Life is but a journey, an ephemeral and fragile one. Now it simply became bloody as well...
Jericho est de retour, et ses sbires ont remis en marche l’entreprise d’esclavagisme qu’ils semblaient avoir mis en veilleuse depuis quelques mois. N’importe quel survivant est une cible potentielle pour le regroupement de pillards et Dieu seul sait ce qui arrive alors aux pauvres âmes qui en sont les victimes… Le seul espoir des survivants de la ville s’incarne dans le maître d’orchestre de la seule victoire que les rescapés de Salem ont arraché à Jericho, Azad Kamrane. C’est-à-dire, l’homme derrière la chute de la Marion et qui a dans le même temps remis en liberté les esclaves que les Raiders avaient si durement rassemblés à l’intérieur des murs de la prison. L’Iranien a poursuivi les préparations de la lutte à venir, mais au-delà des questions concrètes qu’il lui faut considérer, plusieurs interrogations restent sans réponse. Qui sont-ils réellement? Que veulent-ils? Où sont-ils? Que font-ils de leurs victimes? Combien de personnes suivent Jericho? Autant d’inquiétudes auxquelles le leader des Offsprings devra très rapidement trouver des réponses…
CharteContexteFonctionnalitésBazarEspace PersonnelScénarios
A savoir
# Un event important est actuellement en cours ! N'hésitez pas à suivre son déroulement ici → An unreachable, yet invaluable prize...
#
Contexte
De l'humanité il ne reste presque plus rien. Derniers survivants face à la menace zombie, vous avez combattu la peur, la maladie et la misère. Six années se sont écoulées, combien de jours tiendrez-vous encore ? Nous sommes en 2017 et le monde a été plongé dans le chaos suite à une catastrophe biologique. Que vous veniez de Central City ou de contrées plus éloignées, votre course effrénée pour la survie vous a mené jusqu'à Salem, dans l'Oregon. L’accalmie qui régnait dans les derniers mois s’est terminé dans le sang et la douleur avec le retour des Raiders qui sont sortis de l’ombre dans laquelle ils se trouvaient. Ils ont depuis repris leur entreprise sombre, et tout être humain encore dans les environs, homme, femme et enfant sont à risque d’être faits prisonniers comme ils l’ont fait lors de leur arrivée en mars. Dans ce monde totalement changé, le danger rôde à chaque instant, et l’avenir de tous ceux se trouvant dans Salem est voilé d’une incertitude qui n’est pas près de se lever. Face à un tel raz-de-marée de sauvagerie, la survie de tous dépendra des actions individuelles de chacun... Et vous, qu'attendez vous pour nous rejoindre ?
Remerciements
Nous tenions à remercier le forum Never-Utopia grâce à qui le forum peut aujourd'hui connaître un renouveau. Un merci aussi à nos joueurs pour leur patience et leur soutien après tout ce temps. ZA n'est pas encore parfait, mais grâce à vous il vit. Un merci également aux administrateurs qui donnent de leur temps et ne cessent d'essayer d'améliorer le forum et le confort des joueurs...

Longue vie à ZA, et que la passion de l'écriture continue de nous lier, tous ensemble, dans cet univers.
Zombie Apocalypse
Saison 5 : A Battle for Freedom

Partagez | 
 

 Quand le ciel nous tombe sur la tête

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Messages : 144
Points : 1046
Date d'inscription : 21/05/2015
Age du Personnage : 27
Résidence du Personnage : Alentour de Salem
Emploi du Personnage : Aucun
Rumeur : "La folle"

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles: 1
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
4/20  (4/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
Alors que la jeune femme fermait les yeux pour ne pas avoir à supporter les images des deux corps qui lui étaient tombés dessus, elle entendit des bruits de pas pressées, et reconnu les voix de Caleb et Terry. Le timing avait été parfait, et même si ils avaient voulu le faire exprès, ils n’auraient pas réussit aussi bien. Les garçons écartèrent la menace pour quelques secondes, le temps pour Niomi de se dégager de sa prison de chair, et de se relever. Aussitôt debout, elle recula vite avant que d’autres zombies ne les attrapes, elle et ses compagnons. Le sang encore dégoulinant sur le visage, elle replaça son sac sur son dos et repris l’arme de Terry à deux mains, puis se jeta dans l’ouverture que laissaient encore les créatures.

Elle sauta sur l’un d’entre eux qui étaient un peu trop près, le faisant tomber par la même. Puis elle courut hors de la horde, se retournant pour vérifier que les autres aient suivit après elle. Elle ralentit un peu la course et fit un signe à Terry de se rapprocher d’elle. Elle lui tendit ensuite l’arme qu’il lui avait prêté et qu’elle avait essayé de ne pas trop abîmer jusque la.

- J’ai tirer 6 fois.

Elle chercha dans ses yeux une approbation ou un quelconque autre signe de réaction, puis elle détourna la tête pour regarder devant. Elle repris un peu de vitesse et tenta d’avancer au plus vite vers le sud, en prenant autant de raccourcis qu’elle en connaissait. Elle prenait le chemin qu’ils avaient parcourus jusqu’ici avec Caleb en cherchant Terry, et essayait de bien se repérer grâce au souvenirs qu’elle avait de leur passage initial.
Foks la suivait de près, un peu fatigué de courir depuis de longues minutes maintenant. Il avait l’habitude depuis qu’il avait été adopté, car Niomi courait relativement tout le temps. Mais il était jeune, et peut être un peu sous-nourri. Comme tout le monde, en fait.

La lune était bien haute dans le ciel quand ils décidèrent de s’arrêter. Ils marchaient déjà depuis un bon moment, reprenant leur souffle de la fuite dans une course effrénée. Ils étaient arrivés devant un immense parking, surement un grand parking pour camion à en juger du marquage au sol et des conteneurs au fond. Il y avait quelques carcasses explosée et des débris en tout genre, mais surtout, le tout était fermé par un grillage, et un portail cadenassé. Il y avait quelques ouvertures dans le grillage, et Niomi en profita pour se faufiller à l’interieur de ce qu’elle esperait être leur repère pour la fin de nuit.

Elle s’avança prudement, la machette dans les main, et fit un petit tour d’exploration avant de se rapprocher des conteneurs. Elle trouva les restes d’un feu de camp et les bidon d’esscence à moitié cramés qui gisaient à côté. En cherchant un peu, elle en trouva un un peu plus loin, qui avait l’air entier. Elle ne savait pas quoi en faire, mais c’était rare l’essence, et ça pouvait s’échanger contre de bonnes choses. Elle le ramena en revenant vers les conteneurs. Elle examina un peu ses derniers, tentant d’en trouver un ouvert. Il ne lui fallut pas très longtemps pour en repérer un. Les conteneurs étaient enpilés les uns sur les autres, et faisaient surement moins de deux mètres de haut. Niomi se hissa donc au premier niveau des conteneurs ou elle grimpa dans l’un d’entre eux qui n’avait pas du tout de porte. Puis elle continua d’évoluer vers celui qu’elle avait repéré précédemment.

Il y avait une odeur de renfermé, mais rien qui paraisse ni moisis ni trop vivant. Elle ouvrit la porte en grand pour laisser entrer la lumière de la lune, et fit signe aux autres de venir. L’endroit avait vraiment l’air d’un ancien squat d’ados. Et Niomi se revit pendant ses séances de parkour avec son frère et ses amis..
Elle s’assit sur le rebord pour regarder le ciel, et ils se mirent a discuter tout les trois. Ils resteraient surement un moment ensembles, mais qui sait de quoi serait fait leur lendemain ?

Spoiler:
 

_________________________________________________



Spoiler :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 710
Points : 1593
Date d'inscription : 07/07/2015
Age du Personnage : 26
Résidence du Personnage : Offsprings
Emploi du Personnage : Garagiste/Chasseur

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles:
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
20/20  (20/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
La petite s'en était sortie pas trop mal, enfin ... vivante en tout cas. Quelques instants de plus aux garçons pour la rejoindre et cela n'aurait sans doute pas été pareil. Caleb était rassuré et commanda les défenses. Maintenant qu'ils étaient à l'extérieur, en plein soleil, il prit en temps pour l'observer des pieds à la tête. Cette dernière était amochée. Et à le voir balayer l'air de son épée, cela lui donnait un air de chevalier moyenâgeux.
Le moyen âge... La société avait-elle fait un grand retour arrière ? Plus d'hôpital, d'école, d'accès à l'eau courante, les dernières technologies inutilisables faute d'énergie disponible. Il restait bien quelques flingues mais pour combien de temps ? La peste noire avait à son époque décimé plus de la moitié de la population mondiale en une poignée d'années. Le nouveau fléau c'était les zombies et à vue de nez, on pouvait bien croire que cette fois aussi la moitié des humains avait succombé.

Sortant de ces réflexions, Terry n'en oublia pas qu'il avait un sac à récupérer. Il retourna rapidement sur le toit effondré, dégageant le passage à la hache des quelques obstacles à deux pattes. Il plongea le bras dans l'ouverture par laquelle il s'était extirpé et attrapa ses affaires avant de rejoindre ses nouveaux compagnons.
Niomi avait eu le temps de décider du chemin à prendre. Ils suivirent d'un bon pas la petite sauterelle. Elle marqua une pause un peu plus loin pour lui rendre son pistolet. Terry lui retourna un grand sourire pour la remercier d'en avoir pris soin bien qu'elle n'avait pas à être autant économe sur les munitions. Un bon zombie est un zombie mort et Terry n'était pas regardant à la dépense.
D'ailleurs pour lui montrer qu'elle aurait pu l'utiliser davantage, il dégomma avec application les 5 zombies les plus proches d'eux. Il rengaina avec un sourire amusé et fit signe de la main qu'on pouvait continuer la balade.

Elle les conduisit au bout de plusieurs heures à un hangar à camions et conteneurs. Ce serait leur planque de la nuit. Le grillage était haut et l'ouverture dans le portail réduite. Ils devraient être à l'abri des zombies. Mais de eux seuls. Terry restait méfiant. Un 2nd plan de sortie était nécessaire.
Niomi les conduisait dans un conteneur en hauteur (au 1er étage).
Caleb ne tenait pas la grande forme après tous ses événements, il l'aida à se hisser à l'étage. Terry se demanda s'il était pertinent de le soigner, mais se rétracta. Ils étaient deux, ils auraient de quoi s'en charger eux mêmes. Idem pour la bouffe, Terry se garda d'entamer sa dernière ration.
Il se tint à l'entrée du conteneur, observant l'horizon.

- C'était une rude journée.

Il se retint de dire qu'ils s'en étaient bien sortis. Seul Terry avait vraiment eu de la chance bien qu'il ait encore échoué à trouver une moto. Sentant encore un peu d'énergie à dépenser et ne voulant pas abandonner son idée de trouver une sortie de secours, il posa son sac, rechargea son arme et s'apprêta à redescendre.

- Je reviens de suite.

Il avait une ou deux idées dernière la tête, l'inspiration lui viendra en fonction de ce qu'il trouvera. Des planches, des grandes planches de bois, de 2 bons mètres de long. Cela ferait l'affaire. Il choisit les 2 plus solides et les hissa au niveau de leur conteneur avant de les y reposer à plat. Il y avait -avec même de la marge- la longueur suffisante jusqu'au grillage sur l'arrière. En cas de nécessité, il n'y aurait plus qu'à les glisser sur le haut de ce grillage, comme une passerelle, pour se retrouver d'un bond de l'autre côté. Simple et efficace.
En se frottant les mains, il retourna auprès des 2 autres qui l'avaient vu faire. Il jeta un oeil à Caleb.

- Comment vont ces blessures ?

Avec Caleb, ça faisait encore une personne de plus hostile aux Raiders. Il avait bien envie de leur parler des autres qu'il a croisés en ville ...

Inventaire:
 

_________________________________________________

<< Des créatures de Dieu qui s’étaient endormies en pleurant,
ouvraient les yeux pour pleurer de nouveau. >>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 485
Points : 1437
Date d'inscription : 03/05/2015

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles: 2
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
3/20  (3/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
L’ouverture créée par mes coups de cimeterre et mon gracieux coup de pied dans les dents du zombi permit à Niomi de se faufiler de dessous les corps qui l’ensevelissait et à reprendre pied pour fuir. La sachant toujours vulnérable, mon ardeur se quintupla afin de repousser et de mettre en pièce n’importe quel Z en approche. En ce moment, la douleur à ma tête et les ecchymoses qui me couvraient l’entièreté du corps avaient disparu de mes préoccupations. Tout ce qui importait à mes yeux était d’assurer que Niomi sorte du cercle mortel qui était en train de se créer.

Terry accompli son rôle à la lettre, envoyant sa hache frapper alternativement, crâne jambe et torse pour mettre hors d’état de nuire toute potentielle menace. Ce fut l’opportunité que profita la jeune dame pour se faufiler à toute jambe au dehors de l’étau tandis que moi et Terry lui emboîtions le pas d’un même rythme.

Un détour plus tard, avec le peu d’avance que nous avions sur nos poursuivants, j’étais sur le point de lui rappeler de reprendre la route lorsqu’il trouva ce qu’il avait besoin, une trousse d’outil à en juger par la forme. Vu l’utilité que cela avait eue dans notre survie, je ne voyais plus trop d’inconvénients à ce qu’on prenne quelques minutes pour ramasser cela.

Commença alors une très pénible étape de notre voyage, une course excessivement longue, digne d’un marathon en fait… En temps normal j’avais l’endurance et le cardio de faire une bonne distance, mais je n’étais pas à mon meilleur, non seulement étais-je blessé par le coup que j’avais reçu à la tête et qui continuait à saigner, mais en plus, je venais de donner une énergie considérable pour protéger mes comparses. Ces deux conditions, ajoutées au fait que chaque nouveau groupe de Z en approche nous forçait à reprendre le rythme sans que je puisse me reposer, n’auguraient vraiment rien de bon.

Je fis tout ce qui était en mon pouvoir pour l’éviter, mais j’atteins une limite que mon corps avait peine à supporter. Je dus m’arrêter au beau milieu de la route, inspirant et expirant bruyamment avec mon corps replié sur moi-même tandis que les Z à environ 300m de nous continuaient leur avancée inexorable.  J’avais la tête qui tournait et une sensation désagréable de brûlure due à l’éreintement dans ma gorge.

Les deux têtes inquiètes se tournèrent vers moi.

Allez Caleb, come on! Me dis-je pour me donner un autre coup de fouet.

Je leur envoyai la main pour leur dire de continuer et repris à nouveau la cadence, à un rythme beaucoup plus lent qu’au départ, mais ils ralentirent au moins pour ne pas me distancer. Je pus tenir encore un peu comme cela avant d’avoir à m’arrêter de nouveau. Posant un genou à terre et prenant ma tête de ma mauvaise main pour amoindrir la sensation de martèlement qui se faisait sentir.

Ma faiblesse fut le signal que notre course devait s’arrêter bientôt, et Niomi se mit alors en quête d’un endroit sécuritaire ou passer la nuit qui était déjà tombée en cette chaude nuit d’été. Nous avions entre-temps réussi à semer nos poursuivants et la nuit était tombée. Notre comparse reposa son choix sur ce qui semblait être un parking vide rempli de conteneur. Comme j’étais visiblement incapable de les aider à sécuriser l’endroit. Je me contentais de rester accoter contre le grillage, tout en me concentrant pour contrôler les étourdissements qui continuaient de faire rage dans mon crâne.

Ce fut Niomi qui arriva à trouver une faille dans le grillage de l’endroit. Vestige de la présence très probable de nomade post-apocalyptique ayant élu domicile au même endroit. Terry sembla rester sur ses gardes, mais il savait pertinemment qu’on ne pourrait pas aller plus loin ce soir.

Je réussis à me faufiler de peine et de misère dans le passage trouver par Niomi, et la voyant fouiller les environs, je fis de même afin de voir ce qu’il y aurait d’intéressant dans ce dépotoir apparemment vide. Malheureusement, il n’y avait rien d’utile. Un briquet à moitié vide, des planches de bois beaucoup trop lourdes à transporter et une conserve pourrie sur le banc d’une voiture déjà défoncée.

Avec mes maigres trouvailles, je suivis finalement le reste de notre trio qui semblait s’être résolu à se hisser à l’intérieur d’un conteneur situé en hauteur pour éviter la présence d’indésirables. Étant donné mon état de santé globale, et surtout de ma mauvaise main, Terry dut donner un coup de main pour aider à hisser ma carcasse à l’intérieur de la structure de tôles ondulées.

Une fois la porte du conteneur franchie, je roulai sur moi-même en grognant faiblement de l’inconfort causé par le plancher inconfortable. Au moins cela ferait l’affaire pour me reposer, en tout cas, mes pieds jubilaient déjà d’être enfin délesté du fardeau que je représentais et qu’ils transportaient depuis des heures. Foks dans un coin de notre boîte de conserve m’avait vu m’effondrer de fatigue et avait lâché un petit couinement avant de s’approcher de moi pour me lécher la joue. Le pauvre semblait presque compatir avec mon état de fatigue extrême!

Je restai couché un instant. Les yeux fermés et inspirant profondément pour me reposer tandis que Niomi se penchait sur mon cas. Je l’entendis sortir de son sac la trousse de premiers soins qu’elle avait apportée et faire une rapide auscultation de l’énorme protubérance qui poussait sur mon crâne et du reste de mes blessures apparentes.

-Ce fut une rude journée, dit finalement Terry en brisant le silence anormal qui régnait au sein de notre petit groupe.

À qui le dis-tu… Pensais-je en secouant la tête.

Autant j’étais heureux d’avoir retrouvé la personne que Niomi voulait absolument retrouver, autant je ne savais pas encore trop quoi en penser. Terry n’était pas un Raider, ni un des trop nombreux pillards génériques qu’on peut croiser sur la route, mais il avait tout de même été incroyablement téméraire en essayant de me confronter alors que j’avais la possibilité de lui mettre du plomb dans la tête. Était-ce le genre de personne qui pourrait nous sortir du pétrin, ou au contraire, nous traîner dans des histoires comme ce que nous venions de vivre aujourd’hui? Après tout, c’était principalement à cause de lui si la grange c’était effondré…

Je reléguai cette pensée aux confins de ma tête. Je ne savais pas à quel point mes blessures étaient graves, mais je savais en mon for intérieur que cette histoire aurait pu se terminer bien plus mal encore… Alors je n’avais pas à devenir chiant sur le sujet.  

Entre-temps, Terry avait disparu de notre abri en redescendant dans le stationnement avant de revenir avec deux planches de bois du tas que j’avais vu plus tôt. Ma curiosité m’amena à l’observer faire et je souris faiblement en voyant son idée. Ça pourrait effectivement nous être utile.

-Comment vont ces blessures ? Me demanda-t-il en s’accroupissant près de moi et Niomi.

-Long story short… Ça va, mais ça pourrait aussi aller mieux, dis-je avant que Niomi ne rende son propre verdict médical. J’ai l’impression que c’est surtout la combinaison de fatigue, de déshydratation et de la faim qui m’a fait flancher sur ces derniers kilomètres. Sur ce, je vais suivre l’exemple de Foks si vous n’y voyez pas d’inconvénients. On causera demain sur le chemin du retour.

Et même s’ils en voient un, je m’en contre-câlisse…

Morphée m’attendait au détour avec une brique et un fanal, puisque du moment que je m’allongeai de tout mon long sur les tôles de métal, je sentis l’inconscience m’emporter dans la pénombre dans les secondes qui suivirent.

Fin du RP pour Caleb



Inventaire:
 

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Quand le ciel nous tombe sur la tête
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Quand le destin nous guide sur le droit chemin [PV Brent]
» Quand l'ennui nous pousse à faire de drôles de choses... [ LIBRE ]
» Quand la vie nous fatigue, à quoi bon s'accrocher ? Certains diront que je suis une lâche mais non, c'est faux.
» GRAVITY † quand le ciel te tombe sur la tête
» Le ciel nous tombe sur la tête

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Zombie Apocalypse :: Zone de Salem :: Salem Est :: Campagne avoisinante-