Life is but a journey, an ephemeral and fragile one. Now it simply became bloody as well...
Jericho est de retour, et ses sbires ont remis en marche l’entreprise d’esclavagisme qu’ils semblaient avoir mis en veilleuse depuis quelques mois. N’importe quel survivant est une cible potentielle pour le regroupement de pillards et Dieu seul sait ce qui arrive alors aux pauvres âmes qui en sont les victimes… Le seul espoir des survivants de la ville s’incarne dans le maître d’orchestre de la seule victoire que les rescapés de Salem ont arraché à Jericho, Azad Kamrane. C’est-à-dire, l’homme derrière la chute de la Marion et qui a dans le même temps remis en liberté les esclaves que les Raiders avaient si durement rassemblés à l’intérieur des murs de la prison. L’Iranien a poursuivi les préparations de la lutte à venir, mais au-delà des questions concrètes qu’il lui faut considérer, plusieurs interrogations restent sans réponse. Qui sont-ils réellement? Que veulent-ils? Où sont-ils? Que font-ils de leurs victimes? Combien de personnes suivent Jericho? Autant d’inquiétudes auxquelles le leader des Offsprings devra très rapidement trouver des réponses…
CharteContexteFonctionnalitésBazarEspace PersonnelScénarios
A savoir
# Un event important est actuellement en cours ! N'hésitez pas à suivre son déroulement ici → An unreachable, yet invaluable prize...
#
Contexte
De l'humanité il ne reste presque plus rien. Derniers survivants face à la menace zombie, vous avez combattu la peur, la maladie et la misère. Six années se sont écoulées, combien de jours tiendrez-vous encore ? Nous sommes en 2017 et le monde a été plongé dans le chaos suite à une catastrophe biologique. Que vous veniez de Central City ou de contrées plus éloignées, votre course effrénée pour la survie vous a mené jusqu'à Salem, dans l'Oregon. L’accalmie qui régnait dans les derniers mois s’est terminé dans le sang et la douleur avec le retour des Raiders qui sont sortis de l’ombre dans laquelle ils se trouvaient. Ils ont depuis repris leur entreprise sombre, et tout être humain encore dans les environs, homme, femme et enfant sont à risque d’être faits prisonniers comme ils l’ont fait lors de leur arrivée en mars. Dans ce monde totalement changé, le danger rôde à chaque instant, et l’avenir de tous ceux se trouvant dans Salem est voilé d’une incertitude qui n’est pas près de se lever. Face à un tel raz-de-marée de sauvagerie, la survie de tous dépendra des actions individuelles de chacun... Et vous, qu'attendez vous pour nous rejoindre ?
Remerciements
Nous tenions à remercier le forum Never-Utopia grâce à qui le forum peut aujourd'hui connaître un renouveau. Un merci aussi à nos joueurs pour leur patience et leur soutien après tout ce temps. ZA n'est pas encore parfait, mais grâce à vous il vit. Un merci également aux administrateurs qui donnent de leur temps et ne cessent d'essayer d'améliorer le forum et le confort des joueurs...

Longue vie à ZA, et que la passion de l'écriture continue de nous lier, tous ensemble, dans cet univers.
Zombie Apocalypse
Saison 5 : A Battle for Freedom

Partagez | 
 

 Scénario solo - Fraternal love

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Maître du Jeu
Messages : 201
Points : 1260
Date d'inscription : 03/05/2015

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles:
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
20/20  (20/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
"Matthew…" Pensa le colosse, perplexe, "Kelsey…"

C’était surréaliste… Que voulait dire cette femme. Elle serait sa sœur?! Comment ne pourrait-il ne pas reconnaître sa propre sœur si c’était réellement le cas. Tout ce qu’il voyait de cette rousse, c’était une simple victime. Une inconnue qu’il avait sauvées d’un long tourment, mais il n’aurait jamais pu croire qu’elle lui serait liée ainsi.

Et pourtant, le regard bleu suppliant de la jeune dame ne semblait pas pouvoir mentir lui. Et les mots qu’elles prononçaient semblaient tellement sincères, tellement crédibles aussi… Cette histoire était beaucoup plus structurée et convaincante que ce que Travis et sa bande lui avaient déjà dit. Sans compter que l’attitude de la jeune femme était empreinte d’une franchise que son cœur voulait croire.

Malheureusement, sa tête lui faisait obstacle. Il n’arrivait pas à croire totalement ce qu’elle lui disait, pas encore. Il lui faudrait plus de temps pour découvrir toutes les facettes de cette histoire.

Si cela peut vous donner espoir ma chère, on a dépassé de loin l’étape de la simple curiosité. Pour votre frère amnésique, savoir ce que vous aviez à lui dire était maintenant un besoin viscéral. Aussi vital que de respirer.

Malheureusement pour vous, vous avez vous-mêmes entendu le changement d’atmosphère au-dessus de vous. Des bruits de pas sortent dehors et Matthew dévie son regard pour observer le corps mort à vos côtés et l’escalier par lequel il est arrivé avant de retourner à vos yeux. Il venait de faire son choix.

"Rhabille-toi, et pas un bruit," vous ordonne-t-il d’un ton tout aussi impérieux en vous détachant et en se relevant.

"Alors, ça va chef? Elle est diablement silencieuse celle-là… Hein? Hugh!? Qu’est-ce que tu fais là-dedans?"

"Travis m’a permis de la mater un peu. J’ai pas eu la chance de la voir comme vous vu que je patrouillais."

Un silence de quelques secondes suivit ses paroles tandis que vous les indications de votre frère et que Matthew disparaît en montant les escaliers.

"Et elle dit pas un mot la gonzesse?"

"Il l’a knocké out.  Vous savez comment il peut-être."

"Ah come on! On vient à peine de l’avoir! Il est mieux de ne pas l’abîmer."  

"Bouge pas toi, il a dit qu’il ne voulait pas être dérangé, ça n’a pas changé."

Vous replacez enfin votre pantalon en place et approchez de l’entrée sans pour autant vous risquer à regarder dans le passage. Le silence se prolonge. Incapable de savoir ce qui se passe, vous respirez à peine de peur que cela vous trahisse.

"Travis? Ça…"

Il n’eut pas le temps de finir. Un bruit de lutte s’engagea aussitôt, mixé de grognement de douleur. Vous sortez alors la tête pour voir Matthew  sauter à la gorge d’un des pillards qui tombent à la renverse, emporté par l’élan de votre frère en criant. Dans les marches de l’escalier, vous voyez un second homme se tenir la gorge, visiblement en train de s’étouffer, comme s’il avait la trachée broyée.

Que ferez-vous maintenant, Mlle Williams? Si vous n’avez pas une nature combative, laisserez-vous pour autant votre grand frère dans de tels draps?

_________________________________________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 333
Points : 1304
Date d'inscription : 09/05/2015
Age du Personnage : 25
Résidence du Personnage : QG des Offsprings of Freedom.
Emploi du Personnage : Survivante à temps plein.
Rumeur : Pas encore à ma connaissance.

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles:
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
20/20  (20/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
Le regard de mon frère ne m'avait jamais paru aussi troublé qu'en ces instants. Le cœur battant à tout rompre dans ma poitrine, j'en venais à me demander s'il allait me croire... Pourtant, je ne disais que la vérité, et tout dans mon expression, dans ma voix semblait le prouver. Une poignée de secondes s'écoulèrent, sûrement les plus longues de ma vie, et il ouvrit de nouveau la bouche pour m'ordonner de me rhabiller sans faire de bruit. Il détacha mes liens et se rapprocha de l'escalier pour répondre à l'un des sbires de l'homme étendu sans vie à mes côtés. Il disparut par là où il était entré, alors que je remettais mon pantalon, tremblant encore légèrement. En silence, je m'approchais moi aussi des escaliers en retenant presque mon souffle pour ne pas me trahir durant le curieux et pesant silence qui s'était installé... Quand tout à coup, alors qu'un homme commençait à parler, le bruit d'une lutte qui semblait s'être engagée en haut des marches me fit sursauter. Passer la tête par l’entrebâillement me permit d'apercevoir Matthew sauter à la gorge de l'un des pillards, alors qu'un second se tenait la gorge, affalé dans les escaliers, comme s'il était en train d'étouffer.

Le cœur battant la chamade, je réfléchissais rapidement. Je n'avais aucune idée de combien ils étaient là haut, ils m'avaient pris mes armes... Il m'avait tout pris en fait, même les plaques militaire de Will. Tout mon matériel. Il fallait que je récupère tout... Et surtout que j'aide mon frère. Mais comment ? Mon regard se tourna vers la petite pièce où ils m'avaient enfermé, et je cherchais ce qui allait pouvoir m'être utile... Mes yeux se stoppèrent sur les outils agricoles que j'avais aperçu à mon réveil... La pioche ! Ca ferait l'affaire, le bout pointu compenserait le manque de force de mes coups en s'enfonçant presque tout seul dans la chaire de ces pourritures. Un frisson parcourut mon corps, et je m'approchais du cadavre du chef pour retenir la hache de Matthew de son crâne. Mon frère allait en avoir besoin... Bon sang ce qu'elle était lourde ! Il me fallut appuyer mon pied sur sa nuque qui craqua lorsque je réussissais finalement à extraire l'arme solidement enfoncée dans sa tête.

La hache de mon frère dans la main gauche, je me saisissais de la pioche avec mon autre main. Bon sang, ces trucs pesaient une tonne... Un soupir traversa mes lèvres et je me précipitais dans les escaliers. « Matthew ! » Mon cri attira l'attention de mon frère, alors que je jetais à ses pieds sa hache favorite. Je n'avais bien évidemment pas assez de force pour la lui jeter dans les mains, on était pas dans un film d'action non plus... Un cri de rage retentit à ma gauche une fois que j'étais totalement sortie des escaliers et, je tournais la tête pour voir un homme me charger, couteau en main. Attrapant d'une double poigne ferme la pioche que je tenais, je la plantais avec violence dans la poitrine du pillard qui écarquilla les yeux et s'écroula à mes pieds. Son sang me gicla au visage, et me brouilla la vue quelques secondes, me faisant lâcher mon arme solidement enfoncée dans son torse et reculer de quelques pas.

D'un geste plein de dégoût, je me passais la main sur le visage pour l'essuyer, étalant un peu plus le liquide chaud sur ma peau pâle, mais me permettant ainsi d'y voir de nouveau correctement. Matthew semblait s'être débarrassé de son assaillant. Mon cœur battait à tout rompre dans ma poitrine, j'avais du mal à réfléchir correctement, l'adrénaline faisait son effet. « Matthew, mes affaires, il me faut mes affaires ! » Mon beretta avec silencieux, mon fusil de précision, mes munitions et les plaques de William... Je ne pouvais pas partir sans. Je n'avais pas fait tout ça pour rien.

_________________________________________________



« It's the end of the world as we know it...
And I'm not afraid, 'cuz you're with me. »

If you hold my hand, promise me to never let go.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maître du Jeu
Messages : 201
Points : 1260
Date d'inscription : 03/05/2015

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles:
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
20/20  (20/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
Sage décision Mlle Williams…

Votre intervention a permis à votre frère de maîtriser rapidement son adversaire à coup de fer de hache au visage avant que ce dernier n’ait pu sortir son arme. Pour vous, la chance vous sourit… Les instincts libidineux des pillards sanguinaires avaient mené votre propre assaillant a essayé de vous dominer par la force et à vous maîtriser en vous abîmant le moins possible. Il n’avait malheureusement pas pris en considération le fait que vous n’aviez aucunement l’intention de vous faire molester à nouveau. Quoi de plus normal en effet…

Son erreur lui coûta très cher, et la pioche perfora son corps profondément sans pour autant passer complètement de l’autre côté, ce qui n’était pas vraiment mieux en fait. Suffit de dire qu’il s’écroula avec lourdeur en lâchant un souffle qui allait bientôt se faire accompagner de gargouillis ensanglanté.

Vous n’aviez pas perdu votre sang froid pour autant et vous aviez tout de suite eu la présence d’esprit de demander vos choses à votre grand frère amnésique qui vous tendait déjà la main pour vous amener loin d’ici.

Le regard écarquillé et exaspéré qu’il vous rendit vous en dit long sur ce qu’il pensait de votre proposition, mais votre expression désespérée le convaincs à nouveau et il vous fait signe de le suivre tout en vous lançant un objet, que vous reconnaissez comme étant un revolver et que vous attrapez d’une main adroite avant de lui emboîter le pas.

Alors que vous vous mettez en route, vous entendez des bruits de pas sortir de la maison et des cris de colères mêlés d’incompréhensions rugissent d’un grand nombre de gorges. Voyant que vous avez clairement fait votre choix, et sans vous donner le temps de vous rendre, vous entendez les premiers coups de feu retentirent dans votre dos.

Les balles sifflent à vos oreilles tandis que vous continuez à creuser l’écart qui vous sépare d’eux, mais votre frère ne peut pas en faire autant, et vous vous retrouvez vite à le devancez. Lors d’une occasion où vous jetez un regard vers lui pour l’encourager, vous le voyez pointer une sorte de grange à une trentaine de mètres de la maison dans laquelle vos ravisseurs ont élu domicile. À votre approche, les projectiles commencent alors à ricocher contre les murs de tôles, certaines les perçant. Cependant, vous savez très bien que c’est tout ce que vous pourrez trouver de mieux comme abri et vous y entrez sans hésiter.

Une fois à l’intérieur votre grand frère arriva peu de temps après, et fit glisser la porte derrière lui pour la fermer afin de vous donner un semblant de protection. Dès qu’il eut reculé de 3 pas, un déluge de balle s’abattit là où il s’était tenu quelques instants plus tôt. Évitant ainsi de près de se transformer en un gruyère comme la porte de tôles.  

Voyant ceci, Matthew fit volte-face pour vous regarder droit dans les yeux avec un air franchement mécontent.

"Si on meurt à cause de ça j’espère que tu vas t’en vouloir profondément." Vous crache-t-il à la figure en s’avançant, pour prendre un fusil d’assaut reposant sur une caisse.

Du doigt, il vous pointe un sac étalé au sol que vous reconnaissez comme étant le vôtre. À peine l’avez-vous pris que Matthew se rapproche à nouveau de vous.

"Il faudra essayer de se frayer un chemin. Ils ont probablement déjà cerné la grange à l’heure qu’il est. Commença-t-il à vous dire."

Mais peut-être avez-vous remarqué que quelque chose cloche…
Aucune autre balle n’a frappé le mur de la bâtisse. Et pourtant, les coups de feu résonnent toujours à l’extérieur. En fait, les cris de vengeance se sont changés en cri de désarroi, et il vous semble qu’une grande quantité de fusils se sont ajoutés au lot de tireurs.

Interloqué, votre duo s’approche des trous créés précédemment avec prudence et vous jetez un regard à l’extérieur pour voir ce qu’il se passe. Votre sang se glace alors, littéralement, lorsque vous apercevez une cinquantaine de personnes à l’abri du boisé situé à l’est du domaine canarder les pillards qui vous avaient faits prisonniers. Hurlants comme des bêtes rendues hystériques par le sang et la mort.

Vous reconnaîtriez ces cris entre mille… Vous les aviez entendus deux mois plus tôt, quelques parts en fin mars dans le domaine de l’Académie.

À voir votre regard terrorisé, Matthew n’a pas besoin de vous poser la moindre question. Ces nouveaux arrivés n’étaient pas de l’aide, loin s’en faut… Le seul bon point qu’il y avait à leur présence était que vous aviez l’occasion de vous faufiler hors de vue étant donné la distraction que les Raiders vous procuraient.

Courant vers l’arrière de la grange, Matthew défonça une porte sommairement barricadée d’un coup d’épaule qui faisait honneur au souvenir de colosse que vous aviez de lui. Maintenant libre, vous repartiez au pas de course vers les rails de chemin de fer par laquelle vous-même étiez arrivé quelques heures plus tôt.

L’espoir fait vivre dit-on… Peut-être espériez-vous que tout était terminé maintenant, que tout allait se terminer pour le mieux. Si touchant… Vous avez une si belle naïveté Mlle Williams.

"EH! Regardez, il y en a deux par là! S’écria une voit enjouée dans votre dos alors que les coups de feu s’affaiblirent, puis s’éteignirent."

Un bref regard vous confirma que vous aviez des Raiders aux trousses, et que les restants du groupe de pillards qui vous avaient faits prisonniers avaient rendu les armes, n’étant plus que 6 à tenir tête à la quarantaine d’hommes armés jusqu’aux dents.

Vous aviez alors retourné votre attention sur votre frère et votre course effrénée, incapable même de prier pour votre vie.


------------------------------------------------------------------------------


Le soleil avait disparu depuis peu. Le corps de Matthew qui avançait lentement à vos côtés était à bout de force, vous le sentiez. Vous-mêmes étiez très près du point d’épuisement. Dans la végétation dense dans laquelle vous évoluiez, vous pouviez voir les rayons de lumière projetée par des lampes de poche illuminer la pénombre avoisinante. Dévoilant à l’occasion un Z in extremis qui était promptement tué par votre colosse de frère. Cependant, malgré cette aide salvatrice, vous n’arriviez pas à semer vos poursuivants, et les râles des Z eux se faisaient de plus en plus nombreux, resserrant inévitablement leur étau sur le met appétissant que vous représentiez.

Vous aviez longé la rivière par laquelle vous étiez venu ce matin durant un long moment, et vous étiez ainsi approché du centre-ville. Malheureusement pour vous, vous ne pouviez pas encore savoir exactement si vous y étiez arrivé et pour être franc, aucun de vous n’avait réellement réfléchi longuement sur votre itinéraire. Votre seule motivation avait été de fuir vos poursuivants, et malgré le fait que vous en ayez abattu une demi-douzaine avec votre nouvelle acquisition, il semblait être aussi motivé qu’au départ.

Profitant d’un instant de noirceur pour vous accroupir, vous tentiez de passer inaperçu en progressant ainsi à pas de loup depuis quelque temps. Derrière vous, vos traqueurs continuaient à marcher dans votre direction approximative en discutant et en s’encourageant mutuellement. Un avantage pour vous puisque cela pouvait couvrir les sons que vous pourriez produire par inadvertance.

"3 fois,  disait un de vos poursuivants à un de ses comparses en riant, peux-tu croire qu’il y a eu trois groupes qui ont été choppé au même endroit en 2 mois et demi… Bande de tarés. Oh, les v’là!"  

So much for stealth…

Le rayon de lumière avait éclairé votre position approximative au mauvais moment, et vous étiez forcé de courir à nouveau pour votre vie.

Épuisés et incapables d’en supporter davantage vous continuiez votre fuite. Le sol accidenté plein de racines sur duquel vous courriez devenant alors votre pire ennemi. Seul un miracle vous avait permis d’éviter une foulure ou une mauvaise chute, mais vous étiez forcé de vous rendre à l’évidence. Il vous fallait une cachette, et vite! C’était votre dernier espoir.

En voyant une petite pente ascendante à votre gauche, vous aviez pris l’initiative et « tirez » votre frère à votre suite. Arrivez au sommet, vous vous êtes retrouvé face à une zone résidentielle miteuse et qui vous était familière…

Cependant, une fois cette ascension faite, vous sentiez au plus profond de votre être que vous aviez atteint votre point de non-retour, et Matthew le sentit également…

En ce court instant, une myriade de pensées lui traversa l’esprit. Oubliant le danger qui vous guettait, la peur qui l’assaillait, et les doutes qui lui rongeaient toujours l’esprit, il ne put s’empêcher de se rappeler les paroles que vous lui aviez dit dans le sous-sol de la maison.

"Tu t'appelles Matthew Connor Williams […] Et moi je suis Kelsey Shannon Williams, ta petite sœur. "

Connaître les secrets que lui cachait la jeune rousse était la chose la plus précieuse qu’il avait jamais souhaitée de toute son existence. Ce qu’elle pouvait lui dire répondrait à tellement de questions toujours sans réponse, et qui pourrait l’aider à déterminer qui il était. Encore fallait-il que ce qu’elle a dit soit vrai évidemment.

Il n’était pas encore totalement persuadé de cela, mais en ce très court instant il eut une seule certitude. Si ce que vous disiez était véridique, il ne pouvait pas vous laisser tomber entre les mains de ces sauvages…

Tournant votre regard vers lui avec l’espoir d’y trouver du support, vos oreilles perçurent un faible murmure empreint de culpabilité sortir de ses lèvres.  

"Je suis désolé…"

Puis, avant que vous ayez eu le temps de réagir, un coup de poing fulgurant vous percuta la tempe, vous emportant de force dans les bras de Morphée en laissant votre frère à son sort…


HRP:
 



_________________________________________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Scénario solo - Fraternal love
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» [BACKGROUND] Karak Azgal
» Scénario: Les Vaches qui rient
» Absolarion Love.
» Love me now or hate me forever!
» Scénario : Attaque à la lisière de Fangorn (S.D.A)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Zombie Apocalypse :: Zone de Salem :: Salem Sud :: Zone résidentielle-