Life is but a journey, an ephemeral and fragile one. Now it simply became bloody as well...
Jericho est de retour, et ses sbires ont remis en marche l’entreprise d’esclavagisme qu’ils semblaient avoir mis en veilleuse depuis quelques mois. N’importe quel survivant est une cible potentielle pour le regroupement de pillards et Dieu seul sait ce qui arrive alors aux pauvres âmes qui en sont les victimes… Le seul espoir des survivants de la ville s’incarne dans le maître d’orchestre de la seule victoire que les rescapés de Salem ont arraché à Jericho, Azad Kamrane. C’est-à-dire, l’homme derrière la chute de la Marion et qui a dans le même temps remis en liberté les esclaves que les Raiders avaient si durement rassemblés à l’intérieur des murs de la prison. L’Iranien a poursuivi les préparations de la lutte à venir, mais au-delà des questions concrètes qu’il lui faut considérer, plusieurs interrogations restent sans réponse. Qui sont-ils réellement? Que veulent-ils? Où sont-ils? Que font-ils de leurs victimes? Combien de personnes suivent Jericho? Autant d’inquiétudes auxquelles le leader des Offsprings devra très rapidement trouver des réponses…
CharteContexteFonctionnalitésBazarEspace PersonnelScénarios
A savoir
# Un event important est actuellement en cours ! N'hésitez pas à suivre son déroulement ici → An unreachable, yet invaluable prize...
#
Contexte
De l'humanité il ne reste presque plus rien. Derniers survivants face à la menace zombie, vous avez combattu la peur, la maladie et la misère. Six années se sont écoulées, combien de jours tiendrez-vous encore ? Nous sommes en 2017 et le monde a été plongé dans le chaos suite à une catastrophe biologique. Que vous veniez de Central City ou de contrées plus éloignées, votre course effrénée pour la survie vous a mené jusqu'à Salem, dans l'Oregon. L’accalmie qui régnait dans les derniers mois s’est terminé dans le sang et la douleur avec le retour des Raiders qui sont sortis de l’ombre dans laquelle ils se trouvaient. Ils ont depuis repris leur entreprise sombre, et tout être humain encore dans les environs, homme, femme et enfant sont à risque d’être faits prisonniers comme ils l’ont fait lors de leur arrivée en mars. Dans ce monde totalement changé, le danger rôde à chaque instant, et l’avenir de tous ceux se trouvant dans Salem est voilé d’une incertitude qui n’est pas près de se lever. Face à un tel raz-de-marée de sauvagerie, la survie de tous dépendra des actions individuelles de chacun... Et vous, qu'attendez vous pour nous rejoindre ?
Remerciements
Nous tenions à remercier le forum Never-Utopia grâce à qui le forum peut aujourd'hui connaître un renouveau. Un merci aussi à nos joueurs pour leur patience et leur soutien après tout ce temps. ZA n'est pas encore parfait, mais grâce à vous il vit. Un merci également aux administrateurs qui donnent de leur temps et ne cessent d'essayer d'améliorer le forum et le confort des joueurs...

Longue vie à ZA, et que la passion de l'écriture continue de nous lier, tous ensemble, dans cet univers.
Zombie Apocalypse
Saison 5 : A Battle for Freedom

Partagez | 
 

 Faire son trou

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Messages : 710
Points : 1595
Date d'inscription : 07/07/2015
Age du Personnage : 26
Résidence du Personnage : Offsprings
Emploi du Personnage : Garagiste/Chasseur

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles:
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
20/20  (20/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
Salem Nord, début mai

Ça avait fait un sacré quand Niomi avait tout fait pêter à l'entrepôt chimique. Ils s'étaient séparés en espérant se recroiser un jour prochain. Mais l'heure de la discrétion était tombée, les zombies allaient rappliquer en pagaille.
Terry opta pour une retraite en périphérie de la ville s'éloignant ainsi des zones à concentration plus dense de ces bouffeurs de chaire fraîche. A ce propose, il commençait lui aussi à crever la dalle. En retraite dans un bâtiment inhabité de longue date, il fit l'inventaire de son sac, assis en tailleur au milieu des décombres de ce qui fût un bureau.

Trousse de soin intacte. Il avait eu la chance de ne pas s'en servir jusque là, pourvu que ça dure ! Un couteau de cuisine, une boîte de munitions entamée. Ces derniers jours, il avait privilégié l'usage de la hache d'incendie pour se défaire des zombies croisés en chemin. Cette arme s'était révélée très efficace à son goût, il avait même pris le temps d'y graver son prénom et d'y tracer quelques dessins comme une tête de mort.
Côté bouffe, il lui restait deux rations non périssables qu'il souhaitait conserver le plus longtemps possible, pour les temps les plus durs. Et puis il y avait cette conserve de plat préparé, date de péremption dépassée depuis un certain temps. Cela lui rappela les temps anciens quand son père leur ramenait du supermarché de la bouffe périmée achetée du coup au rabais. La seule nourriture fraîche qu'ils consommaient, ils la tiraient de leurs parties de chasse.

Terry ouvrit l'opercule métallique et se servit du couteau de cuisine comme cuillère pour vider et racler jusqu'à la dernière goutte de sauce.


Salem Est, 11 mai

Une semaine s'était écoulée depuis son dernier repas. Il était resté éloigné du centre ville et revenu dans le quartier est, par là où il était arrivé en ville, là qu'il avait croisé un premier survivant : Victor. Sans parler des raiders qu'ils avaient eu au cul.
Terry était revenu rapidement par là où ils s'étaient rencontrés sans distinguer de signe de présence vivante particulière. Il y reviendrait ultérieurement. Pour l'heure, il souhaitait bouffer du frais ! Et pour cela, il devrait s'aventurer dans les espaces ruraux les plus proches.
La forêt dense, profonde était loin. Le gibier qu'il pourra croiser sera de petite taille et plus rare. Il regrettait de n'avoir jamais appris à chasser de petit gibier, de savoir poser des pièges.

Il avançait dans Center Street, direction plein est. Un panneau routier annonçait un terrain de golf. Un terrain de golf ! Un petit espace vert et boisé bien entretenu, de quoi fournir un repère paisible pour bestioles volantes et à quatre pattes.
De plus près, c'était un petit terrain de golf. Pas de quoi casser des briques, mais yavait de la verdure autour. Le bâtiment d'accueil n'était pas bien grand non plus, à l'échelle du terrain, de plein pied. Terry progressait maintenant prudemment. Pas de fusil, pas d'arc (son arme de chasse favorite). Il devrait se débrouiller avec son beretta en évitant de gaspiller des balles inutilement. Il franchit la grille d'entrée et pénétra sur le green.

Trou n°1

_________________________________________________

<< Des créatures de Dieu qui s’étaient endormies en pleurant,
ouvraient les yeux pour pleurer de nouveau. >>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 333
Points : 1272
Date d'inscription : 09/05/2015
Age du Personnage : 25
Résidence du Personnage : QG des Offsprings of Freedom.
Emploi du Personnage : Survivante à temps plein.
Rumeur : Pas encore à ma connaissance.

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles:
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
20/20  (20/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
11 Mai 2017
Salem Est
Aux abords d'un ancien terrain de golf

▬▬▬

Un soupir traversa mes lèvres, alors que je refermais un tiroir malheureusement vide... comme tous les précédents. Peut être que l'idée de venir fouiller ce bâtiment qui servait autrefois d'accueil pour le golf avoisinant était tout bonnement stupide, même si j'avais eu de la chance qu'aurais-je bien pu trouver, mis à part quelques clubs cassés ? Après tout, j'étais venue avant tout pour chasser, alors peu m'importaient ces bureaux vides, il me fallait plutôt me diriger vers la verdure. Pensive, je marchais sur quelques verres brisés qui me firent sursauter. Je n'avais pas tout à fait la conscience tranquille... C'était la première fois que je m'aventurais seule à l'extérieur depuis bien longtemps, et je n'avais prévenu ni Victor ni Jennsen. En y réfléchissant bien à présent, je savais que c'était stupide et que j'allais passer un sale quart d'heure en rentrant plus tard... Mais tant pis. Je crois qu'au fond, j'avais besoin d'un petit moment de solitude. Ces derniers jours avaient été éprouvants pour moi, avec l'arrivée de Caleb, son annonce de la mort de William...

Un frisson me parcourut l'échine, et je serrais plus fort mon beretta armé d'un silencieux entre mes doigts fins. On commençait à manquer de nourriture, surtout avec une cinquième bouche à nourrir, alors j'avais décidé d'aller exercer mon probablement seul talent : la chasse. Si je ne rentrais pas bredouille, peut être que Jenn et Vic m'épargneraient un peu les remontrances... Un sourire prit place sur mes lèvres. J'avais l'impression d'être une espèce de gamine maladroite surprotégée par sa famille... et en quelque sorte, c'était bel et bien ce que j'étais. Mais apprendre la mort de mon ami Texan m'avait fait comme un électrochoc. Je ne voulais plus être ce fardeau qui traînait des pieds derrière mes amis. Non. Je voulais moi aussi être utile, et je voulais leur prouver que j'étais capable de me débrouiller seule. Un autre soupir m'échappa, et je me dirigeai vers la fenêtre. Dehors tout semblait étrangement calme... Je détestai ça. Ca n'inaugurait jamais rien de bon un calme pareil.

Laissant mon regard parcourir l'étendue de verdure, un mouvement dans mon champ de vision attira mon attention... Quelqu'un, un homme, venait de pénétrer sur le green. Mes sourcils se froncèrent, et je m'abaissais légèrement. Qu'est-ce qu'il foutait là celui là ? Est-ce qu'il était seul ? Ou alors ses petits copains allaient bientôt le rejoindre ? Je me sentis frissonner de nouveau. Venir ici avait visiblement été une idée encore plus mauvaise que ce que j'avais pensé. Il allait falloir que je me tire en douce par la porte arrière du bâtiment, ça ne serait probablement pas trop dur. Reculant de quelques pas... Mon dos heurta une ancienne armoire dont le bois rongé par le temps céda sous ce moindre coup. Et elle retomba dans un fracas assourdissant sur le bureau en métal situé juste à côté, collé au mur. Sursautant, je m'éloignais rapidement de la vitre.

« Bon sang... » Murmurais-je en me mordant la lèvre inférieure. J'étais vraiment irrécupérable. Est-ce que l'inconnu dehors avait entendu ? Avec un peu de chance non... Mais visiblement ce n'était pas mon jour de toute façon. Vérifiant rapidement le chargeur plein de mon beretta, je jetais un coup d'oeil inquiet autour de moi. Je n'avais aucun endroit où me cacher, il n'y avait qu'une seule pièce en dehors du hall principal et des toilettes... Les toilettes ! Grimaçant sous cette idée un peu stupide elle aussi, je sortis en courant, me précipitant sur la porte en face... Et m'enfermais dans le premier toilette que je trouvais. Au moins, j'aurai le temps d'entendre l'homme arriver, si jamais il pénétrait dans le bâtiment... Sinon, je n'aurai qu'à attendre un peu avant de sortir par l'arrière, comme prévu au départ.

_________________________________________________



« It's the end of the world as we know it...
And I'm not afraid, 'cuz you're with me. »

If you hold my hand, promise me to never let go.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 710
Points : 1595
Date d'inscription : 07/07/2015
Age du Personnage : 26
Résidence du Personnage : Offsprings
Emploi du Personnage : Garagiste/Chasseur

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles:
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
20/20  (20/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
HRP:
 

Terry avait dépassé le bâtiment d'accueil : trop petit pour offrir quoique ce soit d'intéressant et trop petit également pour se battre en cas de mauvaise rencontre avec un golfeur zombifié. De toute façon, il était venu chasser, c'était son but, il n'avait pas prévu de faire un quelconque écart à son programme de la journée.
Un grondement se fit entendre comme une armoire qui s'effondre. Il jeta un œil au bâtiment puis au ciel lourd et chargé. Un grain se préparait. Hors de question que cela lui gâche sa tâche. Il sortit de son sac une vieille bâche plastique trouée en son centre qu'il enfila comme un poncho, protégeant également son sac de la flotte à venir.

Il avait déjà plu les heures précédentes, le terrain était détrempé, boueux par endroits. Idéal pour y repérer des empreintes. Accroupi, il jeta un dernier regard au club center à une centaine de mètres derrière lui. Pas de mouvement visible derrière la vitre de la porte arrière. Aucune inquiétude à avoir, mais sachons rester prudents. Derrière lui également ses pas enfoncés dans le sol se devinaient aisément. Mais qui irait après lui en ces lieux et avec cette météo ? Il n'avait pas l'intention de s'éterniser plus d'une journée.

Revenons-en aux empreintes. Aucune visible d'autre humain, sous-entendu mort ou vivant. Voilà un point positif. D'autres traces assez reconnaissables de chiens, très nombreuses, trop sans doute. Une meute de chiens. Merde ! Voilà qui pouvait non seulement faire fuir tout gibier rampant, mais également apporter du danger. Des chiens rendus à l'état sauvage, affamés et terrorisés, peuvent se montrer des plus agressifs. Leurs traces étaient trop nombreuses et Terry pas assez expert pour être en mesure d'en déterminer le nombre exact, ni même leurs races.

Il plaça son beretta dans sa ceinture, prêt à être dégainé. La hache devrait suffire : au mieux, un de ces clebs (s'ils étaient encore dans les parages) se laisserait amadouer, au pire ils lui sauteraient à la gorge. En tout cas, ils ne devraient pas le fuir, pas besoin de les abattre à distance. Ce soir, Terry allait bouffer du chien !

- Petits, petits ! Venez voir papa, murmura-t-il.

Il se redressa alors que les premières grosses gouttes de pluie lui tombaient sur le crâne et sur le terrain. Il dirigea ses pas vers l'avant en bordure de green, le long du petit espace boisé, les mains fermement serrées autour du manche de sa hache. A quelques 200-300 mètres de lui, il distinguait un petit drapeau flottant au vent.

Trou n°2

_________________________________________________

<< Des créatures de Dieu qui s’étaient endormies en pleurant,
ouvraient les yeux pour pleurer de nouveau. >>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 333
Points : 1272
Date d'inscription : 09/05/2015
Age du Personnage : 25
Résidence du Personnage : QG des Offsprings of Freedom.
Emploi du Personnage : Survivante à temps plein.
Rumeur : Pas encore à ma connaissance.

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles:
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
20/20  (20/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
Les minutes qui passèrent me semblèrent atrocement longue... et pas un bruit ne vint perturber le lourd silence qui s'était installé dans le petit bâtiment depuis que j'avais trouvé refuge dans les anciennes toilettes. Un soupir presque soulagé m'échappa. Finalement la chance était peut être de mon côté, seulement elle avait besoin de me taquiner de temps à autres. Avec prudence, beretta fermement tenu en main, je me décidai à sortir de mon abri de fortune. Jetant un coup d'oeil vers la fenêtre du bureau juste en face, je n'apercevais plus la silhouette de l'homme qui se tenait là auparavant. Peut être avait-il décidé de ficher le camp ? Tant mieux pour moi en tout cas, c'était bon signe ! Mes pas se dirigèrent automatiquement vers la sortie arrière du bâtiment, et j'ouvrai la porte avec prudence... Rien à l'horizon, si ce n'était les grosses gouttes de pluie que les nuages commençaient à laisser tomber.

Le temps allait se gâter, et je dois dire qu'en vérité j'avais bien envie d'abréger mon escapade solitaire. Ca n'avait pas été une si bonne idée que ça, n'avoir ni Victor ni Jennsen à mes côtés ne me rendait que plus anxieuse, et en même temps encore moins concentrée que ce que j'aurai dû l'être. Un peu comme si j'étais un danger pour moi même lorsque j'étais seule... Poussant un soupir, je rabattais la capuche de mon sweat sur ma tête et mon visage pour me protéger du temps capricieux, et sortais du bâtiment. Alors que j'avançais de quelques pas, un petit grognement me fit sursauter et me retourner, arme au poing. Face à moi se tenait un.. un chien ? Ou un loup ? Je n'étais pas bien sûre, son pelage me rappelait beaucoup celui des bergers allemands, mais son air hargneux et ses babines retroussées semblaient plus le rapprocher de son féroce cousin.

Grimaçant légèrement, je reculais de quelques pas, alors que les grognements de la bête se faisaient de plus en plus menaçants. Il allait m'attaquer, il avait faim et ça se voyait... Je n'avais pas beaucoup le choix en fait. Est-ce que ça se mangeait le chien ? Ma grimace s'agrandit. Je n'étais pas sûre d'avoir envie de tester, peut être avait-il la rage ? Levant mon beretta équipé de mon silencieux, je tirais une seule balle en direction de la tête de l'animal... qui bougea et se la prit dans le flanc. Avant même que je n'ai le temps de l'achever, il poussa un long hurlement de souffrance qui me sembla résonner dans tout le quartier... Et ma surprise fut totale lorsque d'autres aboiements répondirent à son appel désespéré. A moins de cinq cent mètres, trois nouveaux chiens visiblement tout aussi féroces venaient de faire leur entrée dans le jeu, et à en juger par la course qu'ils avaient entamé... Ils avaient décidé de me bouffer.

Ils étaient un peu trop rapides pour que je les vise correctement, et je n'étais pas sûre de pouvoir me permettre de gaspiller des balles inutilement... Alors je me mis à courir. Tournant à l'angle du bâtiment, je me dirigeais en toute hâte vers le green, oubliant totalement la possible présence de l'inconnu que j'avais aperçu plus tôt. Je dois être maudite. songeai-je, dépitée. Les grognements affamés se rapprochaient dangereusement derrière moi, je les entendais... Et lorsqu'il ne me sembla tout simplement plus possible de semer les bestioles, soit cent mètres plus loin, je me retournais et tirer trois coups de feu... Avant de sentir une mâchoire se refermer violemment sur mon avant bras, me faisant lâcher sur le coup mon beretta et me faisant tomber à la renverse. Hoquetant de surprise, je tirais le couteau militaire accroché à ma ceinture avec ma main libre, et l'enfonçais durement dans le crâne du chien qui mourut instantanément, sans pour autant que sa gueule ne se détende, gardant mon bras droit emprisonné.

Face à moi, les deux autres chiens avaient ralenti et avançaient maintenant en grognant, canines dehors. Ils allaient me bouffer. J'avais réussi à éviter de me faire mordre par ces satanés zombies, et pour ma première escapade en solitaire, j'allais littéralement me faire bouffer par des chiens. Je grimaçais de douleur. Si je ne mourrais pas maintenant, Jennsen me tuerait certainement.

▬▬▬

Changement d'Etat et Inventaire:
 

_________________________________________________



« It's the end of the world as we know it...
And I'm not afraid, 'cuz you're with me. »

If you hold my hand, promise me to never let go.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 710
Points : 1595
Date d'inscription : 07/07/2015
Age du Personnage : 26
Résidence du Personnage : Offsprings
Emploi du Personnage : Garagiste/Chasseur

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles:
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
20/20  (20/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
Un coup de feu et l'un des deux molosses s'écroula, touché en pleine tête. Terry arrivait par le côté d'un pas forcé, bras armé tendu droit devant lui. L'autre chien avait eu un saut de surprise et grognait maintenant contre Terry qui avait rengainé son beretta pour agiter à la place et de manière exagérée sa hache de haut en bas pour effrayer la bête.

- RRRRAAAAH !!!

Terry grogna plus fort, toujours plus menaçant, toujours plus proche. Le dogue, seul, ne se fit pas prier et s'enfuit la queue entre les jambes. Terry ne le lâcha pas des yeux jusqu'à ce qu'il soit suffisamment hors de portée.

Quelques instants auparavant, il avait été alerté par un cri reconnaissable de bête blessée. En se rapprochant de l'origine du son, la vision de cette frêle silhouette avec ces clebs aux trousses l'avait surpris. Il l'avait vu brandir ce qui ressemblait à une arme de poing, mais pas de détonation ni de flamme. Un silencieux. Et elle avait chuté lorsqu'un des trois chiens lui avaient sauté dessus.
Il avait choisi de courir à son secours. D'une part pour rétablir l'équilibre des forces, d'autre part pour en profiter pour avoir de la viande à bouffer. Il ne savait qui ça pouvait bien être, s'il pouvait y avoir une menace ou non. Alors qu'il s'en était suffisamment rapprochée, il avait cru deviner qu'il s'agissait d'une femme, qui plus est d'une rousse d'après la mèche qui dépassait de dessous sa capuche. Ça plus son aspect frêle, aucun danger n'émanait de sa personne. Et puis faut dire que Terry avait jusqu'à présent fait beaucoup confiance à son instinct. Faire confiance ou pas. Pile ou face. Si demain un compagnon de survie devait le planter dans le dos, c'est que tel était son destin. Pour lui, un enfoiré ça se voyait tout de suite. Les traîtres, il n'en avait pas encore croisé.

Pour en revenir à la situation, Terry tâta de la pointe du pied le chien qu'il avait abattu pour s'assurer qu'il était bel et bien mort. La fille était à terre, le bras dans la gueule d'un molosse qu'elle avait pu planter. D'un coup d'oeil, il repéra son arme à feu à quelques pas de là. Il posa sa hache à terre et présenta ses deux paumes, doigts vers le ciel.

- Je vais t'aider à le dégager.

En s'assurant qu'elle ne paraissait pas rejeter vertement sa proposition d'aide, il se baissa sur elle pour attraper chaque mâchoire de l'animal, les doigts dans la gueule. Il la vit grimacer alors qu'il écartait petit à petit l'étau mordant. Alors que les crocs sortaient de la chair, des filées de sang s'en échappèrent. Sale blessure. Il eut un moment de compassion, d'empathie pour cette fille. Rien chez elle ne transpirait la survivante aguerrie et échaudée à toutes les expériences. Elle devait appartenir à un groupe. Un petit groupe si elle n'était pas partie de son côté en solo.

Terry laissa là ses réflexions pour se reconcentrer sur l'instant présent. Il se releva le premier et lui agrippa le bras valide pour l'aider à se remettre sur pied. Il désigna sa blessure du doigt.

- Faut s'occuper de ça. Allons nous mettre à l'abri. Là-bas ?

Il montrait l'accueil du golf. Il en était presque sûr maintenant, c'était elle qui avait fait du bruit auparavant, ce qu'il avait pris pour un grondement orageux. Si elle venait de là, l'intérieur devait être safe. En tout cas contre la pluie et les chiens errants. Elle le lui confirmerait bien ou non. Puis, de sa main gauche, il reprit sa hache, de la droite une patte arrière de "son chien" s'apprêtant à le traîner jusqu'à leur couvert.

- En Chine, ils en bouffent. C'est que ce ne doit pas être si mauvais.

Il accompagna cette sortie humoristique de son éternel sourire charmeur.

HRP:
 

_________________________________________________

<< Des créatures de Dieu qui s’étaient endormies en pleurant,
ouvraient les yeux pour pleurer de nouveau. >>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 333
Points : 1272
Date d'inscription : 09/05/2015
Age du Personnage : 25
Résidence du Personnage : QG des Offsprings of Freedom.
Emploi du Personnage : Survivante à temps plein.
Rumeur : Pas encore à ma connaissance.

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles:
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
20/20  (20/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
Durant quelques instants je me sentis perdue. Quasi certaine de finir transformée en nourriture pour chiens errants affamés, je songeais à Victor que je n'avais même pas prévenu de mon escapade... Il ne saurait probablement jamais ce qui m'était arrivé, mon cadavre allait rester là à pourrir comme avait dû pourrir celui de William à Markham Street... Quelle ne fut pas ma surprise de voir l'un des bestiaux se faire abattre d'une seule balle par l'inconnu que j'avais aperçu par la fenêtre tantôt. Agitant sa hache d'un air menaçant, il fit déguerpir efficacement le dernier ennemi restant qui repartit presque la queue entre les jambes. Mon regard inquiet se posa sur l'homme qui m'avait secourue. Avant même qu'un son ne soit sortit de ma bouche, il déposa sa hache à terre sans geste brusque et mit ses mains en évidence, avant de me signaler qu'il allait m'aider à me libérer de l'emprise de la mâchoire féroce qui s'était refermée sur mon avant bras.

J'avais du mal à réaliser que cet inconnu m'était venu en aide et qu'il m'avait évité de finir en morceaux.. S'abaissant à mon niveau, il attrapa la gueule de la bête et la fit s'ouvrir petit à petit. La douleur fit perler quelques larmes aux coins de mes yeux, et lorsque je fus finalement libérée, ce fut pour pouvoir l'état pitoyable dans lequel mon avant bras se trouvait désormais. Les crocs s'étaient enfoncés profondément dans ma chair, ça n'était pas beau à voir. Par réflexe, j'essayai de plier mes doigts pour vérifier que ma main répondait correctement... Et heureusement pour moi, même si c'était douloureux, j'y arrivais. L'inconnu m'aida à me relever, alors que de ma main valide je serrais mon bras endommagé contre ma poitrine. Jennsen allait me faire la peau, j'en étais sûre.

Grimaçant, je fus surprise encore une fois d'entendre la voix de l'homme, qui brisa le silence pour m'inviter à le suivre pour qu'on se mette à l'abri à l'intérieur du bâtiment où j'étais quelques minutes plus tôt, afin de pouvoir s'occuper de ma blessure. Il voulait continuer à m'aider.. ? Peut être que tous les gens biens et gentils n'étaient pas morts ou n'avaient pas viré fous finalement... Enfin, juger de la santé mentale de cet homme que je ne connaissais pas du tout était un peu prématuré. Relevant légèrement mon visage, dévoilant mon regard si expressif et embué de larmes de douleur, je fixais le bon samaritain qui se tenait devant moi. Où était le piège, sérieusement ? Si Jenn avait été là, elle aurait probablement répondu à sa gentillesse par un coup de pied bien placé avant de me dire de me méfier des gens gentils par les temps qui couraient... Mais qu'importe.

J'étais seule et j'avais besoin d'aide.. comme d'habitude aurai-je pu dire. Alors qu'il ramassait sa hache et se mettait à traîner le cadavre d'un des deux chiens, je m'abaissais pour ramasser mon beretta et le ranger dans le holster à ma cuisse. Peut être n'aurai-je pas dû, mais je choisissais de faire confiance à cet homme. Après tout, s'il avait voulu me faire du mal, il aurait déjà pu le faire sans aucun problème. J'en profitais aussi pour récupérer mon couteau que j'avais laissé dans le crâne de l'animal qui m'avait à moitié bouffé le bras, et le ré accrocher à ma ceinture. Alors que je m'attendais à ce qu'un silence de plomb ne ponctue le début de notre marche vers notre abri de fortune, mon allié temporaire choisit de lancer une petite phrase humoristique avec un sourire tout à fait charmant. Je le fixais quelques instants, surprise et décontenancée, avant de m'autoriser à lui rendre un léger sourire, qui se transforma vite en grimace de douleur.

Il ne nous fallut pas longtemps pour rejoindre le bâtiment dont on ferma les deux entrées en les bloquant avec quelques meubles, juste histoire de nous assurer une certaine tranquillité durant les minutes à venir. Me dirigeant vers une petite table, j'y posais mon sac auquel était accroché mon fusil de chasse, avant de me tourner vers l'inconnu pour le détailler pendant qu'il était occupé à déplacer la bestiole qu'il traînait. Etrangement, il me faisait penser à Victor. Me mordant légèrement la lèvre, je me décidais à retirer ma capuche, dévoilant ma crinière de feu que mes mèches avaient certainement dû laisser deviner. Ma voix douce et timide vint rompre le silence qui s'était installé : « Merci... Tu m'as sauvé la vie. » soufflais-je, réellement reconnaissante. Serrant toujours mon bras dont les plaies saignaient un peu trop à mon goût contre moi, je soupirais tout doucement en m'appuyant contre le rebord du bureau. J'avais l'art de me mettre dans des situations impossibles, c'était indéniable.

_________________________________________________



« It's the end of the world as we know it...
And I'm not afraid, 'cuz you're with me. »

If you hold my hand, promise me to never let go.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 710
Points : 1595
Date d'inscription : 07/07/2015
Age du Personnage : 26
Résidence du Personnage : Offsprings
Emploi du Personnage : Garagiste/Chasseur

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles:
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
20/20  (20/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
« Merci... Tu m'as sauvé la vie. »

Terry lui refit un large et généreux sourire charmeur.
« Qu'est-ce que tu fais, Terry ? » Il réentendait l'une de ses professeurs de collège. « Arrêtes de sourire aux filles, ce n'est pas cela qui t'aidera dans la vie. »
Mais il ne pouvait s'en empêcher, c'en était presque un réflexe. Très jeune déjà il s'était rendu compte que sa belle gueule plaisait aux filles et que son sourire était une arme efficace pour les séduire. C'était un jeu excitant que de voir évoluer leurs réactions et une victoire savoureuse quand il gagnait leur pleine attention. Quand son charme n'agissait pas avec telle fille, il ne s'en offusquait pas, ne cherchait pas à aller plus loin pour gagner à tout prix la bataille, sans doute perdue d'avance.
Ce n'était pas par orgueil qu'il agissait ainsi, ni pour cumuler le plus de conquêtes possibles. Bien au contraire, il avait eu très peu de flirts. Il avait juste l'impression de donner du plaisir rien qu'en leur offrant son sourire et en recevant les leurs. Et de son côté, il était suffisamment content de se connaître autant de succès auprès de la gente féminine qu'il ne ressentait pas le besoin d'aller plus loin. Il restait désirable, inatteignable. Cette place lui convenait bien ainsi.

Il y avait toutefois chez cette fille-là quelque chose qui le touchait, l'attendrissait. Elle avait exprimé de la surprise tout d'abord. Surprise de son arrivée heureuse à l'improviste ou de ne pas savoir dans quelle catégorie elle pouvait le ranger ? Puis sa confiance s'est manifestée rapidement, le sourire de Terry ayant sûrement aidé. Elle ne cacha pas non plus ses grimaces causées par la douleur de la blessure. Oui, elle avait un visage très expressif. Les cheveux de feu et ses grands yeux accentuaient encore plus les traits de son visage.
Il avait été également touché par ses remerciements. Sauver la vie ? Il ne pensait pas l'avoir aidée à ce point. Il pensait qu'elle aurait pu, qu'elle aurait dû pouvoir s'en sortir seule même sans son intervention. C'était un aveu de fragilité. Elle était fragile. Il n'avait jamais sauvé la vie de quiconque jusqu'à aujourd'hui. Retirer la vie oui, sauver : jamais. C'était nouveau pour lui, une nouvelle émotion à gérer. Là, de suite, il se sentait gêné. Il baissa les yeux une fraction de secondes avant de se ressaisir, un sourire toujours aux lèvres.

- Attends que je soigne ton bras avant de crier victoire.

Ils s'étaient mis à l'abri dans le bâtiment d'accueil, vide d'intérêt. La pluie battante arrosait le sol sur un côté à travers les vitres brisées. Les portes bloquées par les rares meubles, ils ne craignaient rien pour les prochaines heures des bêtes et zombies errants. Terry avait pendu sa bâche-poncho à un porte-manteau et posé son sac à côté de celui de la fille. Il y rangea son beretta et en sortit une trousse de soin. Terry avait une bonne consistance, rarement malade et la chance lui avait épargné jusque là d'être blessé même légèrement. Il s'était toujours dit que cette trousse de secours, si elle devait servir, ce serait pour quelqu'un d'autre que lui. Il s'empara d'une chaise à roulettes pour s'installer en face d'elle. Un couteau aurait été plus efficace pour dégager la plaie en découpant le vêtement, mais elle aurait pu mal interpréter. Il préféra donc lui remonter la manche le plus précautionneusement possible, émettant un « Désolé » à chaque fois qu'elle grimaçait ou gémissait.
La peau blanche et douce de son avant-bras était percée sur le dessous et le dessus de trous plus ou moins profonds pour chaque dent du molosse. D'un coup de couteau, elle l'avait fort heureusement stoppé à temps avant qu'il puisse arracher, déchiqueter la chair. Terry versa de l'eau de sa gourde sur la plaie pour nettoyer le sang et épongea d'un bout de tissu propre. Il aspergea de désinfectant. Là où les canines s'étaient enfoncées, il fallait recoudre ... Il la regarda avec tendresse et sérieux.

- Sers les dents. J'ai déjà fait ça, tu peux me faire confiance.

Il fit le premier point avec délicatesse et patience. Pour la décontracter et continuer à la mettre en confiance, rien ne valait une petite discussion.

- Moi c'est Terry. J'étais mécano ... dans l'Idaho, ça fait un mois que je suis arrivé ici.

Il était seul et nouveau en ville. C'était le message qu'il voulait faire passer et c'était la vérité. Ce n'était pas une information qui pouvait le desservir, en tout cas pas par elle. Il lui retourna le poignet pour s'attaquer aux deux dernières perforations.

- Je chassais également. Le dépeçage, ça m'connait.

Il désigna les deux chiens d'un geste de la tête. Ce serait l'étape suivante. Et, selon le temps, les conditions extérieures, peut être prendraient-ils le temps d'en faire cuire un morceau à grignoter, qu'il puisse profiter encore un peu de sa compagnie. Après un temps long de solitude, le fait d'avoir recroisé quelques humains en ville lui avait redonné goût/envie aux rencontres et à la vie en communauté.

Trou n°4

HRP:
 

_________________________________________________

<< Des créatures de Dieu qui s’étaient endormies en pleurant,
ouvraient les yeux pour pleurer de nouveau. >>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 333
Points : 1272
Date d'inscription : 09/05/2015
Age du Personnage : 25
Résidence du Personnage : QG des Offsprings of Freedom.
Emploi du Personnage : Survivante à temps plein.
Rumeur : Pas encore à ma connaissance.

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles:
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
20/20  (20/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
Il n'avait pas plaisanté quand il avait parlé de s'occuper de ma blessure. Plissant légèrement les yeux, je l'observais s'installer sur une chaise de bureau face à moi avant de commencer à tout doucement me retirer la manche de mon sweat endommagée par les crocs de la bête. La douleur me fit grimacer et quelques gémissements de souffrance passèrent même la barrière de mes lèvres. A l'entente de mes complaintes, Terry s'excusa. Mais pourquoi ? Ca n'était pas sa faute après tout.. Quand ma blessure fut enfin à l'air libre nous en constations tout deux l'importance... C'était franchement moche à voir, et le sang s'écoulait par les nombreuses plaies. Après avoir désinfecté, m'arrachant de nouvelles grimaces, mes yeux larmoyants croisèrent ceux de l'homme qui m'avait sauvé la vie. Il avait l'air si sérieux.. et pourtant une pointe de douceur brillait dans ses prunelles. Je compris rapidement pourquoi lorsqu'il approcha son aiguille de mon bras pour commencer à recoudre mes plaies, tout en me disant de lui faire confiance.

Serrant les dents, je ne fus pas étonnée d'entendre mon sauveur inconnu se présenter. Après tout, il se comportait déjà si gentiment avec moi, quoi de plus normal qu'il me dise son nom et qu'il me parle un peu de lui... J'aurai sûrement fait pareil à sa place si je voulais mettre en confiance une personne que je devais soigner. Il m'indiqua venir de l'Idaho et n'être arrivé à Salem que depuis un mois. Il devait donc être un survivant isolé... Mon cœur se serra un peu pour lui. Je n'aurai jamais pu survivre seule moi, j'étais bien trop tête en l'air, et puis j'aimais beaucoup trop être entourée. J'avais eu de la chance de trouver Jennsen à la Marion County Jail, grâce à elle j'avais pu rencontrer Victor qui m'apportait un bonheur dont je n'aurai jamais soupçonné l'existence dans ce monde si dur. Le dénommé Terry m'indiqua également être chasseur et s'y connaître en dépeçage. Observant un silence quelques instants, hésitante, j'ouvrais finalement la bouche pour laisser s'échapper ma voix cristalline.

« Kelsey.. » Mon regard croisa celui de Terry qui s'était relevé. « Je vivais en Californie... Il y a très longtemps. Je crois que ça fait plus d'un an que je suis à Salem... C'est difficile de se repérer réellement dans le temps, je ne compte plus les jours depuis une éternité. » Détournant légèrement le regard, je sentis que Terry avait terminé son œuvre sur mon bras. Jennsen jugerait de la propreté et de la qualité du travail je n'en doutais pas, mais à mes yeux c'était déjà beaucoup qu'il ait utilisé son matériel pour me soigner alors même qu'il ne me connaissait pas. Lui offrant un sourire, mes yeux exprimaient toute ma gratitude à son égard. « Merci beaucoup Terry. »

Observant mon bras meurtri, je constatais que serrer le poignet ou bouger m'était douloureux. Un soupir s'échappa de mes lèvres, et je baissais les yeux. « J'étais venue pour chasser, mais ça m'a l'air plutôt compromis. Je vais me faire tuer.. » murmurais-je, plus pour moi même que pour mon interlocuteur. Quand je parlais de me faire tuer, je songeais évidemment à Jennsen et Victor qui devaient m'attendre à notre base morts d'inquiétude... Et qui allaient me faire passer un sale quart d'heure quand je rentrerai et que je leur montrerai ma blessure. Mon regard croisa de nouveau celui plutôt interrogatif de Terry, et je lui offris un sourire plein de douceur tout en ramenant mon bras meurtri contre moi. « Dis moi comment je peux te remercier de ton geste. » La gentillesse était rare de nos jours, et elle se devait d'être récompensée par la même gentillesse.

_________________________________________________



« It's the end of the world as we know it...
And I'm not afraid, 'cuz you're with me. »

If you hold my hand, promise me to never let go.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 710
Points : 1595
Date d'inscription : 07/07/2015
Age du Personnage : 26
Résidence du Personnage : Offsprings
Emploi du Personnage : Garagiste/Chasseur

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles:
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
20/20  (20/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
Kelsey. D'apparence timide, elle était tout de même loquace et avait beaucoup à dire. Peut être pour se détendre suite au stress subit auparavant. La confiance s'était installée. Ils s'étaient présentés plus que le strict nécessaire qu'on en oublierait dans quel monde on vivait maintenant.
Elle se sentait redevable envers lui. A part un baiser, il n'y a rien d'autre qu'il souhaitait recevoir d'elle en échange. Mais quant elle avait parlé de "se faire tuer" pour s'être aventurée seule au point de rentrer blessée, mentionnait-elle son groupe ou un hypothétique compagnon ?
Alors qu'elle manipulait l'habileté restante de son bras qui continuait à la faire souffrir, Terry aperçut une dernière goutte de sang sur le bras de la fille. Il l'essuya du bout du doigt qu'il porta à la bouche pour le lécher. Son regard rencontra alors le sien. Elle avait bon goût, son sang était chaud et doux. S'il n'obtenait pas de baiser, il garderait son goût en mémoire. Il détourna l'attention :

- T'inquiètes pas trop pour ton bras. Ça passera dans quelques jours. Tu peux encore appuyer sur la gâchette, c'est déjà bien.

Terry regagna son sac pour y ranger le reste de sa trousse de secours ainsi que sa gourde. Il se saisit de sa hache et sortit son couteau de chasse de son étui accroché à la ceinture, puis s'approcha des cadavres de chien.

- Ils ne sont pas bien gros, mais tu vas voir que tu n'es pas venue pour rien ! Il marqua une pause. T'es pas obligée de regarder.

Il ne savait pas si ce travail de boucherie pouvait la choquer ou non, elle semblait avoir été beaucoup protégée par les siens jusqu'à aujourd'hui et il ne souhaitait pas casser cela.
Il observa les carcasses. En effet, les deux clebs étaient affamés, quasi que la peau sur les os. Il commença par les évider, jetant leurs entrailles non comestibles à l'extérieur par une fenêtre : cela aurait également l'avantage de servir autre chose que leurs fesses en pâture aux autres chiens errants. Il trancha la tête, sépara les pattes à la hache, découpa et retira la peau. Sur une feuille de papier, il plaça les plus beaux et gros morceaux de chair du chien de Kelsey. La bestiole était vérolée, ça ne sera pas terrible à bouffer. Terry avait eu l'occasion de manger pire que cela, même cru, il se gardera ce paquet pour lui. Il n'en avait pas tiré grand chose, à peine l'équivalent d'une ration. Pour le 2nd chien, pas mieux, mais la viande paraissait saine. Il ferma ce dernier paquet et le tendit à Kelsey.

- On partage, t'en as abattu un, c'est ta part.

Il passa sur sa demande de trouver un moyen de le remercier. Il n'aimait pas que d'autres lui soient redevables de quoique ce soit. Il l'avait aidé, c'était son choix, il n'a pas agi dans le but d'obtenir la moindre chose en retour. A l'occasion, elle lui retournera la pareille si l'occasion se présente.
Terry ouvrit la porte arrière. La pluie avait cessé, pour le moment. Il se lava les mains dans une flaque et les frotta sur l'herbe détrempée. De même avec ses outils. Le green était redevenu calme.

- Ca te dirait de faire un peu de cueillette ? Les premiers fruits sauvages de l'année devraient être sortis.

Au début du parcours, alors qu'il longeait le green, il avait pu voir la nature sauvage s'installait dans les sous-bois de côtés. Il pourrait y trouver leur bonheur.

HRP:
 

_________________________________________________

<< Des créatures de Dieu qui s’étaient endormies en pleurant,
ouvraient les yeux pour pleurer de nouveau. >>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 414
Points : 1339
Date d'inscription : 04/05/2015
Age du Personnage : 31
Résidence du Personnage : QG des Offspring of Freedom
Emploi du Personnage : Survivant
Rumeur : Bon tireur

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles: 1
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
0/20  (0/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
11 Mai 2017
Salem Est

Le soleil se levait à peine quand Jennsen et Victor avaient quittés le relatif abri de leur planque pour aller explorer un quartier au nord de la ville. Au final, il n'avait pas trouvé grand chose, hormis des bâtiments complétement délabrés où aucun être humain n'avait mis les pieds depuis des années. Des pillages en règle avaient déjà dû avoir lieu dans la rue qu'ils avaient fouiller car toutes les choses qui auraient pu intéresser les deux Rahl avait soit disparu ou était endommagé.
Et pour couronner le tout, un groupe assez important de mort-vivants les avaient surpris. Ils avaient dû écourter leur exploration et fuir afin d'emprunter un chemin détourné pour rentrer. Le trajet pour rentrer avait été rallongé d'au moins une heure et demie. Autant dire que les deux jumeaux étaient vannés quand ils arrivèrent dans ce qui faisait office de foyer pour eux.

Quand ils étaient rentrés, Riley était en train de repriser sa chemise. Il était parti explorer les bâtiments autour de celui qu'ils utilisaient pour leur planque en même temps qu'eux. Il n'avait pas vu de chose valant de s'attarder trop longtemps. Par contre, le coeur de Victor se sera quand il annonça que Kelsey n'était pas là.

- Où est-elle ? réagit-il.
- Elle a pris du matos, celui qu'elle prend pour aller chasser d'habitude...

Jennsen avait un regard qui en disait long sur ce qu'elle pensait de cette prise de risque. Mais le Rahl savait que la jeune femme était capable de se débrouiller. Elle savait tirer, elle connaissait les risques de la région et n'entrerait sans pas en contact avec d'autres survivants. Malgré toute la confiance qu'il avait en Kelsey, Victor repassa la veste qu'il venait de retirer sur ses épaules, vérifia son arme et repartit. Jennsen se proposa de l'accompagner, mais il lui rétorqua qu'il y avait encore à faire pour la journée et qu'il pouvait se débrouiller seul. De plus, un fois qu'il aurait retrouver Kelsey, ils seraient deux. Il se mit donc en route.

Le plus important était de trouver l'endroit où elle avait pu aller. Le jeune homme décida de diriger vers l'endroit où ils avaient l'habitude d'aller chasser ensemble. Alors qu'il marchait, le regard aux aguets pour repérer toute menace éventuelle, il se souvint que Kelsey avait évoqué le golf de Salem et toute la végétation qu'il offrait aux animaux. Il dut s'orienter dans la ville en fonction de ses souvenirs, mais il parvint à trouver la route de l'ancien golf, où naguère des centaines joueurs venaient tenter leur chances sur les 18 trous qu'il fallait atteindre. Il repensa à tous ces gens qui avait un peu d'argent et qui pratiquaient le golf, à ceux, moins fortunés, qui cherchaient seulement un moyen de s'amuser différent... Tout un pan de l'ancienne société avait été fauché comme en plein rêve. Désormais, un golf était synonyme d'une chance de trouver des animaux à chasser pour se nourrir.

Après un moment à parcourir les rues de Salem, il finit par arriver aux abords du golf. Il était un peu essoufflé car il avait marché à un rythme soutenu. Malgré lui, une inquiétude s'était glissée en lui. Il craignait que quelque chose ne soit arrivé à Kelsey.
Il fit une courte pause pour observer le terrain. Un grand découvert de tenait devant lui. Le green avait une pelouse bien trop haute. Un petit coup de tondeuse à gazon serait sans doute nécessaire pour relancer une affaire dans le golf, pense Victor avec un demi-sourire.

Il dégaina son arme, vérifia qu'elle était bien chargée et s'avança. Une petite brise soufflait un vent frais. Les températures étaient fraiches pour la saison.
Il pénétra sur le green, ses sens tendus au maximum. Un lourd silence pesait sur l'endroit.
Après tout, Kelsey avait peut-être décidé d'aller à l'endroit habituel. Victor faillit faire demi-tour, mais la curiosité attisa son envie d'explorer les lieux. Il vit à quelques dizaines de mètres de là ce qui avait dû être l'accueil du golf. Les vitres du bâtiment étaient brisés. Encore un bâtiment complétement ravagé...

A mesure qu'il s'avança, il distingua des bruits qui venaient de l'intérieur. Il y avait quelqu'un. D'un coup, il oublia le golf, la pelouse trop haute, la nature reprenant ses droits sur l'endroit. Sa concentration monta en flèche. Une rencontre avec d'autres survivants étaient toujours un événement exceptionnel. Un événement qui pouvait mener à beaucoup de danger mortel. Jusqu'ici, ils avaient eus de la chance avec leurs rencontre. Quoique, plusieurs fois, il avait dû échapper aux Raiders ou à d'autres survivants démunis qui auraient tués mère et père pour un manteau ou des chaussures en bon état.

Il entra dans le bâtiment sans faire de bruit et tomba sur une scène qui en surprendrait plus d'un. Des cadavres de chiens dépecés gisaient dans la pièce, aux pieds d'un homme tenant une hache - qui avait sans doute dû servir à accomplir ce travail de boucher - et une femme qui écoutait l'homme. Une femme qu'il aurait reconnu entre toutes. Sa chevelure rousse soulagea d'un poids Victor qui avait retrouvé Kelsey.

La situation étant confuse, Victor garda son arme prête à faire feu mais ne la pointa sur personne en particulier, même si elle déviait naturellement vers l'homme. Il s'annonça en demandant d'un ton ferme :

- Qu'est ce qui se passe ici ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 333
Points : 1272
Date d'inscription : 09/05/2015
Age du Personnage : 25
Résidence du Personnage : QG des Offsprings of Freedom.
Emploi du Personnage : Survivante à temps plein.
Rumeur : Pas encore à ma connaissance.

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles:
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
20/20  (20/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
Suite à ma demande, je le sentis réfléchir quelques instants. J'espérais juste qu'il n'allait pas me demander quelque chose de loufoque, de dangereux ou même de déplacé... Mais il ne dit rien sur l'instant. Non, il se contenta juste d'essuyer une goutte de sang qui perlait sur mon bras et.. de la porter à sa bouche. Son geste peu anodin me donna un profond sentiment d'inconfort alors que nos regards se croisaient. Il avait goûté à mon sang comme si de rien était, comme si c'était normal... Mais en fait ça ne l'était guère. Est-ce qu'il avait des tendances cannibales ? Pitié tout mais pas ça, je préférais encore me faire bouffer par un chien que par un congénère rendu fou par l'épidémie et la survie... Comme si de rien n'était, Terry enchaîna en me disant de ne pas m'inquiéter pour mon bras et que je serais sûrement guérie dans quelques jours, en attendant selon lui être encore capable d'appuyer sur la détente de mon revolver était une chance.

Je le vis alors s'en retourner vers son sac pour y déposer sa trousse de soin, avant de se saisir de sa hache et de son couteau. Il m'indiqua que je n'étais pas obligée de regarder ce qui allait suivre, et sagement je décidais de détourner mon regard et d'aller jeter quelques coups d'oeil dans les placards derrière moi, voir si je n'avais pas loupé quelque chose d'intéressant tout à l'heure. Mes pensées allaient de l'homme qui se tenait derrière moi en train de découper les bêtes à mes amis que je n'avais pas prévenu de mon escapade. Victor et Jennsen allaient tellement me tuer... Surtout cette dernière, quand j'allais revenir avec mon bras blessé et recousu par un parfait inconnu.. Un soupir désespéré traversa mes lèvres. J'avais l'impression que chaque fois que je tentais de faire quelque chose pour aider, je foutais tout en l'air. Un véritable poids mort, un danger avec le mauvais œil tatoué en plein milieu du front.

La voix de Terry me tira de ma rêverie, et je revenais vers lui pour récupérer le petit paquet qu'il me tendait. Je n'étais pas bien sûre de vouloir goûter à la viande de chien, mais je ne doutais pas une seule seconde qu'un autre de notre planque s'y intéresserait de près. Riley était du genre costaud et la viande ça lui plaisait. « Merci.. » Lui soufflais-je simplement, un léger sourire aux lèvres. J'avais déjà oublié l'épisode de la goutte de sang.

Terry sortit laver ses mains et ses outils, me laissant tout loisir de jeter un coup d'oeil au véritable carnage qu'il avait fait. Un haut le cœur me pris et je me détournai rapidement pour aller ranger le paquet dans mon sac. Lorsque mon allié du jour revint en laissant derrière lui la porte ouverte, il me proposa d'aller cueillir les quelques fruits sauvages qui commençaient à pointer le bout de leur nez en cette saison... Réfléchissant quelques instants, j'acquiesçai. Après tout j'étais venue pour ramener quelque chose à manger aux autres, et des fruits c'était mieux que rien. Terry commença à s'affairer autour des cadavres, peut être pour les déplacer je ne sais pas, alors que je fixais son dos, attendant qu'il me dise que tout était bon pour que nous sortions... Quand une voix me fit sursauter et me retourner précipitamment. Une voix que j'aurai pu reconnaître entre milles. Le ton ferme de mon compagnon avait résonné dans la pièce alors qu'il nous fixait, moi et surtout Terry qui se trouvait encore le dos tourné, son arme en main.

« Victor.. » Soufflais-je, étonnée de le voir. Qu'est-ce qu'il faisait ici ? Est-ce que... Est-ce qu'il s'était mis à ma recherche en remarquant mon absence ? J'étais surprise de le voir, mais aussi infiniment heureuse. J'avais cru mourir et ne jamais le revoir tout à l'heure bon sang, et il était là à me fixer avec ses magnifiques yeux bleus, même si son regard était un peu plus dur que d'habitude en cet instant. J'avais envie de courir me jeter dans ses bras et me mettre à pleurer en lui demandant pardon pour ma stupidité... Mais l'inquiétude me gagna rapidement par rapport à Terry. J'espérai qu'aucun des deux n'allait mal réagir et que les présentations à venir allaient bien se passer. Doucement, je me mis face à Victor, entre lui et Terry. J'en oubliais presque mon avant bras toujours replié contre ma poitrine, qui découvert laissait parfaitement entrevoir la blessure récente que j'avais subie, et qui venait tout juste d'être soignée.

« Je vais tout t'expliquer. Je suis désolée... Désolée d'être aussi stupide. C'est ma faute. Je voulais juste aller chasser, histoire d'être un peu utile pour une fois, et pouvoir me changer les idées... Mais y a eu ces chiens, je crois que j'ai vraiment failli mourir, mais il m'a aidée et ça va ! Je te jure que ça va.. Ne t'énerve pas s'il te plait.. » Certes, mes explications étaient un peu décousues, ma voix tremblante, et à m'entendre les deux hommes dans cette pièce allaient sûrement rapidement comprendre que j'étais en vérité encore en état de choc.

_________________________________________________



« It's the end of the world as we know it...
And I'm not afraid, 'cuz you're with me. »

If you hold my hand, promise me to never let go.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 710
Points : 1595
Date d'inscription : 07/07/2015
Age du Personnage : 26
Résidence du Personnage : Offsprings
Emploi du Personnage : Garagiste/Chasseur

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles:
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
20/20  (20/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
Qu'est-ce qui l'avait le plus surpris : avoir quelqu'un qui débarque à l'improviste dans son dos, qu'il s'agisse de ce type croisé quelques semaines auparavant ou que Kelsey le connaisse ? Le monde était petit, il ne devait pas rester grand monde à Salem et Terry était repassé dans le quartier justement pour retrouver traces des premiers survivants croisés. De là à ce qu'elle le connaisse ... Mouais, la probabilité n'était pas forcément si faible. Il aurait préféré qu'elle fasse partie d'un groupe d'inconnus plutôt que de celui de Victor, peut être parcequ'il avait eu une première bonne impression de ce dernier.

Terry s'était donc retourné vers le nouvel arrivant. Le prénom énoncé et un peu du son de la voix, il avait deviné de qui il s'agissait alors qu'il lui faisait maintenant face, hache dans les mains, quelques éclaboussures de sang sur le visage. Qu'est-ce qui pourrait plus surprendre Victor : cette situation rocambolesque avec Kelsey amochée et Terry armée, ces retrouvailles imprévues avec Terry rapidement croisé par le passé ou le tout réuni agrémenté des explications maladroites de Kelsey ?

L'arrivée intempestive de son camarade l'avait destabilisée. Etait-ce de la peur ? Exerçait-il une quelconque forme de dominance ou de pression sur elle ? S'il y avait un abus de force de Victor sur Kelsey, Terry comptait bien la défendre. Il était pour un juste équilibre des forces. C'est comme cet apocalypse, cela avait rétabli la balance entre les humains et la nature. Quelles relations entretenaient ces deux-là ? Voilà une sérieuse question. Il allait investiguer à sa façon. Terry n'avait pas un fond à chercher la bagarre, mais savait y faire pour les provoquer. Et les filles, c'était un sujet facile pour rendre les autres garçons (souvent possessifs et jaloux) agressifs. Il voulait savoir à quel point et de quelle manière celui-là tenait à Kelsey, si elle était en bonne compagnie ou si elle ferait mieux de se reposer sur Terry. Peut être le fera-t-il juste par jeu.

En réaction à la détresse apparente de la fille, il eut pour premier réflexe de resserrer l'étreinte sur sa hache. Pas par menace, plutôt par défi ou confrontation d'hormones mâles. Mais rapidement, il distingua autre chose dans la voix de Kelsey, un changement dans l'intonation, un tremblotement : elle défaillait ! Terry, un peu en mode panique, lâcha prise de son arme d'une main, ne la tenant plus que de la gauche pour aller se rapprocher d'elle et lui saisir le bras pour le cas où elle basculerait en arrière. Son réflexe naturel de porter secours l'emporta sur le duel de regards et de testostérone qui n'avait guère eu le temps de se mettre en place entre les deux hommes.

- On chassait ... des chiens nous ont attaqués.

S'adressant à Kelsey qu'il tenait toujours par le bras, il avait utilisé le 'on' à plusieurs desseins. Il voulait atténuer l'action en solitaire de Kelsey au risque de porter une grosse part de responsabilité à son état actuel. D'autre part, il voulait marquer une forme d'attachement qui se serait nouée entre eux deux, histoire d'exacerber la jalousie palpable de Victor. Se retournant vers ce dernier, il continua :

- C'était pas évident, mais elle a assuré. Et ... heureux de te revoir, Victor.

Pas besoin de préciser qu'il était venu au secours de Kelsey ni qu'il l'avait soignée avec son propre matériel. Elle l'avait tellement remercié qu'elle se chargerait bien de le rappeler de nouveau à Victor.

_________________________________________________

<< Des créatures de Dieu qui s’étaient endormies en pleurant,
ouvraient les yeux pour pleurer de nouveau. >>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 414
Points : 1339
Date d'inscription : 04/05/2015
Age du Personnage : 31
Résidence du Personnage : QG des Offspring of Freedom
Emploi du Personnage : Survivant
Rumeur : Bon tireur

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles: 1
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
0/20  (0/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
La surprise apparut sur le visage de Kelsey. De toute évidence, elle ne s'attendait pas à le voir. Victor crut y déceler une pointe de culpabilité également. Il garda une expression neutre, mais ne put s'empêcher de faire un petit sourire à la jeune femme. Visiblement, elle n'était pas dans son état normal. Elle était agitée et il remarqua qu'elle avait une blessure au bras. Il fronça les sourcils interrogateur. Qu'est ce qui avait bien pu lui arrivé ?
Elle se leva et commença à parler pour essayer d'expliquer la situation.

- Je vais tout t'expliquer. Je suis désolée... Désolée d'être aussi stupide. C'est ma faute. Je voulais juste aller chasser, histoire d'être un peu utile pour une fois, et pouvoir me changer les idées... Mais y a eu ces chiens, je crois que j'ai vraiment failli mourir, mais il m'a aidé et ça va ! Je te jure que ça va.. Ne t'énerve pas s'il te plait..

Sa voix tremblait et elle eut du mal à parler distinctement tant elle voulait dire ce qu'elle avait à dire rapidement. L'affirmation quant au fait que l'homme l'avait aidé avait l'air plausible et, de toute façon, pourquoi Kelsey lui mentirait sur ce point ? Il se détendit quelque peu et afficha un regard affectueux à sa compagne.
Quand il y repensait, ç'avait l'air bête. Des chiens affamés ! Pas vraiment le genre de menace auquel on aurait pu penser en premier, mais c'était une erreur. Si beaucoup de chiens et de loups avaient pu se faire avoir par des zombies ou des survivants en manque de viande, il en restait un grand nombre et eux aussi étaient affamés.

L'homme qui avait aidé Kelsey s'était retourné et Victor put s'attarder sur son visage. Il reconnut un survivant qu'il avait déjà croisé auparavant. Il s'appelait Terry si sa mémoire était bonne. Lors de leur rencontre, il lui avait laissé l'impression d'un type honnête et débrouillard. Bon, c'était encourageant. Il valait mieux tomber sur quelqu'un qu'on connaissait déjà que sur une personne dont on ne savait rien. Quoique... Victor ne savait pas grand chose de Terry, mis à part le fait qu'il l'avait aidé à fuir un groupe de Raiders.

Instinctivement, Kelsey s'était placé plus ou moins entre Terry et Victor. Sans doute pour empêcher tout débordement de l'un ou de l'autre. Chaque survivant savait qu'une rencontre entre plusieurs humains pouvait dégénéré rapidement dans le monde qui était désormais le leur. Alors que Victor observait l'homme, Kelsey eut un étourdissement et faillit tomber. Mais Terry qui se trouvait juste à côté de celle-ci put la rattraper par le bras et la stabiliser. Le Rahl avait fait un pas en avant pas réflexe mais s'était arrêté en voyant que Kelsey était encore debout grâce à Terry.
La situation ne plaisait pas particulièrement à Victor. Si jamais l'homme n'était pas aussi amical que l'impression qu'il lui avait laissé la dernière fois, il tenait plus ou moins Kelsey en otage. C'est pourquoi, le pistolet de Victor restait toujours braqué dans la direction de Terry qui avait resserrer sa prise sur hache.
Puis, comme pour confirmer les dires de Kelsey, il prit la parole :

- On chassait ... des chiens nous ont attaqués.

Victor fit un sourire en coin avec un regard perplexe. Non pas qu'il remette en cause la parole de Terry, mais il avait bien conscience que c'était une vérité un peu arrangée et très simplifiée. Dire qu'ils chassaient ensemble était présomptueux quand on savait que Kelsey n'avait jamais rencontrée Terry et qu'elle n'aurait sans doute pas pris le risque d'entrer en contact avec un survivant armé et en bonne santé seule. Alors aller chasser avec un tel survivant, c'était peu probable.

- C'était pas évident, mais elle a assuré. Et ... heureux de te revoir, Victor.

Victor lança un regard ironique et perplexe en direction de la blessure de Kelsey. Assurer n'était peut-être pas le terme qu'il aurait employé, mais elle devait sans doute avoir tué l'un des chiens ou permit de les abattre plus facilement d'une manière ou d'une autre. La blessure inquiétait Victor... Jennsen serait folle de rage et d'inquiétude en la voyant et revérifierait tout elle-même.

- Salut à toi, Terry,
fit Victor pour commencer. Je te crois quand tu dis que vous vous êtes fait une petite partie de chasse.

Victor lui adressa un sourire malicieux mais qui ne cherchait pas à provoquer son vis-à-vis ou même à l'insulter. C'était le côté chambreur et rigoleur de Victor qui ressortait quelque fois. Son ton ironique qu'il aimait employer et qu'il avait employé beaucoup plus avant l'épidémie lui avait souvent attiré des ennuis. Désormais, il n'avait plus tellement l'occasion de l'utiliser.

- Je pense que tu peut l'aider à s'asseoir et la lâcher, ça sera mieux pour elle. Tu peux aussi lâcher ta hache.

Il soutint le regard de Terry pendant un instant assez long puis rengaina son arme en premier. Si jamais l'urgence s'en faisait sentir, il était capable de dégainer assez vite. Il attendit ensuite que Kelsey soit assise pour continuer à parler.

- Comment te sens-tu, Kel ? demanda-t-il.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 333
Points : 1272
Date d'inscription : 09/05/2015
Age du Personnage : 25
Résidence du Personnage : QG des Offsprings of Freedom.
Emploi du Personnage : Survivante à temps plein.
Rumeur : Pas encore à ma connaissance.

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles:
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
20/20  (20/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
Après mes explications assez floues et désordonnées, alors même que Terry et Victor semblaient s'être lancés tout deux dans un étrange duel de regards, un tremblement un peu plus violent que les précédents parcourut mon corps et faillit me faire tomber à la renverse, mais mon allié du jour se précipita et d'une poigne ferme me permit de tenir debout. Je sentais les yeux assez inquiets de Victor posés sur moi, et j'essayai de le rassurer d'un regard tendre, mais plein de fatigue. En ce moment c'était l'ascenseur émotionnel pour moi, et mon corps était visiblement en train de le payer. Alors que j'allais ouvrir la bouche à nouveau pour me justifier, Terry prit la parole pour, à mon plus grand étonnement, se présenter comme mon partenaire de chasse du jour pour je pense essayer de m'aider. Connaissant Victor, je savais qu'il n'allait pas gober ça si facilement... Non, lui et Jenn m'avaient bien trop fait la leçon sur les dangers de ce monde et surtout sur les survivants aguerris qui rôdaient dans les parages...

A quel moment allait-il accepter de croire que malgré tout ce qu'ils m'avaient dit, j'étais allée chasser avec un parfait inconnu croisé le même jour ? Mais ça Terry ne pouvait pas le savoir. Alors que ce dernier tentait de faire croire à Victor que je m'en étais bien tirée face aux chiens, je vis le regard ironique de mon compagnon se diriger avec automatisme vers mon bras blessé, et je baissais les yeux avec gêne. J'étais tout bonnement stupide... Et Terry qui essayait d'arranger la situation d'une certaine façon, c'était sympathique de sa part. J'appréciais le geste, malgré son utilité mitigée. Ma surprise fut par contre totale lorsqu'il prononça le nom de mon compagnon pour le saluer, et je relevais les yeux vers Victor pour le regarder d'un air interrogatif. Ils se connaissaient ? Mais alors, s'ils s'étaient déjà rencontrés... pourquoi se toisaient-ils tous les deux avec ces mêmes regards méfiants ? J'avais du mal à comprendre.

Lorsque Victor se décida enfin à ouvrir la bouche pour saluer l'homme qui maintenait toujours sa forte poigne sur mon bras, un léger sourire en coin s'installa sur mes lèvres. Il n'avait rien gobé du tout à l'histoire de Terry, j'en étais certaine. Je jetais un regard en biais à Terry alors que mon compagnon lui demandait de m'aider à m'asseoir et me lâcher. Visiblement, Victor se méfiait de lui, je l'entendais dans sa voix, je le voyais dans son regard. Il n'appréciait pas que je sois de son côté du bureau, si proche de cet inconnu et si loin de lui... En soit, il n'avait pas tort, si Terry se révélait être un faux gentil j'étais en très mauvaise posture. Etait-ce que mon homme craignait ? Mon regard croisa celui de Terry, et je lui fis un léger sourire. Pour lui signifier que ça allait, que j'avais effectivement envie de m'asseoir, mais aussi un peu pour lui faire savoir que j'avais confiance.

Face à nous Victor rengaina son arme, ce qui peut être aida un peu ma nouvelle connaissance à se détendre. Doucement Terry m'aida à reculer jusqu'à la chaise sur laquelle il s'était assis pour me soigner, et m'y fit prendre place. Je poussais un léger soupir de soulagement et me détendit également, mes yeux cherchant maintenant le regard de Victor alors qu'il s'adressait à moi. Un sourire doux prit place sur mes lèvres. Ce que je pouvais aimer sa voix lorsqu'il me parlait. « Ne t'en fais pas, je te promet que ça va... » Ses yeux déviaient inévitablement vers mon bras. Je laissais échapper un soupir. « J'ai manqué d'attention, comme d'habitude... Les crocs se sont plantés profondément, je n'aurai pas pu me dégager seule. Terry m'a aidée et surtout il a tout recousu. C'est presque comme neuf ! »

Cette phrase avait un léger côté enfantin, certes, mais il traduisait implicitement pour Victor la peur qui se cachait derrière mes paroles : le moment où Jennsen allait voir mon bras. Elle allait tellement me tuer... Un frisson désagréable me parcourut l'échine. Les confrontations avec la caractérielle brune, ça c'était quelque chose qui me faisait vraiment peur. Et même si je savais qu'elle m'appréciait beaucoup, j'avais toujours peur de faire la stupidité de trop, celle qui la ferait littéralement exploser. « Je n'irai plus jamais chasser sans toi, promis... » gémis-je à l'adresse de mon compagnon, un peu désespérée. Mes yeux interrogatifs se tournèrent ensuite vers Terry qui se tenait toujours à mes côtés. « Mais... Comment est-ce que vous vous connaissez tous les deux ? » Victor ne m'avait jamais parlé de lui. Mauvais souvenir ? Pas important peut être ? J'étais curieuse.

_________________________________________________



« It's the end of the world as we know it...
And I'm not afraid, 'cuz you're with me. »

If you hold my hand, promise me to never let go.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Faire son trou
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Joli-Trou, une localité succulente
» [TUTO] Faire des socles
» Faire des arbres?
» G20, des mesures adoptées pour faire face à la crise
» [Tutoriel] Une gourde sympa à faire.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Zombie Apocalypse :: Zone de Salem :: Salem Est :: Campagne avoisinante-