Life is but a journey, an ephemeral and fragile one. Now it simply became bloody as well...
Jericho est de retour, et ses sbires ont remis en marche l’entreprise d’esclavagisme qu’ils semblaient avoir mis en veilleuse depuis quelques mois. N’importe quel survivant est une cible potentielle pour le regroupement de pillards et Dieu seul sait ce qui arrive alors aux pauvres âmes qui en sont les victimes… Le seul espoir des survivants de la ville s’incarne dans le maître d’orchestre de la seule victoire que les rescapés de Salem ont arraché à Jericho, Azad Kamrane. C’est-à-dire, l’homme derrière la chute de la Marion et qui a dans le même temps remis en liberté les esclaves que les Raiders avaient si durement rassemblés à l’intérieur des murs de la prison. L’Iranien a poursuivi les préparations de la lutte à venir, mais au-delà des questions concrètes qu’il lui faut considérer, plusieurs interrogations restent sans réponse. Qui sont-ils réellement? Que veulent-ils? Où sont-ils? Que font-ils de leurs victimes? Combien de personnes suivent Jericho? Autant d’inquiétudes auxquelles le leader des Offsprings devra très rapidement trouver des réponses…
CharteContexteFonctionnalitésBazarEspace PersonnelScénarios
A savoir
# Un event important est actuellement en cours ! N'hésitez pas à suivre son déroulement ici → An unreachable, yet invaluable prize...
#
Contexte
De l'humanité il ne reste presque plus rien. Derniers survivants face à la menace zombie, vous avez combattu la peur, la maladie et la misère. Six années se sont écoulées, combien de jours tiendrez-vous encore ? Nous sommes en 2017 et le monde a été plongé dans le chaos suite à une catastrophe biologique. Que vous veniez de Central City ou de contrées plus éloignées, votre course effrénée pour la survie vous a mené jusqu'à Salem, dans l'Oregon. L’accalmie qui régnait dans les derniers mois s’est terminé dans le sang et la douleur avec le retour des Raiders qui sont sortis de l’ombre dans laquelle ils se trouvaient. Ils ont depuis repris leur entreprise sombre, et tout être humain encore dans les environs, homme, femme et enfant sont à risque d’être faits prisonniers comme ils l’ont fait lors de leur arrivée en mars. Dans ce monde totalement changé, le danger rôde à chaque instant, et l’avenir de tous ceux se trouvant dans Salem est voilé d’une incertitude qui n’est pas près de se lever. Face à un tel raz-de-marée de sauvagerie, la survie de tous dépendra des actions individuelles de chacun... Et vous, qu'attendez vous pour nous rejoindre ?
Remerciements
Nous tenions à remercier le forum Never-Utopia grâce à qui le forum peut aujourd'hui connaître un renouveau. Un merci aussi à nos joueurs pour leur patience et leur soutien après tout ce temps. ZA n'est pas encore parfait, mais grâce à vous il vit. Un merci également aux administrateurs qui donnent de leur temps et ne cessent d'essayer d'améliorer le forum et le confort des joueurs...

Longue vie à ZA, et que la passion de l'écriture continue de nous lier, tous ensemble, dans cet univers.
Zombie Apocalypse
Saison 5 : A Battle for Freedom

Partagez | 
 

 Event - An unreachable, yet invaluable prize...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
Maître du Jeu
Messages : 201
Points : 1231
Date d'inscription : 03/05/2015

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles:
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
20/20  (20/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar

Victor Rahl - Alex Morin - Wei Jian

Si téméraires, si héroïques… Une résistance ce sera? Et bien soit!

Les dix zombis du premier groupe d’adversaires qui vous a immobilisé claudiquent vers vous avec une assurance renouvelée. Leurs râles dénués d’humanités résonnent de toute la douleur de leur faim insatiable, et alors que les corps ne sont plus qu’à quelques pas de vous, vous ouvrez enfin le feu avec un tir spectaculaire d’Alex qui réussit à toucher deux têtes de Z d’un seul et même coup.

Victor Rahl : Vous en abattez deux rapidement, mais malheureusement, leur proximité vous empêche de tirer davantage, et vous vous voyez forcé de renoncer à votre arme pour vous reposer sur la force brute de votre machette. Mal vous en prit par contre puisque votre ennemi, avant que vous n’ayez le temps de le tuer, se jette sur vous dans l’espoir d’atteindre votre jugulaire et se faisant, vous fait tomber à la renverse. N’ayant pas eu l’objet de sa convoitise à cause de votre chute, il se tourne alors sur votre épaule gauche qu’il mord avec appétit avant d’arracher un morceau de chair considérable qu’il commence à peine à mastiquer lorsqu'une lame se planta soudainement dans son crâne.

Alex Morin : Avec toute la sérénité d'un expert, vous arrivez à tirer un ultime coup de Remington qui fit éclater un troisième Z. Mais un colosse en très mauvais état vous tombe finalement au col et vous force à engager un combat au couteau que vous êtes en mesure de régler très rapidement d’un coup bien placé. À votre gauche, un Victor en difficulté ne vous fait pas hésiter et vous planter votre arme une seconde fois. Sauvant ainsi votre comparse.

Wei Jian : En charge de l’arrière garde vous prenez cette responsabilité en ayant totalement confiance de l’importance qu’elle revêt, et vous ne décevez pas vos alliés. Trois ennemis marchent sur vous d’un pas désunis et vous permet de les accueillir un à la suite des autres. Si les deux premiers sont rapidement mis à terre, le troisième vous pose plus de problèmes alors qu’il était trop près du second pour vous donner la chance de vous ressaisir à temps. Merci à votre passion d'enfance, votre entraînement vous sauve la mise et malgré que vous ayez été clairement en danger lors de ce troisième affrontement, vous arrivez à vous débarrasser du dernier mort-vivant.

Suite à cette confrontation, vous vous en sortez avec un blessé dont la plaie saigne beaucoup. Heureusement cela dit (et sur cela je dois avouer être bien déçu…), votre lutte s’est terminée suffisamment rapidement pour éviter que le second groupe de Z à vos trousses ne vous rejoigne…

Vous vous relevez donc, aidant un Victor blessé, et continuez votre route à l’intérieur du campus pour fuir la nouvelle menace qui était maintenant très près de vous. Quant à savoir si vous avez toujours votre objectif en tête, ça reste à voir... En fait, nous avons justement une chance de tester cette affirmation! Au moment où vous dépassez la façade du bâtiment que vous tentiez de contourner depuis tout à l’heure, vous remarquez un trio de personne et un petit chiot courant dans le sens inverse de trois autres individus. Ces derniers, armés jusqu'aux dents, sortent d’une brèche à travers la baie vitrée au pas de course et continuent de faire feu sur les fuyards, mais malheureusement, ils vous détectent au même moment que vous et s’apprêtent à changer de cibles dans la seconde avec des expressions de panique sur leurs visages.

Au loin devant vous, Victor et Wei reconnaissent la grande silhouette de l’homme que vous recherchez, et qui, à la différence des deux autres, claudique plus qu’il ne coure…

Indications:
 

------------------------------------------------------------------------------

Terry Mayne – Niomi Weaver – Caleb Beauharnois

L’ampleur de votre naïveté est incroyable… N’avez-vous pas compris une première fois avec l’embuscade qui vient tout juste d’avoir lieu? Pensez-vous réellement qu’une fuite vous sortira de votre embarras?

Si Niomi et son petit compagnon canin étaient arrivés heureusement à passer inaperçus aux yeux de vos poursuivants (et qu’ils n’avaient donc pas anticipé leur course soudaine) les deux hommes de grande taille que vous représentez font de vous des cibles bien plus aisées à voir, et à toucher…

Votre tir de couverture fut bien efficace dans la première partie de votre plan Terry, et les trois Raiders n’osèrent pas se montrer le bout du nez tant que le plomb vola en nuage mortel dans leurs directions. Cependant une fois que vos munitions eurent manqué à l’appel, votre fuite avait été couverte par une performance beaucoup moins spectaculaire de Caleb. Que ce soit à cause de son inexpérience, du stress du moment, où du calibre ridiculement faible de son pistolet est difficile à savoir, mais une chose est sûr, il n'a pas briller en cet instant.

Au cours de cette petite accalmie, vous entendez tous très distinctement le son de d’autres coups de feu à proximité, mais vous ne pouvez vraiment chercher leur cause puisque vos adversaires décidèrent de tenter le diable et de se relever. Crachant sur vous la mort avec une véhémence proche de la démence en descendant l’escalier en trombe pour ne pas être bloquer par les infectés. En effet, ceux-ci voyaient en eux un repas tout aussi appétissant que vous et une partie de leur nombre avait fait bifurquer pour se rendre vers le dortoir. Face à un tel pétrin, votre instinct de survie vous mena bien sans surprise à essayer d’éviter les obus qui pleuvaient sur vous, mais tous n’eurent pas la même chance…

C’est dans cette folle poursuite et cette avalanche de métal volant à toute allure qu’un de ces projectiles perça soudainement le flanc gauche de Caleb au moment où celui-ci franchit le portail de verre. Traversant avec netteté de chaque côté de votre corps, mais laissant dans son sillage deux ouvertures qui se mirent évidemment à saigner et à vous faire souffrir.

Maintenant à l’extérieur, la menace toujours présente vous pousse à continuer votre fuite. Blessé ou pas, votre conscience vous susurre à l’oreille que rester ici ne sera qu’un arrêt de mort garanti. Les hordes de Z avoisinantes (dont celle non négligeable qui se dirigeait vers le brasier tout à l'heure) convergeraient inévitablement vers vous. Ce n’est pas parce que vous ne les voyiez pas encore qu’elles ne sont pas route.

Derrière vous par contre, les cris d’enragés de vos poursuivants ont l’air d’avoir soudainement pris une intonation plus surprise qu’autre chose… Paniqué serait peut-être même le meilleur terme...

Indications:
 

_________________________________________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 414
Points : 1342
Date d'inscription : 04/05/2015
Age du Personnage : 31
Résidence du Personnage : QG des Offspring of Freedom
Emploi du Personnage : Survivant
Rumeur : Bon tireur

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles: 1
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
0/20  (0/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
Les morts affluaient de tous les côtés. Leurs râles rajoutaient au stress ambiant et à la panique naturelle qui s'emparait des esprits des trois survivants acculés. Ce n'était bien sûr pas la première fois que Victor se retrouvait dans une situation aussi désastreuse. Il avait toujours pu s'en sortir, grâce à l'aide de sa soeur, à sa détermination et, il faut bien le dire, à un peu de chance. Cette chance que chaque survivant avait eu pour arrivé jusqu'ici.

Dans ce genre de combat, l'esprit se vide et se concentre uniquement sur les actions à effectuer pour survivre et abattre la menace létale qui s'approche à pas lents, accompagné d'une odeur de putréfaction. Il ne pensa donc pas au visage de Kelsey, ni au regard de sa soeur jumelle, ni au souvenir de ses parents, morts au début de l'Apocalypse. Victor se contenta de lever le canon de son arme vers deux autres zombies avant qu'ils n'arrivent au corps à corps et rendent le combat plus acharné encore. La proximité des mort-vivants lui laissa moins de temps qu'il ne l'aurait souhaité pour ajuster ses rafales.
Il tira trois rafales de trois balles. Deux zombies s'écroulèrent neutralisés. Quelques balles se perdirent dans le corps d'autres zombies sans avoir d'effet. Ce n'était pas un ratio très efficace, mais il n'avait pas le temps de s'attarder sur des détails aussi triviaux que le nombre de munition qui lui restait. Un zombie venait d'arriver sur lui, la mâchoire claquant dans le vide, anticipant le repas qui s'annonçait.
Mais Victor Rahl n'est pas homme à se laisser faire, malgré la difficulté. Il avait mal évaluer la distance des plus proches zombies et fut un peu court pour dégainer sa machette et se défendre.
Il réussit à la prendre en main, mais n'eut pas le temps d'armer son bras et de frapper au crâne. Le mort-vivant se jeta vers sa jugulaire. S'il réussissait à mordre ici, s'en serait fini de la vie de Victor Rahl.

Dans un dernier réflexe, il parvint néanmoins à mettre son avant bras en opposition pour tenter de repousser le mort-vivant. Ce fut un succès mitigé. Il n'y a pas de jugulaire dévoré, mais la poussée du zombie fit tomber Victor au sol et le mort en profita pour mordre une bonne bouchée de l'épaule gauche.
Quand il sentit ses chairs lui être arraché par des dents pourries et impitoyable, Victor cria de douleur mais continua à forcer pour repousser le plus possible le mort-vivant. Il s'apprêta à récupérer sa machette pour frapper quand le zombie fut transpercer par une autre lame. Alex était venu à son secours. Il lui devait une fière chandelle.

La douleur s'empara de lui. Après un court instant, il put ramasser sa machette. Il fallait bouger. Malgré le sang qui s'écoulait de la morsure du zombie et la douleur fulgurante à son épaule gauche, Victor se laissa aider par ses deux compagnons pour avancer. Malgré tout, il pouvait marcher en faisant abstraction de la douleur. Dès qu'ils auraient un moment de répit et un endroit sauf, il faudrait soigner cette plaie ouverte.
Après quelques pas, Victor prit sur lui pour avancer et laisser ses deux coéquipiers libre de leurs bras. La douleur le fit grimacer et il se demanda s'il serait capable d'utiliser son fusil M16 efficacement.

Alors que ses pensées le menait à la conclusion qu'il fallait abandonner la mission et fuir l'endroit pour repenser un nouveau plan, voire carrément abandonner l'idée de retrouver Caleb, un groupe de trois personnes sortit du bâtiment et s'éloigna en courant dans la direction opposée à celle où se trouvait le groupe de Victor.
Malgré la fugacité de son apparition claire dans son champ de vision, il reconnut clairement Caleb dans le groupe. Ce dernier boitait, visiblement blessé. Au moins, Victor n'était pas seul à souffrir, se dit-il dans une grimace de douleur.

Malgré ce bref soulagement d'avoir enfin en vue l'objectif de cette mission, et peu importe qui accompagnait Caleb, ils ne purent pas se payer le luxe de s'arrêter pour tailler une bavette. Pour arranger la situation, trois autres hommes déboulèrent entre le groupe de Caleb et celui de Victor. Visiblement aussi fatigué et exténué que les autres, ils étaient toutefois mieux équipé. Des Raiders, à n'en pas douter au vu de leurs aspects et façons d'attaquer avec arrogance. Même en cas d'erreur, le questionnement n'était pas permis ici.

- J'vais me les faire, fit Victor dans un souffle.

Il gémit de douleur en soulevant son bras gauche pour soutenir son M16. Il lâcha trois rafales sur ceux qu'il avait identifiés comme des Raiders. Il appuya sur la détente de son arme en criant, tant à cause de la douleur que par haine envers ces êtres humains. Le bruit n'était plus une préoccupation depuis un moment dans cette zone.
Les détonations des balles résonnèrent sur les murs et les vitres de l'école et produisirent des bruits sourds en traversant les Raiders. Son tir fut parfait, les ogives fauchèrent les trois hommes dans le dos avant qu'ils ne se rendent compte de la présence du groupe de Victor et qu'ils ne tirent vers celui de Caleb.

Un sourire mauvais de satisfaction vint barrer le visage de Victor Rahl tandis que le canon de son fusil d'assaut fumait doucement après avoir semer la mort face à lui. Sans plus de triomphalisme, Alex, Wei et Victor continuèrent à avancer, terriblement conscient du danger qui avancer inexorablement derrière eux.
L'adrénaline qui courait dans les veines de Victor estompa de son esprit la douleur de sa blessure sanguinolente, ce qui lui permit d'avancer un peu plus confiant qu'il n'aurait dû l'être dans cette situation.
La seule pensée qui vint le traverser fut la façon dont il devrait annoncer ça à Jennsen et à Kelsey.

Ils étaient un peu éloigné du groupe de Caleb. Toutefois, avec cette intervention armée de Victor, ils ne pouvaient plus ne pas les avoir remarqué. Victor se demanda s'il devait interpeller Caleb pour le rassurer. Peut-être ne l'avait-il pas reconnu ? Il fallait éviter ce genre de malentendu stupide qui amenait souvent à une mort tout aussi stupide.

- Caleb ! C'est Rahl !

Inventaire:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 79
Points : 1005
Date d'inscription : 09/05/2015

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles: 1
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
1/20  (1/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
De son côté, peu de difficulté fut opposée à Jian quand les zombies essayèrent de l’attaquer… Du moins peu de difficulté par rapport aux situations auxquelles il avait parfois été confronté dans le passé dirons-nous… Une fois son combat terminé contre le dernier zombie à avoir essayé de prendre à revers nos héros, le jeune asiatique se retourna immédiatement, attiré par les cris de douleurs émis dans son dos par une voix familière : Victor.
Immédiatement, le jeune garçon se lança au secours de l’homme en train de se transformer progressivement en casse-croûte pour zombies. Malheureusement pour lui et heureusement pour Victor, leur compagnon avait eu la même idée que Jian une bonne seconde auparavant puisqu’alors que Jian levait sa machette pour trancher le crâne de se zombie et exposer son cerveau décomposé à la vue de tous, il s’en chargea à sa place, lui épargnant ainsi une inutile dépense de calories.

En prenant tout de même garde à la manière dont il posa ses mains, Jian essaya de relever Victor en lui faisant le moins mal possible. Une fois ce dernier sur ses deux pieds, il s’enquerrait de son état avec une voix teintée d’une certaine inquiétude.

- Est-ce que ça va aller ?
Même si dans l’absolu la réponse à cette question était empirique : il allait bien falloir que ça aille s’ils voulaient pouvoir s’en tirer en vie. Sans perdre donc beaucoup de temps à attendre la réponse (et puisque de toute façon la réaction de Victor et la direction qu’il prenait maintenant vendaient la mèche), Xiang s’engouffra dans la ruelle adjacente à la suite de son groupe.

Tandis que Victor cogiterait, Jian lui agissait… Il était un soldat, pas un leader, il ferait ce qu’on lui disait de faire, tout simplement… Pas que c’était un manque d’intelligence de sa part, mais plus une volonté de se concentrer sur le moment présent, quelque chose d’autrement plus important. C’est précisément cette concentration sur son environnement qui lui permit de repérer au loin quelques silhouettes… La silhouette d’une personne qu’il connaissait et ne pensait jamais revoir…

- Caleb ?
La réponse à cette question fut un vacarme assourdissant qui lui fit sonner les oreilles. Jian recula de quelques pas en tenant ses oreilles qui lui faisaient mal avant de comprendre la cause de cet incident : Une nouvelle cible, des raiders... Bien hors de portée de sa machette alors il laisserait les pros du tir s’en charger pendant que lui se mettait à couvert derrière un muret et surveillait leurs arrières au cas d’une arrivée de zombies impromptue. Mais en attendant, une question envahit son esprit : était-ce Caleb qu’ils étaient venus chercher ? Ou d’autres ? Ou Caleb était-il passé à l’ennemi ?
Sa réponse à cette question là fut plus rapide quand Victor hurla le nom du Canadien pour attirer son attention. Prenant cela comme la confirmation de ses espoirs, Jian se leva et lui fit signe.

- Caleb ! C’est Jian Wei ! Et Victor ! Venez vite !


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 51
Points : 453
Date d'inscription : 04/10/2016
avatar


Rapidement, notre trio c’était mis en formation de combat; Wei a l’arrière, Victor et moi à l’avant. J’entamai les hostilités en faisant éclater deux têtes de cadavres à l’aide d’une cartouche de Winchester. Difficile de rater sa cible de si près, même avec une tête que je visais et mon canon. Pour une seconde fois, je fis glisser le percuteur a verrou, qui fit éjecter la coquille vide de la chambre, la remplaçant par une nouvelle cartouche, qui ne perdit pas plus de temps pour trouer la cervelle d’un nouveau cadavre a l’allure menaçante. D’un mouvement fluide, je decrochai la cartouche vide de mon arme avec mon index,  tout en faisant tourner sur lui-même le poignet de la meme main, faisant ainsi ejecter le magasin. Mon autre main fouillait déjà dans ma poche a la recherche d’un magasin plein, qu’elle trouva rapidement. Dans un mouvement assurer, j’appuyai sur le conteneur a balles jusqu’à ce qu’un « clic! » sonore se fasse entendre. Je n’eu cependant pas le temps d’armer mon Remmington qu’un Zs a ma droite posa sa main sur mon epaule, m’aggripant fermement. Par reflexe plus qu’autre chose, j’attrapai le couteau accroche a ma ceinture pour lui enfoncer sur le dessus de la tete.



C’est à ce moment que j’entendis un cri provenant de la gauche; Victor était au sol, un cadavre sur sa personne. Sans attendre, je plantai mon arme dans son lob temporal, la longueur de la lame ne laissant qu’apercevoir une pointe tachée d’hémoglobine et de matière cérébrale décomposée juste a cote du visage de mon frère d’armes. Pendant que je m’occupais d’enlever le corps inanimé du chemin, Wei aidait Victor à se relever, s’assurant qu’il était toujours en état de continuer.



 « Même s’il ne l’est pas, on ne peut pas faire grand-chose pour lui… » Pensai-je.



-On a une ouverture!! Il est temps de partir!!



Wei avait apparemment eut la même idée que moi, car il s’était déjà élance entre les ZS, déjà beaucoup moins nombreux, et nous ne perdîmes pas de temps à le suivre.



Voilà nous y étions, a courir pour notre vie, après l’avoir mise en jeu pour sauver celle d’un inconnu… Enfin, inconnu pour ma part… Et ce fut le premier moment que je me posai une question logique : Si nous avons autant de mal à entrer dans cette école, comment va-t-on en ressortir en un seul morceau, avec au moins une personne de plus et un blesse? Comme pour chasser cette idée de malheur, je secouai la tête, tentant tant bien que mal de garder mon focus sur l’objectif de la mission.



On arrivait à la hauteur d’une enceinte de l’établissement scolaire, une sorte d’entrée vitrée, ou des portes et fenêtres étaient entremêlées, et ce, de chacun des trois cotes donnant vers l’extérieur. Quelque chose bougeait a l’intérieur,  et ce mouvement nous fit tous trois tourner la tête. A peine une seconde plus tard j’entendis mes coéquipiers dire le nom du VIP à mi-voix, me permettant d’en conclure que nous venions de trouver la personne  que nous recherchions. Ce qui me tracassait un peu, c’est qu’il y avait deux autres personnes avec lui, une femme et un homme. Azad nous avait parlé d’extraire une seule personne de cette situation, quoi faire avec les deux autres?

Peu de temps après, trois autres hommes  passèrent au même endroit qu’eux, vraisemblablement en les poursuivant.  Je savais trop bien à quel groupe appartenaient ces trois messieurs a l’éducation douteuse… Non content d’affronter une armée de cadavres, il fallait aussi qu’on se farcisse des Raiders. Ou beaucoup voyaient un défi, j’y voyais une opportunité; il fallait les empêcher de bouger, comme leur tirer dans les genoux, et ils feraient une belle diversion pour les cadavres, nous garantissant presque un sauf conduit en territoire moins hostile. Je n’eut pas le temps de leur parler de mon idée que Victor souffla entre ses dents qu’il s’en chargeait, tout en levant son arme.

Victor, non!!

Mais c'était peine perdue, les balles volaient déjà vers nos nouveaux ennemis, éclatant une fenêtre au passage. Avec une série de Fuck! bien sentie, je me mis à courir vers les trois hommes, toujours face contre terr, avec l'espoir qu'un aurait survécu. Je m'infiltrai en hâte par l'embrasure que les balles de Victor avaient créée, m'assurant par la suite qu'aucun Z ne m'attendait une fois dans le hall,pour finalement poser un genou au sol, retournant sur le dos chacun des Raiders. J'eu vite fait de constater qu'aucun d'entre eux n'avait survécu, Rahl était un sacré tireur et ce, même avec une épaule amochée... Je n'étais pas satisfait durésultat, mais aussi bien se taire et laisser cette discussion pour plus tard, disons une fois en sécurité.

Au diable, aussi bien prendre quelques secondes pour les fouiller en vitesse. Du materiel disponible, je trouvai trois armes de poing (Un  Taurus M608, un Colt 1911A1, un Walther PPK), deux AK-47 ainsi qu’un FAL. Tous etaient charges a moitie, en plus d’un chargeur supplementaire pour chaque arme. Il y avait egalement trois couteaux de fabrication artisanale, mais ces derniers je les laissai sur leur proprietaire; un travail grossier et une lame emoussee ne serait pas vraiment utile a notre survie.

Je pris le Taurus,que je coinçai derrière ma ceinture, au niveau de ma hanche droite puis fourrai le barillet supplémentaire dans ma poche de derrière gauche. Lorsque Wei arrivera à ma hauteur, je lui tendrai le FAL et le Colt,en plus de leurs munitions respectives. Fallait bien qu'il se défende avec autre chose que sa machette.

Je déchargeai le pistolet restant avant de le mettre dans mon sac à dos, c'est toujours plus utile d'avoir quelque chose de petit qui peut servir,que de garder une arme encombrante qui serait probablement inutile. Je laissai donc les AK47 au sol. Si Rahl ou Jian les veulent,ils n'auront qu'à se servir!

Les deux autres m’avaient rattrapées, et nous nous dirigeâmes en vitesse vers le groupe de survivants qui s’étaient arrêtes, après avoir entendu Wei et Victor gueuler le nom de Caleb. Une fois à leur hauteur, je pris la parole en premier, préférant ne pas nous attarder sur les retrouvailles.

- En tous les cas, on a une meilleure idée de ce qui a attiré autant de morts ici… Je vais aller droit au but, Caleb. On a été envoyé pour te sortir d’ici… Même si je peux voir que vous vous êtes arranges tout seuls… Vous deux, je n’ai pas reçu d’ordre quant à votre présence ici, mais j’imagine que les Offsprings ne peuvent se passer de gens compétents… Wei, tu peux aider Caleb à marcher? On dirait que leur rencontre avec les Raiders a été mouvementée.

Je pouvais bien imaginer le genre d’interrogatoire qu’un invite surprise aurait une fois rendu au QG… Nous étions tous prépares a partir, il ne reste plus qu’une destination, mais surtout, un chemin.

- Vous suiviez un chemin précis, ou vous vous sauviez d’eux? Dis-je en pointant du menton les trois cadavres.

S’ils avaient déjà un plan, ce serait inespéré!



Inventaire:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 485
Points : 1442
Date d'inscription : 03/05/2015

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles: 2
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
3/20  (3/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
Tout en me tenant l’abdomen, je continuais à m’avancer en courant à moitié. La morsure d’acier avait traversé mon corps de part en part, et malgré ma résilience, je ressentais la douleur criante me qui hurlait de m’occuper de la plaie. Celle que je couvrais d’une main à présent ensanglantée et qui imbibait mon t-shirt d’une tache sombre.

J’aurais souhaité ne pas faire savoir la situation à mes alliés dans l’immédiat, mais avec Terry dans mon dos c’était peine perdue. Il devait même avoir une jolie vue des dommages. Cela dit, mon souhait était davantage axé sur l’espoir de cacher cela à Niomi. Évidemment, c’était tout bonnement impossible. Lorsque j’avais reçu le projectile, je n’avais pu retenir un cri de douleur qui l’avait fait automatiquement se tourner vers moi. N’eusse été de mes harangues, elle aurait peut-être fait demi-tour pour m’épauler. Au fond de moi j'étais reconnaissant de sa sollicitude, mais malheureusement, nous ne pouvions pas nous le permettre, pas maintenant du moins. Je dus me résoudre à serrer les dents et continuer d’avancer.

Nos poursuivants avaient cessé leur tir, à tout le moins ils avaient arrêté de nous viser puisque je n’entendis plus de balles siffler autour de mes oreilles. La douleur voilait partiellement mon esprit étant donné la place qu’elle réquisitionnait actuellement, mais j’étais tout de même capable de comprendre la raison derrière cela. Les zombis de l’agora devaient leur bloquer le chemin et quelque part en moi j’espérais de tout cœur qu’ils finissent dans le même état que leurs comparses qui jonchaient le sol en purée de chair mastiquée. Vu l’armement qu’ils avaient cependant, je savais bien que mes espoirs étaient vains.

C’est après avoir couru quelques dizaines de mètres supplémentaires, avec ces foutus Raiders à nouveau aux trousses que le bruit des armes à feu déchirèrent les environs aussi, mais étrangement, cela ne semblait pas venir de nos ennemis…

Comme de fait, je tournai mon regard pour remarquer avec surprise non seulement que nos poursuivants étaient morts, mais que deux silhouettes familières me firent signe de la main en m’appelant à travers la distance.

-Caleb! C'est Rahl!

-Caleb! C’est Jian Wei ! Et Victor! Venez vite!

Sur le coup, je restai figé sur place. Une expression étonnée et incrédule sur le visage tandis que mes deux autres comparses s’arrêtaient également à leur tour pour observer les nouveaux arrivants. Ma tête essayait de faire un peu de sens qui venait de se passer, mais je n’arrivais pas à me concentrer. L’acuité et la clarté dont mon esprit faisait normalement preuve étaient envahies par la douleur, et, mis à part conserver un air souffrant, je ne fis que tourner les mêmes questions en boucle. Comment Wei avait survécu? Pourquoi était-il avec Victor? Et surtout, pourquoi ils étaient ici?

Sans bouger, je les vis s’arrêter un instant près des cadavre de nos ennemis pour les délester de leurs armes et venir vers nous, notant probablement que je n’étais pas en état de m’approcher d’eux.  À mes côtés, mes deux comparses n’avaient encore rien dit, du mois je crois. Je percevais vaguement des questions qui semblaient m'être adressé, mais leurs voix m’apparaissent lointaines, étouffés par mon esprit embrumé de souffrance et d’incompréhension. Ils auraient définitivement souhaités me demander des détails, mais ils n’en eurent pas le temps avant que nos alliés de circonstance arrivent à notre hauteur.

-En tous les cas, on a une meilleure idée de ce qui a attiré autant de morts ici…  Débuta l'inconnu du trio. Je vais aller droit au but, Caleb. On a été envoyé pour te sortir d’ici… Même si je peux voir que vous vous êtes arrangés tout seuls… Vous deux, je n’ai pas reçu d’ordre quant à votre présence ici, mais j’imagine que les Offsprings ne peuvent se passer de gens compétents… Wei, tu peux aider Caleb à marcher? On dirait que leur rencontre avec les Raiders a été mouvementée.

Cela répondait partiellement, à ma troisième question. Par contre je ne comprenais toujours pas pourquoi ils disaient venir me chercher. Mon expression devait en dire long sur mon état de surprise. Ajouter au stress de la menace qui pesait encore, au choc de ma blessure, à l’angoisse de savoir que ma vie s’écoulait littéralement entre mes doigts, je n’étais pas en état d'éclaircir vraiment le problème.

-Vous suiviez un chemin précis, ou vous vous sauviez d’eux? Continua l’homme au trait basané en indiquant les morts qui jonchaient le sol plus loin.

Sans lui répondre je me contentai de tourner alternativement ma tête vers Terry et Niomi en la hochant légèrement.

-C’est beau, je les connais, du moins, au mois ces deux-là. Dis-je en pointant les deux intéressés du menton tout en sifflant entre mes dents. Ils ne me voudraient pas de mal d’aucune façon.

Cette courte explication allait devoir faire l’affaire. Je n’avais ni le temps, ni l’envie de m’étendre sur le sujet. Des présentations formelles pourraient toujours être faites en chemin pour ceux qui y tenaient, mais nous étions tous encore en danger, et la fuite était notre seule option.

-On en discutera plus tard, ajoutais-je à l’adresse de Victor et Wei. Ce n’est vraiment, mais alors vraiment pas le moment.

Comme si une force cruelle regardait la scène et souhaitait ponctuer ma phrase, un groupe de Z apparut au loin par le passage duquel nos trois sauveurs étaient arrivés. Je poussai un soupir découragé qui me fit également grimacer, mais j’enjoins les autres à me suivre en me mettant moi-même en marche.

-Pour répondre à ta question l’ami, nous étions en train de les fuir, et je n’ai pas franchement d’autre plan que de quitter l'endroit. Il y a une clôture basique qui cerne l’enceinte du campus. Si on la traverse, ça sera ça de gagner mais elle est vraiment haute. Je ne pense pas que j’arriverai à l’escalader.

Tout en reprenant ma route d'un pas claudiquant avec un Wei Jian serviable pour m’aider, je croisai le regard de Niomi. La jeune femme à qui je devais beaucoup plus qu’elle ne pouvait savoir riva ses iris dans les miens un court instant qui sembla pourtant durer une éternité. Un échange suffisant pour qu’elle comprenne que j’étais terrifié. Je ne sais pas si elle pouvait comprendre les raisons derrière cela, mais si ma blessure était définitivement une part de l’équation, la crainte de l’abandonner aux mains d’un monde aussi dangereux me hantait tout autant. Après ce que nous avions respectivement vécu, je ne pouvais me résoudre à la laisser affronter d'autres périples seule. Force était de constater par contre que jamais auparavant j’avais été blessé à ce point, et cela me terrorisait. J’arrivais sans doute à le cacher aux yeux des autres par le fruit d'une habitude longuement entretenue, mais elle n’y serait pas dupe, surtout maintenant…

Inventaire:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 144
Points : 1051
Date d'inscription : 21/05/2015
Age du Personnage : 27
Résidence du Personnage : Alentour de Salem
Emploi du Personnage : Aucun
Rumeur : "La folle"

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles: 1
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
4/20  (4/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
Des coups de feu, un cri. Puis Caleb déboula à travers la brèche que Niomi avait emprunté un tout petit peu plus tôt, un rictus de douleur sur le visage, et une main soutenant son abdomen. Il était blessé. Mais il courait vers elle, échappant au bâtiment qui renfermait encore une grande menace. Les coups de feu cessèrent, les gris agressifs étaient devenus plutôt inquiétés, puis plus rien. Niomi espérait du fond du cœur que les zombies en ai fait leur affaire. Elle accourait vers Caleb pour l’aider, quand deux voix complètement étrangères appelèrent le blessé. Ils n’avaient pas l’air de vouloir de mal au trio de rescapés, mais Niomi commençait un peu à se méfier des gens qu’elle ne connaissait pas. Il était temps.

Caleb n’avait pas l’air inquiet de les voir, plutôt surpris, et sonné aussi. Niomi cherchait des réponses du regard, un peu trop agitée par l’action qui avait prit place juste avant pour poser ses questions oralement. Ses yeux passaient de l’homme chauve qui parlait, à Caleb, puis aux deux autres qui avaient appelé Caleb, puis à Terry. Elle ne comprenait pas tout.

- C’est bon, je les connais, du moins, au moins ces deux-là. Ils ne me voudraient pas de mal d’aucune façon.

Il avait l’air bien mal en point. Il parlait doucement, ne répondant pas à la question qu’on venait de lui poser. Son cerveau avait l’air au ralenti. Niomi acquiesça, ils étaient là pour venir les chercher. Caleb n’avait pas l’air de comprendre pourquoi, mais ce n’était pas un piège.
La jeune femme pris le bras libre de Caleb et le serra doucement pour lui montrer qu’elle était là, et qu’elle le soignerait. Elle jetait des regards approbateurs à tout le monde, essayant de se rassurer. Terry avait l’air de s’en être relativement bien sorti, c’était déjà ça. Un jeune homme typé asiatique aidait Caleb aussi, après l’ordre que l’homme chauve avait donné.

Pour Niomi, cette rencontre était étrange. Du temps était passé depuis que Caleb et elle marchaient ensembles. Il y avait eu Terry ensuite, que Niomi connaissait d’une entrevue plutôt.. explosive. Mais là, c’était des connaissances de Caleb, ce que Niomi avait beaucoup de mal à comprendre. Il ne connaissait pas que elle, il avait vécu d’autres choses avant leur rencontre. Elle se répétait cela plusieurs fois avant de pouvoir l’intégrer. Son cœur battait encore à tout rompre, ses yeux captaient tous les mouvements, sa vue affinée par l’adrénaline. Ses propres mouvements lui paraissaient presque étrangers à cause de la fatigue.

Caleb repris finalement :
- Pour répondre à ta question l’ami, nous étions en train de les fuir, et je n’ai pas franchement d’autre plan que de quitter l'endroit. Il y a une clôture basique qui cerne l’enceinte du campus. Si on la traverse, ça sera ça de gagner mais elle est vraiment haute. Je ne pense pas que j’arriverai à l’escalader.

Niomi sentait dans la voix de Caleb que quelque chose n’allait vraiment pas. Elle le regarda dans les yeux pour essayer d’y déceler la réponse à son interrogation. Leurs regard se croisèrent, et cet échange fût presque aussi révélateur qu’une conversation entière. Il avait peur. Très peur. Pourquoi ? Elle essayait de le deviner. Mais il y avait plein de raisons possible, et Niomi partageait son sentiment.
La réponse de Caleb n’avait pas l’air d’être celle que leur trio de sauveteur attendait, alors elle osa à son tour :

- Par où vous êtes arrivés ? Y’a trop de zombies pour retourner par là ou non ?

Ils finirent par s’abriter entre deux voitures cramées sur un parking, ici, ils seraient mieux pour discuter, et trouver une solution. Niomi regardait maintenant la plaie de Caleb avec attention, prête à dégainer sa trousse de soin pour s’en occuper. Ce serait surement la chose la plus utile qu’elle aurait pu faire de la journée. Le petit chien suivait la brune à la trace, en silence, tremblant de peur.

_________________________________________________



Spoiler :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 710
Points : 1598
Date d'inscription : 07/07/2015
Age du Personnage : 26
Résidence du Personnage : Offsprings
Emploi du Personnage : Garagiste/Chasseur

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles:
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
20/20  (20/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
Il n'avait pas atteint les baies vitrées que leurs assaillants avaient repointé leur flingues pour lâcher une nouvelle volée de plomb sur eux. Il étendit les balles siffler autour de lui et, comme dans un effet ralenti, il en vit une atteindre Caleb sur le côté alors qu'il l'avait presque rattrapé.
Ce dernier passait à l'extérieur, mais les distancer dehors n'annonçait rien de bon, ils seraient totalement à découvert. Terry opta alors pour se replier derrière le premier pilier à la sortie et faire face aux Raiders qui rushaient.

A l'oreille, il perçut un changement dans l'air, quelque chose avait provoqué une diversion. Il saisit l'opportunité et se retourna déchargeant ses dernières cartouches restantes. Le Raider qu'il atteint tourna deux fois sur lui même, atteint de deux côtés opposés en même temps. Les deux autres s'écroulèrent à leur tour touchés par des rafales d'un fusil automatique dans leur dos.
Terry pivota son arme dans cette direction lorsque son oeil tomba sur un visage familier, celui de Victor. Celui-ci hurla le nom de Caleb, l'un des deux acolytes qui l'accompagnaient en fit de même.

La situation venait de changer du tout au tout, un vent de répit temporaire soufflait. Terry rejoignit Caleb déjà soutenu par Niomi et en savoir un peu plus sur ce trio qui venait à eux. Il était composé d'un grand gaillard basané, une grande gueule. Ce type ne lui inspirait pas confiance, mais Terry se garda bien de le montrer. Il y avait un asiatique sur le retrait et enfin Victor, blessé à l'épaule, morsure. Il lui adressa un signe de tête appuyé de reconnaissance, qui ne manqua pas à d'autres.
Il ne releva pas le flot d'informations fournies notamment sur le fait qu'ils aient été dépêchés pour secourir Caleb. Le nom d'un groupe, les Offsprings, fut laché. Cela ne lui parlait pas. Il repensa également à Kelsey. Yavait du monde par chez eux ! Et de l'organisation. Même si l'air de rien, ils auraient pu s'en sortir seuls. Caleb devait avoir de l'importance à leurs yeux ou bien une action était en préparation. Peut être contre les Raiders... Voilà une idée qui faisait plaisir à imaginer ! Terry se dit qu'il fallait à tout prix coller à ce groupe.

Mais les zombies commençaient déjà à manifester leur présence, c'était pas le moment de bavasser. Caleb proposa un plan de repli à l'opposé de toute la jolie meute environnante. Niomi tenta aussi un plan B.

- Par où vous êtes arrivés ? Y’a trop de zombies pour retourner par là ou non ?

Aux regards circonspects de l'équipe d'évacuation, ce plan semblait compromis. Terry adressa un signe de tête négatif à Niomi. C'était le trio de Caleb qui connaissait le mieux les lieux, à eux de guider le groupe à l'effectif doublé. Terry défit rapidement son sac pour y remiser son shotgun vide, le colt spécial et en sortit une pince coupante de sa sacoche de mécanique. *clac ! clac !*

- Voilà pour le grillage. Après avoir jeté un oeil par-dessus le capot d'une des épaves derrière lesquelles ils s'étaient posé, Mais si on veut bouger c'est maintenant. Go !


Inventaire porté:
 

_________________________________________________

<< Des créatures de Dieu qui s’étaient endormies en pleurant,
ouvraient les yeux pour pleurer de nouveau. >>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maître du Jeu
Messages : 201
Points : 1231
Date d'inscription : 03/05/2015

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles:
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
20/20  (20/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar

14 juin 2017
Nord de Hayesville, environ 12:35AM


Eh bien, vous êtes finalement réuni… Félicitations à vous Offsprings, vous venez d’accomplir ce à quoi Kamrane et l’entièreté de son groupe espèrent arriver depuis plusieurs semaines maintenant. L’objet de l’espoir d’Azad est à vos côtés, mais regardez-le donc. Votre inefficacité a tout de même coûté l’intégrité physique de celui pour qui vous avez bravé tant de risques. N’était-il pas suffisamment clair que vous deviez rapporter « an invaluable prize »… Ne pas l’abîmer aurait certainement été la moindre des choses. Enfin, qu’importe maintenant, les jeux sont faits, et la partie touche à sa fin. Malheureusement pour vous, seulement la moitié de votre tâche est terminée. Après avoir bravé les crocs avides des infectés et la rage véhémente des Raiders, vous voilà face à une constatation très simple, vous devez sortir de là.

L’urgence de la situation devient d’autant plus claire maintenant que vous avez pris quelques secondes pour ménager le blessé. Vous remarquez les centaines de morts vivants en provenance du brasier qui avait détourné de leur chemin lorsque le bruit nettement plus prometteur des coups de feu avait commencé à retentirent. Si une partie des Z avaient inévitablement fini cramés dans le bûcher funéraire improvisé, il en reste largement assez pour vous pourchasser. À cette spectaculaire horde, des groupuscules épars, mais néanmoins nombreux arrivent également du passage par lequel le trio de Offsprings s’était faufilé quelques instants plus tôt. C’est sans compter les autres grappes de zombis que vous voyez approchés de votre position par-delà le grillage cernant l’école. Même les quelques secondes que ce court repos représente permettent à vos traqueurs de resserrer le piège, et il menace de se refermer sur vous pour de bon…

Votre retraite se poursuit alors. Traînant un poids qui malgré ses efforts reste un boulet important à votre progression. Peut-être qu’à lui seul vous ne pourrez pas arriver à créer une brèche à temps dans la clôture…

Quelle chance pour vous cependant! Après avoir progressé une trentaine de mètres, vous dépassez le bâtiment rouge adjacent qui vous masquait la vue, et vous remarquez du même coup qu’il y a une sorte de porte à votre gauche dans le grillage. La remarquez-vous? Elle est ouverte! Les plus perspicaces devineront sans doute que c’est par là que l’escouade de déments de Jericho s’était infiltrée hier sur le territoire de l’école. Heureusement, pour vous elle est synonyme de précieuses secondes gagnées, et vous continuez à avancer en ligne droite.

Tout autour de vous les Z accourent aussi rapidement que leurs jambes maladroites leur permettent. Si la vitesse n’est plus leur spécialité depuis bien longtemps, et qu’une distance d’environ deux cents mètres vous sépare encore d’eux, c’est l’atmosphère oppressante créée par leurs cris avides de chairs, ainsi que leur masse grouillante omniprésente qui vous serre l’estomac de peur. Qui plus est, chaque pas que vous franchissez vers la sortie vous rapproche par le fait même d’une partie du boisé enflammé. Même si les flammes se situent loin de vous, l’incendie dégage une âcre fumée grise qui envahit bientôt l’air environnant alors que vous vous approchez de la barrière de fils entrelacés. Graduellement vous sentez vos yeux et votre gorge réagir à ces vapeurs toxiques incommodantes, mais cela ne vous arrête pas pour autant.

Vous espériez bien pouvoir distancer les zombis qui avançaient encore et toujours de la porte, et si vous arrivez effectivement à l’atteindre avant eux, une trentaine d'ennemis en groupe désunis vous bloquent le passage. Vous poussant malheureusement à bifurquer directement vers le boisé à votre droite. Avec une horde d’adversaires littéralement à quelques mètres de vous, l’adrénaline vous donne un regain d’énergie.

Ceux en parfait état restent légèrement en retrait afin de protéger vos arrières si jamais vous ralentissez tandis que Victor ouvre la marche pour vérifier le chemin à parcourir. La courte ligne d’arbres que vous empruntez révèle une plaine somme toute assez praticable, mais votre route se retrouvent restreint en partie par l’arrivée d’autres infectés attirés au départ par la cacophonie ambiante.

À ces obstacles tangibles se dresse également la fumée. Merci à vos bergers putréfiés, ceux-ci vous guident bien malgré vous vers la petite étendue de forêt adjacente au campus. Les nuages gris s’intensifient, et ce qui n’était au départ qu’un simple sentiment désagréable devint un handicap important. Vous évoluez dans la broussaille, clignant des yeux maintenant humides de larmes et toussant occasionnellement par réflexe étant donné l’air contaminé que vous respirez. Vous peinez à simplement vous orientez dans la brume toxique, mais à force de crapahuter de votre mieux, vous franchissez ultimement la zone forestière. Révélant devant vous une rue de bonne taille faisant penser à un boulevard. Les arbres et les obstacles divers qui jonchent le sol derrière vous ont ralenti vos poursuivants, mais alors que vous traversez le fossé près de la route, et que la fumée se dissipe un peu, vous arrivez enfin à éclaircir votre vision.

Vous découvrez alors que vous êtes cerné, totalement… Le boulevard que vous atteignez se divise en trois directions, mais de chaque côté, un groupe d’une bonne centaine d’infectés vous bloque définitivement le chemin et les premiers de vos anciens traqueurs commencent peu à peu à sortir des bois eux aussi. Aucune échappatoire ne s’ouvre à vous, et pour la première fois depuis le début de votre survie l’ennemi Z a eu raison de votre ingéniosité…

L’implacable force avance sur vous avec une lenteur qui ne fait qu’amplifier l’impression d’inéluctabilité de votre sort. Face aux évidences, mais n’ayant aucune intention de renoncer à vous laisser dévorer sans leur opposer toute la résistance que vous pouvez déployer, c’est avec acharnement que les valides parmi vous lèvent leurs armes et font feu.

Pas Caleb cependant. La course folle et la perte de votre fluide vitale vous ont considérablement fatigué. Même si vous le souhaitez ardemment, votre corps flanche en cet instant crucial et vous mettez un genou au sol, visiblement dans une douleur agonisante. Auprès de vous, Niomi tente de vous venir en aide tout en continuant de tirer, mais à quoi bon. Vous êtes totalement submergé.

Le barrage de munitions que vous leur opposez est considérable, merci aux armes que vous avez obtenues, mais bien malheureusement pour vous, vos propres compétences vous font défaut. Ce n’est pas à défaut de les toucher cela dit. La quantité de balles que vous leur envoyez est largement suffisante pour faucher de nombreux zombis au torse, aux épaules, aux jambes, et ailleurs. Le problème est que, peu parmi vous possédez l’adresse, et encore moins l’expérience de faire les tirs à la tête dont vous avez besoin. La progression des Z les plus proches est alors ralentie, certes… Mais inévitablement quelques-uns arrivent à passer outre les canons de vos armes et à s’approcher dangereusement de vous.

C’est dans cette terrible impasse à laquelle vous ne percevez aucune issue que vous entendez soudainement le son puissant d’un moteur de gros calibre roulant à plein régime en provenance de l’avenue qui vous fait face. Au loin, un énorme véhicule de transport de troupes blindé artisanalement semble se diriger directement vers la horde. Allié ou ennemi, vous ne sauriez dire…

Cependant, les infectés arrivent peu à peu au corps à corps et vous empêchent de rendre verdict. Si certains parmi vous ont encore la possibilité de tirer, Wei Jian se voit forcé de renoncer à son arme pour se tourner vers sa machette. Au cours de sa défense, une malencontreuse manœuvre l’amène à être mordu à la cuisse droite après qu’un ennemi ayant trébuché près de lui le surprenne dans son angle mort. Pris de panique le jeune homme arrive tout de même à se défaire de son emprise et à s’éloigner d’eux un peu plus.

À quelques pas de là, le militaire québécois abandonna aussi son arme de côté pour accueillir ses adversaires par d’expéditifs coups de couteau, mais le nombre des assaillants menace d’être vite d’être hors de contrôle, et il dut reculer de même pour éviter d’être pris en tenaille.

Le gigantesque camion quant à lui s’approche toujours de vous à une vitesse effarante. Ne laissant aucun obstacle l’arrêter lorsqu’il entre en contact avec les premiers cadavres ambulants qui sont brutalement transformés en morceaux sous l’impact violent du véhicule. Alors qu’il continue de tirer, Victor remarque soudain la tête de Holly sortir de la fenêtre du siège passager. Elle semble vous hurler quelque chose que vous n’entendez pas, mais vous n’en avez pas besoin réellement. Vous savez pertinemment ce qu’elle essaie de vous dire.  

De retour dans le feu de l’action, c’est au tour de deux autres vaillants défenseurs de baisser leurs fusils pour débuter un corps à corps sanglant. Votre blessure n’aide en rien votre situation malheureusement M. Rahl, et le premier zombi qui vous assaille attrape votre dernier bras valide qui maniait votre machette pour le mordre à pleine dent. Vous lâchez votre arme et c’est en désespoir de cause que vous réussissez à chasser votre ennemi d’un coup de poing entre les deux yeux. Cela dit il n’est pas hors de combat pour autant et vous le retenez à bout de bras de votre mieux en voyant au-dessus de votre épaule d’autres infectés s’approcher. À vos côtés, Terry effectue un coup de hache mal visé qui percute le corps d’une femme méconnaissable par l’état de sa peau. Cette attaque coince malheureusement votre arme entre ces côtes et bien qu’elle tombe à la renverse, le déséquilibre dans lequel vous vous trouvez ouvre l’opportunité à un zombi adjacent de sauter sur votre bras droit qu’il mord avidement en arrachant votre chair rougeoyante de sang. Vous retirez votre bras d’un coup sec et malgré la douleur, vous prenez votre couteau pour faire face aux dernières secondes qui vous séparent de votre sauvetage.

Le camion arrive enfin à votre hauteur, et grâce à sa spectaculaire force de frappe vous il n’est plus qu’à une vingtaine de mètres de vous. Cependant, il y a toujours de nombreux Z qui vous barrent la route, et vous n’avez d’autre choix que de forcer votre passage. Malgré les blessures de tous, l’élan du groupe est unanime, et vos pas vous rapprochent à chaque seconde du tranport de troupe dont le moteur roule à plein régime. L’ennemi se fait de plus en plus pressant et la démarche claudiquante de Caleb ne permet pas de les distancer aussi vite qu’il le faudrait. Terry, Victor et Wei entrent à l’intérieur du camion qui est couvert par un Richard frénétique qui décharge son arme à tous les infectés tentant d’approcher de l’arrière du véhicule.

Votre pas est trop lent cependant mon cher Caleb. Vous trébuchez et Niomi qui vous soutient passe à deux doigts d’être blessée lorsqu’un zombi s’apprête à la mordre. Elle doit vous laisser quelques instants pour riposter, mais dans l’urgence et la surprise son couteau se plante dans le cou de votre ennemi qui n’en fait pas grand cas si ce n’est renouveler son offensive.

Heureusement elle esquiva l’attaque, mais en voyant le risque à laquelle votre protégée vient d’être exposée, vous puisez dans une rage de vivre digne de votre longue expérience apocalyptique pour vous relever. Occultant la blessure qui vous fait souffrir, vous neutralisez la menace avec votre lame et avancez vers votre porte de salut en créant une brèche que vos comparses s’empressent d’emprunter.

Votre trio arrive finalement à entrer à l’intérieur et dès qu’Alex eut franchi la carapace d’acier à son tour, Max recula vivement de l’impasse qui menaçait de vous retenir prisonnier. Puis, après avoir fait un tournant sec, il met les machines à fond pour déguerpir à toute vitesse de la marée de morts en marche qui prend votre véhicule en chasse, mais grâce à votre trouvaille, les distancer ne constitue plus un problème.

Dans le camion, Caleb tombe instantanément inconscient sous le coup de l’épuisement et Niomi lui administre sans hésiter les premiers soins, mais à la surprise de tous, il n’est pas le seul homme inconscient à bord. En effet, un inconnu est étalé au fond du transport, pieds et poings liés avec du sang dégoulinant d’une plaie par balle au niveau du torse.

Les questions se bousculent un instant dans votre tête, mais nonobstant cette présence étrangère Victor, Wei et Alex arrivent pour leur part à une même et soulageante conclusion. L’objectif était accompli, et malgré tous les imprévus qui semblaient avoir été mis au travers de votre réussite, vous avez pu les surmonter. Grâce à cette victoire, les Offsprings allaient enfin pouvoir passer à une nouvelle étape dans leur lutte contre les Raider. Encore fallait-il que l’objet de votre quête survive à ses blessures…

Carte:
 




Bilan global



  1. Caleb et son groupe sont secourus et sécurisés au QG des Offsprings.

  2. Obtention pour tous de 10 points de compétences et 5 points d’attributs. Veuillez valider le choix de vos points en m’écrivant par MP pour recevoir mon feu vert.

  3. Obtention pour tous de deux « passes » utilisable dans l’inventaire des Offsprings.

  4. Récupération d’un Raider grièvement blessé.

  5. Ajout d’un véhicule de transport de combat américain blindé à l’inventaire des Offsprings. Véhicule de rareté exceptionnel.






Bilan individuel



  1. Caleb Beauharnois : Vous êtes plongé dans l’inconscience jusqu’à nouvel ordre, un MP vous sera envoyé sous peu. Votre état est stabilisé une fois arrivé chez les Offsprings, et vous êtes officiellement intégré parmi les Offsprings of Freedom.

  2. Niomi Weaver et Terry Mayne : Dès votre arrivée, l’effervescence du moment a mené votre intégration à être reporté à plus tard pour s’occuper de votre comparse blessé. Niomi contribue à le soigner en aidant Eva O’Neal et Jennsen Rahl. Ce n’est qu’une fois son état stabilisé, et la blessure de Terry traitée sommairement, qu’Azad vous a convoqué dans son bureau. Souhaitant mettre les choses au clair, il vous explique les règles de vie qui régissent la communauté qui vient de vous accueillir. Vous devez donc choisir deux objets. Un objet inhabituel parmi l’une des catégories suivantes (arme de corps à corps, objet utile, équipement militaire, et consommable médical), ainsi qu’une arme au corps à corps de rareté répandue ou commune que vous pourrez conserver sur vous en tout temps. De plus, votre chiot est en vie et avec vous Mlle Weaver. Je l’ai omis de mon texte afin d’alléger le post de fermeture, mais vous êtes libre d’imaginer ce que vous souhaitez à son égard. L’important à savoir est qu’il est avec vous à l’abri du QG. Finalement, vous êtes tous les deux officiellement intégrés aux Offsprings of Freedom.

  3. Victor Rahl et Wei Jian : Vos blessures sont importantes, et après votre arrivée au QG on vous prend en charge pour vous soigner au moins superficiellement en attendant que les professionnels soient libérés du cas du possible mort en sursis.

  4. Alex Morin : L’un des miraculeux rescapés avec Niomi Weaver, il ne vous arrive rien de particulier à part être réquisitionné par Azad, Alexia et Nathan pour que vous et Holly leur racontez ce qui s’est passé.






Bilan des blessures



  1. Caleb Beauharnois : Même blessure, stabilisé par l’œuvre d’Eva O’Neal, Niomi Weaver et Jennsen Rahl. Malus actuel conservé jusqu’à la fin de la durée fixé par Curse.

  2. Victor Rahl : Ajout d’une blessure au bras droit. Contactez Curse avec le formulaire disponible dans la thread sur la santé pour en obtenir les détails (malus, conditions de guérison et durée de la convalescence). Malus des deux blessures conserver jusqu’à la fin de la durée fixée par Curse.

  3. Terry Mayne : Blessure au bras droit. Contactez Curse avec le formulaire disponible dans la thread sur la santé pour en obtenir les détails (malus, conditions de guérison et durée de la convalescence). Malus de la blessure conserver jusqu’à la fin de la durée fixée par Curse.

  4. Wei Jian : Morsure à la cuisse droite. Contactez Curse avec le formulaire disponible dans la thread sur la santé pour en obtenir les détails (malus, conditions de guérison et durée de la convalescence). Malus de la blessure conserver jusqu’à la fin de la durée fixée par Curse.



_________________________________________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 710
Points : 1598
Date d'inscription : 07/07/2015
Age du Personnage : 26
Résidence du Personnage : Offsprings
Emploi du Personnage : Garagiste/Chasseur

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles:
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
20/20  (20/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
Cernés de toutes parts, ils avançaient -Victor en tête malgré sa blessure- comme dans un entonnoir vers cette porte de sortie si proche mais si loin en même temps. Face aux autres survivants, Terry se sentit dans l'obligation de faire bonne figure et prêta donc main forte à Niomi pour soutenir Caleb à la vitesse de marche plombée par sa blessure à la hanche. Mais une fois ce goulot d'étranglement atteint, ils n'étaient pas pour autant au bout de leur peine : les zombies affluaient de toutes parts, les acculant vers les bois en feu, les jetant dans la fumée dense. Le groupe de survivants la franchit non sans mal et non sans cracher leurs poumons pour déboucher enfin sur un grand axe routier. La bonne surprise fut de courte durée car là aussi la meute assoiffée de chair répondait abondamment présente. Des dizaines -pour ne pas dire des centaines- de zombies convergeaient vers eux. Faire demi-tour n'était plus envisageable ...
Terry suivit l'exemple de certains de ceux de l'équipe de secours pour faire feu sur leurs assaillants au pas lent. Les yeux encore irrités par la fumée et la pression du moment, il ne parvint pas à en descendre un seul efficacement. Il arrêta son tir, rengainant le beretta dans son holster, pour s'emparer vite fait de sa hache qui aurait tôt fait d'être utile tant la confrontation au corps-à-corps s'avérait inexorable. Chacun défendit son côté comme il pût.

C'est alors qu'un camion bardé de protections artisanales fit son apparition en bout de rue et se fraya un passage forcé à travers la horde. Une tête apparut et héla le groupe. Un coup d'oeil rapide aux autres et Terry comprit que c'était leur taxi qui venait d'arriver. Une grande lueur d'espoir apparût, leur redonnant de l'ardeur au combat malgré l'oppression grandissante.

Cela ne suffit pas malheureusement. Terry vit Victor à ses côtés se faire mordre au bras. Il était lui même trop occupé de son côté pour porter secours à son camarade. Sa hache fendait l'air et les zombies tant qu'elle pouvait jusqu'à ce mauvais coup de côté lorsque la lame se planta durement dans une carcasse et refusa de s'en déloger. La poignée de secondes pendant lesquelles Terry chercha à dégager son arme fût exploitée par un autre zombie qui en profita pour se jeter à pleines dents sur son avant bras. Poussant un cri de douleur, Terry lâcha sa hache et se saisit prestement avec la main gauche de son couteau dans son étui pour planter le crâne arborant comme en trophée dans sa gueule un bout de chair et de cuir de sa veste.

Heureusement pour eux tous, le camion se fraye enfin un chemin jusqu'à eux et ils s'y engouffrent chacun leur tour avant que le camion reparte en trombes ...

Les minutes suivantes furent silencieuses. Terry observa les mines déconfites de chacun. Ils avaient presque tous morflés. Terry compressait sa plaie de sa main libre. Sur le plancher de l'arrière du véhicule gisaient 2 hommes : Caleb évanoui et un inconnu ligoté, un Raider ! Une envie soudaine de lui sauter à la gorge le prit, mais il se retint. D'une part, l'homme est à terre, attaché, inconscient et, d'autre part, ce n'était pas sa proie. Il aperçut toutefois une blessure par balle mal placée. Avec de la chance, il crèvera d'ici la nuit. Cette seule pensée calma son ardeur.

Leur taxi roula encore un temps. Terry regarda à l'extérieur le chemin emprunté, ils se dirigeaient vers le centre de Salem visiblement. Le voyage s'était passé rapidement, beaucoup d'informations accumulées ces dernières heures et même dernières minutes se bousculaient dans son crâne. La fatigue physique et nerveuse aussi s'était accumulée. Ils s'arrêtèrent à un grand complexe, ce qui ressemblait à une prison. De ce qu'il comprit, ils étaient venu chercher Caleb pour le réintégrer dans leur groupe. De part leur proximité récente, Caleb fournissait également à Niomi et Terry un droit d'entrée chez eux, chez les Offsprings, en tout cas, le temps de faire leurs preuves. Ça, il l'avait bien pigé, il n'était pas encore tout à fait un membre à part entière et Terry était loin de s'y sentir comme chez lui. Si toutefois, il cherchait un chez-soi ... Chaque chose en son temps. L'heure était au repos tant du corps que de l'esprit.
Il fera profil bas, analysera la situation et emmagasinera le maximum d'informations. Pour l'heure, il avait aidé à transporter Caleb à l'infirmerie où un rapide nettoyage de plaie plus bandage lui fut prodigué avant d'être convoqué chez leur leader, un certain Azad ...

Inventaire porté:
 

_________________________________________________

<< Des créatures de Dieu qui s’étaient endormies en pleurant,
ouvraient les yeux pour pleurer de nouveau. >>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 51
Points : 453
Date d'inscription : 04/10/2016
avatar

On avait bougé en direction de l’incendie, mais la fumée noire nous fit regretter notre choix. Les larmes nous montaient aux yeux, la fumée descendait aux poumons, nous avions du mal à voir et à respirer, mais on se devait de continuer à avancer, l’armée de morts avançant tranquillement derrière nous étant un grand facteur à notre fuite. Nous avons tôt fait d’atteindre l’autoroute, qui nous aurait directement conduit au QG… S’il n’y avait pas eut des Zs partout.

« Calice! Y’en a combien dans le boutte?? » Sacrai-je entre mes dents.

L’avancée était compromise, la retraite impensable… Nous étions cernés de toute part. Beaucoup de notre groupe eu la même idée, presqu’au même moment nous levâmes nos fusils, commençant à engager le combat, pas vrai que ces cadavres vont avoir droit à un buffet sans payer la note d’abord! Peut-être l’adrénaline ou la peur, mais quelque chose faisait qu’aucun de nous ne réussissait à atteindre les cadavres convenablement à la tête… Certes, je réussis à en ralentir quelques-uns en détachant le corps des jambes, de même que mes partenaires, mais rien pour les ralentir.

Wei poussa un cri, signe qu’il avait également été blessé. Je ne souhaitais que d’aller le rejoindre, m’assurer qu’il était sauf, mais une trop grande distance en zombies nous séparait, et j’avais également mes soucis à régler, soucis qui me forçaient à prendre mon couteau et terminer l’après-vie d’un cadavre qui tentait de me gouter. Soudainement, dans la lueur du jour, on vit un 4X4 style militaire « amélioré » écraser une bonne dizaine d’ambulants, puis la tête d’Holly sortit par la fenêtre passager, nous criant quelque chose que nous n’avons pas entendu, mais très bien compris.

Avec l’aide d’un membre du groupe d’Holly, je couvrais la fuite de nos alliés dans notre nouvel abris mobile, pour poser mes fesses sur un sol dur et métallique, mais Ô combien confortable. C’est à peu près à ce moment que je remarquai le Raider assis juste en face de moi, inconscient et ligoté, et que le véhicule bondi sur ses roues, nous sortant d’un pétrin mortel.

Le retour au QG fût presqu’aussi mouvementé; les médecins et leurs assistants débarquaient les blessés, les emmenant à l’aile des soins. Peu se soucièrent de moi, et c’était bien comme ça. Je pris mon temps avant d’aller voir mes alliés à l’infirmerie, laissant les soignants faire leur travail, je pris les armes et équipements laissés dans le camion pour les ramener à l’armurerie, ajoutant à contrecœur le revolver que j’avais trouvé parmi les autres armes, mais le plus dur était toujours de me détacher de mon Remmington. Une fois tout en ordre, je pris le chemin médical.

La première pièce était vide, sauf un grand homme, allongé sur un lit, inconscient. Caleb avait reçu une balle des Raiders et, à le voir, j’espérais vraiment qu’il s’en sorte… Il a l’air d’un homme compétent et…. Ben ce n’est pas tous les jours qu’on croise un compatriote québécois! Je ne restai que quelques secondes dans la chambre, avant de tourner les talons.

La seconde plus petite que la première, un autre homme, assis pour sa part, avec un bandage à l’avant-bras, discutait avec la femme qui les accompagnait. Je toquai à la porte, puis fit un pas dans la chambre.

-Salut… Comment va le bras? Disons que le tout est parti en vrille assez vite. Je ne sais pas si vous avez eut le temps de voir votre ami, mais je viens quand même vous donner des nouvelles. Il semble être stable, assez pour que les médecins trouvent qu’il vaut mieux le laisser dormir. Il est entre bonnes mains, nos médecins sont efficaces. Au vu de ses origines, j’peux vous dire qu’il va vous ennuyer encore longtemps, on a la peau dure, les québécois! Je tournai les talons, puis, avant de franchir le cadre de la porte, j’ajoutai :Au fait, bienvenue dans les Offspring of Freedom. J’suis Alex… Si jamais vous avez besoin de quelque chose, ma porte est ouverte.

La dernière pièce était la plus dure… Mes deux frères d’armes s’y reposaient, mais je pouvais également entendre des voix à l’intérieur… Deux autres voix de femmes que je n’avais jamais entendues auparavant. Probablement des amis ou de la famille. Je n’étais pas encore dans l’embrasure de la porte, je fermai les yeux, tentant de rassembler mon courage pour entrer; À dire vrai, si les deux étaient blessés c’était ma faute. J’avais pris de par ma propre initiative le rôle de meneur, donnant des ordres là où ma place ne l’était pas nécessairement, et le résultat avait été qu’on s’en était sorti de justesse grâce à Holly, le VIP une balle dans le corps et mes deux frères mordus…

Oui, la culpabilité me rongeait de l’intérieur.

J’allais apparaître dans l’embrasure qu’une main se posa sur mon épaule, me stoppant net. Un OF se tenait derrière moi, portant le message qu’Azad m’attendait, avec ses lieutenants, pour le debriefing, à moi et à Holly. Je poussai un grand soupir d’appréhension.

J’entrai dans la pièce, devant les quatre têtes, en me demandant leur politique sur un échec… Peut-être serais-je exécuté ou pire, exilé. Ne restait qu’un moyen de savoir. Holly entra derrière moi et la porte se referma.

L’heure du debriefing a sonné
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 79
Points : 1005
Date d'inscription : 09/05/2015

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles: 1
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
1/20  (1/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
Au-delà du simple fait de retrouver un membre des Offsprings of liberty, Jian fut particulièrement enjoué de revoir le visage d’une personne qu’il croyait morte : Caleb… L’état de ce dernier était pitoyable en revanche et Jian se rapprocha rapidement, inquiet que ces retrouvailles ne soient pas de longue durée s’il était en train de mourir… Mais après une brève analyse de ses blessures, le jeune asiatique en conclu qu’il avait survécu à bien pire ! Ce n’était pas ces quelques blessures qui allaient emporter ce Québecquois ! Sans attendre plus longtemps, le garçon s’était élancé dans un sprint désespéré qui lui rappela une chanson qu’il avait entendu quand il était jeune : Run for you liiiiife !
Leur course désordonnée pour échapper à la mort se confronta à plusieurs murs d’adversaires et quand, finalement, tous se retrouvèrent acculés, Jian tira légèrement sur la culasse de son FAL nouvellement acquis pour vérifier qu’ne balle était bien chambrée avant d’épauler l’arme.

Le recul mêlé au mode full-auto du fusil le surpris et après avoir perdu l’équilibre et reculé de plusieurs pas, Jian tomba en arrière quand ce dernier fut vide, dans une chute assez lamentable et ridicule… Une grossière erreur…
Une grossière erreur car un zombie environnant y vit l’opportunité pour enfoncer ses dents dans la cuisse du garçon. Bien que protégé par un tissu résistant, la pression exercée par les mâchoires entailla profondément sa peau et lui arracha un cri de douleur déchirant. Xiang balança un grand coup de crosse dans la tête du zombie qui lâcha sa prise avant de s’agenouiller sur lui et lui fracasser le crâne par des coups répétés avec cette même crosse qui se retrouva donc maculée de sang pourri.

Jian se releva en boitant avec l’aide de l’autre Québecquois à Mohawk et le remercia chaleureusement avant de changer d’arme pour une raison pratique : il était à court de munitions dans son FAL et ne savait pas comment recharger ce dernier… Enfin en théorie si mais il ne savait pas où se trouvait le bouton d’éjection du chargeur sur ce modèle et il n’avait pas une seconde à perdre pour le rechercher alors que l’AK-47 qu’il avait arraché aux raiders quelques instants plus tôt était encore plein aussi…. Et surtout l’AK il saurait l’opérer sans difficulté et absorber son recul.

Conformément à ses prévisions, même s’il reculait comme une mule, cet AK-47 se prouva être beaucoup plus contrôlable que le FAL et il le rechargea rapidement quand il fut à sec… Cependant maintenant qu’il ne pouvait plus compter sur sa jambe gauche, viser et tirer correctement était de nouveau particulièrement difficile. Alors qu’il arrivait dans les ultimes cartouches de son dernier chargeur, un miracle se produisit cependant ! Telle la cavalerie dans les vieux Western, le 4x4 des Offsprings apparu pour les emporter loin, de retour à la base. Malgré sa jambe amochée, Jian ne se fit pas prier pour s’y précipiter et se jeta dans le coffre, tirant au passage les dernières cartouches de son arme dans le corps des zombies qui ne cessaient d’avancer.

Le véhicule prit alors de la vitesse, s’éloignant de cette horde mortelle avant qu’elle ne puisse se jeter sur eux pour les boulotter. Soulagé par ce calme soudain, Xiang se laissa bercer par les chaos de la route et ferma ses yeux. Malgré sa précédente nuit de sommeil confortable, le garçon s’endormit comme un bébé et on ne l’entendit plus du voyage.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Event - An unreachable, yet invaluable prize...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» event coupe du monde la semaine prochaine
» [Tori] - Event - A l'Abri des Masques
» - Event II.2 - La Faiblesse des Jedi
» Event 5 : Ecriture & Dessin
» Halloween event !!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Zombie Apocalypse :: Zone de Salem :: Salem Est :: Hayesville-