Life is but a journey, an ephemeral and fragile one. Now it simply became bloody as well...
Jericho est de retour, et ses sbires ont remis en marche l’entreprise d’esclavagisme qu’ils semblaient avoir mis en veilleuse depuis quelques mois. N’importe quel survivant est une cible potentielle pour le regroupement de pillards et Dieu seul sait ce qui arrive alors aux pauvres âmes qui en sont les victimes… Le seul espoir des survivants de la ville s’incarne dans le maître d’orchestre de la seule victoire que les rescapés de Salem ont arraché à Jericho, Azad Kamrane. C’est-à-dire, l’homme derrière la chute de la Marion et qui a dans le même temps remis en liberté les esclaves que les Raiders avaient si durement rassemblés à l’intérieur des murs de la prison. L’Iranien a poursuivi les préparations de la lutte à venir, mais au-delà des questions concrètes qu’il lui faut considérer, plusieurs interrogations restent sans réponse. Qui sont-ils réellement? Que veulent-ils? Où sont-ils? Que font-ils de leurs victimes? Combien de personnes suivent Jericho? Autant d’inquiétudes auxquelles le leader des Offsprings devra très rapidement trouver des réponses…
CharteContexteFonctionnalitésBazarEspace PersonnelScénarios
A savoir
# Un event important est actuellement en cours ! N'hésitez pas à suivre son déroulement ici → An unreachable, yet invaluable prize...
#
Contexte
De l'humanité il ne reste presque plus rien. Derniers survivants face à la menace zombie, vous avez combattu la peur, la maladie et la misère. Six années se sont écoulées, combien de jours tiendrez-vous encore ? Nous sommes en 2017 et le monde a été plongé dans le chaos suite à une catastrophe biologique. Que vous veniez de Central City ou de contrées plus éloignées, votre course effrénée pour la survie vous a mené jusqu'à Salem, dans l'Oregon. L’accalmie qui régnait dans les derniers mois s’est terminé dans le sang et la douleur avec le retour des Raiders qui sont sortis de l’ombre dans laquelle ils se trouvaient. Ils ont depuis repris leur entreprise sombre, et tout être humain encore dans les environs, homme, femme et enfant sont à risque d’être faits prisonniers comme ils l’ont fait lors de leur arrivée en mars. Dans ce monde totalement changé, le danger rôde à chaque instant, et l’avenir de tous ceux se trouvant dans Salem est voilé d’une incertitude qui n’est pas près de se lever. Face à un tel raz-de-marée de sauvagerie, la survie de tous dépendra des actions individuelles de chacun... Et vous, qu'attendez vous pour nous rejoindre ?
Remerciements
Nous tenions à remercier le forum Never-Utopia grâce à qui le forum peut aujourd'hui connaître un renouveau. Un merci aussi à nos joueurs pour leur patience et leur soutien après tout ce temps. ZA n'est pas encore parfait, mais grâce à vous il vit. Un merci également aux administrateurs qui donnent de leur temps et ne cessent d'essayer d'améliorer le forum et le confort des joueurs...

Longue vie à ZA, et que la passion de l'écriture continue de nous lier, tous ensemble, dans cet univers.
Zombie Apocalypse
Saison 5 : A Battle for Freedom

Partagez | 
 

 Animal in cage...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Messages : 213
Points : 1179
Date d'inscription : 08/05/2015
Résidence du Personnage : Dans le bois
Emploi du Personnage : Chasseur, pister la trace de son étoile
Rumeur : Il ne parle pas beaucoup

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles: 1
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
0/20  (0/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
14 juin, après-midi

Je me dirige vers la « chambre » que moi et ma louve nous nous partageons. Wolfie me colle au train, guère rassuré lui non plus. Je me demande sérieusement dans quoi nous sommes embarqués. Partout des gens qui me dévisagent, qui semble se foutre de ma gueule de déterré dans mon dos. Des hypocrites et des connards surement pour la majorité. Mais ce qui me met en rogne, qui fait hurler le chasseur qui a le dominion de mon corps affreux, c’est qu’on nous a confisqué la plus grande partie de mon maigre équipement. Ma carabine de chasse, mes munitions, mon nécessaire de survie. Au moins, j’ai pu garder mon couteau de chasse et mon sac à dos. Merde de hell je croyais qu’il allait aussi confisquer mon violon, mes photos, le stetson bruns de mon grand frère et mon jonc de mariage. Et si ses salauds avaient juste pensé de vouloir me le prendre, et bien ça avait été un bain de sang. À part mes souvenirs et mon amour, c’était le dernier lien qui me reliait à mon étoile. Ce que je ne donnerais pas pour que Phyllis soit ici. Qu’elle puisse permettre à l’homme de triompher de la bête. Les seuls moments que je me sens bien c’est quand je songe à elle. À son sourire et sa gentillesse. Sa candeur d’avoir accepté un demi-homme dans sa vie. De son audace d’avoir accepté de m’embrasser et d’accepter ma demande de la marier. Mais à cet instant je m’en veux tellement. D’être encore en vie et dans une sécurité toute relative pendant que mon amour est en danger. Avec des hommes qui profitent surement d’elle. Qui la viole et la maltraite. Chacun de mes muscles est crisper, mon dos une véritable barre d’acier. Mes yeux lancent des éclairs verdâtres et je n’ai qu’une envie, c’est de sortir de ce traquenard que je me suis fourré. Ce piège de cristal qui donne une illusion de sécurité. On est comme des sardines et quand les enculés de rodeurs vont sentir la chair fraîche, on sera tous baiser. J’avais accepté leur offre pour n’avoir que la chance de farfouiller dans cette mer de visages hostiles et indifférents. Juste pour voir les traits ciseler par les mains habiles d’un ange. Le visage divin de ma femme. De mon étoile, de Phyllis. Et comme d’habitude je suis déçu par les humains. Il n’y a qu’Estelle que je peux avoir confiance. Déjà j’ai fait le tour du bâtiment. Pour savoir les sorties possibles et surtout les endroits à éviter. Enfin des deux premiers étages. Car la lie des survivants ne peut se rendre au troisième. Ou les rois et maîtres de ce domaine de merde ont élus domiciles. Je m’en fous de leur guéguerre avec les raiders. Je n’ai que deux désirs qui me gouvernent maintenant. Deux vœux que le chasseur sera heureux de me faire exaucer. Phyllis dans un premier temps. Et le second tuer le maximum de pourritures qui à tuer un des derniers hommes bons de la planète.

C’est décider, je veux partir. Déjà trois heures de perdu à tourner en rond comme un glouton en cage. J’entre dans la petite pièce, surement un lieu pour mettre des classeurs, qui nous a été « gentiment » attribué. Wolfie va rejoindre la blonde qui partage ma vie depuis quelque temps. Il l’a adopté comme membre de notre meute. Merde de hell que je suis heureux qu’elle ait décidée de m’aider à pourchasser ces enfoirés. Estelle veut venger son frère et moi aussi. On est sur la même longueur d’onde. Et le chasseur adore la voir mutiler et se battre. Une digne représentante selon lui. Je claque la porte et je respire fortement. Je suis totalement exaspéré. Le groupe « d’élite » qui était parti chercher devait être composé d’amateurs et de chairs à canon. J’en suis persuadé. Il n’y avait qu’un petit groupe d’idiots et de connards qui se risquait pour les autres. William, moi et le groupe de la ferme. Et ça nous a mis dans la merde juste aux oreilles. William et Aya sont morts. Les autres en fuites. Je suis énerver et ça se voit facilement. Je tremble maintenant sous l’impulsion de la fureur. À cet instant je me dis que je viens de perdre trois heures de traques, de chasse et de mise à mort. Trois heures de recherches pour retrouver mon étoile. Trois heures de plus de souffrance pour elle. Frénétiquement je fais quelques signes pour ma louve.

Charlie- Je n’en peux plus. On doit retourner chasser. Tuer les raiders. Venger nos frères et retrouver mon étoile.


Je porte ma main droite, dont la multitude de tissus cicatriciels est cachée par un gant, à ma joue. Mon visage des plus commun ressemble à une chandelle à moitié fondue. Le côté gauche est normal, mais le droit me donne l’allure d’un monstre. D’un putain de charognard. J’ai déjà été attaquer à cause de ma gueule de porte-bonheur. Et être aussi près des inconnus me fait sentir que je vais encore devoir encaisser un truc du genre. Je suis très silencieux et je surprends souvent les autres. C’est l’avantage d’être un putain de muet. Je signe de nouveau.

Charlie- Tu en pense quoi d’ici? Si tu veux, on pourra partir sans problème.

Je dois essayer de me relaxer, penser librement et calmement. Mais à chaque fois je revois des scènes d’horreur qui met en vedette de mon étoile.

_________________________________________________


When Estelle asks Charlie “What are you doing?” Charlie sign “Watching your back. I don’t like it when you go off without me.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 53
Points : 980
Date d'inscription : 12/05/2015

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles:
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
20/20  (20/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
Le temps passent lentement, comme-ci ils s'arrêtaient parfois pour nous faire oublier un bref instant le pourquoi de notre survie. Le pourquoi de notre liberté, la raison qui me maintenaient encore en vie jusqu'à présent. Le vide que je ressentais à l'intérieur était horrible, comme si j'aurais laissé une partie de mon cerveau à l'extérieur de cette nouvelle ''protection''. A bien y penser, je commençait à douter de mon choix. Bien qu'il semblait que ce soit pour notre sécurité, je m'y sentais prise aux pièges. Un étaux qui se resserrait lentement sur ma main faisant craquer os par os, ravivant un peu plus chaque jours, la douleur. La douleur qui tenaillaient mon ventre, ce petit être vengeur qui vivait au fond de moi et qui ne cessait de crier qu'il avait besoin de violence...

Je regardais par la fenêtre sans un mot, vide de toute émotion quand j'entendit la porte de la pièce claquer. Wolfie vient me lécher la main et me ramener doucement vers notre dure réalité, j'abaisse la tête vers lui pour lui coller mon nez à son nez, il agite la doucement la queue et pose la tête sur mes genoux. Je soupir et regarde Charlie complètement débité, son soupir en dit long et la rage que je lis dans ces yeux me font arqué un sourcil.

Il me signe quelques mots que je comprend en baissant la tête. Je m'en veux d'avoir accepté de venir ici alors qu'il nous retiennent avec très peu de chose et d'option de liberté.
L'interpellation du nom de Caleb nous avait fais sonner une cloche, mais depuis notre arrivé on reste dans l'innocence de ce qui se passe en dehors de ces murs. Nous pourrions très bien aller le chercher nous mêmes... j'en suis persuadé.

Je sais moi aussi...j'être complètement à bout , lui signais-je, Je me sentir...Pareil prison..dans... endroit Ici.. pareil comme merde et j'avoir besoin de prendre l'air.... Qu'est-ce que tu vouloir faire ? Avais-je poursuivit du mieux de ma connaissance pour lui gesticulé tout cela.

Je m'était relevé prête, déjà à une éventuelle sortis. Nous étions deux camarades de forêts, on devaient être dans les bois pour bien se sentir. Loin des regards inquiétants, jugeurs et attardés. Depuis que j'étais ici, des envies de meurtres m'était souvent passé par la tête. Surtout envers ceux ou celle que je pouvaient entendre chuchoter à propos de Charlie. J'avais bien envie de leurs faire connaître une souffrance aussi horrible voir pire... Ou leurs retravaillés le portrait quoi !! Je me retenais du mieux que je pouvais mais comme Charlie l'avais si bien mentionné.. Il n 'était plus capable de l'endroit et moi non plus... A quoi bon rester dans ce cas ?!?

Je remis mon sac sur mon dos et signai une dernière phrase..

J'ai vraiment besoin de me défouler !! Souriais-je doucement, premier signe de contentement depuis fort longtemps, pouvions-nous constaté.

Wolfie s'agitait en sentant que quelques choses de nouveaux se préparaient peut-être.
Une chasse ? Pourquoi pas ?! Peu m'importait tant que je bougeais pour me dégourdir. J'en avais marre de procrastinée.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 213
Points : 1179
Date d'inscription : 08/05/2015
Résidence du Personnage : Dans le bois
Emploi du Personnage : Chasseur, pister la trace de son étoile
Rumeur : Il ne parle pas beaucoup

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles: 1
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
0/20  (0/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
Je trépigne d’impatience comme le taureau devant ce salaud de toréador. Je n’ai qu’une hâte, c’est de sortir de ce refuge et de retourner à l’extérieur. De retrouver mon étoile et de la ramener ici. Si je peux réussir à ramener mon amour en sécurité, je pourrais mourir avec joie. Je suis un chasseur, un traqueur et surtout un animal qui est retourné à l’état sauvage. Et non une âme en peine qui hante les murs d’une ancienne civilisation qui s’efface tout doucement. J’ai perdu mon frère d’armes, mon meilleur ami à cause de ces enculés qui se promènent à l’extérieur et qui continuent leur horreur. Phyllis est peut-être en train de se faire violer, battre. Ou bien dévorée vivante par les putains de charognards. Ces images mentales me font grincer les dents. Mes poings s’ouvrent et se referment sporadiquement. Mes maigres muscles sont crispés au point que c’est douloureux. Et comme à chaque fois c’est ma louve qui vient à mon secours. Bizarrement elle a réussi à amadouer l’esprit du chasseur qui m’habite comme personne. Je suis heureux qu’elle soit là. Estelle me calme quand je commence à m’énerver. M’accueille dans ses bras quand j’ai le moral au plus bas. Et quand c’est elle qui a le cafard, je suis là pour lui masser les épaules ou bien la faire rire avec des mimes. Je suis un putain de muet, mais au moins je peux agir selon mon âme et conscience. Comme le dirait William, elle et moi nous sommes comme le Ying et le Yang. C’est rendu que nos pensées s’entrecroisent pour réagir d’instinct comme en symbiose. Comme à cet instant elle est prête à me suivre. Sans poser aucune question. Je la sens mélancolique, triste. Elle devait songer à son frère. Son gros nounours comme elle l’appelait. Elle est rendue seule au monde. Moi j’ai encore Phyllis. Car une partie de moi aurait péri à la seconde de son trépas. Wolfie se place entre nous deux et s’assoit au sol. Pour moi il est le chasseur ultime. Calme et silencieux. Combattif et létale. Je commence à signer avec lenteur. Déjà je la trouve patiente avec un épais comme moi. Elle a voulu apprendre le langage des signes.

Charlie- Bon je crois qu’on peut faire un dernier tour des visages pour trouver mon étoile. Merci d’être la louve. Et tu ne seras jamais seule aussi longtemps que je vais vivre.


Je lui prend ensuite la main avec a poigne droite, celle qui porte les cicatrices des flammes, pour appuyer ma déclaration. C’est véridique. Elle est dans ma meute et je la surnomme ma louve. Elle a autant de place dans ma vie que mon étoile et Wolfie. Ce sont maintenant les trois seuls êtres vivants que je vais protéger au péril de ma vie. Comme un loup je vais m’arranger pour remporter chaque combat. Chaque duel et chaque traque. Et je sais que ma dernière confrontation sera celle qui scellera mon destin. Je ne peux m’empêcher de faire mon demi-sourire et mon éternel rictus quand je crois discerner une ébauche de sourire. Elle est vraiment formidable et surtout elle a tout pour elle. Je la trouve très belle, adroite avec les armes, une survivante dans l’âme. Je comprends pourquoi son imbécile de frère la protégeait à ce point. Maintenant je ne me fie qu’à elle pour protéger mon dos et je sais qu’elle pense comme moi. C’est même elle qui ouvre la porte et fait un signe de tête en me lançant une réplique bien sentie. Mon sourire affreux s’agrandit.

Nous descendons au rez-de-chaussée et j’analyse chaque visage, chaque trait partiellement caché par la poussière et le désespoir. Mon cœur sursaute brutalement dans mon torse rachitique. La une chevelure blonde comme les rayons du soleil. La femme à la même silhouette que mon étoile. L’espoir me fait réagir de manière complètement idiote. Je dépose ma main sur son épaule pour l’obliger à se retourner. Et là ce n’est pas Phyllis. On est loin de sa beauté et de son charisme. Elle ne sourit pas comme elle. La survivante sursaute en voyant ma gueule de porte-bonheur et laisse tomber un cri.

Femme- Zombie!


Je sais exactement de quoi elle parle. Je ne peux parler pour lui expliquer que je suis vivant. J’ai une gueule de déterré et je suis maigre comme les charognards à l’extérieur. Je lève les mains pour essayer de la calmer. Je pivote même pour essayer de camoufler ma laideur. Mais trop tard. Elle prend ma tentative d’apaisement pour une attaque et elle me repousse brutalement. Je reste debout de peine et de misère grâce à mon agilité naturelle. Je me mets hors de portée. Déjà deux hommes, un costaud et un petit maigre, se place devant la femme qui s’enfuit. Aussitôt Wolfie vient se placer prêt de moi et grogne doucement. L’affrontement s’annonce et l’humain en moi espère que quelqu’un va calmer le jeu. Sinon je sens que ça sera douloureux pour nous quatre.

_________________________________________________


When Estelle asks Charlie “What are you doing?” Charlie sign “Watching your back. I don’t like it when you go off without me.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 53
Points : 980
Date d'inscription : 12/05/2015

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles:
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
20/20  (20/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
Enfin, une sortie hors de ses foutus murs irrespirables. Nos derniers préparatifs s'achèvent et je sent en moi monter une rage immense, une tristesse et une étrange amertumes. Charlie semble l'avoir pressentis ces belles paroles signés me réconforte et je lui sourit, comme rarement je le fait ces temps-ci. J'incline doucement la tête en mettant ma main sur la sienne qui viens de se poser sur mon avant-bras.
Je lui signe à mon tour; Merci d'être là avec moi, vous êtes ma seule raison de vivre dorénavant, lui lançais-je en flattant wolfie pour accompagné mes dires.

On se redresse tranquillement et je m'avance d'un pas assuré vers la porte que j'ouvre grandement. J'observe rapidement à l'extérieur

-Aucun couillons à l'horizon !! Allons-y dis-je laissant planée un léger rire

Nous descendons donc le rez-de-chaussée à la recherche d'un visage connu. Quelques minutes à se fondre dans la masse, voilà Charlie qui semble surexcité, qui s'avance sur ce qui ressemble à la silhouette de sa bien aimée. Il touche l'épaule de la femme et dans hurlement soudain et perçant la femme signale la présence d'un zombie.

Pauvre conne.... pensais-je en me dépêchant de me rendre aux côtés de Charlie. Un gros gaillard et un petit maigrichon se rapproche l'air hostile arme en main...

HEY !!! MAIS QU'EST-CE QUE VOUS FOUTEZ BANDES DE CONNARDS ??? AUCUN RESPECT POUR MON AMI.. C'EST UN GRAND BRÛLÉ PUTAIN D'EMMERDEUR... RENGAINEZ VOS FOUTUS ARMES OU JE VOUS LES FOUS TELLEMENT PROFOND DANS LE DERRIÈRE QU'ILS VOUS SORTIRONT PAR LA GORGE C'EST CLAIR!!!

Avais-je crier haut et fort attirant l'attention de tout ceux qui se trouvais à proximité de l'endroit ou nous nous trouvons à l'instant.

Les deux gars se regarde, les gens qui se sont attroupés autour en font de même...
J'en ai marre... et je poursuit..
BOUGEZ-VOUS LE CUL S'EST PAS UN SHOW !!!

Je regarde Charlie et lui prend la main , je lui signe rapidement qu'on ne s'attarde pas et qu'on fou le camp. Advienne que pourras, qu'ils nous suivre ou pas les deux môrons je n'en rien a faire.. on les butteras à l'orée des bois si ils s'en prennent à nous.

Nous devons poursuivre les recherches pour trouver Phyllis, nous ne sommes pas loin j'en suis persuadés et j'ai confiance, elle n'est sans doute pas morte... Je l'espère du moins, pour mon compagnon de chasse . Charlie ce fais un sang d'encre et ferait n'importe quoi pour la retrouver. Comme promis je suis prête à le suivre jusqu'à la mort pour que nos recherches soient fructueuses.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Animal in cage...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» « La trace de l'animal, c'est lui-même qui la montre. » - Proverbe mbédé [Indisponible]
» BELGIQUE (La Louvière): cage 14 croisée (griffon) épagneul
» Quizz (mon animal preferer)
» de l'homme ou de l'animal qui est le plus bete
» L'âme est le seul oiseau qui soutienne sa cage... ( PV Fraise des bois )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Zombie Apocalypse :: Zone de Salem :: Centre-ville :: QG des Offsprings :: Zone de jeu-