Life is but a journey, an ephemeral and fragile one. Now it simply became bloody as well...
Jericho est de retour, et ses sbires ont remis en marche l’entreprise d’esclavagisme qu’ils semblaient avoir mis en veilleuse depuis quelques mois. N’importe quel survivant est une cible potentielle pour le regroupement de pillards et Dieu seul sait ce qui arrive alors aux pauvres âmes qui en sont les victimes… Le seul espoir des survivants de la ville s’incarne dans le maître d’orchestre de la seule victoire que les rescapés de Salem ont arraché à Jericho, Azad Kamrane. C’est-à-dire, l’homme derrière la chute de la Marion et qui a dans le même temps remis en liberté les esclaves que les Raiders avaient si durement rassemblés à l’intérieur des murs de la prison. L’Iranien a poursuivi les préparations de la lutte à venir, mais au-delà des questions concrètes qu’il lui faut considérer, plusieurs interrogations restent sans réponse. Qui sont-ils réellement? Que veulent-ils? Où sont-ils? Que font-ils de leurs victimes? Combien de personnes suivent Jericho? Autant d’inquiétudes auxquelles le leader des Offsprings devra très rapidement trouver des réponses…
CharteContexteFonctionnalitésBazarEspace PersonnelScénarios
A savoir
# Un event important est actuellement en cours ! N'hésitez pas à suivre son déroulement ici → An unreachable, yet invaluable prize...
#
Contexte
De l'humanité il ne reste presque plus rien. Derniers survivants face à la menace zombie, vous avez combattu la peur, la maladie et la misère. Six années se sont écoulées, combien de jours tiendrez-vous encore ? Nous sommes en 2017 et le monde a été plongé dans le chaos suite à une catastrophe biologique. Que vous veniez de Central City ou de contrées plus éloignées, votre course effrénée pour la survie vous a mené jusqu'à Salem, dans l'Oregon. L’accalmie qui régnait dans les derniers mois s’est terminé dans le sang et la douleur avec le retour des Raiders qui sont sortis de l’ombre dans laquelle ils se trouvaient. Ils ont depuis repris leur entreprise sombre, et tout être humain encore dans les environs, homme, femme et enfant sont à risque d’être faits prisonniers comme ils l’ont fait lors de leur arrivée en mars. Dans ce monde totalement changé, le danger rôde à chaque instant, et l’avenir de tous ceux se trouvant dans Salem est voilé d’une incertitude qui n’est pas près de se lever. Face à un tel raz-de-marée de sauvagerie, la survie de tous dépendra des actions individuelles de chacun... Et vous, qu'attendez vous pour nous rejoindre ?
Remerciements
Nous tenions à remercier le forum Never-Utopia grâce à qui le forum peut aujourd'hui connaître un renouveau. Un merci aussi à nos joueurs pour leur patience et leur soutien après tout ce temps. ZA n'est pas encore parfait, mais grâce à vous il vit. Un merci également aux administrateurs qui donnent de leur temps et ne cessent d'essayer d'améliorer le forum et le confort des joueurs...

Longue vie à ZA, et que la passion de l'écriture continue de nous lier, tous ensemble, dans cet univers.
Zombie Apocalypse
Saison 5 : A Battle for Freedom

Partagez | 
 

 Abby Morgan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Messages : 24
Date d'inscription : 04/12/2016

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles:
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
0/20  (0/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar





Abigail Morgan
aka Ivana Baquero


« Attrappe moi si tu peux !»




Nom complet : Abigail Morgan
Date et lieu de naissance :7 janvier 2000 à Los Angeles
Nationalité : Américaine
Groupe : Offsprings of Freedom (à développer en RP)
Caractéristiques (375 pts à répartir) :
Force : 15
Les années de disettes l'ont empêchée de développer sa musculature, cependant elle reste capable de porter un sac à dos, ou de retourner un cadavre pour lui faire les poches. Voir de le trainer pour le faire plus loin.

Agilité : 70
Quand les seuls coups que l'on peut porter font l'effet de caresse, il ne reste qu'à s'échapper et fuir. Loin, très loin, en sachant franchir les menus obstacles avec plus d'efficacité que de grâce. Elle saura sauter par dessus une clôture de taille moyenne ou se faufiler dans un espace exigüe.

Endurance : 45
Quand on fuit, mieux vaut pouvoir courir un certain temps. Ce qu'elle a appris à faire. Tout comme elle arrive à supporter relativement bien la faim et la soif.

Perception : 40
En pleine lumière, elle voit de manière totalement normale. Cependant, ses longues années de voyages nocturnes lui ont permis d'avoir une bonne perception des mouvements ou de savoir faire attention aux petits bruits.

Charisme : 40
Elle n'aime pas parler... sans sortir trois grossièreté à la seconde. Mais elle a appris à négocier et à jouer l'innocente. Elle n'excelle pas dans cet art. Mais elle y arrive pour peu qu'elle s'en donne la peine.

Ténacité : 55
Ayant vécut un certain nombre de traumatismes, et partant du principe que rien de pire ne pourrait lui arriver, il est assez difficile de l'intimider ou la menacer de manière efficace.

Intellect : 50
Le plus simple pour aller d'un point A à un point B, c'est de vérifier qu'il y ait un chemin. Et ensuite qu'il soit sans danger. Si elle est incapable de calculer de tête, elle fait preuve d'un esprit pratique plutôt impressionnant pour son âge et d'un pragmatisme certain.

Instinct : 60
Certain diront paranoïa, mais si elle est toujours en vie, c'est certainement que c'est bien utile. Faire attention à un silence soudain, à un changement brutal de vent ou de température, voir une ombre bouger du coin de l’œil, tout ça lui a certainement permit d'être la aujourd'hui.


_________________________________________________________


Compétences (300 pts à répartir) :
Combat au corps à corps : 25
Se battre ? Mouai, bof... très peu pour elle. Elle essaiera tout au plus de se dégager pour... courir, le plus loin possible. Pas la peine de se mettre en danger pour combattre si on peut fuir, non ?

Tir : 50
Donnez lui une arme à feu... et v'la le carnage. Munitions gâchées, mauvaise appréciation du recul et des trajectoires. Par contre, avec un arc, c'est une autre histoire. C'est silencieux, discret, efficace. Ça lui ressemble beaucoup plus.

Exploration : 20
On pourrait croire qu'après tant d'années à marcher, elle serait devenue une as dans ce domaine, mais non. Elle sait se repérer grâce à une boussole, lire une carte, mais sans outil, elle est complétement perdue.

Survie : 40
Être silencieuse, invisible face aux zombie et, parfois aux autres survivants est une nécessité quand on a 17 ans. Elle a appris à le faire, trouvant où se cacher et comment, n'hésitant pas devant le répugnant s'il le faut. Elle sait aussi chasser de petites proies.

Mouvement : 65
Fuir est sa deuxième nature... donc au niveau course d'obstacles, elle se débrouille pas mal.

Discrétion : 60
Elle sait comment se cacher, rester immobile plusieurs heures en respirant à peine s'il le faut. Au jeu du cache cache, elle peut battre pas mal de monde.

Construction : 0
Même les légos sont au delà de sa portée. De toute façon, elle est incapable de soulever un parpaing.

Larcins : 20
Crocheter une serrure ? Elle passe son tour ; Faire des poches ? Elle vérifie que le cadavre soit froid avant. Une maison à visiter ? Elle saura où chercher. La où il y a le plus de chance de trouver quelque chose d'intéressant.

Médecine : 10
Nettoyer une plaie, coller un pansement dessus... ça va, elle sait faire. Lire la notice d'un médicament ? Aussi. C'est tout.

Conduite : 10
Le vélo, ça s'oublie pas, à ce qu'il paraît. Faudrait quand même qu'elle pense à mettre un casque,

Compétence libre (écrire le nom ici) : ici

_________________________________________________________


Description physique :
Sans l'apocalypse, et les privations qui en ont résulté, privant la jeune adolescente qu'elle était alors, de nourriture en quantité suffisante, peut être qu'elle aurait été grande et bien portante. Mais ce n'est pas le cas. Atteignant difficilement le mètre soixante, elle n'a pour autant pas l'air affamée.
En temps « normal », on pourrait dire que sa peau pâle tranche joliment avec ses longs cheveux bruns et épais. Mais à la vérité, sa peau blanche est noircit par endroit, et bien qu'elle ne soit pas bronzée, elle commence à porter sur elle les marques d'années vécut sans aucune protection particulière contre les éléments. Elle est d'un aspect rêche, et ses articulations sont râpées. Ses longs cheveux n'échappent à l'effet de gras que grâce à des tresses plaqué sur l'avant du crane qui laisse le reste de ses mèches libres sur ses épaules la plupart du temps. Et il émane d'elle une odeur particulière de transpiration, de poussières et de sang,
Au niveau des habits, si la mode est à l'assemblage de pièce résistantes et n'ayant aucun point commun entre elle, alors elle en est à la pointe. Ça sent bon la récupération, le reprisage et le pratique. Un pantalon de toile trop large maintenu sur la taille par une grosse ceinture en cuir noir, un t-shirt dont les manches sont déchirées au dessus duquel se trouve une veste en cuir qui, elle, est à la bonne taille.
Pour le reste il s'agit d'une jeune femme tout juste sorti de l'adolescence, dont les yeux bruns trahissent l'immaturité et la colère de son âge, tout comme la maturité que donne la situation actuelle. Son visage présente quelques rondeurs. Ses lèvres sont pâles et son nez assez fort. Sa voix est plutôt forte, propice aux éclats, sans pour autant être trop désagréable dans l'ensemble.


Description morale :
Dire qu'elle n'a pas eut la vie facile est un euphémisme, pour autant, malgré son âge, elle ne se plaint pas de sa condition. Elle n'est d'ailleurs pas du genre à s'apitoyer sur son sort. Elle est vivante, et elle reste focaliser sur ce fait. Ce qui peut advenir du monde lui passe un peu au dessus. On pourrait penser à de l'indifférence, mais cela résulte plutôt de sa longue solitude, et de sa méfiance naturelle à l'encontre des gens qu'elle rencontre. Elle n'accorde pas sa confiance. A personne. Du moins, c'est ce qu'elle s'est promis.
Elle n'en est pas froide pour autant. Si elle est mature sur bien des côtés, sachant gérer des situations délicates, elle gère ses émotions de manière... chaotique. Si bien qu'elle est souvent en colère ou pleine d'une fausse assurance surjouée, provocante au possible. Elle jureras, se montrera sarcastique pour ne pas montrer l'étendu de sa peur face à des inconnus. De surcroit des adultes. Mais, à n'en pas douter, si quelqu'un arrive à passer au delà cette barrière découvrira t il juste une personne très triste, et très en colère.
En colère, et colérique. Elle gère très mal l'abandon de son père, et il est, pour elle, le pire salopard que la terre ai jamais porté. Elle s'est d'ailleurs jurée de le retrouver, de lui dire ses quatre vérités, et de le tuer. Une promesse d'adolescente. Mais elle en est une, et elle a une véritable force de caractère. Même si elle ne sait pas toujours comment s'y prendre pour faire les choses bien, son premier objectif est de survivre et elle fera tout pour ce faire.
Elle sera mal à l'aise en société ou en trop grand groupe, et encore plus en présence d'homme alcoolisés..


Biographie :
Une gamine presque sans histoire. Presque, parce qu'il y avait bien ses colères qu'elle piquait lorsqu'elle voulait absolument le truc qu'on lui refusait, ou qu'elle ne voulait pas aller à l'école. Mais dans le fond, elle n'était pas méchante, Abby. Elle n'avait pas les meilleures notes, mais elle se maintenait dans la moyenne, et depuis qu'elle avait, à 7 ans, découvert le tir à l'arc et qu'elle s'y entrainait après l'école, elle s'était bien calmée.
Un peu caractérielle, mais elle avait de qui tenir, puis, C'est arrivé. L'épidémie, et la panique. Et du haut de ses 11 ans, elle faisait la fière pour rassurer Dereck, mais elle n'osait pas demander à ses parents d'éteindre la télé. Comme elle n'avait pas oser poser des questions sur ce qui se passait. Sa mère semblait sur les nerfs, et, elle reconnaissait de moins en moins son père, qui semblait presque perdu quand il voyait les informations.

Puis, il y avait eut le départ, quelques jours seulement après que tout ait commencé, ou finit. Son père les mettant dans un bus, avant de tourner les talons, se hâtant de leur faire un signe. La colère qui, au début s'abattait sur sa mère pour un oui ou un non à ce début d'adolescence se reporta sur lui.Il les avait abandonnés.
Et ça n'allait pas aller en s'arrangeant.

Au terme de longues heures de bus, les trois Morgan restant débarquèrent dans une ville qui était épargnée, lorsque, pile au moment du débarquement des voyageurs, l'un d'eux s'écroula avant de se relever et de mordre violemment Derek, et d'autres passagers. Fort de l'espérance, encore victorieuse à cette heure de l'expérience, Il fut autoriser à pénétrer à l'intérieur du camps de réfugié aménagé pour les flux migratoire que l'épidémie engendrait.
Malheureusement, si l'espoir peut faire vivre, ce ne fut pas le cas. Derek mourut, puis, quelques heures à peine après, se réveilla. Avant de retrouver fissa le monde des morts qui le restent. Mais pour un contaminé abattu, d'autres réussirent à semer la pagaille, et, suite à d'autres morsures, la mère et la fille restantes furent mises en quarantaine. Abby ne développa aucun signe de la maladie, mais il en fut tout autre chose pour Alejandra.

C'est ainsi que tout juste quelques heures après leur arrivée au camp; la jeune Abby se retrouva orpheline et livrée à elle même. A onze ans. Si elle avait survécut au virus, il n'était pas dit qu'elle puisse survivre au monde qui l'entourait.

Enfin, l'armée, à cette époque, étant encore un peu efficace, quoi que débordé, réussit à sécuriser une partie de la ville à laquelle était rattaché le camps et y transféra les survivants et réfugiés afin de mettre en place un semblant de défense. Mais si elle était efficace contre les Zombies, pour ce qui était de faire régner une semblant d'ordre, elle était débordée. Et il ne fallut pas longtemps pour que quelques gamins, livrés à eux même, se mette en tête d'aller voir ce qu'il y avait de l'autre côté de la cloture de fortune. A chacune de ses petites expéditions, Abby et ses comparses se servaient sans vergogne dans les magasins et habitations désertées, faisant toujous bien attention à ne pas se faire prendre. Paradoxalement, les zombies étaient bien moins craint que les militaires, qui n'hésitaient pas à punir de manière démonstrative et exagéré tout excursion en « territoire ennemi ». Mais comme c'était le seul moyen de se procurer chocolat et bonbons, l'effet était... limité.
La petite Abby profita d'ailleurs de ces sorties pour se trouver un arc et quelques flèches et s'entrainait, dès qu'elle était à l'abris des regards à tirer.

Car, si, pour le moment, sortir pour de longs jours lui était apparut comme impossible, après divers essai, elle ne perdait pas du vue un objectif : retrouver son père. Pourquoi ? Elle hésitait entre le tuer et le massacrer.

Mais, malgré la relative sécurité du camps, les soldats tombaient les uns après les autres, les vivres commençaient à manquer, et l'hiver était la. Les tempèratures n'étaient certes pas glaciales, mais elle parvinrent à achever le peu de loyauté des soldats qui commenèrent à abandonner leur mission. On parla d'un camp de réfugiés, encore un autre, à quelques kilomètrs de la, et de le rejoindre. D'unir les forces civiles puisque les professionnels ne le faisaient plus correctement. Abigail, elle, n'y comprenait pas grand chose. Mais au vu de son âge, elle n'eut d'autre choix que de suivre le mouvement.

Jusqu'à 14 ans, elle se retrouva ainsi balloter d'un camps à l'autre, découvrant, avec la puberté une menace bien plus angoissante que les zombies, que la maladie, la froid ou le faim. Les hommes. Un soir qu'elle était partie avec quelques autres adolescent, elle se retrouva, comme par hasard, isolée. Et bientôt inconsciente. Alors qu'elle était habituée à faire attention au moindre bruit afin de ne pas se faire prendre par surprise par une horde de zombie affamée, les véritables monstrers se cachaient sous des traits familiers.
Elle ne tarda pas à être droguée pour pouvoir être transporter, sans soucis, dans une maison de passe du camp même où elle avait élu domicile, et se retrouva, malgré elle, mise aux enchères. La virginité, ça peut rapporter beaucoup. Elle resta dans un état semi comateux de longs mois. Des mois dont elle perdit le compte, buvant beaucoup trop pour pouvoir être consciente de ce qui se passait autour d'elle.
Mais la chance ne semblait pas vouloir la lâcher. Un matin, ou, plus exactement, un après midi, alors qu'elle s'évaillait péniblement, une gueule de bois d'enfer pointant le bout de son nez, elle trouva le bâtiment vide de toute vie. Des cadavres jonchaient le plancher, tant Z que bien vivants. Elle fit le tour de tout, et ne su jamais ce qui s'était passé. Une attaque ? Un règlement de compte ? Les deux ? A dire vrai, elle s'en fichait comme de sa première couche. Elle poussa la porte et cligna des yeux sous la lueur du soleil, comme aveuglé, comateuse. Et, la frappant comme de plein fouet, l'idée de la liberté s'imposa à elle. Elle rentra dans le bâtiment, fouilla à droite à gauche, et prit, pour la première fois depuis longtemps, un vrai repas. Puis, dans un sac, elle lança pêle mêle plusieurs choses, dont de la nourriture et une gourde, une couverture, un couteau suisse, une boite de munition correspondant à elle ne savait quelle arme, quelques paquets de cigarette. Prenant le partie de se reposer un maximum, elle trouva un endroit où dormir, et attendit les premiers rayons de lune avant de sortir pour de bon. Elle fut certes dérangée par quelques fouinard qui venaient voir ce qui s'était passé, mais elle connaissait suffisamment bien le bâtiment pour avoir su où se cacher le temps que le moment soit propice.

Une fois la lune levée, elle sortit, et quitta sans se retourner le village-camps où elle avait été prisonnière ces années. Elle ne prit pas le temps de chercher une arme à feu. Elle ne savait pas tirer avec, et, de toute façon, le bruit ne correspondait pas à son caractère. Elle espérait se souvenir de ses notions de tir à l'arc, bien que cela fasse longtemps qu'elle n'avait pas pratiquer... Ne restait qu'à trouver un arc.

Progressant en priorité de nuit pour éviter de se faire repérer par des bandes de pillards ou un groupe plus organisé qu'elle, elle dénicha une vieille carte, une boussole et un arc de chasse, ainsi que des flèches dans les ruines d'un magasin, et commença, petit à petit sa progression vers Los Angeles. Dernier endroit où elle avait vu son salaud de père. S'il était venu, rien de tout ça ne serait arrivé.

Dans tout les cas, elle ne faisait plus confiance à personne. Pillant les ruines ou chassant pour se nourrir, se faisant le plus discrète possible pour ne pas attirer l'attention d'un être humanoïde, suivant les cours d'eau pour pouvoir boire. Elle arriva enfin à Los Angeles pour retrouver une ville déserte. Quelques groupes croisés de ci de la, avec lesquels elle commerçait à défaut de partager quoi que ce soit lui parlèrent de Salem. Etant donné que c'était la première fois, depuis des mois, qu'on lui parlait d'un endroit plus ou moins peuplé et organisé, elle se décida à aller y faire un tour, voir si elle n'y trouverait pas celui qu'elle jugeait responsable de toute la misère du monde.

Mais le chemin s'avéra bien plus périlleux que tout ce qu'elle avait prévu. Comme si, en se rapprochant d'un endroit peuplé elle allait à la rencontre du danger. Et que plus elle s'approchait, plus la solitude qui avait était une force en endroit désert devenait un désavantage. Et, il faut bien se l'avouer, le manque de véritable compagnie commençait à lui peser. Il lui devenait de plus en plus palpable qu'elle allait devoir arrêter de vouloir la jouer solo, et s'allier. Mais à qui ? Et comment ?

Au fur et à mesure qu'elle s'approchait de Salem, l'agitation augmentait. Il devenait de plus en plus difficile de rester invisible. Il n'y avait certes pas foule, mais, à plusieurs reprise, elle entendit, au loin, les echos de groupes qui allaient et venaient. Et ce n'était pas parce qu'il semblait y avoir un repère d'humains dans le coin, que les zombies avaient désertés les lieux. Cela faisait deux dangers en un. Surtout lorsqu'un matin, un réussit à la prendre au dépourvu alors qu'elle fouillait une habitation abandonnée. Elle eut à peine le temps de saisir son couteau, qu'une détonation retentit. Elle se voyait déjà morte, mais, au lieu d'elle, ce fut le cadavre qui s'écroula, l'éclaboussant légèrement de sang au passage. Elle se retourna, sur la défensive, pour découvrir un humain qui n'avait pas l'air plus agressif que ça. Certes, son arme était prête à servir au cas où, mais elle n'était pas braquer sur elle. Il lâcha, laconique devant l'air perdue d'Abby.

« Un merci suffira. Sinon, on ferait mieux de s'éloigner avant que d'autres Z débarquent attirés par le bruit.
-Euh... Merci ? Bon, t'as raison, on f'rait mieux de s'barrer. »

La situation était tellement étrange... Pour une fois qu'on ne lui demandait rien en échange d'une balle.

« Qu'est ce tu fais toute seule dans ce genre d'endroit ? C'est dangereux avec les raiders dans les parages... T'as eu d'la chance que j'sois la. A côté de ces mecs, les Z, c'est du gâteau...
-Les raiders ? Connais pas.
-Tu connais pas ? T'es pas du coin, donc. Viens, j't'emmène chez les offsprings.
-Attends, tu m'emmènes nul part, d'accord ? C'est gentil d'avoir tué le Z mais j'vais pas suivre un inconnu juste au prétexte qu'il a abattu un Z. C'est quoi les offsprings ? Et qu'est ce qui m'dit que tu vas pas tenter d'me tuer ou d'me piquer mon matos et m'laisser crever parce que ça t'économiserais une balle ? »

L'inconnu soupir et hausse les épaules.

« J'aurais attendu que le Z te bouffe si c'était le cas. Si t'es pas sure de vouloir me suivre jusque chez les offsprings, j't'obligerais pas. Mais t'as pas l'air dans ton assiette. Ca doit faire longtemps qu't'as pas mangé, alors viens au moins manger un bout avec moi et les copains. On vient récupérer deux ou trois trucs dans les ruines, et on doit être rentrés ce soir. En échange tu nous aide pour l'après midi. »

A ce moment la, comme pour appuyer les dire de l'homme, le ventre d'Abby émit un gargouillement gargantuesque. Elle haussa les épaules. Après tout, il était vrai que si l'homme avait voulu la tuer ou la voler, il aurait eut le temps de le faire trois ou quatre fois. Et elle avait faim. Elle haussa, une nouvelle fois les épaules et lâcha un « OK. » assez peu enjoué, avant de suivre le bonhomme.

Il avait pas mentit. Ils étaient quatre. Cinq avec elle. Et pas que des hommes. Pas forcément tous enthousiastes de la voir, mais personnes ne fut ouvertement hostile. Juste un peu de méfiance des deux côté. Elle comprit qu'ils faisaient partis des offsprings, et qu'il venait chercher dans les ruines des morceaux de bois afin de consolider elle ne savait quelle construction. Elle les aida donc, comme convenu, et, deux heures, à peu près, avant le coucher de soleil, le premier homme revint la voir.

« Du coup, tu viens avec nous ? »
La jeune femme regarda autour d'elle. Avait elle besoin d'être encore seule ? Ne devait elle pas tenter une nouvelle expérience ? Elle hocha la tête.
« D'accord, je viens. 
-Bien. Juste, sache que c'est pas moi qui décidera de si tu restes ou non. Mais en soi, tant que tu ne met pas le bordel et que tu sais te montrer utile, tu resteras.
-Bien. Ca marche. Je vous suis. »



_________________________________________________________


Inventaire permanent chez les Offsprings of Freedom

1 objet inhabituel (Parmi les objets utiles, les équipements militaires, les armes de corps à corps et les consommables médicaux) : Boussole
1 arme de corps à corps (commun ou répandu) Couteau de chasse


_________________________________________________________

Pseudo : Adwi
Age IRL : 26
Comment as-tu trouvé le forum ? Grace à Warren Morgan
Des suggestions ? Non




Codage par Sélène sur Never Utopia



Dernière édition par Abby Morgan le Dim 18 Déc - 8:58, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maître du Jeu
Messages : 91
Date d'inscription : 08/05/2015

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles:
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
20/20  (20/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
Bienvenue sur le forum !

Ma foi il s'agit là d'une bonne fiche. Seules quelques erreurs de frappes avec des lettres manquantes m'ont sautées aux yeux de temps en temps.

Je vais tout de même demander un petit quelque chose en plus avant de te valider.

J'aimerai que tu explique dans quelles circonstances les Offsprings t'ont pris avec eux et tes débuts dans ce groupe même si ce n'est que quelques jours pour que tu ne débarque pas en RP tel une fleur sans background par rapport à eux Smile

Mis à part ça tes compétences me semblent cohérentes et le compte est bon !

Voilà tu es donc à quelques lignes de la validation ! Bon courage et à très bientôt !

_________________________________________________

Life is Suffering
It is hard
The World is cursed but you still find reasons to keep living


Dernière édition par Curse le Mer 21 Déc - 15:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 24
Date d'inscription : 04/12/2016

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles:
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
0/20  (0/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
Merci Smile

Je vais relire tout ça pour tenter de repérer (et corriger) les diverses fautes de frappe de ma fiche. Pour ce qui est de l'arrivée chez les Offsprings, je vais également rajouter quelques lignes. J'avoue ne pas être à l'aise avec l'idée d'entrer dans ce groupe sans grand RP derrière, mais je suppose qu'il est difficile de faire ça en réel RP ?

Je préviens dès que c'est fait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 24
Date d'inscription : 04/12/2016

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles:
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
0/20  (0/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
Bien, la fin de l'histoire à été modifiée :

Fin de l'histoire:
 

J'ai légèrement modifier l'ancien dernier paragraphe pour que ça colle un peu mieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maître du Jeu
Messages : 91
Date d'inscription : 08/05/2015

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles:
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
20/20  (20/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
Abby Morgan, Bonjour à nouveau !

Tout d'abord je m'excuse du délai de réponse, c'est compliqué avec la période de Noël !

Mais voici venu le jour du Jugement Dernier !

Et le verdict est que tu es Validée !

Bienvenue officiellement parmi les âmes errantes de ZA.

Tu as maintenant accès à ton espace personnel : Abby Morgan

Il devra y figurer :
Le bilan de tes RP
L'inventaire de tes possessions (permanente)
Tes Relations
Une partie pour tes lancés de dés

La dernière surprise pour la fin,

Si tu lui souhaite je peux t'encadrer sur un scénario IRP d'initiation à l'entrée au groupe des OFFSPRINGS (qui se situera juste après ton ramassage dans ta fiche). Si possible il te faudrait au moins un compagnon. Tu peux répondre à mon offre par Mp, elle n'a rien d'obligatoire mais répond plutôt à ta demande plus haut !

Enjoy & Have Fun.


_________________________________________________

Life is Suffering
It is hard
The World is cursed but you still find reasons to keep living
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Abby Morgan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Ab] Allez quoi ! [Abby]
» 06 - I had a dream .. || Abby Summer
» Marie Morgane (Mary Morgan) :
» Abby Cooper is here o/
» Je t'insupporte, tu m'insupportes, on s'insupporte ! (Morgan & Becky)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Zombie Apocalypse :: Hors Jeu :: Registre des Survivants :: Chroniques vécues-