Life is but a journey, an ephemeral and fragile one. Now it simply became bloody as well...
Jericho est de retour, et ses sbires ont remis en marche l’entreprise d’esclavagisme qu’ils semblaient avoir mis en veilleuse depuis quelques mois. N’importe quel survivant est une cible potentielle pour le regroupement de pillards et Dieu seul sait ce qui arrive alors aux pauvres âmes qui en sont les victimes… Le seul espoir des survivants de la ville s’incarne dans le maître d’orchestre de la seule victoire que les rescapés de Salem ont arraché à Jericho, Azad Kamrane. C’est-à-dire, l’homme derrière la chute de la Marion et qui a dans le même temps remis en liberté les esclaves que les Raiders avaient si durement rassemblés à l’intérieur des murs de la prison. L’Iranien a poursuivi les préparations de la lutte à venir, mais au-delà des questions concrètes qu’il lui faut considérer, plusieurs interrogations restent sans réponse. Qui sont-ils réellement? Que veulent-ils? Où sont-ils? Que font-ils de leurs victimes? Combien de personnes suivent Jericho? Autant d’inquiétudes auxquelles le leader des Offsprings devra très rapidement trouver des réponses…
CharteContexteFonctionnalitésBazarEspace PersonnelScénarios
A savoir
# Un event important est actuellement en cours ! N'hésitez pas à suivre son déroulement ici → An unreachable, yet invaluable prize...
#
Contexte
De l'humanité il ne reste presque plus rien. Derniers survivants face à la menace zombie, vous avez combattu la peur, la maladie et la misère. Six années se sont écoulées, combien de jours tiendrez-vous encore ? Nous sommes en 2017 et le monde a été plongé dans le chaos suite à une catastrophe biologique. Que vous veniez de Central City ou de contrées plus éloignées, votre course effrénée pour la survie vous a mené jusqu'à Salem, dans l'Oregon. L’accalmie qui régnait dans les derniers mois s’est terminé dans le sang et la douleur avec le retour des Raiders qui sont sortis de l’ombre dans laquelle ils se trouvaient. Ils ont depuis repris leur entreprise sombre, et tout être humain encore dans les environs, homme, femme et enfant sont à risque d’être faits prisonniers comme ils l’ont fait lors de leur arrivée en mars. Dans ce monde totalement changé, le danger rôde à chaque instant, et l’avenir de tous ceux se trouvant dans Salem est voilé d’une incertitude qui n’est pas près de se lever. Face à un tel raz-de-marée de sauvagerie, la survie de tous dépendra des actions individuelles de chacun... Et vous, qu'attendez vous pour nous rejoindre ?
Remerciements
Nous tenions à remercier le forum Never-Utopia grâce à qui le forum peut aujourd'hui connaître un renouveau. Un merci aussi à nos joueurs pour leur patience et leur soutien après tout ce temps. ZA n'est pas encore parfait, mais grâce à vous il vit. Un merci également aux administrateurs qui donnent de leur temps et ne cessent d'essayer d'améliorer le forum et le confort des joueurs...

Longue vie à ZA, et que la passion de l'écriture continue de nous lier, tous ensemble, dans cet univers.
Zombie Apocalypse
Saison 5 : A Battle for Freedom

Partagez | 
 

 De nouveaux visages

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Messages : 485
Points : 1442
Date d'inscription : 03/05/2015

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles: 2
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
3/20  (3/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
Victor en avait eu assez pour son argent il faut croire… Bien que je ne pus voir comment il réagit aux réactions promptes de sa comparse, je le vis s’approcher de notre duel d’iris et éloigner la jeune femme de moi d’une main douce avant de la prendre dans ses bras un court instant.

J’haussai un sourcil étonné en les regardant faire. C’était loin d’être une simple accolade amicale… Du moins c’est ce que mon instinct me donna comme impression. Il y avait une affection subtile qui fut visible à mon intuition acérée malgré la brièveté de l’échange Ainsi la jeune Kelsey n’était peut-être plus seule au monde.  Je n’avais pas encore la certitude de mon impression, mais si c’était le cas, je regrettais encore plus le sort de William. Il aurait sans doute tellement apprécié de l’apprendre avant sa fin.

Le frère de Jennsen n’en avait visiblement pas fini avec moi cela dit, il ne se permit qu’un très court instant auprès de la rouquine avant de se retourner vers moi.

- Bon, tu sais quand même un peu sur les Raiders finalement, reprit-il en me regardant droit dans les yeux. Tu les as vus récemment. Tu pourrais dire si le groupe qui vous a attaqué était grand ou réduit. Si leur armement était lourd ou pas. Tu pourrais sans doute dire les stratégies qu'ils ont utilisés pour attaquer. Toutes les informations sont utiles contre de tels adversaires. Le danger numéro un de la région, ce sont eux. Salem restera un trou à rats tant que les Raiders traqueront et tueront tous les survivants.

Il était visiblement extrêmement curieux de ce que je pouvais leur apporter à tous concernant l’ennemi public numéro un de Salem. Un enthousiasme que j’avais bien peur de décevoir très vite. Je ne savais réellement pas grand-chose d’eux. Ma première remarque à ce sujet paraissait ne pas l’avoir suffisamment convaincu.

Il s’avança encore de quelques pas et conclut ses interrogations sur une note toute simple et qui faisait un contraste intéressant avec ses premières questions.

- Tu faisais quoi avant l'épidémie ? Et maintenant, tu es doué pour te battre, pour survivre face aux zombies ou aux survivants ?

J’avouai être un peu surpris en l’entendant me demander ça. Mais vu la manière directe dont Kelsey avait réagi, argumenter sur l’utilité de telles questions m’apparut futiles. Savoir ses choses ne leur apporterait probablement rien, mais bon, s'il voulait réellement l'entendre, je ne voyais aucune raison de leur cacher.

-J’ai rien d’un militaire malheureusement et l’assaut qu’ils ont fait sur notre refuge n’a vraiment pas été long. Quelques minutes au maximum. Cela dit, je vais au moins essayer de vous répondre. Commençais-je en essayant de me remémorer ce que j’avais vu. Ils étaient plus nombreux que nous, deux douzaines peut-être, sinon plus. Mais à cela il faut ajouter une autre vingtaine peut-être qui attendait pas loin de notre demeure et que j’ai rencontrée durant ma fuite. Ça donne une idée partielle de combien, ils sont, mais c’est probablement inexact. L’Académie et la Famille ne sont sans doute pas tombées sans défendre leurs peaux et ils ont probablement inévitablement eu des pertes. Avec ça, s’ils sont encore capables d’envoyer une quarantaine de gars faire des raids du genre… Ils sont vraiment plus nombreux que ça.

Ça me donnait à moi-même froid dans le dos, mais la logique qui sous-tendait ma réflexion m’apparaissait difficilement contestable. J’espérais ne jamais plus avoir à leur faire face…

-Concernant leur équipement, ils n’avaient que des armes d’assaut je pense, et une véritable chiée de véhicules en tout genre. Rien de quoi faire exploser ou détruire quoi que ce soit par contre. En fait, et je pense que c’est la chose la plus importante que je peux vous confirmer, ils cherchent désespérément à prendre des survivants en vie. Contrairement à ce que vous pensez, ils ne veulent pas tuer tout le monde, ils veulent les faire prisonniers. Même avec toute cette troupe après mois, ils n’ont pas tenté de me tirer dessus une seule fois et je les ai même entendus dire qu’ils brutaliseraient le premier qui essayerait d’ouvrir le feu. Je ne sais pas ce qu’ils veulent faire avec ces survivants, mais vous devez vous douter comme moi que ça n’a rien de très agréable.

De nouveau, je me remémorai ma surprise en apprenant qu’il voulait me reprendre captif. Ils avaient déployé un effort énorme pour une seule personne, je n’arrivais pas à croire qu’ils avaient jugé que cela en valait la peine.

-Enfin… Dis-je en secouant ma tête pour chasser cette pensée. Vous saviez déjà qu’ils prenaient des prisonniers, mais là ils semblent avoir une vraie obsession. Soyez extrêmement vigilant. Concernant mon passé, j’étais étudiant à l’université. Vraiment rien d’intéressant pour être honnête. Ce qui a fait la différence dans ma survie, ce sont mes loisirs, aussi étrange cela peut paraître. Je pratiquais de l’escrime médiévale possédant un véritable arsenal et j’étais un féru d’expéditions en milieu naturel. J’avais donc déjà une petite longueur d’avance pour faciliter la vie du groupe avec lequel j’étais au départ. Après, je ne saurais dire si je suis plus apte à me battre contre des zombis ou des humains, mais c’est certain que je me sens beaucoup plus à l’aise au combat corps à corps qu’avec des fusils. J’irais donc d’emblée en disant que le préfère me battre contre des infectés si vous voulez absolument le savoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 333
Points : 1275
Date d'inscription : 09/05/2015
Age du Personnage : 25
Résidence du Personnage : QG des Offsprings of Freedom.
Emploi du Personnage : Survivante à temps plein.
Rumeur : Pas encore à ma connaissance.

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles:
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
20/20  (20/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
J'écoutais, le cœur serré, Caleb me donner une nouvelle fois sa version des faits. Pour lui, William était mort, il en était certain... Et je le croyais. Néanmoins, ma sourde colère et mon regard électrique réussirent à me faire obtenir ce que je souhaitais : l'adresse de la planque où ils avaient été attaqués. Un frisson me parcourut l'échine, alors que je sentis les mains de Victor venir me tirer avec douceur, avant qu'il ne m'offre une tendre accolade pour me calmer. L'effet fut instantané, et en quelques secondes la froideur qui s'était installée dans mes iris disparu pour ne laisser place qu'à de la tristesse. Cela dit Victor n'eut pas vraiment le temps de s'en rendre compte, puisqu'il retourna bien vite à l'interrogatoire improvisé de Caleb. Je choisis alors de me tenir en retrait, écoutant de nouveau d'une oreille distraite ce qui se disait.

Lorsqu'il parla du nombre important des Raiders, et de leur envie d'attraper des survivants sans les tuer, je sentis un frisson d'horreur me parcourir. Qu'est-ce qu'ils pouvaient bien faire aux pauvres gens qui tombaient dans leurs filets ? De la torture ? De l'esclavage ? Quelque chose d'inhumain sans aucun doute... J'espérais bien ne jamais recroiser leur route. Je grimaçais. Est-ce qu'en ayant choisi de nous établir dans une planque et d'y rester sans jamais en changer... est-ce que nous n'avions pas fait un mauvais choix ? Si les Raiders continuaient inlassablement à fouiller la ville, ils finiraient par nous tomber dessus à coup sûr. Alors nous connaîtrions des sorts peut être plus funestes encore que fussent ceux de William et ses compagnons...

Secouée par un tremblement, je reculais de quelques pas. J'avais besoin de prendre l'air, de me calmer, des scénarios horribles et des visages fantomatiques accusateurs se bousculaient dans mon esprit. Attrapant la poignée d'une main maladroite, je sortais de la salle en laissant la porte claquer derrière moi, sans dire un mot. Je ne me sentais pas bien. Marchant dans le hall de notre planque, je vins m'appuyer contre un bureau pour ne pas vaciller. Mes bras tremblants cherchant une prise sûre s'étaient accrochés aux rebords en acier comme à une bouée de sauvetage. J'essayai de me calmer, mais quelques flash de la nuit où l'Académie avait été attaquée par les Raiders me revenaient en mémoire. On s'était crus en sécurité... on avait oublié. On avait pas vu le danger arriver... et la plupart de ces braves gens liés par les mêmes rêves étaient morts cette nuit là.

Leurs cadavres avaient dû pourrir sur place pendant des heures avant que les premiers zombies aux alentours ne les aient finalement trouvés pour s'en délecter. Et William allait connaître le même sort, s'il était véritablement mort, il allait également finir en nourriture facile pour zombies affamés... Un haut le cœur me prit. Je ne voulais pas finir comme ça. Je ne voulais pas que Jennsen et Victor subissent le même sort... Cette ville était maudite, une épée de Damoclès nommée les Raiders tournait dangereusement et inlassablement au dessus de la tête de tous les survivants de Salem. Je ne voulais pas une nouvelle fois perdre tout ce que j'avais pu acquérir : une famille, une vraie de vraie... Ramenant mes bras contre moi, je serrais de toute mes forces, comme pour me protéger de cette réalité qui me faisait si peur.

J'aurai aimé retourner sur Markham Street chercher le corps de mon ami Texan pour lui offrir une véritable tombe où il aurait pu reposer, et y enterrer avec lui ses photos souvenirs et son stetson. Mais c'était peut être un piège, Caleb avait raison, y retourner était purement et simplement suicidaire. J'aurai aimé être en sécurité dans un endroit où le danger ne pouvait nous atteindre... Mais je le savais bien : cet endroit n'était sûr que pour un moment éphémère. Tôt ou tard, d'autres survivants, comme Caleb, nous tomberaient dessus. Et cette fois ci, ces survivants seront peut être des Raiders. J'aurai aimé me dire que les choses allaient de mieux en mieux, que l'on trouverait bientôt la paix dans un monde qui avait été tant tourmenté durant les six dernières années... Mais c'était faux : des gens qui avaient survécu à l'épidémie et aux zombies étaient désormais traqués par d'autres survivants...

Puis il y avait cet espoir... Safe Haven. Une autre Central City, en Colombie Britannique. Un espoir que Caleb n'avait pas caché être une chimère : son accès était plus que difficile... Plus que de bons survivants, je pense qu'il fallait carrément être chanceux pour parvenir à l'enclave sécurisée en un seul morceau. Et puis, un autre problème se posait... Si les Raiders suivaient des survivants jusqu'à l'enclave ? Que se passerait-il ? Un massacre probablement. Pouvions nous décemment mettre en danger toute une enclave sécurisée dont ces fumiers n'avaient peut être pas encore connaissance, juste pour nourrir l'espoir d'y trouver la paix que nous cherchions tant ? Non, vraiment pas. Alors quoi ? Nous étions condamnés à errer dans Salem en priant pour que les Raiders ne nous tombent pas dessus pendant une de nos parties de chasse, ou même que sur un coup de chance ils découvrent notre planque ?

Un nouveau tremblement secoua tout mon corps, et une larme coula le long de ma joue. Je me sentais comme un animal, prise au piège dans Salem, attendant sagement de me faire traquer et attraper par des survivants mal intentionnés. Je me remémorais les paroles de Victor lors de notre premier échange nocturne sur le toit de ce bâtiment. Il fallait que je garde espoir.

Mais où était-il dans toute cette histoire ce fichu espoir ?

_________________________________________________



« It's the end of the world as we know it...
And I'm not afraid, 'cuz you're with me. »

If you hold my hand, promise me to never let go.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 414
Points : 1342
Date d'inscription : 04/05/2015
Age du Personnage : 31
Résidence du Personnage : QG des Offspring of Freedom
Emploi du Personnage : Survivant
Rumeur : Bon tireur

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles: 1
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
0/20  (0/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
Clac ! fit la porte de la pièce où ils se trouvaient. Kelsey venait de sortir et avait laissé la porte se refermer dans un grand bruit. Victor comprenait cette réaction. La perte de ses amis était encore une nouvelle fraiche et elle avait vécu des moments forts avec eux, s'il avait bien compris. Ces pertes terribles étaient toujours difficile à encaisser et chacun réagissait à sa manière.
Le Rahl avait appris depuis longtemps à enfouir sa tristesse en lui quand cela arrivait. Il évitait les réactions excessives quand il était dans une situation inconfortable ou dangereuse. Mais parfois, la nuit quand il ressassait ses souvenirs avant de s'endormir, la douleur de l'absence revenait...

Se recentrant sur Caleb, Victor se dit que les informations qu'il avait livré sur les Raiders étaient bien maigres et ne faisaient que confirmer ce que les survivants de Salem savaient tous plus ou moins. Hormis, peut être, l'intention de ces derniers de capturés leurs proies vivantes. C'était intéressant. Il y avait donc une tête pensante derrière cette organisation. Un plan, sans doute. Même si ce plan était : on fait des réserves pour les bouffer plus tard. Ils avaient un objectif. Et au vu de ce qu'il savait d'eux et de ce qu'il en avait vu, ce n'est pas simplement un groupe de cannibales.

Victor laissa de côté ces réflexions, il n'avait pas d'informations suffisante pour conjecturer pendant des heures sur ce sujet de toute façon.
Quant aux compétences de Caleb, ce dernier était un survivant aguerri face aux mort-vivants, sans doute un combattant acceptable sans être un soldat d'élite. D'après ce qu'il avait dit, il se débrouillait bien pour survivre en forêt. Et de ce que pouvait voir le Rahl, il était assez costaud et avait l'air dégourdi. Sa façon de parler dénotait une intelligence supérieure à la moyenne, sans doute dû aux études qu'il avait faite avant l'épidémie. Il avait pu cultiver son intelligence.

Victor laissa un moment de silence après le départ de Kelsey. Il avait encore d'autres questions et il avait bien l'intention de les poser. Il ne savait pas si toutes ces questions étaient pertinentes, mais il valait mieux les poser maintenant et en savoir le plus possible sur cet homme que de garder des points d'ombres sur sa personne.

- Je pense connaitre la réponse... reprit-il. Mais, as-tu déjà tué d'autres survivants ?

Il ne se fatigua pas à poser la question analogue à propos des zombies. Tout survivant encore debout avait déjà tué des mort-vivants sinon il ne serait plus debout.

- Je vais être honnête. Moi, j'ai déjà tué d'autres survivants. Pour diverses raisons mais je l'ai fait. Je ne pense pas être mauvais pour autant.

Il fit le choix d'être franc avec Caleb en avouant qu'il avait déjà tué d'autres humains. Il ne savait pas trop pourquoi il lui disait ça, mais peut être qu'il voulait éviter que l'autre ne mente en disant qu'il n'avait jamais abattu un autre survivant ou pour lui signifier qu'il n'était pas à l'abri.

- En ce qui concerne Salem... Je pense que tu es au courant que la situation est bien merdique dans la ville et ses alentours, sans même parler des Raiders. Il n'y a pas trente-six solutions. Soit les survivants de la ville s'organisent et forme un grand groupuscule pour créer une sorte d'enclave dans la ville. Soit, on revient à la situation précédente avec quatre ou cinq groupe important de survivant qui se tire la bourre et qui se feront bouffer un par un par les Raiders, soit on fuit.

Il avait besoin d'un avis extérieur. Ce mec avait l'air intelligent et avait des informations qui pouvaient être utile à la réflexion.

- Personnellement, je pense que le meilleur moyen de résister aux Raiders et d'unir tout le monde pour les repousser, mais cette tâche est... pour le moins... impossible. L'ennemi commun que sont les Raiders est le seul ciment possible à une telle organisation. Mais, il n'y a aucun moyen logistique, pas assez d'infos sur les survivants de la région, etc... Et même uni, les Raiders sont mieux armés, mieux organisés et plus expérimenté que beaucoup. Un massacre serait sans doute inévitable.

Il marqua une pause pour laisser le temps à Caleb d'assimiler les paroles qu'il venait de dire.

- Mais si, les survivants de Salem avait un allié... La donne pourrait peut être changé.

Ce qu'il sous-entendait était clair et il ne s'embêta pas à l'expliciter. Au pire, il lui demanderait de développer. Cette idée avait jailli en lui alors qu'il parlait. L'existence de Safe Haven, une enclave protégé par des militaires et qui disposait sans doute de moyen armé pouvait tout changer. Les Raiders n'avaient sans doute pas connaissance de cette force cachée de la région, malgré l'éloignement de Safe Haven.
Victor restait toutefois conscient que, de toute façon, les survivants de Salem n'était que de petits groupes épars et sans organisation, ni but commun. Mais, il fallait bien commencé à réfléchir sur les moyens de résister aux Raiders qui reviendrait en force. Ce n'était qu'une question de temps avant qu'une nouvelle Rafle n'advienne exactement comme lorsqu'ils avaient tous été capturés et enfermés dans la Marion County Jail.

Sauf que cette fois, les Raiders n'avaient plus de sous-traitant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 485
Points : 1442
Date d'inscription : 03/05/2015

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles: 2
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
3/20  (3/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
Aucun de nous ne remarqua Kelsey reculer vers la porte jusqu’à ce que cette dernière claque derrière elle. J’ignorais ce qui avait pu la forcer à nous quitter aussi subitement, mais j’étais trop fatigué pour aller investiguer. Ce sera à Victor d’aller faire son petit tour. Lui aussi s’était retourné en entendant la porte se fermer, mais il n’en avait pas fini avec moi il faut croire.

Comme pour confirmer mon impression il ne laissa qu’un très court instant de silence en suspens avant d’immédiatement poursuivre sa lancée.

- Je pense connaitre la réponse... Mais, as-tu déjà tué d'autres survivants ?

Bravo Einstein…

Celui ou celle qui pouvaient encore, après toutes ses années, dire qu’il n’avait jamais eu à défendre sa peau contre un autre survivant n’était qu’un menteur… Ou doté de toute la chance que cette terre pouvait encore offrir.

J’avais évidemment moi-même mes épisodes de situation où j’avais pris la vie d’autres êtres humains. Je ne l’avais pas fait très souvent, ni n’avait eu de réelle opinion concernant ce que j’avais fait, mais il y avait qu’un seul moment où je m’étais senti horriblement mal après coup en y repensant. Pas à cause de l’acte en lui-même, mais bien parce que j’avais réussi à éprouver un réel plaisir sadique en le faisant. J’avais déjà oblitéré deux jeunes enfants sans même une once d'émotion. La situation où cela avait lieu était un cas de légitime défense et mon acte nous avait très probablement sauvé la vie à moi et à la Famille. Cependant, lorsque j’avais eu l’ordure qui m’avait mis des fers aux pieds à Thunder Bay, je n’y avais pas été de main morte... Je me souvenais encore de la fois où Laura m’avait amené à lui raconter cette histoire. Le rire lugubre et toujours aussi horriblement satisfait de ce que je lui avais fait subir qui avait traversé mes lèvres… C'était l'homme que je tentais de refouler maintenant, mais je me doutais que cette partie de lui se laisserait faire.  

Cette pensée me passa en un coup de vent dans ma tête, mais il enchaîna rapidement sur d’autres préoccupations plus immédiates, à savoir ce bousier perdu au cœur de l’Oregon qu'était Salem et comment gérer le problème des Raiders. Il n’avait pas eu trop de difficulté à faire les équations nécessaires pour voir les différentes possibilités qui s’offraient à eux et il avait déjà arrêté son choix. Bien qu’il y vît déjà un problème majeur qui mettait en péril la possibilité même qu’elle se réalise un jour.

Regrouper qui? Ce n’est pas avec les quelques dizaines d’éclopés rescapés de la Marion que vous pourrez aller loin. S’ils acceptent de vous rejoindre en plus…

Il fit alors une pause délibérée dont je ne compris la signification qu’une fois qu’il ouvrit la bouche de nouveau.

- Mais si, les survivants de Salem avait un allié... La donne pourrait peut être changé.

Ah… Je vois. C’est donc là qu’il voulait en venir… Dommage pour eux, les mauvaises nouvelles n’ont pas fini de leur tomber sur la gueule on dirait.

-Si tu tiens à le savoir, j’ai effectivement tué d’autres êtres humains. Pas souvent, mais c’est effectivement arrivé et je n’ai pas de remords à ce sujet. Ce nouveau monde est trop cruel pour nous permettre de nous empêtrer avec cela.

S’il n’aimait pas l’entendre, il n’avait qu’à pas demander des questions aux réponses évidentes…

-Et avant que tu ne t’emballes, je vais être très clair, dis-je en le regardant clairement dans les yeux. Je n’ai aucun pouvoir à Safe Haven. Rien, nada, nothing… Un individu y vivant n’a pas sa voix dans des décisions pareilles, surtout des plans du genre. Le seul qui peut prendre ce choix c’est le colonel, et après l’échec lamentable qu’a été l’expédition à Safepoint, il ne voudra jamais entendre parler d’une tentative d’aller aider des survivants isolés dans une ville aussi isolée qu’est Salem. Surtout étant donné la quantité faramineuse d’énergie et de sacrifice que cela a demandé.

Je me souvenais très bien de cette expédition, l’une des plus périlleuses dans laquelle je me sois lancé. Kinney y avait perdu une dizaine d’homme et de femmes d’expérience, des véhicules qu’il n’avait pas pu utiliser pour le bien de l’enclave durant des années et une énorme quantité d’armes, de munitions, de carburant et de denrées diverses de la réserve de l’enclave. Pour couronner le tout il nous avait fallu des mois par la suite pour que notre troupe arrive finalement à Central City, et il n'en faudrait pas moins pour qu’une troupe arrive à Salem.

Je brisai mon contact visuel pour secouer la tête avec résignation.

-Qui plus est, il a déjà suffisamment à faire rien qu’à garder Safe Haven en marche, il ne peut pas envoyer pour une seconde fois des hommes et des ressources à des milliers de kilomètres sans une excellente raison. Au moins avec Safepoint, il y avait des promesses d’un partenariat mutuel. Que peut-il espérer trouver ici qu’il ne puisse pas se procurer à Vancouver ou à n’importe quelle autre ville de la Colombie-Britannique? Si vous voulez fuir, ce que je comprends totalement by the way, je vous dirais plus d’aller vers l’Ouest. Trouvez-vous une île discrète le long de la côte et cachez-vous là. C’est probablement la meilleure option pour éviter que ces enfoirés ne vous trouvent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 414
Points : 1342
Date d'inscription : 04/05/2015
Age du Personnage : 31
Résidence du Personnage : QG des Offspring of Freedom
Emploi du Personnage : Survivant
Rumeur : Bon tireur

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles: 1
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
0/20  (0/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
Caleb commença par énoncer les évidences que Victor voulait entendre. Il savait que tout survivant était un tueur en puissance. Même les plus inoffensifs. Puis il précisa qu'il n'avait pas d'influence à Safe Haven mais Victor s'en doutait. S'il était quelqu'un d'important, il ne serait pas à Salem à essayer de survivre tant bien que mal comme tous les autres humains du coin. Un homme important aurait pu rejoindre l'enclave et y serait rester ou ne serait pas seul.
Il finit par donner les informations que Victor voulait. Et comme c'était sans doute prévisible, ce n'était pas des informations positives et enthousiastes. Ce Kinney avait la tête sur les épaules apparemment et ne prendrait pas de risques. Cela pouvait se comprendre. Il avait toute une enclave qui comptait sur lui et des ressources limités. A court et moyen terme, il ne faudrait pas compter sur Safe Haven et ça rendrait la survie à Salem encore plus difficile.
Victor poussa un soupir blasé. Ils en revenaient toujours au même point : ils étaient seuls et ne pouvaient compter que sur eux-même ou ils n'étaient pas assez nombreux, ou leur matériel n'était pas assez bon ni efficace.

Si jamais les Raiders attaquaient en force, comme lors de la première Rafle, ce serait un carnage et une victoire aussi facile pour eux que la première fois. Quand il y repensait, et avec le récit de l'attaque du groupe de William, ces enfoirés devaient être très nombreux. Plusieurs centaines peut-être bien. Comment résister face à une véritable armée ?
Hudson avait réussi à soumettre plusieurs enclaves bien installés et fortifiés avec son armée, mais il disposait d'un nombre d'armes lourdes et de munitions conséquentes. De quoi disposait exactement les Raiders ?

Une autre pensée traversa fugacement l'esprit du Rahl : qui avait détruit Safepoint ? Les colonies ou quelqu'un d'autre ? Trop d'inconnues subsistaient encore et la situation était confuse et très mauvaise pour les simples survivants de la région.
La solution la plus évidente pour résister était de s'organiser localement et de ne pas compter sur l'aide des canadiens.

- Bon... Si ce colonel est aussi prudent, Safe Haven est sans doute en sûreté. Mais que fera-t-il quand les Raiders le trouveront et chercheront à l'abattre, lui, ses soldats et les civils qu'ils protègent ? Tôt ou tard, ton colonel va devoir les affronter, selon moi. Mais tu as raison sur un point, il serait trop difficile d'établir une alliance avec lui. Il est trop loin et est trop limitée par ses ressources humaines et matérielles...

Victor fit quelques pas dans la pièce en réfléchissant aux dernières paroles de Caleb. Fuir ? Était-ce si simple ? Trouver un endroit à l'abri et rassembler quelques survivants de confiance et rebâtir quelque chose loin des Raiders, des chefs militaires des enclaves et des groupes épars de survivants, était-il une possibilité viable ?
Pas plus que s'il formait une enclave ici avec tous les survivants de Salem ? Et sur le long terme, que deviendrait leur abri ?
L'idée pouvait être tentante, mais Victor avait trop une âme de combattant et de résistant pour fuir aussi simplement sans tenter de découvrir les réponses aux questions qui subsistaient ou tenter de repousser ces Raiders...

Il finit par se retourner vers Caleb après quelques instants. Il avait fait plus ou moins le tour des questions qui lui étaient passés par la tête. Si d'autres venaient à se poser, il savait où trouver leur invité.

- Je te laisse te reposer. Reste tranquille et si tu as besoin d'aide, essaie d'appeler et on verra si on peut t'aider.

Il sortit de la pièce et alla rejoindre Kelsey qui devait sans doute avoir besoin de vider son sac. Victor était perplexe, elle était très affecté par les nouvelles apportées par Caleb. Elle aurait peut être des envies de retourner sur les lieux de l'attaque malgré le danger.
Une chose était sûre, il fallait que Kelsey, Riley, Jennsen et lui discutent sérieusement de tout ce qu'ils savaient pour établir un plan et arrêter de vivre au jour le jour. Il fallait une ligne d'action pour continuer. Un objectif à atteindre. Depuis l'évasion de la Marion County Jail, ils vivaient sans trop d'objectifs hormis celui de survivre jusqu'à la nuit et de se réveiller en vie le matin.
Cela n'allait pas. Il leur fallait quelque chose de plus grand, de transcendant pour leur permettre d'avancer réellement...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 108
Points : 1026
Date d'inscription : 09/05/2015

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles: 1
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
0/20  (0/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
J'étais parti de longues heures avec Riley explorer les alentours à la recherche de ressources exploitable. Une mauvaise rencontre avec une horde importante que nous avons eu du mal à semer nous a obligé à faire un long détour et empêché de découvrir quelque chose d'utile.

Finalement nous étions rentré en début de soirée et après avoir croisé mon frère et Kelsey je décidai d'aller voir mon patient qui avait eu une discussion avec le couple dans la journée et qui devait maintenant être entrain de se reposer.

J'entrais dans la petite pièce où nous l'avions mieux installé sur un lit de fortune. L'homme semblait pour l'instant endormi et je lui attrapai doucement le poignet pour prendre son pouls. Les battements de son cœur était régulier et plus fort que le jour de son arrivée signe qu'il se remettrait avec du repos.

J'examinai ensuite ses divers plaies en soulevant un premier pansement, l'opération réveilla mon patient. Avant qu'il n'est une réaction inapproprié je le tranquillisai d'une voix ferme.

-J'examine simplement vos plaies restez tranquille.

Quelques secondes plus tard j'estimai que l'état des blessures était satisfaisant et je fixai mon regard dans celui de Caleb pendant un petit moment sans rien dire cherchant à jauger son état d'esprit du jour. Je me décidai alors à briser le silence.

-On dit souvent que l'habit ne fait pas le moine... -Je passais doucement un doigt le long d'une de mes cicatrices faciale- Dans mon cas je dirais qu'après mes blessures mon aspect s'est rapproché de ma vraie nature. Pourtant certaine personne arrivent encore à faire ressortir mon humanité. Ce sont des personnes précieuses. -Mon ton se faisait légèrement mélancolique en parlant évidemment de Kelsey-

Je pointai le doigt vers le pli du coude de Caleb et continuai mon discours.

-Tu étais aux portes de la mort. Exsangue. Mon sang coule dans tes veines. Je n'arrive pas à savoir si c'est une bonne chose. J'attends de toi une seule chose, que tu sois prêt à donner ta vie pour elle. Tu lui dois bien plus qu'à moi. Tu as deux solutions au jour d'aujourd'hui. Tenter ta chance seul à l'extérieur aujourd'hui ou récupérer pendant quelque jours et te préparer à partir en expédition avec moi, seul et évidemment sans arme. Si tu décide de partir je te donnerai personnellement les indications pour prendre soins de tes blessures, le matériel nécessaire et de quoi survivre quelques jours. Si tu reste tu connais la seule règle essentielle concernant ta vie.

Je me redressai lentement et je me préparai à partir de la pièce mais avant j'attendais d'entendre la réponse de l'homme. Nous n'avions pas encore statué sur son sort avec les autres mais je savais pertinemment que Kelsey et Victor auraient été en faveur de lui proposer un choix de ce genre. Allait-il se rendre compte que j'agissais de mon propre chef ou non? Ma proposition engageait tout le groupe et notre survie et au fond de moi je sentais la peur et l'espoir se déchirer l'un l'autre. Avais-je fais le bon choix en sauvant cet homme où étais-je entrain de nous précipiter vers notre perte?

_________________________________________________


Hello darkness, my old friend
I've come to talk with you again
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 485
Points : 1442
Date d'inscription : 03/05/2015

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles: 2
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
3/20  (3/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
Victor, sans m’en vouloir pour les vérités que je lui balançai dans la figure, paraissait sincèrement déçu. Je ne pouvais pas vraiment lui en vouloir considérant les faits, aussi le laissais-je simplement ajouter son opinion sans rien dire. Il avait évidemment raison, c’était clairement une menace en suspens pour Hope, mais l’éloignement géographique jouait en leur faveur. Il fallait que je joue sur cet avantage jusqu’à tant que je puisse y retourner pour les prévenir de vive voix.

Il se mit alors à marcher lentement dans la salle avec un air marqué par une lourde réflexion. J’ignorais ce qui lui trottait dans la tête, mais c’était clairement assez complexe pour qu’il rompe tout contact avec moi durant un certain temps. Toujours appuyé contre le mur, je le regardai faire sans broncher. Mon regard d’acier jaugeant sa démarche et son expression à la recherche de ce dont il pouvait s’agir, mais la fatigue ne m’aidait pas à me concentrer. J’avais beau avoir dormi des heures, l’effort que mon corps semblait avoir besoin simplement digéré mon repas me mis à terre.

C’est à peu près au moment où je me disais que de fermer mes yeux serait une excellente idée que Victor reprit la parole.

- Je te laisse te reposer. Reste tranquille et si tu as besoin d'aide, essaie d'appeler et on verra si on peut t'aider.

Reste tranquille… Elle est bien bonne celle-là. Pensais-je avec ironie en entendant cela. Il l’avait dit par convention, mais il aurait très bien pu s’en passer considérant l’état lamentable dans lequel j’étais.

Il me laissa à nouveau seul, et j’en profitai pour « fermer mes yeux ». Du moins, c’est ce que je pensais faire, mais mon corps préféra simplement retomber dans le sommeil.

Le vide sombre ne s’effaça qu’après un autre délai d’inconscience absolue au cours duquel je n’aurais pas su dire combien de temps j’étais parti dans les pommes. Quelque chose soulevait le bandage sur la partie gauche de mon visage et lorsque j’ouvris mes paupières, j’y vis la tête balafrée de Jennsen qui ne porta pas attention le moins du monde au fait que je me réveillai, tout concentré à son œuvre.

J’allais tenter de me relever, mais son timbre sec m’en intima autrement et  malgré un haussement de sourcils surpris, je me figeai et entendis patiemment la fin.

Je remarquai que mon sens de l’ouïe n’était pas encore totalement rétabli. Un bourdonnement et un sifflement subtil, mais continuel ponctuaient tout ce que j’entendais, sans compter le fait que tout ce que j'arrivais à entendre était faible. J’étais heureux de ne pas avoir été incommodé ainsi lorsque je discutais avec les deux autres. Je n’avais pas encore compris à quel point j’étais mal en point et à quel point j’avais passé près de mourir hier. Sans mes 5 sens, j’étais beaucoup plus vulnérable comme n’importe quel survivant encore présent aujourd’hui. Que je me sois rendu au cœur de Salem dans un tel état tenait plus de la chance, mais du miracle!

Je la laissai faire et après qu’elle eut fini, c’est elle qui brisa l’inconfortable silence qu’elle avait instauré alors qu’elle continuait à me dévisager avec le même regard inquisiteur que j’avais sur ses propres traits.

-On dit souvent que l'habit ne fait pas le moine... Dans mon cas je dirais qu'après mes blessures mon aspect s'est rapproché de ma vraie nature. Pourtant certaines personnes arrivent encore à faire ressortir mon humanité. Ce sont des personnes précieuses.

J’en avais été témoin, en fait, sans l’aide de la jeune rousse, Jenn m’aurait probablement laissé à pourrir sur l’asphalte contre laquelle je m’étais écrasé après mon saut de l’ange raté. Je ne l’avais pas du tout oublié.

Elle pointa ensuite le creux de mon coude.

-Tu étais aux portes de la mort. Exsangue. Mon sang coule dans tes veines. Je n'arrive pas à savoir si c'est une bonne chose. J'attends de toi une seule chose, que tu sois prêt à donner ta vie pour elle. Tu lui dois bien plus qu'à moi. Tu as deux solutions au jour d'aujourd'hui. Tenter ta chance seul à l'extérieur aujourd'hui ou récupérer pendant quelque jours et te préparer à partir en expédition avec moi, seul et évidemment sans arme. Si tu décide de partir je te donnerai personnellement les indications pour prendre soins de tes blessures, le matériel nécessaire et de quoi survivre quelques jours. Si tu reste tu connais la seule règle essentielle concernant ta vie.

Il n’y avait pas à dire, Jennsen savait être limpide…

Je déglutis lentement en la voyant se relever près du lit de fortune.

-Oui je pense la connaître, et maintenant que tu es là, je tiens à te remercier pour ce que tu as fait. Kelsey t’a peut-être influencée dans ta décision, mais tu l’as quand même prise. Ce simple choix en soi est digne de ma reconnaissance. Concernant ta question, je vais devoir accepter de rester ici le temps que je me sois suffisamment rétabli, et dès que je le pourrai, je t’accompagnerai pour vous rendre ce que je vous aurai pris. Cependant, je ne compte pas rester longtemps. Je vais tenter de retourner chez moi dès que je serai en état de le faire.

Salem était un trou à rat ne recelant plus rien pour moi, et je n’y passerais pas une seule journée de plus que nécessaire si j’arrivais à la quitter pour retourner voir Cloé et David.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
De nouveaux visages
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» De nouveaux visages
» Nouveaux visages pour un nouveau visage [Kalindra & Jet]
» 2 joueurs nouveaux sur montréal cherchent du RPG
» Nouveaux Equipements pour Mordheim.
» les nouveaux pots

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Zombie Apocalypse :: Archives :: Zone de jeu du "Armed Forces Reserve Center" :: Zone de jeu-