Life is but a journey, an ephemeral and fragile one. Now it simply became bloody as well...
Jericho est de retour, et ses sbires ont remis en marche l’entreprise d’esclavagisme qu’ils semblaient avoir mis en veilleuse depuis quelques mois. N’importe quel survivant est une cible potentielle pour le regroupement de pillards et Dieu seul sait ce qui arrive alors aux pauvres âmes qui en sont les victimes… Le seul espoir des survivants de la ville s’incarne dans le maître d’orchestre de la seule victoire que les rescapés de Salem ont arraché à Jericho, Azad Kamrane. C’est-à-dire, l’homme derrière la chute de la Marion et qui a dans le même temps remis en liberté les esclaves que les Raiders avaient si durement rassemblés à l’intérieur des murs de la prison. L’Iranien a poursuivi les préparations de la lutte à venir, mais au-delà des questions concrètes qu’il lui faut considérer, plusieurs interrogations restent sans réponse. Qui sont-ils réellement? Que veulent-ils? Où sont-ils? Que font-ils de leurs victimes? Combien de personnes suivent Jericho? Autant d’inquiétudes auxquelles le leader des Offsprings devra très rapidement trouver des réponses…
CharteContexteFonctionnalitésBazarEspace PersonnelScénarios
A savoir
# Un event important est actuellement en cours ! N'hésitez pas à suivre son déroulement ici → An unreachable, yet invaluable prize...
#
Contexte
De l'humanité il ne reste presque plus rien. Derniers survivants face à la menace zombie, vous avez combattu la peur, la maladie et la misère. Six années se sont écoulées, combien de jours tiendrez-vous encore ? Nous sommes en 2017 et le monde a été plongé dans le chaos suite à une catastrophe biologique. Que vous veniez de Central City ou de contrées plus éloignées, votre course effrénée pour la survie vous a mené jusqu'à Salem, dans l'Oregon. L’accalmie qui régnait dans les derniers mois s’est terminé dans le sang et la douleur avec le retour des Raiders qui sont sortis de l’ombre dans laquelle ils se trouvaient. Ils ont depuis repris leur entreprise sombre, et tout être humain encore dans les environs, homme, femme et enfant sont à risque d’être faits prisonniers comme ils l’ont fait lors de leur arrivée en mars. Dans ce monde totalement changé, le danger rôde à chaque instant, et l’avenir de tous ceux se trouvant dans Salem est voilé d’une incertitude qui n’est pas près de se lever. Face à un tel raz-de-marée de sauvagerie, la survie de tous dépendra des actions individuelles de chacun... Et vous, qu'attendez vous pour nous rejoindre ?
Remerciements
Nous tenions à remercier le forum Never-Utopia grâce à qui le forum peut aujourd'hui connaître un renouveau. Un merci aussi à nos joueurs pour leur patience et leur soutien après tout ce temps. ZA n'est pas encore parfait, mais grâce à vous il vit. Un merci également aux administrateurs qui donnent de leur temps et ne cessent d'essayer d'améliorer le forum et le confort des joueurs...

Longue vie à ZA, et que la passion de l'écriture continue de nous lier, tous ensemble, dans cet univers.
Zombie Apocalypse
Saison 5 : A Battle for Freedom

Partagez | 
 

 Le chat et la souris

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Messages : 710
Points : 1986
Date d'inscription : 07/07/2015
Age du Personnage : 27
Résidence du Personnage : Offsprings
Emploi du Personnage : Garagiste/Chasseur

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles:
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
20/20  (20/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
En guise de réponse, Terry se contenta de lui tapoter amicalement le cou et de lui adresser un sourire fraternel.

Les deux zombies gardaient la caverne d'Ali Baba. La lampe qu'Alden avait récupéré à l'étage supérieur éclairait tous les trésors présents. Cela compenserait la frustration de n'avoir pas vu le garçon relevait l'épreuve des armes à feu. Encore un élément de frustration à faire passer :

- T'as jeté un oeil dehors ?

Le regard baissé qu'il eut en réponse, Terry soupira de découragement et monta à son tour à l'étage voir si les coups de feu (tout le chargeur y était passé sans faire mouche !) avaient éveillé du monde à l'extérieur. Visiblement non, ils allaient pouvoir profiter de leur butin en toute tranquillité. Mais 2 précautions valant mieux qu'une, il repoussa la porte d'entrée et plaça des bouteilles vides juste derrière, une astuce qu'Alden lui avait montrée le matin.
Il redescendit retrouver son acolyte débutant. Il le dévisagea un instant, puis reporta son regard sur les bouteilles de vin, s'en saisit d'une et en parcourut l'étiquette comme cherchant à décrypter les noms indiqués dessus. N'ayant aucune connaissance en oenologie, il frappa le haut de la bouteille contre un angle de meuble n'ayant pas de tire-bouchons dans ses poches.
Il épongea le vin qui avait éclaboussé sa main, vérifia l'absence d'éclats de verre flottant et se servit une rasade dans un bol en plastique qui traînait par là.

- A ta santé ! Tu t'en es finalement pas trop mal sorti. Une pause le temps de voir la réaction d'Alden. Rien d'ironique. L'air de rien tu t'es défait à toi seul d'un zombie, t'as pas hésité à appuyer sur la détente même si t'as pas fait mouche. Et surtout ... t'as pas hésité non plus à porter secours à ton compagnon.

Sans son intervention, Terry aurait été dans un sacré pétrin. Il s'en saurait ptêt sorti seul, ou pas. Qui peut dire ? Il lui tendit le bol re-remplit de vin.

- Trempes au moins tes lèvres là-dedans.

Ils prirent ensuite un peu de temps pour se reposer et récupérer de leurs émotions, de leurs blessures, le temps aussi pour 2 conserves de se réchauffer au dessus d'un petit feu de fortune rapidement allumé. Pour déjeuner, ils se rempliraient bien le ventre !

_________________________________________________

<< Des créatures de Dieu qui s’étaient endormies en pleurant,
ouvraient les yeux pour pleurer de nouveau. >>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 286
Points : 1076
Date d'inscription : 11/10/2016
Résidence du Personnage : QG des offsprings
Emploi du Personnage : Fouineur

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles: 1
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
1/20  (1/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
Je suis soulagé. Terry ne semble pas vraiment énervé contre moi. Peut-être un peu agacé que je n'ai pas pensé à vérifier que le bruit que j'ai fait n'ait pas attirer de zombies. Heureusement, il n'a rien vu là haut. En revenant, il débouche une bouteille de vin et se sert dans un bol.

- A ta santé ! Tu t'en es finalement pas trop mal sorti.

Je le regarde un peu incrédule. Est-ce qu'il se moque de moi ? J'ai raté tous mes tirs... Sur des zombies qui étaient super près en plus... Et je n'ai même pas pensé à regarder si d'autres mort-vivants venaient...

Rien d'ironique. L'air de rien tu t'es défait à toi seul d'un zombie, t'as pas hésité à appuyer sur la détente même si t'as pas fait mouche. Et surtout ... t'as pas hésité non plus à porter secours à ton compagnon.

Vraiment ? Il est sérieux alors ? L'entendre me féliciter comme ça me fait un peu bizarre. Je ne suis pas vraiment habitué aux compliments. Ça me fait plaisir bien sur ! Mais je me sens toujours un peu gêné aussi. En tout cas, je me sens un peu moins honteux à cause de mes deux derniers échecs.

Après avoir bu, Terry remplit à nouveau son bol et me le tend. Il sait seulement que je suis un enfant ? Je n'ai pas le droit de boire de l'alcool ! C'est pour les adultes ça ! Il insiste en voyant ma réaction.

- Trempes au moins tes lèvres là-dedans.

Bon, je suppose que tremper les lèvres, ça ne compte pas vraiment. Et j'avoue que je suis un peu curieux. Mes parents et mes grands-parents en buvaient souvent mais ils ne m'ont jamais laissé en boire. Je risque rien en goûtant juste, non? Et si tous les adultes en boivent, c'est que ça doit être super bon ! Je prend le bol et trempe mes lèvres.

-Beuark!

Un frisson de dégoût me secoue alors que le vin me rentre dans la bouche. C'est pas bon du tout ! C'est acide, amer et ça pique en plus ! Ça me prend la bouche. J'avale les quelques gouttes que j'ai sur la langue en espérant que le gout passe vite. Je rend le bol à l'autre survivant aussi vite que possible. Les adultes boivent vraiment ça ? Bizarre...

Je lui laisse la lampe tandis qu'il tente d'allumer un feu pour réchauffer des conserves qu'on a choisi sur les étagères et retourne dans la buanderie. Je m'éclaire tant bien que mal aux allumettes mais je trouve quand même assez facilement la pile de linge que j'ai vu tout à l'heure. Mon pantacourt est plein de sang, ce serait bien si je trouvais quelque chose à ma taille pour le remplacer. Malheureusement, il n'y a que des vêtements d'adultes. Je soupire mais avant de partir, je tente ma chance et regarde s'il y a des vêtements dans la machine à laver. Je sors tout ce qu'il y a dedans. Gagné ! Au milieu des habits froissés, je trouve un short et un T-short de sport presque à ma taille. Ils sont un peu grands mais grâce à la ceinture extensible du short, je vais pouvoir le mettre sans qu'il tombe. En revanche, vu que ma chemise est encore propre, je préfère la garder car si les vêtements de sport comme ça sont agréables à porter, ils ne tiennent pas vraiment chaud. Je prend le short et un le plus grand vêtement qui traîne, ici une housse de couette, pour pouvoir essuyer le sang sur mes jambes. Je repère aussi des chaussettes d'enfant. Tant que je n'ai pas trouvé de quoi laver la chair pourrie incrustée dans ma chaussure, ça ne sert à rien de les mettre mais je vais les garder pour plus tard.

Je reviens dans la pièce où le feu de Terry a bien démarré et commence à chauffer les conserves. Je vais au fond de la pièce. Je bredouille un bref :

-T... Tu regardes pas pas, hein ?

Après avoir jeté un œil pour m'assurer qu'effectivement il ne me regarde pas, j'enlève mon pantacourt, essuie mes jambes avec la housse de couette et enfile le short à la place.  

Je rejoins ensuite Terry qui sort les conserves du feu. J'ai les yeux qui pétillent. Depuis mon arrivée à Salem quelques mois plus tôt, je peux compter sur les doigts d'une main le nombre de fois où j'ai mangé à ma faim... Il me tend une des boites et attaque l'autre. Il y a des raviolis dans la mienne. Ça fait des lustres que je n'en n'ai pas mangé. C'est trop bon !

J'ai l'impression que je vais exploser à la fin du repas... Nous prenons un peu nourriture et d'eau pour la suite du trajet. Je lance alors :

-Alors, on va où maintenant ?

En disant ça, je me rappelle soudain de ma carte dans la poche de mon pantacourt. Je palis d'un coup. Je bondis sur le vêtement ensanglanté et sors la carte de la poche. Elle est pleine de tâches de sang. Elle est fichue maintenant ! Je savais que je n'aurais pas du la mettre dans la poche de derrière. Quand je suis tombé dans la flaque de sang, elle a ramassé...

Tout ce que j'ai noté dessus, tout est perdu ! Sans cette carte, je ne sais même plus si je retrouverais le chemin jusqu'au reste du groupe. Je sens les larmes me monter aux yeux. J'avais noté tous les trucs utiles que j'avais repéré dans ce quartier de la ville.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 710
Points : 1986
Date d'inscription : 07/07/2015
Age du Personnage : 27
Résidence du Personnage : Offsprings
Emploi du Personnage : Garagiste/Chasseur

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles:
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
20/20  (20/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
Terry leva les yeux au ciel, dépité devant ces nouveaux pleurs du garçonnet. Que d'émotivité chez ce petit bout d'homme. Et lui qui voulait l'endurcir ... Yavait masse de chemin à faire !

- OK, viens, on va t'en trouver une autre rapidement.

Rapidement ? Oui rapidement. Terry avait en tête plusieurs idées pour trouver l'objet de désir d'Alden. Et ils n'auraient pas beaucoup de chemin à faire. Il l'emmena dehors en ce milieu d'après midi ensoleillé et assez calme. Il conduisit son comparse jusqu'au milieu de la rue et s'y arrêta étendant le bras autour de lui pour lui faire un tour d'horizon.
Pointant l'index et remontant le pouce comme pour mimer un pistolet, il pointa les différentes voitures dans la rue.

- Les arrêts de bus n'ont pas tous une carte du quartier. Certains fast-foods ou établissement public aussi, si on a le courage de s'y aventurer. Le mieux c'est de tenter sa chance avec une voiture. Avant... tout le monde ne fonctionnait pas qu'au GPS, toujours quelques récalcitrants aux nouvelles technos. Quasi tous les véhicules ont été fouillés et siphonnés, mais une carte routière ... On a nos chances d'en dégoter une !

Il lui adressa un clin d'oeil. Ils jetèrent un oeil aux voitures une par une : la première n'avait plus de portes, boîte à gants défoncées, les affaires éparpillées, rien. La 2nde et la 3ème avaient cramé. La 4ème renfermait 2 cadavres dont l'odeur putride les fit reculer de dégoût. La 5ème à peu près nickel ne contenait qu'une carte d'une autre ville de l'Oregon.
Ils n'avancèrent pas plus dans la rue : Terry avait repéré un véhicule garé dans une ruelle perpendiculaire. Portes fermées, fenêtres intactes. Ils s'en rapprochèrent. Cette voiture avait l'alarme. Voilà pourquoi elle était restée intacte d'autant qu'à travers les vitres poussiéreuses, elle ne semblait contenir aucune objet. Aucun d'importance en tout cas. Mais ptêt bien une carte.
C'était un modèle de Chevrolet qu'il avait une fois l'occasion de réparée au garage où il travaillait. De là à maîtriser le débranchement de l'alarme ... Mais il avait ses chances, il s'y connaissait en mécanique. Il adressa toutefois un avertissement à son compagnon.

- Tiens toi prêt si ça foire...

Terry se plaça devant le capot. L'idée était de l'ouvrir à l'aide de sa lame puis de débrancher l'alarme de la batterie. Si toutefois s'il arrivait à ouvrir assez prudemment ... Il glissa la lame juste au-dessus du radiateur et tapota à la recherche du loquet à faire sauter. Il le trouva, appuya, appuya plus fort. Ca venait pas, il fallait y mettre un bon coup. Il adressa un regard à Alden comme pour lui dire que ça allait être chaud.
Un bon coup sur le manche du couteau et le capot se dressa d'un coup déclenchant en même temps la puissante alarme de l'automobile.

- On décolle !!!

Ils prirent leurs jambes à leur cou sans se donner la peine de savoir combien de zombies ils avaient attirés. Ils tournèrent un peu au hasard des rues jusqu'à ce que Terry freine l'allure en estimant avoir mis assez de distance pour se considérer de nouveau à l'abri. Ils s'assirent pour récupérer de leur effort et ouvrir une de leurs bouteilles d'eau récemment acquises.
Alors qu'ils étaient là à reprendre haleine, Terry se redressa.

- Bouges pas.

Terry se dirigea vers un camion de livraison qui était encastré dans un réverbère. Il en ouvrit la porte et y engouffra le haut de son corps. Il en ressortit quelques minutes plus tard agitant haut sa découverte comme un trophée. Il accourut vers Alden pour lui tendre victorieusement la carte routière découverte dans le camion.

- Maintenant va falloir que tu fasses travailler tes méninges pour la mémoriser.

Il lui montra du doigt d'abord les grands axes reconnaissables de la ville qui donneraient la direction : les lignes de chemin de fer, l'autoroute, les 2-3 grands axes routiers les plus larges traversant Salem de part en part, les cours d'eau et grands espaces verts publics. Ensuite, les repères ponctuels : clochers, tours et buildings visibles de loin.
Tout cela devait lui donnait un quadrillage de la ville suffisant. Les points d'intérêt qu'ils connaissaient ou découvriraient. Il n'aura qu'à les mémoriser par rapport à ce quadrillage ainsi établi.

_________________________________________________

<< Des créatures de Dieu qui s’étaient endormies en pleurant,
ouvraient les yeux pour pleurer de nouveau. >>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 286
Points : 1076
Date d'inscription : 11/10/2016
Résidence du Personnage : QG des offsprings
Emploi du Personnage : Fouineur

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles: 1
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
1/20  (1/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
On s'arrête enfin de courir. Le bruit de l'alarme est loin maintenant. Nous nous asseyons sur les marches d'un bâtiment. Je sors une petite bouteille d'eau de mon sac. Nous buvons et prenons un petit moment pour reprendre notre souffle. Terry se redresse et commence à repartir. Je m'apprête à me lever et à le suivre quand il me dit par dessus sont épaule :

- Bouges pas.

Je reste assis et le regarde donc se diriger vers un camion enfoncé dans un réverbère. Il rentre dedans et en sort quelques secondes plus tard avec une carte à la main ! Je bondis de joie devant cette trouvaille. Je le rejoins d'un pas presque sautillant. Il me la tend avec un air victorieux.

- Maintenant va falloir que tu fasses travailler tes méninges pour la mémoriser.

Sur ces mots, il déploie la carte entre mes mains. Pendant que je la tiens, il me montre les différents repères qu'il est habitué à utiliser : grandes routes, chemins de fer, cours d'eau, espace verts, grands bâtiments. Curieusement, je suis assez à l'aise avec ça. Peut-être qu'à force de regarder ma carte tous les dix mètres quand je me déplace en ville, j'ai fini par prendre mes marques sans m'en rendre compte ?

Une fois la leçon finie, mon professeur m'indique notre position et celle  d'un centre commercial situé un peu plus au sud de là où nous sommes. Surpris, je mets quelques secondes à comprendre où il veut en venir. Il m'adresse un sourire pendant qu'il replie la carte et qu'il la range dans son sac. Je suis pris de doutes d'un coup. Tout se mélange dans ma tête. Je regarde dans toutes les directions à la recherche d'un bâtiment haut ou de n'importe quoi d'autre. Je me retourne vers Terry :

-Je... Je pourrais jeter un œil à la carte s'il te plait ? Juste une minute, pour être sur ! Aller, s'il te plait ?

Il ne se laisse pas amadouer par ma petite voix peu rassurée ou ma mine dépitée. J'abandonne donc cette idée. Je regarde donc autour de moi en me concentrant un peu plus. En regardant un petit immeuble, je me rappelle alors de ce que m'a dit mon compagnon ce matin. Les balcons orientés vers le sud sont plus décorés que ceux qui sont orientés vers le nord car ils sont plus ensoleillés. En regardant le côté éclairé par le soleil, je devine enfin le sud. À moins que ce ne soit l'est ou l'ouest ? Si le soleil est un peu de côté, ça peut tout changer comme ça ? Non, je ne pense pas. Quoique...

Une légère pression dans mon dos m'incite à avancer. Je m'étais orienté dans la bonne direction ! J'avance donc, suivi par Terry. Au bout de la rue, j'hésite à tourner à gauche ou à droite. Aller à gauche, semble nous amener sur une grande rue tandis que le chemin de droite nous fait continuer dans des ruelles. Vu le bruit qu'on a fait tout à l'heure, les rues principales devraient être assez dégagées. Mais si on croise un troupeau de zombies à la traîne, on aura de gros ennuis... Mon instinct me dit droite mais est-ce que c'est le chemin le plus court pour...

Je jette un regard en arrière. L'homme derrière moi semble s'impatienter. Je déglutis et continue donc d'avancer. À droite.

J'ai eu une bonne intuition il faut croire. Il n'y a aucun zombie dans les petites ruelles que nous empruntons. Elles ne sont pas trop encombrées. Au final, nous arrivons sur une des rues principales de l'est de Salem. On dirait que le passage par cette rue est obligatoire mais au moins, grâce au raccourci, nous n'aurons pas à rester trop longtemps dessus.  Nous avançons en rasant les murs afin de ne pas attirer l'attention des quelques cadavres ambulants qui passent par là.

Je ne sais pas si je nous emmène dans la bonne direction. Tout à l'heure, je sais que nous allions vers le sud grâce au soleil mais cette rue va soit vers l'est, soit vers l'ouest. J'ai oublié comment reconnaître ces deux directions. Je regarde toujours en arrière, en me demandant si le centre commercial n'est pas par là. Dès que je trouve une petite rue, coincée entre deux maisons, qui va vers le sud, je me dirige vers elle.

Traverser la route sans se faire voir est assez difficile mais en se baissant et en courant aussi discrètement que possible, c'est faisable. Seul un zombie caché derrière une voiture nous remarque quand nous passons à côté de lui mais le couteau de l'autre survivant le fait taire très vite. Nous nous engageons dans la ruelle. Celle-ci est plus encombrée. J'hésite à nous faire faire demi-tour mais mon compagnon ne semble pas voir les choses comme moi. Il pousse encore dans mon dos pour me faire avancer. Je n'aime pas vraiment qu'il me pousse comme ça mais d'un côté, je me dis que s'il m'incite à continuer dans cette direction, c'est que je me débrouille bien pour le moment. J'avance donc en évitant les voitures accidentées et brûlées de peur que quelque chose se cache derrière.

Au bout, lorsque nous arrivons de nouveau sur une des grandes rues de la ville, j'aperçois au loin un gros groupe de voiture comme on en vois souvent aux entrées des routes nationales. Vu l'endroit où nous sommes, cette route doit être la numéro 5. Elle doit être à l'est de notre position. Il faut donc avancer dans cette direction pendant un petit moment. Quand on arrivera à peu près au dessus du centre commercial, je pourrais le distinguer même de loin. À moins que cette route ne soit...

Nouvelle pression dans mon dos.  Terry à l'air plus pressé maintenant. Ça se comprend, après tout on est sortis de la ruelle et donc plus facilement repérables, même si on est collés au mur. En même temps, si je pouvais jeter un œil à la carte juste pour me rassurer, tout irait mieux. Je retente le coup mais je n'ai pas plus de succès. Il ne veut rien savoir... C'est facile pour lui ! Je me promène jamais sans carte d'habitude, moi ! Donc, il vaut mieux que je me rapproche de l'embouteillage en faisant attention à chaque carrefour en croisant les doigts pour que je n'aille pas dans la mauvaise direction.

Heureusement, au premier carrefour, un panneau indique notre but : le Lancaster Mall. Je soupire de soulagement. La rue qui y mène est assez vides et on voit bien ce qui s'y passe. Il y a quelques zombies qui se promènent mais rien de bien insurmontable. Nous tournons dons dans l'avenue et avançons contre les murs à pas de loup.

Au bout d'une bonne demi-heure de marche, nous arrivons enfin devant le centre commercial. Difficile à rater avec l'énorme pancarte "LANCASTER MALL" devant. Je bondis en laissant échapper un petit "Youhou !". Je me retourne vers Terry d'un air joyeux.

-Je croyais pas que j'y arriverai !

C'est la première fois depuis des mois que je me suis déplacé sans carte. Et j'ai réussi ! Je suis complètement excité en me disant ça. Le cours de mon professeur a porté ses fruits. Je lui sauterai presque au cou.

Lui cependant, semble préoccupé par autre chose. Ma chaussure ensanglanté a laissé une piste derrière nous. Je l'ai remarqué aussi mais pendant un instant je n'y pensais plus. Le sang n'est pas frais donc les zombies ne réagiront pas devant cette piste. Mais à part eux, n'importe qui peut nous suivre. On ne peut pas continuer comme ça. Et je ne suis pas vraiment enjoué à l'idée de marcher pieds nus. Je désigne le bâtiment du regard :

-C'est pour ça qu'on est venu ici ?

Je doute que ce soit le cas. Les centre commerciaux sont dangereux. Il y a toujours pas mal de mort-vivants à l'intérieur. En même temps, à part dans un magasin, où pourrait-on trouver des chaussures à ma taille ? Sur le zombie d'un autre enfant ? Non, c'est idiot. Je chasse cette idée aussi vite qu'elle est venue. Je me retourne vers Terry. Il a surement une idée lui !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 710
Points : 1986
Date d'inscription : 07/07/2015
Age du Personnage : 27
Résidence du Personnage : Offsprings
Emploi du Personnage : Garagiste/Chasseur

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles:
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
20/20  (20/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
Terry n'avait pas d'idée particulière en tête. Il avait surtout voulu faire un exercice d'orientation au jeune garçon, exercice réalisé avec force hésitation, mais succès au final. Il lui offrit la carte.

- Tiens, prends l'temps de mémoriser la ville a minima la zone dans laquelle tu tournes. Mais évites d'y faire des annotations, si tu venais à la perdre à nouveau, tu donnerais de précieuses indications à des personnes plus malintentionnées que moi.

Il lui adressa un coup d'oeil complice avant de porter son regard sur les chaussures poisseuses qu'Alden portait. Terry changeait régulièrement de vêtements dès que l'occasion se présentait. Pas la peine de se faire ch*** à laver son linge surtout quand il est fortement maculé de sang, morceaux de chair ou juste de boue et crasse du quotidien.
Avoir de bonnes chaussures, c'était essentiel maintenant qu'ils ne pouvaient quasiment plus compter que sur leurs pieds pour se déplacer. Celles d'Alden étaient en bien piteux état.

Alors il l'avait amené à un centre commercial dans l'espoir d'y trouver chaussure à son pied si on peut dire !
Comme Terry se l'était imaginé lui aussi, il était évidemment hors de question d'aller faire les boutiques à l'intérieur. Rien que de là où ils étaient, ils voyaient des formes déambulant derrière les grands baies vitrées éclatées des magasins ayant vitrine côté parking.
Son idée était la même que tout à l'heure : espérer faire bonne pioche dans le coffre d'une voiture. Et les véhicules ne manquaient pas sur le gigantesque parking qui s'étalait sous leurs yeux ! Bouffe et boissons auront sûrement déjà été ramassés, mais pour ce qui est de chaussures, taille enfant, on pouvait bien trouver son bonheur.

Contrairement à la ruelle de tout à l'heure, il y avait cette fois du zombie en masse. Déjà à l'intérieur des bâtiments mais aussi déambulant entre les véhicules éparpillées. Ils devraient avancer avec prudence et discrétion. Terry prit la tête de leur mini cortège, avançant accroupi de voiture en voiture, jetant un oeil à chaque à l'intérieur par les fenêtres et dans le coffre quand celui-ci était grand ouvert.
Une trouée de quelques mètres à traverser avant de rejoindre un autre tas de véhicules. Une poignée de zombies tournaient leur regard vers eux. Terry attendit le bon moment et avança. C'est bon. Ils ne l'avaient pas repéré. Le cas échéant et pour continuer leurs emplettes, Terry aurait eu à créer une diversion comme une nouvelle alarme auto pour aller fouiller à l'opposé. Mais il n'y en avait pas eu besoin.
Un pick up le tenant à l'abri, il se redressa. Observant le mouvement des hostiles, il fit un signe à Alden au moment opportun pour qu'il le rejoigne.

Ils reprirent leur fouille, jetant régulièrement un coup d'oeil dans leur dos pour surveiller les allées et venues des zombies. Ils prenaient leur temps, regardant au passage s'ils ne voyaient pas d'autres objets d'intérêt. Terry jeta un oeil au ciel, voyant le jour décliner.

- Au fait, ya personne qui va s'inquiéter de ton absence ?

_________________________________________________

<< Des créatures de Dieu qui s’étaient endormies en pleurant,
ouvraient les yeux pour pleurer de nouveau. >>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 286
Points : 1076
Date d'inscription : 11/10/2016
Résidence du Personnage : QG des offsprings
Emploi du Personnage : Fouineur

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles: 1
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
1/20  (1/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
Tsss, ça doit bien être le troisième coffre que je fouille et toujours rien. Je sors ma tête de là en soupirant. Ça va être dur. Il doit y avoir au moins deux mille voitures sur ce parking et c'est pas dit qu'on trouve des chaussures en 37 dans un des coffres...

Terry est en train d'ouvrir le coffre d'un pick-up. Je le rejoins et commence à le fouiller. Je préfère le laisser les ouvrir. Il semble savoir quelles voitures peuvent-être ouvertes et quelles voitures ont des alarmes ou cachent d'autres mauvaises surprises. J'y connais rien la-dedans moi...

Le coffre est profond dans celle-là, je suis sur la pointe des pieds et je dois presque m'allonger pour atteindre la boîte à chaussures que je repère au fond. Je la ramène vers moi. Je croise les doigts en l'ouvrant. Pourvu que ce soit ma taille. Perdu ! Ce sont des chaussures pour adultes... Je reprend mon inspection, retournant tous les sacs qui sont dans le coffre.

- Au fait, ya personne qui va s'inquiéter de ton absence ?

Je tourne la tête. Mince ! C'est vrai que le soleil commence déjà à descendre ! Déjà trois jours que j'ai quitté le reste du groupe. Les missions de reconnaissance sont toujours assez longues mais si je veux pas me faire remonter les bretelles, je ne vais pas devoir trop tarder à revenir non plus. J'ai dit que je reviendrai au bout de deux ou trois jours. Je n'avais pas prévu de rencontrer d'autres survivants cependant.

-Et bien je suis avec un groupe de gens...

Qu'est-ce que je dis moi ?! Jack m'a toujours interdit de parler du groupe aux gens que je pourrai croiser à l'extérieur. Pourtant, je ne sais pas. Malgré son côté un peu brusque et un premier contact un peu violent, Terry a été plutôt gentil avec moi. Même si je le connais pas trop, je suis en confiance avec lui. S'il était vraiment méchant, il m'aurait capturé et il m'aurait fait avouer la cachette du reste du groupe après tout. Il n'aurait pas été sympa comme ça avec moi et il ne serait pas là maintenant à m'aider à trouver de nouvelles chaussures.

De toute façon, j'ai commencé  donc maintenant autant aller au bout.

- Mais ils m'ont envoyé dans le quartier pour faire du repérage donc ils ne vont pas s'inquiéter je pense !

Je ne donne pas trop de détails, comme ça je ne risque pas d'ennuis. Il me regarde bizarrement. Je sais que je n'ai pas l'air très fort mais je peux me rendre utile moi aussi !  Je retourne à ma fouille et finis par trouver sous un sac, une paire de chaussures d'enfant. J'ai peut-être une touche ? Je défais ma chaussure propre et essaye ma trouvaille à la place. Ça me va! Avec un sourire, je brandis mon butin en faisant signe à mon compagnon pour lui faire comprendre que nos recherches sont terminées. Sans regrets, j'enlève ma chaussure sale, m'essuie le pied avec une vieille chemise qui traîne dans le coffre et enfile chaussette et chaussure neuves. Je soupir de soulagement en posant les pieds à terre. Quel plaisir de ne plus faire de "splotch ! Splotch! " en marchant !

En revanche, il va bientôt faire nuit. On ferait mieux de trouver de quoi s'abriter, et vite. Vu le nombre de zombies dans le coin, il serait dangereux de se promener la nuit. On aura pas non plus le temps d'aller bien loin. Il ne faut pas traîner.

Le plus discrètement possible, nous quittons le parking. Nous n'attirons pas l'attention, heureusement. Après une petite demi-heure de recherche, nous trouvons de quoi nous abriter dans une ancienne épicerie. Un rideau de fer bloque l'entrée principale mais nous avons pu rentrer par l'issue de secours. La nourriture a été volée depuis longtemps mais il n'y a pas de traces de zombies à l'intérieur. Je suis assez heureux qu'on l'ai trouvée. Il commençait à faire noir dehors.

Nous commençons par faire un tour dans les rayons pour voir s'il y a des choses qui pourraient nous servir. Malheureusement, à part une légère couverture qui pourra me servir cette nuit, je ne trouve rien d'utile. À l'évidence, cet endroit a été fouillé plus d'une fois.

La porte de derrière est fermée mais dans le doute, je vais quand même poser quelques boîtes métallique sur la poignée. Si quelqu'un ouvre, ça va faire assez de bruit pour qu'on entende comme ça. Je retourne avec Terry. Il s'installe un peu pour la nuit.

Je m'approche timidement. Puisqu'on est va se poser pour la nuit, je pense que je pourrais lui poser quelques questions. C'est vrai qu'il m'intrigue beaucoup. Pourtant, je suis toujours un peu gêné quand je dois demander des trucs aux gens... C'est bizarre. Il doit sentir mon changement d'attitude. Ce n'est pas difficile en même temps.

-Je euuh... Je me demandais quand... euh, quand tu parlais de mon groupe... Tu.. Tu es tout seul, toi ?

Ce n'est que la première question et pas la plus délicate. Celle qui me tourne dans la tête depuis ce matin est toujours "quel est le rapport entre son frère et moi ?". Depuis qu'il a parlé de lui, je n'arrête pas de me le demander mais je ne me sentais pas de la poser directement comme ça...

-Oui je suis seul, je viens d'un patelin dans l'Idaho.

L'idaho ?! Wow, c'est loin ! Comment ça se fait que tu sois venu à Salem?!

Ça me surprend moi-même mais j'ai posé la question comme ça du tac-au-tac mais c'est surprenant qu'il soit venu ici depuis l'idaho. Enfin, je dis ça mais je viens d'assez loin moi aussi...

-Ya des sales types qui traînent en ville -pire que moi - dit-il en m'adressant un clin d’œil. Ils ont tué pas mal de monde autour de moi, je viens y mettre un terme. J'ai traversé un état pour arriver ici.

D... Des sales types ? Est-ce qu'il parle de ces gens armés jusqu'au dents qui avaient tué mon groupe à Roseburg et qui avaient essayé de m'attraper ? J'en ai aperçu qui leur ressemblait ici aussi. Ils sont si étendus que ça ? Terry est courageux pour vouloir s'en prendre à des types pareils, ils me terrorisent moi...

Je préfère essayer de les chasser de mon esprit. Je me concentre plutôt sur ce qu'il me raconte.

-Tu as traversé un état entier tout seul ? Wow, c'est comme ça que tu es devenu si doué pour t'orienter ?

Ça semble l'amuser que je sois impressionné comme ça. Il y a de quoi pourtant. Je n'aurais pas su traverser un état tout seul moi. Encore moins pour aller me battre...

-J'avoue m'être aidé d'une carte comme toi pour trouver Salem. Au delà de 20 bornes au delà de mon patelin de naissance, je connaissais pas trop. Mais pour ce qui est de m'orienter, j'ai ça dans les veines et puis mon père m'a beaucoup appris. Avec lui et mon grand frère on chassait souvent.

Quand il parle se son frère, son regard se voile un peu. D'amusé, il devient triste, un peu lointain même. Je suis encore plus intrigué par son frère. Je n'ose pas vraiment demander. Je vois bien qu'il est triste au sujet de son frère. Pourtant, c'est la deuxième fois qu'il m'en parle aujourd'hui...

Il voit mon hésitation et me regarde l'air de dire "crache le morceau". Je déglutis et commence d'une voix hésitante :

-T... Ton frère ? Il lui est arrivé quoi ? Je veux dire... Enfin...

-Mon frère... Accident de chasse... Je l'admirais beaucoup, lui aussi m'a beaucoup appris. Il me manque encore.

Je rougis de honte pour avoir abordé le sujet. Je suis désolé d'avoir réveiller de mauvais souvenirs... D'un autre côté, je suis aussi assez ému. Quand il disait ce matin qu'il voulait m'apprendre des choses, comme son frère le faisait avec lui... Est-ce qu'il me considère un peu comme... un petit frère ?

-Et toi t'as eu des frères et soeurs ?

- Oh, euuh... Non. J'étais fils unique.

C'est vrai que je n'ai pas connu de relation de frères et sœurs. J'étais le seul enfant de la maison. C'est drôle, je ne m'attendais pas à ce que l'interrogatoire vienne sur moi... Je suis quelqu'un d'assez banal en fait. Je n'ai jamais eu d'histoire incroyables à raconter...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 710
Points : 1986
Date d'inscription : 07/07/2015
Age du Personnage : 27
Résidence du Personnage : Offsprings
Emploi du Personnage : Garagiste/Chasseur

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles:
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
20/20  (20/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
Alden avait trouvé chaussure à son pied. Si l'on puisse dire ... Terry fit la moue quand le jeune homme lui présenta avec fierté sa nouvelle paire. Des chaussures de randonnée auraient plus appropriées, mais bon ... C'était mieux que rien, elles étaient neuves, ça lui tiendra bien 4 à 6 mois.
Bref ! Il avait trouvé son bonheur, mais avec la nuit arrivant, il fallait trouver un abri.

Ils atterrirent dans une épicerie, fermée sur le devant par une grille métallique. La seule issue était la sortie de secours. Il laissa Alden y placer des boîtes de conserves. Terry fit encore la moue avant d'entreprendre de pousser un lourd meuble devant. Beh oui, étant donné que c'était la seule entrée donc la seule sortie, si quelqu'un ou quelque chose venait à pénétrer, un système d'alarme primitif n'avait aucune intérêt, ils seraient pris au piège. Donc mieux valait empêcher quiconque d'entrer à l'intérieur de leur chambrée providentielle.

Si Alden avait dégoté une couverture dans un coin, Terry avait la sienne dans son sac, signe qu'il vivait au jour le jour, changeant d'endroit régulièrement sans base de repli, sans groupe. Il n'était pas encore très tard et l'agitation du jeune semblait indiquer un souhait d'ouvrir une conversation. Terry se mit en position et tourna le visage en sa direction.

Il lui raconta rapidement sa venue depuis l'Idaho, sa quête des Raiders. Il se confia sans hésitation. Alden n'était pas une menace, c'était pas un espion et rapportait ces propos à son groupe n'aurait pas vraiment d'impact. Terry évoqua aussi son frère comme pour donner une sorte d'explication au pourquoi il avait pris le jeune homme sous aile vu que cette question les intriguait tous les deux à la fois. L'entraide commune était devenue une denrée rare.
Mais d'évoquer à nouveau frère refit remonter de nombreux souvenirs, souvenirs lointains. Pour changer la conversation, il interrogea cette fois son interlocuteur.

- Et toi t'as eu des frères et soeurs ?
- Oh, euuh... Non. J'étais fils unique.

Enfant unique donc. La chance d'une certaine façon. On peut se consoler de la perte de grands parents et même de parents, ça va dans l'ordre du cycle de la vie, les parents passant le relais aux enfants. Mais perdre un frère ou une soeur, quelqu'un de son âge, quelqu'un de plus proche qu'un ami quand bien même on se bagarrerait souvent avec lui, c'est un chouilla plus douloureux, plus bouleversant. La disparition de sa mère, la mort de son père ne l'ont presque pas affectés en comparaison de la perte aussi soudaine de son frère. Le truc inattendu auquel on ne s'attend, on ne s'est pas préparé. Ca te prend là à la gorge et te reste en travers jusqu'à la fin de ta propre vie laissant un goût amer d'inachevé.

Il ne devait plus avoir d'autre proche, ils ne l'auraient pas laissé partir si longtemps voir pas du tout. Quand on a perdu tous ses biens matériels, la famille, c'est la seule possession personnelle qu'on peut encore vraiment revendiquer.

- C'est bien que t'es un groupe. Ils seront heureux de te revoir en un seul morceau, encore plus avec à boire et à manger.

Terry ne voulait pas s'inviter, pas envie d'affronter des regards suspicieux, des interrogatoires trop soûlants. Les Raiders régnaient sur la ville, il ne tirerait aucun avantage particulier à rejoindre un groupe. Entre seul dans son coin lui convenait parfaitement.

- Si tu veux, j'peux te rapprocher un bout de chemin. Et si ça te dit, on peut se donner un point de rendez-vous pour continuer l'entraînement. T'en as encore besoin !

Il lui adressa un clin d'oeil. Vu le manque de confiance en soi d'Alden, pour Terry, il ne fait pas de doute que son groupe ne veillait pas particulièrement à son bien-être, à son éducation dans les compétences utiles de survie. Juste une paire de bras supplémentaires, utile tant qu'elle continuerait à se démerder à se dégoter a minima sa propre bouffe.
Terry avait envie de le coacher encore un peu, qu'il ait un minimum de bagages pour assurer sa survie dans de meilleures conditions. En tout cas, s'il acceptait son aide.

_________________________________________________

<< Des créatures de Dieu qui s’étaient endormies en pleurant,
ouvraient les yeux pour pleurer de nouveau. >>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 286
Points : 1076
Date d'inscription : 11/10/2016
Résidence du Personnage : QG des offsprings
Emploi du Personnage : Fouineur

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles: 1
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
1/20  (1/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
- Si tu veux, j'peux te rapprocher un bout de chemin. Et si ça te dit, on peut se donner un point de rendez-vous pour continuer l'entraînement. T'en as encore besoin !

Quand Terry propose que l'on se revoit pour continuer mon entrainement, mes yeux se mettent à pétiller. Moi qui étais un peu triste qu'on se sépare, qu'il propose qu'on se revoie me fait super plaisir !

-V... Vraiment ? Tu es sur ?! Enfin je veux dire... Bien sur que ça me dit !

Ma voix tremble d'excitation. Il me fait quand même signe de baisser d'un ton. C'est vrai que vu le peu de sorties qu'à notre abri, il vaudrait mieux ne pas attirer l'attention...

Cette nuit, j'ai étonnamment bien dormi. D'habitude quand je suis loin de la planque du groupe, un rien me stresse. Cette fois, savoir la présence amicale de Terry à côté de moi me rassure. Quand il m'a réveillé le lendemain, le soleil était déjà levé depuis plusieurs heures. J'étais un peu gêné d'avoir autant dormi et qu'il ait probablement attendu mais j'étais surtout surpris d'avoir fait la grasse matinée. Je me lève toujours à l'aube en général...

Nous nous mettons en route pour le sud de la ville après avoir grignoté un petit-déjeuner en vitesse. Cette fois, mon professeur m'indique un cinéma dans le quartier sud. Mon groupe est caché pas très loin du cinéma, c'est drôle... Est-ce que c'est juste une coïncidence ou est-ce que l'autre survivant a jeté un coup d’œil à ma carte quand je l'ai laissée tomber dans l'immeuble ? Je ne sais pas, j'espère que ce n'est qu'une coïncidence... En tout cas, je suis dans de beaux draps... Le cinéma qu'il m'a indiqué est super loin ! Bien plus que quand il m'a fait chercher le chemin pour le centre commercial ! Là aussi, il m'enlève la carte après une minute d'observation et comme la veille, mes protestations ne changent rien. Il se contente de me tourner dans la bonne direction.

Cette fois-ci, j'ai un peu plus de mal. Je suis complètement perdu dans le sud de Salem et au bout d'une heure à tourner en rond, mon professeur se résigne à me montrer la carte une minute. Il m'indique notre position et celle de notre objectif. Nous ne sommes pas si loin que ça en fait ! C'est juste qu'en paniquant, j'ai regardé uniquement les panneaux et j'ai oublié de chercher le sud grâce au Soleil.

Après ce petit coup de pouce et après m'être fait pousser dizaine de fois, nous arrivons devant le cinéma. Ce sera notre point de rendez-vous. Après avoir promis de retrouver Terry ici demain matin et de ne pas faire la grasse matinée, nous nous disons au revoir et nous nous séparons. Je vais jusqu'au bout de la rue et avant de tourner pour rejoindre mon groupe, je jette un bref regard en arrière. Il n'y a plus personne sur la place. Mon nouvel ami doit être allé se chercher un abri. Je hausse les épaules et reprend ma route.

Arrivé dans le café qui nous sert de cachette, je rentre en lancant un joyeux "Coucou !". Je fais à peine deux pas de plus avant que le groupe ne se jette sur moi. Ils parlent tous en même temps, je n'ai pas le temps de répondre à une question, que quelqu'un m'en pose une autre. Finalement, c'est Jack, le chef de notre groupe qui calme tout le monde. Il m'indique une banquette derrière une table où je peux m'asseoir pour leur dire ce que j'ai trouvé. Une fois assis, je commence donc.

- Pour la nourriture et les abris, j'ai trouvé quelques coins dans l'est de la ville. Le souci, c'est qu'il y a plus de zombies la-bas... Mais je pense qu'il y a un ancien commissariat où on puisse aller. Il y a des grilles tout autour. Une fois qu'on sera dedans, on sera à l'abri !

Jack à l'air assez content de ce que j'annonce. Il demande en m'ébouriffant les cheveux :

- Bon boulot Alden ! On va aller voir une fois que tout le monde sera remis ici. Tu as trouvé d'autres choses ?

-Quelques petites chose oui ! dis-je en ouvrant mon sac.

Tout le monde sourit en le voyant plein de nourriture et d'eau. Quelqu'un demande d'où ça vient. Avec le sourire je commence à expliquer. L'ambiance devient glaciale d'un coup quand je parle de Terry. D'un air grave, Jack m'attrape par le col et m'entraine dans un petit bureau à l'écart, au fond du bâtiment. Il me relâche et se plante devant moi avec un air sévère.

-Tu vas me dire exactement qui est cet homme et qu'est ce que tu lui as dit.

Je me sens pas très bien... Je n'aurais peut-être pas du leur dire que j'ai rencontré quelqu'un...

-Euh.. Il s'appelle Terry. Il n'est pas du coin. Il vient d... De l'Idaho. Il est en ville parce qu'il veut se venger d'un groupe de là-bas. Mais il est très gentil ! C'est grâce à lui que j'ai pu ramener cette nourriture ! Et il m'a apprit pleins de trucs ! Il est même d'accord pour continuer de m'en apprendre !

Quoi ?! me coupe Jack. Attends, rassure-moi... Il est rester dans l'est de Salem?

Je baisse la tête.

Non, il m'a accompagné dans le sud.

Il souffle de colère. Je recule d'un pas. Il reprend d'un voix lourde.

-Et tu as dit que vous aviez prévu de vous revoir, c'est ça ?

Euuh, oui... On va se voir demain matin devant le cinéma à côté... Je suis désolé Jack.. Mais il n'est pas méchant, je te jure !

Il s'approche et me colle une gifle. Mes yeux s'embuent de larmes. Il retourne vers la porte. Avant de quitter la pièce, il dit juste "Reste la, t'en a assez fait pour le moment...".

Je reste dans la petite pièce et plaque mon oreille contre la porte en essayant de ne pas trop sangloter pour pouvoir entendre ce qu'ils disent. Au début, ils parlent de Terry comme d'une menace. Au final, la conversation se calme. Vu ce que je leur ai raconté, ils pensent que cet inconnu n'est peut-être pas une cible à abattre rapidement. Ils décident de me laisser aller au rendez-vous avec lui demain et une des femmes du groupe, assez discrète, nous suivra. Si elle a un mauvais pressentiment, elle interviendra.

Une fois, qu'ils sont tous d'accord, j'entend les pas de Jack revenir pas ici. Je recule précipitamment. Il ouvre la porte, pose sa main sur mon épaule et me dit :

-Tout va bien Alden. Il faut que tu nous excuse. On ne peut tout simplement pas laisser n'importe qui s'approcher de nous sans qu'on sache ce qu'il veut d'abord, tu comprends ? Et on s'inquiète tous de notre petit explorateur. Alors écoute, nous sommes d'accord pour que tu ailles revoir cet homme mais je vais te demander d'être prudent, d'accord ?

J’acquiesce timidement. De ce que j'ai entendu, la femme qui nous suivra va juste s'assurer que Terry n'est pas un danger pour nous. Vu comme il est avec moi, il ne devrait pas y avoir de problèmes. Avec le sourire, l'homme me ramène près des autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 710
Points : 1986
Date d'inscription : 07/07/2015
Age du Personnage : 27
Résidence du Personnage : Offsprings
Emploi du Personnage : Garagiste/Chasseur

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles:
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
20/20  (20/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
Terry l'avait guidé jusqu'au cinéma. Excellent point de rencontre pas loin de la planque du groupe. Il l'avait repéré sur la carte d'Alden le 1er jour ainsi que d'autres points d'intérêt marqués. Il les avait analysé surtout pour identifier un quelconque lien avec les Raiders, mais aussi pour savoir où aller en évitant de faire des rencontres avec d'autres humains.
C'était bon à savoir où d'autres survivants se terraient, cela pourrait toujours servir dans un sens ou un autre un jour prochain. Alden avait-il deviné que Terry avait pu mémoriser leur planque ? Il s'en doutera peut être un peu. Etait-ce vraiment important maintenant qu'il avait suffisamment confiance en lui pour lui avoir tenu compagnie aussi loin, et surtout aussi proche de son abri ?

Alden rentrait donc au bercail pendant que Terry se sauvait vite fait, le temps de contourner le pâté pour accéder dans une rue perpendiculaire débouchant quasi face au café. Caché derrière une benne à ordures, il se trouvait loin de l'établissement barricadé. Il put juste voir de nombreux bras recevoir Alden dès son entrée avant de se refermer sur lui comme les barreaux d'une cage.
Il n'en saura pas plus.

Il passa les heures suivantes à étudier la planque depuis un étage d'un bâtiment proche puis un autre. Elle était sommaire somme toute et ils n'étaient pas nombreux à l'intérieur, une douzaine à tout casser. Pas plus de vingt en tout cas. Pas de signe d'agitation ou nervosité particulière suite au retour du plus jeune de leur groupe après cette absence prolongée dans une ville dangereuse.
Terry se demanda s'il avait parlé de lui, s'il viendrait au rendez-vous. On verra bien au réveil ! Car Terry s'installa pour la nuit à proximité, avec vue directe sur le café.

Le matin à l'aube, il surveilla les allées et venues du groupe jusqu'à ce qu'il voit Alden sortir, il crut voir quelque chose sur son visage. Terry ne descendit pas de suite, Alden l'attendra bien au point de rendez-vous. Il guetta encore un instant. Un survivant sortit à son tour, une femme. Elle semblait prendre une direction opposée avant de revenir dans le même sens qu'Alden. C'était sûr, elle le suivait.
Terry était partiellement rassuré : c'était une femme qu'ils avaient envoyée, sûrement plus pour de la surveillance que pour une confrontation. Ils n'avaient pas confiance en lui.
Alden était-il au courant de cette filature ? Il lui demanderait.

Quand Terry arriva par derrière le cinéma, en retard, il tendit le poing fermé à Alden pour qu'il tende le sien et effectue ainsi une salutation amicale. Il voulait détendre d'entrée de jeu le jeune homme à la joue encore rougie. Il lui fit un rapide signe de tête vers l'arrière.

- Suis moi.

D'un pas pressé, il l'amena dans une ruelle bordée d'un côté par des immeubles d'habitation et de l'autre par un grillage derrière lequel se tenaient une grosse poignée de zombies. Au milieu de la longueur de grillage, une grille fermée par un simple crochet retenait la horde hostile. Terry fit un clin d'oeil au jeune qui se posait des questions et leva le crochet pour libérer les monstres. Ils coururent, Terry en tête, faisant des tours et détours.

Ils reprirent leur haleine un peu plus loin. Terry avait un sourire de satisfaction sur les lêvres et jeta un oeil derrière le mur.

- J'crois qu'on a semé ta nounou !

Terry chercha du regard si Alden paraissait étonné ou non de cette nouvelle.

- Bon, que veux-tu que je te montre aujourd'hui ?

_________________________________________________

<< Des créatures de Dieu qui s’étaient endormies en pleurant,
ouvraient les yeux pour pleurer de nouveau. >>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 286
Points : 1076
Date d'inscription : 11/10/2016
Résidence du Personnage : QG des offsprings
Emploi du Personnage : Fouineur

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles: 1
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
1/20  (1/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
-Attends ! Non ! Ne fais pas ça !

J'ai beau crier. C'est trop tard. Terry ouvre la grille et libère les zombies en me faisant un clin d’œil. Qu'est-ce qui lui prend ? Il part en courant et m'entraîne avec lui au passage. Voyant la horde sortir, la peur me prend. Je le suis

Il court et tourne dans toutes les directions. J'ai du mal à comprendre ce qu'il fait. Il va vite en plus, je peine à le suivre. Au final, il s'arrête à l'angle d'un immeuble. Je cherche à reprendre mon souffle. À côté, mon ami s'est mis à l'angle du mur et regarde derrière nous. Essoufflé, je bredouille :

-P... Pourquoi tu as fait ça ? Mon groupe est...

Il se retourne vers moi avec un léger sourire.

- J'crois qu'on a semé ta nounou !

Il savait ? Comment est-ce qu'il a deviné que j'étais suivi ? Je vais pour protester mais finalement, je baisse le regard. Ça ne sert à rien de mentir. Il a du voir femme qui m'a suivi sinon il ne serait pas allé jusqu'à lâcher un groupe de zombies comme ça.


- Bon, que veux-tu que je te montre aujourd'hui ?

Ça y est, Terry reprend son air de professeur. Son enthousiasme est assez contagieux et je me laisse prendre dans sa bonne humeur.  Je commence à réfléchir mais je ne sais pas trop quoi demander... Je préfère éviter de lui parler de m'apprendre à tirer après ce qui s'est passé dans la cave et j'aimerais essayer autre chose que l'orientation aujourd'hui... Après, plusieurs seconde, une idée me passe par la tête.

Oh ! Je sais ! Tu peux me montrer comment tu t'y prends pour trouver des endroits à fouiller ?

Il a l'air partant.  Nous nous mettons en route. Les environs ont du être fouillé par le reste de mon groupe mais on ne sait jamais, on pourrait trouver quelque chose qui leur aurait échapper. Ce serait marrant !

Par contre, j'ai un peu de mal à comprendre les explications qu'il me donne. En fait, j'ai surtout du mal à comprendre la logique de sa méthode. Pourquoi fouiller des bâtiments comme des églises ou même des bâtiments qui ont déjà été fouillé et dont les portes sont encore ouvertes ? Pourtant, il semble y croire dur comme fer à chaque fois que nous commencer à fouiller un nouvel endroit.

Nous ne trouvons que des zombies et des boîtes de conserves vides toute la matinée... Ça a l'air d'agacer mon mentor. Certains bâtiments me semblent plus intéressants que ceux qu'il me montre mais ils sont presque opposés à ceux qu'on fouille pour le moment. Je préfère donc ne pas contredire mon professeur.

Il désigne une petite maison un peu à l'écart des autres. Les vitres sont cassées et la porte a été arrachée. Je ne saurais pas dire s'il y a une cave mais selon moi, à part peut-être l'abri de jardin qui pourrait cacher quelques trucs utiles, cette maison n'a pas beaucoup d'intérêt. Terry lui semble plutôt confiant ici aussi. Il est prêt à parier que cette maison est une pépite. Amusé, je prends le pari. Je ne pense pas prendre trop de risques pour ce coup-là...

Nous entrons donc dans le jardin...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 710
Points : 1986
Date d'inscription : 07/07/2015
Age du Personnage : 27
Résidence du Personnage : Offsprings
Emploi du Personnage : Garagiste/Chasseur

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles:
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
20/20  (20/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
Alden avait l'air dubitatif. Yavait de quoi : Terry manquait de chance ces derniers jours pour ce qui est de la fouille, pour ne pas dire depuis qu'il était arrivé à Salem. Il n'avait pas encore trouvé ses marques, ses repères. Cette ville était différente de celle d'où il venait, par sa disposition, son agencement mais aussi par la façon dont les survivants s'y sont occupés depuis l'apocalypse. Une sorte de désordre général et sans logique. Il était comme perdu. Alors que pourtant il savait encore très bien distingué le nord du sud ...

Il tenta d'expliquer sa vision des choses à son élève :

- C'est un peu comme quand on partait à la chasse...

Terry n'était pas un grand bavard, mais il devait jouer le jeu du tuteur s'il voulait bien faire partager son expérience à son apprenti. Il lui raconta alors plusieurs histoires de chasse de quand il était jeune avant tout ça. Bien avant l'ouverture officielle, tous les chasseurs étaient déjà fin prêts : matériel, armes nettoyés et vérifiés, forêts inspectées, ... Son père leur avait montrés à Terry et son frère un truc utile. Comme ils reviendraient tous les jours à la chasse, pour éviter de se charger inutilement à chaque fois alors qu'ils parcouraient souvent de longues distances à pied dans les bois, ils planquaient de ci de là une gourde d'eau, un paquet de biscuits dans une boîte hermétique. C'était suffisamment caché pour éviter que d'autres chasseurs tombent dessus et c'était toujours ça de moins à ramener.
Terry avait appliqué cette méthode dans Salem pour lui même, laissant une bouteille d'eau dans des petites cachettes facilement accessibles pour lui et non facilement identifiables, des petits paquets de biscuits ou fruits secs, une couverture propre, ... Ainsi il se chargeait du minimum vital.
Alden, lui, avait un groupe, une planque. C'était là qu'il avait tout le reste de ce qu'il n'avait pas sur lui. Mais une planque c'est unique et statique. Si elle venait à disparaître pour X raisons, il devrait porter toutes ses réserves d'eau et de nourriture sur lui constamment. Un sac surchargé c'est un fardeau surtout pour fuir l'ennemi.

S'il y en avait dehors comme lui, des survivants errants, ils auraient très probablement eux aussi leurs petites cachettes disséminées aux quatre coins de la ville. De préférence dans des bâtiments facilement repérables et faciles d'accès, avec vue dégagée autour, comme une église donc, une maison aux portes et fenêtres ouvertes à tous les vents, ... Une trace d'un campement provisoire pouvait être un indice : le lieu aurait servi d'abri pour une ou plusieurs nuits et les occupants auraient en profiter pour y planquer un truc ou deux pour le cas où ils reviendraient dans ce lieu qu'ils avaient eu le temps d'utiliser et d'en jauger les capacités.

Mais si Terry pouvait trouver des cachettes dans la nature (creux d'un arbre, sous un amoncellement de grosses pierres, ...), c'était tout différent dans un décor urbain d'où sans doute ses difficultés récentes de recherche. Il ne s'avouait cependant pas vaincu et avoir avec lui un 2nd oeil, un 2nd avis pourrait aider.

- Bon, imagines que t'aies passé la nuit et penses y repasser plus tard. Où planquerais-tu de tes affaires pour alléger le sac ?

La maison n'était que sur un niveau, sans sous-sol cette fois. Alden avait son instinct qui le guidait vers la cabane au fond du jardin, sûrement encore garnie d'outillage et matériel de jardin. C'était un petit coin de nature perdu dans la ville. Terry regardait à droite et à gauche. Le potager et l'arbre fruitier ne proposait plus rien à manger, du monde était déjà passé là. Par endroits, la palissade était abimée comme si du monde était passé par dessus à plusieurs reprises, pour rentrer ou sortir. Il y avait eu du passage, mais de là à savoir s'ils avaient laissé délibérément quelque chose derrière eux ...
Il laissa Alden fouiller la cabane pendant qu'il continuait à scruter l'extérieur.

- Si tu trouves des graines à faire pousser ...

Terry n'avait pas la main verte, mais il eut toutefois le regard attiré par un objet. Une bêche posée à terre, dissimulée dans un arbuste. Il s'en saisit et la leva, puis l'abaissa comme s'il s'agissait d'une hache. Voilà qui aurait fait une arme efficace contre les zombies. Pourquoi l'avoir laissée ici ?

_________________________________________________

<< Des créatures de Dieu qui s’étaient endormies en pleurant,
ouvraient les yeux pour pleurer de nouveau. >>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 286
Points : 1076
Date d'inscription : 11/10/2016
Résidence du Personnage : QG des offsprings
Emploi du Personnage : Fouineur

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles: 1
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
1/20  (1/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
Wow, il y a un sacré bazar la dedans... Les gens qui vivaient là devaient passer beaucoup de temps dans leur jardin !  Bon, par contre je vois pas grand-chose qui pourrait nous servir. Une tondeuse, des râteaux, des fourches et pleins d'autres trucs dont je ne connais pas le nom. Tout en bas, je repère un paquet de gâteaux et une petite bouteille d'eau cachés sous une bâche. Mince, Terry a vu juste. Je n'aurais pas du parier... C'était sur ! Avec la chance que j'ai, la fois où je parie, on trouve un truc. Bon, je ramasse le tout quand même et retourne voir mon ami. Il a trouvé une pelle et continue de fouiller un peu partout. Il me regarde d'un air plutôt intrigué en me voyant arriver avec ma tête dépitée. Un large sourire se forme sur ses lèvres quand il voit ma prise.

Bon, tu as gagné... Mais c'était qu'un pari d'ami, hein ? J'ai rien misé !

J'ai peut-être l'air un peu mauvais perdant en réagissant comme ça mais je n'ai pas très envie d'un gage idiot du genre faire des pompes, remonter la rue en marchant sur les mains ou d'autre chose dans le même style... Et j'avoue que je n'aime pas trop perdre. Mais je ne suis pas mauvais perdant ! J'aurais tout caché dans mon sac sans rien lui dire sinon !

Un bruit attire notre attention dans la maison. On dirait qu'il y a quelqu'un dans la maison. Le chasseur empoigne la pelle et va jeter un oeil. N'ayant aucune envie de traîner seul derrière alors qu'il y a des mort-vivants dans le coin, je le suis.

L'intérieur est en mauvais état mais on dirait que la maison abritait des survivants. On dirait qu'avant d'être cassées, les fenêtres étaient bouchées. Il y a des palettes en bois rembourrées de chiffons par terre devant presque toutes les fenêtres. Il y a pas mal de matelas dans la pièce principale mais il y a surtout pleins d'impacts de balles sur tous les murs. Je me demande si une horde de zombies est entrer ici ? Je me rapproche de Terry. Je n'aime pas vraiment cet endroit. Des bruits immondes viennent de la cuisine dans le fond. Je m'apprête à proposer de partir mais mon camarade est déjà en train d'avancer pour voir ce qui fait ce bruit. Bien que j'ai vraiment envie de partir, je préfère qu'on ne se sépare pas. Je lui emboîte le pas, même si ça ne me fait pas vraiment plaisir.

Ce sont bien deux zombies qui faisaient ce vacarme. Ils sont en train de dévorer une dizaine de cadavres. C'est horrible ! J'ai envie de vomir d'un coup. Je recule d'un pas et m'adosse au mur derrière nous.

Les monstres ne nous regardent pas, trop concentrés sur leur repas. Le premier ne voit pas la pelle lui arriver dessus. Le second n'a pas le temps de se lever avant qu'un coup de pelle ne l'envoie rejoindre le premier.

Une fois la menace écartée, Terry commence à inspecter les corps. Ils n'ont pas l'air d'être là depuis longtemps. Ils ne sont pas pourris. Ce qui est bizarre, c'est qu'ils sont tous alignés contre un mur. Vu que je suis assez loin, je n'arrive pas à voir grand-chose non plus.

Ça me mets mal à l'aise de regarder ça. Cette maison en général me met mal à l'aise en fait.

-On.. On peut sortir ? S'il te plait, je n'aime vraiment pas cet endroit. S'il te plait ?...

Il tourne la tête. En voyant l'état dans lequel je suis, il se résigne et m’emmène dehors.

Je me sens déjà un peu mieux d'être sorti de là. Je suis toujours un peu sous le choc mais au moins, je n'ai plus ça sous les yeux.

-T.. Tu crois que c'est des gens qui ont fait ça ?

Il s'apprête à me répondre quand il remarque quelque chose au bout de la rue. Je me retourne mais je ne vois rien. Seulement des voitures, des maisons et quelques arbre par-ci, par là... D'une voix tremblante, je demande :

- O.. On est... suivit ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 710
Points : 1986
Date d'inscription : 07/07/2015
Age du Personnage : 27
Résidence du Personnage : Offsprings
Emploi du Personnage : Garagiste/Chasseur

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles:
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
20/20  (20/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
-T.. Tu crois que c'est des gens qui ont fait ça ?

Terry comprit alors l'usage premier de la pelle qu'il tenait en main. Il la lâcha à terre. Yavait un charnier enterré dans le jardin. Ceux qui étaient là, exécutés dans la maison n'avaient sûrement plus de place à l'extérieur pour trouver sépulture. Il avait attrappé Alden pour le sortir vite fait de cet enfer et allait lui sortir un truc pour tenter de masquer partiellement la vérité de ce qui s'était passé dans cette maison quant il aperçut quelque chose bouger au loin, se dirigeant vers eux.

- O.. On est... suivi ?

Terry ne lui répond pas, pas tout de suite. Il cogite, il analyse la situation et établit des plans. Il jette un oeil à Alden, il va le gêner.

- Ecoutes petit, ça risque de barder alors je voudrais que t'ailles t'enfermer dans le cabanon.

Terry sortit un couteau de rab qu'il avait dans le sac et lui fit faire un demi tour en l'air pour le rattrapper par la lame et le tendre manche devant au jeune homme.

- Si quelqu'un d'autre que moi cherche à entrer, tu lui enfonces ça des deux mains en plein dans le bide, tu tournes et tu t'enfuis aussi loin et aussi vite que tu peux. Tu pourras faire ça ?

Sans trop attendre un acquiescement clair et fermement annoncé, il retourna dans la maison pendant qu'Alden retournait derrière. A l'intérieur, Terry fit passer les 2 cadavres zombifiés par une fenêtre pour ne pas afficher leur présence à l'intérieur, tandis que lui chercha une planque. Le mobilier avait été renversé, les portes même intérieures arrachées. Il opta pour les toilettes donnant sur le couloir principal, pas trop loin de l'entrée avec un angle de vue sur la salle d'exécution.
Une voiture stoppa devant la maison. Des portières s'ouvrirent, des bruits sourds, des gémissements ... féminins.

- Allez avances ! Bouges !

Encore des bruits de pas, de corps qui tombe, sur le parquet de l'entrée.

- Qu'est-ce que vous voulez ?
- T'occupes, avances.

Terry prêta l'oreille à la conversation entre une femme, visiblement capturée, et ses ravisseurs sans doute au nombre de 2 ou 3. Des hommes. Plus loin, il crût discerner le ronronnement du moteur qui tournait encore. Le chauffeur y était sûrement resté. Ils n'avaient pas prévu de rester longtemps. Ils venaient rajouter un cadavre de plus. Ca, il l'avait compris et elle aussi aux cris qu'elle poussa en entrant dans la pièce ensanglantée.

- Je vous ai dit où était notre planque, que voulez-vous de plus de moi ?
- Ta gueule !

Des coups sourds et des plaintes de douleur répondant à ces coups. Terry se demanda si Alden entendait les pleurs de la femme de là où il s'était planqué, de cette femmme qui, très probablement, était celle qui les avait suivis. Il tenait sa hache à la main. Il tenta un oeil. Yavait un premier type en retrait, un peu enrobé et tenant un fusil, couvrant les arrières. Yavait un grand, fine barbe qui gérait l'interrogatoire, mains sur les hanches et un autre maigrelet qui filait des coups de savate ou de crosse de fusil automatique entre 2 questions, juste par plaisir avec un petit ricanement sadique.
Terry ne s'inquiétait pas plus du sort de la femme, tout ce qu'il cherchait c'était le meilleur moment d'attaquer. Quant ils l'exécuteraient, peut être pourrait-il intervenir avec son pistolet. Le quatrième dans sa voiture ne s'interrogerait pas sur ces bruits.

- Bon, ça ira comme ça ...

Ca y est, c'était pour bientôt. Terry allait pour se saisir de son arme à feu quand son regard se posa sur celui de la femme qui l'avait aperçu de son oeil encore ouvert. Merde ! Elle l'avait vu, ils sauraient !
Terry fit 3 grands pas tout en levant sa hache à bout de manche et l'abattit avec force dans le crâne du gros. Il se rapprocha des deux autres, fila un bon coup de pied au sadique qui bascula sur le tas de cadavres. Il dégaina en même temps que le barbu. Coude au corps, Terry pressa prestement la détente, tirant au corps ce qui stoppa son adversaire. Il tendit le bras pour viser la tête et tira une seconde fois. Son adversaire tira aussi, mais poing orienté vers le bas, la balle frappa le plancher. La cervelle avait giclé et le corps s'effondra en arrière de tout son long.
Alors Terry se retourna de côté, bras toujours tendu pour viser le maigrelet qui eut le réflexe de jeter son arme de côté et de lever ses mains à hauteur d'épaule.

- Ne tires pas, ne tires ... Prends mes armes, mon sac ...

Terry ne s'était pas encore posé la question à savoir si le chauffeur avait pu être intrigué par des coups de feu différents. Devant les supplications de l'autre, il avait rengainé son arme à feu et se rapprocha de son premier cadavre sans perdre de vue l'individu suppliant pour sa vie. La hache était bien fichée dans le crâne du gros, il s'aida du pied pour la décrocher dans un bruit de chair et d'os. Il reposa la lame au sol, manche à la verticale, s'appuyant dessus comme sur une canne et jetant un oeil au troisième larron comme jugeant de la meilleure sentence à appliquer. Alors il s'approcha de lui, la lame de la hache raclant le sol. Et il la leva haut dans les airs ...

_________________________________________________

<< Des créatures de Dieu qui s’étaient endormies en pleurant,
ouvraient les yeux pour pleurer de nouveau. >>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 286
Points : 1076
Date d'inscription : 11/10/2016
Résidence du Personnage : QG des offsprings
Emploi du Personnage : Fouineur

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles: 1
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
1/20  (1/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
Je cours jusqu'à l'abri de jardin et referme la porte derrière moi. Je me recule le plus possible en serrant le couteau dans ma main, je le serre aussi fort que je peux. J'entends des bruits de voitures. J'essaie de regarder à travers l'espace entre deux planches. J'arrive tout juste à voir une voiture se garer devant la maison. Deux hommes sortent. Un troisième les rejoint. Il tient une femme dans ses bras. C'est difficile de bien la voir mais sa voix me dit quelque chose. Je la crois que je la connais !  Ils rentrent dans la maison. Les cris sont de plus en plus fort. Je crois comprendre ce qu'il se passe. Le vertige me prend d'un  coup. Je lâche le couteau, me recroqueville sur moi-même et me bouche les oreilles du mieux que je peux.

Je grimace en essayent de ne pas pleurer même si je sens déjà mes yeux devenir humides. J'entends toujours les cris à l'intérieur et au final, un coup de feu puis ça se calme. C'est fini ? Et Terry dans tout ça ? Où est-ce qu'il est ?

Je n'ose pas sortir pour le moment. Si ces types sont encore dans la maison et qu'ils me voient, ils me tuerait aussi ! Je reste donc là, accroupi en silence. Ils finiront bien par partir. Et mon ami ne doit pas être loin. Il a du se cacher en attendant que  le danger passe. Plusieurs minutes défilent. Quand la porte s'ouvre doucement, la peur me saisit. J'ai lâché le couteau pour me couvrir les oreilles. Je cherche par terre du bout des doigts sans quitter la porte des yeux, sans succès. Je soupire de soulagement en reconnaissant le visage qui apparaît. Lui cependant, soupire plus parce que j'ai laissé son couteau et suis allé me cacher au fond de la petite cabane. Je lui rend son arme en m'excusant. J'aimerais être comme lui, être capable de survivre en se battant comme ça mais je n'arrive vraiment pas. J'ai trop peur à chaque fois que je danger se montre...

Nous commençons à quitter le jardin quand un coup de feu retentit. Par réflexe, je me cramponne au bras de Terry. Les hommes sont encore là ?! Il faut vite qu'on se cache. J'essaie de le tirer en arrière mais il dégage son bras. Il veut vraiment affronter ces trois types. C'est idiot ! On ne doit pas y aller ! Ils sont au moins trois ! Je m'apprête à retenter de le tirer vers la rue quand la porte s'ouvre et qu'une silhouette familière sort.

- Alden !

C'est la femme de mon groupe qui proposait de me suivre hier. Elle a son pistolet à la main, complètement paniquée.

-R... Rebecca ?! Qu'est-ce que tu fais là ?

Elle m'ignore et se tourne vers Terry.

- Vous ! C'est vous qui avez tué ces types ?

Il acquiesce d'un air sombre. Je ne comprend rien ! Qui est-ce qu'il a tué ? Qu'est-ce qui se passe ? Je me mets devant lui en bredouillant :

-N... Non attends Rebecca ! Il n'est pas contre nous ! C... C'est de lui dont j'ai parlé au groupe hier ! Tu te souviens ?

Elle continue de le fixer. Au moins, elle ne lève pas son arme vers lui. Plus les secondes passent plus je panique. Finalement, elle semble se détendre un peu et tend la main vers moi.

-Viens Alden, on rentre.

J'hésite mais je finis par avancer. Elle ajoute pour mon ami :

-C'était une fille bien. Même si c'était trop tard, je vous remercie d'être intervenu. Par contre, leur chauffeur s'est barré. Ça va être dangereux ici. On va se planquer, vous feriez bien de faire pareil.

-Mais...

-Rassure-toi bonhomme, tu reviendras le voir demain. Mais là, il faut vraiment se mettre à l'abri.


Quand j'arrive à sa hauteur, elle passe son bras sur mes épaules et m’entraîne avec elle. J'ai juste le temps de me retourner vers mon camarade.

-On... On se voit demain, hein ?


Une fois dans la rue, je demande :

-Pourquoi on est parti comme ça ? C'est toi qui a tiré ? Et comment tu nous as trouvés ?

-Je t'expliquerais quand on sera avec les autres. Et c'était pas si difficile de vous trouver. Il faut qu'on te trouve d'autres chaussures. Celles-ci font un boucan monstrueux quand tu cours.

Je baisse la tête en rougissant. Alors c'est moi qui nous ai fait repérés ?

On entend un bruit de voiture au bout de la rue. La femme me tire par le col pour m'emmener à couvert derrière un muret. Nous restons accroupis pendant qu'on entend le véhicule arriver à toute vitesse. Il passe à côté de nous sans nous voir. Il continue et finit par tourner à droite. Nous soupirons et nous nous laissons aller un moment contre le muret.

Pendant que nous prenons notre pause, je sens quelque chose bouger au-dessus de ma tête. Je sursaute en me retournant et me retrouve nez-à-nez avec un chat. Un gros matou tigré ! Oh ! J'adore les chats ! Avec un grand sourire émerveillé, je tend doucement ma main vers lui. Il renifle le bout de mes doigts et se laisse finalement caresser. Il commence même à ronronner. C'est trop mignon ! Je veux le prendre dans mes bras. Je le ramène contre moi mais cette fois, il crache, me met un coup de griffe dans la joue et bondit pour s'enfuir.

En gémissant un petit "Aïe !", je touche la griffure. Il y a un peu de sang ! C'est quoi son problème à ce chat ?! Je l'ai juste caressé. Je voulais le ramener avec nous ! Il aurait été plus heureux à l'abri ! Pourquoi il m'a attaqué cet idiot !? Et bien, d'accord! Il n'a qu'à aller voir quelqu'un d'autre !

Rebecca rigole en me voyant m'énerver comme ça. Elle m'ébouriffe les cheveux en repassant son bras sur mes épaules.

-Le prend pas mal ! Les animaux sont redevenus sauvages depuis le temps. Tu as déjà de la chance d'avoir pu le caresser sans qu'il se griffe. Mais déjà avant l'apocalypse, je pouvais jamais prendre le mien dans les bras comme tu as essayé de le faire sans qu'il me laboure les bras, je t'expliquerais comment il faut s'y prendre. Aller, on y retourne !

Elle commence à avancer mais je résiste. Vu qu'on est à l'abri, je peux bien poser quelques questions maintenant. Je sais toujours pas ce qu'il s'est passé pour le moment.  En voyant son visage s'assombrir, je commence à regretter d'avoir poser la question. Elle vient face à moi et pose un genoux au sol pour être à ma hauteur.

-Tu as vu ces gens descendre de la voiture Alden ?

-Non, pas vraiment. Je voyais rien de ma cachette.

-Je... Je suis désolé Alden. Tu sais, on est dans un monde dangereux. Ces types ont.... On ne reverra plus Amy. Ton ami les a empêché de la tuer mais elle était déjà trop sévèrement blessée. C'était trop tard.

- Non... Ce... C'est pas vrai. Tu, t'es pas sérieuse, hein ?

Au fur et à mesure que je parle, les larmes me remplissent les yeux. Elle me serre dans ses bras pendant que je pleure. Amy était la plus jeune de notre groupe après moi. Elle avait 19 ans. Elle devait aller prendre de l'eau pour le groupe aujourd'hui. Je l'aimais bien moi ! Elle connaissait pleins de jeux et racontait super bien les histoires...

Au bout de quelques minutes, ma camarade se relève et m'incite à repartir. D'après elle, on est déjà assez éloignés du danger mais il vaut mieux ne pas traîner tant qu'on est pas vraiment à l'abri. Nous repartons vers le café.

Lorsque nous arrivons, les gens sont assez surpris de nous voir revenir en début d'après-midi. Une fois que Rebecca leur a expliqué la situation. L'ambiance s'alourdit. Notre chef décide que personne ne sorte aujourd'hui et demande à ce que plusieurs hommes vérifient les alentours, cachés derrière les fenêtres. Le seul côté positif, c'est que je suis autorisé à retourner voir Terry demain. Après nous avoir suivit, ma camarade n'a rien vu de suspect chez lui.

Je n'avais pas le moral ce jour-là mais Rebecca s'était mise en tête de m'apprendre une astuce pour avoir le pas silencieux même avec des chaussures de villes qui ont des semelles plates et rigides comme les miennes. J'ai passé la fin de la journée à faire ça. C'est vrai que ça marchait en plus ! C'était bizarre de marcher comme ça mais au moins c'était vraiment silencieux. Je me promettais d'essayer ça quand j'irai au cinéma demain matin.

Je un peu inquiet par contre, on s'est quitté vraiment en catastrophe avec Terry. J'espère qu'il reviendra demain. Et j'espère surtout qu'il ne lui est rien arrivé...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Le chat et la souris
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Je suis le chat, Jack la souris et toi Jenna ? [Pv: Jenna et Jack]
» Le Chat et la Souris. Et le Poulet.
» ❝ Quand le chat dort, les souris dansent - Ft. Dorian Mayne
» [Moment fort 17] : Quand le chat dors les souris dansent
» Le chat et la souris

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Zombie Apocalypse :: Espace Jeu Libre :: Zone Flash-Back-