Life is but a journey, an ephemeral and fragile one. Now it simply became bloody as well...
Jericho est de retour, et ses sbires ont remis en marche l’entreprise d’esclavagisme qu’ils semblaient avoir mis en veilleuse depuis quelques mois. N’importe quel survivant est une cible potentielle pour le regroupement de pillards et Dieu seul sait ce qui arrive alors aux pauvres âmes qui en sont les victimes… Le seul espoir des survivants de la ville s’incarne dans le maître d’orchestre de la seule victoire que les rescapés de Salem ont arraché à Jericho, Azad Kamrane. C’est-à-dire, l’homme derrière la chute de la Marion et qui a dans le même temps remis en liberté les esclaves que les Raiders avaient si durement rassemblés à l’intérieur des murs de la prison. L’Iranien a poursuivi les préparations de la lutte à venir, mais au-delà des questions concrètes qu’il lui faut considérer, plusieurs interrogations restent sans réponse. Qui sont-ils réellement? Que veulent-ils? Où sont-ils? Que font-ils de leurs victimes? Combien de personnes suivent Jericho? Autant d’inquiétudes auxquelles le leader des Offsprings devra très rapidement trouver des réponses…
CharteContexteFonctionnalitésBazarEspace PersonnelScénarios
A savoir
# Un event important est actuellement en cours ! N'hésitez pas à suivre son déroulement ici → An unreachable, yet invaluable prize...
#
Contexte
De l'humanité il ne reste presque plus rien. Derniers survivants face à la menace zombie, vous avez combattu la peur, la maladie et la misère. Six années se sont écoulées, combien de jours tiendrez-vous encore ? Nous sommes en 2017 et le monde a été plongé dans le chaos suite à une catastrophe biologique. Que vous veniez de Central City ou de contrées plus éloignées, votre course effrénée pour la survie vous a mené jusqu'à Salem, dans l'Oregon. L’accalmie qui régnait dans les derniers mois s’est terminé dans le sang et la douleur avec le retour des Raiders qui sont sortis de l’ombre dans laquelle ils se trouvaient. Ils ont depuis repris leur entreprise sombre, et tout être humain encore dans les environs, homme, femme et enfant sont à risque d’être faits prisonniers comme ils l’ont fait lors de leur arrivée en mars. Dans ce monde totalement changé, le danger rôde à chaque instant, et l’avenir de tous ceux se trouvant dans Salem est voilé d’une incertitude qui n’est pas près de se lever. Face à un tel raz-de-marée de sauvagerie, la survie de tous dépendra des actions individuelles de chacun... Et vous, qu'attendez vous pour nous rejoindre ?
Remerciements
Nous tenions à remercier le forum Never-Utopia grâce à qui le forum peut aujourd'hui connaître un renouveau. Un merci aussi à nos joueurs pour leur patience et leur soutien après tout ce temps. ZA n'est pas encore parfait, mais grâce à vous il vit. Un merci également aux administrateurs qui donnent de leur temps et ne cessent d'essayer d'améliorer le forum et le confort des joueurs...

Longue vie à ZA, et que la passion de l'écriture continue de nous lier, tous ensemble, dans cet univers.
Zombie Apocalypse
Saison 5 : A Battle for Freedom

Partagez | 
 

 Grognements diurnes.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Messages : 69
Date d'inscription : 28/08/2015
Emploi du Personnage : Pillarde
Rumeur : On parle d'une ombre meurtrière qui rode dans Salem Sud.

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles:
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
20/20  (20/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
27 Avril 2017.

Beau temps, pas chaud ni froid. Pas de risque de pluie surprise.
Bordure du bois de Salem.

Allongée au sommet de son toit, la jeune fille observe la rue en contrebas d'un œil las. Elle somnole, en pleine digestion de son repas, et plutôt que d'aller risquer de finir au menu dans une ruelle à cause de cette perte d'attention, elle préfère attendre, bien en sécurité sur son toit.

Histoire de pas trop perdre son temps, elle se taille les ongles au couteau, d'un geste visiblement bien maitrisé, se débarrassant ainsi de ses ongles abimés qui s'en vont s'écraser sur les ardoises où deux mètres plus bas. La gosse poursuit sa manucure, avant de s'étirer, de ranger son couteau et de se tasser plus confortablement.

Alors que résonne les râles d'un Cadavre errant dans une ruelle, elle prend un bain de soleil, profitant du redoux pour réchauffer sa carcasse. Les errants isolés c'est finalement assez commun.

Après une petite pause, la gosse se redresse, avant de faire craquer ses coudes, et de s'assoir la tête sur les genoux.

"Quedal dans s'coin"


Claire est toute grognon : elle est sur son territoire de prédilection : la bande mi-urbaine mi-sauvage que l'on retrouve dans certaines villes, une bande où la végétation poursuit sa conquête de la ville et où le béton semble progressivement se rendre face à l'invasion végétale.

Mais malgré ce bel espace depuis le début de la journée, la récolte est nulle, la chasse est nulle, y'a quedal : Point de buissons à baies, point de champignons, point de gibier.

Enfin, si, quelques cadavres semblent prendre plaisir à perturber son exploration en l'obligeant à de nombreuses retraites précipitées vers le toit le plus proche, mais dans l'ensemble RAS.

Bon, jusque là rien d'anormal, c'est souvent comme ça au début, lorsqu'elle se rapproche d'une nouvelle ville : les récoltes sont maigres le temps d'identifier les coins à gibier et à champignons... et puis, la belle saison arrive... c'est pas comme si l'hiver la menaçait et qu'il lui fallait du stock en urgence.

Non, ce qui agace la fillette, c'est l’hésitation. Elle sent que si elle va un peu plus en profondeur dans ce bois (qui est en fait un parc un peu sauvage) elle peut trouver beaucoup. Mais l'exploration au sol, c'est dangereux, et sans repérer les lieux, c'est même carrément du suicide. Donc, logiquement, elle devrait poursuivre son repérage et s'établir.

Mais c'est pénible de sentir une bonne chasse sans pour autant en profiter.

La confusion est donc là, bien installée. Ce qui énerve la jeune fille qui sent peu à peu le bien être de sa digestion s'estomper.


Dernière édition par Mylie Kit' le Jeu 17 Sep - 8:39, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 69
Date d'inscription : 28/08/2015
Emploi du Personnage : Pillarde
Rumeur : On parle d'une ombre meurtrière qui rode dans Salem Sud.

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles:
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
20/20  (20/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
"...ais. Je...
- Ferme là!
- Mmm?"


Encore somnolente Mylie tourne lentement la tête pour chercher du regard la source du bruit qui l’a arrachée à sa torpeur. Personne n'est sur le toit, mort ou fin, et c'est déjà ça. Dom Dom. Son rythme cardiaque s’accélère et la chasseuse écarquille les yeux. Des gens parlent, fini de somnoler tranquillement contre sa cheminée effondrée c'est clairement plus le moment!

*Une minute ... Ces abrutis parlent à voix haute ?*

Généralement c’est mauvais signe car si les oreilles de la demoiselle sont très affûtées, les cadavres ne sont pas en reste là dessus y'a qu'à voir l'Errant de la ruelle qui s'est figé, visiblement attiré par ce potentiel repas, et qui à commencer une leeente rotation pour se diriger vers la source.

Deux catégories de personnes parlent donc à haute et intelligible voix : Les personnes suffisamment armées pour se défendre contre une horde / Les imbéciles. Quoique, on compte aussi les imbéciles armes.

Un bruit de porte qui refuse de s'ouvrir attire l'attention de l'adolescente et lui fait cligner des yeux, deux fois.

*Dessous ? Chiotte.*

Lentement, l'enfant glisse à quatre pattes sur le toit, afin jeter un œil dans la rue histoire de repérer les crétins qui viennent empiéter sur son territoire de pause... Ce sont trois hommes, visiblement en bon état et habitués à la ville qui tente de forcer l'entrée de la maison.

*Encore ? Mais c'est déjà la quatrième fois que je croise des humains dans cette ville?!*

Voyant que le trio s’acharne sur l'entrée condamnée, Mylie retourne discrètement à ses affaires, qu'elle replace sur ses maigres épaules. Seuls quelques des échos des murmures lui parviennent, et la jeune fille ne parvient pas à identifier si ces types sont une menace.

Du coin de l’œil elle observe la "Menace" bien visible qu'elle a repérée avant sa pause et, manque de bol, l'Errant n'est plus seul, un petit groupe se réunit autour de lui, avançant d'un pas morne vers les abrutis qui bourinent sur la porte en bas. La situation arrache une grimace à la demoiselle, sa position est compromise maintenant, mécaniquement elle passe son index sur la cicatrice qui orne son bras gauche, une erreur! pas deux!

*Merde... Les cons!*

Car pour les trois hommes, la menace ne semble pas être digne de toute leur attention. C’est assez surprenant de voir que les sales habitudes sont bien ancrées chez les survivants. Tu survis deux trois ans et paf, t'es plus assez con pour t'faire avoir, magique.


“pe qu’on a ch’per hier…
… pleurer quand…”


Mylie regarde les trois hommes rires, le peu d'éléments qu’elle connait sur eux les classes dans la vermine. Les déchets qui viennent vous pourrir alors que vous tentez de survivre aux cadavres. Alors oui, elle devraiiiit attendre d'en savoir plus, maiiis, maintenant que sa cachette est menacée, il faut bien qu'elle assure sa fuite...

*Des proies donc.*

La jeune dame poursuit sa progression à quatre pattes, longeant les ardoises du menton, laissant ses doigts tâter la solidité du toit avant de poursuivre. Petit à petit son front laisse perler des gouttes de sueur plus dues à l'énervement qu’a l’effort : son rythme cardiaque s’est affolé quand elle a décidé de commencer sa chasse, et désormais chaque battement charrie son sang bouillonnant d’adrénaline.

Lentement, mais sûrement, la jeune fille profite de sa position pour juger de la répartition des cadavres dans le secteur, avant d'hocher la tête et de se placer à l’abri de l’angle du toit. Elle doit éviter de se faire remarquer, mais ça ce n'est valable que pour elle.


“Allons dans celle ci.”


Le plus barbu des trois hommes se fige, arme à la main, avant d’indiquer une ruelle. Au loin un petit groupe de cadavre erre en cherchant leur pitance. Les deux autres approchent silencieusement de leur chef et les pillard établissent en murmurant leur plan d’action.

C’est sans compter sur l'adolescente, qui perchée sur son toit extirpe une bouteille de verre de son sac, avant de la faire rebondir entre ses mains. Profitant qu'en bas on lui tourne le dos, elle se redresse pour viser et elle arme son bras.

*Trois... deux...*

Sous l’impulsion de la gamine, la bouteille s’envole en virevoltant. Elle commence par projeter des éclats d’émeraudes dans la rue une fois traversée par les rayons solaires. Puis elle vient exploser en traversant une fenêtre au dessus des conspirateurs, qui se voit aspergés de verre brisé.


“Putain de b...”


Les pillards n’ont pas le temps de gueuler qu’un râle se repend dans la ruelle, repris à l’unisson par les Cadavres environnant qui commencent une progression désordonnée et à vitesse variable vers le trio.

Mylie, toute contente de son coté se tasse pour éviter une éventuelle balle perdue, ou pire, une balle qui lui est destinée.


“TIREZ ! TIREZ !”


Les coups de feu éclatent, sous le regard indifférent de la curieuse bien cachée sur son toit. En bas, les pillards s’affolent et commencent une lutte aussi bordélique que l’organisation des Cadavres. Rapidement, et comme à chaque fois qu'on doit affronter les mangeurs de viandes, tout tourne au chacun pour sa gueule.

La tête ou les entrailles éclatés, trois cadavres s’affalent sur le sol, répandant leurs restes d’organes pourries sur l’asphalte. Dans sa fuite l’un des bandits se fait plaquer au sol, et rapidement ses hurlements se mêlent au bruit de lutte et aux craquements, l’homme vide son chargeur dans un peu tout les sens, mais il est trop tard.

Ses potes sont déjà partis en gueulant, poursuivis par des horreurs qu’ils arrosent de plomb. Ils entrent avec fracas dans une ruine, rapidement poursuivis par une marée humaine. Et leur retraite devient un concert de coup de feu qui écartent la pénombre qui régnait dans l’ancien bâtiment.

La chaire morte s’accumule, et de son poste, le petit chat (n'ayant pas forcement envie d'aller dans cette mêlée) observe le type au menu, son arme est tombée à coté de lui, bien visible sur la route malgré le sang et les griffures du repas sur le sol.

C'est une position dangereuse vu que deux cadavres sont en train de manger avec passion mais bon, c'est pas le moment de faire la fine bouche, d'en haut on dirait un revolver, et hors de question de rater ça !

Et puis, vu le vacarme, impossible de rester à attendre, d'ici quelques minutes, l'ensemble des cadavres du secteur va rappliquer. Donc... et bien go. Sans un mot, la gosse vérifie sa ruelle, avant de descendre du toit en s'aidant d'une gouttière. Face a l'arme, au deux mangeurs et à la dépouille sanglante elle inspire un grand coup.

Mylie fait craquer ses doigts, et la voila qui sprinte vers l'arme au sol, avant de passer a coté des deux cadavres, de rafler le magot en pliant les genoux. Un des deux corps semble se désintéresser du repas, car ses yeux voilés par la mort s'attardent sur la fillette qui ne s’arrête pas, et qui couuurs avant de disparaitre lorsqu'elle tourne à la première occasion.

Une fois "à l'abri" dans ce couloir sombre et crasseux qui isole deux habitations elle vérifie les lieux, coince l'arme volée dans sa ceinture, et en avant ! La voila qui grimpe, avec une certaine aisance sur le mur pour rejoindre les hauteurs. Une fois sur le toit, elle balaye les lieux du regard et elle s'enfonce dans une partie écroulée de la toiture pour reprendre son souffle. Dans sa cachette, l'ado à le visage qui bouillonne et le front en sueur, mais elle semble en pleine extase.

Dehors, le vacarme a cessé.

"Presque trop facile"

Avec le sourire, elle examine son nouveau jouet, et rapidement son sourire s'efface devant l'arme. Ce revolver c'est un "TAURUS M608" D’après la gravure, si on oublie le sang sur la crosse son état est respectable. Il reste même une balle dans le barillet... Que demander de plus.
Et bien... disons que la gosse sait que tirer du calibre .357 avec ses pitits bras, c'est un coup à se déboiter ou de s'peter un truc.

"Meeerde"


Inventaire:
 


Dernière édition par Mylie Kit' le Ven 18 Sep - 9:47, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 147
Date d'inscription : 24/05/2015
Age du Personnage : 30
Résidence du Personnage : Avec Kelsey, Jennsen et Victor
Emploi du Personnage : Ex Chasseur de Primes

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles:
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
20/20  (20/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
Bruit de verre qu'on brise. Des coups de feu. Des cris. Encore des coups de feu. Puis de cris. Encore quelques coups de feu. Une dernière série de cris. Plus de coups de feu. Plus de cris. Trois dangers publics en moins. Et une fillette se retrouvait désormais avec un revolver entre les mains. Quel monde plein de poésie, franchement.

La poésie n'était pas le soucis de Riley Flagg. Pour l'instant son problème à lui c'était d'explorer cette zone de la ville. Ce qui allait être légèrement compliqué maintenant que les trois guignols avaient fait autant de bruits. Tous les Infectés du secteurs accourraient désormais en direction des coups de feu. Les morts vivants arrivaient de tous les côtés. Là où quelques minutes auparavant il n'y avait que des Infectés dispatchés dans tout Salem Sud il y avait désormais une horde qui se formait. Séparés les Infectés étaient déjà dangereux. Mais il était possible de s'en débarrasser assez facilement. Se débarrasser d'une horde était quasiment infaisable. Mieux valait généralement éviter l'affrontement et fuir le plus vite possible. Enfin bref. Au bout de 6 six ans d'apocalypse l'on sait généralement ce genre de chose.

Généralement. Car il existait encore des abrutis surarmés qui se pensaient invincibles avec une fusil dans les mains. Après autant de temps ces espèces de bouffons n'avaient pas assimilé les faits. Les armes à feu; excepté celles dotées d'un silencieux, étaient bruyantes. Les zombies ne sont pas sourd. Alors lorsqu'il y a un jolie coup de feu d'une intensité minimum de 166 décibels et bien ils l'entendent. Et que font-ils quand ils entendent? Il se dirige vers cette source de bruit. Et une fois qu'ils ont trouvé cette source de bruit? Il la mange. Conclusion: le bruit; en particulier les coups de feu, sont dangereux. C'est pour cette raison que les fous de la gâchette sont des gigots sur pattes.

Mais bon pas la peine de tergiverser éternellement. Ses abrutis avaient rameuté tous les zombies du coins. Ça dans la théorie il s'en moquait. Ce qui le contrariait un peu plus c'est que sur la petite centaine d'Infectés qui s'était rué sur les trois imbéciles une petite dizaine d'entre eux avait repéré Riley Flagg. Et ça il appréciait vraiment moyennement. Il avait utilisé sa machette pour se débarrasser des deux plus rapides. Il avait tranché la tête d'un troisième qui lui barrait le chemin dans sa fuite. Puis il était parti en courant. Le problème c'était que les cadavres étaient partout, lui barrant la voie à chaque fois. Et évidement ils étaient trop nombreux pour tenter de passer en force.


Surtout ne pas paniquer, on va se démerder pour se sortir de se merdier
, murmura-t-il pour lui même.

Les Infectés l'avaient rabattu vers la zone où les coups de feu avaient été tiré et très rapidement il se retrouva entre deux habitations à proximité du cadavre d'un des crétins que quelques infectés étaient entrain de bouloter. Ceux-ci n'avaient pas encore remarqué sa présence. Mais ceux à sa poursuite n'allaient pas tardé à arriver en force. Sans attendre il entra dans une maison dont le toit était était partiellement écroulé. La porte d'entré était solidement barricadée.


Merde.

Il entendait déjà les infectés qu'il avait laissé derrière lui qui se ramenait. Il fit le tours de la maison. Toutes les fenêtres du rez de chaussé étaient barricadées. Il était sur le point de décamper lorsqu'il aperçut le soupirail de la cave. L'espace était assez grand pour qu'il passe. Sans perdre une seconde il brisa la vitre de celui-ci. Oui le bruit était dangereux mais pas plus qu'une horde de zombies. Il se précipita à l'intérieur de la cave.

Il faisait sombre, aussi il sortit la lampe de poche qu'il amenait toujours avec lui en expédition. Il vérifia rapidement que la cave était vide puis il éteignit la lampe et attendit. Il retint sa respiration quelques instants tout en serrant son étreinte sur la machette. L'entrée qu'il venait de créer était assez grande pour qu'un zombie passe. Il attendit donc quelques minutes pour voir si l'un d'entre eux entrait dans la cave. Il les vit  lentement passer devant le soupirail sans pour autant rentrer. Vingts longues secondes au bout desquels aucun des neuf Infectés à sa poursuite n'entra dans la cave. Il relâcha son souffle doucement. Il attendit cinq minutes avant de rallumer sa lampe de poche et de gravir discrètement les escaliers vers le rez de chaussé. Il déboucha dans une salon. Posé sur une table basse: une paire de jumelles poussiéreuse mais encore utilisable. Il écouta. Pas de bruit audible dedans. Il mit les jumelles dans son sac et continua d'explorer la maison. C'était ce qu'il avait de mieux à faire pour le moment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 69
Date d'inscription : 28/08/2015
Emploi du Personnage : Pillarde
Rumeur : On parle d'une ombre meurtrière qui rode dans Salem Sud.

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles:
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
20/20  (20/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
*C’était quoi?*

Quelqu'un, ou quelque chose vient de briser une vitre(?) "en bas", la fillette plisse du regard, glisse sa trouvaille à sa ceinture, et la voila qui se promene tout doucement sur le toit, histoire de voir l'état des rues entourant l'habitation.

*Wow.*

Chaque rue est occupée par des cadavres, une petite horde s'est formée et une foule plutôt dense occupe les environs. Relativement à l'abri des mangeurs de chair, la gosse se gratte le nez, visiblement son plan avait un peu dégénéré, mais c'était un problème récurant lorsqu'on cherche à utiliser le fléau pour son usage personnel...

*Bah, j'me suis pas si mal sortie, ca d'vrait être possible de me barrer par les toits demain.*

Les yeux verts de la demoiselle se figent sur les fenêtres barricadées du rez de chaussé. L'ouvrage semble ancien... C'est plutôt bon signe. Un petit tour de son toit lui confirme que toutes les fenêtres sont encore protégées. La gosse aborde un sourire, et c'est pas le type se faisant mastiqué en bas qui va lui retirer.

*Si je suis coincée... autant que je rentabilise.*

La jeune fille réajuste les sangles de son sac et de son équipement, et la voila qui descend depuis le toit au premier étage de l'habitation, un étage où, en l'absence de menace le propriétaire des lieux n'avait pas jugé intelligent de bloquer les fenêtres.
La descente est fastidieuse, car Mylie doit faire chaque mouvement leeentement, l'un après l’autre pour éviter de tomber, ou de faire trop de bruit. Elle y parvient tant bien que mal, et arrivée sur le rebord de sa fenêtre, elle s’appuie sur celle-ci pour regarder en bas.

Deux cadavres semblent l'avoir entendue, mais ils ignorent encore où la gosse casse croute se trouve.


"Tss."
grogne la fillette, visiblement agacée par ce détail.

Mylie jette un oeil au travers de la fenêtre, un rideau, bonne nouvelle ça limitera le bruit à l’intérieur...pour l’extérieur par contre... La gosse extirpe un vieux gilet de son sac qu'elle plaque contre une des vitres de la fenêtre, du simple vitrage heureusement (car sinon, cette technique est pas super efficace) Elle frappe ensuite deux trois fois, jusqu’à ce que la vitre cède.

Bizarrement, en bas, le travail de cambrioleuse en herbe attire la foule, car une dizaine de cadavres se tassent contre le mur au rez de chaussé, grattant la pierre de leurs ongles le tout en gémissant.

Un spectacle qui ne gène pas la gosse, qui pour toute réponse, ouvre la fenêtre de l'étage, s'y glisse, et adresse un doigt d'honneurs à la masse coincée plus bas.


*Vous êtes collants putain... Bon, j'sais pas si les barricades seront attaquées en bas, donc dans l'doute, j'me bouge.*

La petite extirpe le revolver volé peu avant, qui malgré son recul permet de conserver une main libre pour piller.
De la pointe de l'arme, la gosse ecarte le rideau, éclairant une vielle chambre.

"Putain mais ça chlinge." dit elle à mi voix, surprise par l'odeur infame qui regne dans la piece.

L'ensemble du sol de la pièce semble avoir moisi, les infiltrations dans le toit se sont visiblement amusée a transformer les lieux en champignonnière, et à voir le corps inanimé et recouvert d'une mousse de champignons assis derrière un bureau, les lieux sont inutilisés depuis un bon moment, au moins un an.

Main sur le visage, la gosse traverse la pièce, avant de rejoindre la porte de la chambre, il fait trop sombre dans cette première salle pour qu'elle déniche quoi que ce soit de valable, mais hors de question de s'y éterniser.

Son gant se referme sur la poignet, et la petite dame entre-ouvre la porte histoire de jeter un oeil au reste des lieux.


Dernière édition par Mylie Kit' le Jeu 17 Sep - 8:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 147
Date d'inscription : 24/05/2015
Age du Personnage : 30
Résidence du Personnage : Avec Kelsey, Jennsen et Victor
Emploi du Personnage : Ex Chasseur de Primes

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles:
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
20/20  (20/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
Les Infectés dehors commençaient à taper contre les barricades de la maison. Mais pas assez fort pour qu'elles ne cèdent. Même s'ils n'étaient pas un problème pour le moment, ils le seraient certainement plus tard. Car il faudrait bien sortir de cette maison un jour où l'autre. Il se demandait bien ce qui excitait les Infectés comme ça. Ils étaient calme il y avait encore quelques secondes et voilà que maintenant ils tentaient d'entrer à l'intérieur. Étrange. Il haussa légèrement les épaules. Il n'entendait rien dans la maison. Alors il ne voyait pas ce qui agitait les Infectés comme cela. Rien de grave probablement. Sa machette toujours en main il continue à avancer dans l'ombre à la seule lueur de sa lampe de poche. Il s'attendait à tout moment à tomber sur un cadavre de survivants. L'on en trouvait souvent dans les maisons comme celle-ci. Les occupants; piégés à l'intérieur de leur forteresse, finissait par mourir de faim ou de soif, se suicider voir même par s'entretuer. Car un Infecté peut rester coller à gratter contre une porte des semaines durant sans se fatiguer, ce qui peut être très épuisant psychologiquement pour les survivants cloitrés à l'intérieur de leur refuge. Pour sa part Riley n'avait jamais été confronté à ce genre de situations. C'était l'avantage du nomadisme. Cela lui faisait bizarre de revenir chaque soir dormir au même endroit dans le même lit. Mais il se doutait que cela ne durerait pas. Car les Raiders ou d'autres pillards finiraient bien par les forcer à bouger. Il chassa ces pensées de son esprit. Là n'était pas la question du moment.

Il continua de progresser dans la maison. Pas de trace de luttes visibles au rez de chaussé. Visiblement les habitants de cette maison ne s'étaient pas entretuer. Peut-être étaient-ils parti? Cela lui semblait peu probable. Le faisceau de sa lampe éclaira un petit objet dont il connaissait bien l'utilité. Un briquet. Ils en avaient déjà à la base. Mais cela pouvait toujours servir. Il le mettait dans sa poche de jean lorsqu'il entendit du bruit à l'étage. Il retint son souffle et éteignit la lampe de poche pour se plaquer en silence derrière une armoire. Cela pouvait être un simple souris. Mais il pouvait aussi s'agir des propriétaires de ce refuge. Soit ils avaient conscience de sa présence et dans ce cas il y aurait peut-être un combat entre eux. Soit ils n'en avaient pas encore conscience et dans ce cas l'affrontement pouvait être éviter. Mais cela c'était en supposant qu'il y ai bien quelqu'un.

Il attendit quelques instants sans que rien ne se passe. Le silence. Il décida d'attendre encore quelques minutes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 69
Date d'inscription : 28/08/2015
Emploi du Personnage : Pillarde
Rumeur : On parle d'une ombre meurtrière qui rode dans Salem Sud.

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles:
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
20/20  (20/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
*Un craquement?*

La gosse tend l'oreille, à juger de l'état des lieux, improbable que le proprio soit la source de ce bruit. Reste trois solutions.

Soit c'est une vermine classique, et à la limite, ca fait toujours ça au menu.
Soit c'est un cadavre, mais non, un cadavre, ca ne fait pas craquer l'étage.
Soit, c'est un vivant, or, un vivant...

Un vivant, c'est un problème, surtout... et bien surtout quand les survivants du coin que l'on a croisé c'est ceux qu'on a envoyé à la mort...


* Bon, ils ne m'ont normalement pas vue, et ils ont sans doute perdu assez de balles et de sang pour ne plus être une menace... Apres... les cadavres étaient pas très révéillés avant que je ne passe discretement par la fenetre...

Donc bon, c'est probablement un rat? Oui, sans doute.

Pas de quoi s'inquieter...

Vraiment...

Bon...

Dans le doute... J'peux toujours causer ? Qu'est ce que je risque...*


La petite dame attend donc, toujours prête a ouvrir le feu (et surtout a se barrer). Puis elle prend une grande inspiration.

"J'aimerai pas avoir a m’entretuer avec vous, vous savez?
."

Une voix qui sonne douce, bien qu'on note que la petite dame se veut plutôt menaçante.


Dernière édition par Mylie Kit' le Jeu 17 Sep - 8:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 147
Date d'inscription : 24/05/2015
Age du Personnage : 30
Résidence du Personnage : Avec Kelsey, Jennsen et Victor
Emploi du Personnage : Ex Chasseur de Primes

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles:
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
20/20  (20/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
Bon. Quelqu'un était dans la maison avec lui c'était désormais une certitude. Ou alors il s'agissait d'une souris qui parlait, ce qui était très hautement improbable. Quoiqu'il y a six ans il aurait très probablement rit si on lui avait dit que les morts allaient se relever pour se mettre à bouffer les vivants.

Étant donné la voix il s'agissait d'une femme. Une jeune femme plus précisément. Le timbre de sa voix était celui d'une adolescente. Le chasseur de prime estima qu'elle devait avoir moins de 17 ans. C'était rare. Il n'avait lui même pas croisé de jeune fille depuis plusieurs années.  Beaucoup d'enfants étaient morts durant l'apocalypse. Et les rares enfants et adolescents ayant survécus aux six ans d'apocalypses étaient souvent accompagnés d'un parent ou de quelqu'un de plus vieux. D'ailleurs est-ce que cette jeune fille était accompagnée? Cela lui semblait possible. Ou alors elle était sacrément débrouillarde pour une gamine. Mieux ne valait pas prendre trop de risques. Il sortit son Glock de son holster et retira la sécurité de celui-ci. Restait maintenant à savoir ce qu'il faisait.

Il ne pouvait clairement pas quitter la maison maintenant. Les morts vivants l'en empêchaient. Il pouvait bien sûr monter à l'étage et rejoindre l'adolescente mais dans ce cas la gamine aurait tout le loisir de lui coller une bastos si c'était son attention. Pour le moment mieux valait rester là où il était.

Restait maintenant à savoir si oui ou non il engageait la conversation avec la jeune fille. Si il le faisait il confirmait sa présence à la gamine et à ses potentiels protecteurs. Si il ne le faisait pas et qu'ils le découvraient cela risquaient aussi de mal tourner cependant. Mouais. Il n'y avait pas vraiment de bonne ou de mauvaise décision dans ce genre de situation. Il réfléchit quelques longues secondes puis il prit la parole d'une voix calme mais ferme.


J'ai pas cette envie non plus. Mais tout le monde dit ça avant de vous tirer dessus de nos jours.

Quoique certains ouvrent le feu avant de parler. C'était ce qui arrivait le plus souvent d'ailleurs. Comme quoi la plupart des gens manquent de finesses.

Tu m'as l'air jeune et pas méchante. Je vais pas te demander de sortir de ta cachette. Car je ne sortirais pas de la mienne pour le moment.

Il attendit quelques secondes en silence. Il écouta pour voir si personne ne se dirigeait vers lui.

Je m'appelle Riley et toi?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 69
Date d'inscription : 28/08/2015
Emploi du Personnage : Pillarde
Rumeur : On parle d'une ombre meurtrière qui rode dans Salem Sud.

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles:
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
20/20  (20/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
*Meeerde*

Alors comme ça, il y a vraiment quelqu'un dans la baraque? Tu parles d'une poisse. La gosse serre des mâchoires alors qu'elle tâche d'évaluer la situation : Un homme, plus vieux qu'elle, sans doute suffisamment armé et/ou expérimenté vu qu'il est plutôt zen malgré le fait d'être coincé au rez de chaussé, séparé des cadavres par quelques planches. Bon point pour lui, l'inconnu n'a pas encore ouvert le feu, manque de bol, cela dénote d'une certaine intelligence.

En bref, l'une des pires rencontres possibles. Chaque muscle de Miley est tendu, tandis qu'elle ouvre le barillet de son revolver pour vérifier que la balle est dans la bonne chambre. La voix semble venir d'en bas, il y a probablement un escalier au bout du couloir, elle ouvre donc la porte, et la voila qui se pose contre le cadre, afin de pouvoir pointer son revolver dans la direction de la voix.

Elle inspire un grand coup, avant de glisser l'arme à sa ceinture et de sortir son arc, nouvelle inspiration et la gamine sort une flèche de son sac, prête à tirer au moindre mouvement suspect, l'avantage de l'arc, c'est qu'il est plus difficile de voir le coup venir, et que les chances de la rattraper ou de fuir la horde avec une flèche dans le bide sont plus faibles.

Y'a encore deux trois hics, mais la gosse se sent plus à l'aise.


*Sont ils plusieurs? Mais surtout comment sont ils entrés dans cette ruine? J'étais sur le toit depuis que la horde s'est formée dans le quartier... Ils étaient déjà là avant que je m'occupe des trois abrutis dehors?*


Oui, ce type n'est pas un des abrutis, la voix ne colle pas. Et vu le comportement des trois, il est peu probable qu'il existe un liens entre les gens qu'elle vient d'envoyer au menu de la boucherie et cette ombre du rez de chaussé. Merde, à bien y réfléchir c'est quasiment la première fois depuis son voyage qu'elle croise autant de monde en une journée ... s'ils sont plusieurs en bas, ça peut même dépasser le nombre du temps de Breckenridge! (Auquel cas, la gosse est dans une merde noire)

"Oh, y'a encore des abrutis comme l'trio qui s'amusent à tirer un peu partout. C'est a cause d'eux qu'on s'retrouve à passer l'temps dans cette baraque tu sais. La seule différence étant que toi t'es coincé en bas, et qu'en cas d'tirs ils te trouveront l'premiers.

Et malgré ça, t'es vachement calme Riley. T'as du en voir d'autres je suppose?

Moi, j'ai pas mal de noms, mais t'peux m'appeler Mylie, s'souvent comme ça qu'on m'apelle..."


*Quoique, depuis que je voyage, c'est plus souvent "salope" ou "enfoirée" quand j'croise un type. Surtout quand je lui tire dessus*


"Alors... Riley? J'peux savoir s'que tu fous sur mon territoire ?"


La fillette se mord la levre, jusqu'où doit elle donner des informations pour juger de la fiabilité du type en-bas?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 147
Date d'inscription : 24/05/2015
Age du Personnage : 30
Résidence du Personnage : Avec Kelsey, Jennsen et Victor
Emploi du Personnage : Ex Chasseur de Primes

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles:
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
20/20  (20/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
La gamine avait un certain culot, il devait bien lui accorder cela. Et puis elle analysait bien la situation. Elle semblait avoir compris que la situation était légèrement à son avantage pour le moment. Mais d'un autre côté elle n'avait pas encore fait l'erreur de le sous-estimé. La partie serait intéressante, il n'avait aucun doute là dessus. Il laissa s'écouler une vingtaine de secondes avant de répondre à la jeune fille, les Infectés s'acharnaient sur les barricades mais elles semblaient bien tenir pour le moment. Il avait donc un peu de temps à sa disposition pour le moment. Lorsqu'il prit la parole le ton était toujours aussi calme mais légèrement plus enjoué.

Disons que je sais me débrouiller face aux Infectés. Ce qui a aussi l'air d'être ton cas.

Surtout ne pas dévoiler ses cartes trop vite. Mais penser à en dévoiler assez pour ne pas paraître suspect.

Personnellement je viens de Denver, dans le Colorado. Quand l'Infection est arrivé là-bas ça a été un carnage. Alors une journée comme ça c'est un peu une promenade de santé.

Une note de tristesse vient ponctuer sa voix.

Au moins aujourd'hui je ne perd pas de proches. A Denver ça a été différent. Ma mère s'est fait littéralement coupée en deux par un tir de mitrailleuse. Ma petite amie est morte le même jour, seulement quelques instants après. Moins de dix minutes je dirais. J'ai essayé d'empêcher ça mais elle était déjà perdu. Si mes amis ne m'avait pas traîné de force je serais sans doute mort ce jour là.

Il prend une pause et soupire. Beaucoup de survivants avaient perdu des parents, des frères et sœurs, des amis et des conjoints. Il reprend d'une voix un peu plus neutre.

A ta dernière question je répondrais par l'évidence. Je suis ici pour la même raison que toi. Pour pas me faire bouffer les tripes par ce qu'il y a dehors. Mais je suis curieux moi aussi. Qu'est-ce que tu fais sur ce territoire Mylie? De la récupération ou tu es simplement à la recherche d'un endroit pour le nuit?

Toujours à l'affut d'un déplacement de la jeune fille il attendit la réponse de la jeune fille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 69
Date d'inscription : 28/08/2015
Emploi du Personnage : Pillarde
Rumeur : On parle d'une ombre meurtrière qui rode dans Salem Sud.

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles:
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
20/20  (20/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
La discutions se poursuit, hachée par les périodes d'attente que chacun des survivants utilise pour juger d'un éventuel mouvement. La fillette reste de marbre, v'la que l'autre lui fait le coup de l'histoire larmoyante, qui n'en a pas une ou deux a raconter vu le monde actuel?

Bon, il a plutôt l'air convainquant dans ses paroles, a croire qu'il meuble avec ses souvenirs et non pas avec une histoire.

La gosse baisse la tension de son arc, principalement pour ménager ses muscles vu que le blabla semble partie pour durer, inutile de rater son éventuel tir. Elle reprend donc la discutions, calmement.


"Nop, tu trompes, moi j'suis pas venue dans cette baraque pour pas m'faire bouffer." Elle donne un petit coup sur la porte. "J'suis rentrée, quitte à être remarquée histoire d'passer l'temps en fouinant. Avec les trois qu'j'ai croisé tout à l'heure, je m'attendais pas à croiser d'autres vivants ici."

La fillette à un bâillement, qui vient l’interrompre, mais qui ne l’empêche pas de reprendre rapidement.


"Et ce n'est pas un territoire, c'est mon territoire ce coin de la ville. J'y chasse et j'recupere ce qui peut encore l'être. Pour s'qui est des coins où j'passe mes nuits, vu qu'on partagera pas un lit, j't'en causerai pas."

Moment de silence... La petite se gratte le nez sur la corde de son arc alors qu'elle réfléchit à la suite.

"Est ce que t'as déjà été mordu Riley? Que je sache si t'es de ceux qui peuvent pas se relever? Moi j'me suis fait bouffer l'année dernière. Un cadavre qui m'est tomber dessus en traversant une fenêtre. D’ailleurs, ils sont pas trop énervés dehors?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 147
Date d'inscription : 24/05/2015
Age du Personnage : 30
Résidence du Personnage : Avec Kelsey, Jennsen et Victor
Emploi du Personnage : Ex Chasseur de Primes

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles:
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
20/20  (20/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
Cette gamine allait lui donner du fil à retordre mais il ne doutait pas de l'issue de la partie pour le moment. Alors qu'elle venait de finir de parler il s'avance un peu vers l'escalier. Le plancher grince légèrement mais cela il s'en fichait car il voulait que la gamine l'entende. Il laisse deux mètres entre lui et les premières marchent. D'ici il ne la voit pas et elle non plus. Il reprend la conversation d'un ton légèrement amusé. Voyons comment elle réagissait face à une petite touche d'ironie.

Ton territoire? Ma fois pourquoi pas après tout? A ton âge c'est assez courant d'avoir l'impression de maîtriser la situation. Les hormones quoi.

Il enchaine sans lui laisser le temps de répondre à sa petite pique.

Quant aux Infectés ça va pour le moment. L'ancien proprio a fait du bon boulot avec ses barricades. Alors je pense qu'elles tiendront quelques heures si ils s'acharnent vraiment dessus. Ce qui n'est pas le cas pour le moment. Tu peux même venir me rejoindre si tu veux. Le salon m'a l'air assez confortable, ce sera plus sympa pour discuter.

Le chasseur de prime laisse s'égrainer quelques secondes avant d'ajouter d'un ton sec.

Je rigole. Le salon est vraiment merdique. Il pue le renfermé comme tout le reste de cette baraque. Et pour répondre à ta question oui j'ai été mordu. Difficile d'échapper éternellement aux rôdeurs. On ne peut pas être vigilant 24 heures sur 24 surtout durant un combat à 10 survivants contre 100 Infectés.

A son tours de poser une question.

Et sinon tu es douée pour la chasse? Ce sont tes parents qui t'ont appris?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 69
Date d'inscription : 28/08/2015
Emploi du Personnage : Pillarde
Rumeur : On parle d'une ombre meurtrière qui rode dans Salem Sud.

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles:
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
20/20  (20/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
*Mouvement*

Les yeux de la gamine se concentrent sur l'escalier alors que l'enfant réduit progressivement son rythme de respiration. L'autre se rapproche, et cette petite idée n'est pas forcement pour lui plaire. Elle serre les dents, cogitant à toute bure.

C'était pénible de gérer un échange avec un survivant, à la différences des cadavres, des bêtes et des pillard, la réaction à avoir n'est pas intuitive. De fait, dans la tête de la gamine, la fuite combat l'envie de causer un peu.
Et vu le résultat mitigé de ses échanges précédents...

L'enfant prend une grande inspiration, avant de se lever, cette fois encore, plus dans l'optique de fuir que d'avancer. Elle reste contre le pas de la porte, avant de vérifier que la poignet et à portée de main, histoire de ralentir un éventuel psychopathe lui comptant actuellement fleurette. Une fois rassurée, elle réarme sa fléche, et la revoilà qui cause, lentement, doucement, pour suivre à l'oreille d'éventuels mouvements.


J't'ai pas parlé de maitriser la situation. J'ai dit que c'était mon territoire.

Du point de vue de la brunette, il y a une nuance entre les deux situations visiblement, mais l'enfant ne souhaite pas poursuivre, car elle enchaine.

Vu que l'proprio a moisi en haut, ça sent pas que le renfermé ici, mais plutôt le cadavre en plein été, un jour de pluie. Pour peux tu te roule par terre, et tu as l'air d'un de ceux qui tapent aux fenêtres si tu cri "heeeuuuuuuu".

Imitation correcte du papi asthmatique qui reprend son souffle, la gosse attend une poignet de secondes avant de poursuivre.

Je suis douée pour la chasse oui. Quel que soit le gibier. Je peux l'denicher, le traquer l'abattre le découper et l'cuisiner. Même si soyons clairs, je préfère limiter les ennuis et utiliser des pièges.

Moment de silence encore, la gosse élude volontairement la moitié de la question de son interlocuteur déjà parce-qu’elle se sent assez tiède pour les confidences, et aussi parce que bon, elle va pas non plus lui détailler qui lui a appris quoi si? Déjà qu'elle doit faire des efforts de concentration pour ne pas faire attention à son odorat complétement saturé par l'odeur infâme qui sévit à l'étage.

Et je suis assez douée pour pouvoir troquer ce que je déniche et dont y'a pas besoin, comme le surplus d'la viande et des plantes comestibles, aux gens qui sont pas foutus d'ceuillir deux champignons et d'tirer un lièvre.
Surtout en cette saison, là niveau bouffe, c'est tranquille jusqu'à l'hiver.

Oh ça m'arrangerait que si tu te décide à monter tu lèves bien les deux mains, histoire que j'soit pas flipée par une arme et j'te tire dessus par réflexe, enfin, j'dis ça, j'dit rien moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 147
Date d'inscription : 24/05/2015
Age du Personnage : 30
Résidence du Personnage : Avec Kelsey, Jennsen et Victor
Emploi du Personnage : Ex Chasseur de Primes

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles:
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
20/20  (20/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
Bien, il savait désormais à quel genre de personne il avait affaire. Évidement il n'avait pas encore assez d'informations pour établir un profil psychologique complet mais il savait tout ce qu'il avait besoin de savoir pour le moment. Mylie entrait dans une catégorie de survivants bien particulière: ceux qui préféraient éviter les autres humains pour éviter toutes les sortes de conflits que le contact humain pouvait engendrer. Ce qui faisait avancer cette gamine c'était la peur. La peur qu'un autre autre survivant lui mette la main dessus et lui fasse du mal. Il ne s'agissait pas d'un prédateur mais plutôt d'une proie suffisamment discrète et suffisamment maligne pour ne pas être manger. Il devait donc la mettre en confiance. Lui montrer qu'il n'était pas un danger pour elle. Il devait donc gravir les escaliers et se présenter devant elle. De toute manière il devrait bien monter à l'étage pour pouvoir s'échapper de cette maison.

Il remit la sécurité de son Glock qu'il rangea dans son holster. Quand à la machette il la rangea dans son étui. Il ignorait comment était armée la gamine. Probablement avec une arme de petit calibre ou bien une carabine. Une arme sans trop de recul probablement. Quoique dans un couloir elle aurait peu de chance de le rater. Le risque qu'il prenait était vraiment important. Mais s'il voulait mettre l'adolescente en confiance il n'avait guère le choix.

Avant de commencer à monter les escaliers il dit simplement.


Je monte et avec les mains en l'air.

Tout en montant les escaliers il poursuit.

Si tu as des choses à échanger j'en ai aussi. On pourra peut-être faire affaire si t'es réglo.

Ceci dit il poursuit son ascension en silence. Une fois arrivé en haut il lève les mains comme convenu. Son regard se pose rapidement sur la jeune fille dont il aperçoit la forme malgré l'obscurité. Elle tient un arc tendu dans sa direction. Il lui sourit même si elle ne le voit pas.

L'arc c'est pas idiot. Pratique même. Silencieux. Munitions récupérables. Mais moins puissant qu'un flingue par contre.

Il s'appuie contre un mur toujours avec les mains en évidence pour ne pas paraître trop menaçant.

Alors un échange te tente? J'ai un ou deux trucs intéressants et je suis sûr que si on continue de fouiller la baraque on pourrait se partager des choses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 69
Date d'inscription : 28/08/2015
Emploi du Personnage : Pillarde
Rumeur : On parle d'une ombre meurtrière qui rode dans Salem Sud.

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles:
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
20/20  (20/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
Dans la pénombre, difficile de bien voir ce qu'il se passe, mais visiblement l'autre survivant semble avoir écouté sa requête, car voila une silhouette qui se dessine et qui semble lever les mains comme demandé et qui n'avance pas d'un coup dans sa direction.

La gosse reste septique, ce type est trop confiance, il est plus que probable qu'en cas de combat rapproché, ses chances de gagner ou de fuir seraient complément nulles. Autant dire qu'elle ne baisse pas tout de suite son arme, elle relâche un peu la pression mais guère plus.

Pas grave si c'est moins puissant qu'un arc, l'avantage de l'arc, c'est qu'une blessure est presque mortelle à chaque fois, ca fait pas un trou "propre" mais ça reste bien planté dans la viande. C'est presque fatal, et la douleur fait que les gens hurlent facilement et se font avoir par les cadavres. Et puis, ça limite les chances du gibier de remarquer qu'il est au menu.

Le voila qui se pose, la gamine suit le mouvement avec sa flèche, puis elle baisse lentement son arme. Elle n'est pas rassurée ou confiante, loin de là, non ce mouvement c'est histoire de se montrer un peu respectueuse du comportement neutre de l'autre. Elle fini par un reniflement.

Le troc c'est toujours intéressant ouai. Par contre, je fouillerait pas la baraque avec quelqu'un d'autre qui rode à l’intérieur, même si tu m'as l'air trop menacant, j'veux pas t'savoir dans mon dos.

Elle désigne du coude la pièce qu'elle semble défendre, et d'ailleurs elle se rapproche de la porte, sans doute dans l'idée de pouvoir fermer la piece rapidement

J'vais attendre avec l'proprio, si tu veux sortir, j'connais un chemin vu que je suis entrée. Si tu veux troquer ou causer une fois qu'tu auras fini, suffira de te pointer de nouveau sans armes. Comme j'te l'ai dit, j'ai principalement d'la bouffe sur moi. Tu trouveras p'tet pas ça utile, mais c'est une valeur sure.

Une fois qu'on lui aura répondu, la miss fermera le "bureau".

Le temps que l'autre arrive, elle ouvrira le rideau pour éclairer la pièce, et elle fouinera plus attentivement le moisi ambiant.
L'avantage de sa position c'est que l'autre doit ouvrir la porte ce qui fait du bruit, et qu'il aura la lumière dans la face. Si bien qu'elle pourra voir s'il est venu désarmé comme convenu assez rapidement. Et comme promis, elle l’accueillera sans son arc, mais avec la main sur son revolver juste au cas où.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Grognements diurnes.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Rêveries diurnes
» pérégrinations diurnes [pv : Joshiiiii]
» Stupeur et grognements [PV Chad & Miyavi]
» Courtoisies Diurnes [PV Achro]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Zombie Apocalypse :: Zone de Salem :: Salem Sud :: Zone résidentielle-