Life is but a journey, an ephemeral and fragile one. Now it simply became bloody as well...
Jericho est de retour, et ses sbires ont remis en marche l’entreprise d’esclavagisme qu’ils semblaient avoir mis en veilleuse depuis quelques mois. N’importe quel survivant est une cible potentielle pour le regroupement de pillards et Dieu seul sait ce qui arrive alors aux pauvres âmes qui en sont les victimes… Le seul espoir des survivants de la ville s’incarne dans le maître d’orchestre de la seule victoire que les rescapés de Salem ont arraché à Jericho, Azad Kamrane. C’est-à-dire, l’homme derrière la chute de la Marion et qui a dans le même temps remis en liberté les esclaves que les Raiders avaient si durement rassemblés à l’intérieur des murs de la prison. L’Iranien a poursuivi les préparations de la lutte à venir, mais au-delà des questions concrètes qu’il lui faut considérer, plusieurs interrogations restent sans réponse. Qui sont-ils réellement? Que veulent-ils? Où sont-ils? Que font-ils de leurs victimes? Combien de personnes suivent Jericho? Autant d’inquiétudes auxquelles le leader des Offsprings devra très rapidement trouver des réponses…
CharteContexteFonctionnalitésBazarEspace PersonnelScénarios
A savoir
# Un event important est actuellement en cours ! N'hésitez pas à suivre son déroulement ici → An unreachable, yet invaluable prize...
#
Contexte
De l'humanité il ne reste presque plus rien. Derniers survivants face à la menace zombie, vous avez combattu la peur, la maladie et la misère. Six années se sont écoulées, combien de jours tiendrez-vous encore ? Nous sommes en 2017 et le monde a été plongé dans le chaos suite à une catastrophe biologique. Que vous veniez de Central City ou de contrées plus éloignées, votre course effrénée pour la survie vous a mené jusqu'à Salem, dans l'Oregon. L’accalmie qui régnait dans les derniers mois s’est terminé dans le sang et la douleur avec le retour des Raiders qui sont sortis de l’ombre dans laquelle ils se trouvaient. Ils ont depuis repris leur entreprise sombre, et tout être humain encore dans les environs, homme, femme et enfant sont à risque d’être faits prisonniers comme ils l’ont fait lors de leur arrivée en mars. Dans ce monde totalement changé, le danger rôde à chaque instant, et l’avenir de tous ceux se trouvant dans Salem est voilé d’une incertitude qui n’est pas près de se lever. Face à un tel raz-de-marée de sauvagerie, la survie de tous dépendra des actions individuelles de chacun... Et vous, qu'attendez vous pour nous rejoindre ?
Remerciements
Nous tenions à remercier le forum Never-Utopia grâce à qui le forum peut aujourd'hui connaître un renouveau. Un merci aussi à nos joueurs pour leur patience et leur soutien après tout ce temps. ZA n'est pas encore parfait, mais grâce à vous il vit. Un merci également aux administrateurs qui donnent de leur temps et ne cessent d'essayer d'améliorer le forum et le confort des joueurs...

Longue vie à ZA, et que la passion de l'écriture continue de nous lier, tous ensemble, dans cet univers.
Zombie Apocalypse
Saison 5 : A Battle for Freedom

Partagez | 
 

 Pain, Blood and Learning

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Messages : 108
Points : 1026
Date d'inscription : 09/05/2015

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles: 1
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
0/20  (0/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
Samuel Brown gisait dans son sang sur la table d'opération. Eva O'Neal était dans la pièce avec moi et regardait le corps avec un regard dur comme si elle pouvait le forcer à se relever.
L'homme de 35ans, un Offspring depuis la révolte de la prison, avait été séparé de son groupe et coincé par des infectés. Son groupe avait finit par le retrouver entrain de se battre désespérément pour tenter de garder les morceaux que lui enlevaient progressivement ses assaillant.
Malheureusement pour lui l'un d'entre eux avait réussi à lui arracher un morceau d'intestin et mon intervention chirurgicale, assistée de l'infirmière des Offsprings, était arrivé bien trop tardivement. L'hémorragie massive avait eu raison de lui.

Je croisais le regard de Eva et j'annonçais avec un ton monocorde 'Heure du décès 11h52'.
Je jetais mes gants autrefois stériles dans la direction approximative de la poubelle.

-Eva, vous connaissez mon sens de la diplomatie et mon tact hors norme. Je vous laisse annoncer la nouvelle à sa femme.

Il ne pouvait pas y avoir deux caractères plus opposés que le miens et celui d'Eva dans une même pièce. Elle se souciait des Offsprings comme d'une mère de ses enfants et il émanait d'elle une aura de bonté et de gentillesse lorsqu'elle communiquait avec ses semblables.
Néanmoins c'était également une femme déterminée au caractère d'acier lorsqu'il s'agissait du travail et bien que je ne lui avouerait jamais en face je savais que je pouvais compter sur elle dans n'importe quel cas d'urgence médicale.
Après des débuts compliqués nous étions arrivés à une entente basé uniquement sur un respect professionnel mutuel et malgré ce que certains auraient put penser au début c'était un duo fonctionnant très bien sur le plan médical.

L'infirmière sortit de la pièce pour annoncer la tragique nouvelle à la veuve de Samuel. Pendant ce temps je commençait à ranger la pièce et à laver mes instruments de chirurgie.
Tout en faisant cela je me mis à chanter d'une voix faible destiner à moi même comme seul public. Un vieux rituel que je tenais de mon mentor qui faisait la même chose dès qu'il perdait un patient sur la table d'opération.
J'avais en tête une chanson d'un groupe de métal que j'étais étant bien plus jeune. Pourquoi celle la en particulier je n'en avais aucune idée mais je chantais les paroles d'une voix mélodieuse. J'étais même plutôt douée à vrai dire ayant pris des cours de chant pendant un temps lorsque ma mère pensait encore que je serais une petite fille modèle et non un garçon manqué.

For many years
I travelled in the coldness
For many years I've been searching for the light
For many years
I travelled through the darkness
To find the answers far behind
Now I feel
Swimming in dark waters
The time has come to free me from my mind
Take my breath
Far beyond the dawn's reach
There's a place a place to hide

Now I can feel that a flame awakes in me
Out of ashes my new fate revives
Fire will change all that what is bound to be
And the blaze brings a new glimpse of life

Fire of dreams burn in my mind
For long time I was caught of my own pride
And I will rise above the borders still unknown

Fire of dreams burn in my hand
See the shadows flee away into the distant lands
Too far away to reach

See my mind
The shadows left behind me
The thunderstorm will follow by my side
Travel far
'Til I reach the wide sea
I'll reach the border through a stormy ride
Waves of ice
Lightning in the dark sky
The wind blows hard the coldness in my eyes
The sail resists
And bring me through this last night
To come up to the other side of life


Je nettoyais les dernières tâches sanglantes de mes instruments alors que je finissais la chanson. Je me sentais observé et je tournais machinalement la tête vers la porte donnant sur la salle. Une tête que je connaissais bien maintenant se rétracta aussi vite que possible mais pas suffisamment. Depuis combien de temps était-il là à m'observer, et à m'écouter ?

Je poussais un long soupir avant de lançais 'ça fait combien de temps que tu es là ?'

_________________________________________________


Hello darkness, my old friend
I've come to talk with you again
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 286
Points : 688
Date d'inscription : 11/10/2016
Résidence du Personnage : QG des offsprings
Emploi du Personnage : Fouineur

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles: 1
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
1/20  (1/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
QG des Offsprings, 11h30 environ, le 22 juin

Pfff, M'ennuie... Ça doit bien faire une heure que je regarde le plafond. J'ai pas sommeil et je sais plus quoi faire... Les journées commencent à devenir longues... Avant quand j'avais de la fièvre, j'étais toujours fatigué et je passais mon temps à dormir mais maintenant que la température de mon corps est redescendue et que je ne dors plus tellement, j'aimerais bien avoir de quoi m'occuper...
Tournant la tête, je regarde sans trop de conviction le bouquin posé sur la table de chevet qu'Eva m'a donné l'autre jour. Ça parle d'un orphelin né il y a longtemps en Angleterre qui s'appelait Oliver. D'après la chef de l'infirmerie, c'était une belle histoire qui était très connue mais moi je la trouve vraiment triste. Et je n'en suis qu'au début... Tendant  la main, je saisit le livre et le ramène en face de moi pour pouvoir regarder l'image sur la couverture. C'est marrant mais le garçon me ressemble... Au début je n'y faisais pas attention mais depuis que l'infirmière me l'a fait remarquer, ça me fait bizarre à chaque fois que je le regarde...
Après quelques seconde, je repose le bouquin en soupirant. J'ai pas tellement envie de lire en fait. J'ai déjà lu pendant un moment tout à l'heure, j'ai envie de faire autre chose maintenant. J'irai bien faire un tour en fait, mais Eva m'a interdit de sortir de mon lit tant que je ne vais pas mieux... Vu comme elle est attentionnée avec moi, je n'ai vraiment pas envie de lui désobéir. Depuis que je suis ici, elle s'occupe de moi comme si elle était ma maman. Ça me fait drôle d'être couvé comme ça mais j'avoue que c'est quand même agréable...

En soupirant, je me retourne sur le côté et repose le livre. C'est là que j'entends des bruits de pas s'approcher à toute vitesse. Quelques secondes plus tard, trois offsprings entrent dans l'infirmerie en appelant Jennsen et Eva. Ils portent un homme blessé dans leurs bras. J'ai du mal à voir de là où je suis mais il a l'air évanoui. Les deux médecins arrivent en courant et dirige le groupe vers une petite salle dans le fond. Jennsen commence déjà à donner des ordres sur le chemin. Ils disparaissent tous de ma vue. Quelques instants plus tard, les trois offsprings ressortent de la salle. L'un d'eux reste près de l'endroit où les deux femmes sont en train de sauver son ami. Les deux autres sortent en parlant d'aller prévenir une femme du groupe...
Le type qui reste à l'air vraiment inquiet. Il fait les cent pas dans l'entrée. Personnellement, je fais confiance à Jenn et Eva. Elles sont douées, je suis sur que quel que soit le problème du garçon qu'elles opèrent, à deux elles arriveront à le tirer d'affaire !
Plusieurs minutes défilent sans qu'il ne se passe rien. Le calme est retombé dans l'infirmerie. Je commence alors à me demander si je ne pourrais pas faire un petit tour vite fait. Si Eva est occupé avec ce malade, elle ne me verra pas me lever et si je retourne me coucher avant qu'elle ne revienne, elle n'en saura rien !
Un sourire malicieux se dessine sur mes lèvres alors que je sors discrètement mes jambes de dessous la couette. Tout de suite, je sens l'air frais lécher mes mollets et mes genoux. Si seulement mon pyjama avait un pantalon au lieu d'un short... Après avoir pris une position assise et avoir posé les pieds sur le sol froid, je me relève d'un petit bond. Très vite, je regrette d'avoir eu ce petit réflexe. Mes jambes ne me supportent pas et flanchent. Je me rattrape de justesse au lit pour ne pas m'étaler par terre.
Je me relève difficilement et vacille un peu avant de réussir à tenir à peu près droit.  Je fais quelques pas en grimaçant. Marcher ne me pose pas trop de difficultés mais j'avance assez lentement. Dès que j'essaie de faire un mouvement un peu rapide, ça me donne le vertige... Zut, je déteste être malade...
Maladroitement et lentement donc, je m'éloigne de mon lit sans quitter la pièce où est Eva des yeux. C'est drôle, ça fait un long moment que j'attendais avec impatience de quitter mon lit pour faire un tour mais maintenant que je suis debout, je n'ai aucune idée d'où je peux aller. Vu mon état, je ne vais pas pouvoir trop m'éloigner...
Machinalement, je me dirige vers la fenêtre la plus proche et m'appuie sur le rebord pour pouvoir jeter un œil dehors. La rue est assez calme et ensoleillée. Derrière les carreaux sales, je sens d'ailleurs la chaleur des rayons du soleil me chatouiller le visage. J'ai hâte de pouvoir sortir pour profiter du beau temps. Je n'aime pas être enfermé...
Un mouvement attire mon attention. Un mort-vivant apparait dans mon champs de vision. Il s'engage dans la ruelle en titubant. Ça ne m'a pas manqué ça par contre... Les cheveux gris sales en bataille de la créature me rappelle la vieille femme morte qui m'a mordue la semaine dernière. Je n'arrête pas de revoir son visage dans mes cauchemars depuis....
Rien que de repenser à tout ça, j'en ai mal au ventre. En grimaçant, je relève mon haut de pyjama pour voir le bandage sur mon ventre qui cache la trace de la morsure. J'approche mon doigt en tremblant mais à peine j'effleure le pansement, la douleur m'arrache un gémissement. Je m'empresse de lâcher mon T-shirt pour le laisser retomber devant la blessure, la cachant ainsi de ma vue.  Je recule en me frottant un peu les bras. J'ai un peu froid soudainement...

Je continue de me promener un peu dans la pièce. Il n'y a pas beaucoup de mon ici et  l'homme qui a amené le blessé tout à l'heure ne me prête aucune attention. J'en profite donc pour voir un peu comment est faite l'infirmerie. C'est drôle, je n'avais jamais vraiment passé de temps ici. J'ai intégré le groupe il y a à peine un mois et je ne me suis jamais attardé dans ce coin du QG...
Alors que je suis au milieu de la pièce quelques instants plus tard, j'entends soudain des pas et j'ai juste le temps de me baisser pour me mettre à couvert derrière un lit avant qu'Eva ne sorte de là où elle était. Discrètement, je sors ma tête de derrière ma cachette pour guetter ce qu'elle fait. Je croise les doigts pour qu'elle n'aille pas voir comment je vais. De là où je suis, je ne pourrais pas la battre de vitesse pour rejoindre mon lit avant elle. Heureusement, elle va voir l'homme. Il discute un peu avant de sortir.
Soupirant de soulagement, je sors de ma planque. J'ai eu de la chance ce coup-ci mais je ferais mieux de retourner au lit maintenant. Eva risque de revenir d'un moment à l'autre. Et après tout, j'ai déjà pu profiter un peu de ce petit tour. Maladroitement, je me remets en marche quand soudain, j'entends une petite voix chanter. Elle vient du fond de la pièce, de la petite pièce où les médecins s'étaient retirées tout à l'heure. Je me demande qui fredonne comme ça. La chanson ne me dit rien mais l'air est plutôt joli.
Intrigué, je m'avance vers le fond de la pièce. Je longe le mut le plus discrètement possible. Je ne voudrais pas que la chanteuse s'arrête parce qu'elle m'entend arriver... Finalement, arrivé au niveau de la porte, je jette un regard discret à travers l'entrebâillement pour découvrir Jennsen en train de s'occuper sur une table à ranger des outils. Pendant un instant, je reste bouche bée. Si je m'attendais à ça... J'ai toujours vu Jennsen comme une fille dure, sévère et assez violente pourtant, elle a une voix toute claire si douce à ce moment...
Profitant qu'elle ne m'ait pas vu, je reste là à écouter jusqu'à ce qu'à ce qu'elle arrête. Je me demande si c'est parce que la chanson est finie ou si c'est parce qu'elle m'a repéré. En la voyant relever la tête, je comprends vite que c'est la seconde option la bonne et je me retire rapidement. Je me plaque dos au mur en fermant les yeux et en retenant mon souffle. Une poignée de seconde passe durant laquelle je sens monter en moi l'espoir de ne pas avoir été vu mais finalement après un soupir, j'entends :

-ça fait combien de temps que tu es là ?

Mince... Je n'ai pas été assez rapide, elle m'a vu... Si seulement je n'étais pas malade comme ça... En baissant la tête honteusement pour avoir été pris la main dans le sac, je pousse la porte et me montre dans l'encadrement. La médecin  se retourne et me toise de haut en bas, comme si pour observer à quel point j'étais rétabli. J'essaie de prendre une posture assurée pour lui montrer que je vais mieux mais vu comme mes jambes tremblotent, même moi, je me rend compte que je ne suis pas très crédible... Je murmure alors :

-Désolé, j... je voulais pas t'espionner... C'est juste que je... J'ai entendu chanter et je me demandais qui c'était... Voyant qu'elle a l'air un peu contrarié, je m'empresse d'ajouter : Oh ! Mais c'était très joli, tu sais ! Tu as vraiment une belle voix !

Ne sachant pas quoi dire d'autre, je détourne le regard et affiche une expression franchement gêné. Un lourd silence commence alors à s'installer. Je regarde alors un peu autour de moi. C'est là que je vois le corps déchiqueté sur la table. D'effroi et de surprise, je pousse un petit hoquet de surprise et recule d'un pas. Mon regard choqué revient alors sur la médecin :

-Que... Qu'est-ce qui s'est passé ?!

Je me sens mal d'un coup... J'aurais mieux fait de rester au lit...

_________________________________________________

Now all the birds have fled, the hurt just leaves me scared
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 108
Points : 1026
Date d'inscription : 09/05/2015

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles: 1
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
0/20  (0/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
Malgré les années, malgré l'Apocalypse, malgré la froideur qui a envahit mon âme au fil du temps, perdre un patient sur la table d'opération reste complètement différent que de voir quelqu'un mourir dévoré par un zombie ou tué par un autre être humain.
Il faut croire que mon âme de médecin était toujours présente et je ressentais ce fameux blues que ressent toute personne ayant perdu un patient confié à ses soins.

C'est sans doute pour cette raison que j'ai du mal à en vouloir à Alden d'écouter aux portes et malgré un agacement perceptible je n'explosais donc pas comme je l'aurais fait d'habitude. Je me contentais d'observé le jeune homme en lui lançant un regarde courroucé jusqu'à ce qu'il détourne le regard après m'avoir glissé en balbutiant un compliment qui m'aurais presque fait esquissé un sourire. Il l'aurait surement pris pour une grimace de fureur avec mes cicatrices de toute manière, enfin... L'esprit d'un enfant étant ce qu'il est il venait d'oublier quasi instantanément la menace punitive que je pouvais représenté et il après avoir lâché un petit hoquet de surprise il demanda tout naturellement :

-Que... Qu'est-ce qui s'est passé ?!

Son regard se retourne vers moi, et malgré son air choqué je sens une curiosité sous-jacente poindre le bout de son nez.
Après tout pourquoi pas... Il n'est pas doué pour se battre et une paire de main supplémentaire aussi agiles que celle d'un enfant pourrait sans doute donner quelque chose d'intéressant avec une formation adéquate.
Je me fustigeai alors mentalement.

"Bordel Jennsen, tu pense pas sérieuse à demander à un enfant de plonger ses mains dans les entrailles chaudes d'un mourant?"
"Et pourquoi pas? ! De toute manière il a pas vraiment de talent particulier ce gosse ! Et puis un gosse c'est plus facile à façonner, ça s’intéresse et ça apprend beaucoup plus facilement qu'un adulte. Sans compter que malgré tout il semble réussir à te supporter, ce qui n'est le cas d'aucun adulte à part Kelsey et Victor..."
"Et merde. Give it a try mad doctor"


Je pointai le doigt vers le cadavre commençant à devenir froid et je commençai mon instruction.

-Regarde et dis moi ce qui l'a tué. Je te demande pas de trouver les termes qu'un médecin emploierait. Juste de me dire ce que tu vois et ce qui l'a tué selon toi. C'est une simple question de logique. Tu peux toucher, il protestera pas.

_________________________________________________


Hello darkness, my old friend
I've come to talk with you again
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 286
Points : 688
Date d'inscription : 11/10/2016
Résidence du Personnage : QG des offsprings
Emploi du Personnage : Fouineur

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles: 1
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
1/20  (1/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
-Quoi ? Mais...

Je fixe Jennsen d'un air un peu ahuri en l'entendant me demander de lui dire ce qui a tué l'homme sur la table. Qu'est-ce qui lui est passé par la tête ? Je n'ai jamais dit que je voulais mettre la tête au-dessus de ce cadavre...
Pendant une seconde, je pense à refuser et à prendre mes jambes à mon cou mais je reconnais l'air autoritaire de la médecin. Je doute qu'elle ne me laisse bien le choix.
J'avance donc lentement et maladroitement vers le corps en me mordant la joue.  Mais qu'est-ce qui m'a pris ? Voilà où ça me mène la curiosité... Il va vraiment falloir que j'apprenne à arrêter de fourrer mon nez partout...
Je m'arrête net à quelques pas du mort en voyant ses blessures. Il y a des traces de morsures partout. Il y a même des morceaux de chair arrachés au niveau des bras et des épaules. C'est surtout au niveau de son ventre que l'inconnu a été le plus blessé. La peau a été déchiré sur presque toute la largeur et on voit tout ses organes en dessous. Il baignent dans du sang. C'est horrible !
En voyant ça, j'ai envie de vomir d'un coup et je me sens pris de vertige. Le choc me fait reculer d'un pas. Des frissons me parcourent le corps. Mon regard peu rassuré revient alors vers Jennsen qui semble attendre ma réponse d'un air impatient.

-C... C'est son ventre, pas vrai ? Il s'est fait arracher une partie de son ventre. demandai-je d'une voix tremblante.

En disant ça, ma main revient presque inconsciemment se poser sur le pansement qui cache ma propre morsure. Ça aurait pu m'arriver aussi si Jennsen ne m'avait pas sorti des crocs du zombie devant l'hôpital...
Même si je garde la mine basse, mon regard envers la médecin est plein de reconnaissance et d'admiration. Elle sait se battre, elle protège ses alliés, elle les soigne, elle a sauvé des vies, dont la mienne. Malgré son caractère assez dur, elle est ce qui ressemble le plus à un héros ici à mes yeux.
À en juger par son expression, j'ai du mal à dire si ma réponse l'a satisfaite ou non. J'avoue que je ne m'y connais pas trop... Quand j'avais 9 ans, on m'a appris à faire les premiers secours et à m'occuper des petites blessures peu importantes. Je n'osais cependant pas trop m'approcher des blessures trop graves que je trouvais trop horribles à regarder. Bien que j'ai plus souvent l'occasion d'en voir depuis, j'ai toujours un peu de mal avec les lourdes blessures sanglantes qui sont devenues pourtant assez courantes de nos jours...

-Pourquoi tu m'as demandé ça au fait ?

Alors que je pose la question, mes yeux s'écarquillent. Je crois subitement comprendre ce que la médecin a en tête. Une partie de moi bondit d'enthousiasme, une autre me hurle de prendre mes jambes à mon cou. Je reste finalement immobile, abasourdi, accroché aux lèvre de l'offspring, craignant que la réponse qu'elle va me donner soit celle que je crois deviner...

_________________________________________________

Now all the birds have fled, the hurt just leaves me scared
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Pain, Blood and Learning
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Episode 8: Thicker than Blood & Deeper than Water.
» armée blood axe en construction
» une recette bonne et pas chere...le pain de viande
» Blood & Chocolate ou Le gout du sang.
» [1500 pts] blood axes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Zombie Apocalypse :: Zone de Salem :: Centre-ville :: QG des Offsprings :: Zone de jeu-