Life is but a journey, an ephemeral and fragile one. Now it simply became bloody as well...
Jericho est de retour, et ses sbires ont remis en marche l’entreprise d’esclavagisme qu’ils semblaient avoir mis en veilleuse depuis quelques mois. N’importe quel survivant est une cible potentielle pour le regroupement de pillards et Dieu seul sait ce qui arrive alors aux pauvres âmes qui en sont les victimes… Le seul espoir des survivants de la ville s’incarne dans le maître d’orchestre de la seule victoire que les rescapés de Salem ont arraché à Jericho, Azad Kamrane. C’est-à-dire, l’homme derrière la chute de la Marion et qui a dans le même temps remis en liberté les esclaves que les Raiders avaient si durement rassemblés à l’intérieur des murs de la prison. L’Iranien a poursuivi les préparations de la lutte à venir, mais au-delà des questions concrètes qu’il lui faut considérer, plusieurs interrogations restent sans réponse. Qui sont-ils réellement? Que veulent-ils? Où sont-ils? Que font-ils de leurs victimes? Combien de personnes suivent Jericho? Autant d’inquiétudes auxquelles le leader des Offsprings devra très rapidement trouver des réponses…
CharteContexteFonctionnalitésBazarEspace PersonnelScénarios
A savoir
# Un event important est actuellement en cours ! N'hésitez pas à suivre son déroulement ici → An unreachable, yet invaluable prize...
#
Contexte
De l'humanité il ne reste presque plus rien. Derniers survivants face à la menace zombie, vous avez combattu la peur, la maladie et la misère. Six années se sont écoulées, combien de jours tiendrez-vous encore ? Nous sommes en 2017 et le monde a été plongé dans le chaos suite à une catastrophe biologique. Que vous veniez de Central City ou de contrées plus éloignées, votre course effrénée pour la survie vous a mené jusqu'à Salem, dans l'Oregon. L’accalmie qui régnait dans les derniers mois s’est terminé dans le sang et la douleur avec le retour des Raiders qui sont sortis de l’ombre dans laquelle ils se trouvaient. Ils ont depuis repris leur entreprise sombre, et tout être humain encore dans les environs, homme, femme et enfant sont à risque d’être faits prisonniers comme ils l’ont fait lors de leur arrivée en mars. Dans ce monde totalement changé, le danger rôde à chaque instant, et l’avenir de tous ceux se trouvant dans Salem est voilé d’une incertitude qui n’est pas près de se lever. Face à un tel raz-de-marée de sauvagerie, la survie de tous dépendra des actions individuelles de chacun... Et vous, qu'attendez vous pour nous rejoindre ?
Remerciements
Nous tenions à remercier le forum Never-Utopia grâce à qui le forum peut aujourd'hui connaître un renouveau. Un merci aussi à nos joueurs pour leur patience et leur soutien après tout ce temps. ZA n'est pas encore parfait, mais grâce à vous il vit. Un merci également aux administrateurs qui donnent de leur temps et ne cessent d'essayer d'améliorer le forum et le confort des joueurs...

Longue vie à ZA, et que la passion de l'écriture continue de nous lier, tous ensemble, dans cet univers.
Zombie Apocalypse
Saison 5 : A Battle for Freedom

Partagez | 
 

 After the rain there's always a Rainbow... [En Cours]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Messages : 333
Date d'inscription : 09/05/2015
Age du Personnage : 25
Résidence du Personnage : QG des Offsprings of Freedom.
Emploi du Personnage : Survivante à temps plein.
Rumeur : Pas encore à ma connaissance.

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles:
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
20/20  (20/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar





Kelsey S. Williams
aka Susan Coffey


« Moi je ne veux pas survivre... Je veux vivre. »




Nom complet : Kelsey Shannon Williams
Date et lieu de naissance : 15 mai 1992, Los Angeles
Nationalité : Américaine
Groupe : Offsprings of Freedom
Caractéristiques (375 pts à répartir) :
Force : 0 : Son apparence frêle suffit à le faire comprendre, elle a moins de force que la plupart des gens. Les années de survie et les carences n'ont d'ailleurs pas amélioré le tout.
Agilité : 70 : Des années de d'entraînement en gymnastique l'ont rendue d'une très grande souplesse et d'une agilité peu commune. Elle est capable de beaucoup de précision et a une très grande maîtrise de son corps.
Endurance : 50 : Sa pratique sportive lui a conféré une assez bonne endurance qu'elle a su conserver après l'épidémie. De plus, son système immunitaire est plus que correct, même si le froid a tendance à l'affecter assez vite.
Perception : 50 : Des années d'errance lui ont permis d'aiguiser ses sens, aussi bien pour s'aventurer sur des terrains hostiles que pour comprendre les gens.
Charisme : 70 : L'une des principales caractéristiques de Kelsey a toujours été son charisme. Ses yeux pétillants, véritables fenêtres sur son âmes, ses cheveux roux, son sourire éclatant... Sans le vouloir, elle agit comme un aimant sur les gens, qui ont bien souvent tendance à vouloir la protéger. Elle brille également par son empathie hors du commun.. qui quelquefois peut s'avérer être très dangereuse pour elle même.
Ténacité : 45 : Elle a tendance à pouvoir être rapidement affectée psychologiquement, notamment par ce qu'elle voit ou vit. Il lui faut souvent du temps pour accepter certaines choses, comme ce fut le cas pour la mort de son ami William. S'il lui arrivait auparavant de rapidement céder à la panique, côtoyer les jumeaux Rahl lui a permis d'apprendre à un peu mieux maîtriser ses émotions en situation de stress.
Intellect : 50 : Elle réfléchit beaucoup, et passe souvent de longues heures seules à penser à tout un tas de choses. Le contact de William lui a permis de se rendre compte qu'elle n'était pas mauvaise tacticienne lorsque la situation l'exigeait. C'est une personne très ouverte qui souhaite comprendre ce qui l'entoure.
Instinct : 40 : Même si elle ne sait pas toujours l'écouter ni le comprendre, elle est dotée d'un très bon instinct qui lui permet parfois d'éviter des situations délicates. Mais la plupart du temps elle ignore son 6e sens parce qu'elle ne croit pas vraiment à ce genre de choses.

_________________________________________________________


Compétences (300 pts à répartir) :
Combat au corps à corps : 10 : Son manque de force est clairement un handicap, si bien que ses capacités en corps à corps sont quasi inexistantes. Mais elle a tout de même quelques réflexes primaires qui peuvent lui sauver la mise de temps à autres.
Tir : 60 : Elle est très habile et dangereuse avec les armes à feu, grâce aux années passées à s'entraîner au stand de tir. Mais son manque de force l'empêche de manier correctement les armes trop lourdes ou avec un recul trop puissant.
Exploration : 65 : Ayant passé plusieurs années à errer avec son frère, elle est capable de se repérer dans des environnements difficiles et s'avère très douée lorsqu'il lui faut jouer un rôle d'éclaireuse.
Survie : 30 : Ses capacités font d'elle une assez bonne chasseuse, surtout dans les zones boisées. Mais elle ignore encore beaucoup de choses à propos de cet art et ne tiendrait sûrement pas très longtemps en solitaire.
Mouvement : 50 : Son agilité obtenue par des années d'entraînement et sa corpulence font qu'elle se révèle capable de se mouvoir dans beaucoup d'environnements différents, avec une aisance toute particulière.
Discrétion : 30 : Elle sait se faire toute petite quand la situation l'exige, mais n'est pas capable de disparaître pour autant, pourtant ça pourrait lui servir parfois.
Construction : 0 : Planter un clou droit est une épreuve pour elle.
Larcins : 0 : Elle n'a jamais rien volé de sa vie.
Médecine : 5 : Elle sait désinfecter une plaie, c'est déjà pas mal.
Conduite : 50 : Très habile avec un volant entre les doigts, elle s'en sort un peu moins bien avec les deux roues.
Compétence libre (écrire le nom ici) : ici

_________________________________________________________


Description physique :
Qu'est-ce qui pourrait le mieux me décrire ? Laissez moi réfléchir... « Rousse » peut être ? C'est bien la première chose qui attire le regard chez moi, il faut l'avouer, je ne suis pas peu fière de ma chevelure flamboyante, qui resplendit tout de même bien moins depuis ces six dernières années. Il paraît, en tout cas avant l'épidémie, que les personnes rousses représentaient un à deux pourcent de la population mondiale. Peut être qu'au jour d'aujourd'hui je suis la dernière qui sait ? Autrefois j'étais ce qu'on pouvait appeler communément « une jolie fille », je ne vais pas m'en cacher, la fausse modestie est inutile. Du haut de mon mètre soixante-cinq, j'avais de belles jambes fines, un ventre plat, une chute de rein à faire pâlir un saint et une poitrine aux mensurations plus qu'honorables. Mes lèvres étaient à croquer, et mes yeux avaient, il faut le dire, quelque chose d'à la fois mystique et envoûtant. Je suis une fille... Non pardon, j'étais une femme qui plaisait aux hommes... Mais le poids de ces années de survie commence à peser sur mes épaules, et dans mes plus mauvais jours je peux réellement faire peur à voir. On va pas se le cacher, j'ai tout de la parfaite victime, avec mon allure frêle, presque trop maigre, n'importe qui penserait pouvoir s'en prendre à moi et me briser les os avec une simple pichenette. Mais sachez le, je ne suis pas sans défense, j'ai toujours une arme sur moi, car si mes talents pour la bagarre sont inexistants, je tire bien, voir même plus que ça. J'ai sur ma nuque un tatouage, partie de mon histoire que je souhaite non pas oublier, mais apprendre petit à petit à digérer... Il représente un M, une simple lettre c'est peu vous direz vous, mais celle-ci évoque ce qui fut une grande partie de ma vie et de mon cœur, et peut être même la meilleure partie de moi... Au niveau vestimentaire je porte désormais ce que je trouve, je ne peux pas vraiment faire la difficile.


Description morale :
Vous voyez ce sourire sur mes lèvres ? J'ai appris à l'arborer en tout temps. Il paraît que je suis une fille assez joviale, avenante et même attachante. J'ai toujours un petit mot gentil pour mon prochain, et mon regard sur le monde ressemble beaucoup à celui d'une grande gamine : j'essaye de voir le bien en chaque personne, car je ne peux pas imaginer qu'après ce que l'humanité a vécu, les hommes puissent s'autoriser à être seulement des êtres mauvais. Je ne crois pas en Dieu, je ne crois qu'en nous, les rescapés de la mort, celle qui semblait inévitable et qui pourtant nous a laissé une chance. Peut être (sûrement même) trouverez vous ça pathétique... Cette vision est je vous l'accorde quelque peu simpliste, mais ce en quoi j'ai envie de croire. Je préfère fermer les yeux et me dire que tout ira mieux, que je peux contribuer à un renouveau, plutôt que me dire que tout ça est vain et que tôt au tard ce à quoi nous avons échappé nous rattrapera. Je suis ainsi faite, et j'ai calqué mon optimisme, et du même coup une certaine naïveté, sur celle d'un être qui me fut cher et qui m'a été enlevé. J'aurai pu en vouloir au monde entier, mais tout ce que je souhaite désormais, c'est trouver la paix. Mais apprenez à faire la différence, si on peut dire que je suis naïve en un sens, je n'en suis pas pour autant une fille stupide. Je suis une rêveuse, qui ne se laisse pas abattre, quelque soit la situation. Mais je ne me leurre pas, Safe-Point et ses habitants sont peut être bien mon dernier espoir, car je ne pourrais jamais survivre seule à cette Apocalypse sans fin. Je suis prudente et agile, je sais très bien me défendre avec une arme entre les mains, mais si je baissais ma garde, ou si j'arrivais à cours de munitions, ce serait la fin de ma survie.


Biographie :
Je suis née le 15 mai 1992 au West Los Angeles Medical Center. Je suis une Californienne pure souche ou presque, mes grands parents paternels avaient quitté le Nevada soixante ans plus tôt pour venir s'installer non loin de la nouvelle attraction phare des Etats Unis, notamment grâce à son industrie cinématographique en plein essor : Hollywood. Ma mère quant à elle était venue d'Angleterre avec sa famille vingt ans avant ma naissance, lorsqu'elle n'était encore qu'une enfant, et rencontra mon père durant son adolescence. Pour en revenir à ma naissance, elle mit en effervescence toute ma famille, de ce que mes parents m'en racontèrent plus tard : tout le monde fut fasciné, dès les premiers mois qui suivirent, par mes yeux qui s'éclaircissaient chaque jour un peu plus, et par ma tête se couvrant de plus en plus de cheveux aux couleurs flamboyantes. Je dois ce gêne à ma mère, elle même était une magnifique rousse (et c'est d'ailleurs ce qui fit chavirer le cœur de mon père). Somme toute j'ai été chanceuse, j'ai eu une enfance plus qu'heureuse, et j'étais protégée par l'être le plus adorable qui soit : mon grand frère, Matt. Lui avait hérité d'un regard d'un bleu tout aussi électrique que le mien, et ses cheveux étaient blonds cendrés, comme ceux de mon père, de mon oncle et même de mon grand père, à croire que c'était une caractéristique masculine dans ma famille ! En grandissant je me suis très vite intéressé à la gymnastique, et j'ai continué cette discipline jusqu'à la fin de mes études, ce qui m'a valu d'acquérir une grande souplesse, et encore plus d'agilité.

J'ai obtenu chacun de mes diplômes avec succès mais ai souhaité m'arrêter après le Lycée. J'ai exposé mon souhait à mes parents, après cette période de quinze années d'études, de prendre une année pour moi. Je leur ai demandé de me laisser vivre ma vie, de me laisser profiter de ma jeunesse. Au jour d'aujourd'hui je ne regrette toujours pas ce choix. Durant plusieurs mois j'ai travaillé dans différents bars, je rentrais tardivement à la maison et enchaînai les fêtes. Mon frère m'accompagnait presque partout, il profitait lui aussi et gardait en même temps un œil sur sa petite sœur qu'il chérissait tant. Je n'ai pas eu beaucoup d'amourettes, je crois que je m'en moquais un peu à l'époque. Notre quotidien à Matt et moi c'était Alcool et Rock'n'Roll, fêtes et beuveries, soirées plage et soirées mousse... Il y a peu de choses que nous n'avons pas fait lui et moi je crois, mis à part une : la drogue. Jamais au grand jamais nous ne nous sommes autorisés à y toucher. Grand bien nous a pris, je vois encore aujourd'hui les ravages de cette merde autour de moi... On avait pris l'habitude, tous les Mercredi et Samedi d'aller s'entraîner à un Stand de tir. J'étais pas mauvaise du tout, lui non plus : ça nous éclatait et on s'en doutait pas mais ça nous servirait. Je m'étais faite tatoué son initiale sur la nuque, il en avait fait de même. C'était l'année de toutes les folies.

Je crois qu'on vivait un peu en dehors du temps et de l'espace lui et moi, car quand ça nous ait tombé sur le coin du nez, on a rien, de chez rien vu venir. Ça a commencé en mars 2011. La loi martiale fut décrétée. On a pas tout de suite bien compris ce qu'il se passait, et à la télévision ils ont commencé à diffuser des images montrant des attaques de ces.. Choses... Comment les définir ? Ces hommes qui avaient muté, pour devenir des immondices assoiffés de sang... De NOTRE sang... On s'était barricadés à la maison avec nos parents, durant tout un mois on est plus sortis, on regardait tous les jours le poste télévisuel en espérant voir la situation s'améliorer, mais c'était le contraire, et c'était vraiment, vraiment flippant. Puis le monde sombra réellement dans la plus profonde des démences. C'était en mai 2011, quelques jours avant mes dix-neuf ans, et quelques jours après qu'on ait entendu à la radio qu'un Capitaine nommé Hudson tentait de sécuriser un bastion à Central City. Une lueur d'espoir avant que la mort ne vienne se manifester. Des hommes, armés jusqu'aux dents, qui n'avaient même pas pris la peine de se couvrir le visage défoncèrent notre porte d'entrée à grands coups de hache. Ils vinrent braquer leurs flingues sur ma tempe et celle de ma mère, sous les regards désabusés de mon père et de mon frère.

Ils ont demandé à ce qu'on leur remette tous nos bijoux, objets de valeurs et vivres. Ces pourritures nous prirent le peu qu'il nous restait, pour survivre et, pendant que d'autres vinrent tenir en joug mon paternel et celui qui était comme la moitié de mon être, d'autres s'amusèrent dans les chambres avec ma mère et moi. Ce fut le jour le plus pénible de toute ma vie. Ces hommes qui me touchèrent me retirèrent presque l'envie de vivre, au point que si j'en avais eu la force, je leur aurais demandé de m'achever avant de partir. Je crois que ma mère tenta de se rebeller, car elle fut tuée dans la chambre adjacente à la mienne. Un coup de feu, une détonation et c'en était fini, je me croyais la prochaine sur la liste alors je me souviens avoir fermé les yeux, les larmes coulant à flot sur mes joues, et avoir attendu. Les hommes quittèrent la pièce, et finalement notre propriété, nous laissant sans rien pour survivre, et avec le cadavre encore chaud de la femme la plus forte que j'avais connue. C'est mon frère le premier qui est venu me retrouver. Il m'a aidée à me rhabiller et m'a pris dans sa bras en me serrant le plus fort possible. Je me souviendrais toujours des mots qu'il a prononcé : « Ne pleures pas mon Ange, ferme les yeux, laisse toi aller et oublie, je suis là pour toi, je le serais toujours ». Un coup de feu à cet instant retentit de nouveau. Ni lui ni moi n'étions allés vérifier, mais nous savions déjà le plus terrible. Mon père n'était pas un homme fort, et sans ma mère, je crois qu'il ne sentait aucune raison d'exister. Etrange quand on a deux enfants, mais compréhensible. J'avais mon frère avec moi, voilà tout ce qui, en cet instant m'importait.

On a dû quitter tout ce qu'on avait, ou en tout cas le peu qu'il nous restait. Ces dégénérés ne nous avaient en fait pas tout pris, il nous restait deux revolvers avec leurs deux chargeurs et un fusil de chasse avec une dizaine de balles. Autant dire pas grand chose. J'ai beaucoup pleuré, mais on avait pas le choix, on a pris ce qu'il nous restait, et on est partis. Matt avait un plan, un plan qui paraissait assez simple : On se rendait à Central City, dans le Nevada, terre de nos ancêtres, on rejoignait le capitaine Hudson et les survivants. Vous allez rire hein, mais le temps est passé vite, très vite... On évitait les grandes villes au maximum, et on pillait les quartiers qui nous semblaient déserts et les cadavres qu'on croisait sur notre chemin. On a vécu presque trois ans comme ça. On savait pas trop où on allait, et petit à petit le rêve de rejoindre Central City s'éloignait de nous... Pourtant, Matt se montrait toujours optimiste, il me disait que quoi qu'en dise les gens, et même la vie, y avait toujours un arc-en-ciel après la pluie. C'était sa façon de faire, de vivre : voir le bon côté des choses et se dire que tout irait mieux un jour. Je crois que c'était également sa façon de ne pas sombrer dans la folie et dans la dépression. Ça lui réussissait, et il faut le dire, à moi aussi. J'ai presque cru qu'on avait une chance.

Un jour, je ne sais pas du tout où nous étions, on est tombés sur un Bar dans un quartier dévasté. Pas de traces de vie, seulement quelques zombies qui rodaient dans les parages. Après s'être assurés qu'ils ne nous embêteraient plus de façon définitive, on est entrés dans le bar. Tout était sans dessus dessous, mais en fouillant bien, on a trouvé une bouteille de whisky encore intacte. Je me suis assise au comptoir et mon frère m'a servie en jouant le barman professionnel, ce qui me fit bien rire sur le coup. Puis il s'était servit à son tour, s'était accoudé sur le comptoir et en me regardant m'a soufflé ces quelques mots : « Qu'est-ce que t'en dis ? On débarque, toi et moi, à Central City et on ouvre notre propre Bar. Je bosserai dans un premier temps pour qu'on se constitue un petit Capital, puis toi et moi on gérera une grande enseigne, les rescapés viendront de tous les quartiers pour venir goûter aux derniers verres de l'humanité ! ». J'avais ri sur le coup en lui disant qu'il était stupide. Mais je me suis surprise à lui en reparler, peu de temps après avoir quitté l'endroit de cette première discussion, de ce rêve un peu fou. Et l'espoir refit son apparition. La faune et la flore avaient repris leurs droits sur le bitume de notre société et lorsque l'on savait être silencieux, on pouvait trouver du gibier dans la rues les plus reculées des anciens quartiers. On chassait pour manger, on pillait pour boire et et remplir nos chargeurs. On se débrouillait plutôt bien, enfin, Matt se débrouillait bien, et assurait ma survie par la même occasion.

Notre train train quotidien de rescapés de l'Apocalypse zombificatrice avait presque repris son cours lorsqu'un matin de Décembre 2015 qu'on tomba sur un groupe de six survivants. Comme nous ils fuyaient et comme nous, ils rêvaient d'atteindre Central City afin de voir si oui ou non elle avait réussir à devenir l'un des derniers bastion de l'humanité... Sauf qu'eux avaient un avantage sur nous : Ils avaient un camion blindé, avec GPS intégré. Il faut avouer que tout de suite ça en jette dit comme ça, mais je n'ose pas imaginer la peur qu'ils devaient avoir de tomber en panne d'essence, vu que cette denrée étaient devenue inexistante, ou plutôt très difficile à trouver. Après avoir parlementé avec eux, ils ont accepté de nous emmener jusqu'à Central City. Le chemin fut plutôt long, d'après ce que nous avions compris avec Matt, au lieu de filer tout droit vers le Nevada, nous étions descendus petit à petit jusqu'au Sud de la Californie. En somme, nous avions fait à peu près n'importe quoi, sauf ce qu'il fallait. On a roulé pendant plusieurs jours, se liant d'amitié avec nos compagnons de voyage. Parmi eux se trouvaient une fille du nom de Victoria, je crois qu'elle avait tapé dans l'oeil de Matt, ils se lançaient tout le temps des regards en biais à l'arrière du camion, pendant que je jouais avec un petit couteau à cran d'arrêt que j'avais trouvé lors de nos nombreux pillages.

On pensait qu'on avait une chance, que tout ce bordel allait enfin prendre fin... Mais faut croire que le sort avait décidé de s'acharner sur nous. Matt et moi on était un peu comme deux amants maudits, que le destin n'acceptait pas de voir réunis, à l'exception faite que c'était mon frère et non mon amant, mais passons les détails. J'aurai jamais pensé qu'on risquait quelque chose dans ce gros camion blindé et pourtant, on a croisé la route de Pirates. Oui oui, des Pirates en voitures customisées et en camions blindés, prêts à nous arracher le peu qu'il nous restait... Ils ont tout bonnement démoli notre abri roulant en le prenant de côté, à pleine vitesse. A croire qu'ils nous avaient repérés depuis quelques kilomètres déjà et qu'ils nous attendaient bien sagement. On a fait des tonneaux sur quelques mètres et à partir de là tout est flou dans ma mémoire... Je me souviens d'avoir entendu des cris et surtout d'une sensation de chaleur intense, presque étouffante... En cet instant j'étais même prête à penser que l'enfer me consumait, la sensation était insupportable... Puis c'est le trou noir...

A mon réveil, quelques jours plus tard, on m'a dit que j'avais eu un accident. Une personne ressemblait à un médecin s'est approché de moi et m'a expliqué qu'une patrouille militaire de SafePoint m'avait trouvé, seule, non loin d'un camion incendié, à cinq kilomètres de la ville. Ma première pensée fut pour Matt, pour notre rêve et notre espoir brisé. Ma seconde fut pour le futur. J'ai erré quelques jours dans ce coin étrange reclus du monde... Et j'y ai fait quelques rencontres, certaines bonnes, d'autres moins... Mais deux particulièrement marquèrent la direction que prenait ma vie... Soren Ormurin & William Ward... L'un, meneur d'une Académie en pleine expansion et aux nobles buts, l'autre, un cowboy au grand cœur qui me sauva plus que la vie, lors d'une fameuse nuit dont je me souviendrai toujours... Suite à ça, tout deux m'ont un peu pris sous leurs ailes. Je vivais chez William, j'aidai Soren à l'Académie du mieux que je pouvais... Je crois que durant ce court temps de paix, j'ai vraiment repris goût à la vie. J'espérai que tout ceci serait la fin de mon voyage, que je verrai couler des jours heureux à Safepoint...

Mais le jour fatidique de la bombe nucléaire arriva... Safepoint fut réduit en cendres, et je me retrouvai de nouveau séparée de mes repères... William et Soren étaient dieu je ne sais où, à vrai dire j'avais peur qu'ils n'aient explosé avec la ville... Un ange me tendit de nouveau la main, un ange répondant au nom de Jake. C'est donc en sa compagnie, et celle de Border le chien de William, que je fis la route de Safepoint jusqu'à Vancouver... Enfin, Vancouver était sensée être notre destination finale, malheureusement aucun convoi n'y parvint jamais. Finalement grâce à nos appels radios on parvint à reprendre contact avec William et Soren... Et sur le chemin des retrouvailles, un groupe de pillards tenta de nous capturer, et Jake mourut... Le souvenir de son regard se vidant me hantera toute ma vie...

Finalement, William vint à ma rescousse, me tirant du merdier dans lequel je m'étais retrouvée... Et il me ramena à l'Académie. Soren, avec les autres, avait commencé à bâtir des remparts pour faire du coin qu'il avait choisi une zone sécurisée et sûre pour tous les Académiciens... Durant plusieurs mois tout alla bien... J'avais trouvé ma place en tant que Sentinelle de l'Académie, William s'était mis en tête de me former, j'étais capable de plus de choses que ce que j'aurai pu penser... Mais ça ne changea pas grand chose, lors de cette nuit fatidique où les Raiders nous attaquèrent... Rien que d'y repenser, tous mes membres se mettent à trembler... J'ai vu nombre de gens devenus mes amis mourir, abattus comme des bêtes par des hommes sans cœur... Nous n'étions pas assez bien préparés, et ils nous écrasèrent...

Nous n'étions que quelques survivants, et nous fûmes livrés à la Marion County Jail... Qui fit de nous des esclaves. Le jour de notre arrivée fut le dernier où je vis William... Chaque jour qui passe, mon cœur et mon corps bouillonnent de rage... La rage contre ces hommes qui avaient détruit nos rêves, la rage d'être séparée d'une personne chère à mon cœur, la rage de vivre... Je n'étais pas abattue, je n'étais pas triste. J'étais en colère contre le monde entier, et je savais que tôt ou tard, ce qu'ils nous avaient fait, ils le payeraient...

Parce qu'après la pluie, il y avait toujours un arc-en-ciel.


_________________________________________________________


Inventaire de départ (sans compter un sac à dos)

L'inventaire précédant la réouverture est conservé.


_________________________________________________________

Pseudo : Anna
Age IRL : 19 ans
Comment as-tu trouvé le forum ? J'étais déjà sur le tout premier ZA.
Des suggestions ? J'espère que c'est la dernière fois que je refais ma fiche ! xD




Codage par Sélène sur Never Utopia


_________________________________________________



« It's the end of the world as we know it...
And I'm not afraid, 'cuz you're with me. »

If you hold my hand, promise me to never let go.


Dernière édition par Kelsey S. Williams le Jeu 21 Juil - 0:07, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maître du Jeu
Messages : 197
Date d'inscription : 03/05/2015

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles:
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
20/20  (20/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
Je prends ta fiche en charge. Contacte-moi si jamais tu as des questions et envoies-moi un MP lorsque tu auras fini.

Cordialement,

Mastermind

_________________________________________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maître du Jeu
Messages : 197
Date d'inscription : 03/05/2015

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles:
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
20/20  (20/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
Bienvenue sur le forum !

Ton personnage est désormais validé, tu intègres le groupe des Offsprings of Freedom.

Tu as maintenant accès à ton Espace Personnel, et avant de commencer tu devras effectuer les quelques actions suivantes :


  • Ouvrir tes trois sujets obligatoires (bilan de tes RPs, tes relations, et tes lancers de dé).

  • Activer ta feuille de personnage. Pour se faire, clique sur ton profil, et regarde bien la ligne d'options au-dessus de l'encadré noir. Au bout à droite tu en verras une nommée "feuille de personnage". Il suffit de l'activer, et d'ajuster les paramètres qui s'y trouvent (le nombre de RP complétés et ta réserve de point 6e sens qui passe à "1" avec ton inscription)

En espérant que tu te plairas parmi nous, à bientôt en jeu !

_________________________________________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
After the rain there's always a Rainbow... [En Cours]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Liquid Rainbow...♪ |libre|
» Fiche de Rain Maniko
» MILLA ♣ set fire to the rain
» AZS Ҩ Nobody, not even the rain has such small hands
» Rainbow Quest

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Zombie Apocalypse :: Hors Jeu :: Registre des Survivants :: Chroniques vécues-