Life is but a journey, an ephemeral and fragile one. Now it simply became bloody as well...
Jericho est de retour, et ses sbires ont remis en marche l’entreprise d’esclavagisme qu’ils semblaient avoir mis en veilleuse depuis quelques mois. N’importe quel survivant est une cible potentielle pour le regroupement de pillards et Dieu seul sait ce qui arrive alors aux pauvres âmes qui en sont les victimes… Le seul espoir des survivants de la ville s’incarne dans le maître d’orchestre de la seule victoire que les rescapés de Salem ont arraché à Jericho, Azad Kamrane. C’est-à-dire, l’homme derrière la chute de la Marion et qui a dans le même temps remis en liberté les esclaves que les Raiders avaient si durement rassemblés à l’intérieur des murs de la prison. L’Iranien a poursuivi les préparations de la lutte à venir, mais au-delà des questions concrètes qu’il lui faut considérer, plusieurs interrogations restent sans réponse. Qui sont-ils réellement? Que veulent-ils? Où sont-ils? Que font-ils de leurs victimes? Combien de personnes suivent Jericho? Autant d’inquiétudes auxquelles le leader des Offsprings devra très rapidement trouver des réponses…
CharteContexteFonctionnalitésBazarEspace PersonnelScénarios
A savoir
# Un event important est actuellement en cours ! N'hésitez pas à suivre son déroulement ici → An unreachable, yet invaluable prize...
#
Contexte
De l'humanité il ne reste presque plus rien. Derniers survivants face à la menace zombie, vous avez combattu la peur, la maladie et la misère. Six années se sont écoulées, combien de jours tiendrez-vous encore ? Nous sommes en 2017 et le monde a été plongé dans le chaos suite à une catastrophe biologique. Que vous veniez de Central City ou de contrées plus éloignées, votre course effrénée pour la survie vous a mené jusqu'à Salem, dans l'Oregon. L’accalmie qui régnait dans les derniers mois s’est terminé dans le sang et la douleur avec le retour des Raiders qui sont sortis de l’ombre dans laquelle ils se trouvaient. Ils ont depuis repris leur entreprise sombre, et tout être humain encore dans les environs, homme, femme et enfant sont à risque d’être faits prisonniers comme ils l’ont fait lors de leur arrivée en mars. Dans ce monde totalement changé, le danger rôde à chaque instant, et l’avenir de tous ceux se trouvant dans Salem est voilé d’une incertitude qui n’est pas près de se lever. Face à un tel raz-de-marée de sauvagerie, la survie de tous dépendra des actions individuelles de chacun... Et vous, qu'attendez vous pour nous rejoindre ?
Remerciements
Nous tenions à remercier le forum Never-Utopia grâce à qui le forum peut aujourd'hui connaître un renouveau. Un merci aussi à nos joueurs pour leur patience et leur soutien après tout ce temps. ZA n'est pas encore parfait, mais grâce à vous il vit. Un merci également aux administrateurs qui donnent de leur temps et ne cessent d'essayer d'améliorer le forum et le confort des joueurs...

Longue vie à ZA, et que la passion de l'écriture continue de nous lier, tous ensemble, dans cet univers.
Zombie Apocalypse
Saison 5 : A Battle for Freedom

Partagez | 
 

 DGI > Karma is a bitch. So is Al Lipschitz [TERMINEE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Messages : 200
Date d'inscription : 12/07/2016
Age du Personnage : 20

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles: 1
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
0/20  (0/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar





Davis G. Inverness
aka Selena Gomez


« You call me a bitch like it's a bad thing »




Nom complet : Davis Gaetana Inverness
Date et lieu de naissance :10 mai 1998, 20 ans
Nationalité : Américaine
Groupe : Survivants
Caractéristiques (375 pts à répartir) :
Force : 20 Mon corps a beau ne pas payer de mine à côté de géants testostéronés jusqu'aux os ou de bimbos repenties accros au fitness, mes muscles bien que discrets, ne m'ont jusque là, jamais fait défaut..

Agilité : 75 .. puis bon j'ai beau ne pas être une accro de la gonflette, je ne suis pas pour autant une loque incapable de se servir efficacement de son corps. A défaut d'être capable de soulever des poids déraisonnables, je sais utiliser ma force intelligemment et la combiner à une bonne dose d'équilibre, de coordination et de réflexes pour être capable de me sortir des situations les plus physiquement périlleuses..

Endurance : 30 .. et ce, aussi, grâce à mon endurance. A force d'entraînement forcés et répétés sur une courte période, je peux désormais parcourir de longues distances avant d'être épuisée. Mais n'étant pas franchement ma spécialité, je préfère miser sur ..

Perception : 60 .. mon aptitude à anticiper et à appréhender le danger. J'aborde la vie avec l'oeil du tigre, j'évalue toutes les situations et sais désormais opter pour l'alternative la moins risquée..

Charisme : 20 .. mais l'option la plus sûre n'est pas toujours la plus aisée, surtout lorsqu'elle nécessite l'intervention d'une personne extérieure. Je ne suis pas franchement la meilleure pour me faire des alliés, ni pour négocier, je gaffe souvent, j'ai ce détestable sourire en coin qui me trahit quand je mens, et je suis incapable de manipuler qui que ce soit, à moins que je ne joue un rôle. Ce qui arrive bien peu souvent, mais c'est un art dans lequel je me réalise..

Ténacité : 50 .. parce qu'il incombe de se tenir sur la durée et l'intensité. Je suis bornée, très, très (très très) bornée. Quand j'ai une idée en tête je l'ai pas ailleurs, et personne ne me fera changer d'avis. Autant psychologiquement que physiquement, je n'abandonne jamais. Jamais. J'ai un moral d'acier, et même si je n'ai pas un coeur de pierre, mon expression, elle, restera toujours de marbre face à l'adversité..

Intellect : 45 .. c'est sans doute bête de se fermer de la sorte sur une idée, je manque sûrement d'ouverture d'esprit, mais si j'agis de la sorte, c'est que j'ai mes raisons. J'ai beau avoir été forcée d'arrêter l'école très jeune, je sais tout de même développer un raisonnement qui tient la route, et quand j'ai l'occasion de m'instruire, je la saisis. Je veux savoir, comprendre, mais je suis aussi consciente que la connaissance seule, dans le monde d'aujourd'hui, ne fait pas tout..

Instinct : 75 .. les livres d'histoire et de sciences n'ont jamais eu à se soucier de leur survie, alors quand il s'agit de sauver ma peau et celle de ma fille, je préfère me référer à l'aptitude la plus animale et la plus primitive que nous avons tous. Il y a des indices partout, des petites choses, des pressentiments, des ressentis, qui font sonner des signaux d'alerte dans ma caboche, et qui me forcent à aller dans une direction ou dans une autre, et ce sans pouvoir l'expliquer ou le justifier, je suis juste convaincue et persuadée que c'est par là qu'il faut aller et c'est pas négociable. Je ne saurais pas t'expliquer de façon plus claire, et tu m'en vois désolée, mais si après une demi douzaine d'années d'apocalypse où la mort et le danger sont à mes trousses trois cent soixante cinq jours par an, je peux dire que cela fonctionne plutôt bien.

_________________________________________________________


Compétences (300 pts à répartir) :
Combat au corps à corps : 10 J'ai peur, en fait. Il n'y a que les petits animaux que j'arrive à assommer et poignarder sans me prendre une rouste ou un coup de couteau en retour.


Tir : 60 Là par contre je suis complètement à l'aise. Autrefois autodidacte dans le maniement d'armes à feu, mes compétences ont été enrichies par des techniques fréquemment utilisées dans le mercenariat et l'armée post-apocalyptique. Donc si tu veux m'affronter et avoir une chance de t'en sortir, désarme moi.

Exploration : 40 En ayant passé le dernier tiers de ma vie à jouer sur la défensive pour survivre, et en ayant traversé les Etats-Unis de la Grande Pomme au Nevada alors que mes seins n'avaient même pas fini de pousser, j'ai été forcée de développer une aptitude assez extraordinaire à chercher et surtout, à trouver ce dont j'ai besoin pour rester en vie.

Survie : 40 Le monde a commencé à mourir quand j'avais 14 ans, j'ai pour ainsi dire grandis dans ce merdier, alors les astuces pour échapper aux zombaques, je les connais mieux que quiconque. Étaler des tripes de morts vivants sur ma porte pour camoufler mon odeur, préférer les vélos aux voitures, et maîtriser les techniques d'escalade en étant encombrée d'un bébé, tout ça c'est mon quotidien.

Mouvement : 25 J'ai toujours été une gamine active. Je passais mes journées dans les rues, me faufilant dans la foule, esquivant les obstacles en tous genres qui polluaient New York, et me débarrassant comme je le pouvais des grands frères des filles à qui je volais des bonbons, alors quand il a fallu réinvestir ces capacités d'équilibre, d'agilité et d'habileté en sachant que ma vie en dépendait, j'étais bien contente de ne pas avoir passé mon enfance à faire du lard devant une console.

Discrétion : 40 Je ne suis pas grande, plutôt habile, et souple. C'est pratique pour se cacher et échapper au danger. Et comme le cache-cache est un sport que je pratique depuis ma plus tendre enfance, je suis devenue presque experte dans le domaine.

Construction : 0 Tu crois vraiment que j'ai déjà posé une brique dans ma putain de vie ?

Larcins : 65 Tu as devant toi la plus grande crochetteuse de l'histoire des Etats-Unis. Je donnerai bientôt des cours à l'université de l'Oregon à Salem, en crochettage de voitures, techniques d'intrusion dans des locaux administratifs de l'armée américaine à Safepoint.

Médecine : 20 Je sais désinfecter une plaie, poser un pansement, m'auto-médiquer approximativement et avaler un comprimé sans le croquer. Voilà.

Conduite : 0 Ne monte jamais avec moi, à moins que ce soit une question de vie ou de mort, parce que ce sera vraiment, une question de vie ou de mort.

_________________________________________________________


Description physique :
Pourquoi tu veux savoir à quoi je ressemble ? On est sur Tinder 2.0 ici ? C’est quoi la prochaine étape, je me mets à poil devant toi ? Ce ne sera pas forcément aussi joli que tu le penses. J’ai eu un enfant après la fin du monde tu sais, ma grossesse a laissé des traces sur mon corps. De longues vergetures fendent ma peau, partout sous le nombril, ainsi que sur ma poitrine. C’est pas très sexy, mais que veux-tu, j’avais d’autres préoccupations que d’essayer de trouver un tube de crème hydratante pour m’en tartiner sur le bide. Mes cheveux ? C’est clair que c’est pas la grande forme non plus. Ils sont noirs, épais, très longs, foutrement fourchus et pas au top de la propreté, alors je les tresse la plupart du temps. Je vois moins les dégâts, et ça empêche ma fille de coincer ses doigts dans mes longueurs emmêlées. Mon visage ? Que dire. J’ai de grands yeux marrons souvent encerclés de cernes violacées. Je n’ai pas touché à mes sourcils depuis le début de l’apocalypse, donc à ce niveau là c’est un peu le bordel. Mes lèvres ? A part le fait qu’elles sont souvent gercées, fissurées et entaillées, je ne vois pas ce que vous pourriez avoir envie de savoir. En parlant d’entailles, je me blesse souvent, et me découvre régulièrement de nombreuses ecchymoses et égratignures un peu partout sur le corps. J’ai d’ailleurs pas mal de cicatrices, mais la plus impressionnante reste sans doute celle qui me traverse le mollet sur une quinzaine de centimètres. Comment je me suis fait ça ? Disons que j’ai littéralement failli me faire bouffer par un type qui n’était pas en état de décomposition. Mon style vestimentaire ? T'es sérieux ? C'est pas la Fashion Week de Milan, collection automne hiver 2018, c'est l'apocalypse là, garçon. Je me fringue avec ce que je trouve, et ce que j'ai, ce qui se résume à un legging camouflage, un sweat à capuche noir sous un top basique de la même couleur, et des rangers noires sur mes bas de laine. Et je porte toujours autour du cou les plaques militaires de mon défunt compagnon.


Description morale :
Mon caractère ? Pourquoi tu veux que je te décrive mon caractère, je peux pas être objective en parlant de moi-même. Viens passer une journée avec moi et tu en tireras tes propres conclusions en fonction de ce que tu veux savoir. Je suis pas facile à vivre, ça c’est une certitude. Je râle, je blesse. Et si tu me fais chier, je te le dirais, et méfie toi, il y a des grandes chances que cela arrive. Je suis pas sympa comme fille, je ne l'ai jamais été et il n'y a aucune espèce de raison que je le devienne. Je ne suis pas généreuse non plus, les Mère Térésa et autres Abbé Pierre ont eu vite fait de se faire tuer au début de ce merdier, mais je suis loyale, et je n'ai qu'une parole. J'aurais tout donné pour que les gens que j'ai aimé n'aient pas connu les sorts qui ont mené à leur perdition. Si je pouvais les ramener, je le ferais, au péril de ma vie. Pourquoi tu rigoles ? C'est cliché, c'est ça ? C'est vrai que dans tous les films cataclysmiques, le héros fait tout pour sortir sa famille de la merde, tout ça. Mais c'est pas un film, c'est la réalité là. Et quand t'auras vécu ce que j'ai vécu, quand t'auras pleuré autant que j'ai pleuré, et que tu te seras relevé autant de fois que je suis tombée, tu comprendras que tout seul, dans ce monde détruit de partout, si rien ne te retient, tu crèves à petit feu. Je m'étais constitué une famille, de sang et de coeur, et je n'ai désormais plus que ma fille. Tu peux me traiter de fiotte parce que l'équivalent du Pacifique s'est écoulé de mes yeux, deux fois, mais après six ans d'apocalypse, j'ai encore un objectif pour lequel me battre de toutes mes forces ;  élever Roxane aussi bien que possible. Je ne laisserai personne, compromettre mes plans d'une façon ou d'une autre. J'ai du mal à me trouver des qualités je dois dire, quand je vois à quoi ressemble ma vie désormais, je me dis que peut-être Dieu m'a punie et que je n'ai que ce que je mérite. Partant de là, j'ai pas vraiment de raison de penser que je fais les choses bien et que mon karma est positif. J'espère seulement que ce que je fais de bien, je le fais au moins, pas trop mal.


Biographie :
Tous les jours je pense à ce moment. A ce soir fatidique, quand Roxane aura l’âge de comprendre ce qu’il se passe, où elle me demandera pourquoi. Pourquoi on doit se cacher tout le temps ? Pourquoi les gens essaient soit de nous tuer, soit de nous manger ? Pourquoi on est toute seule ? Maman, c’était comme ça, quand toi, tu étais petite ?

Et tous les jours quand je pense à ce moment, je me chie dessus. Je n’ai pas l’intention de lui mentir, je ne vois pas à quoi cela pourrait servir, et j’estime qu’elle est en droit de savoir et de comprendre d’où elle vient. Alors, si ma fille avait quelques années de plus aujourd’hui, voilà ce que je lui raconterais à propos de son histoire.

« Le monde n’a pas toujours été comme ça. Quand je suis née, en 1998, les gratte-ciels tenaient debout, et la lumière à leurs fenêtres faisaient briser New York de mille feux tous les soirs quand la nuit tombait. Il y avait toujours du monde dans les rues, les gens étaient habillés de vêtements propres, portaient leur ordinateur sous le bras et parlaient au téléphone sur le chemin du travail. Comme beaucoup d'enfants, j'avais la chance de manger des repas chauds tous les jours, d’aller à l’école, et de voir mes amis une fois les cours terminés. Et puis un jour, on ne sait pas vraiment pourquoi, les gens ont arrêté de mourir complètement, et les morts qui se relevaient se sont mis à vouloir mordre ceux qui étaient en bonne santé. Mais en les mordant, ils leur transmettaient leur maladie, et les gens en bonne santé devenaient comme eux finalement. Je ne saurais pas t’expliquer en détail comment ce virus fonctionne, mais dans les grandes lignes, c’est ça. J'ai eu de la chance, ton grand père travaillait à la télévision, il avait les informations avant le reste du monde, donc il pouvait avoir quelques minutes d’avance sur les mouvements de foule, il en a profité pour nous faire quitter la grande ville. Il nous a fait quitter New York, et nous a envoyé en Arizona, chez Tante Beth, où une petite partie de la famille a vécu pendant quelques mois. Puis on s’est fait attaquer. Les morts vivants avaient très faim ce jour là. Tante Beth est morte, et j'ai du m'enfuir. Depuis l’Arizona, j'ai marché pendant seize mois, hors des routes afin d’éviter de faire des mauvaises rencontres. Je dormais très peu, ne pouvant m'autoriser de baisser la garde pendant plusieurs heures, mais il arrivait que je trouve des abris, des voitures abandonnées ou des cabanes insalubres dont j'avais appris à crocheter l'accès pour m'y reposer un peu plus longtemps. Je mangeais ce que je trouvais ; des fruits sauvages, des rongeurs, et parfois je pillais des maisons ou des épiceries déjà vidées pour trouver de quoi me sustenter. Je me défendais aussi bien que ma forme de gamine de quinze ans me le permettait, le plus souvent en me cachant, n'ayant pas encore d'arme à feu, et étant trop faible pour me confronter directement à mes éventuels assaillants. J'ai appris à tapisser les murs extérieurs de mes abris d'entrailles fraîches pour camoufler mon odeur, à faire du feu sans fumée avec la méthode de l'allumage par le haut. Finalement, au terme de cette interminable marche solitaire, j'ai atterri dans un endroit que l’on appelait Safepoint, quelque part dans le Nevada. C’était une ville fortifiée, un bastion sécurisé par une présence militaire permanente, et je m'y suis installée, pensant que j'y serais en sécurité. Finalement, il y avait plus de dégénérés ici que sur le reste de la Terre entière, mais il y avait aussi quelques personnes, juste quelques-unes, qui m'ont permis de tenir le coup et qui ont été toute ma vie pendant un long moment, mais commençons par le commencement. J'étais très pauvre quand je suis arrivée, il me fallait gagner de l’argent pour pouvoir survivre un peu plus décemment. Je me suis donc faite engager au bar pour faire un numéro de danse, et c’est là que j'ai rencontré ton papa pour la première fois. Mais finalement, la soirée s'est mal terminée donc je n'ai même pas été payée. J'ai du rester dans la rame de métro désaffectée que j'habitais, où je dormais à même le sol couvert de pisse de chien, à manger les restes de barres chocolatées dans les distributeurs que je crochetais, et la chair crue des rats que je parvenais à attraper. Et un jour, Mark est venu récupérer des pièces détachées dans la station.."

Mark Callahan. J'omettrai sans doute de lui raconter en détail ce qu'il s'est passé ce jour là. Ce serait carrément glauque qu'une mère raconte à sa fille comment un vieux punk dégueulasse lui a volé sa virginité après une course poursuite dans les égouts de Safepoint. Bref, reprenons.

".. et il est devenu très important pour moi. Il s'occupait bien de moi, m'a pris sous son aile, et m'a appris à me défendre. C'était comme un papa pour l'adolescente paumée que j'étais à l'époque. Mark t'aimait beaucoup, Roxane. Un jour, il y a eu la guerre. Je ne comprenais pas véritablement tout ce qui se passait à ce moment là, mais j'ai du partir, avec Papa, en Arizona, pour combattre des méchants. C'était dur. Très dur."

Effectivement. Mais là aussi, je vais peut-être éviter de mentionner ce qu'il s'est réellement passé et de lui décrire l'horreur des circonstances. Je ne lui dirais pas que j'ai envoyé une femme à la mort, ni qu'on a perdu la moitié de notre effectif dans les batailles. Je ne lui dirais pas que j'ai du tuer un enfant qui était prêt à me mordre le bras. Je ne vais pas non plus lui dire que j'ai désobéi aux autres et causé la mort d'un soldat, et que le chef des cannibales a voulu ma peau.

"Quand nous sommes revenus de la guerre, Papa et moi nous sommes installés ensemble. J'ai fais beaucoup de cauchemars, pendant longtemps et j'avais une peur panique du noir et des bruits forts, heureusement que Papa était là."

C'est à ce moment là, chaque fois quand j'y arrive, que toutes les images du passé me reviennent en tête. Dans la rue après l'agression. Dans la forêt. Au moment de s'équiper avant le départ à San Armonico. Nos premiers instants. Son accent français ridicule. Et nos derniers. Son regard bienveillant. Le dernier baiser qu'il m'a donné avant de partir à la caserne, alors que j'étais une grosse baleine enceinte. La dernière fois que j'ai vu son visage, blanc, livide, allongé, nu, dans la morgue de l'hôpital militaire de Safepoint. Putain. Je l'aimais comme une folle. Les larmes qui me montent aux yeux chaque fois que je repense à lui prouvent sans doute que je l'aime encore.

"C'est avec Papa que je me suis perfectionnée en tir. Alexis Ryder, c'était son nom. Il était militaire tu sais, ça veut dire que son travail c'était de protéger les gens. Il m'a protégée, moi, et il t'a protégé toi aussi, quand tu étais encore dans mon ventre. Il t'aimait énormément. Il t'aimait à la folie, alors que tu n'avais même pas encore pointé le bout de ton nez. J'étais heureuse. Divinement heureuse. Puis un jour, un beau jour d'août 2015, il est parti au petit matin. Ce même jour, tu es arrivée, chez Mark à la centrale, entourée d'un joli petit comité d'accueil qui était très fier de découvrir ta frimousse. Parmi ces personnes, il y avait Mark, Tonton Boris, Tonton William, et le docteur chinois dont j'ai oublié le nom. Papa n'était pas là, mais je sais qu'il aurait adoré être présent."

Là encore, la narration de cette partie devient compliquée tant les sanglots m'étranglent. Ce 30 août 2015 a été à la fois le plus beau et la pire journée de toute ma vie. Ma petite fille est venue au monde, sans son papa. Le paradis me laissait un petit ange sur Terre, et a du prendre ce que j'avais de plus cher en échange. Putain, c'est pas juste.

"Par la suite, nous avons vécu toutes les deux, tranquillement, dans un appartement de Safepoint, avant de rencontrer Samuelle, qui nous a rejoint par la suite. Tu allais souvent aussi avec Mark, il adorait te garder quand il n'était pas trop occupé avec son travail. Ton sourire le faisait craquer, c'était adorable. Tu faisais craquer Samuelle aussi, mais elle était tellement persuadée qu'elle n'aimait pas les enfants qu'elle ne l'aurait jamais admis."

Samuelle Aberline. A nous deux, nous aimions penser que nous étions les deux filles les plus badass de Safepoint. Nous avions à peu près le même âge, à peu près la même histoire, mais des tempéraments diamétralement opposés qui faisaient de nous un duo de choc. "Sam & Davis. The two girls with boys names in the orange truck." On pensait avoir la classe internationale avec ce slogan. Ensemble, on n'avait plus peur de rien. C'était elle, et moi, contre le reste du monde.

"Et un jour, nous avons du évacuer. De ce que j'ai compris, des militaires avaient trouvé une bombe dans le bastion, et pendant que les démineurs s'affairaient à la désamorcer, nous devions faire nos bagages très rapidement et embarquer dans le convoi qui nous était assigné pour rejoindre Reno le plus vite possible. Nous devions nous éloigner suffisamment de Safepoint pour ne pas subir l'onde de choc de façon trop dangereuse. Mais la mesure ne devait être que préventive. L'équipe de déminage de l'armée de Safepoint était supposée mettre la bombe hors d'état de nuire afin que nous puissions retrouver nos logements dans la journée. Personne, même pas le Conseil, n'avait imaginé une seconde qu'ils pourraient faillir à leur mission, et nous forcer à l'exode. Et pourtant. C'est dans un énorme champignon de feu que nous avons vu Safepoint se réduire en cendre, faisant voler en fumée les dernières années de nos vies. Ma petite chérie, tu n'avais même pas un an. Nous avons tous pris la route en direction du Nord, dans trois convois différents si je me souviens bien. Pour nous, cela a été plus que compliqué. Nous avons rencontré une énorme tempête. Vraiment énorme. Nous avons eu un accident de voiture, j'ai perdu connaissance. Quand je me suis réveillée, j'étais en tenue de prisonnière, dans une cellule de la Marion County Jail, à Salem, dans l'Oregon, et tu n'étais pas là."

Cet épisode de ma vie va être foutrement difficile à raconter, d'autant que cela la concerne directement. Je travaillais dans les champs, partageait ma cellule avec Samuelle, et entre deux coups de fouet je devenais dingue. Ma rage grandissait peu à peu chaque jour. Je m'en voulais, parce que je n'avais pas su protéger ma fille, et que je n'avais désormais aucun moyen de savoir ce qu'il lui était arrivé. Je n'avais aucune espèce d'idée de si elle était vivante ou non, et si oui, d'où elle était. Et j'en voulais aussi à ces espèces de bouffeurs de merde esclavagistes tout droit sortis du Moyen-Age, de nous traiter de la sorte. J'avais les nerfs à vif, mes idées partaient en vrille, mais quand j'ai entendu, ce jour là, le rire d'une petite fille de deux ans, résonner dans la fraîcheur du matin, j'ai tout de suite su. J'ai su que c'était Roxane, qu'elle était vivante, et qu'elle était toute proche. J'en ai parlé à Samuelle dès que je l'ai revue, et même si elle ne m'a pas crue, elle en a parlé à un autre gars qui lui a transmis des informations. D'après ses dires, tous les enfants en âge de ne pas poser trop de questions ont été recueillis par les gardiens de la prison. Il fallait simplement que je fasse un descriptif physique de l'enfant, et ils pourraient trouver dans quelle famille il avait été placé. C'est ce que j'ai fais. Je cherchais une fillette de deux ans, brune aux yeux bleus, avec une large tache de naissance à l'intérieur du coude droit, et ils me l'ont trouvé. Ma petite Roxane, la prunelle de mes yeux, la chair de ma chair, je savais où elle était. Elle vivait avec la famille du gardien Albert Lipschitz. Ma seule obsession désormais était de quitter cette putain de prison, de buter ce connard et récupérer ma gosse. Le problème, c'est que c'était plus facile à dire qu'à faire. Mais à ce moment là, un détenu du nom de Azad Kamrane avait déjà des plans pour faire exploser l'institution de l'intérieur. Je l'ai rencontré, lui ai parlé de ma situation, et l'ai immédiatement rejoint. J'étais plus que déterminée à faire tomber la prison, et pour cause, je faisais tout ce qu'Azad me demandait, peu importe ce que cela impliquait. Le plan se construisait petit à petit, et se perfectionnait jour après jour, et je jubilais. Et puis un beau jour, l'émeute s'est déclarée. Je n'avais pas de rôle spécifique pendant l'opération, Azad m'ayant confié pour seule mission la récupération de ma petite, et l'ordre de rejoindre l'une des futures planques des Offsprings, en ville, une fois Roxane dans mes bras. Alors voilà comment j'ai procédé. Lorsque ma cellule fut ouverte, je suis partie à contresens de la foule. J'ai buté une gardienne, ai volé son flingue et ses vêtements que j'ai enfilé avant de me tirer vers le bâtiment résidentiel des gardiens, et plus précisément l'appartement de Lipschitz. Quand j'ai ouvert la porte le plus silencieusement possible, sa femme était assise à la table de la cuisine, et tricotait des chaussons. Je l'ai surprise par derrière, l'ai étranglée avec le câble d'une multiprise et ai récupéré ma gamine qui dormait dans la chambre à côté. Je l'ai plaquée contre moi, l'ai attachée à mon corps aussi solidement que j'ai pu, et j'ai quitté le bâtiment dans mon déguisement, prétendant que j'évacuais la petite pour garantir sa sécurité.

"Et puis je t'ai retrouvée, et nous sommes parties loin de cette prison. Nous avons retrouvé les Offsprings comme prévu. C'est avec eux que nous vivons à présent."

Effectivement, j'ai quitté la prison sous couverture, et ai précautionneusement rejoint le point de rendez-vous dicté par Azad. J'ai été la première sur les lieux, donc j'ai failli avoir des problèmes quand les premiers Offsprings sont arrivés et qu'ils m'ont vue avec mon uniforme complet de gardienne, mais ce fut plus de peur que de mal. Désormais, c'est là que je vis, avec les Offsprings. C'est grâce à Azad que j'ai pu récupérer Roxane, alors pour lui exprimer ma reconnaissance, je continue à lui rester fidèle, et en remplissant aussi bien que possible les missions qu'il me donne. Mais même si j'ai un toit au dessus de la tête, je ne dors pas sur mes deux oreilles. Je vois encore la tête que faisait Al Lipschitz quand je l'ai croisé à quelques pas de son appartement, dans les couloirs de la prison. Je revois son regard plein d'inquiétude en me donnant le rendez-vous pendant lequel il récupérerait celle qu'il a considéré quelques mois comme étant son enfant. Et je réentends tous les soirs avant de m'endormir le cri qu'il a poussé, quelques secondes après, en voyant sa femme, morte, dans la cuisine et qu'il a compris ce qu'il venait de se passer. "Je te tuerai Inverness ! Tu mourras de ma main, salope !"

"Voilà ma chérie, tu sais tout ce qu'il y a à savoir. Tu devrais aller dormir maintenant, il est tard. Fais de beaux rêves. Je t'aime Roxane Annabelle Ryder."




_________________________________________________________


Inventaire de départ (sans compter un sac à dos)

1 objet moyen (commun ou répandu) : Une couverture d'enfant tâchée
2 petits objets (commun ou répandu) : Un Glock 17, une sangle
3 objets minuscules (commun ou répandu) : Une boîte d'antibiotiques, 15 cartouches de 9mm, un vélo


_________________________________________________________

Pseudo : DADOU I GUESS
Age IRL : 19
Comment as-tu trouvé le forum ? Dude..
Des suggestions ? FREE THE NIPPLE, KICK THE BALLS.
A part l'event d'exode, j'ai en ma possession tous les RP passés de Davis, y compris l'event à San Armonico. Si vous voulez récupérer un texte, n'hésitez pas à me le demander !  





Codage par Sélène sur Never Utopia



Dernière édition par Davis G. Inverness le Jeu 20 Oct - 16:19, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maître du Jeu
Messages : 197
Date d'inscription : 03/05/2015

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles:
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
20/20  (20/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar

Rebonjour Davis, et rebienvenue sur ZA!

Un plaisir de voir un personnage aussi ancien revenir tenter sa chance sur ZA. Évidemment, très peu de chose à redire sur la description physique, psychologique et sur la biographie. Ton ancienneté et ton expérience sont très vite visibles. Quelques détails te séparent de ta validation.


  1. Il te faudrait signer la charte de ZA avant toute chose.

  2. Premier élément important, il faudrait que tu décrives en quelques mots les capacités dont Davis est capable à côté de ses compétences et de ses attributs. Les fiches de Kelsey S. Williams, Wei Jian, et Caleb Beauharnois peuvent te donner 3 exemples de ce qui serait idéal, mais tu n’as pas à reproduire cela à la perfection.

  3. Pour tes points il y a deux aspects que j’aimerais que tu ajustes. Dans tes attributs, il s’agit de l’intellect. Davis n’ayant jamais eu une éducation très poussée, 75 est très élevé en mon sens. Je suis totalement capable de reconnaître qu’on n’a pas besoin d’avoir été à l’université pour être brillant, mais le score est quand même trop élevé vu le background de Davis. Un 45 ou 50 cadrerait mieux, et tu pourrais investir les points gagnés en Perception. Un attribut qui, de ce que j’ai compris en lisant la biographie de Davis, a dû lui être indispensable. Surtout dans ses premières années de survie.  

  4. Dans les compétences, c’est le tir qui est trop élevé. Davis sait se défendre, mais la valeur est trop grande actuellement. Même les entraînements qu’elle a reçus avec Alexis et les membres de la Famille ne peuvent pas justifié un tel score. Pour refléter son adresse, 50 me paraît totalement adéquat, et tu pourrais réinvestir ces points dans l’exploration et la discrétion puisque cela semble être des talents qu’elle a largement mis à profit au fil des 6 ans d’apocalypse.

  5. Dernier détail sur le sujet, ta compétence libre « Crochetage » est en fait déjà prise en charge par le Larcin. Tu gagnerais beaucoup à mettre tes 45 points dans cette compétence puisque tu augmenterais considérablement tes chances de réussite.

  6. Côté scénaristique, sachant que tous les gardiens de la Marion vivaient à même les bâtiments de la prison, Lipschitz (très bon nom by the way) et sa famille aurait été dans les murs du complexe lors de l’émeute. Que tu aies reprises ta fille ne me dérange pas, mais il te faudrait modifier les événements pour prendre en considération le fait que Roxanne était dans la prison.

  7. Finalement, comme tous les nouveaux inscrits doivent être membre des Offsprings, il faudrait que tu décrives comment tu les as rejoints après la fin de l’émeute et comment tu t’es intégrée/adaptée à leur organisation.


Ajuste ces quelques points et tu seras réintégré dans la famille de notre forum. Si tu as des questions, n’hésite pas à m’en faire part par MP.

Cordialement,

Mastermind

_________________________________________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 200
Date d'inscription : 12/07/2016
Age du Personnage : 20

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles: 1
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
0/20  (0/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
J'ai déjà signé la charte de ZA, et le point 2 a été modifié. 30 points d'intellect ont été sacrifiés et transférés en Perception, et les points de crochetage ont été comptés dans la compétences "larcins".

Ensuite, en ce qui concerne le tir, Davis a actuellement, 75/375, et elle avait lors de son arrivée à Safepoint, 50 sur une base de 200 points.. Si l'on s'en tient au jeu pur et dur, et si je devais baisser cette performance maintenant, mathématiquement cela voudrait dire qu'elle a régressé.. (75/375=20%<25%=50/200).

Sur ce, j'éditerai le "kidnapping" de Roxane sous peu.

_________________________________________________


INVERNESS ★ no one around here is good at keeping their eyes closed. the sun's starting to light up when we're walking home. tired little laughs, gold-lie promises : we'll always win at this i  don't ever think about death. it's alright if you do, it's fine. we gladiate but I guess we're really fighting ourselves. roughing up our minds so we're ready when the kill time comes. wide awake in bed, words in my brain, "secretly you love this do you even wanna go free?" let me in the ring, i'll show you what that big word means
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maître du Jeu
Messages : 197
Date d'inscription : 03/05/2015

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles:
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
20/20  (20/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
Même si la base de point a augmenté, le talent de Davis lui ne s'est pas modifié. Sur une échelle de 100, si elle avait 50 autrefois, elle ne devrait pas avoir plus de 50 cette fois ci. Les 100 points supplémentaires essayaient de refléter l'expérience qu'a acquis ton personnages depuis les 6 ans d'apocalypse, et le 50 que Davis a actuellement est justement dû à ce que ses mentors lui ont montré.

Pour la signature, je m'en excuse, je n'avais pas vu que tu avais signé en juillet. Tu n'as donc pas à t'en soucier.

Tu n'auras qu'à me prévenir quand tu auras fais tes modifications.

Mastermind

_________________________________________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 200
Date d'inscription : 12/07/2016
Age du Personnage : 20

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles: 1
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
0/20  (0/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
Job's done boss !

_________________________________________________


INVERNESS ★ no one around here is good at keeping their eyes closed. the sun's starting to light up when we're walking home. tired little laughs, gold-lie promises : we'll always win at this i  don't ever think about death. it's alright if you do, it's fine. we gladiate but I guess we're really fighting ourselves. roughing up our minds so we're ready when the kill time comes. wide awake in bed, words in my brain, "secretly you love this do you even wanna go free?" let me in the ring, i'll show you what that big word means
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maître du Jeu
Messages : 197
Date d'inscription : 03/05/2015

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles:
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
20/20  (20/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
Ta fiche est excellente, vraiment, mais le score en tir est toujours trop élevé. Je me base non seulement sur le fait que tu avais 50 autrefois, mais aussi sur l’échelle que nous avons élaborée. Un 75 équivaut à un « expert de talent », et Davis, malgré toutes ces années ne peut pas rivaliser un tel degré selon moi. Tu surpasses des militaires entraînés de longue date actuellement, et un tel score initial sera probablement réservé qu’à des personnages ayant réellement eu une vie dédiée au combat et à l’utilisation d’arme à feu. Malheureusement, lorsqu’on lit ta fiche, la seule réelle mention d’un entraînement aux armes fut lorsque tu as été formé par Alexis et Mark. Même avec le bagage de survie que Davis possède, cela ne peut tout simplement pas justifier un 75, ce n’est pas réaliste. Cependant, je te propose de le descendre à 60 au lieu de 50. J’ai remarqué que c’est le score de Kelsey S. Williams, et il me semble adéquat pour Davis. Tu pourras replacer les 15 autres points en exploration, en discrétion, en mouvement ou en survie sans problème.

Au plaisir de te voir revenir dans notre famille!

Mastermind

_________________________________________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 200
Date d'inscription : 12/07/2016
Age du Personnage : 20

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles: 1
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
0/20  (0/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
Oups. Ceci est une erreur de copier/coller. C'est réglé !

_________________________________________________


INVERNESS ★ no one around here is good at keeping their eyes closed. the sun's starting to light up when we're walking home. tired little laughs, gold-lie promises : we'll always win at this i  don't ever think about death. it's alright if you do, it's fine. we gladiate but I guess we're really fighting ourselves. roughing up our minds so we're ready when the kill time comes. wide awake in bed, words in my brain, "secretly you love this do you even wanna go free?" let me in the ring, i'll show you what that big word means
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maître du Jeu
Messages : 197
Date d'inscription : 03/05/2015

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles:
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
20/20  (20/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
Bienvenue sur le forum !

Ton personnage est désormais validé, tu intègres le groupe des Offsprings of Freedom.

Tu as maintenant accès à ton Espace Personnel, et avant de commencer tu devras effectuer les quelques actions suivantes :


  • Ouvrir tes quatre sujets obligatoires (bilan de tes RPs, inventaire personnel, tes relations, et tes lancers de dé).
  • Activer ta feuille de personnage. Pour se faire, clique sur ton profil, et regarde bien la ligne d'options au-dessus de l'encadré noir. Au bout à droite tu en verras une nommée "feuille de personnage". Il suffit de l'activer, et d'ajuster les paramètres qui s'y trouvent (le nombre de RP complétés et ta réserve de point 6e sens qui passe à "1" avec ton inscription)

En espérant que tu te plairas parmi nous, à bientôt en jeu !

_________________________________________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
DGI > Karma is a bitch. So is Al Lipschitz [TERMINEE]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Karma : équilibré ou pas ?
» Le jeu du Karma!
» Mauvais Karma ! [with Jake]
» Karma Petite caniche 4kg 10 ans Cani-séniors ADOPTEE
» Isabelle ,frappée par le karma a finit comme Alexandre KL9.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Zombie Apocalypse :: Hors Jeu :: Registre des Survivants :: Chroniques vécues-