Life is but a journey, an ephemeral and fragile one. Now it simply became bloody as well...
Jericho est de retour, et ses sbires ont remis en marche l’entreprise d’esclavagisme qu’ils semblaient avoir mis en veilleuse depuis quelques mois. N’importe quel survivant est une cible potentielle pour le regroupement de pillards et Dieu seul sait ce qui arrive alors aux pauvres âmes qui en sont les victimes… Le seul espoir des survivants de la ville s’incarne dans le maître d’orchestre de la seule victoire que les rescapés de Salem ont arraché à Jericho, Azad Kamrane. C’est-à-dire, l’homme derrière la chute de la Marion et qui a dans le même temps remis en liberté les esclaves que les Raiders avaient si durement rassemblés à l’intérieur des murs de la prison. L’Iranien a poursuivi les préparations de la lutte à venir, mais au-delà des questions concrètes qu’il lui faut considérer, plusieurs interrogations restent sans réponse. Qui sont-ils réellement? Que veulent-ils? Où sont-ils? Que font-ils de leurs victimes? Combien de personnes suivent Jericho? Autant d’inquiétudes auxquelles le leader des Offsprings devra très rapidement trouver des réponses…
CharteContexteFonctionnalitésBazarEspace PersonnelScénarios
A savoir
# Un event important est actuellement en cours ! N'hésitez pas à suivre son déroulement ici → An unreachable, yet invaluable prize...
#
Contexte
De l'humanité il ne reste presque plus rien. Derniers survivants face à la menace zombie, vous avez combattu la peur, la maladie et la misère. Six années se sont écoulées, combien de jours tiendrez-vous encore ? Nous sommes en 2017 et le monde a été plongé dans le chaos suite à une catastrophe biologique. Que vous veniez de Central City ou de contrées plus éloignées, votre course effrénée pour la survie vous a mené jusqu'à Salem, dans l'Oregon. L’accalmie qui régnait dans les derniers mois s’est terminé dans le sang et la douleur avec le retour des Raiders qui sont sortis de l’ombre dans laquelle ils se trouvaient. Ils ont depuis repris leur entreprise sombre, et tout être humain encore dans les environs, homme, femme et enfant sont à risque d’être faits prisonniers comme ils l’ont fait lors de leur arrivée en mars. Dans ce monde totalement changé, le danger rôde à chaque instant, et l’avenir de tous ceux se trouvant dans Salem est voilé d’une incertitude qui n’est pas près de se lever. Face à un tel raz-de-marée de sauvagerie, la survie de tous dépendra des actions individuelles de chacun... Et vous, qu'attendez vous pour nous rejoindre ?
Remerciements
Nous tenions à remercier le forum Never-Utopia grâce à qui le forum peut aujourd'hui connaître un renouveau. Un merci aussi à nos joueurs pour leur patience et leur soutien après tout ce temps. ZA n'est pas encore parfait, mais grâce à vous il vit. Un merci également aux administrateurs qui donnent de leur temps et ne cessent d'essayer d'améliorer le forum et le confort des joueurs...

Longue vie à ZA, et que la passion de l'écriture continue de nous lier, tous ensemble, dans cet univers.
Zombie Apocalypse
Saison 5 : A Battle for Freedom

Partagez | 
 

 FLASHBACK : EVENT SAN ARMONICO

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
Messages : 200
Points : 1044
Date d'inscription : 12/07/2016
Age du Personnage : 21

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles: 1
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
0/20  (0/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
Un vent sec et chaud souffle sur le relief légèrement vallonné du territoire aride de l'Arizona. Le paysage urbain de Tucson se dresse comme tant d'autres cités humaines d'aujourd'hui : abandonné, vierge de toute activité, véritable mémorial de béton, de verre, d'acier et de câbles électriques depuis longtemps hors tension où les oiseaux charognards viennent se reposer après avoir longtemps dégusté les restes humains. Certains de ces vautours se repaissent directement des corps en décomposition des zombies, alors que d'autres préfèrent la viande cuite et bien plus tendre qui reste encore accrochée en de maigres lambeaux aux os de ces immenses charniers.

Mais quels charniers me direz-vous ? Je tâcherai d'étouffer un rire moqueur et supérieur pour mieux vous désigner du regard ces monticules de calcium jaunis, dégageant une puanteur qui serait bien capable de repousser le plus immonde des rôdeurs, s'entassant aux pieds des remparts rouillés de San Armonico. Établie tout autour du périmètre de sécurité de ce qui fut autrefois, il n'y a encore de cela pas si longtemps, le fleuron de l'industrie de l'armement Américain, les usines de la Raytheon, de grandes cheminées dominent aujourd'hui ce bourbier d'inhumanité, crachant dans le ciel d'immenses panaches d'une fumée lourde, âcre et noire de suie. Au coeur de cette enceinte vit une communauté de pillards, regroupée sous la houlette d'un surnommé Cook ; une communauté guidée par la folie d'un seul.

Plus que des pillards, il s'agit bel et bien là de survivants enclavés dans un second SafePoint, un SafePoint où il ne fait pas bon être étranger, un autre point noir dans une mer d'encre. Ici, les "Cookers" ont trouvé un moyen de survivre très particulier dans la pratique du cannibalisme. Des centaines de cabanes de tôles et de poutrelles s'étendent et s'empilent en un immense bidonville, véritable dédale de chair et d'acier où les crânes humains de précédents repas marquent l'entrée des refuges comme de funestes boîtes à lettre, où les hurlements des prisonniers et des esclaves en attente de dégustation résonnent sous les coups de fouet et les lacérations ; car ici, chaque survivant refusant de se plier aux règles du groupe, qu'il s'agisse de malheureux hères capturés sur les routes ou de survivants lambda croyant trouver-là un refuge à l'apocalypse, est mis à contribution dans les usines, sur les chaînes de fabrication détournées pour subvenir aux besoins de la communauté, la caste dominante.

Si San Armonico n'était qu'un enfer de plus sur Terre, il ne susciterai que de l'effroi, ne serait rien de plus qu'une rumeur colportée par les voyageurs chanceux et les épargnés ; mais ce bastion s'est approprié le complexe abandonné de la Raytheon pour produire ses propres munitions, ses armes aussi, et des pièces d'acier à foison. Aussi bien orfèvres que cannibale, les chefs de production oppressent les prisonniers avec cruauté, honorant les commandes des groupes de pillards nomades et autres pirates de la route. Le troc est la seule monnaie d'échange ici. Un homme contre une centaine de cartouches, des denrées plus rares contre des armes. Mais pour les prisonniers de l'un ou de l'autre, il n'y a qu'une seule issue au final : la mort.

_________________________________________________


INVERNESS ★ no one around here is good at keeping their eyes closed. the sun's starting to light up when we're walking home. tired little laughs, gold-lie promises : we'll always win at this i  don't ever think about death. it's alright if you do, it's fine. we gladiate but I guess we're really fighting ourselves. roughing up our minds so we're ready when the kill time comes. wide awake in bed, words in my brain, "secretly you love this do you even wanna go free?" let me in the ring, i'll show you what that big word means
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 200
Points : 1044
Date d'inscription : 12/07/2016
Age du Personnage : 21

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles: 1
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
0/20  (0/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar

MATTEW O'CONNOR


Arizona. 16 décembre 2014.
04h00 heure locale.

Non loin de San Armonico alors que le soleil ne c'est toujours pas montré, des phares illuminent la nuit, les jeeps défilent à une vitesse foudroyante, dans un paysage désertique où il n y a pas âme qui vive. Un panache de poussière s'élève derrière chaque véhicule, puis les moteurs s'arrêtent et les « soldats » du SafePoint descendent.

O'conner en fait partie, le briefing a été clair tuer toute « menace » c'est clair qu'il n y a pas de meilleure explication, quand l'on entre en guerre, normalement il aurait peut-être été réticent à se joindre à cette campagne, mais c'était un mal nécessaire pour un plus grand bien ... s'il n y a plus d'ennemie contre qui devrons nous tourner nos armes ? Et puis il est bien connu qu'il est bien plus simple de passer par la guerre, pour avoir la paix. Et puis finalement ça n'est pas comme s'il avait vraiment eu le choix.

Néamoins il y a une cible principal sur laquelle on a été brieffé un certains Cook ça serait lui le "Chef" de cette bande de chien enragé.

L'effet de surprise grâce à l'obscurité de la nuit est notre meilleur atout pour l'instant. Pour ma part je suis assez bon tireur et ne m'inquiète pas tellement, mais dans les prochaines heures il va falloir s'attendre à des pertes c'est inévitable je me demande même s'ils y en a qui se sont déjà servis d'une arme ... Les combats urbains sont les plus impressionnant parfois et cet endroit n'est rien d'autre qu'un bidonville immense le danger en plus d'être omniprésent peut s'avérer être fatal pour les moins chanceux.

« Si jamais ça part en couille faudra que j'improvise pour me tirer de là »

Prêt à partir pour l'assaut le lieutenant sait parfaitement qu'ici les prisonniers ne restent pas longtemps en vie, ils ne retiendront pas leur coups contre nous ... Alors, ne retenons pas les nôtres contre eux ...

_________________________________________________


INVERNESS ★ no one around here is good at keeping their eyes closed. the sun's starting to light up when we're walking home. tired little laughs, gold-lie promises : we'll always win at this i  don't ever think about death. it's alright if you do, it's fine. we gladiate but I guess we're really fighting ourselves. roughing up our minds so we're ready when the kill time comes. wide awake in bed, words in my brain, "secretly you love this do you even wanna go free?" let me in the ring, i'll show you what that big word means


Dernière édition par Davis G. Inverness le Jeu 20 Oct - 18:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 200
Points : 1044
Date d'inscription : 12/07/2016
Age du Personnage : 21

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles: 1
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
0/20  (0/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar

ALEXIS RYDER

15 Décembre 2014 - 10h10, heure locale.
SafePoint, Nevada.

Le discours de Hudson venait de prendre fin quelques minutes plus tôt et déjà Safepoint s'agitait de tout côté.
Le jeune militaire avait à ce moment là pour projet de partir faire un tour à Riverside avec Davis, avec laquelle il avait passé beaucoup de temps ces derniers jours depuis l'épisode de la forêt d'edgewood. Bien qu'ils n'entretiennent pour l'instant qu'une relation platonique le jeune homme devait avouer qu'il appréciait de plus en plus la compagnie de la jeune femme et pas simplement en tant qu'amis. Autant par son physique, fort agréable, que par son caractère elle plaisait beaucoup au Sergent. Et il faut dire que le fait d'avoir vécu les derniers jours ensemble les a beaucoup rapproché. Néanmoins le jeune soldat voit bien que Davis est encore torturé par certains démons et il n'ose pas lui poser directement des questions qui risqueraient de la blesser.

Il regarda Davis qui s'étaient arrêté en même temps que lui en entendant l'annonce du commandant et lui dit :

-Bon... Il semblerait que le devoir m'appelle...

Ils n'étaient dupe ni l'un ni l'autre. Une guerre venait de commencer. Et Alexis étant un militaire il était logique qu'il y prenne part. Et il serait donc vraisemblablement séparé de la jeune femme. Ne sachant pas comment formuler ses pensées il s'abstint d'ajouter quoi que ce soit, mal à l'aise.

Arizona. 16 décembre 2014.
04h00 heure locale.

Un convoi de humvee et autres véhicules plus ou moins conventionnels illuminaient la nuit de leurs phares. Il restait quelques heures avant d'arriver à destination et le jeune soldat était agité. Certes il comprenait la guerre. Les raisons et les enjeux. De là à être d'accord et à vouloir mettre sa vie en jeu... Il s'était engager pour DÉFENDRE et non pour attaquer... Néanmoins si ce qu'il avait entendu était vrai il pensait être au bon endroit.

Il n'avait en effet aucune envie de voir une horde de cannibale armés jusque aux dents débarqués à Safepoint après un petit déj' pas assez copieux...

Il était assis à l'arrière d'un humvee qui tressautait au rythme de la rencontre avec des nids de poules et autres obstacles.
Il jeta un coup d’œil inquiet à sa droite. Il avait une autre raison de s'inquiéter. Et pourtant d'un autre coté il était heureux de cet état de fait :

Il n'avait pas réussi à la faire changer d'avis.

_________________________________________________


INVERNESS ★ no one around here is good at keeping their eyes closed. the sun's starting to light up when we're walking home. tired little laughs, gold-lie promises : we'll always win at this i  don't ever think about death. it's alright if you do, it's fine. we gladiate but I guess we're really fighting ourselves. roughing up our minds so we're ready when the kill time comes. wide awake in bed, words in my brain, "secretly you love this do you even wanna go free?" let me in the ring, i'll show you what that big word means


Dernière édition par Davis G. Inverness le Jeu 20 Oct - 19:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 200
Points : 1044
Date d'inscription : 12/07/2016
Age du Personnage : 21

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles: 1
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
0/20  (0/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar

DAVIS G. INVERNESS

15 Décembre 2014 - 10h10, heure locale.
SafePoint, Nevada.

Ça y est, c'est le gros bordel. Je n'ai jamais vu les rues de Safepoint aussi bruyantes. C'est un véritable nid de souris où grouille une vermine angoissée. Des rats, nous sommes faits comme des rats. La voix grave et trop familière du général Hudson me brisa les tympans. A chacun de ses mots, je priais pour qu'aucun ne lui succède. Est-ce qu'un dieu pourra entendre ma prière, celle que le général retire ses propos, annonçant finalement qu'il s'agissait d'une plaisanterie, quelque chose dans ce genre là. Non, ce n'est juste .. pas .. possible ..

- Bon... Il semblerait que le devoir m'appelle...

C'est comme si mon coeur me lâchait tout d'un coup. Je ne sens plus mes jambes, j'en viens même à me demander comment je peux encore tenir debout. Je crois que je n'entends rien, l'espace de quelques secondes. Cette simple phrase engage trop, beaucoup trop de possibilités. Je le vois déjà partir à la guerre, le fusil à l'épaule. Quelques jours, quelques semaines, ou peut-être quelques mois après, je recevrais la lettre d'un gradé qui m'annoncera qu'il a été tué. Je n'imagine pas parler de lui au passé, non.. S'il vous plait ..

- Non, non ... non ...!

Nous passons près d'une heure, peut-être même deux, ou trois, je n'ai pas fait attention, à discuter, sérieusement. Il refuse, il refuse que je parte avec lui. Il ne veut rien savoir. Je parle d'une voix des plus vives, malgré la crainte qui m'étrangle. Je ne lâche rien, mes arguments se construisent et deviennent de plus en plus convaincants, j'ai l'impression. Il soupire dès que j'en lance un. Il se passe un long moment de délibération, et, finalement ..

Et ça continue encore et encore, c'est que le début, d'accord, d'accord ...


Arizona. 16 décembre 2014.
04h00 heure locale.

Qui aurait cru que je me retrouve ici, ce matin ? Qui aurait cru que je serais là, un jour, au milieu des militaires prêts pour .. la guerre ? Il a parlé de ça, le général, pas vrai ? Les simples images qui me viennent à l'esprit sont celles des conflits en Irak qui passaient à la télévision. Une violence extrême, des coups de feux, de la fumée, de la poussière, des flammes, des cris, des pleurs, tout ce qui fait rêver les Hommes, bien entendu. Je ne veux pas, non. Je ne veux pas voir ça, je ne vais pas le supporter. Je me retiens de hurler pour que l'on ouvre les portes et qu'on me laisse sortir. Je pourrais rentrer, poser ma tête sur l'oreiller et m'étouffer dans mes sanglots. Mon coeur bat vite, très vite. Ma poitrine se compresse. Il fait chaud, dans le humvee. Je suis à côté d'Alexis, que je n'ai pas quitté depuis deux jours, trois peut-être. Je n'ose pas lever les yeux, je sais juste qu'il est là, ça me suffit. J'abandonne mon regard sur mes chaussures, les mains jointes, et tremblantes. J'ai peur. Oh putain ouais. J'ai peur ...

_________________________________________________


INVERNESS ★ no one around here is good at keeping their eyes closed. the sun's starting to light up when we're walking home. tired little laughs, gold-lie promises : we'll always win at this i  don't ever think about death. it's alright if you do, it's fine. we gladiate but I guess we're really fighting ourselves. roughing up our minds so we're ready when the kill time comes. wide awake in bed, words in my brain, "secretly you love this do you even wanna go free?" let me in the ring, i'll show you what that big word means


Dernière édition par Davis G. Inverness le Jeu 20 Oct - 19:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 200
Points : 1044
Date d'inscription : 12/07/2016
Age du Personnage : 21

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles: 1
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
0/20  (0/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar

ZACKARY THOMAS

15 Décembre 2014 - 10h12, heure locale.
SafePoint, Nevada.

Zackary se trouvait dans sa chambre au Quartier Général lorsque le discours d'Hudson avait retenti dans toute la ville. Il avait réussi à faire main basse sur une bouteille de vodka un peu avant dans la matinée et avait entrepris de se saouler complétement.
Sa chambre était un beau merdier où trainait des bouteilles de toute sortes d'alcool vides un peu partout ainsi que des vêtements sales ça et là. Seul point d'ordre dans son univers de chaos était l'espace réservé à son équipement. Il prenait particulièrement soin de son paquetage car lorsqu'il était en mission c'était une des rares chose à laquelle on pouvait se rattacher pour survivre.
Son Five-Seven était posé sur la table devant lui et la bouteille de vodka déjà bien plus qu'entamée se trouvait dans sa main. Le sergent regarda longuement sa boisson...
Il prit une grande inspiration et finit le fond de la bouteille cul sec. Son gorge s’enflamma et il fut pris d'une forte quinte de toux. Une fois qu'il eut finit de tousser, il s'équipa et sortit de sa chambre pour aller faire la guerre...

- C'est le moment de pas faire dans son froc... marmonna-t-il pour lui même.

Arizona. 16 décembre 2014.
04h00 heure locale.

Le calme de la nuit était brisé par le bruit des moteurs du convoi. Ce dernier était composé de humvees et de tout autre véhicules pouvant permettre un déplacement pratique de troupes. Zackary était assis à la place du passage avant dans un humvee. Il regrettait amèrement de ne pas avoir emmené une bouteille d'alcool.
Il était néanmoins sobre pour cet opération d'une importance crucial pour l'existence et la sécurité de SafePoint. Le sergent approuvait l'initiative de Hudson. Si on laissait ces groupuscules alimenter les pillards et faire ce qu'il leur chantaient, SafePoint serait bientôt en état de siège permanent et ces enfoirés de cannibales s'amuserait à bouffer du militaire loyal et patriote au dîner.
De plus, San Armonico était un point stratégique des conflits s'apprêtant à éclater. L'infrastructure pouvant fabriquer leurs propres munitions et armes, l'armée avait fort intérêt à s'en emparer pour s'assurer un ravitaillement armé suffisant pour gagner la guerre. Cependant, les histoires qu'avait entendu Zack sur les habitants de San Armonico lui faisait froid dans le dos... C'est qu'il n'avait pas trop envie de terminer en plat de résistance pour cannibales...
Une fois de plus, le Sergent Thomas s'assura du bon fonctionnement de son équipement et qu'il n'avait rien oublié. En vérité, l'approche de la zone d'opération le stressait et il avait peur de mourir.

_________________________________________________


INVERNESS ★ no one around here is good at keeping their eyes closed. the sun's starting to light up when we're walking home. tired little laughs, gold-lie promises : we'll always win at this i  don't ever think about death. it's alright if you do, it's fine. we gladiate but I guess we're really fighting ourselves. roughing up our minds so we're ready when the kill time comes. wide awake in bed, words in my brain, "secretly you love this do you even wanna go free?" let me in the ring, i'll show you what that big word means


Dernière édition par Davis G. Inverness le Jeu 20 Oct - 19:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 200
Points : 1044
Date d'inscription : 12/07/2016
Age du Personnage : 21

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles: 1
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
0/20  (0/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
16 Décembre 2014 - 04h00, heure locale.
Un kilomètre au nord de San Armonico,
Tucson, Arizona.

San Armonico ne dort vraiment jamais. Ses usines sont toujours en activité, de jour comme de nuit. Les équipes de cannibales se relaient à martyriser leurs esclaves-ouvriers afin de maintenir une production constante et optimale, tandis que des guetteurs veillent patiemment sur les remparts de l'enceinte. Il ne leur a pas fallu bien longtemps pour remarquer l'immense colonne de phares brillants perçants dans l'obscurité, ou l'agitation que provoquait le-dit convoi en approche. Le Commandant Hudson a réquisitionné pas moins de quatre-cent hommes et femmes pour attaquer le petit bastion de l'Arizona, et fournit presque autant de matériel afin de chacun puisse défendre sa vie, et en ôter le double. Le chef des armées de SafePoint a jeté ses toutes dernières ressources dans ces opérations, tant humaines que matérielles ; et il escompte obtenir des résultats probants, à savoir une victoire. C'est là tout l'intérêt stratégique du petit bastion de San Armonico.

Mais le véritable problème de ce bastion, c'est qu'il est situé à la périphérie de Tucson, seconde ville de l'Etat comptant à l'époque plus d'un demi-millions d'habitants, et que l'ami Z y rôde toujours en grand nombre. Si les Cookers ont permis de grandement réduire ce nombre au fil des années écoulées, il n'en reste pas moins que les infectés constituent une menace et un ennemi supplémentaire à combattre. Le convoi n'a eut d'autre choix que d'emprunter l'autoroute encore saturé de carcasses de véhicules abandonnés, se frayant un passage à l'aide d'un puissant Oshkosh muni d'une entrave de déneigement afin de rallier la dropzone d'où sera lancé l'assaut initial sur San Armonico.

Lorsque les freins couinent enfin et que vos véhicules de transport s'arrêtent enfin, les immenses bâches s'ouvrent sur le tarmac des pistes de l'aéroport international de Tucson. Les militaires mettent le pied à terre les premiers, certaines sections s'occupant de sécuriser le périmètre autour de la DropZone tandis que d'autres s'activent à faire débarquer les civils les moins enjoués ou à mater les plus rebelles ou couards. Tout ce petit monde désabusé se retrouve bien rapidement mené au devant des véhicules transportant matériel et armement, où les logisticiens s'affairent à décharger de nombreuses et lourdes caisses. Une fois l'équipement distribué, les sous-officiers forment des groupes et donnent leurs premières instructions en beuglant pour couvrir le brouhaha des gémissements et des protestations.

C'est alors que se font entendre les cris, les glapissements et les hurlements des pillards, de nombreux coups de feu tirés en l'air résonnant dans l'atmosphère aride et désertique du Comté de Pima. Quelques hurlements de douleurs et de terreur aussi parviennent à vos oreilles, glaçant le sang de nombreux civils réquisitionnés pour une guerre qui n'est pas vraiment la leur. Les Cookers vous narguent, vous défient et vous attendent de pied ferme.

_________________________________________________


INVERNESS ★ no one around here is good at keeping their eyes closed. the sun's starting to light up when we're walking home. tired little laughs, gold-lie promises : we'll always win at this i  don't ever think about death. it's alright if you do, it's fine. we gladiate but I guess we're really fighting ourselves. roughing up our minds so we're ready when the kill time comes. wide awake in bed, words in my brain, "secretly you love this do you even wanna go free?" let me in the ring, i'll show you what that big word means
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 200
Points : 1044
Date d'inscription : 12/07/2016
Age du Personnage : 21

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles: 1
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
0/20  (0/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar

MATTEW O'CONNOR

16 Décembre 2014 - 04h10, heure locale.
Un kilomètre au nord de San Armonico,
Tucson, Arizona.


Déjà dix minutes que l'armée "requisitionner" de SafePoint a débarqué a Tucson, mais il y a eutre chose les zombies n'on pas disparu au regret de tous et le souvenir de notre ancienne société ou plutot du nombre assez nombreux de la populations "ancienne" de cette ville ne ravit pas le lieutenant, même si une partie à dû être éliminé par les pillards voilà que l'on nous jette en terrain inconnu, mais en plus on nous sert sur un plateau deux ennemies.
Le lieutenant avait même dû calmer un civil un peu trop "couard" et qui commençait à dire pas mal de conneries, le genre de type qu'il vaut mieux ne pas emmener sur un champ de bataille ...

A croire qu'on a le choix de choisir contre qui se battre ... Le lieutenant regarde autour de lui cherchant des visages amis sans doute. Des coups de feu retentissent et le brouhaha qu'à créer ce débarquement ne les caches pas.


O'conner se tourne vers la source de tout ce raffut, au loin, il comprend que les cookers les narguent et en plus ils ont assez de munitions pour s'amuser à en gaspillés ... « Bon pour l'effet de surprise c'est râpé ... En même temps il y a toute une armée ça aurait été bizarre qu'ils ne nous remarquent pas. »

-Mattew ?!- Une voix assez familière retentit, mais c'est moi qu'on appelle ... je me re-tourne de nouveau et aperçoit Boby. Nom de dieu de merde ! -Boby ! Putain ça faisait un moment que je vous avez pas vus avec Nelson, j'ai cru que vous aviez disparus !-

les deux amis se font l'acolade bien contant de se retrouver après plusieur mois de silence.

-Nelson, il est avec moi t'inquiète pas je veille sur lui comme sur mes couilles !- Je rigole à la remarque de Boby qui se révèle être très « raffiné »

-c'est du beau tout ça ... non sérieusement, ça me fait plaisir de vous savoir en vie, mais ... je t'avoue que j'aurais préféré un autre moment pour des retrouvailles entre vieux copains ...-

je me tourne de nouveau vers le bastion des pillards le fixant d'un regard dur.

-Ouais, c'est sûr ... mais au moins maintenant on se sépare plus alors !- Tapotant mon épaule.

-ouais grave, tiens au fait Nelson n'était pas avec toi tu m'as dit ?-

-si, mais il essaye de trouver des explosifs ... j'lui ai dit qu'on en avez pas, mais il veut absolument en avoir je vais finir par croire que c'est un véritable pyromane ...-

-ah ah ah dit pas ça, en plus si des explosifs se retrouve dans ses mains, c'est mieux pour tout le monde après tout c'est lui l'expert là-dedans.-

-ouais tu as bien raison ...-

-Mattew !? -

Le lieutenant et Boby aperçoivent Nelson qui semble assez surpris de retrouver Mattew ici ... à la guerre, quelle ironie pour ces trois âmes qui ont fait serment pour défendre leur étendard ... ou partir en guerre.

-qu'en on parle du loup -


_________________________________________________


INVERNESS ★ no one around here is good at keeping their eyes closed. the sun's starting to light up when we're walking home. tired little laughs, gold-lie promises : we'll always win at this i  don't ever think about death. it's alright if you do, it's fine. we gladiate but I guess we're really fighting ourselves. roughing up our minds so we're ready when the kill time comes. wide awake in bed, words in my brain, "secretly you love this do you even wanna go free?" let me in the ring, i'll show you what that big word means
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 200
Points : 1044
Date d'inscription : 12/07/2016
Age du Personnage : 21

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles: 1
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
0/20  (0/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar

ALEXIS RYDER

16 Décembre 2014 - 04h05, heure locale.
Un kilomètre au nord de San Armonico,
Tucson, Arizona.

Le convoi ayant finit par arriver les militaires mirent en place le déploiement des civils.
Des unités s'éparpillèrent pour quadriller la zone de débarquement et ceux qui restaient dirigèrent les civils vers le ravitaillement pour qu'ils y soient équipé.
Alexis quand à lui s'occupa surtout de Davis qui avait l'air effrayé dans toute cette cohue de gens en arme.
Il l'amena à un lieu d'équipement, et demanda une veste modulaire pour Davis, et deux casque balistique car il n'en possédait pas lui non plus.
Il enfila son casque puis aida Davis à mettre sa veste modulaire. Elle était trop grand pour elle et il fallait bien la serrer pour qu'elle s'ajuste au corps fin de la jeune femme.
Alexis l'aida donc à s'équiper de façon la plus douce possible, même si il dût une ou deux fois la secouer comme un prunier pour que les attaches soient enfin bien en place. Pour un peu il aurait sans doute rigolé de la situation mais le contexte actuel n'était pas vraiment propice à cela.
Il lui mis ensuite le casque sur la tête et fixant ses yeux dans ceux de Davis il mit une petite claque affective sur le haut du casque de la jeune fille et lui sourit en disant :

-Une vraie petite soldate ! -Son sourire ce figea un instant et il redevint extrèmement sérieux- Quoi qu'il arrive tu reste avec moi d'accord? Je suis simplement sous officier, mais vu le bordel il est possible que l'on me demande de commander un groupe de personne. Et je te veux en permanence à côté de moi. -Il défit la sangle tactique du steyr scout et lui tendit celle-ci en plus de l'arme - Tiens prend ça, tu as appris à t'en servir avec moi c'est une arme fiable et adapté pour toi. La sangle tactique te permettra de toujours avoir l'arme relié à ton corps tu ne pourras pas la perdre. Je te laisse choisir d'autres choses au ravitaillement. -Il lui tendit les chargeurs allant avec le Scout puis se retourna pour observer les alentours alors que Davis choisissait le reste de son équipement.

Il vit un chaos indescriptible, des civils en armes un peu partout. Quelques gradés qui lançaient des ordres. Des coups de feu provenant du périmètre de sécurité, surement destinés à quelques infectés.

Les excités de San Armonico avaient vus le convoi arriver et l'ont entendit divers coups de feu tiré en l'air et des cris sauvages, promesse d'un massacre à venir. Alexis n'avait aucune idée du nombre d'adversaire et à vrai dire il avait peur de connaitre le chiffre. Il supposa que 'l'armée de safepoint' était largement en infériorité numérique...

Il aperçut alors une connaissance entrain de vaquer à ses occupations pré-assaut. Rien de moins que le célèbre et alcoolique Zackary Thomas, son binôme. Il se demande si c'était le destin qui s'acharnait à réunir les deux hommes pour enfin réussir à les achever tous les deux ou si ils étaient réunis à chaque fois pour s'en sortir. Il préféra resté optimiste. A chaque fois que Zack avait été présent Alexis s'était retrouvé dans les emmerdes jusqu'au cou. Mais ils s'en étaient sortis tous les deux à chaque fois... Il fait un signe discret au Sergent Thomas en espérant qu'ils auraient l'occasion de se retrouver plus tard, ou que le Sergent aurait le temps de venir vers lui pour organiser cette saloperie de futur assaut. Il perdit de vus son binôme à cause des nombreuses personnes attroupés et se retourna vers Davis qui revenait enfin équipé de façon convenable.

Il se rendit compte que même dans une tenue 'militaire' elle n'arrivait pas à être laide. Elle avait toujours cette air de princesse déchue qui plaisait tant au militaire.

-Tu as tout ce qu'il te faut? Je pense que ceux qui sont en charge de cette opération vont bientôt s'adresser à nous. Souviens toi. Tu reste avec moi !
*Tu n'aurais même pas dû venir* pensa tristement le militaire qui était extrêmement inquiet pour la jeune fille car il savait qu'il ne pourrait garantir sa sécurité...

_________________________________________________


INVERNESS ★ no one around here is good at keeping their eyes closed. the sun's starting to light up when we're walking home. tired little laughs, gold-lie promises : we'll always win at this i  don't ever think about death. it's alright if you do, it's fine. we gladiate but I guess we're really fighting ourselves. roughing up our minds so we're ready when the kill time comes. wide awake in bed, words in my brain, "secretly you love this do you even wanna go free?" let me in the ring, i'll show you what that big word means


Dernière édition par Davis G. Inverness le Jeu 20 Oct - 19:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 200
Points : 1044
Date d'inscription : 12/07/2016
Age du Personnage : 21

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles: 1
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
0/20  (0/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar

DAVIS G. INVERNESS

16 Décembre 2014 - 04h05, heure locale
Un kilomètre au nord de San Armonico
Tucson, Arizona

Je sors de mes pensées une fois que les véhicules-éléphants sont arrêtés et que les soldats autour de moi commencent à s'agiter pour sortir. Alexis sortit du humvee avant moi, et je ne sais pour quelle raison étrange ma première idée fut de le suivre. Des soldats s'affairaient partout,claquant leur Rangers sur le bitumes. Les ordres et les crises de nerfs des gradés grondaient dans tous les sens. Les moteurs des engins rugissaient lourdement. Une bonne grosse merde quoi. Je faisais confiance au militaire, c'est bien la seule personne ici à qui je pourrais confier ma vie, à défaut d'avoir la fierté de me défendre, dans ce bordel pas possible. Avalohn.. Où es-tu, Avalohn ? Je te cherche du regard, mais je ne te vois pas. Mark .. Es-tu là ? Viens me chercher ! Non, Davis, il n'y a personne. Personne d'autre que des guerriers, des combattants, et une adolescente, au milieu de tout ça.

Alexis me conduit finalement à une salle d'armement, si le lieu peut mériter cette apostrophe. Je subissais totalement ce qui était en train de m'arriver. J'ai le regard vide, perdu je ne sais où. Peut-être est-il resté à Safepoint, ou peut-être n'a-t-il jamais quitté les yeux bleus du militaire, l'autre soir. J'aimerais tellement que ce soit vrai. Putain et moi qui me plaignait de l'apocalypse zombie, de la vie que je vivais à Safepoint ! Mais comment j'ai pu être aussi .. aussi .. je sais pas. Comme quoi, on se rends compte de ce que l'on avait quand on est en train de le perdre ..

- Une vraie petite soldate !

Encore une fois, je me suis abandonnée dans ma tête. Faudrait pas trop que ça m'arrive sur le front, ce genre de connerie. Je me réveille lorsqu'on "boum" métallique résonne dans mon casque et que la voix d'Alexis retentit.

- Quoi qu'il arrive tu restes avec moi d'accord ? Je suis simplement sous officier, mais vu le bordel il est possible que l'on me demande de commander un groupe de personne. Et je te veux en permanence à côté de moi. Tiens prend ça, tu as appris à t'en servir avec moi c'est une arme fiable et adapté pour toi. La sangle tactique te permettra de toujours avoir l'arme relié à ton corps tu ne pourras pas la perdre. Je te laisse choisir d'autres choses au ravitaillement.

Le militaire me tend le fusil de précision ainsi que les chargeurs de l'arme. Je passe le Scout en bandoulière et me penche sur les autres armes que le Quartier Général nous a mis à disposition. Je choisis parmi elles un pistolet mitrailleur, qui a une forme marrante, ainsi que quatre chargeurs et cinq grenades Flash-Bang. J'en range quatre dans les poches de ma veste modu .. Hein ? J'ai une veste modulaire ? Mais j'ai dormi ou .. ? Bref. J'en garde une à la main et m'avance vers le militaire lorsqu'il me dit :

-Tu as tout ce qu'il te faut? Je pense que ceux qui sont en charge de cette opération vont bientôt s'adresser à nous. Souviens toi. Tu reste avec moi !

Je lui met la grenade sous le nez et la lui met dans les mains. Si je m'y connais en armes à feux, les explosifs, c'est pas trop mon dada.

- Ouais, tiens, regarde, j'ai trouvé ça. Je sais pas trop ce que c'est. Tu penses que c'est bien ?

Je suivis le regard d'Alexis qui se portait sur un soldat à la coupe mullet. Sa face me dit quelque chose .. attendez .. oui ! Ah oui, il nous a fait expulser du Red Dawn Club lors de cette fameuse soirée .. pourrie. Je grince des dents en le reconnaissant alors que je m'aperçois qu'Alexis a déjà tourné la tête vers moi. Je ne peux pas rentrer dans sa tête pour savoir ce à quoi il pense, mais j'ai quand même ma petite idée sur la question ..

- Je m'éloignerais pas, puisque tu tiens tant à mourir auprès de moi..

_________________________________________________


INVERNESS ★ no one around here is good at keeping their eyes closed. the sun's starting to light up when we're walking home. tired little laughs, gold-lie promises : we'll always win at this i  don't ever think about death. it's alright if you do, it's fine. we gladiate but I guess we're really fighting ourselves. roughing up our minds so we're ready when the kill time comes. wide awake in bed, words in my brain, "secretly you love this do you even wanna go free?" let me in the ring, i'll show you what that big word means


Dernière édition par Davis G. Inverness le Jeu 20 Oct - 19:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 200
Points : 1044
Date d'inscription : 12/07/2016
Age du Personnage : 21

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles: 1
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
0/20  (0/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar

ZACKARY THOMAS

16 Décembre 2014 - 04h05, heure locale
Un kilomètre au nord de San Armonico
Tucson, Arizona

Le convoi s'arrêta enfin, permettant aux combattants de l'Armée de SafePoint de se dégourdir les jambes avant une très longue journée, voire plusieurs très longues journées. Zack poussa un long soupir, ferma les yeux pendant deux secondes puis descendit du véhicules.
Les soldats de métier étaient facilement repérables dans le jolie foutoir qu'était ce détachement militaire, c'étaient ceux qui distribuaient les armes et le matos, ceux qui sécurisaient le périmètre et qui foutaient des mandales aux civils récalcitrants. Le sergent Thomas se retourna et vit qu'un civil qui se trouvait dans le même véhicule que lui était tétanisé et ne voulait pas descendre. Avec un autre soldat, il l'attrapèrent pas les bras et le sortirent de force du véhicule. Des mecs comme ceux là, il ne fallait en aucun cas qu'ils se retrouvent sur le front, le meilleur moyen d'y rester...

- Allez mon gars ! cria Zack au civil. Si tu veux avoir une chance de rester en vie, va t'équiper et arrête de chier dans ton froc.

Sans même voir ce que ferait le civil, Zackary s'en alla pour aider à sécuriser un peu le périmètre. Les officiers gueulaient dans tout les sens des ordres que Thomas n'entendait pas distinctement. Un soldat lui lança un casque balistique. Zack l'attrapa au vol et le mit tout en faisait un geste de remerciement au collègue qui lui avait envoyé son casque.
Le sergent était armé et se dirigeait vers un point d'observation afin de mieux voir à quoi ressemblait San Armonico... Soudain, des coups de feu et des cris de firent entendre. Ils provenaient du bastion ennemi. Les cannibales avaient dû entendre leur convoi depuis longtemps maintenant.

Après avoir observer San Armonico, Zackary revint au véhicule qui l'avait transporté pour attendre les instructions puis le début de l'assaut. Cette journée promettait d'être un vrai massacre... En revenant vers le humvee, il aperçut brièvement son binôme de patrouille, Alexis Ryder. Zack décida de ne pas le déranger, et en plus le jeune français se trouvait avec un fille qui lui disait quelque chose...
En arrivant au humvee, le civil récalcitrant n'était plus là mais le soldat avec qui il avait sorti le jeune homme paralysé par la peur était toujours présent.

- J'espère que t'as fait ton testament, mon gars parce que ça promet d'être un jolie massacre aujourd'hui... fit Thomas au jeune soldat dont il ne connaissait pas le nom. Au fait, moi c'est Zackary Thomas, Sergent, mais tu peux m'appeler Zack.
- Moi c'est Sam Thomson, soldat, répondit-il.
- Tu sais ce que les gradés ont prévu pour l'assaut ? demanda Zackary.
- Non, mais ils devraient s'adresser à nous dans un p'tit moment normalement... Ils vont pas nous demander de charger comme des malades...
- Ils en seraient capables...

Ils ne dirent plus rien après ça, attendant les ordres qui sonneraient peut-être leur mort à tous.

_________________________________________________


INVERNESS ★ no one around here is good at keeping their eyes closed. the sun's starting to light up when we're walking home. tired little laughs, gold-lie promises : we'll always win at this i  don't ever think about death. it's alright if you do, it's fine. we gladiate but I guess we're really fighting ourselves. roughing up our minds so we're ready when the kill time comes. wide awake in bed, words in my brain, "secretly you love this do you even wanna go free?" let me in the ring, i'll show you what that big word means


Dernière édition par Davis G. Inverness le Jeu 20 Oct - 19:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 200
Points : 1044
Date d'inscription : 12/07/2016
Age du Personnage : 21

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles: 1
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
0/20  (0/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
16 Décembre 2014 - 04h30, heure locale
Un kilomètre au nord de San Armonico,
Tucson, Arizona.

Les préparatifs étaient enfin prêts. La plupart des civils et soldats de fortune traînés à Tucson étaient équipés, le périmètre de sécurité était dressé contre Z s'il décidait de pointer le bout de son museau gangrené. Au fil des minutes, les hurlements des Cookers se faisaient plus excités, plus palpables et bien plus glaçants. Les cannibales enfermés derrière leurs murs de tôle et d'acier attendaient la confrontation avec impatience. Les ordres furent hurlés dans des mégaphones, ordonnant aux soldats de se mettre en ligne, prêts à partir à l'assaut de San Armonico. Beaucoup de civils se cramponnaient à leurs armes comme à leur vie. Il s'agissait là de leur seul moyen de se défendre.

Le gradé en charge de l'assaut de San Armonico fit passer l'ordre de faire hurler les mortiers, sous le regard et l'expérience exercé de quelques artificiers. Il fallait créer une brèche dans les défenses du petit bastion avant d'envoyer les troupes au massacre, sinon, cette opération se révélerait être un véritable fiasco. Les obus sifflèrent dans le ciel, laissant derrière eux une mince traînée luminescente, avant de retomber, fracassante, sur les installations de San Armonico. Quelques secondes après les premières explosions, l'ordre fut donné de charger contre le bastion, et de n'épargner personne.

________________________________________

16 Décembre 2014 - 04h15, heure locale
San Armonico, Tucson, Arizona.

Le "Cook" acheva d'honorer une de ses esclaves, assouvissant ainsi une pulsion animale suscitée par l'excitation de la confrontation à venir, et les hurlements de ses hommes. Passant sa langue sur ses lèvres avec rapidité en regardant le visage tuméfié et larmoyant de sa jeune victime suspendue par ses poignets liés à un esse de boucher, il eut un rictus de contentement et un soupir de satisfaction en remontant la braguette de son pantalon. Sa main crasseuse passa sur la joue humide de la jeune fille à plusieurs reprises.

"Naaa... Bouge pas ma belle..." susurra-t-il. "On va aller faire le plein de chair fraîche... Des tas de prisonniers hein ? Oui, des tas de nouveaux esclaves qui prendront ta place... On fera un grand banquet pour fêter ça... Et tu en feras partie ma jolie. Oh oui, tu en feras partie..." Il tira sa machette de sa ceinture et fit passer le fil de sa lame sur l'abdomen de la jeune femme, arrachant un cri de douleur ainsi qu'une balafre sanguinolente à son esclave ; puis lécha le fluide vital s'écoulant de la plaie de sa langue râpeuse dans un râle de satisfaction. "Mmmmh... Je sens déjà la saveur de ta chair... Mmmh... Ce sera un véritable plaisir... Oh oui... Ne bouge pas hein ?"

Abandonnant son jouet vivant, il quitta son logis fait d'empilement de tôle et de poutrelles d'acier, éclairé de bougies à moitié consumées, pour aller rejoindre le promontoire fait d'ossature d'acier afin de s'adresser à son clan de cannibales. Bras écartés, il poussa un long cri aiguë afin de capter toute leur attention, avant de prendre la parole, les bras écartés, dévoilant son torse scarifié et tatoué de motifs tribaux, son regard d'acier reflétant toute sa folie et son excitation.

"Mes chers Cookers !! Un festin est à nos portes !! Ces soldats veulent nos armes, nos vies et nos esclaves ; alors offrons-les leurs ! Oui ! Oui !! OUI !! Montrons-leur toute notre hospitalité ! Prenez vos armes ! Prenez vos esclaves ! Prenez vos véhicules et invitez-les à dîner ! Soyez empli de pitié et de compassion ! Épargnez-leurs vies ! Faites les prisonniers et nous nous repaîtrons de leur chair !!"

Serrant ses gants de cuir autour d'un câble de grue, il se laissa glisser jusqu'au sol couvert de poussière de suie, acclamé par les hommes et les femmes de son clan aux visages tatoués et torturés ; animés d'une haine exacerbée, d'un appétit féroce."Allez ! Allez !! Faites-vous entendre !! Qu'ils tremblent de nous affronter !" lança-t-il en poussant et secouant ceux qui croisaient sa route, avant de grimper sur les remparts de San Armonico, observant la masse noirâtre d'hommes et de femmes prêts à monter à l'assaut de sa forteresse.

"VENEZ DÎNER A LA MAISON MES CHÉRIS !!" hurla-t-il à gorge déployée avant d'éclater d'un rire aiguë empreint de folie."VENEZ !!"

Quelques éclairs lumineux en provenance de l'aéroport attirèrent son attention, avant que les sifflements des obus de mortiers fonçant droit sur son domaine ne déforme son visage de colère. "Oh merde !" beugla-t-il en sautant à bas des remparts, se réceptionnant assez mal et roulant sur lui-même tandis qu'une première déflagration soufflait tout un pan de muraille et plusieurs bidonvilles bringuebalants. C'est dans cet enfer de flammes et de tôles volantes qu'il se redressa pour hurler ses ordres.

"OUVREZ LES PORTES !! FONCEZ A L'ASSAUT !! MASSACREZ-LES !!" Il attrapa un de ses hommes qui le dépassait aisément de deux têtes, portant une massive mitrailleuse de calibre .50 et le secoua sans ménagement, lui tapant sur le torse, le poussant en avant au travers des flammes avant de conclure ses gestes par un coup de pied au cul déchaîné. "Toi aussi crevure !! Allez !! Allez !!"

C'est un flot rageur et beuglant qui sort de San Armonico, certains sont perchés sur des moto-cross pétaradantes, d'autres courent juste derrière et foncent sur votre groupe en hurlants, agitant haches, machettes, tirant dans les airs ou dans votre direction sans réelle organisation ; et avec une sauvagerie que vous ne pensiez pas rencontrez chez des êtres humains. De longues rafales de .50 et de shrapnel fusent depuis quelques tourelles dominant les remparts de San Armonico, alors que les tirs de mortier continuent de pleuvoir contre la forteresse d'acier. La marée humaine qui fonce vers vous de façon absolument chaotique et déchaînée fait trembler sur leurs appuis les civils les plus couards, tandis que les militaires tentent de s'organiser en une ligne de défense propre à accueillir les cannibales et leurs esclaves armés jusqu'aux dents.

_________________________________________________


INVERNESS ★ no one around here is good at keeping their eyes closed. the sun's starting to light up when we're walking home. tired little laughs, gold-lie promises : we'll always win at this i  don't ever think about death. it's alright if you do, it's fine. we gladiate but I guess we're really fighting ourselves. roughing up our minds so we're ready when the kill time comes. wide awake in bed, words in my brain, "secretly you love this do you even wanna go free?" let me in the ring, i'll show you what that big word means
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 200
Points : 1044
Date d'inscription : 12/07/2016
Age du Personnage : 21

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles: 1
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
0/20  (0/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar

MATTEW O'CONNOR

16 Décembre 2014 - 04h30, heure locale
Un kilomètre au nord de San Armonico,
Tucson, Arizona.


Nelson se jeta dans les bras de Matthew, pas au point de s'envoler, mais assez fort pour lui montrer toute ça sympathie et à quel point il était heureux de le revoir, ce qui évidemment est réciproque.
-ça faisait longtemps !*- s'empressa t'il de dire. - ouais c'est vrai, chui bien content de vous voir tous les deux en un seul morceau et en vie !*-
- je te le fais pas dire* -

10 bonnes minutes s'écoulèrent pendant ce temps là les trois amis se remémoré le bon vieux temps, les civils s'arme puis enfin les ordres furent donnés, la radio de Nelson grésilla puis il reçut ses instructions.

-toujours artificier !?*- Nelson me lance un regard surpris. -ah ah ben sûr tu t'attendais à quoi ?*-
Puis il s'éloigne se dirigeant vers les mortiers d'où aller pleuvoir un flot de mort et de feu.
Les obus éclatèrent avec fracas, les cries des cookers devint des plus excités et leurs rafales se firent plus provocatrice que jamais ... tsss ils en font beaucoup pour pas grand-chose. Pensa Matthew qui n'était pas berné et n'aller sûrement pas se laisser impressionner par quelques fous de la gâchette.
Les brèches créent leurs murs étaient désormais en feu ou alors détruit avec fracas.

Les lignes formées, - on va pas tarder à passer à l'assaut ...*- Boby empoigne alors le M24 -yep, mon ami on va devoir se joindre à la fête nous aussi !*- il fige alors un sourire carnassier que je le lui connais trop bien ... Boby a toujours été comme ça, enfin je crois, c'est ce que m'a dit Nelson, d'un autre côté je préfère avoir un psychopathe qui sait qui sont ses ennemies plutôt qu'un peureux qui risque de me faire tuer.
D'ailleurs je ne suis pas plus étonné que ça que de voir tous ces fous furieux chargé à notre place quittant leur forteresse ... une grossière erreur.

-ils n'ont rien à perdre et c'était à prévoir de la part de taré dans leur genre*- je regarde Boby soutenant son regard.
-carrément, mais ça nous laisse un avantage.*-
Les coups de feu partent certains chargent comme les cookers pris de frénésie ou y voyant un espoir de réussite ... Le lieutenant regarde Boby saisirent le M24 et celui-ci commence à ajuster la vision cherchant une cible, une fois le réglage prêt il tire une première fois la balle siffle dans les aire et se loge dans l'épaule d'un des cookers broyant sa chair et son os il tombe à terre l'épaule droite complètement réduit en charpie.
Il peaufine de nouveau le réglage cette fois c'est la bonne ... il tire une deuxième fois, l'absence de vent facilite grandement la tâche, mais l'air humide et froid est un désavantage, mais quel que soit le temps ... une balle reste mortelle.

La deuxième se loge en plein dans l'oesophage d'un second cookers cette fois le cou tordu en deux réduit en charpie, il tombe en arrière et meurt en quelques secondes après convulsion et gargouillement incompréhensible.

-Tire encore une fois si tu le souhaite, après on bouge je tiens pas à rester là et attendre et je préfère qu'on soit ensemble, je m'inquiète pas pour Nelson je pense qu'il restera à l'arrière le temps qu'on est besoin d'artificier. De plus ils vont surement envoyer les troupes auxiliaires en premier donc ceux-la, se tournant vers les mortiers. ils devraient pas être en danger pour l'instant.*-

_________________________________________________


INVERNESS ★ no one around here is good at keeping their eyes closed. the sun's starting to light up when we're walking home. tired little laughs, gold-lie promises : we'll always win at this i  don't ever think about death. it's alright if you do, it's fine. we gladiate but I guess we're really fighting ourselves. roughing up our minds so we're ready when the kill time comes. wide awake in bed, words in my brain, "secretly you love this do you even wanna go free?" let me in the ring, i'll show you what that big word means
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 200
Points : 1044
Date d'inscription : 12/07/2016
Age du Personnage : 21

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles: 1
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
0/20  (0/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar

ALEXIS RYDER

16 Décembre 2014 - 04h10, heure locale
Un kilomètre au nord de San Armonico
Tucson, Arizona.

- Ouais, tiens, regarde, j'ai trouvé ça. Je sais pas trop ce que c'est. Tu penses que c'est bien ?

La jeune fille tendit alors au militaire des grenades flashbangs. Celui ci lui expliqua comment les utiliser, et lui en laissa deux, en récupérant trois pour lui même.

- Je m'éloignerais pas, puisque tu tiens tant à mourir auprès de moi..

Alexis tiqua en entendant cette phrase. Une phrase de vaincu. Une phrase de cadavre en suspens.
Il asséna une claque énorme sur la côté du casque de la jeune fille et lui dit d'une voix dure :

- Tu restes à côté de moi pour me soutenir et pour que je te soutienne. Pour que l'on se serre les coudes et que je te couvre le cul et que tu fasse de même. L'un sans l'autre dans une guerre on est mort. On fait sa pour survivre. Alors si tu continue de penser de cette façon autant de tirer une balle dans la tête toi même.

Il prit son five-seven et le mit dans la main de Davis puis plaque le canon sur le casque de la jeune fille.

- Vas y appuis maintenant si tu tiens tellement à mourir. Sinon viens avec moi et on s'en sortira ensemble.

Le jeune soldat n'aimait pas être aussi violent dans ses actes et ses propos. Mais il savait qu'il n'y avait que deux issues, soit elle craquerait maintenant et s'effondrerait psychologiquement, soit le choc émotionnel aurait l'effet voulu et l'instinct de survie prendrait le dessus sur la peur de la mort.


16 Décembre 2014 - 04h32, heure locale
San Armonico, Tucson, Arizona.

Davis était à ses côtés lorsque le bombardement aux tirs de mortiers commença, lançant des éclairs dans la nuit. Les assemblages hétéroclites du bastion cannibales explosèrent dans des gerbes de métal tordu. Le feu d'artifice une fois fini l'ordre d'assaut fût donné. Et Alexis regarda Davis et lui dis :
- On ne passe pas en premier, ça va être une boucherie... Ils sont idiots de donner la charge comme ça...

De toute façon les cannibales décidèrent eux mêmes de comment le carnage allait se passer. Ils sortirent en hurlant de leur enceinte détruite, qui sur une motocross, qui avec une mitrailleuse, qui en hurlant à moitié nue une machette à la main.

Les balles se mirent à fuser vers les safepointiens pour la plupart surpris par une réponse aussi violente et sauvage des 'assiégés'....
Les ordres fusèrent de tous côtés pour mettre en place une ligne de feu contre la menace grondante et écumante arrivant vers les safepointiens.

Alexis fit signe à Davis et ils se mirent à couvert derrière un Humvee armes pointaient par dessus le capot.

- Davis essaye de viser les utilisateurs des mitrailleuses, ceux avec les grosses armes quoi...

Davis ayant un sniper elle pourrait sans doute abattre les cannibales portant de massives mitrailleuses de calibre .50. Pour sa part Alexis visa une motocross à travers son viseur ACOG et ouvrit le feu en réglant son arme au coup par coup. Une balle frappe la moto et une fumée noire s'en échappa, et l'autre frappa le conducteur de plein fouet dans la poitrine l'envoyant gicler sur la sol avec violence.
Alexis passa à une autre cible...

_________________________________________________


INVERNESS ★ no one around here is good at keeping their eyes closed. the sun's starting to light up when we're walking home. tired little laughs, gold-lie promises : we'll always win at this i  don't ever think about death. it's alright if you do, it's fine. we gladiate but I guess we're really fighting ourselves. roughing up our minds so we're ready when the kill time comes. wide awake in bed, words in my brain, "secretly you love this do you even wanna go free?" let me in the ring, i'll show you what that big word means
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 200
Points : 1044
Date d'inscription : 12/07/2016
Age du Personnage : 21

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles: 1
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
0/20  (0/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar

DAVIS G. INVERNESS

16 Décembre 2014 - 04h10, heure locale
Un kilomètre au nord de San Armonico
Tucson, Arizona

Oh mon dieu, cette tronche qu'il tire.. Il frappe violemment mon casque, au dessus de l'oreille et me grogne :

- Tu restes à côté de moi pour me soutenir et pour que je te soutienne. Pour que l'on se serre les coudes et que je te couvre le cul et que tu fasse de même. L'un sans l'autre dans une guerre on est mort. On fait ça pour survivre. Alors si tu continues de penser de cette façon autant de tirer une balle dans la tête toi même.

Sans attendre que le message aie pu être analysé par mon cerveau, il me colle sur pistolet dans la main et guide le canon sur la carcasse métallique de mon casque. Il tient fermement, et me fixe gravement. Il me ferait presque peur, à cet instant ..

- Vas-y appuie maintenant si tu tiens tellement à mourir. Sinon viens avec moi et on s'en sortira ensemble.

Je le fusille du regard. Pendant notre enfance, nous avons tous déjà joué à ce jeu, qui consiste à tenir le regard droit dans celui de notre camarade, le premier qui cligne des yeux étant le perdant. Je gagnais toujours, mais à ce moment précis, ma rage de vaincre était multipliée par un million. Le regard noir, les sourcils froncés, et les mâchoires serrées, je murmure en hachant distinctement chaque syllabe :

- Lâche moi ..

Je ne sais pas si son emprise s'est affaiblie, ou si j'ai eu la force de tirer ma main de la sienne, mais en tout cas, ce n'est pas aujourd'hui que ma cervelle explosera. Je cogne le five-seven contre le torse du militaire. Il savait que je n'aurais pas été capable de tirer, même si rencontrer la mort en ayant pour dernière vision du monde, le bleu de ses yeux n'auraient pas été une si terrible agonie. J'aurais préféré cela, que mourir près de son cadavre, étendus tous les deux sous les décombres. Bref, je tourne les talons en direction de l'amas de militaires improvisés qui se consolide en faisant signe au sergent de s'avancer, à mes côtés.


16 Décembre 2014 - 04h32, heure locale
San Armonico, Tucson, Arizona.

On ne voit pas grand chose, il est encore trop tôt pour que la réalité se réveille. Tout ce que je vois, ce sont des fusées qui sillonnent le ciel sombre, et qui viennent s'écraser violemment contre le sol dans un vacarme démentiel. Ils espéraient être discret avec ça ? Un troupeau d'éléphants sur talons auraient fait moins de bruit que tout cela.

- On ne passe pas en premier, ça va être une boucherie... Ils sont idiots de donner la charge comme ça...

- Je te suis ..

De nombreuses silhouettes se mettent à évoluer dans la pénombre, et les balles volent de tous les côtés. J'ignore comment je me suis débrouillée pour ne pas m'en recevoir une. Alexis m'entraîne derrière un véhicule, contre la carrosserie duquel je reprend mon souffle. Je n'ai pas le temps, Alexis est déjà prêt, appuyé contre le capot du Humvee. J'ai peur, non, je suis terrorisée. Seulement, je n'ai pas le temps de m'écouter, ce n'est tout simplement, pas le moment ! La peur au ventre, je rejoins Ryder. A la guerre, comme à la guerre ..

- Davis essaye de viser les utilisateurs des mitrailleuses, ceux avec les grosses armes quoi...

- Je sais ce que c'est qu'une mitrailleuse !

Je m'étonne moi-même de ma froideur. Oui, j'ai peur. Mais non, je ne tremble pas. Je n'ai pas le droit à l'erreur. Je dois respirer, laissez moi respirer. Laissez moi tranquille. Laissez moi viser, ne me prenez pas le chou. Ne me déconcentrez pas, je fais ce que je peux ! Je regarde dans le viseur, et pointe la tête coiffée d'une crête d'un cannibale. Il est moche, et, hop, un coup sur la gâchette, et il n'est plus. Désolée.. Il n'y a rien d'évident à ôter la vie à une personne vivante, aussi moche et nuisible soit-elle. Les zombies, c'est différent. Aller Davis, ressaisis-toi .. Je reprends une inspiration profonde, je vise, je bloque, je tire. Un autre est mort, il a rejoint son ami en enfer. Allez tous en enfer ! Voilà le message qui passe en boucle dans ma tête. Allez tous en enfer ! Et laissez lui la vie sauve, au moins à lui..

_________________________________________________


INVERNESS ★ no one around here is good at keeping their eyes closed. the sun's starting to light up when we're walking home. tired little laughs, gold-lie promises : we'll always win at this i  don't ever think about death. it's alright if you do, it's fine. we gladiate but I guess we're really fighting ourselves. roughing up our minds so we're ready when the kill time comes. wide awake in bed, words in my brain, "secretly you love this do you even wanna go free?" let me in the ring, i'll show you what that big word means
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
FLASHBACK : EVENT SAN ARMONICO
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» FLASHBACK - EVENT n.1 : Bal de Noël
» Tiens tiens tiens... Comme on se retrouve... {Flashback} [Ryuuku Gakuen]
» event coupe du monde la semaine prochaine
» [Tori] - Event - A l'Abri des Masques
» [RP Flashback] Entre Nymphomanie et Psychopathie...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Zombie Apocalypse :: Espace Jeu Libre :: Zone Flash-Back-