosité qu’elle ne pouvait pas réprimer, elle avait été la plus acharnée des lieutenantes d’Azad à réclamer un interrogatoire quasi immédiat. N’eût été du fait que sa proie était tout simplement incapable de physiquement le supporter, elle aurait déjà forcé l'homme au pied du mur si la décision lui était revenue. Cependant, elle avait fait face à l’opposition aussi obstinée d’Eva, mais surtout de Jennsen qui semblait être dotée d’une force de caractère aussi implacable que celle de l’électrisante brunette.  

Sa patience quasi inexistante avait été mise à rude épreuve lors de cette confrontation, et l’irritation qu’elle avait cultivées durant cet échange houleux avait contribué renforcer son intention d’affronter Caleb face à face. Vengeance personnelle? Fort probablement oui… Néanmoins, Alexia savait ce dont elle était capable lorsqu’elle se trouvait dans un tel état d’esprit, et le pauvre diable n’avait absolument aucune chance de son point de vue.

Nathan avait été sans surprise extrêmement difficile à convaincre, mais la jeune femme ressentait avait eu gain de cause. Elle trépignait d’impatience d’affronter cet énigmatique individu. Le cadre d’un interrogatoire siérait parfaitement ses besoins, mais elle craignait que Nathan devienne un obstacle dans sa petite vendetta personnelle.

Au-delà de cette envie de faire à sa tête, Alexia était pertinemment conscience qu’elle devait tirer les verres du nez de Caleb pour des raisons de la plus haute importance. Elle avait entendu tout comme son compagnon ce que le défunt Raider capturé par hasard lors de leur opération avait révélé, et elle anticipait que la modération de son allié pourrait les priver de réponses dont les Offsprings ne pouvaient absolument pas se passer…

Elle s’approcha un peu plus de l’homme qui n’avait pas soufflé un mot de plus depuis qu’elle s’était retournée, puis elle se pencha légèrement pour dominer Caleb en plongeant ses yeux dans les iris gris de son captif. Ses noisettes n’avaient pas la teneur glaciale de l’acier de Caleb, mais son regard n’en dégageait pas moins une fureur que sa victime ne pouvait pas espérer rivaliser d’aucune façon dans sa position actuelle. Grâce à l’angle avantageux dont elle disposait, elle avait bon espoir de pousser le Canadien sur la défensive.

"Kathleen, Reed…?" Prononça la jeune dame d’un ton dur et sévère, une menace sourde se cachant sournoisement dans chacun des deux mots qu’elle laissa passer entre ses lèvres. "Qui est-elle?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 485
Points : 1442
Date d'inscription : 03/05/2015

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles: 2
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
3/20  (3/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
Par réflexe, j’essaie de reculer ma tête lorsqu’elle fait quelques pas pour se positionner à ma gauche, mais ma civière m’en empêche malheureusement. Elle n’a encore rien dit, mais c’est tout son être qui irradie d’une violence à peine contenue et mon instinct me souffle qu’un danger bien réel se cacher derrière cette façade.

J’écarquille les yeux sous l’effet de la terreur en la voyant se pencher vers moi. Mais qu’est-ce que c’était que cette histoire?!

Alors que j’envisageais de finalement lui poser une troisième question, ce fut elle qui décida d’enfin briser le silence qu’elle maintenait depuis d’interminables secondes en me demandant la question la plus improbable des questions.

-Kathleen, Reed… Qui est-elle?

Sur le coup de l’incompréhension, mon expression ne put empêcher de manifester une surprise qui devait être bien visible malgré la terreur et la panique. Je restai interdit sur le coup et ne répondit pas dans l’immédiat, ce qui produisit une réaction immédiate de la part de mon interlocutrice qui ne semblait pas supporter.

-KATHLEEN REED? Répéta-t-elle avec puissance en agrippant les barres métalliques cernant chaque côté de mon lit et en se penchant davantage vers moi.

Sursautant, je n’ai pas le choix de faire face à son regard intense et je m’empresse de répondre en bafouillant et en cafouillant

-C’est une… C’est une survivante!!! Je ne l’ai pas vu depuis des mois maintenant et… et elle est probablement morte et enterrée pour ce que j’en sais. Mais qu’est-ce que ça vient faire dans cette histoire anyway?! Où suis-je?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 21
Points : 776
Date d'inscription : 07/10/2015
avatar
L’hésitation manifeste qu’il eut en entendant le nom de la mystérieuse Reed est le premier signe qu’Alexia recherchait. Parmi une confusion indéniable, une part d’elle-même lui confirma que le nom était effectivement connu du prisonnier qui ne sembla pas savoir où donner de la tête pendant un court instant. La jeune femme saisit cette opportunité au vol et pressa Caleb en gueulant avec force et autorité.

-KATHLEEN REED?

En panique, Caleb articula avec peine et désorganisation.

"C’est une… C’est une survivante! Je ne l’ai pas vu depuis des mois maintenant et… et elle est probablement morte et enterrée pour ce que j’en sais. Mais qu’est-ce que ça vient faire dans cette histoire anyway?! Où suis-je?"

"Oh mais putain t’es franchement utile avec ça…" Pensa cyniquement la brunette sans rien dire.

"Tu n’es pas en position de demander quoi que ce soit, alors tu la fermes et tu réponds…" Enchérit Alexia en maintenant sa position agressive. "C’est moi qui déciderai quand on passera à un autre sujet pour l’instant je veux que tu me dises tout de cette Kathleen. Qui est-elle? D’où vient-elle? Quelle relation vous entretenez? Où elle se trouve maintenant? "

Sur ces mots, elle se releva légèrement pour laisser un court répit à sa proie de sorte que la tension qu’elle voulait maintenir chez Caleb s’amenuise assez pour lui faire saisir toute la gravité de ses paroles.

"Tu n’es pas le juge ici, il y a que moi qui occupe le poste, et sache qu’en prime je suis le bourreau… Comme tu ne sais pas ce que je veux savoir et que tu n’es pas en position pour m’obstiner, je te conseille de me cracher l’info fissa… "

À nouveau la jeune femme retenait son agressivité mis à part les doses d’acides mordantes qui saturaient ses paroles. Toutefois, l'intensité de l'aura menaçante qui émanait d'Alexia ne laissait aucune place au doute à propos du danger qu'elle représentait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 485
Points : 1442
Date d'inscription : 03/05/2015

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles: 2
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
3/20  (3/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
La confusion ne quitta pas mon visage alors que j’écoutai mon bourreau me répondre lentement avec un ton mesuré, mais qui laisse présager l’orage qui gronde dans son timbre de voix. Cette femme me rappelait tellement Jennsen… Lors de notre première rencontre il y a quelques semaines je l’avais rapidement comparé au Vésuve en Italie, mais à défaut de faire preuve d’un caractère aussi explosif, cette femme semblait tout de même capable de déchaîné une puissante tempête qu’elle gardait pour l’instant hors de vue. Une tornade qui n’attendait que le moment de se déchaîner…

Je déglutis avec une angoisse immense qui me nouait la gorge. Je ne savais vraiment pas ce qu’elle avait derrière la tête avec Kat, mais je me foutais éperdument de ses motivations. Si ça pouvait me permettre de me gagner un peu de temps pour l’amadouer ou à tout le moins me débarrasser de sa colère sourde afin que je puisse moi-même me situer un peu plus, je n’avais aucun problème à accéder à sa requête.

-C’était une ex-militaire… Une Safepointienne comme plusieurs des personnes qui ont migré à Salem l’an dernier. Je vous jure, je connaissais à peine cette femme… Je ne l’ai croisée qu’à quelques reprises durant les années où j’ai vécu à Safepoint. C’était une connaissance sans plus et pour ce que j’en sais elle est morte comme je vous l’ai déjà dit. Lorsque je me suis échappé de la Marion dans la révolte, j’ai voulu me réfugier chez Kat et ses alliés en pensant qu’ils étaient en vie, mais ils n’étaient plus là. J’ai été accueilli par un charnier une fois arrivé sur place. Peu importe ce que vous voulez à cette femme, cela ne sert à rien maintenant. Elle doit être n’importe où à l’heure actuelle.

Si j’avais conservé un ton légèrement hésitant, ma voix avait pris un semblant de sûreté au fur et à mesure que je fût assuré qu’elle ne comptait pas m’interrompre dans la seconde. Ma mémoire avait peut-être été affectée par la blessure, mais je restais persuadé que Victor et Wei étaient venus me sauver. S’ils étaient effectivement avec la « charmante » personne qui me postillonnait au visage, comment expliquer qu’on m’ait enchaîné comme une bête en cage?! Cela dit, mon instinct de survie me faisait pertinemment comprendre que ce n’était clairement pas le moment…

Plus préoccupant cependant, je commençais à me demander maintenant pourquoi ils semblaient avoir un tel besoin de retracer Kathleen. Bien que je ne savais pas avec certitude où elle se trouvait, lors de mon arrivée ce que j’avais découvert à mon arrivée avait confirmé mes impressions. Sur le coup je n’avais rien dit à ce sujet puisque cela ne m’avait pas traversé l’esprit, pas plus que cela m’apparaissait important pour être franc.

Cela dit, les implications que cela sous-entendait me rendaient légèrement perplexe, et même plutôt appréhensif…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 21
Points : 776
Date d'inscription : 07/10/2015
avatar
Alexia surveilla attentivement Caleb durant sa réplique. Même si elle avait toujours l’avantage dans cet échange, ce que lui déclara son prisonnier ne lui parut vraiment pas à la hauteur de ses attentes.  De ce que le Raider avait dit avant de trépasser, Caleb connaissait cette femme c’était une certitude. Or, son instinct lui soufflait que cela dépassait le simple stade de « connaissance » auquel l’homme la référait. Néanmoins, le captif venait tout de même de confirmer deux points importants.

D’abord, que cette Kathleen était effectivement absente de Salem ou bien qu’elle avait passé l’arme à gauche. Caleb semblait sincère à cet égard. Le Raider l’avait laissé entendre lui-même quoiqu’il n'eut pas l'air de savoir dans quelles circonstances elle était décédée. Ensuite, que cette femme provenait de Safepoint. Un fait visiblement inconnu de leur captif puisqu’il ne l’avait pas mentionné, et qui rendait la situation plus complexe qu’elle l’avait anticipé. Mais cette complexité recélait un certain potentiel qu’elle avait bien hâte d’exploiter.

En effet, Caleb venait de dire qu’il avait rencontré Kathleen à Safepoint, mais il savait également où elle résidait après l’immigration des Safepointiens vers Salem. Or, la formulation de sa phrase laissait croire que même s’il avait participé à cette migration, il ne semblait pas être resté auprès d’elle et de ses alliées par la suite. Cette information confirmait ses impressions, mais elle comptait jouer ses cartes plus subtilement afin de lui faire dévoiler quelque chose par inadvertance.

La brunette recula d’un pas pour croiser ses bras devant elle avec une posture suspicieuse et inquisitrice.

"Tu m’as l’air très évasif", débuta-t-elle avec un ton toujours aussi venimeux. "En fait, je suis pratiquement sûr que tu me mens en plein visage! Appelle ça une intuition féminine, mais je suis persuadé que vous aviez passé de loin le stade d’une petite connaissance sans histoire et même que tu sais pertinemment où ta  princesse se trouve… Je te conseille de ne pas me tourner en bourrique si tu tiens pas morfler mes jointures dans ta gueule. Comment vous êtes-vous rencontré? Dans quel contexte vous êtes-vous revus par la suite?"

Alexia bluffait puisqu’elle ne doutait pas de la sincérité de l’homme à propos de la provenance ou du statut actuel de Kathleen. Cependant, elle comptait creuser sur leur relation dans le moment en sous-entendant que Caleb partageait une affiliation similaire à ce mystérieux Safepoint. Elle était prête à parier que cette assomption serait rentabilisée plus tard…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 485
Points : 1442
Date d'inscription : 03/05/2015

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles: 2
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
3/20  (3/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
L’air farouche qu’affichait mon interlocutrice me confirma très vite qu’elle n’était pas satisfaite et encore moins convaincue par ce que je venais de lui dire. Sur le coup, je commençai à m’inquiéter que peu importe ce que j’allais lui raconter, elle n’aurait de repos que si je lui répondais ce qu’elle voulait bien entendre…

Je l’écoutai sans rien dire me cracher sa réplique au visage avec un air ahuri. Cela dit, plus que tout, je sentais une frustration grandissante s’emparer de moi. Je n’avais jamais été dans une situation aussi enrageante depuis Thunder Bay, et malgré la position d’infériorité dans laquelle j’étais maintenu, une irritation croissante durcit mes traits au fil de la tirade de mon interrogatrice. C’était d’autant plus vrai en considérant les deux questions qu’elle venait de me poser.

Si la première partie de sa question ne me causait pas trop de problèmes, la seconde me mit encore davantage sur la défensive. En effet, j’avais croisé Kathleen à trois reprises au cours des dernières années. La première fois à Safepoint, la troisième à Salem après l’exode de l’été dernier. Cependant, la seconde fut lorsqu’elle et ses principaux alliés m’aidèrent à me rendre à Safe Haven à nouveau. Or, je ne souhaitais aucunement révéler cette information à une inconnue…

Au mieux de ma connaissance, je savais que Victor et Wei m’avaient sorti d’une situation horrible et qu’ils semblaient en opposition claire et nette avec les Raiders. Par contre, au-delà d’une réticence viscérale à dévoiler des informations sur la localisation de mes proches, je commençai à m’inquiéter sérieusement des allégeances de mes alliés. Je ne pouvais pas comprendre qu’ils aient acquiescé à l’idée de me laisser avec une telle tornade!

La colère sourde qui prenait forme dans mon esprit me fit répondre avec un timbre neutre qui tentait de rester le plus impassible possible. Face à l’aspect plus épineux de la question, mon instinct protecteur avait pris le dessus et devant l’absence de menace concrète et j’avais réussi à reprendre un contrôle beaucoup plus assuré de ma personne et de mes expressions.  

-La première fois que j’ai vu cette foutue emmerdeuse, ce fut au cours d’une guerre à Safepoint. Kat et ses alliés m’ont tiré hors du danger parce que par le plus heureux des hasards je me suis retrouvé dans le même bâtiment que son leader Mark, et j’ai pu forcer ma présence à bord de son hélicoptère sans qu’elle puisse protester vraiment. Nous avons pris des routes séparées pendant de nombreuses années par la suite et mis à part les quelques occasions où je l’ai vue au loin dans les rues de l’enclave, je ne l’ai recroisé réellement qu’à une seule autre reprise, ici à Salem. Je ne suis pas resté plus qu’une soirée cela dit, et j’ai immédiatement quitté la ville à l’aube pour continuer à errer et à survivre. C’est ce que j’ai fait depuis le début de cette horreur, et je n’ai jamais senti un attachement très solide pour Kathleen ou ses comparses pour que l’idée même de les côtoyer me traverse l’esprit. En fait, Kat n’a jamais fait preuve d’une grande amabilité à l’égard des autres. C’était une vraie enculée pour être franc.

Malgré le fait que je restai relativement honnête concernant mon opinion personnelle de sa personne, je venais de mentir afin d’éviter de parler de notre expédition qui nous avait permis de retourner à Safe Haven. Au fond de moi, j'espérais qu'elle ne presserait pas la question davantage.

Afin de détourner la conversation ainsi que pour tester une de mes impressions, j'usai de l'agressivité de la femme pour alimenté ma frustration et ma volonté de lui résister. Je lui dit donc avec le calme glacial dont j’étais capable.

-Vous ne m’avez toujours pas encore dit où suis-je, ni qui vous êtes… Je connaissais deux des personnes qui m’ont secouru, et je sais qu’ils ne me veulent pas de mal donc inutile de jouer les vilains si vous ne comptez rien me faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 21
Points : 776
Date d'inscription : 07/10/2015
avatar
Il était obstiné pour un homme blessé et enchaîné… Malgré sa position, il conservait suffisamment de contrôle pour lui répliquer avec une expression mortellement sérieuse et même une petite touche d’agressivité.  Vu les circonstances, elle ne s’attendait pas à ce qu’il  soit en mesure de se reprendre aussi rapidement. Nonobstant l’assurance qu’il avait manifestée dans sa dernière explication, Alexia n’était pas tout à fait satisfaite de la description relativement vague qu’il avait faite de leur rencontre et leur réunion à Salem.  Toutefois, il y avait une certitude qui sembla absolue aux yeux de l’électrisante brunette, la relation qu’elle avait supposée entre Kathleen et Caleb n’était pas celle qu’elle imaginait. Qu’ils se connaissaient ne faisait pas de doute, mais leurs liens paraissaient beaucoup plus ténus. Des alliés de circonstances plus que de réels amis ou amants. Les circonstances semblaient être reliées à une guerre ayant eu lieu à Safepoint dont elle avait partiellement connaissance grâce aux quelques discussions qu’elle avait eu avec des Safepointiens à la Marion et dans le QG. Les détails de ces événements mériteraient un approfondissement en temps et lieu, mais voyant que son premier indice n'était pas aussi prometteur qu’elle espérait, Alexia allait à présent se tourner vers le second.

Par contre, elle comptait tout de même mettre quelque chose au clair avec l’impudent…

Dès qu’il eut fini de parler, un sourire narquois marqua le visage de l’interrogatrice qui réagit avec une vivacité déstabilisante en levant le poing droit et en l’abattant sur l’air assuré de son captif.

"Ne présume pas que tu es en sécurité connard…" S’écria-t-elle en réarmant son poing pour asséner un second coup à Caleb. "Je sens bien que tu me caches quelque chose, et crois-moi ça ne t’aidera pas."

Elle prit alors la civière par les barres métalliques cernant chaque côté du lit roulant et le poussa de toutes ses forces contre le mur adjacent. Le choc lui fit serrer les dents avec douleur et en profitant du fait que l’impact avait fait pivoter Caleb face à elle, Alexia avança droit vers sa cible avec une détermination qui promettait un châtiment sanglant au pauvre homme molesté.

"Si cette Kathleen te semble si peu importante, peut-être que Laura Strempton est un nom qui va réveiller ta mémoire!"

Sans prévenir, les doigts d’Alexia estoquèrent vivement le bandage découvert qui pansait le corps du Canadien qui poussa un cri de douleur retentissant qui résonna avec force dans la petite salle d’interrogatoire.  

"Qui est-elle? Réponds où je vais rouvrir ta plaie de mes propres mains!" Menaça la jeune femme en s’apprêtant à agripper la section du torse où Caleb avait été tiré avec un air qui ne permettait aucun doute sur sa volonté de joindre l'acte à la parole.

Cependant, avant qu’elle ne puisse y arriver, le son d’un puissant impact contre le miroir de la salle résonna avec une telle force que la surprise arrêta l’élan de l’interrogatrice qui fit volte-face pour regarder la source de l'interruption avec des traits courroucés. Visiblement, votre instinct ne vous a pas trompé mon cher…

Tout en continuant de fixer la vitre avec fureur, Alexia se redressa de sa position actuelle et tourna ensuite lentement ses noisettes vers son captif. Une rage violente à peine contenue semblant se livrer bataille derrière le mince voile de ses pupilles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 485
Points : 1442
Date d'inscription : 03/05/2015

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles: 2
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
3/20  (3/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
Ma frustration m’avait poussé à résister en pensant que la dame qui me faisait face jouait le rôle du « méchant flic » sans réellement avoir en tête de me blesser puisque ceux s’étant portés à mon secours étaient des individus sur lesquels j’avais une confiance suffisamment grande pour croire qu’ils n’avaient pas de raison de me vouloir du mal. Cependant, je n’étais définitivement pas dans les bonnes grâces de cette tornade.

Un premier coup de poing aux tempes me prévint que mes espoirs venaient de voler en éclat. Elle me cria ensuite avec véhémence qu’il était dans mon intérêt de garder en tête que j’étais un prisonnier tout en me lançant une seconde attaque contre laquelle je ne pouvais me protéger.

Une poussée rageuse de la part de la jeune femme m’envoya contre le mur avec une force qui déclencha aussitôt une douleur vive dans mon flanc blessé. Mon esprit embrouillé par les deux premiers coups de poing qu’elle m’avait assénés me permit tout de même de prendre conscience qu’elle continuait son offensive. Cependant, même si je n’étais pas encore prêt à encaisser ses prochaines attaques, la question qu’elle posa raviva instantanément toute mon attention.

-Si cette Kathleen te semble si peu importante, peut-être que Laura Strempton est un nom qui va réveiller ta mémoire!

Strempton!? How in hell!?

Je n’eus pas le temps de m’étonner davantage puisqu’elle enfonça son index et son majeur dans la zone où ma chair était toujours en convalescence en m’intimant à lui révéler l’identité de cette mystérieuse femme qui revenait encore me hanter près d’un an après notre dernière rencontre. Toutefois, avant qu’elle ne ruine mon bandage par une nouvelle attaque, quelque chose sembla percuter le miroir de la salle ce qui interrompit son geste. La jeune femme réagit instantanément en foudroyant du regard peu importe qui semblait se tenir derrière la vitre.

Dans les longues secondes qui suivirent, je profite du silence et de la tension qui s’accumule pour reprendre contenance et me reconcentrer sur ce qu’elle venait de dire.

Le premier point que j’arrivai à confirmer à mon esprit fut que cette femme était visiblement en train de jouer le rôle de « méchant flic » que j’avais anticipé. Apparemment trop intensément au goût de peu importe qui se cachait derrière la vitre… Par conséquent, il était évident qu’ils avaient intérêt à me garder en vie et donc la brutalité qu’elle exhibait depuis le début de cet interrogatoire ne leur servirait plus longtemps. Puisqu’ils souhaitaient des réponses que je semblais être le seul à pouvoir leur procurer, me maintenir en vie était nécessaire. Cela ne voulait pas dire qu’ils comptaient me garder en vie, mais en sachant que Wei et Victor avaient participé à mon sauvetage, si je me fiais à la réaction qui venait d’avoir lieu de la part de la personne derrière le miroir, je commençai à avoir une confiance relative à propos de mon intégrité physique dans le futur.

Le second point sur lequel je m’attardai fut le nom qu’elle m’avait lancé. Il était difficile pour moi d’oublier le nom de Strempton, ou ce qu’il m’évoquait. Je n’avais rencontré la mystérieuse Seattleite qu’à deux reprises au cours de ma vie. À chaque fois ces occasions avaient été lourdes de conséquences pour moi et j’eus momentanément le réflexe de m’inquiéter face à la question de la dame qui se tenait debout près de moi. Lorsque je combinais Laura avec l’insistance avec laquelle mon bourreau avait voulu que je lui parle de Kathleen et de sa localisation, un frisson me parcourut l’échine. J’avais déjà eu un sentiment croissant d’appréhension naître dans mon esprit en me demandant pourquoi la tornade semblait vouloir retracer Kathleen, mais mes craintes se concrétisaient davantage avec la mention de Laura.

Les deux femmes ne s’étaient en effet jamais rencontrées, au grand dam de Kathleen par ailleurs qui n’aurait demandé de mieux que de cribler Laura de balles de la tête au pied. Il n’y avait qu’une seule occasion où les deux dames s’étaient possiblement vues face à face. Je le savais bien puisque j’avais probablement créé cette occasion moi-même…

Groom Lake.

Je savais que Laura comptait y aller, et je savais que la Famille s’y était rendue. Que les noms de ces deux fantômes soient évoqués simultanément ne pouvait pas tenir de la coïncidence…

Je restai interdit quelques secondes supplémentaires avant d’articuler à nouveau avec une grimace à cause de la douleur qui m’élançait toujours dans mon flanc gauche.

-Écoutez, je ne sais pas ce que vous cherchez à découvrir avec cela, mais soyons au moins d’accord sur le fait que certains parmi vous ne souhaitent pas me voir mourir contrairement à ce que vous laissez entendre. Je sais pour sûr que vous n’êtes pas avec les Raiders puisque vous m’avez tiré de leurs griffes, donc je vous le dis, si vous êtes des ennemis de ces salopards, je suis enclin à vous aider volontairement, inutile de me marteler de coup de poing.

Elle continue à me fixer sans rien dire, visiblement en train de me jauger. Ne voyant pas de signe que la tempête allait éclater de nouveau, je repris du même ton neutre que j’avais adopté avant son explosion d’agressivité.

-Dîtes-moi simplement qui êtes-vous, et pourquoi vous voulez savoir qui sont ces deux femmes. Je n’ai pas de problème à vous en parler si ça peut me sortir de ma situation. Honnêtement, je n’ai pas beaucoup d’affection pour l’une ou l’autre, mais j’admets que ça m’effraie. Vous ne semblez définitivement pas savoir ce que vous demandez…[/color]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 21
Points : 776
Date d'inscription : 07/10/2015
avatar
"Putain de merde!" Pensa Alexia avec une rage d’une violence inégalée en fixant la vitre.

Elle n’avait pas de certitude sur l’identité de la personne qui venait de l’interrompre, mais elle avait surtout Azad, Eva et cette emmerdeuse de Jennsen en tête… Elle avait espéré mener l’interrogatoire à sa manière justement en y allant seule, mais elle n’avait pas pensé qu’ils l’emmerderaient par-delà la vitre. N’avaient-ils pas conscience de l’importance des réponses que cet homme pouvait cacher?!

L’Offspring toisa du regard Caleb qui semblait se remettre difficilement de ses derniers assauts. Dans les secondes qui suivirent, elle conserva un calme qui maintint à peine la colère qui l’animait, mais sur le coup de la surprise elle ne savait pas quel chemin elle devait emprunter et son captif profita de son mutisme pour lui répondre.

Il établit avant toute chose qu’il jugeait inutile qu’Alexia conserve ses griffes sorties puisque Caleb se disait sympathique à leur cause, et même elle devait reconnaître que la logique du jeune homme était somme toute solide. Cependant, la méfiance de la jeune femme continuait à lui susurrer qu’il était intrigant que les Raiders semblaient regarder pour cet homme spécifiquement. Elle avait appris en parlant aux deux autres rescapés de ce sauvetage que les Raiders avaient attaqués leur planque avec force, mais cela pouvait être autant une manifestation d’hostilité qu’un désir ardent de mettre la main sur un fugitif de grande valeur. Bien que le Raider blessé qu’ils avaient récupéré ait laissé entendre que ce Caleb était totalement inconnu pour eux également, son opiniâtreté l’empêchait d’accepter une aussi simple histoire.

Elle continua à écouter la suite de ses propos en fronçant les sourcils de frustration devant l’assurance qu’elle percevait en provenance de Caleb.

"Juste pour que tu arrêtes de m’énerver avec ça, je vais au moins te dire que mon nom est Alexia, et que ce n’est pas moi ou mon groupe qui sommes intéressés par ces deux mules, mais bien ces foutus Raiders. Cela dit, ils ne cherchent pas elles, mais bien toi spécifiquement... Et cela semble être en lien avec ces deux femmes."

Elle avait donné certaines informations qu’elle aurait souhaité conserver si elle en avait eu la possibilité, mais rien qui lui semblait exagéré. Cependant elle ne pouvait s’empêcher de maintenir une ligne dure envers son captif pour ne pas perdre l’essence de l’échange.

"Garde bien en tête par contre que la raison pour laquelle mes alliés m’ont stoppé n’est pas celle que tu t’imagines. Tu es en vie parce que tu as une valeur pour notre ennemi et nous la voulons pour nous protéger, mais tu ne maintiens ton utilité que si tu nous aides également…"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 485
Points : 1442
Date d'inscription : 03/05/2015

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles: 2
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
3/20  (3/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
Lorsqu’elle me répondit, ce fut avec un timbre au tranchant d’acier qui trahissait sa contrariété. Le fait que sa furie ou ses méthodes ne faisaient pas l’unanimité avait de quoi me réconforter, mais ce bref moment de soulagement s’évanouit aussitôt qu’elle précisa que les deux femmes qu’elle avait nommées ne semblaient être ce que recherchaient réellement les Raiders. Au contraire, selon elle j’étais la cible principale…

Je me figeai d’effroi en entendant mon interrogatrice me faire par de cette révélation. Je n’avais évidemment rien fait pour me mettre ces salopards à dos si ce n’est fuir d’eux où leur résister lorsqu’ils avaient voulu me faire du mal. Avant mon arrivée à Salem, j’ignorais tout d’eux et si j’avais eu ne serait-ce qu’un murmure qu’une telle calamité s’était abattu sur la région, il y a fort à parier que je n’aurais jamais remis les pieds ici.

Étant donné cet état de fait, la seule raison logique qui pourrait expliquer pourquoi il me pourchassait c’était en se basant sur les deux noms qu’Alexia m’avait donnés. Or, celle-ci avait laissé entendre que les Raiders tentaient de mettre la main sur les deux femmes, mais comme j’étais probablement l’une des seules personnes à connaître la localisation où elles s’étaient ultimement rencontrées, il n’y avait que deux choses à envisager. Soit elles étaient mortes et les Raiders me voulaient pour ce que je savais à leur propos. Ou bien elles étaient en vie, et avaient un rôle à jouer auprès de ces enculés. Je ne savais pas ce qui était pire, mais la seule certitude qui ne faisait pas de doute dans mon esprit c’était que les Raiders avaient un lien avec Groom Lake, et à cette simple idée, mon sang se glaça.

C’est à peu près à ce moment que la tempête aux yeux noisette qui me faisait face poursuivit sa réplique d’un ton somme toute calme, mais où son agressivité pouvait toujours se faire sentir.

-Garde bien en tête par contre que la raison pour laquelle mes alliés m’ont stoppé n’est pas celle que tu t’imagines. Tu es en vie parce que tu as une valeur pour notre ennemi et nous la voulons pour nous protéger, mais tu ne maintiens ton utilité que si tu nous aides également.

En l’entendant me répéter son point de vue, je m’empressai de lui répondre d’un ton sec.

-D’abord, je veux rappeler que je connais très peu l’une et l’autre de ces deux femmes, et pour être franc, je suis pratiquement sûr que Kathleen n’est qu’un pion dans un échiquier qui dépasse largement, elle, moi ou vous. Laura par contre est beaucoup plus inquiétante et ce que je vais vous dire risque de vous sembler impossible et complètement tiré par les cheveux, mais je vous assure que ce que c’est véridique. Je n’ai aucune raison de mentir après vous le savez aussi bien que moi alors prière d’être ouvert d’esprit…

Une fois mes arrières sécurisés (du moins, en théorie…), j’inspirai profondément en essayant de me remémorer les points les plus cruciaux à propos des deux occasions où j’avais croisé la Seattleite.

-C’était une chirurgienne militaire de l’armée américaine qui vivait à Safepoint et que j’ai rencontrée durant la même bataille que celle où Kathleen m’a sauvé. Le combat nous a menés jusqu’au cœur de l’ancien QG de l’armée qui dirigeait l’enclave. À l’intérieur, j’ai accompagné Laura et un second mercenaire nommé Mark jusqu’au sommet de l’édifice dans lequel se trouvait votre ex-président, M. Garrington qui n’a pas survécu à cette rencontre. Il venait de commander une frappe biochimique sur Safepoint, et bien que je vous épargne les détails, ce qui importe c’est que le bombardement provenait d’une base aérienne codée par le terme « Groom Lake », votre fameuse « Zone 51 ». Ce qu’il faut comprendre c’est qu’il s’agit de l’endroit où une partie de la calamité qui a frappé notre monde s’est préparée, et Laura y a été captive durant des années en subissant des expérimentations concernant le virus qui zombifie les morts.

Même moi qui avais pourtant vécu cette histoire moi-même me trouvais incroyablement stupide de la raconter. Je craignais qu’Alexia ne me croie pas, mais il était pourtant crucial pour elle, comme pour son groupe de comprendre la gravité de la situation dans laquelle nous nous trouvions.

-La seconde occasion où je l’ai vu, Laura m’a raconté comment elle s’en est échappée, et ce qu’elle a fait dans les mois qui ont suivi la guerre des 5. Elle avait œuvré à disparaître de leur radar pendant un temps avant de changer de tactique et de saper leurs opérations et au moment où nous nous sommes quittés, elle m’a demandé de prévenir Mark, Kathleen et leur bande de mercenaires pour venir l’aider à attaquer Groom Lake. Le problème est qu’entre-temps Safepoint a été tourné en un tas de cendre et l’exode nous a tous menés ici. C’est à ce moment que j’ai retrouvé Kathleen et Mark et que je leur ai communiqué la demande de Laura, mais nous étions à des milliers de kilomètres de Groom Lake maintenant, et plusieurs jours s’étaient déjà écoulés. Du coup, il était probable qu’il soit trop tard, mais comme j’avais promis à Laura de leur relayer le message, je l’ai fait, et en échange de mes informations j’ai pu obtenir l’essence nécessaire pour quitter Salem. Ce qui m’inquiète, c’est que les Raiders cherchent les deux dernières personnes qui ont à ma connaissance décidé d’attaquer la Zone 51… Ça signifie qu’ils en proviennent sans doute, et pour être franc ça me mortifie, rien de bon n’est sorti d’une affaire avec Groom Lake.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 21
Points : 776
Date d'inscription : 07/10/2015
avatar
Plus leur captif débita son histoire, moins Alexia le crut. En fait, c’est surtout que même si elle ne voulait pas le croire, tout chez Caleb laissait transparaître une réelle sincérité, mais son esprit lui soufflait constamment que rien de tout cela ne devait en principe faire du sens. On avait atteint un degré de théorie du complot ultra-alambiqué en ce moment, et toute personne saine d’esprit l’aurait probablement fait taire… Et pourtant, le monde s’était bien fait bouffer les morts, et ce « Groom Lake » semblait y avoir joué un rôle… Peut-être était-il judicieux de conserver une certaine ouverture et se préparer au pire.

Elle le laissa terminer sans l’interrompre. Redressant sa position de sorte à faire face directement à l’interrogé qui lui rendit son regard avec une intensité similaire. Beaucoup de questions se soulevaient avec ces deux tirades, mais elles avaient des doutes concernant la pertinence de celle-ci face aux problèmes que représentait les Raiders.

S’ils avaient envisagé l’option durant un certain temps, il était définitif que Caleb n’était pas un ex-Raider. Ils le recherchaient pour les informations qu’ils venaient de leur donner, et il n’avait donc probablement pas fui ce groupe. Si cela avait été le cas, elle avait des doutes sur le fait que les Raiders chercheraient encore aujourd'hui à connaître ce genre d’informations de sa part. C’était techniquement plausible s'il avait voulu cacher ses connaissances, mais cela lui paraissait assez improbable.

Caleb était donc, selon ses dires, un pauvre survivant lambda qui, par le plus terrible des hasards, semblait s’être fait mêler à une histoire concernant l’origine de la catastrophe qui avait poussé l’espèce humaine sur l’extinction. Elle mourrait d’envie d’en savoir davantage à propos de ce qu’il connaissait sur la pandémie et de cette mystérieuse base secrète, cependant, l’heure devait se porter sur des questions aux considérations plus immédiates. Néanmoins, elle avait des doutes que même Azad ne compterait pas laisser cette interrogation en suspens éternellement. N’importe quel être humain encore en vie à l’heure actuelle avait le droit de comprendre l’origine de la catastrophe qui avait réduit leurs existences à une constante lutte pour la survie.

"Supposons que j’accepte momentanément de croire à ton histoire à dormir debout, commença Alexia d’un ton acerbe, dis-moi pourquoi les Raiders seraient intéressés à savoir ce que ces deux putes font pour s’occuper? De même, rien de tout ce que tu viens de dire peut expliquer pourquoi ils voudraient t’avoir spécifiquement?  Qu’est-ce que tu vaux à leurs yeux pour qu’ils s’acharnent à mettre Salem sens dessus dessous pour te trouver?"

Même si elle n’en avait rien laissé paraître, elle n’avait pas anticipé une seule seconde que ces questions mèneraient à de telles révélations, et cela l’avait légèrement prise de court. En fonction de la prochaine réponse de son captif, elle sortirait probablement la dernière corde de son arc pour essayer d’éclairer un peu plus ce que Caleb leur voilait toujours. En effet, si ce qu’elle avait déduit était exact, ce dernier avait omis une part de son récit. Or, étant donné les circonstances dans lesquelles il se trouvait, ce genre de cachotterie n’était clairement pas recommandable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 485
Points : 1442
Date d'inscription : 03/05/2015

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles: 2
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
3/20  (3/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
Ce que je lui avais dit ne paraissait pas s’être ancré dans son esprit. Son expression restait impassible, mais empreint également d’une puissante méfiance que rien ne semblait pouvoir entamer malgré tout ma bonne volonté. Plus j'observais cette tempête en furie, plus je sentais ma colère s’amplifier. Même si ma tête comprenait aisément la raison pour laquelle Alexia n’arrivait pas à accepter mon histoire sans réserve, ma rage n’en était pas moins amoindrie. Nous étions dans le même camp, et il était plus que temps qu’ils commencent à le saisir!

J’attendis un peu en la regardant avec un air revêche et contrarié. J’avais laissé mon masque impassible de côté en espérant qu’une bonne dose d’irritation non feinte lui ferait comprendre que j’étais au-delà de toute tentative de duperie. Le danger dans lequel nous étions était très réel, et ils ne servaient à rien de se concentrer sur moi puisque j’étais une cible autant qu’eux. J’étais sûr qu’ils ne me feraient pas totalement confiance sur le coup, mais j’osais minimalement croire qu’ils cesseraient de me traiter comme un ennemi.

Mes espoirs furent réduits à néant lorsque mon interlocutrice me répondit avec une agressivité qui lui était propre.

-Supposons que j’accepte momentanément de croire à ton histoire à dormir debout, commença Alexia d’un ton acerbe, dis-moi pourquoi les Raiders seraient intéressés à savoir ce que ces deux putes font pour s’occuper? De même, rien de tout ce que tu viens de dire peut expliquer pourquoi ils voudraient t’avoir spécifiquement? Qu’est-ce que tu vaux à leurs yeux pour qu’ils s’acharnent à mettre Salem sens dessus dessous pour te trouver?

Sur le coup de la frustration, je m’exclamai avec exaspération.

-JE NE SAIS PAS! Je n’ai aucune idée de ce que ces deux folles ont pu faire pour se retrouver pourchassées par les Raiders. Je vous ai déjà dit ce que j’avais déduit, mais je ne peux rien affirmer de concret puisque j’ignore tout ce qui a trait à leur histoire ou au lien qui les relie à Groom Lake ou aux Raiders. De même je n’ai pas plus d’idées pour expliquer pourquoi ils en ont après moi, je ne les ai jamais croisés de ma vie, et la seule occasion où je les ai vus, c’était à couteau tiré. SI j’ai une valeur à leurs yeux il va falloir que vous leur demandiez directement par vous-même! Au point où j’en suis, j’aurais moi-même besoin d’un peu d’éclaircissement.

Sur le coup, elle resta interdite et ne prononça rien durant quelques secondes. Ce qui me permit de continuer d’un ton plus neutre, mais dans lequel on pouvait sentir poindre l’exaspération et la colère qui m’habitait toujours.

-Je vous le répète nous sommes dans le même camp, et je suis prêt à vous dire tout ce que je peux qui pourrait vous aider à les renvoyer dans l’enfer d’où ils proviennent, mais pour ça j’aimerais qu’on cesse de me regarder en chien de faïence. La vraie menace, ce sont les Raiders, et me maintenir ici est aussi stupide qu’inutile, n’est-ce pas vous qui les avez combattu justement pour me sortir de leurs griffes? Si ce n’est pas pour me sauver, pourquoi l’était-ce? Il est grand temps que vous tourniez votre énergie ailleurs pour votre propre bien. Si je me fie à mon instinct, quelque chose me dit que vous semblez les avoir croisés, donc je suis persuadé que vous savez aussi bien que moi ce dont ils sont capables.

S’ils n’arrivaient pas à se rendre aux évidences et à accepter ce simple fait, j'ignorais vers quoi cet interrogatoire se dirigeait. Une chose était sûre, ils allaient regretter le temps qu’ils avaient perdu à tirer de moi des informations que je n’avais pas le jour où les Raiders frapperaient à leurs portes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Scénario solo - Meaningful inquiries
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» [BACKGROUND] Karak Azgal
» Scénario: Les Vaches qui rient
» Scénario : Attaque à la lisière de Fangorn (S.D.A)
» [Scénario] Vol
» Hawkmoon : scénario Premier (2)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Zombie Apocalypse :: Zone de Salem :: Centre-ville :: QG des Offsprings :: Zone de jeu-