Life is but a journey, an ephemeral and fragile one. Now it simply became bloody as well...
Jericho est de retour, et ses sbires ont remis en marche l’entreprise d’esclavagisme qu’ils semblaient avoir mis en veilleuse depuis quelques mois. N’importe quel survivant est une cible potentielle pour le regroupement de pillards et Dieu seul sait ce qui arrive alors aux pauvres âmes qui en sont les victimes… Le seul espoir des survivants de la ville s’incarne dans le maître d’orchestre de la seule victoire que les rescapés de Salem ont arraché à Jericho, Azad Kamrane. C’est-à-dire, l’homme derrière la chute de la Marion et qui a dans le même temps remis en liberté les esclaves que les Raiders avaient si durement rassemblés à l’intérieur des murs de la prison. L’Iranien a poursuivi les préparations de la lutte à venir, mais au-delà des questions concrètes qu’il lui faut considérer, plusieurs interrogations restent sans réponse. Qui sont-ils réellement? Que veulent-ils? Où sont-ils? Que font-ils de leurs victimes? Combien de personnes suivent Jericho? Autant d’inquiétudes auxquelles le leader des Offsprings devra très rapidement trouver des réponses…
CharteContexteFonctionnalitésBazarEspace PersonnelScénarios
A savoir
# Un event important est actuellement en cours ! N'hésitez pas à suivre son déroulement ici → An unreachable, yet invaluable prize...
#
Contexte
De l'humanité il ne reste presque plus rien. Derniers survivants face à la menace zombie, vous avez combattu la peur, la maladie et la misère. Six années se sont écoulées, combien de jours tiendrez-vous encore ? Nous sommes en 2017 et le monde a été plongé dans le chaos suite à une catastrophe biologique. Que vous veniez de Central City ou de contrées plus éloignées, votre course effrénée pour la survie vous a mené jusqu'à Salem, dans l'Oregon. L’accalmie qui régnait dans les derniers mois s’est terminé dans le sang et la douleur avec le retour des Raiders qui sont sortis de l’ombre dans laquelle ils se trouvaient. Ils ont depuis repris leur entreprise sombre, et tout être humain encore dans les environs, homme, femme et enfant sont à risque d’être faits prisonniers comme ils l’ont fait lors de leur arrivée en mars. Dans ce monde totalement changé, le danger rôde à chaque instant, et l’avenir de tous ceux se trouvant dans Salem est voilé d’une incertitude qui n’est pas près de se lever. Face à un tel raz-de-marée de sauvagerie, la survie de tous dépendra des actions individuelles de chacun... Et vous, qu'attendez vous pour nous rejoindre ?
Remerciements
Nous tenions à remercier le forum Never-Utopia grâce à qui le forum peut aujourd'hui connaître un renouveau. Un merci aussi à nos joueurs pour leur patience et leur soutien après tout ce temps. ZA n'est pas encore parfait, mais grâce à vous il vit. Un merci également aux administrateurs qui donnent de leur temps et ne cessent d'essayer d'améliorer le forum et le confort des joueurs...

Longue vie à ZA, et que la passion de l'écriture continue de nous lier, tous ensemble, dans cet univers.
Zombie Apocalypse
Saison 5 : A Battle for Freedom

Partagez | 
 

 Mind fuck & compagnie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Messages : 63
Date d'inscription : 10/07/2015
Age du Personnage : 23
Résidence du Personnage : Salem
Rumeur : Y'a quelqu'un qui court vite dans les environs. Vous l'avez vu ?

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles:
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
20/20  (20/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
A peine foutu la guenille sur elle, qu'elle commença à se tortiller. Je m'étais assis à côté, dos au mur, regardant la lune, me demandant qu'est ce que j'allais devenir. Putain l’apocalypse autant ça pouvait être drôle parfois, autant y'avait des moments où je me posais vraiment des questions.

J'y repensais souvent à tout ça. Je veux dire, mon ancienne vie, avant que tout se produise et que tout se barre en couilles. Faut dire ce qu'il en est. Mon ancienne famille me manquait. Et faire les 400 coups avec Ryan, ça me manquait aussi. Putain de merde, en faisant le bilan, la vie d'avant c'était mieux. Enfin avant que je fasse sauter l'audition de mon p'tit frère. Tous ces souvenirs finirent sur ça. Ca, voir Cid violait mon ancienne mère, butait mon père et voir cet enculé de Ralph pétait à la gueule à Ryan... Je bouillonnais à la fois de colère mais aussi de tristesse. Des larmes coulèrent sur mon visage. Ma famille me manquait, mon temps chez les pillards me manquait, aussi paradoxal que ça pouvait l'être. J'avais tout laissé derrière moi, comme si tout mon passé était parti en fumée. Et ici y'avait plus rien à quoi je pouvais m'accrocher. Je pouvais compter que sur moi-même. Les rares personnes que j'avais pus croiser, c'était des fils de pute de première classe qui avait essayé de m'entuber et à qui j'ai dû faire la peau quand j'avais l'occasion. Le meurtre était devenu une habitude, un plaisir même. La vengeance m'avait fait tenir jusqu'à aujourd'hui. Et les explosions aussi. Je me suis essuyé de la manche les yeux. Est-ce qu'un jour j'allais pouvoir retrouver une famille ? Un chez moi ? Qu'est ce que j'en savais ? Je pouvais bien crever demain. Qui sait ? Ca abrégerait mes souffrances ?

Au même moment, la fille se posa sur ma jambe, comme si c'était un coussin. J'ai posé mon regard sur elle. Qui c'était en fait ? Une fille vagabonde aussi perdue que moi ? Qu'est ce qu'elle avait fait pour en arriver là ? Comment avait-elle pus survivre en se montrant si gentille dans ce monde de connards ?

J'ai timidement posé ma main dans sa chevelure. C'était un contact bizarre, chaud. A la fois réconfortant et gênant par le simple fait de toucher quelque chose de vivant. C'est fou ça. J'adorais détruire, tuer, briser tout ce qui m'entourait. Mais finalement, je faisais exactement ce que moi j'étais : détruis, mort, anéanti, dépassé par les évènements.

Arrête de penser Cody... Demain sera un nouveau jour... Demain tu devras être à nouveau sur tes gardes...

J'ai de nouveau levé la tête vers les étoiles, en espérant un truc, un miracle. Mais aussi longtemps que j'avais pus attendre, je finis par m'endormir, une main dans ses cheveux qui apportait la chaleur qu'il me fallait pour supporter le froid. Peut-être que finalement, le miracle c'était elle...

Morphée m'emporta avec lui...

_________________________________________________


Et dire que j'ai loupé le bombardement de New-York... Ça a dû être un sacré feu d'artifice !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 710
Date d'inscription : 07/07/2015
Age du Personnage : 25
Résidence du Personnage : Offsprings
Emploi du Personnage : Garagiste/Chasseur

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles:
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
20/20  (20/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
Salem Nord, Chemical General, 30 avril 2017 au petit jour

Terry s'était réveillé assez tôt. Comme d'habitude d'ailleurs car il avait un sommeil profond. Il se disait que ça ne servait à rien de se réveiller au moindre bruit, de s'angoisser au moindre mouvement dans la pénombre. S'il devait se faire bouffer dans la nuit malgré toutes ses précautions prises, c'est que son heure aurait sonné. Et cette heure n'avait pas sonné cette nuit là.
Son premier réflexe fut de jeter un oeil à la terrasse d'en face. Des jumelles auraient été pratique. Il ne voyait rien de sa position, mais si ça roupillait encore ou s'ils avaient bougé avant lui, cela n'avait rien d'étonnant. Il allait en avoir le coeur net. Dehors, ça rodait. C'était plus clairesemé que la veille au soir certes, mais encore un peu trop fréquenté à son goût. Ils faisaient les cent pas autour du bâtiment comme s'ils flairaient de la chair fraîche à proximité. Les éloigner à coups de klaxon gâcherait l'effet de surprise par rapport à son souhait d'atteindre le bâtiment en silence.

Un autre bâtiment à proximité avait un grillage de deux métres de haut qui cernait le parking. Parking vide de rodeurs. A pas de course, il fit vite fait le tour par l'est pour se présenter au sud du magasin Comcast. En chemin, il avait ramassé une poignée de gros cailloux. Il en laissa un premier qui frappa un zomb' dans le dos. Celui-ci se retourna lentement et tout aussi lentement commença à se diriger vers le lanceur. Un deuxième puis un dernier caillou sur de ces copains et le troupeau se mit en mouvement dans un râle collectif assez flippant l'air de rien (Terry n'avait jamais croisé autant de zomb' en même temps). A reculons, il les attira à lui vers le parking voisin.

- Petits, petits ... Par ici mes mignons.

Il pénétra sur le parking suivi de près par la meute. C'était un coup à pas se louper. Il avait repéré une voiture proche du grillage qui l'aiderait à basculer par dessus. Il enjamba l'obstacle sans difficulté et se retourna vers le magasin pour se retrouver nez à nez avec un zomb' qui n'avait pas suivi ses compagnons.

- Putain !

Un coup de poing réflexe le repoussa en arrière. Terry fut surpris de voir un couteau planté dans le crâne de son vis-à-vis. Profitant du déséquilibre de l'autre, il attrappa le manche et tira fort pour l'extraire de la boîte cranienne. Cela eût pour effet de l'attirer à lui dangereusement. Il le maintint à distance de l'autre main, le temps que la lame décide enfin à s'extraire avant de s'enfoncer à nouveau, dans l'oeil du zomb' qui s'écroula. Par curiosité, il jeta un oeil à sa trouvaille, se demandant qui l'avait égaré. Dans son dos, appuyés contre la barrière, les autres zombies râlaient de ne pouvoir l'atteindre.
Il gagna le bâtiment. Les fenêtres avaient été barricadées de l'intérieur à l'aide de planches. Il risqua un oeil. Pas de mouvement, pas de bruit, mais ses narines furent saisies par une forte odeur de merde mélangée à de la pisse et sûrement d'autres substances peu ragoûtantes. L'endroit avait été squatté. Il tenta sa chance avec la porte qui bougea de quelques centimètres. Un meuble la bloquait. Il poussa de l'épaule et fit une pause pour écouter. Rien. Il remit toutes ses forces dans le travail et arriva à faire bouger suffisamment pour faire passer sa maigre silhouette dans l'entrebaillement, Beretta dans une main, couteau récemment trouvé dans l'autre.
Le soleil du petit matin éclairait difficilement l'intérieur. Personne dans l'entrée en tout cas. Il rebloqua la sortie derrière lui. Direction l'escalier, oreilles aux aguets. Il pouvait se retrouver d'un moment à l'autre confronté à un groupe important, mais son instinct lui disait qu'ils n'étaient pas nombreux dans les lieux. Il continua à monter jusqu'à la porte d'accès à la terrasse qui avait été forcée.

Le canon de son arme à feu entrouvrit la porte. C'est là qu'il aperçut le couple, assoupi l'un contre l'autre, yavait quelque chose de mignon dans cette image. Ils n'étaient pas bien, ne paraissaient pas très équipés (pas plus que lui), pas d'armes visibles. Pas le profil de Raiders à première vue. Pas de trace de Victor non plus. D'autres survivants.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 144
Date d'inscription : 21/05/2015
Age du Personnage : 27
Résidence du Personnage : Alentour de Salem
Emploi du Personnage : Aucun
Rumeur : "La folle"

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles: 1
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
4/20  (4/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
[30 Avril 2017 - 5:18]

La nuit avait été plutôt calme malgré les râles de zombies. Ceux-ci avaient gratté un long moment à s’en déchirer les doigts - ou ce qui leur restait de doigts - puis avait reduit leur acharnement jusqu’à se détacher du mur et retourner à leur vagabondage. Puisque Cody et Niomi dormaient, il n’y avait plus de bruit pour exciter leur appétit sans limite. Le groupe qui avait pu être une centaine s’était donc éparpillé, repartant dans d’autres directions ou restant dans les parages. Quoi qu’il en soit, la foule s’était dispersée pour le plaisir de tous, car l’odeur nauséabonde des corps en putréfaction n’était jamais très agréable.

A 5 heure du matin, il ne fait pas vraiment jour. Le soleil est encore loin mais le ciel laisse place à la lumière parmi les ombres de la nuit noire. Et alors que les paysages se dessinent, sans couleur et sans un bruit, Salem s’éveille. Les yeux de Niomi sont grands ouverts et elle contemple, depuis ce toit d'entrepôt abandonné, le ciel plus ou moins encombré de nuages. Elle regarde les étoiles disparaître, laissant place à la lumière. Elle ne sait pas depuis combien de temps elle est réveillée mais elle a l’impression que c’est depuis toujours. Pourtant, cela ne fait que quelques minutes que ses yeux se perdent dans le ciel.

Sa position toute congestionnée et recroquevillée sur elle-même commençait à lui faire un peu mal, alors elle commença a bouger. C’est à ce moment qu’elle senti la main de Cody dans ses cheveux. Comme elle ne voulait pas le réveiller, elle commença par s’en dégager doucement. Mais une fois assise, elle commença à y réfléchir sérieusement. J’avais ma tête sur sa jambe ? Et il avait sa main dans mes cheveux ? Elle se perdit dans ses pensées pendant quelques minutes, les yeux encore gonflés par le sommeil qui la portait encore quelque minutes plus tôt. Elle avait l’air d’un enfant, pas tout à fait en train de dormir mais un peu quand même. Elle regardait l’horizon avec ses yeux plissés. Ses jambes étaient tendues devant elle et sont dos tout courbé.

Elle se redressa, elle avait envie de bouger. D’habitude elle était réveillée par un cauchemar ou par la peur inexpliquée de quelque chose, et elle courait instantanément dès son reveil. Mais la, elle n’avait pas eu peur, elle avait juste penser. Son esprit avait divagué entre des choses diverses et variées, mais son corps n’avait pas bouger. Alors elle se leva, s’épousseta un peu des gravier qui s’étaient pris d’affection pour ses vêtements. Et lorsqu’elle fut debout, fraîche et dispo - en tout cas beaucoup plus que les quelques secondes précédentes - elle remarqua cet homme. Un autre. Un inconnu qui les regardait visiblement depuis un moment sans bouger puisqu’elle ne l’avait pas entendu.

Mais.. Il était pas la avant lui ? Qu’est-ce-qu’il fait la ? Autant d'interrogations qui n’avaient pas effrayer Niomi. Cela faisait déjà quelques personnes qu’elle avait croiser et dont elle n’avait pas eu peur. En réalité, elle n’avait pas approcher grand monde de son plein grès, c’était plutôt les autres qui venaient à elle. Lorsqu’ils étaient en groupe, les gens ne la remarquait pas nécessairement. Elle se cachait et laisser passer. Mais lorsqu’ils étaient seuls, les gens étaient beaucoup plus vigilants puisqu’ils étaient seuls pour se protéger. Elle avait donc évité les groupe malfaisant de cette manière. Mais aussi (et surtout) parce qu’elle ne restait jamais à la même position.

- Bonjour

Elle dit ça à voix basse sur un ton neutre malgré sa voix un peu enfantine. Normal. Comme si tout était normal, qu’un homme soit la depuis elle-ne-savait-pas combien de temps à le regarder dormir. Elle le regardait depuis quelques secondes, cherchant à voir quel genre de personne il était à sa tête. Il était beau. Vraiment. Mais que faire de ça en période d’apocalypse ? Le physique comptait-il vraiment dans ce genre de situation ? Non. Pas pour elle en tout cas. Comme jamais d’ailleurs. En le regardant elle avait incliner la tête un peu. A la manière des chiens curieux. Puis elle l’avait de nouveau fixé dans les yeux, la tête toujours inclinée. Il y avait comme toujours l’éternelle question Pourquoi ? qui trottait dans sa tête. Et puisqu’il n’avait pas l’air de vouloir lui tirer dessus, pour une fois elle exprima l’intégralité de sa pensée à voix haute sur le même ton que tout a l’heure, ni agressif, ni amical, mais enfantin :

- Pourquoi tu es la ? Tu nous regardais dormir ? Tu voulais dormir avec nous ? Est-ce que tu n’as pas dormi ? Est-ce que tu n’arrives pas a dormir ? Moi nonplus souvent j n’arrive pas a dormir. Puis après j’y arrive quand même. Tu sais si tu y arrives pas un soir, tu y arriveras un autre..

Elle lui sourit. Marquant une pause, elle reprit aussi un peu son souffle, puis repris en reposant la question qui importait le plus :

- Pourquoi tu es la ?

Elle se tenait droite, tendue sur ses petites pattes frêles qui nageaient dans un pantalon 3 fois trop grand. Elle remit la manche de son pull qui avait séché pendant la nuit, puis retroussa ses manches parce qu’on avait pas encore vu ses mains sous ce pull tout aussi trop grand que le pantalon et les chaussures. Elle le regarda encore un instant puis dis enfin :

- Je suis Niomi.

Et en se retournant vers celui qui lui avait servit d’oreiller cette nuit elle poursuivit :

- Et lui c’est Cody.

_________________________________________________



Spoiler :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 63
Date d'inscription : 10/07/2015
Age du Personnage : 23
Résidence du Personnage : Salem
Rumeur : Y'a quelqu'un qui court vite dans les environs. Vous l'avez vu ?

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles:
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
20/20  (20/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
Les rêves, on en fait tout le temps, mais on s'en souvient moins souvent. En tout cas, c'est ce qu'un type m'avait dit lorsque j'étais chez les pillards. Par contre, pour les cauchemars, c'était comme faire ressortir tout ce qu'il y avait de négatif en nous, comme si notre cerveau nous disait merde en nous envoyant un paquet de conneries qui nous font flipper par exemple. Un fumier celui-là mine de rien.

Toujours est-il qu'au moment où je m'étais assoupi jusqu'au moment du réveil, j'ai cauchemardé de la dernière scène où j'ai vu mes parents et Ryan mourir. Des fois ce sont des souvenirs de mon père, celui qui m'a mis au monde, ça restait rare ceci dit. Bref, je venais de passer une nuit de merde, courte avec en prime, un mal de dos à mon réveil.

J'avais à peine écarquillé les yeux que j'entendais la gonzesse dire : "lui c'est cody". Oh merde à qui elle parlait ? Mes pupilles se sont ouvertes en un instant, le coeur sortant de ma poitrine par l'adrénaline qui venait de couler dans mes veines. Instinctivement, j'ai chopé le flingue et fut debout en moins de deux, le canon braqué sur un type que j'avais jamais vu.

- Putain t'es qui ?!


La question qui ne servait à rien. Tu pouvais être n'importe qui, personne serait là pour vérifier tes papiers et ton casier judiciaire. Et parfois, fallait mieux pas.

J'ai jeté un coup d'oeil en panique à l'autre qui semblait stoïque face à la situation. Non mais c'était quoi son problème ? Elle tapait la bise au premier venu ou quoi ? Elle ne connait rien de moi et encore moins de lui et elle n'a pas l'air effrayé pour autant. NON MAIS C'EST QUOI CE DELIRE ?

Peut être qu'elle le connaissait finalement ? Au moins, ça aurait le mérite de me rassurer un peu. Ou pas car s'ils étaient tous les deux de mèche, je serais un peu dans la merde. Mais ils s'étaient pas enlacer et ne semblait pas proche. A mon avis, aucun de nous connaissait l'autre. J'ai pris mon sac qui était par terre, à côté de moi, le bardant sur mon épaule. Je continuais de fixer le type. Il avait les cheveux longs, une gueule d'ange presque. Il était un peu crado, mais ça, on l'était tous. Le plus flippant, c'est qu'il avait un flingue à la main. Et ça, j'aimais vraiment pas.

- Tu le connais ? lançais-je à la fille dont je connaissais toujours pas le prénom.

Je connaissais déjà la réponse, mais sait-on jamais. Enfin, elle pouvait me mentir de toute façon. J'ai enchainé rapidement sans que l'un comme l'autre puisse avoir le temps de prendre la parole.

- Lâche ton flingue si tu veux discuter. J'hésiterais pas à te descendre s'il le faut.

Fais chier, la journée venait à peine de commencer que ça sentait déjà l'embrouille. Vivement demain si je suis encore de ce monde jusqu'à là.

_________________________________________________


Et dire que j'ai loupé le bombardement de New-York... Ça a dû être un sacré feu d'artifice !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 710
Date d'inscription : 07/07/2015
Age du Personnage : 25
Résidence du Personnage : Offsprings
Emploi du Personnage : Garagiste/Chasseur

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles:
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
20/20  (20/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
La fille s'était réveillée la première, doucement, gentillement. Les yeux un brin écarquillés, elle ne semblait pas plus étonnée que cela de sa présence. Il répondit à son bonjour d'un grand sourire charmeur, elle avait une jolie voix. Il put en profiter pleinement : c'était un vrai moulin à paroles !
Après une flottée de questions et d'introspection personnelle, elle fit leur présentation : Niomi et Cody. Enchantés ! Mais cela avait occasionné le réveil de l'autre. Un tout autre caractère celui-là : tout en agitation, il s'était dressé prestement, avait juré et le menaçait de son flingue (un beretta également). Visiblement, il ne s'agissait pas d'un couple, pas ancien en tout cas car il s'interrogeait sur la possibilité que la fille connaisse Terry ou non. Fallait qu'il revoit son jugement sur eux, son regard alla de l'un à l'autre. La fille paraissait plus âgée, plus posée, un peu la tête dans les nuages (mal réveillée ?). Le garçon était en mode stress, panique; faudra désamorçait la situation pour éviter des dégâts inutiles. Il s'adressa donc à ce dernier en premier.

- Si j'avais voulu vous tuer, vous ne vous seriez pas réveillés. La porte n'était même pas barricadée et j'parle pas du raffut à coup de klaxons de cette nuit ! Alors tu te calmes vite fait si tu veux qu'on discute.

Terry avait parlé avec fermeté, mais sans hausser le ton, ça servait à rien de monter crescendo dans le volume, surtout s'il cherchait à calmer les esprits, surtout celui du dénommé Cody. Son bras droit tenant le flingue pendait le long de la cuisse, doigt sur la gâchette au cas où. Il tendit l'autre bras, tenant du bout des doigts le manche du couteau trouvé. Il examina leurs réactions et crut deviner que ça appartenait au garçon.
Les klaxons devaient venir de lui ainsi que la porte forcée. Il vit aussi le pansement à sa main. Ce Cody ne paraissait pas du tout débrouillard pour un sou ! Il devait avoir une bonne étoile au dessus de la tête pour s'en être sorti jusqu'à présent. Terry voulait lui prouver qu'il était en partie responsable de cette situation en raison de ses actions de la soirée.

- C'est à l'un de vous deux ça ? J'vous l'rends moyennant des infos. Que savez-vous des Raiders et des Gardiens ?

Par cette question, il risquait de dévoiler qu'il était nouveau en ville. Mais ça, il s'en foutait. Si ça se trouve, ils étaient tout aussi nouveau que lui dans le quartier et n'avaient sans doute pas entendus parler de ces groupes. Il les dévisagea à nouveau chacun leur tour essayant de deviner par leurs réactions s'ils auraient pu avoir affaires avec eux ou non. Il arrêta son regard sur la fille et lui adressa à nouveau un large sourire.

- Oh ! Et moi c'est Terry.

Ma foi, s'ils n'étaient pas ensemble ces deux là, il pouvait chercher à s'attirer la sympathie de la fille qui paraissait moins farouche. N'avoir qu'une personne hostile face à lui serait plus facile à gérer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 144
Date d'inscription : 21/05/2015
Age du Personnage : 27
Résidence du Personnage : Alentour de Salem
Emploi du Personnage : Aucun
Rumeur : "La folle"

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles: 1
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
4/20  (4/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
Cody s’était réveillé d’un coup, et avait jaillit en dégainant son pistolet. Plus vite que son ombre, presque aussi stylé que Lucky Luke, il avait l’air super sérieux dans sa menace et même si ça se voyait qu’il était pas super rassuré. Pas très réveillé non plus d’ailleurs, bien que ce réveil violent l’avait bourré d’adrénaline. Il était passé d’endormis à tous les sens en éveil en un instant, et se tenait la, debout, ferme dans ses gestes et visiblement moins sur dans sa tête.

- Putain t’es qui ?

Oooh il a tout gâché.. La scène avait été digne d’un film jusque la, mais il n’avait pas la bonne réplique. Il aurait du faire plus badass genre.. plus badass quoi ! Niomi fronça légèrement les sourcils, un peu frustrée du spectacle. Elle soupira doucement, un peu embêtée que Cody soit en colère aussi, parce qu’il pourrait crier et attirer de nouveau les zombies alors qu’ils avaient attendus toute la nuit qu’ils partent. Ses yeux passaient de l’un a l’autre, et a un moment, Cody la regarda mal. C’était un mélange de peur et d’incompréhension, mais il y avait pas mal de colère surtout, et Niomi n’aima pas ça du tout.

- Tu le connais ?

Non, je le connais pas. Elle avait pas envie de lui répondre. Mais vraiment pas du tout. Dans dix minutes elle aurait sûrement oublié mais pour le moment, elle lui en voulait. J’ai pas été méchante avec lui, MOI, a ce que je sache ! Depuis quand on parle méchamment aux gens pas méchants ? En réalité, Niomi n’avait pas eu une très grande expérience sociale des gens depuis l’apocalypse. Elle avait seulement vécu avec son frère, et aussi un peu avec un autre homme qui au premier contact avait plutôt été gentil puisqu’il voulait profiter de leur hospitalité. Ainsi, Niomi n’avait encore jamais rencontré de groupe hostile et la violence gratuite envers d’autres humains n’avait jamais fais parti de son quotidien. Évidemment, faire péter des trucs, elle adorait ça, surtout quand il avait s’agit de venger son frère, la ça avait été l’extase ! Mais autrement, aucune expérience ne lui avait appris qu’il fallait aussi se méfier des êtres humains. Déjà qu’il fallait se méfier des zombies qui pullulaient partout, si en plus il fallait faire attention aux autres survivants..

Cody et l’autre avaient commencer à discuter sur un ton plutôt tendu. Cela angoissait un peu Niomi qui ressentait énormément cette tension. Elle continuait de les regarder l’un après l’autre, puis ses nerfs prirent le dessus pour la protéger de l’angoisse grandissante. Son petit cœur battait a tout rompre et elle se sentit tout a coup très oppressée par leurs voix. C’est la que son bouclier interne se mis en marche. Elle n’entendit plus rien, et arrêta de les regarder. L’abstraction était sa meilleure solution, ou en tout cas celle que sa tête avait - semble t il - préférer. La petite brune était la, stoïque, et son cerveau attendait que le ton change avant de donner le signal de remise en route du système. Mais, le regard sur l’horizon n’était pas si vide que ça, puisqu’elle avait les yeux posé sur le panneau qui indiquait “RootX - General Chemical”. Chemical.. Chimie ? Chimie.. Réaction chimique ? Réaction chimique.. Boom boom ! Un grand sourire s’affichait sur ses lèvres au moment ou le nouvel arrivant ajoutait tout aussi souriant :

- Oh ! Et moi c'est Terry.

Niomi acquiesça, sortant de sa torpeur. Elle les regarda tout les deux avec un sourire de gamine malicieuse collé sur sa bouille et leva son bras en direction du panneau qu’elle avait repéré. Penser aux explosions lui avait vraiment donner envie de faire exploser des trucs et mine de rien, elle y avait pas pensé depuis un bon bout de temps. Elle était la, toute petite entre ces deux grands bonshommes qui avaient pas l’air de vouloir s’entendre. Mais comme elle n’en avait plus rien a faire, elle parla sur un ton de chipie presque en rigolant :

- Là-bas y’a des trucs chimiques pour faire des “boom-boom” ! Et si on allait faire péter ces trucs pour détendre un peu l’atmosphère ?

Elle était très excitée et très sérieuse en même temps. Elle s’approcha du bord du toit pour voir s’il y avait beaucoup de monde en bas, et visiblement, Terry n’avait pas rameuter tant de monde que ça. Avec quelques coups de couteaux par ci par la, ils pourraient facilement se frayer un chemin à trois, en courant un peu. L'entrepôt indiqué était de l’autre côté de la route et de la ou ils étaient ils pouvaient voir la porte d’entrée du bâtiment. Bien sur ils ne pourraient peut être pas entrer par la porte, mais les fenêtres étaient nombreuses et les gouttières aussi au cas ou il faudrait se percher. Elle se tenait la, au bord du toit, prête à descendre quand le signal serait venu, un zombie était justement juste en dessous d’elle pour amortir son atterrissage. L’adrénaline montait. Regarde moi Reese, regarde moi bien. J’vais tout faire péter, et les ondes de chocs monterons tellement haut dans le ciel qu’elles pourront te chatouiller !

_________________________________________________



Spoiler :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 63
Date d'inscription : 10/07/2015
Age du Personnage : 23
Résidence du Personnage : Salem
Rumeur : Y'a quelqu'un qui court vite dans les environs. Vous l'avez vu ?

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles:
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
20/20  (20/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
La question du type nommé Terry m'interpela. Les Raiders ? Pourquoi est-ce qu'il nous pose cette question ? Est-ce qu'il savait pour moi ? Est-ce qu'il en faisait parti ? Est-ce qu'il était là pour me tuer ? Je sentis un furtif pincement des lèvres se faire tel un rictus.

Un tas de question me passait par la tête. Les Raiders, ça faisait un moment que j'en avais pas entendu parler. En fait, depuis le moment où je me suis tiré de là-bas pour terrer ici. On était donc si connu que ça ? Et Jéricho ? Il le connaissait ? Putain de merde ce mec me faisait flipper. Je connaissais rien de lui et voilà qu'il nous tartine avec ça... De toute façon, j'étais grillé, Niomi avait balancé mon prénom. Ca m'apprendra la prochaine fois à dire comment je m'appelle vraiment.

Je me ressassais tous mes souvenirs chez les Raiders. Y'avait du monde, mais sa tête ne me revenait dans aucune des images qui défilaient dans mon cerveau. Aucun moyen de faire une relation entre eux et lui. Mais je devais rester sur mes gardes, sait-on jamais, peut être qu'il voulait ma peau, peut être pas.

Dans tous les cas, ce type avait mon couteau, celui que mon père m'avait donné. Enfin, mon père adoptif. Il était cher à mes yeux. Trop cher pour lui laisser, quitte à le tuer pour le reprendre. Il tenait mon passé dans les mains.

Soudain, la p'tite m'émoustilla les oreilles :

- Là-bas y’a des trucs chimiques pour faire des “boom-boom” ! Et si on allait faire péter ces trucs pour détendre un peu l’atmosphère ?

Elle aussi elle voulait y aller ? Tiens donc... "Boom-boom", "faire péter des trucs". Les mots que j'utilisais quand j'étais jeune. L'obsession de mon cerveau, de mon esprit, MA raison de vivre à l'heure qu'il est. Et depuis le temps que je n'avais rien fait péter, j'étais en train de mourir à petit feu à l'intérieur. Curieusement, j'ai soudain été pris d'un sentiment d'attachement pour cette gonzesse qui semblait partager le même hobby que moi. Mais ce Terry me foutait les chocottes. Sa question me tourmentait la tête.

Est-ce que je devais dire la vérité ? J'en sais rien putain. J'ai baissé mon arme, gardant néanmoins le doigt sur la gachette, prêt à faire feu au cas où il répondrait mal à ma question. J'ai tendu la main vers cette "Niomi" comme pour la faire taire. Fallait que je pose moi aussi des questions. Ca me rongeait, comme un bouffeur d'ongle.

- Ce couteau est à moi, il m'est cher, rends le moi.

Sans dévier du regard, j'ai posé cette question aussi calmement que possible. Et pourtant, je bouillonnais.

- Qu'est-ce que tu connais des Raiders ? Pourquoi tu nous demandes ça ?

Puis je me suis tourné vers Niomi, lui communiquant que son idée était partagée.

- C'est là où je comptais aller. Mais je veux d'abord savoir qui il est. On pose pas des questions comme ça. Pas sur ce genre de personnes en tout cas.

Il était hors de question que quelqu'un essaie de m'enfiler quand j'aurais le dos tourné. J'étais ravit de constater que Chemical n'était pas loin, mais tout aussi inquiet de ce mec qui m'angoissait. J'avais clairement l'air d'être pris pour du gibier.

_________________________________________________


Et dire que j'ai loupé le bombardement de New-York... Ça a dû être un sacré feu d'artifice !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 710
Date d'inscription : 07/07/2015
Age du Personnage : 25
Résidence du Personnage : Offsprings
Emploi du Personnage : Garagiste/Chasseur

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles:
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
20/20  (20/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
Niomi n'avait pas cillé à la question. En tout cas, impossible de lire une quelconque émotion sur son visage contrairement à son partenaire ! Le nom des Rangers, rien que de le citer, avait tout de suite fait réagir Cody. Comme pour détourner l'attention, il avait abaissé son arme et avait réclamé son couteau. Mais Terry n'était pas dupe. C'était pas ça le deal, pas la peine de me retourner la question !

- Je veux savoir où ils crèchent. Plusieurs vieilles affaires à régler avec eux.

Inutile d'en révéler plus. Sa phrase sous-entendait suffisamment que Terry avait une dent contre eux. A voir si cette semi-révélation ferait de nouveau réagir son interlocuteur dans un sens ou un autre. En attendant, il lui rendit son couteau. Qu'il lui fournisse ou non des réponses maintenant, Terry souhaitait rester un peu à ses côtés pour en apprendre le plus possible quand sa langue finirait par se délier d'elle même ou à l'aide d'un petit coup de pouce.
Il reporta son attention sur Niomi. Elle avait évoqué la construction d'explosifs, chose qui semblait intéresser également l'autre. A première vue, il ne leur aurait pas donné des têtes d'experts en explosifs, mais ... pourquoi pas ! Vue leur allure candide, c'était sans doute dans cette compétence là qu'ils avaient misé leurs chances de survie en ce bas monde. Terry n'y connaissait rien, la physique-chimie ne l'avait jamais intéressée à l'école (d'autres matières non plus d'ailleurs). Quelques bons engins explosifs pourraient s'avérer utiles s'il voulait se confronter de nouveau aux Raiders ... Il était curieux d'en savoir plus dans cette matière.

Il se rapprocha de Niomi d'aussi près qu'elle l'était du bord de la terrasse et observa le bâtiment en face. "General Chemical". Yavait un premier bâtiment de plein pied donnant sur la rue. Derrière, un autre de type 'hangar' avec un accès camion sur le devant. Pour accéder à l'arrière et à d'autres bâtiments, il y avait un portail grillagé sur roulettes. Il lui désigna tout cela du doigt.

- Sur le devant, ça semble être l'accueil. Si vous voulez trouver du matos, faudra taper dans les bâtiments arrière. J'peux vous couvrir et vous aider à trimbaler du matos si vous m'apprenez quelques trucs ou me confectionnez un petit paquet. On peut prendre l'escalier pour sortir, ce sera plus ... pratique.

Allaient-ils accepter son aide spontanée bien que non dénuée d'intérêt ? Ne s'y connaissant pas, Terry ne risquait pas de s'emparer de leurs trouvailles. Dans cette affaire, il espérait représenter un précieux allié. Comme énoncé d'entrée de jeu, il cherchait surtout des informations. Si elle avait déjà préparé un autre plan dans sa jolie tête bouclée, il écouterait et suivrait sûrement.

HRP:
 

_________________________________________________

<< Des créatures de Dieu qui s’étaient endormies en pleurant,
ouvraient les yeux pour pleurer de nouveau. >>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 144
Date d'inscription : 21/05/2015
Age du Personnage : 27
Résidence du Personnage : Alentour de Salem
Emploi du Personnage : Aucun
Rumeur : "La folle"

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles: 1
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
4/20  (4/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
Et ils discutent, et ils discutent. Ils savent pas que les explosions ça ne se fait pas attendre ? Ils se disent pas dans leurs têtes que si on y va pas TOUT DE SUITE et bah peut être que y’en a d’autres qui vont tout nous piquer et qu’on aura rater de quoi faire le plus beau feu d’artifice jamais vu pour quelque seconde de papotation ?
Les garçon s’échangeaient des petites phrases, courtes mais explicite. Au ton, ils avait pas l’air de vouloir bien s’entendre tout de suite. Il fallait donc agir.

- C'est là où je comptais aller...

- Sur le devant, ça semble être l'accueil. Si vous voulez trouver du matos, faudra taper dans les bâtiments arrière. J'peux vous couvrir et vous aider à trimbaler du matos si vous m'apprenez quelques trucs ou me confectionnez un petit paquet. On peut prendre l'escalier pour sortir, ce sera plus ... pratique.

C’EST LE SIGNAL ! Niomi était sur le bord du toit, analysant bien toute la situation pour vérifier que le grand bond se passerais pour le mieux pour elle. Ses yeux pétillaient de joie et d’impatience. On pouvait lire la joie sur son visage, qui avait l’air de celui d’une enfant en route pour le parc d’attraction de ses rêves. C’était Noël dans sa petite tête. Le déballage des cadeaux était tout proche. Ah le bruit du papier des paquet cadeaux qui se déchirent, sous la pression des petites mains impatiente des enfants. C’était à peu près l’ambiance. Et même si elle ne trouvait rien une fois la bas, pour le moment, elle était aux anges à l’idée de trouver des choses qui pourraient exploser. C’est les yeux plein de malice qu’elle se retourne, après leur avoir laisser le temps de finir prestement leur conversation angoissante. Elle leur chuchota :

- En bas tout est barricadé, Terry. L’escalier : C’est pas possible. J’saute. Si vous voulez pas, trouvez vous une gouttière ou une fenêtre pleine de bout d’verres. On s’retrouve en bas.

Son sac sur le dos, un couteau dans chaque main, elle vise une dernière fois le zombie qui gémit un peu plus de deux mètres plus bas, puis se retourne encore vers les garçons, la mine un peu boudeuse cette fois :

- Oh.. Et pas de coup de feu s’il vous plait.. Y’a trop d’monde dans l’coin.

Un grand sourire remplaça la mine boudeuse. Elle leur fit un clin d’oeil et sauta.
La sensation de chute est une chose inexplicable, ou alors plutôt difficilement. Il y a l’impression de légèreté alors qu’on a jamais été aussi attirant d’après la loi de la gravité qu’à ce moment la, mais on ne s’en rend pas compte. Chuter de trois mètres, ça dure a peine plus qu’une demi seconde, et pour tant, sur le moment, le temps s’étire. Il s’allonge et se distord jusqu’à donner l’impression de s’arrêter. Mais la demi seconde touchant à sa fin, la réalité reviens très vite. Un peu trop vite même puisqu’elle donne l’impression de tout à coup être en accéléré. C’est comme les problèmes de connections sur les jeux vidéos, tout va lentement parce que ça charge, puis il y a une soudaine accélération dû au temps qui doit reprendre sa place.

Mais la place du temps, c’était pas forcément la première préoccupation de Niomi à ce moment précis. Elle tombait sur un mort-vivant, qui était, selon elle, parfait pour amortir sa chute. Ses pieds se posèrent d’abord sur les épaules de la créature en putréfaction. Le poids de la petite déséquilibra légèrement le zombie et chuta en avant dans un effet de ralentit. Et alors que les tibias de la bestiole s’enfonçaient dans ses jambes et transperçaient la chair de ses cuisses en deux belles fractures bien ouverte, Niomi tenta d’enfoncer ses couteaux dans le crâne de l’animal. Les craquements d’os et les déchirements de la chair firent plus de bruit que prévu, et puisqu’elle n’arrivait pas à enfoncer ses foutus couteaux, elle se releva du plus vite qu’elle pu, faisant face à la pesanteur du mieux qu’elle pouvait. Elle jeta un regard derrière elle pour constater l’ampleur des dégâts. La bestiole tendait les bras pour essayer de l’attraper ou de ramper jusqu’à elle, mais Niomi s’éloignait déjà, traversant la route pour rejoindre le bâtiment tant convoité. Le coup d’oeil servit aussi de vérification à ce que les deux autres zigotos aient bien survécus.

Son regard ne s’attarda pas plus longtemps et se concentra plutôt sur le chemin qu’elle devait emprunter. Elle qui avait demandé à ce que les garçons ne fassent pas trop de bruit avec les armes a feu, elle avait fait vachement de bruit quand même, et les affamés se ramenaient tranquillement. Niomi traça jusqu’à l’entrée du bâtiment. A l'extérieur, ça allait, mais dans l’accueil sa grouillait. Elle espéra que l’entrepôt ai été préservé de ce troupeau, et continua son sprint jusqu'à la grande porte du hangar. Il y avait assez peu de zombie aux alentour, ou alors ils s’étaient plutôt dirigés vers Comcast et son bouffeur - à présent cul de jatte - qui gémissait de faim. Les deux trois qui traînaient étaient plutôt loin, et elle n’avait pas fait assez de bruit pour les attirer.

La grande porte était entrebâillée. C’était une porte de garage qu’on relevait à l’aide d’un système mécanique. Il y avait un peu de lumière sous la porte. Cela venait des quelques ouvertures et puis de lumière dans le toit. Mais l’ouverture était moindre, pas bien plus haute qu’une quarantaine de centimètres. Alors, c’était possible de passer en rampant, mais c’était pas safe. Pas du tout même. Il faudrait que l’un d’entre eu la couvre pendant que l’autre ferait le guet. Elle essaya de pousser un peu la taule, mais ça faisait un peu de bruit, et ça ferait un boucan pas possible si on s’acharnait dessus. Elle se mit a croupi pour regarder par l’ouverture en attendant que ses partenaires arrivent. L’oreille tendue, elle analysait une quelconque réaction de l'intérieur, tout en prenant garde à rester vigilante à l’extérieur. Oh.. A nous les boom-boom frangin..


Hrp:
 

_________________________________________________



Spoiler :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 63
Date d'inscription : 10/07/2015
Age du Personnage : 23
Résidence du Personnage : Salem
Rumeur : Y'a quelqu'un qui court vite dans les environs. Vous l'avez vu ?

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles:
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
20/20  (20/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
- Je veux savoir où ils crèchent. Plusieurs vieilles affaires à régler avec eux.

Tiens donc, monsieur aurait des représailles à revendiquer contre eux ? Mais il est complètement taré ce type. Même pour moi, il était hors de question que je refoute les pieds là bas, finir en steak haché serait la mort la moins douloureuse qu'ils m'offriraient.

Je savais pas trop ce qu'il leur voulait, mais pendant le temps où j'y étais, ouais c'est clair, beaucoup de monde devait nous détester. Mais c'était son problème, pas le mien. Il pouvait faire ce qu'il voulait, y compris aller se suicider pour "ses vieilles affaires à régler", même si ça serait plutôt eux qui régleraient son compte. M'enfin, un taré de plus, qu'est ce que je peux y faire ?

Néanmoins, il me redonna le couteau sans que je lui donne la moindre information. Ca, c'était cool de sa part. Je le pris en essuyant la lame et le mit dans le petit fourreau planté de deux trois clous que j'avais récupéré depuis... depuis Ryan. Le type reprit en s'approchant de Niomi, regardant vers notre destination :

- Sur le devant, ça semble être l'accueil. Si vous voulez trouver du matos, faudra taper dans les bâtiments arrière. J'peux vous couvrir et vous aider à trimbaler du matos si vous m'apprenez quelques trucs ou me confectionnez un petit paquet. On peut prendre l'escalier pour sortir, ce sera plus ... pratique.

Et il comptait nous suivre maintenant ? Bof. Bon ok, pour le couteau il a été cool. Mais bon, je le connaissais pas et déjà que m'aventurer avec l'autre gaga des explosifs ça m'enchantait pas plus que ça, à 3 c'était pas mon kiff du tout. Je préférais la jouer solo. J'ai jeté un coup d'oeil par dessus le bâtiment, y'avait du cadavre. Ok j'avoue, y'avait du people, peut être que là, travailler avec eux serait plus... Euh... Pratique pour le coup. La gonzesse ne perdit pas une seconde :

- En bas tout est barricadé, Terry. L’escalier : C’est pas possible. J’saute. Si vous voulez pas, trouvez vous une gouttière ou une fenêtre pleine de bout d’verres. On s’retrouve en bas.

Hein ? De quoi ? Elle voulait sauter ?

- Oh.. Et pas de coup de feu s’il vous plait.. Y’a trop d’monde dans l’coin.

Elle est sérieuse là ?

Elle se tourna vers nous, le visage joyeux. Et puis elle a sauté cette conne ! Putain mais... ! Tu tentes le diable à sauter au risque de te péter une jambe avant l'aventure ? Non mais sérieusement, quelle débile celle-là... J'ai rigolé de sa connerie. En attérissant, elle provoqua un boucan d'enfer. Je me suis rapproché du bord et vit qu'elle poignarda du mieux qu'elle put le Z qui lui servait de matelas pour récupérer de sa chute. Pas de coup de feu hein ? Non mais... Elle se foutait de notre gueule là ? Pas de coup de feu mais ok on peut foutre le bordel autrement ? C'était bien réussi ! Bravo ! J'ai applaudis alors qu'elle courait vers le bâtiment qu'on voulait squatter.

- Bravo... dis-je à voix basse en continuant d'applaudir doucement. Non mais j'te jure... Elle va nous faire tuer cette tarée...

Elle continua sa course vers un hangar. Bon il était temps de bouger pour moi. Et lui s'il voulait nous suivre.

- Perso je compte pas sauter. J'ai la poisse en ce moment, je compte pas me foutre en l'air avant d'arriver à destination. Si t'as réussi à passer en bas à l'aller, on peut aussi en ressortir. Logique non ?

Sans attendre sa réponse, j'ai tourné les talons vers les escaliers.

- Ha au fait, pour les Raiders, fricote pas trop avec eux. Ils auront ta peau si t'essaies quoique ce soit. Et pour savoir où ils crèchent, bon courage. Ils bougent souvent et ne reste jamais très longtemps au même endroit. Crois-moi, tu devrais oublier ce que t'as contre eux et plutôt penser à courir quand tu les verras. L'accueil, c'est pas leur fort.

Arrivé au seuil des escaliers je finis par lui lancer :

- Tu comptes venir ou te la toucher sur le toit ?

_________________________________________________


Et dire que j'ai loupé le bombardement de New-York... Ça a dû être un sacré feu d'artifice !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 710
Date d'inscription : 07/07/2015
Age du Personnage : 25
Résidence du Personnage : Offsprings
Emploi du Personnage : Garagiste/Chasseur

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles:
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
20/20  (20/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
Terry et Cody s'étaient regardés dans les yeux, hallucinés après le saut de la miss. Quelle joyeuse bande de tarés ils faisaient à eux trois. Le premier sourit, le second applaudit. Ce dernier n'avait au passage pas grand chose à lui dire d'utile sur les Raiders. Mais ils les connaissaient, ça c'était sûr. S'il pouvait choper quelques indices, quelques noms, quelques renseignements sur leur matos, leur mode opératoire, leurs signes de reconnaissance, tout cela pourrait être exploité ultérieurement.
Mais l'heure de la vengeance n'avait pas encore sonné. La nana avait sauté. Cody n'avait pas envie de tenter sa chance et Terry se tâtait.

- Tu comptes venir ou te la toucher sur le toit ?

OK, prenons le chemin le plus pratique. Il lui emboîta le pas à l'intérieur du bâtiment qu'ils descendirent assez rapidement, confiants sur l'absence de zomb' jusqu'à la sortie. La porte dégagée, Terry sortit le premier. Les zomb' qu'il avait attiré de l'autre côté du grillage avaient commencé à en refaire le tour. Ils ne s'attardèrent pas trop et avancèrent à grands pas vers le General Chemical. Cody avait de bonnes jambes, ils rattrappèrent vite Niomi qui était là à hésiter à se glisser dans l'entrebaillement de la porte sectionnelle du garage.
Un peu essouflé à leur arrivée, il se retourna vers leur poursuivants qui les suivaient à pas traînants. Faudra pas tarder à bouger ! Terry attrappa un

bout de carton dans un coin et sortir ses allumettes d'une poche de côté de son sac. A la vue de la boîte d'allumettes, les yeux de Niomi semblaient s'être illuminés. Il mit le feu au carton qu'il balança sous la porte : ça ferait un peu plus de lumière et pourrait attirer les zomb' à l'intérieur. Rien. Pas de mouvement. Pas de zomb' ! Sur ce coup là, ils avaient une putain de chance !
Pas la peine de se poser la question plus longtemps : il poussa son sac sous l'ouverture et roula à son tour sous la porte du hangar. Il y avait dans un coin, un amoncellement de palettes, de fûts plastiques vides, de cartons pliés. Rien de visiblement utile. Cet hangar-ci semblait faire usage de "passe-plat" pour les matières premières qui arrivaient pour être réparties ailleurs, dans d'autres bâtiments. Ne restait ici que les gros emballages destinés à être recyclés ou envoyés en déchetterie. Sur une table, quelqu'un parti précipitamment, avait abandonné son lunch, moisi. Terry aperçut un couteau de cuisine et s'en saisit. Ca pourra servir, sait-on jamais.

- C'est safe !

Il avait appelé ses compagnons à le rejoindre, tendant même la main à Niomi pour l'aider à se relever. Yavait à l'arrière un bureau qu'il fallait traverser pour rejoindre une porte qui donnerait à coup sûr sur une cour arrière. Yavait d'autres bâtiments à explorer. Tout s'était bien passé jusqu'à présent. Pourvu que ça dure ...

HRP:
 

_________________________________________________

<< Des créatures de Dieu qui s’étaient endormies en pleurant,
ouvraient les yeux pour pleurer de nouveau. >>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 144
Date d'inscription : 21/05/2015
Age du Personnage : 27
Résidence du Personnage : Alentour de Salem
Emploi du Personnage : Aucun
Rumeur : "La folle"

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles: 1
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
4/20  (4/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
Les deux hommes qui accompagnaient à présent la petite était maintenant arrivé. Et au bruit que ça faisait, ils n’étaient sûrement pas les seuls à arriver. Ils étaient un peu essoufflé, mais ils était sains et sauf, et c’était le principal. Terry agissait. Visiblement, il était déterminé à les aider et à s’en sortir. Comme tout le monde on pourrais dire, mais certains prenaient plus de risques que d’autres, tenant peut être un peu moins à leur vie, qui sait. Dans un monde ou tout n’est que destruction ou deal avec la mort, comment faire pour toujours tenir à la vie ? Chacun sa manière, chacun sa personnalité, mais quoi qu’il arrive, tout le monde essayait au moins de se frayer un morceau de chemin pour vivre, puisque c’était ce qu’il y avait de plus rare et de moins facile.

Terry pris un morceau de carton qu’il enflamma. Le feu. C’était bien ça l'emblème de leur vie d’aujourd’hui. Le feu détruit tout sur son passage, il tue et fait souffrir. Mais en se l’appropriant, il réchauffe et maintient en vie. Il lutte en permanence pour exister, tout comme les survivants de l’apocalypse. Niomi avait appris à aimer le feu. Avant, c’était seulement dangereux et même dans la cheminée elle n’aimait pas trop s’en approcher. Mais puisque l’éléctricité et le gaz ne pouvais plus être utilisé pour du chauffage, le feu avait été leur denrée recherchée pendant les premiers mois d’hiver seul dans la cabane dans la forêt. A présent, elle voyait le feu comme une force plus que comme un danger. Et cette boite d'allumette que tenait Terry lui mit des étoiles dans les yeux.

La lumière produite par le carton qui brûlait leur permis d’être bien sur qu’il n’y avait plus rien à l’intérieur. Terry n’hésita pas une seconde de plus et poussa son sac en premier avant de le rejoindre de l’autre côté. Niomi entendit qu’il faisait le tour rapide de la pièce avant de revenir vers la porte pour leur annoncer qu’il n’y avait pas de danger. Niomi jeta un regard à Cody. Elle lui fit un petit sourire malicieux. Elle avait compris à ses mot et réactions que lui aussi avait l’intension de trouver des choses à faire exploser. Ils en avait pas du tout discuter, mais la tout de suite, elle avait l’impression d’avoir trouver un copain de jeu. Elle passa la porte en rampant avec son sac sur le dos. Une fois de l’autre côté, debout sur ses petites jambes, elle se dépoussiéra un petit peu. Elle attendit que Cody passe avant de s’éloigner de la porte et de faire le tour de la pièce.

Y’avait pas grand chose. Du carton et des bouts de plastique, rien de bien passionnant. N’empêche avec tous ces cartons, on pourrait trop faire une cabane ou un lit méga confortable. Mais Terry était déjà à l’autre bout de la pièce et il ne semblait rien y avoir à faire ici. Les zombies allaient venir s'amasser sur la porte mi-ouverte de l’entrée, alors ce n’était pas le moment de s’attarder. Il y aura d’autres moments pour les cabanes. En jetant un dernière regard aux tas de déchets, elle remarqua quand même quelque chose dans un coin. Elle s’approcha doucement et vit une arme. Quelqu'un s’était caché sous un tas de carton et s’était préparer à tirer en cas d’intrusion. Malheureusement pour lui, soit quelqu'un avait tiré avant, soit il avait attendu trop longtemps, parce qu’on ne voyait qu’un morceau de bras s’accrochant comme il pouvait au beretta M12 qui gisait la. La petite pris l’arme dans ses mains. C’était un peu lourd mais a deux mains ça le faisait. Elle regarda si il restait quelque chose à l’intérieur et un grand sourire se dessina sur ses lèvres lorsqu’elle pu compter les 16 cartouches de la moitié d’un chargeur. Elle revint vers les autres rapidement en montrant son trophée.

Niomi entra dans le bureau en premier, en passant devant Terry avec un grand sourire. Il n’y avait personne puisque la porte était grande ouverte. Mais elle ne voulait pas pour autant faire trop de bruit car ces sales bêtes étaient malheureusement très sensibles aux bruits. Elle ne put tout de même s’empêcher de présenter son nouveau trésor à ses compagnons.

- T’as vu c’que j’ai trouvé ? Y’a même la moitié des cartouches encore !

Puis en y réfléchissant, elle trouva que quand même, pour le coup, elle avait eu vachement de chance. Alors sa générosité pris le dessus, et elle parla de nouveau à voix basse en s'adressant aux deux autres :

- si tu veux je pourrais te le prêter. Je sais pas trop faire moi les gros pistolets et tout ça, je préfères les petits. Il est quand même a moi mais si tu le veux je te le prête.

Les deux couteau à sa ceinture, elle rangea l’arme dans son sac après avoir vérifié la sécurité. Elle repris son couteau de combat dans une main et se plaça devant la porte de la prochaine salle. Y’avait un peu de bruit derrière. Pas des masses mais assez pour qu’on sache que c’était pas vide. En tout cas, il était certain que ça ne grouillait pas de monde, parce que dans ces cas la, on l’entendait plus, et on le sentait plus surtout. Et la, l’odeur était pas si forte que ça. L’oreille contre le mur, elle regardait les deux bonshommes qui faisaient chacun une tête et demi de plus qu’elle. Elle leur fit signe qu’il y avait potentiellement du monde derrière. La cloison était vraiment fine, c’était un bâtiment en pré-fabriquer qui avait dût servir de hangar avant d’être reconverti en une pièce de bureau. Elle restait la, attentive, en attendant la décision des autres.

_________________________________________________



Spoiler :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 710
Date d'inscription : 07/07/2015
Age du Personnage : 25
Résidence du Personnage : Offsprings
Emploi du Personnage : Garagiste/Chasseur

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles:
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
20/20  (20/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
Après lui, une petite fille (du moins, c'est l'effet que Niomi lui faisait) se mit à gambader à quelque d'un trésor. Elle eut plus de chance que lui et dégota une arme à feu. Marrant cette façon qu'elle avait de s'adresser à Terry et Cody en les tutoyant en même temps, comme s'ils n'étaient qu'une seule personne. Elle leur proposait même de leur prêter son tout nouveau jouet. Généreuse la petiote !
Elle alla prêter l'oreille au mur du bureau pour écouter ce qu'il y avait derrière. A son signe, mauvaise nouvelle, fallait s'attendre à un accueil derrière.

Dans un aménagement inconnu, peut être moins éclairé, ça lui bottait pas des masses d'aller se jeter tête baissée dans l'autre partie du hangar. S'ils pouvaient ... Réfléchissons ... Observons ce dont nous disposons.
Le bureau était assez exigu. Il serait sans doute plus approprié de les affronter ici en les faisant venir un par un depuis l'autre salle. Un sas ! Voilà ce qu'il fallait mettre en place. Laissant Cody à ses affaires, Terry alla attraper des palettes en bois, une par une, pour les rapprocher de la porte suivante. Niomi le regardait faire. Il lui adressa un coup d'oeil complice au premier passage. Au second, voyant qu'elle paraissait incrédule, il lui

expliqua son plan.

- On va les faire sortir un par un. Pour les buter, ce sera plus difficile. Ca nous laissera * Han! * la voie libre derrière.

Les achever à la chaîne comme du bétail à l'abattoir. Voilà le plan. Après tout, les zomb' n'étaient plus que des bêtes dépourvues d'intelligence.

Encore quelques palettes, arrimées avec le matériel qui traînait. Yavait plus qu'à ! Terry se porta volontaire d'office pour ouvrir la porte (après tout, l'idée venait de lui). Il s'était de nouveau saisi de sa boîte d'allumettes pour rallumer une torche avec du carton. Plutôt que de perdre du temps à remballer la boîte, il la lança à Niomi.

- J'te la donne en échange d'une bise !

Nouveau clin d'oeil, nouveau sourire charmeur. Elle lui rappelait une prof d'école qui avait attendu qu'il sorte du bahut pour le draguer un soir dans un

bar. L'école. Le bar. Tout cela était loin. Il était maintenant là, devant une porte. Et derrière cette porte, une tripotée de zomb' assoiffés de chair et de sang. Malgré les apparences qu'il cherchait à maintenir vis-à-vis des deux autres, c'est le coeur battant qu'il agrippa la poignée et la fit tourner.
Sa main gauche tenant la flamme lumineuse plongea dans les tenèbres. Une ombre, un visage sanguinolent. Sa main droite tenant son couteau de chasse plongea dans un crâne.
Terry recula, abandonnant à terre le reste de la torche pour se saisir de son second couteau tout récemment dégoté, et le reste de la meute le suivit. Un par un, lui et ses comparses en assistance, ils commencèrent à s'occuper de leur sort.

HRP:
 

_________________________________________________

<< Des créatures de Dieu qui s’étaient endormies en pleurant,
ouvraient les yeux pour pleurer de nouveau. >>


Dernière édition par Terry Mayne le Mar 6 Oct - 7:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 63
Date d'inscription : 10/07/2015
Age du Personnage : 23
Résidence du Personnage : Salem
Rumeur : Y'a quelqu'un qui court vite dans les environs. Vous l'avez vu ?

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles:
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
20/20  (20/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
Niomi avait finit par dégoter un flingue en trifouillant les environs, allant jusqu'à nous le prêter au cas où. Vraiment j'té cette fille.... 'fin bon, ça avait le mérite de me faire sourire au moins. Tous deux s'activèrent à leur tâche. Moi perso, j'avais pas vraiment envie de me faire chier à chercher des trucs sur le moment, surtout que là où on était, y'avait pas grand chose pour ma gueule. Donc autant ne rien foutre et les observait se bouger le cul un peu partout...

Niomi finit par se coller l'oreille contre le mur. Objectif ? Pièce suivante. Problème ? Zombie à priori. Et puis ça semblait grouiller de l'autre côté selon Niomi. Ca m'emballait pas des masses perso. Mais qui dit pièce suivante, dit explosion. J’espérais en tout cas, que j'y laisserais pas ma peau pour une barbe à papa périmée. Terry sembla réfléchir quelques instants avant de s'activer à foutre des palettes les unes à côté des autres en les ficelant grossièrement. Il avait créer un passage de la porte jusqu'à lui. Fallait l'avouer, ce Terry était loin d'être un abruti : Je venais de piger son plan. Il prit la parole et expliqua à l'autre éberluée.


- On va les faire sortir un par un. Pour les buter, ce sera plus difficile. Ca nous laissera * Han! * la voie libre derrière.

J'ai explosé de rire. Son effort lui avait valu un petit cri. Et puis il lui relança :

- J'te la donne en échange d'une bise !

Ca m'a moins fait sourire. Ca y est monsieur a un plan et il se croit tout permis ? Non mais il se croit où ce type ? A peine eu-je le temps de répliquer qu'il ouvrit la porte et dégomma sec un zombie avec un coup de couteau. Jolie. Il s'enfonça un peu plus dans la salle sombre éclairée de sa torche à deux balles. En parlant de ça... J'ai sorti mon beretta en même temps que ma vieille bombe artisanale. Je me suis lancé après en courant :



- Eh ! Fais pas ton héro charmeur mon pote ! J'ai de quoi les saucer avec ça !

Putain, fallait pas que je me plante avec mon truc, sinon bonjour la loose. Arrivé derrière lui avec Niomi qui nous suivait de près, j'ai allumé la mèche de mon bordel et l'ai envoyé devant vers le tas de zombies. Je savais pas combien y'en avait, et à dire vrai, les calculer c'était le dernier de mes soucis. Là, je voulais juste me mettre à l'abri avant que ce truc fasse son boucan.



- RECULEZ !

La bombe se mit à siffler comme un feu d'artifice, en un peu moins fort mine de rien, et quatre furent attirés vers ma bombe. Ok, super. La bombe avait chié dans la colle. J'avoue que j'étais vraiment dégouté du truc. Et ma fierté en avait pris un coup. Une bombe de merde pour un artisan de la mort comme moi, c'est pas glorieux. Au moins ça nous avait débarrassé de quelques zombies. On avait quelques secondes avant que le bordel, alors fallait en profiter pour liquider ceux qui nous faisait face. J'ai tiré devant le zombie qui n'était qu'à quelques mètres de moi. Je tire. La balle atterrit dans la jambe d'un de ces enculés qui le fout à terre. Putain, tirer dans le noir, c'est vraiment pas mon truc. Je retire une deuxième fois sans tarder qui fout à terre un autre de ces péquenauds.



- Putain mais je suis vraiment mauvais aujourd'hui !

Même si c'était pas glorieux, j'avais foutu deux zombies à terre qui devait ramper lentement jusqu'à nous. Au moins ça avait le mérite de pouvoir d'aider mes collègues à se déplacer plus librement que prévu.



- Allez les filles ! On se relâche pas ! Je vous couvre ! hurlais-je bourré d'adrénaline.


HRP :
 

_________________________________________________


Et dire que j'ai loupé le bombardement de New-York... Ça a dû être un sacré feu d'artifice !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Mind fuck & compagnie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» The self imposed limitations of the underdeveloped mind.
» La compagnie Gildan ira-t-elle en Haiti ?
» Compagnie Grise
» Liste compagnie grise
» 01. Losing your mind

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Zombie Apocalypse :: Campagne avoisinante & Brooks-