Life is but a journey, an ephemeral and fragile one. Now it simply became bloody as well...
Jericho est de retour, et ses sbires ont remis en marche l’entreprise d’esclavagisme qu’ils semblaient avoir mis en veilleuse depuis quelques mois. N’importe quel survivant est une cible potentielle pour le regroupement de pillards et Dieu seul sait ce qui arrive alors aux pauvres âmes qui en sont les victimes… Le seul espoir des survivants de la ville s’incarne dans le maître d’orchestre de la seule victoire que les rescapés de Salem ont arraché à Jericho, Azad Kamrane. C’est-à-dire, l’homme derrière la chute de la Marion et qui a dans le même temps remis en liberté les esclaves que les Raiders avaient si durement rassemblés à l’intérieur des murs de la prison. L’Iranien a poursuivi les préparations de la lutte à venir, mais au-delà des questions concrètes qu’il lui faut considérer, plusieurs interrogations restent sans réponse. Qui sont-ils réellement? Que veulent-ils? Où sont-ils? Que font-ils de leurs victimes? Combien de personnes suivent Jericho? Autant d’inquiétudes auxquelles le leader des Offsprings devra très rapidement trouver des réponses…
CharteContexteFonctionnalitésBazarEspace PersonnelScénarios
A savoir
# Un event important est actuellement en cours ! N'hésitez pas à suivre son déroulement ici → An unreachable, yet invaluable prize...
#
Contexte
De l'humanité il ne reste presque plus rien. Derniers survivants face à la menace zombie, vous avez combattu la peur, la maladie et la misère. Six années se sont écoulées, combien de jours tiendrez-vous encore ? Nous sommes en 2017 et le monde a été plongé dans le chaos suite à une catastrophe biologique. Que vous veniez de Central City ou de contrées plus éloignées, votre course effrénée pour la survie vous a mené jusqu'à Salem, dans l'Oregon. L’accalmie qui régnait dans les derniers mois s’est terminé dans le sang et la douleur avec le retour des Raiders qui sont sortis de l’ombre dans laquelle ils se trouvaient. Ils ont depuis repris leur entreprise sombre, et tout être humain encore dans les environs, homme, femme et enfant sont à risque d’être faits prisonniers comme ils l’ont fait lors de leur arrivée en mars. Dans ce monde totalement changé, le danger rôde à chaque instant, et l’avenir de tous ceux se trouvant dans Salem est voilé d’une incertitude qui n’est pas près de se lever. Face à un tel raz-de-marée de sauvagerie, la survie de tous dépendra des actions individuelles de chacun... Et vous, qu'attendez vous pour nous rejoindre ?
Remerciements
Nous tenions à remercier le forum Never-Utopia grâce à qui le forum peut aujourd'hui connaître un renouveau. Un merci aussi à nos joueurs pour leur patience et leur soutien après tout ce temps. ZA n'est pas encore parfait, mais grâce à vous il vit. Un merci également aux administrateurs qui donnent de leur temps et ne cessent d'essayer d'améliorer le forum et le confort des joueurs...

Longue vie à ZA, et que la passion de l'écriture continue de nous lier, tous ensemble, dans cet univers.
Zombie Apocalypse
Saison 5 : A Battle for Freedom

Partagez | 
 

 Pause détente

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Messages : 710
Points : 1683
Date d'inscription : 07/07/2015
Age du Personnage : 26
Résidence du Personnage : Offsprings
Emploi du Personnage : Garagiste/Chasseur

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles:
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
20/20  (20/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
QG des Offsprings - 14 juin après midi

Ils avaient déposé Caleb à l'infirmerie. Terry avaient laissé les membres du groupe des Offsprings - à savoir Victor et Wei - se faire soigner en premier. Qui plus est, ils étaient plus amochés que lui. Il attendit tranquillement dans un coin son tour, sa main gauche compressant un morceau de veste contre la plaie. Il vit passer des têtes connues, mais occupées avec les autres blessés. Il aurait tout le temps ultérieurement de prendre de leurs nouvelles.
Les dernières 48 heures avaient été longues et courtes en sommeil. Il s'assoupit à sa position, la tête appuyé sur le mur. Du mouvement dans sa position le tira de sa sieste. On ausculta son bras. Comme ça, c'était pas beau à voir, mais Terry, chasseur depuis sa jeunesse, n'était pas du tout mal à l'aise avec cela et, d'ailleurs, il avait vu des blessures bien pires que celle-ci. Sa plaie fut nettoyée et bandée. Ca serait suffisant.
Terry put se redresser et allait pour remettre sa veste avant de se raviser. Quasi une manche en moins, badigeonnée de sang ... Il la balança dans la première poubelle trouvée. Niomi était toujours au chevet de Caleb. Il l'attendit à l'extérieur de l'infirmerie. Lorsqu'elle en sortit à son tour, elle fit un signe de tête pour dire que leur compagnon était sorti d'affaire. Elle n'eut pas l'occasion d'en dire plus qu'un homme vint les chercher : ils étaient convoqués chez leur leader, Azad.
Chemin faisant, les gens se retournaient sur les deux nouveaux et baissant le volume de leur conversation. Voilà de quoi mettre mal à l'aise, mais cela n'affecta pas plus Terry qui se voyait déjà être mis à la porte dans les prochaines minutes. Ils atteignirent le bureau de leur chef.

L'homme avait la prestance et le charisme qu'on s'attend à trouver chez toute personne de pouvoir. Il paraissait maîtriser la communauté et sa cohésion par différentes règles qu'il ne manqua pas de leur exposer. Il leur indiqua qu'ils faisaient dorénavant partie du groupe. Terry ne sut au ton employé s'il s'agissait d'une simple invitation ou d'une injonction ferme. Ils étaient maintenant officiellement des leurs.
L'homme qui les avait guidés leur fit rapidement le tour des lieux notamment les espaces de stockage, armurerie. Il leur autorisa à piocher dans la matériel en rab' mais sans excès. Ne sachant quelle limite était clairement dictée, Terry se contenta d'une paire de jumelles.

Mais les heures avaient tourné, Terry se dirigea vers les dortoirs et la couchette temporairement attribuée. Il s'y effondra et s'endormit aussi sec.

QG des Offsprings - 15 juin matin

Terry fut parmi les premiers éveillés et se rendit au mess. Les quelques personnes croisées le saluèrent poliment d'un coup de tête. Sa présence ne semblait offusquer ou inquiéter quiconque, comme si la seule bénédiction d'Azad avait suffi à le faire accepter par tout le monde. Dans la salle de restauration, il y avait de la nourriture à disposition mais Terry n'osa s'en servir. De l'eau chaude avait été préparée. Mais pas de café à première vue. A cette idée, l'arome du produit lui revint en mémoire avec nostalgie. Tant pis pour le petit noir du matin ... En revanche, il y avait une espèce de chicorée dont il se servit pour remplir un gobelet. Il l'emporta jusqu'en terrasse pour le siroter tout en observant les alentours du bâtiment à l'aide de ses nouvelles jumelles.
Il y passa peut être une bonne heure avant de redescendre. La boisson chaude lui avait ouvert l'appétit, il se décida à utiliser sa dernière ration. Yavait là un réchaud à gaz qui viendrait lui offrir son premier repas chaud et à table depuis bien longtemps !

Il en était là à déguster son plat quand il aperçut l'un des hommes de la veille venir en sa direction.


Inventaire:
 

HRP:
 

_________________________________________________

<< Des créatures de Dieu qui s’étaient endormies en pleurant,
ouvraient les yeux pour pleurer de nouveau. >>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 51
Points : 538
Date d'inscription : 04/10/2016
avatar

Il était un peu avant le lever du soleil, je dormais de mon sommeil léger habituel, quand un bruit de pas retentit dans le couloir du dortoir, ce qui m’arracha de mon lit de camp dans un sursaut, mon couteau, comme toujours caché sous mon oreiller quand je dormais, à la main. Après avoir repris mes esprits, je me levai, enfilai une paire de shorts, usée à la corde, et mis à mes pieds une paire de souliers de course presque neuve (merci pour le « cadeau de Noel » !!). Le chandail ne serait mis que plus tard.

Comme a mon habitude, je commençai ma journée avec une course à l’intérieur des murs de Marion, m’échauffant avant de faire plus ou moins une heure de parkour à l’extérieur des murs, bondissant pour atteindre des fenêtres, de belles petites roulades une fois que j’atteignais le sol, apres avoir sauté des toits, ou encore franchissant des obstacles, par-dessus ou en-dessous.

Après avoir passé a ma chambre pour prendre mon t-shirt gris, je me dirigeai vers le mess, qui était a cette heure la cafétéria. Je n’avais pas l’habitude de manger si tôt, mais je prenais ma bouteille d’eau. Une fois le dit contenant en main, je cherchai un coin pour me poser, relaxer un peu avant d’entreprendre la mission qu’on m’avait donné la veille, juste après mon debriefing, qui avait étonnamment bien été. Apparemment, on voulait mesurer les capacités du duo qu’on avait ramené, avec le VIP. Comme j’étais le seul des hommes qui les avaient ramenés qui était encore debout, on jugea que j’étais le meilleur effectif disponible pour ce genre de mission… Il me fallait donc retrouver ces deux personnes, que je ne connaissais même pas de nom, pour leur dire qu’on devait sortir, que ce soit a trois ou deux, et aller récupérer des trucs pour les offsprings… J’allais bien trouver un moyen. C’est a peu près a ce moment que je le vis, assis a se restaurer. La chance me souriait, vraisemblablement.

-Salut, je peux m’asseoir? J’attendis son approbation et m’exécutai, avant de continuer a lui parler. Quand je suis arrivé, pour la première fois, et qu’on m’a apporté la ration, j’en ai presque pleuré! Quand tu es habitué d’avoir deux repas par semaine, l’idée de pouvoir manger a tous les jours devient presque impensable… Sinon, comment va ta blessure?

On discuta pendant quelques minutes, de tout et de rien, avant que je pose ma bouteille d’eau, ainsi que mes coudes, sur la table.

-Écoute, c’est pas mon genre de tourner autour du pot, alors je vais simplement te l’amener directement. Les chefs pensent qu’il est temps que vous commenciez a gagner votre droit de résidence ici… On m’a demandé d’aller avec vous, faire un peu de fouille. Je ne sais pas si tu as eut le temps de faire le tour du propriétaire, mais nous manquons un peu de tout, alors ce ne serait pas une mauvaise chose d’y aller le plus vite possible… Disons demain? Si ton amie voulait venir aussi, ça serait d’une grande aide.

Il n’avait pas l’air bête, il comprenait qu’un refus ne mènerait à rien de bon.

Inventaire:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 710
Points : 1683
Date d'inscription : 07/07/2015
Age du Personnage : 26
Résidence du Personnage : Offsprings
Emploi du Personnage : Garagiste/Chasseur

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles:
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
20/20  (20/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
Terry jugea rapidement son interlocuteur visiblement en pleine forme physique. Un costaud qui se maintient en forme à ce qu'il put deviner à la fraîche odeur de sueur. Comme ça, sa stature pouvait impressionner, mais son accent du Québec tendait à rendre le personnage sympathique, moins menaçant en tout cas.

-Alex, c'est ça ?

Il lui fit signe de s'attabler.

-Quand je suis arrivé, pour la première fois, et qu’on m’a apporté la ration, j’en ai presque pleuré! Quand tu es habitué d’avoir deux repas par semaine, l’idée de pouvoir manger a tous les jours devient presque impensable… Sinon, comment va ta blessure?

Alex devait croire que Terry s'était servi en réserve. Peu importe de devoir se justifier ou non sur la provenance effective de son repas, l'autre ne semblait pas s'en préoccuper plus que cela, c'était un prétexte pour entamer la conversation visiblement. En mentionnant sa blessure, Terry eût par réflexe le besoin d'ouvrir et fermer le poing. La douleur était toujours là, bien présente. Dommage qu'il soit droitier, cela le gênerait pendant plusieurs jours.

Par politesse, il s'enquérit de nouvelles des compagnons blessés d'Alex. Wei et Victor n'étaient pas en grande forme, mais c'était moins grave que pour Caleb. Terry hésita à évoquer le fait d'avoir déjà croisé Victor par deux fois dans les rues de Salem, mais se retint. Il ne tenait pas à faire bonne figure de sa propre initiative. Si ses rencontres fortuites avec Victor ou même Kelsey devaient se savoir au sein du groupe, il préférait que cela vient d'eux en premier.

Alex parla de 2-3 modes de fonctionnement pratique dans le QG, Terry le questionna sur 2-3 sujets anecdotiques. Alex avait quelque chose à demander mais attendait pour cela que Terry finisse son repas.

-Écoute, c’est pas mon genre de tourner autour du pot, alors je vais simplement te l’amener directement. Les chefs pensent qu’il est temps que vous commenciez a gagner votre droit de résidence ici… On m’a demandé d’aller avec vous, faire un peu de fouille. Je ne sais pas si tu as eu le temps de faire le tour du propriétaire, mais nous manquons un peu de tout, alors ce ne serait pas une mauvaise chose d’y aller le plus vite possible… Disons demain? Si ton amie voulait venir aussi, ça serait d’une grande aide.

Un test. Azad voulait tester les deux nouveaux. C'était logique. Et il est plus avisé de juger quelqu'un par ses actes plutôt qu'au travers d'un questionnaire barbant du genre "combien de zombies as-tu tué ? combien d'humains ? pourquoi ?". Azad et Alex jouaient franc jeu avec eux. Là encore, le fait d'avoir été compagnons d'arme avec Caleb qui avait une certaine valeur pour le groupe, jouait un rôle déterminant dans leur intégration. Cela avait accéléré le processus de recrutement.
Eh bien soit, ils voulaient les mettre à la tâche pour regarnir le stock du QG, ça tombait bien, Terry avait envie de prendre l'air !

-Ca m'va, j'avais envie de prendre l'air. Demain à l'aube alors ? On se retrouve ici. J'm'occupe de Niomi, elle doit traîner encore du côté de l'infirmerie.

Terry quitta la table pour aller jeter l'emballage correctement raclé de son repas et nettoya sommairement les couverts utilisés pour les remiser dans la vaisselle commune du mess.

-Hey ! Merci pour l'aide hier.

Si Terry était persuadé qu'ils auraient pu à trois se défaire seuls des derniers raiders, il est toutefois sûr qu'avec un Caleb sérieusement touché ils n'auraient pas pu s'extirper facilement des griffes des zombies sans l'aide du trio de secours et de leur camion d'évacuation. 2 de chaque côté avaient été blessés, mais tout le monde est vivant. C'était l'essentiel.
Demain, ils feraient un tour à l'extérieur, pas loin, pas longtemps. Reprendre une occupation, penser à autre chose.
Il se rendit direct à l'infirmerie, Niomi y serait sûrement.



Inventaire:
 

_________________________________________________

<< Des créatures de Dieu qui s’étaient endormies en pleurant,
ouvraient les yeux pour pleurer de nouveau. >>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 51
Points : 538
Date d'inscription : 04/10/2016
avatar


-Hey! Merci pour l’aide, hier.



Un petit sourire accroche aux lèvres, j’hochai la tête en signe de “bienvenue”, puis je le regardai s’éloigner, quittant le mess.



Tous les nouveaux venus dans l’organisation avaient toujours la même tête; la méfiance. On a passé tellement de temps a ne compter sur personne a part soi-même qu’on finit par croire que personne ne veut du bien des autres désormais, que la civilisation a disparu, alors quand on finit par trouver une communauté, on ne peut s’empêcher de croire qu’elle existe au dépens des autres humains. Si une vérité a éclaté dans ce monde, c’est que la zone grise qui traversait le bien et le mal a pris le dessus sur le noir/blanc. Le mal, le bien ne sont que des mots qui ne veulent plus rien dire; ça été remplacé par survivre et mourir. J’ai toujours fait tout ce que j’ai pu pour survivre, même si on aurait étiquette ca de « mal » il y a une décennie… A peu près comme tout le monde… Jusqu’à hier… Peut-etre que les Offsprings of Freedom nous donnerait a nouveau cette capacite de faire le bien, de recommencer a vivre, et pas juste survivre.



Une fois ma bouteille d’eau terminee, je la ramenai au cuistot pour qu’il puisse la reutiliser, puis je fis mes taches quotidiennes de maintenance dans la batisse. Ma besogne consistait generalement a faire du menage, aider a l’entretien des armes, assister aux constructeurs a batir de petits meubles pour les membres plus eminents de l’organisation ou simplement prendre quelques heures de gardes, tant a l’interieur qu’a l’exterieur des murs. L’heure du couvre-feu eu tot fait de sonner, et je plongeai une nouvelle fois dans un sommeil leger et agite, pareil a toutes les heures que j’ai passe endormi ces six dernieres annees.



Je me reveillai un peu avant l’aube, cette fois sans sursaut et sueur de terreur nocturne, que j’avais trop souvent depuis le debut de la crise, puis entrepris mon quotidien entrainement. Apres la bouteille d’eau matinale, je passai m’equiper a l’armurerie, mon fidele fusil de precision m’attendant bien sagement, les deux chargeurs que j’avais rempli la veille dans l’optique de la mission d’aujourd’hui a ses cotes.

En plus du Glock et du Remmington, j’attrapai également un sac à dos, le même que j’avais pris l’avant-veille. Si on trouvait une cachette pleine à craquer d’effets, il fallait bien avoir de quoi transporter notre butin. J’hésitai à prendre d’autre effet, mais je me dis qu’en plus de mes armes à feu, mon couteau ne quittait jamais ma personne, aussi bien ne pas s’encombrer avant de partir. A défaut d’avoir un holster, je coinçai mon pistolet entre mes pantalons cargo beige et mon corps, pas l’idéal, mais ça faisait l’affaire. Maintenant, direction extérieur!



J’étais un peu d’avance, mais c’était mieux que je les vois arriver que le contraire, vieux réflexe de militaire trop parano. Je scrutai l’horizon avec la lunette de visée quand j’entendis la porte grincer, signe que quelqu’un sortait. Je me retournai pour constater qu’il n’y avait que Terry. Je saluai l’homme d’un hochement de tête.



- Bon mating. Je vois que tu es seul… Ton amie s’est décommandée?



J’avais une bonne idée du pourquoi de la chose, Caleb était encore inconscient, les médecins s’étaient assures qu’il ne se réveille pas avant d’avoir guéri assez pour endurer la douleur. Surement qu’elle était encore à son chevet, espérant pouvoir lui parler, ou seulement être la première personne qu’il verrait lorsqu’il ouvrirait les yeux. Peu importait qu’elle soit là ou pas; si Terry faisait bonne impression aujourd’hui, ça pouvait être suffisant pour permettre à trouver un autre travail à leur amie, dont le nom m’est toujours inconnu, d’ailleurs.



- Aujourd’hui, c’est ton choix. On peut aller voir en ville, fouiller quelques bâtiments en espérant trouver des restes, ou on t’entre notre chance en campagne. Personnellement j’ai remarqué un hôtel pas très loin, qui semble être en bon état, peut-être qu’on y trouverait quelque chose de bien. Mais les fermiers ont toujours beaucoup de bon stock dans leur grange, on pourrait trouver des graines et commencer à faire pousser des légumes… Mais aujourd’hui, c’est ton choix!



On pouvait commencer à entendre les râles des zombies qui avait flaire notre odeur… Il fallait faire vite, sinon on se les prendrait avant même de partir!

Inventaire:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 710
Points : 1683
Date d'inscription : 07/07/2015
Age du Personnage : 26
Résidence du Personnage : Offsprings
Emploi du Personnage : Garagiste/Chasseur

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles:
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
20/20  (20/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
A l'infirmerie, Caleb était seul dans sa pièce, toujours inconscient. Pas de Niomi en vue. Finalement, il la trouva assoupie et recroquevillée dans un fauteuil pas loin. Son chien dormait aussi entre les pieds du meuble. Il la laissa se reposer, il lui parlerait plus tard. C'est à ce moment qu'Eva O'Neal passa, se rendant au chevet du grand blessé. Après une salutation cordiale, Terry lui demanda si elle poussait se charger comme la veille du remplacement de son bandage.
Après avoir vérifié que l'état de Caleb ne nécéssitait pas d'attention immédiate, elle accepta de se charger du bras de Terry. Ceci fait, il se rendit au coin douches hommes. Il n'y avait pas d'eau courante mais un peu d'eau et de savon à disposition. Il décrassa rapidement son T-shirt qu'il posa sur le bord d'une fenêtre orientée côté soleil pour le faire sécher, puis se fit à son tour un brin de toilette du haut du corps.

En attendant que son vêtement sèche, il s'assit sur un wc et sortit un petit morceau de tissu pour nettoyer son couteau et surtout son colt, s'assurant que toutes les pièces mobiles bougeaient correctement. Le barrillet vidé, il tendit le bras et pressa plusieurs fois la détente. A chaque fois que l'index appuayit sur la gachette, la douleur remontait de plus en plus vive dans le muscle atrophié de l'avant-bras. Il grimaça de contrariété face à cette gênante blessure qui allait l'handicaper pendannt plusieurs jours.

Enfin il remit son t-shirt sec, son couteau dans son étui et réajusta son holster par dessus. Sans veste pour dissimuler ses armes, il se sentait à moitié nu.
De retour à l'infirmerie, il retrouva Niomi fraîchement éveillée.

- Demain matin, on fait un petit tour dehors, ça te dit ?

Terry ne précisa pas qui le "on" désignait, mais forcément des membres des Offsprings. Niomi avait bien envie de se dégourdir les pattes, mais l'état de Caleb restait préoccupant quand bien même il montrait des signes de rétablissement. Elle lui apprit que si son état le permettait, Azad souhaitait l'interroger le surlendemain. Elle n'en savait pas plus. Terry non plus ne savait de quoi il en retournait. Quelles questions avaient-ils à poser ? Quelles informations possédait-il ? Terry lui dit qu'il serait intéressé d'être présent si c'était possible. Enfin, il lui indiqua qu'il l'attendrait demain si le coeur lui en disait.

Il la quitta là et se rendit au dortoir pour faire le point sur son inventaire. Il avait récupéré au campus universitaire un fusil à pompe sur le cadavre d'un raider, l'arme s'était avérée agréable à manipuler et assez efficace. Il partirait en fouille avec. Tout comme pour son colt, il entreprit de nettoyer l'arme. Par mesure de précaution, il prendrait la trousse de soin sur lui également, plus rapidement accessible qu'au fond du sac. Cela laisserait aussi de la place s'ils trouvaient du matériel à ramener !

Même si la journée et la veille s'étaient déroulées dans un calme déroutant (sans craindre de tomber nez à nez avec un zombie), il était néanmoins excité à l'idée de retourner dehors. Egalement, il s'interrogeait sur le fameux interrogatoire à venir. Il aurait bien aimé en savoir un peu plus et aurait aussi apprécié effectuer la sortie du lendemain avec quelqu'un qu'il connaissait plutôt qu'avec seulement Alex, encore un inconnu pour lui. Il guetta un peu dans le bâtiment s'il voyait Kelsey, mais en vain. Elle devait se trouver avec Victor ou de sortie. Bref, la journée passa sans lui apporter la nouvelle d'une possible recrue supplémentaire pour les accompagner.
Il se coucha donc le soir, un peu déçu et frustré. Le sommeil tarda un peu, mais arriva finalement.

Petit matin. Levé rapidement, Terry se rendit au mess comme convenu. Ni Niomi ni Alex en vue. Il s'interrogea un instant avant de se rendre à la sortie. C'est là que le québecois l'attendait, près à sortir. Ce dernier tenait un fusil de sniper. Une arme pas évidente à manier. Terry se demanda s'il avait été dans l'armée auparavant. Mais le passé appartenait au passé ... L'absence de Niomi se fit remarquer. Il hocha la tête négativement en signe de réponse.

Alex semblait se douter de la réponse et proposa au choix soit un hotel soit plus loin, côté campagne. Terry se rappela la mauvaise expérience dans une grange sous laquelle ils s'étaient retrouvés coincés avec Caleb. S'éloigner de trop avec son bras d'usage abimé ne l'enchantait guère non plus pour être tout à fait honnête. Lors de leurs confrontations avec les raiders et la horde de zombies, il avait bien cru à plusieurs reprises voir venir ses derniers instants sur Terre. Lui et son camarade du jour ne s'en étaient pas trop mal sortis, mais fallait pas tenter le diable !

- Va pour l'hôtel !

Ils dévalèrent l'escalier à pas pressés pour se rendre dans la rue et s'éloignèrent à grands pas. Ce petit footing à l'extérieur des murs où ils venaient de passer plus de 48 heures était vivifiant. Passant devant une ruelle, Terry s'arrêta net. A une centaine de mètres d'eux se tenait un petit attroupement de zombies. On pouvait deviner parmi eux notamment un flic et un militaire. Deux autres, comme sortis d'une parade, arboraient une tenue l'un de cowboy et l'autre d'indien. Pas loin, un ouvrier -ou du moins ce qu'il en restait- rampait à terre.

- Il en manque un ...

Suivant une intuition devant ce tableau impensable, il avança prudemment dans la ruelle s'assurant qu'Alex gardait un oeil attentif lorsqu'un râle à proximité l'interpella. Coincé sous une épave calcinée de Harley (ce qui fit mal au coeur de Terry), gisé gesticulant un motard. La bande du Village People au complet ! Mais c'était la veste du macchabé qui l'intéressait. Alors que le reste de la troupe avait porté enfin leur attention sur le duo, Terry s'empressa de balancer un coup de crosse en pleine face de sa cible pour le délester de son cuir clouté.
Gêné par son sac à dos, il l'enfilerait plus tard. Pour l'instant, il rattrappa vite fait Alex qui devait se demander l'intérêt de se mettre en danger pour un simple vêtement. Au passage, Terry avait toutefois remarqué que ledit vêtement était lesté dans une de ses poches. Plus tard, il y découvrira un Ruger 100 ! Avec 2 armes de poing déjà sur lui, Terry n'avait que faire de cette trouvaille qu'il donnera sûrement aux Offsprings plus pour s'en délester que pour faire gage de bonne volonté.

- Désolé pour le détour, me fallait une nouvelle veste ... C'est encore loin ton hôtel ?

Terry était tout excité, comme un gamin après avoir déballé ses cadeaux de Noël. Bien que portée pendant un certain temps par un zombie, la bonne odeur du cuir arrivait à ses naseaux et lui rappelait de bons souvenirs quand il conduisait sa moto et travaillait au garage.

Inventaire:
 

_________________________________________________

<< Des créatures de Dieu qui s’étaient endormies en pleurant,
ouvraient les yeux pour pleurer de nouveau. >>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 51
Points : 538
Date d'inscription : 04/10/2016
avatar
Va pour l’hôtel. Avec un peu de chance, les mini-bars des chambres seraient encore intact… Ça beau être des tablettes de chocolat et autres choses plus ou moins nourrissantes, on rapporte tout ce qu’on peut trouver. On marchait pendant quelques temps, mon Remmington en main, Terry avait son fusil a pompe du même nom chargé, juste au cas, avant qu’il ne s’arrête dans une allée, ou les membres de Village People semblait nous attendre. J’eus un petit rire en voyant le scénario, alors que Terry s’approchait d’un biker-zombie qui s’était fait écraser par s propre moto.

-It’s fun to be at the YMCA…

Mon sourire disparut la seconde que je vis l’uniforme militaire sur le zombie qui ne faisait pas partie du groupe de musique. Un frère d’arme… Alors que Terry s’occupait du biker et le dépouillait de son arme et sa veste, je m’approchai du groupe, duquel le militaire s’était détaché, nous ayant pris pour cible, tandis que les autres étaient encore trop occupés à pratiquer leur prochain concert. Je ne pouvais pas le laisser ainsi, j’attrapai mon couteau et attendit qu’il s’approche pour rapidement le mettre hors d’état de nuire, mon couteau planté dans sa tête. Je m’assurai que les autres zombies étaient toujours occupés pour finalement fouiller le cadavre que je venais de porter au repos. Dans la poche intérieure de son manteau, je trouvai une ration militaire… Ahh que ça ramenait de la nostalgie a mon cerveau!

- Encore une centaine de mètres.

Je montrai ma trouvaille a mon partenaire avant de la fourrer dans mon sac-a-dos. Nous prîmes par la suite le chemin de l’hôtel. Après peu de temps, on pouvait voir le nom « Hilton » trôner au-dessus d’une porte autrefois en verre qui avait éclaté, probablement des cadavres qui avaient cherchés a entrer… Ça promet. Je remarquai soudainement un bâtiment de deux étages, a quelques mètres de notre position. Le bâtiment avait une ligne directe avec l’entrée de l’hôtel et était assez mal en point pour que je puisse atteindre le toit sans devoir entrer et utiliser les escaliers, donc prendre le risque de tomber sur un cadavre sans m’y attendre.

- Je vais monter sur ce toit, je devrais avoir un bon point de vue sur ce qu’il y a dans le hall d’entrée. Attire les Zs a découvert, je vais te couvrir.

Après avoir peaufiné notre plan pour prendre le contrôle de l’entrée de l’hôtel, je me dirigeai vers le duplex, mon futur perchoir. Mon entraînement en parkour me permit d’atteindre rapidement le toît, installant mon arme a feu sur une chaise qui était restée seule. Un réflexe de sniper que j’avais conservé était de ne jamais laisser mon canon dépasser, que ce soit d’une fenêtre ou du rebord du toit, diminuant le risque de me faire repérer par quelqu’un dans la rue.

Me placant de manière a pouvoir voir la trappe qui menait au deuxième étage, je collai mon viseur sur un homme qui courrait, un fusil dans les mains. Terry foncait vers notre bâtiment cible. Je me demandais s’il avait des doutes sur sa couverture. Avec des gens comme les Raiders et autres brigands qui peuplaient l’Amérique depuis ces six dernières années, la méfiance était comme une seconde nature pour chaque survivant….

Mon arme braquée contre l’entrée du Hilton, j’attendais la suite des événements.


Inventaire:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 710
Points : 1683
Date d'inscription : 07/07/2015
Age du Personnage : 26
Résidence du Personnage : Offsprings
Emploi du Personnage : Garagiste/Chasseur

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles:
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
20/20  (20/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
Ils étaient arrivés à l’hôtel "Double Tree by Hilton". A peine une heure de marche depuis le QG. Alex dressa "son" plan rapidement : il se positionnait en sniper sur le toit d'un bâtiment en face tandis que Terry se chargeait de se pointer à l'entrée et juger par lui seul de la situation. C'était un peu l'envoyer au casse-pipe, mais bon ... Alex cherchait à l'éprouver comme prévu alors autant y aller et montrer ce qu'il avait au ventre.
Histoire de ne pas non plus se prendre une balle perdue, Terry convint avec Alex du mode opératoire : il passait devant, entrait. Alex le couvrirait uniquement si Terry se mettait à reculer, signe qu'il avait besoin d'une couverture. Ceci convenu, il laissa l'ex-soldat partir prendre sa position en hauteur. Terry suivit son avancée, avant de s'avancer à son tour en anticipant sa mise en place.

C'est au petit trot qu'il atteint l'entrée principale de l’hôtel, se collant derrière le mur d'une part pour reprendre son souffle et d'autre part pour prendre le temps d'observer l'intérieur en discrétion. Il jeta un œil en direction de son partenaire, il crut le distinguer, prêt. Sur l'instant, Terry se demanda ce qu'il foutait là, aujourd'hui. Tout ce chemin parcouru, ces rencontres, ces échauffourées avec les Raiders. Quel bilan de ces derniers mois vécu ? Quelles avancées ? Il se souvint qu'un interrogatoire était prévu pour le lendemain, alors autant occuper la journée en cours comme il le pouvait.

Il avait revêtu son cuir qui lui allait parfaitement. Il entra droit dans le hall d'accueil, le remington entre les 2 mains, faisant face aux 5 zombies esseulés qui occupaient la place. Avec un peu de précipitation, il alluma le zombie le plus proche, lui éclata presque la moitié du crâne. Relevant les bras pour aligner un peu mieux sa cible, il l'acheva d'un second tir. Bien entendu, les 4 autres sortirent instantanément de leur léthargie pour se tourner vers ce qu'ils croyaient être leur petit déjeuner. Ils étaient répartis un peu sur un arc de cercle par rapport à lui, il devait tourner son canon de droite à gauche pour les avoir chacun au bout du canon.
Terry enchaina les tirs un coup par cible avant de s'y reprendre une deuxième fois pour chacun jusqu'à ce qu'il lâche sa fusillade. La douleur était revenue poignante dans son avant bras, bloquant même sa main droite dans une position crispée. Mais des zombies, il en restait encore un dont il n'avait explosé que la clavicule. Handicapé par son bras, il ne voulait pas tenter de se servir de l'autre. Autant laisser son partenaire finir le travail.

Tenant le fusil de la main gauche, il prit le chemin de la sortie pour se recacher derrière le mur, laissant le soin à Alex d'abattre le dernier zombie qui le suivait. Le temps qu'Alex redescende de sa position, il fouilla rapidement les guenilles du dernier zombie abattu. Rien. Il re-rentra dans l'accueil et alla jeter un coup d'oeil par acquis de conscience derrière le comptoir. RàS.
Son oeil fut attiré par un élément sur un mur qui attira son attention. Il sauta par dessus le comptoir et se rendit direct vers un gros casier rouge d'où pendait un gros tuyau d'incendie. Le tuyau n'avait guère d'intérêt mais fixé juste derrière il dénicha un objet qui avait accompagné nombre de ses sorties : une hache d'incendie ! La dernière avait été abandonnée derrière lui en fuyant le campus universitaire dans le camion d'Holly.

- Haha !

Sa main droite se décrispa en saisissant le manche de l'arme qu'il fit tournoyer dans les airs avec délectation. C'est le moment que choisit Alex pour débarquer dans le hall.

- Hey regarde ! Une de perdue ...

Mais avec deux armes en main, ça en faisait une de trop alors c'est le shotgun qu'il choisit de remise dans son sac. Son usage intensif l'avait stigmatisé pour un long moment avant de s'en resservir à nouveau. En cas de nécessité d'une couverture plus efficace, il sortirait son colt de son étui. Ou encore le Ruger dans une des poches de sa nouvelle veste.

- Bon, on pousse un peu plus loin la visite ?

Il n'évoqua pas à Alex ses difficultés à user du fusil pour ne pas faire aveu de faiblesse, d'autant que d'ici quelques jours cela passera.

Inventaire:
 

_________________________________________________

<< Des créatures de Dieu qui s’étaient endormies en pleurant,
ouvraient les yeux pour pleurer de nouveau. >>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 51
Points : 538
Date d'inscription : 04/10/2016
avatar
L’un des avantages a être un sniper, c’est qu’on est loin de l’action, mais on garde tout de même un œil sur ce qui ce passe, tel un spectateur. On jauge rapidement quelle unité nécessite le plus une assistance et on entre dans le feu de l’action, tout en restant loin. Malgré l’apocalypse, l’essentiel de mon travail reste le même. La différence est que le son de mes tirs attirent des dizaines de cadavres. J’étais donc sur le toit de ce bâtiment, parfaitement immobile comme je l’avais si souvent fait au cours des huit dernières années, mon arme braquée sur l’ouverture de l’hôtel, attendant de voir le brun attirer quelques têtes putréfiées a l’extérieur.


Peu de temps s’écoula avant que j’entende l’écho de deux détonations, puis la silhouette nouvellement familière de Terry apparut dans mon réticule, ce dernier reculait, faisant face à trois zombies. J’aurais pu tirer à ce moment, mais je voulais voir comment il s’en sortirait, évaluer un peu non seulement ses capacités de combattants, mais aussi sa capacité à en laisser. Beaucoup des survivants post-apocalyptique de notre temps sont de bons guerriers, mais ils sont aussi arrogants; ils croient pouvoir tout faire tout seul. Or, les Offspring of Freedom sont une communauté soudée, et ses membres ont besoin de travailler en équipe. Je le vis mettre fin à l’après-vie de deux des trois Zs qui le pourchassaient, et se mit a couvert par la suite. Il avait peut-être manque de munitions dans son shotgun, mais je pris quand même ce geste comme une demande de couverture, ce que je fis sans hésiter. La balle traversa la tête du cadavre avec tant de force que le pauvre crane en décomposition vola en éclat, volatilisant tout ce qui se trouvait au-dessus du mandibule.

L’entrée etait nettoyee, selon les signes que mon allie envoyait dans ma direction. Bonne nouvelle, ca n’aura pas été trop dur d’entrer, restait a faire un bout de chemin a l’interieur. Les OF m’avaient apportes beaucoup depuis mon arrivee chez eux, je n’avais pas l’intention de repartir de cet endroit avant d’avoir le sac a dos plein a craquer. Je descendis des decombres ou j’etais poste, atteignant sans trop de mal la rue, quand je remarquai un groupe de trois zombies, visiblement attires par le bruit que mon fusil avait fait, se trainer les pieds a la recherche de chair fraiche. Ignorant le trio qui claudiquait dans ma direction, je pris le chemin que Terry avait emprunte quelques instants plus tot.


J’arrivai juste a temps pour qu’on entre dans le batiment en meme temps. Je nettoyais la zone, couteau en main, me rassurant qu’il n’y avait rien pour nous gacher notre avancee, alors que Terry fouillait le comptoir, la ou les maitres d’hotel il y a quelques annees se tenaient pour accueuillir les clients et prendre les reservations. Il ressortit des decombres, victorieux, tenant une hache de pompier entre ses mains. Selon ce qu’il semblait dire, il en avait déjà perdu une, et il était content d’en trouver une autre. Personnellement, je n’etais pas un fan des armes blanches, mon couteau etant plus que suffisant pour me debarrasser des zombies, avoir une grosse hache plutôt encombrante ne m’interressant pas vraiment, mais si Terry était content de retrouver ces vieux amours, grand bien lui en fasse!


- Je sais pas pour toi, mais j’ai pas fait ce chemin pour une hache rouillee et une canne de bouffe a chat! Si on y met un peu d’effort, on pourra trouver quelque chose d’interessant, j’en suis sur!

Sans plus de cérémonie, je sortis mon 9mm, me dirigeant vers une arche donnant sur l’aire des bureaux et salles de conférences. Cet endroit, grâce à la grande fenestration, était très lumineux, on pouvait aisément voir un corridor emplit de décombres, des portes doubles fermées se tenaient de manière ordonne du cote gauche. Je pris direction de la plus proche, puis posa ma main sur la poignée poussiéreuse.

-On ne veut pas attirer l’attention sur nous, on va faire ça discrètement, t’es prêt?


Inventaire:
 
[/b]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 710
Points : 1683
Date d'inscription : 07/07/2015
Age du Personnage : 26
Résidence du Personnage : Offsprings
Emploi du Personnage : Garagiste/Chasseur

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles:
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
20/20  (20/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
Terry ne partait pas aussi optimiste qu'Alex. Certes Salem n'était pas une petite ville de campagne, mais depuis les années et les 2 groupes importants qui se partageaient la ville à savoir les Offsprings et les Raiders, sans compter quelques poignées de survivants isolés, les trouvailles se faisaient rares. Même en s'éloignant dans la campagne avoisinante, Terry avait souvent fait chou blanc. Et ce n'est pas parcequ'ils tombaient sur des portes fermées sur une salle sécurisée par un certain nombres de zombies affamés, que cela pouvait augurer une pêche miraculeuse !

C'est dans cet état d'esprit fataliste qu'il fit signe de la tête à son partenaire du jour qu'il pouvait ouvrir les portes en grand et puis bon, on verra ce qu'il y aura !
Alex ouvrit en grand. Un zombie se tenait juste derrière, de dos. Il n'eut pas le temps de se retourner complètement que la nouvelle hache de Terry lui fendit le crâne. Deux autres de ces morts-vivants se tenaient dans la pièce, à distance raisonnable, laissant du temps à Terry de nettoyer le sang coagulé sur la lame.

- J'devrais ptêt la baptiser, qu'en penses-tu ? Lucille, ça lui irait bien. Petit clin d'oeil. J'prends celui de gauche !

Avec assurance et discrétion, ils s'occupèrent chacun de leur cible. Un coup d'oeil vite fait à la pièce, elle n'inspirait pas à grand chose. Du mobilier, du matériel bureautique, des débris et déchets divers. Les zombies eux mêmes n'étaient d'aucun intérêt. Cela en était même intriguant. Et ce d'autant plus que la pièce ne comportait d'autre issue que la porte.

- A croire qu'ils étaient enfermés ici ... Heureusement qu'ils ne savent pas ouvrir les portes !

Cela voulait dire que les lieux avaient été investis et visités, peut être même habités ! En tout cas, rien dans cette pièce, sans doute la suivante. Il attendit de voir si Alex était fin prêt à le suivre pendant qu'il jetait lui aussi un oeil dans la pièce. Cette fois, Terry prenait les devants. Il se rendit à la seconde salle, elle aussi fermée. Il actionna la poignée et tenta de pousser la porte, mais celle-ci ne bougea que d'un pouce : un corps empêchait le passage. Terry poussa alors de l'épaule. Il aurait bien préféré pousser des 2 bras, mais c'était pas envisageable du droit.

- Aides moi !

A eux deux, ils réussirent à repousser suffisamment l'obstacle pour passer par l’entrebâillement des portes. Terry passa en premier et enjamba le cadavre frais qui bloquait le passage. L'homme fraîchement mort avait une blessure à l'abdomen qui avait eu sa peau. Terry jeta un regard à Alex.

- L'un des vôtres ?

Rassuré par la réponse, il se permit d'inspecter plus attentivement la plaie. Large, chair arrachée. Une morsure. A côté du cadavre, traîné un paquet de compresses. Il n'avait pas eu le temps de se les appliquer ... L'homme avait visiblement séjourné dans les locaux. Seul ou accompagné, mais c'est seul qu'il est mort. Il n'avait rien sur lui, même pas de sac à dos. Ses affaires devaient traîner dans le coin à moins qu'un de ses compagnons soit parti avec.
Il le voyait plutôt en survivant solitaire. Ici c'était son repaire, son abri. Une mauvaise rencontre avec un zombie, une mort loin de tout autre vivant. Personne pour se soucier de son sort, une triste fin ...

Etait-ce dans cette salle ? Comme la voisine, des tables, des chaises. Un coin où un feu de campement avait été nourri plusieurs fois. Pas de coin couchette, étrange ... Des traces de sang sur un mur. Terry suivit l'indice et inspecta ce pan de mur. Soudain l'évidence, la trappe du conduit d'aération en hauteur !
Rapprochant une chaise qu'il escalada, sa tête arriva au niveau du conduit. La grille était juste posée, il la décrocha. Juste derrière, un revolver, un Smith & Wesson. En redescendant, il montra sa trouvaille à Alex. Le conduit allait plus loin, mais sans lampe, difficile d'y voir mieux.

- Le conduit semble déboucher sur une petite pièce plus loin. Un local technique ptêt. La planque du mort je pense. On tente ?

Inventaire:
 

_________________________________________________

<< Des créatures de Dieu qui s’étaient endormies en pleurant,
ouvraient les yeux pour pleurer de nouveau. >>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 51
Points : 538
Date d'inscription : 04/10/2016
avatar

La porte s’ouvrit sur trois cadavres debout, et Terry s’affaira à mettre fin aux jours du plus près. Les prochains étaient loin, mais si on voulait découvrir des trésors post-apocalyptique, il fallait les éliminer eux aussi, malgré qu’ils ne posaient pas nécessairement une menace immédiate; je m’occupai d’un alors que Terry, accompagné de Lucille, se débarrassa de l’autre. La salle de conférence n’était pas le coffre aux trésors que j’attendais, il n’y avait rien du tout, mis à part des vestiges d’un monde aujourd’hui lointain; quelques chaises sur roulettes, une longue table détruite… Bref, rien qui ne valait la peine d’être emporté.

Terry et moi avions rapidement fait le tour de la pièce pour continuer nos recherches sur la prochaine. Terry s’occupait d’ouvrir la porte, tandis que je couvrais les arrières, quand il demanda mon aide. Apparemment, la porte était bloquée par un cadavre, ce que nous remarquions au moment de la déloger. Un homme était mort dans cette pièce, son campement, possiblement, mais il n’y avait aucun sac de couchage, comme s’il y avait été piégé. Terry me demanda s’il était l’un des nôtres. Je me penchai sur le cadavre, prenant sa tête de ma main gauche pour l’examiner un instant, puis je secouai la tête.

-Non… Le cadavre est plutôt frais, et je ne reconnais pas son visage… Impossible qu’il soit un offspring et que je ne l’ai jamais croisé.

Comme je me relevai, Terry s’affaira à dépouiller le cadavre de ses biens. J’inspectai l’endroit, me faisant un rapide scénario de ce qui avait eu lieu ici. Il y avait vraisemblablement eut un combat, et l’homme était mort d’une blessure, mais ou pouvait bien se trouver le mangeur qui avait fait ça? Probablement qu’il s’était fait mordre et avait réussi à se réfugier ici, ou il avait fini par mourir.

Terry fouilla l’endroit. Il devait être un détective avant l’apocalypse parce qu’il a presque tout de suite remarqué la trappe qui n’était que posée, et pas boulonnée, comme toutes les autres. Un revolver y avait été caché. Il avait aussi remarqué que le conduit d’aération menait à une pièce plus loin. Il proposa de tenter sa chance.

-Si ça peut nous mener à peu importe ce que le gars avait, je suis partant. J’y vais en premier, je te laisserai savoir quand tu pourras venir.

Je montai sur la chaise puis sautai de celle-ci, me hissant rapidement dans le conduit. Ce dernier devait longer une poutre, car il supporta mon poids sans broncher, ni même craquer. Bonne nouvelle, car s’il y avait quelque chose ou quelqu’un dans cette pièce, aussi bien s’en approcher sans bruit. Une minute me suffit à atteindre la trappe. Je regardai au travers du grillage pour voir un petit campement dans une grande pièce apparemment une salle de réception. Je me retournai vers la tête de Tery qui regardait dans ma direction avant de lancer :

-C’est une sorte de campement. Je dirais huh…. Une dizaine de personnes campaient ici… Mais personne n’est là, l’endroit à l’air d’être abandonné… Y’a beaucoup de sang, partout. Tu peux commencer à avancer, mais attend que je te donne le signal avant de sortir.

Sur ces dernières paroles, je délogeai délicatement la grille. Je me retournai ensuite sur le dos, avant de sortir mes bras et attraper le cadre de la trappe, pour finalement me hisser en dehors. La trappe n’était pas au plafond, ici, elle était contre le mur, signe que le plancher était plus bas ici qu’à notre ancienne pièce, et il devait y avoir trois bons mètres avant d’atteindre le sol. Sachant très bien que je ne pourrais pas me maintenir sur le bout des doigts bien longtemps, je me propulsai à l’aide du mur, pour atterrir dans une roulade renversée désynchronisée qui me fit frapper la tête sur le plancher, me faisant lâcher un « Tabarnak! » bien senti.

Il n’y avait qu’une fenêtre dans toute la pièce, et elle avait été encombrée d’effets, histoire de ne pas être vu par les mangeurs de chaire. C’était une bonne idée, mais j’avais besoin d’un peu de lumière, je décidai donc d’enlever les choses, éclaircissant la situation. Comme je me retournai, je vis trois cadavres, côte à côte, dont deux qui avaient été déchiquetés au point qu’on ne pouvait croire que ça avait déjà été des êtres humains. Le troisième semblait s’être fait prendre en pitié, il avait reçu une balle en pleine tête, mais on pouvait bien voir les marques de morsures… Ce dernier avait un sac de nourriture, apparemment des légumes avariés. Ça avait beau être passé date, quand on a faim ça aide à nous garder dans la partie, je décidai donc de le mettre dans une petite poche de mon sac à dos. Juste derrière eux, une tente avait été mise en lambeaux, on pouvait clairement voir une boîte à chaussures entre deux sacs de couchages. Mon couteau en main, je m’aventurai dans la tente pour rapatrier ladite boîte. À l’intérieur se trouvait un Beretta 92fs, trois balles dans le chargeur… Ce n’était pas beaucoup, mais les OF ont besoin de toute ressource pour combattre les Raiders.

Bon bah on sait maintenant ce qui s’est passé ici… Les autres ont dû se sauver, mais les zombies n’ont pas l’habitude de déserter comme ça…

Une tente m’inspirait plus confiance que les autres, elle était presqu’intact, la fermeture éclair avait été fermée presqu’entièrement. Tranquillement, j’ouvris la porte de la tente… Un terrible grognement sortit de cette dernière, et je n’eus le temps que de placer mon arme entre moi et le cadavre qui en sortait, lui plantant sous le menton. Malheureusement, un deuxième zombie était juste derrière le premier, et nous fis tomber tous les trois à la renverse, moi sur le dos, les bras prisonniers pris sous le cadavre, et sur le dessus un autre cadavre, tentant tant bien que mal de rejoindre ma personne, bien mal en point. Je n’arrivais pas à libérer mes bras, je décidai donc d’essayer de les soulever, ou au moins les faire tomber sur le côté, je m’efforçai alors à placer mes mains dans le bon sens pour pousser le plus fort que ma condition me le permettait.

Le problème avec la maladie qui rend les gens en zombies, c’est que le système de putréfaction s’active, donc malgré que le corps bouge encore, il se détériore, devenant donc plus fragile. C’était le problème des deux cadavres sur moi : quand je sentis le poids des corps se soulever du mien, j’entendis des os craquer, la peau se déchirer comme un sac, les organes s’échapper par les ouvertures… Puis le poids de leur corps revint sur moi de manière violente. Mes bras avaient passés au travers du premier cadavre et s’était arrêtés jusqu’à ce que je sente les viscères de celui toujours vivant. Mes bras étaient pris dans cette situation.

-Fuck! Fuck! Fuck! TERRY!! DESCEND, DÉPÊCHE!!!

Pendant ce temps, je ne pouvais pas m’empêcher de penser que leur sang, salive… Bref leur corps entier aux zombies était comme une piscine de VIH…

Et je viens de me sacrer les deux mains dedans.


Inventaire:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 710
Points : 1683
Date d'inscription : 07/07/2015
Age du Personnage : 26
Résidence du Personnage : Offsprings
Emploi du Personnage : Garagiste/Chasseur

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles:
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
20/20  (20/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
Terry regarda son partenaire accéder à la trappe et s'y engoufrer en éclaireur, attendant son premier compte rendu qui arriva assez vite pour aviser de ce qui les attendait : il avait découvert un campement à l'autre extrémité de la gaine d'aération, sans doute dans une salle condamnée de toutes parts hormis par le conduit découvert. L'endroit était sinistré et Alex annonçait son intention d'y descendre. Uh-oh, pas la meilleure idée. Surtout seul. Terry hésita un instant le temps d'entendre un juron au fort accent québecois.

Handicapé par son bras, il s'y prendrait autrement pour accéder au conduit : d'abord tirer une table sur laquelle placer une chaise. Voilà un gain en hauteur non négligeable. Un peu bancal, mais efficace. Il balança sa hache à l'intérieur. Il put s'aider des coudes puis des jambes pour y pénétrer à son tour et suivre son prédécesseur qui avait déjà eu le temps de faire un tour rapide des lieux aux autres issues calfeutrées pour se mettre à l'abri des regards et tentatives d'intrusion extérieurs.

Terry rampa avec son arme tranchante jusqu'au bout du conduit et jeta à son tour un oeil sur le carnage qu'il surplombait d'une poignée de mètres. Alex avait les pieds en plein dedans, mais pas que ! Il se dirigeait vers une tente et fit glisser le zip de bas en haut dénichant un couple de zombies qui se jetèrent littéralement sur lui. S'il avait pu re-tué le 1er, son poids cumulé au 2nd écrasé Alex au sol qui ne pouvait à peine les supporter à bout de bras. D'ailleurs, à les repousser avec force, il en transperça un de part en part dans une giclée putréfiante. C'est là qu'il appela à l'aide.

- Fuck! Fuck! Fuck! TERRY!! DESCEND, DÉPÊCHE!!!

Le premier réflexe de Terry à la vue de cette situation fût de dégainer son colt pour le braquer en direction du zombie encore en activité. Mais sa blessure, la position inconfortable dans le conduit métallique, le manque de clarté et le risque de blesser son allié qui d'ailleurs réclamait plutôt un soutien au sol, le décidèrent à se précipiter en contre-bas. Dans l'urgence, il rengaina vite fait son arme à feu, s'y reprenant à 2 fois et balança sa hache au milieu de la pièce espérant tout à la fois divertir temporairement le zombie et fournir une arme blanche à portée de main d'Alex au cas où il aurait pu libérer un bras.
Mais ce dernier n'était plus en posture avantageuse, alors dans la précipitation, Terry se jeta littéralement du haut du conduit. Il avait mal jugé de la hauteur et se réceptionna douloureusement au sol, se tordant une cheville et s'écroulant de tout son long au sol. Il entendit alors un crac du côté de son flanc ! Il savait d'où ça venait et s'en mordait déjà les lèvres : il venait d'exploser sa nouvelle paire de jumelles dès sa première sortie !

Putain de merde !!!

Cela déclencha un changement d'attitude chez lui, il se redressa presque ignorant la nouvelle douleur encore chaude à sa cheville droite et se dirigea d'un pas pesé vers sa hache qu'il agrippa avant d'aller dare-dare la balancer dans le crâne du semi-macchabé d'un mouvement style golfeur de bas vers le haut. En appui sur son pied valide, il repoussa ce premier cadavre puis l'autre pour dégager son confrère. Il ne lui tendit pas la main, lui reprochant intérieurement les dégâts subits pour le tirer de ce mauvais pas. D'ailleurs, il extirpa ses jumelles de la poche intérieure de veste où elles reposaient. Les 2 verres étaient bousillés. Il balança violemment la paire dans un coin ainsi que les morceaux de verre poli qui s'en étaient détachés.
D'un pas boîtant qui ne manqua pas de se faire remarquer, il refit un tour rapide de la pièce, s'assurant qu'aucune autre surprise semi-vivante ne traînait encore.

- C'est rien, juste la cheville, mauvaise réception ...

La porte de la pièce avait été condamnée de l'intérieur avec une pile de mobilier, de sacs poubelles remplis de gravats ou terre. La fenêtre dégagée par Alex était l'unique autre sortie possible. Il s'en rapprocha pour jeter un oeil discret à l'extérieur. Elle donnait sur un petit espace vert juste avant de déboucher sur le grand axe routier. Yavait des zombies déambulant de-ci de-là, rien d'inquiétant. Eclater le double-vitrage en attirerait immanquablement quelques uns !

- Je n'vais pas pouvoir courir. On ramasse c'qu'on peut et on s'rentre ? J'ai eu ma dose pour la journée ...

Sous-entendu qu'il était assez énervé comme cela pour les prochaines heures. Et il avait ramassé deux armes à feu, une hache ainsi que des compresses. Voilà qu'il complétera l'armurerie et l'infirmerie des Offsprings ! Il avait fait sa part et il avait maintenant besoin de repos pour récupérer son bras et son pied. Alex semblait avoir dégoté 2-3 trucs utiles aussi. A deux, c'était honnête. Pas de quoi fanfaronner, mais pour une petite sortie d'une demi-journée, ça avait été rentabilisé (si on omettait la perte des jumelles et le bobo à la cheville).

Hache à la main, Terry attendit donc que son partenaire fusse prêt pour ouvrir la voie de la sortie.

Inventaire:
 

_________________________________________________

<< Des créatures de Dieu qui s’étaient endormies en pleurant,
ouvraient les yeux pour pleurer de nouveau. >>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 51
Points : 538
Date d'inscription : 04/10/2016
avatar
Dans les quelques secondes qui me parurent comme des heures, un Terry apparement amoché vint porter secours à ma pauvre personne d'un coup de hache ma foi bien placé, éclatant carrément la tête de mon persécuteur. Ensemble, nous réussîmes à retirer les deux cadavres sous lesquels j'étais coincé, et je me relevai rapidement, trop content de pouvoir me retrouver en position verticale. Je regardai mon partenaire qui semblait avoir été atteint à la jambe, à en juger par la posture qu'il arborait, mais Terry s'empressa de dire que ce n'était qu'un problème de réception... Il ne pour rait cependant pas courir. Je me pinçai les lèvres quand je le vis lancer sa paire de jumelles éclatées, sous la frustration. J'aurais bien voulu m'excuser, car c'était bien de ma faute, du fait que j'étais celui qui avait nécessité une rescousse précipitée. Je n'eus pas le temps de faire quoique ce soit en fait...

Une douleur vive, résultat d'une baisse drastique d'adrénaline dans mes veines émana soudainement de mon avant-bras, me faisant lâcher un petit grognement. C'est en balayant le sang et les bouts de viscères de mon bras que je vis une plaie, de cinq centimètres, traverser mon avant-bras, à peu près au centre. Vraisemblablement, quand les cadavres avaient cédés sous leur propre poids et tombant sur mes mains, une côte cassée avait déchiré la peau et une partie de la chair de mon bras. La plaie était peu profonde, mais une douleur sourde en émanait, signe que l'infection que ces cochonneries transportaient dans leur salive et leur sang. J'espère me rendre au QG.

Terry se positionna devant la fenêtre, prêt à sortir par là, notre seule véritable sortie, quand on considérait la trappe qui nous avait servie d'entrée inatteignable. Mon couteau toujours en main, je fis un petit signe de tête dans sa direction, j'étais prêt. Le fenêtre se fracassa sous sa hache, créant un bruit qui se fit entendre par deux cadavres proches, les autres étant assez loin pour ne pas être une menace. À l'extérieur, je me débarassai du premier tandis que Terry éliminait le suivant, créant ume fenêtre assez grande pour que nous ayons le temps de traverser la rue la plus proche et atteindre une ruelle.

-On a un bout à marcher, tu penses être ok? Ou tu vas avoir besoin d'aide? Tu me diras.

On marcha lentement, mais sûrement, vers le QG, passant silencieusement derrière des groupes de Zs. Quelques cadavres étaient en travers de notre route, mais ils étaient généralement seuls, donc faciles à éliminer.

Ce fût après une heure et demi de marche que je commençai à ressentir des effets néfastes; j'avais chaud, si chaud que je suais à grosses gouttes,ma vision commençait également à devenir trouble. Mon allié d'infortune sembla s'en rendre compte,au regard qu'il me jettait.

- ça va, je vais me rendre...

On ralentissait par ma faute, je me tenais par moment contre les murs pour ne pas tomber,mais je continuais à avancer. Plus que quelques centaines de mètres, ce n'était rien.

Comme une dizaine de malheurs n'arrive jamais seule, la seconde phase, les vomissements commencèrent déjà. Au dénut avec une seule petite trace de sang, mais chaque vomissement en emportait avec lui plus du précieux plasma rouge.

Combien de temps est-ce que je tiendrais?


Inventaire:
 


Dernière édition par Alex Morin le Mar 31 Jan - 15:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 710
Points : 1683
Date d'inscription : 07/07/2015
Age du Personnage : 26
Résidence du Personnage : Offsprings
Emploi du Personnage : Garagiste/Chasseur

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles:
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
20/20  (20/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
Terry, encore préoccupé par la perte de ses jumelles, ne remarqua pas la blessure d'Alex qui, d'ailleurs, ne cherchait pas à l'exhiber. Terry se doutait que quelque chose n'allait pas comme son compagnon avait accepté rapidement de suivre son plan de sortie, mais peut être avait-il été un peu chamboulé d'avoir été couvert de viscères nauséabondes, vu l'empressement qu'il avait mis à s'en nettoyer comme il put les bras.
Comme énoncé, il explosa la vitre à la hache (au moins une bonne trouvaille pour compenser !) et ils l'enjambèrent pour enfin se retrouver au dehors, à l'air frais, hormis celle approchante de deux zombies dont ils se défirent rapidement. Ils poussèrent le pas en direction du QG non sans mal pour Terry. Alex s'enquit de sa blessure. Il tourna la cheville pour constater qu'elle n'était plus si mobile qu'avant, mais la douleur était encore estompée du fait que le muscle était encore chaud. Ca douillerait une fois au repos à leur abri bétonné.

- Ca tiendra, allons-y !

Sans plus de discussion, ils reprirent en sens inverse le même chemin qu'à l'aller, faisant juste un détour par une rue parallèle pour éviter de recroiser le groupe des Village People. C'est à peu près à ce moment qu'Alex commença à ralentir l'allure et à afficher un teint pâle. Cette baisse inattendue d'énergie d'un gaillard comme celui-ci surpris Terry qui se demanda, éberlué, la cause de ce changement.

- Ca va, je vais me rendre...

Mais contrairement à ce qu'il disait, ça n'avait pas l'air d'aller si bien que cela. Un mal intérieur semblait le dévorer, le vider. Au sens figuré comme au sens propre ! Alex fut pris de plusieurs vomissements. Il continua malgré tout à avancer tant qu'il put avec les légers encouragements de Terry qui ne savait pas comment diable gérer cette situation. Ils n'étaient qu'à une longueur de l'arrivée, si seulement il pouvait pousser jusque là ! Voyant bien qu'il n'y arriverait pas seul, Terry se décida à le soutenir d'un côté, passant sa tête sous un bras. Ils ne firent pas 100 mètres ainsi sans s'écrouler tous les deux en plein milieu de la rue.
Sur le coup, Terry avait manqué de volonté ou sans doute tout simplement de motivation à aider un quasi-inconnu. Ce même quasi-inconnu qui l'avait sorti pour son test d'initiation, mais aussi sauvé la mise quelques jours auparavant. Ne pouvant pas le porter, ni même le déplacer à défaut de brancard, il ne restait plus qu'une seule solution ...

- Je vais devoir te laisser ici ...

Ouais OK, dis comme ça dans cette situation, cela nécessitait sans doute quelques éclaircissements.

- Le QG n'est plus loin, j'y file pour rameuter du monde au plus vite.

A la fois pour se délester un peu et équiper son compagnon souffrant, il lui proposa son Remington et son Colt chargés pour tenir à distance tout zombie s'approchant de trop. Yavait pas non plus le temps de trouver un abri sommaire dans un bâtiment voisin, ni même d'en construire un avec des planches ou autres. Yavait des épaves de voitures dans la rue. Il traîna Alex presque plus qu'il ne le porta jusqu'à l'une d'elle et ouvrit la porte arrière.

- Allongé sur la banquette arrière en te faisant discret devrait suffire pour que je fasse l'aller retour. Tu tiendras ?

Yavait urgence à le mettre à l'abri des regards et aussi urgence médicale, échafauder un autre plan -si toutefois Alex avait une autre idée en tête tout aussi rapide- n'en valait pas la peine. Une fois Alex positionné et prêt à faire face à toute éventualité, Terry lui décocha un signe de tête pour donner le go de son propre départ. C'est seulement à ce moment qu'il repensa à sa cheville ! Il ne tiendrait pas longtemps une cadence forcée. Mais le bâtiment n'était pas loin, on pouvait le deviner au bout de la rue.
Assez rêvassé ! Il partit, d'un pas pressé, mais pas de course. Sa cheville refusait de bouger plus pour lui apporter la souplesse et la mobilité suffisante. A mi-chemin, un pic de douleur le figea sur place. Il s'appuya un temps sur un mur pour la laisser passer, se mordit les lèvres de détermination et repartit. En chemin, il croisa bien quelques zombies, mais trop éloignés pour qu'ils soient une menace. Au contraire, autant qu'ils aient leur attention détournée vers lui plutôt que vers son camarade laissé en arrière.

Le QG enfin et ce putain d'escalier à monter pour atteindre le premier niveau d'accès. Celui qui tenait la garde avait reconnu Terry et s'interrogea de sa précipitation. Il lui fit un rapide résumé de l'aide souhaité. Si Terry faisait partie des dernières recrues toutes fraîches, ce n'était pas le cas d'Alex. Les volontaires pour lui portaient assistance ne se firent pas attendre. Le temps que ceux-ci s'équipent, Terry redescendit pour prendre les devants. Il ne tenait pas à rester au chaud sans son partenaire désigné du jour, ça ne le faisait pas. Les autres le rattraperaient rapidement avant d'atteindre leur objectif !

--- FIN DU RP ---

Inventaire:
 

_________________________________________________

<< Des créatures de Dieu qui s’étaient endormies en pleurant,
ouvraient les yeux pour pleurer de nouveau. >>


Dernière édition par Terry Mayne le Lun 6 Fév - 10:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 51
Points : 538
Date d'inscription : 04/10/2016
avatar
Pendant quelques temps, je croyais vraiment y arriver, rejoindre le QG encore sur mes deux pieds semblait être un objectif atteignable. Mes rêves pourtant si simplistes furent rapidement démolis au moment où mes jambes refusèrent de supporter mon propre poids. C’était si pathétique, Terry, qui avait une cheville et une épaule amochées, devait m’aider à avancer, histoire de ne pas finir en casse-croute pour zombies. Le temps filait, mais je ne m’en rendais pas vraiment compte… Chaque seconde passait comme une heure pour moi et, entre les pas forcés, les vomissements et les cadavres qui nous barraient la route, le chemin que nous avions parcouru était insignifiant.

Après une éternité, on rejoignit le boulevard qui menait tout droit à la prison, mais Terry était à bout de souffle de devoir me porter et d’endurer une blessure, l’empêchant d’être à pleine force. Il n’avait plus la force de nous sauver tous les deux, et me fit m’asseoir sur la banquette arrière d’une voiture. M’allonger sur cette dernière et me faire petit serait selon lui le meilleur moyen de s’assurer de ma survie, du moins le temps qu’il aille chercher du secours. Il me donna également son fusil de chasse et revolver, histoire d’aller plus vite. Je secouai faiblement la tête.

-Terry… Ne reviens pas. Inutile de gaspiller des ressources… Je ne sais même pas si on va pouvoir me soigner… Ne met personne en danger.

Mon camarade quitta sur un presque-pas de course. Il m’avait évidemment  ignoré, mais j’espérais que les membres des offsprings seraient plus brillants que ce survivaliste, qui ne venait que de rejoindre la communauté. Avant de me coucher sur la banquette, je retirai  mon sac et mon fusil, posant ces derniers avec le Remmington sur le plancher de la voiture, le colt et mon couteau encore en main. Je pris quelques instants pour me permettre de ne penser à rien, laisser mon esprit vaguer dans le ciel et mes souvenirs.

-Mais j’ai déjà donné tous mes trucs! Ce n’est pas suffisant pour vous rejoindre?

-Non!! Si tu veux devenir un Raider, ce n’est pas ce que tu nous apportes qui compte. C’est ce que tu es capable de faire pour… Attends, tu vois ce que je vois?

J’avais les yeux fermés, d’ailleurs je n’osais pas les ouvrir, mais je pouvais sentir deux personnes se tenir à mes pieds, regardant à l’intérieur.

-C’est ton jour de chance, la recrue! Il en a des armes, lui! En plus il est vivant, mais pas pour longtemps, apparemment, il est déjà inconscient! Tu me montres que tu peux tuer de sang-froid, et tu seras l’un des nôtres

Le bleu se pencha pour entrer la première moitié de son corps, m’attrapa par le collet pour finalement me forcer à sortir, me tenant debout contre la carrosserie. Je n’avais pas d’autres choix que de m’en débarrasser, aucune envie de me faire descendre par un Raider novice… Le couteau que je tenais plongea dans son corps tandis que j’ouvrais des yeux fatigués. L’autre, à peine deux mètres plus loin, ne réagit pas dans l’instant, surpris, me laissant le temps de lever tranquillement le Colt, avec toute la force que je pus, et appuyai sur la détente. L’ancien Raider s’effondra dans un grondement de tonnerre, la pommette droite explosée, tandis que je poussai l’autre sur le côté. Mon seul moyen de me tenir debout éliminé, je m’effondrai contre la voiture, assis, la tête contre un pneu crevé.

Soudainement j’entendis des bruits trop familiers. Une demi-douzaine de cadavres tournèrent sur le boulevard, en provenance d’une ruelle de l’autre côté de la rue, cherchant de la viande fraîche à dévorer. Bon sang, ce n’est vraiment pas ma sortie! Le colt levé une nouvelle fois dans les airs, je tirai à trois reprises. La première fit voler la brique du bâtiment derrière eux, la seconde alla se loger dans le corps animé, mais sans vie, du chef de file. La troisième tua le zombie en quatrième position, malgré que ce ne soit pas lui que je visais.

-Non content de m’avoir rendu malade, il faut que vous veniez me goûter avant que je crève? Fuck… Je pensais pas mourir comme ça…

Comme je fermais les yeux, attendant la fin, je pus entendre quelques détonations, puis des bruits de cadavres frappant lourdement le sol. Je me sentis soulever des deux bras, des voix tentant de me réconforter, disant que les renforts étaient là. Je tournai la tête vers mon sauveur.

-Je t’avais…. Dit de ne mettre personne d’autre en danger….. Les gars, n’oubliez pas de….. la voiture….

J’avais de plus en plus de mal à articuler, mes paupières devenaient lourdes, je sentais à peine mes pieds balloter contre l’asphalte craquelé alors que mes frères d’armes se pressaient pour me transporter au QG.  Je me souvins des portes de la prison ouvrir en catastrophe et… Le noir complet.

Je me réveillai en sursaut, dans un lit de l’infirmerie, je ne sais combien de temps plus tard. Ma vision était trouble, mais quand je tentai de m’asseoir dans le lit pour pouvoir me lever, une main sur mon épaule m’arrêta.


Inventaire:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Pause détente
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La pause Olympique
» Petite pause...
» [Flashback] Une petite journée de détente ! [PV Loyckh]
» Une bonne détente .....Ooh mais c'est Draka!
» Pause déjeuner

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Zombie Apocalypse :: Zone de Salem :: Centre-ville-