Life is but a journey, an ephemeral and fragile one. Now it simply became bloody as well...
Jericho est de retour, et ses sbires ont remis en marche l’entreprise d’esclavagisme qu’ils semblaient avoir mis en veilleuse depuis quelques mois. N’importe quel survivant est une cible potentielle pour le regroupement de pillards et Dieu seul sait ce qui arrive alors aux pauvres âmes qui en sont les victimes… Le seul espoir des survivants de la ville s’incarne dans le maître d’orchestre de la seule victoire que les rescapés de Salem ont arraché à Jericho, Azad Kamrane. C’est-à-dire, l’homme derrière la chute de la Marion et qui a dans le même temps remis en liberté les esclaves que les Raiders avaient si durement rassemblés à l’intérieur des murs de la prison. L’Iranien a poursuivi les préparations de la lutte à venir, mais au-delà des questions concrètes qu’il lui faut considérer, plusieurs interrogations restent sans réponse. Qui sont-ils réellement? Que veulent-ils? Où sont-ils? Que font-ils de leurs victimes? Combien de personnes suivent Jericho? Autant d’inquiétudes auxquelles le leader des Offsprings devra très rapidement trouver des réponses…
CharteContexteFonctionnalitésBazarEspace PersonnelScénarios
A savoir
# Un event important est actuellement en cours ! N'hésitez pas à suivre son déroulement ici → An unreachable, yet invaluable prize...
#
Contexte
De l'humanité il ne reste presque plus rien. Derniers survivants face à la menace zombie, vous avez combattu la peur, la maladie et la misère. Six années se sont écoulées, combien de jours tiendrez-vous encore ? Nous sommes en 2017 et le monde a été plongé dans le chaos suite à une catastrophe biologique. Que vous veniez de Central City ou de contrées plus éloignées, votre course effrénée pour la survie vous a mené jusqu'à Salem, dans l'Oregon. L’accalmie qui régnait dans les derniers mois s’est terminé dans le sang et la douleur avec le retour des Raiders qui sont sortis de l’ombre dans laquelle ils se trouvaient. Ils ont depuis repris leur entreprise sombre, et tout être humain encore dans les environs, homme, femme et enfant sont à risque d’être faits prisonniers comme ils l’ont fait lors de leur arrivée en mars. Dans ce monde totalement changé, le danger rôde à chaque instant, et l’avenir de tous ceux se trouvant dans Salem est voilé d’une incertitude qui n’est pas près de se lever. Face à un tel raz-de-marée de sauvagerie, la survie de tous dépendra des actions individuelles de chacun... Et vous, qu'attendez vous pour nous rejoindre ?
Remerciements
Nous tenions à remercier le forum Never-Utopia grâce à qui le forum peut aujourd'hui connaître un renouveau. Un merci aussi à nos joueurs pour leur patience et leur soutien après tout ce temps. ZA n'est pas encore parfait, mais grâce à vous il vit. Un merci également aux administrateurs qui donnent de leur temps et ne cessent d'essayer d'améliorer le forum et le confort des joueurs...

Longue vie à ZA, et que la passion de l'écriture continue de nous lier, tous ensemble, dans cet univers.
Zombie Apocalypse
Saison 5 : A Battle for Freedom

Partagez | 
 

 Walther Grayson

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Messages : 19
Date d'inscription : 28/06/2015
Age du Personnage : 32
Résidence du Personnage : Alentour de Salem
Emploi du Personnage : Mécanicien

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles:
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
20/20  (20/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
Thème musical



Walther Grayson

aka Edward Norton


Date et lieu de naissance : 7 Mai 1985 (32 ans) à Brest

Métier pré-apocalypse :  Mécanicien

Caractéristiques physiques et mentales
- Force : Niveau 5
- Endurance : Niveau 3
- Vitesse : Niveau 2
- Agilité : Niveau 3
- Immunité : Niveau 3
- Volonté : Niveau 5
- Réflexion : Niveau 6
- Charisme : Niveau 3




Description physique

Walther est homme d'une trentaine d'année physiquement bien musclé, il mesure 1m73 pour 68kg. Il opte souvent pour une position de côté, préfèrent incliner son corps en avant, croiser les bras et garder la tête droite. On lui donne souvent un côté mauvais garçon, un peu dur qui impressionne les plus faibles et lui attire les faveurs de beaucoup de femmes.
Son visage quant à lui est composé de traits plus grossiers, ses yeux marrons complètent son regard très expressif. Mais depuis ces dernières années, il garde un regarde plus froid et renfermé trahissant le plus souvent son manque de confiance envers l'humanité.
Ses cheveux le plus souvent il les rase ou les taille de manière inégale avec son couteau, par ailleurs il préféra garder une barbe allant du menton et remontant jusque à la moustache.
Ses tatouages représentent des fils barbelés répartie symétriquement autour de ses bras, ils lui rappellent l'époque où il vendait de la drogue dans son garage. Il a une vieille cicatrice au téton gauche, qu'il disait s'être fait lors d'une soirée trop arrosée où plusieurs impactent de verres se retrouvèrent sur la partie gauche de son torse lui laissant une méchante plaie durant les quelques mois suivant. Heureusement pour lui cette mésaventure ne lui laissa qu'une cicatrice qui lui vaut encore un téton séparé en trois partie et une prolongation de marque à l'emplacement de son cœur.
Si on faisait bien attention on pouvait aussi voir apparaître des brûlures de cigarettes sur ses avants bras et derrière ses oreilles; et une brûlure plus importante à la base de chacun de ses pieds.




Description psychologique

Walther est un homme courageux et avec beaucoup de volonté, il se battra toujours pour les siens et les personnes qu'il aime car c'est comme ça qu'il a été élevé. Depuis certains événements post-apocalyptique il se cache souvent sous une fausse identité préférant montré un personnage craint et respecté, plutôt que le jeune homme insouciant qu'il était autrefois.
C'est également un homme d'action, il ne peux rester là à ne rien faire que se soit avec un crayon, une arme ou un tournevis il a besoin de s'occuper et de se dépenser, il est toujours dans les premiers levés et les derniers couchés. Walther est une personne de confiance, si il promet quelque chose il fera tout ce qui est en son pouvoir pour réussir, tant que ses promesses ne vont pas au-delà de sa moral et de ses principes qui sont pour lui la base de tout gouvernement ou relation humaine stable.
Par contre lui n'accordera pas si facilement sa confiance, ayant un passé lourd depuis l'arrivé des zombies une partie de lui reste traumatisée et très affecté, il ne pourra supporté la perte d'un proche qui pourrait le mettre dans un état second ou des colères très dangereuses.
Ces dernières années ont fait de lui un homme plus solitaire, préférant se débrouiller par lui même il a apprit beaucoup de choses et a énormément mûrit, mais ses colères peuvent être dévastatrice si bien pour lui que pour les personnes alentours.




Compétences de survie

₪ LE TIR

- Armes de poing : Niveau 2
- Armes d'épaule : Niveau 4
- Armes de trait et de jet : Niveau 0
- Fusil de précision : Niveau 0

₪ LE CORPS-A-CORPS

- Combat à mains nues : Niveau 2
- Armes courtes : Niveau 2
- Armes à une main : Niveau 1
- Armes à deux mains : Niveau 0

₪ LA PRÉDATION

- Cueillette, chasse & pêche : Niveau 7
- Fabrication de pièges : Niveau 1
- Traque : Niveau 4
- Camouflage : Niveau 3
₪ L'EXPLORATION

- Escalade : Niveau 2
- Reconnaissance : Niveau 3
- Exploration rurale : Niveau 2
- Exploration urbaine : Niveau 3








Compétences techniques

₪ AGRICULTURE
 FBL
- Elevage : Niveau 0
- Plantations céréalières : Niveau 0
- Plantations fruitières : Niveau 0
- Plantations maraîchères : Niveau 0

₪ ARTISANAT
FBL
- Métallurgie : Niveau 0
- Maçonnerie : Niveau 0
- Menuiserie : Niveau 0
- Charpente : Niveau 0

₪ ELECTRONIQUE & INFORMATIQUE
FLB
- Electronique : Niveau 0
- Électrotechnique : Niveau 1
- Informatique : Niveau 0
- Programmation : Niveau 0

₪ EXPLOSIFS
FBL
- Bombes artisanales : Niveau 2
- Explosifs plastiques : Niveau 0
- Engins incendiaires : Niveau 1
- Grenades et lanceurs : Niveau 0

₪ MÉCANIQUE
 SPE
- Mécanique auto & moto : Niveau 7
- Mécanique PL et engins : Niveau 3
- Mécanique Aéronautique : Niveau 0
- Carrosserie : Niveau 3

₪ MÉDECINE
NTR
- Chirurgie : Niveau 0
- Pharmacologie : Niveau 1
- Psychologie : Niveau 0
- Médecine : Niveau 3

₪ PHYSIQUE & CHIMIE
NTR
- Electricité : Niveau 3
- Optique : Niveau 0
- Chimie/Biochimie : Niveau 0
- Géologie : Niveau 0

₪ PILOTAGE
 SPE
- Deux-roues : Niveau 4
- Automobile : Niveau 4
- Poids lourds et engins : Niveau 2
- Hélicoptère : Niveau 0







Histoire pré-apocalyptique

Né dans la zone portuaire de Brest, ainé d'une famille de 3 enfants et passionné de motos, Walther a eu une enfance ordinaire encadré par un père aimant mais pas des moins strictes qui lui a appris presque tout ce qu'il sait et une mère presque omniprésent dans son enfance et ses choix, mais que voulez vous les parents sont fait pour ça. Son enfance était rythmé entre le bateau, la chasse, l'école et la mécanique. C'était un enfant moyennant sociable, très insouciant et travailleur toujours à se donner au maximum dans ce qu'il entreprenait. Son père a toujours était là pour lui apprendre le nécessaire pour survivre, il était persuadé que les bombes nucléaires finiraient par dévaster le monde et laisser l'Homme a ses instincts basiques pour ça il répétait :
"Ce que tu apprends maintenant, c'est pour la survie de ceux que tu aimes demain. Si ils meurent tu perdra ton identité et ton existence n'aura plus lieu d'être, si ils vivent tu survivra quoi qu'il advienne dans leurs souvenirs et dans leurs coeurs."
Walther était alors beaucoup trop jeune pour comprendre ne serai ce que la notion de mort ou de survie, mais cela ne l’empêchait pas de ce donner au maximum pour voir l'espace d'un sourire et la fierté de son père lorsqu'il exécutait ses leçons.

Tout bascula peu après ses 16 ans; son père était gravement malade: un cancer des poumons et déjà endetté ils n'avaient pas les moyens de lui payer des soins. Dès lors il devînt le père, le frère et le fils de la famille; bientôt il le remplaça dans l'entreprise familiale : "Grays' électricien" , où son oncle lui apprit les ficelles du métier pour devenir son assistant particulier mais il n'abandonna pas l'école toujours accroché à son rêve d'enfance : la mécanique.
A 19 ans il sortait du lycée avec un bac pro en mécanique, l'entreprise avait coulée et son père était décédé, c'était pour lui un nouveau départ. Il ne tarda pas à trouver un travail de mécanicien dans le centre de Paris, puis il eu une copine, puis une autre et elles se succédèrent. Il aimait sortir, draguer, prendre des cuites, se battre avec n'importe qui, coucher avec n'importe qui, se lever trop tard, vivre au jour le jour si bien qu'au bout de 4 mois il fut renvoyé et remplacé. Il n'était pas méchant ni même irresponsable, il était juste en colère. Terriblement en colère d'avoir perdu son modèle, terriblement en colère d'avoir perdu son père, terriblement en colère d'avoir perdu l'une des personnes qu'il aimait le plus; par dessus tout il était jaloux de voir ces autres jeunes autours de lui qui se saoulaient et se droguaient juste pour faire enrager leurs parents. Il ne savait pas trop ce qu'il cherchait à faire, peut être espéré t'il au fond de lui voir s'approcher son père lui collant une bonne droite que seulement lui savait faire. Pourtant malgré son attente les soirées finissaient toujours de la même manière avec quelques bleus et un bon mal de crâne, il fallait se faire une raison son père ne serai maintenant plus qu'un douloureux souvenir pour lui.

Puis vient le moment où sa mère eu besoin d'argent, avec son petit boulot de femme de ménage elle n'arrivait pas à payer la nourriture, les crédits, le loyer de son appartement et l'école de ses sœurs; il enchaîna les boulots : vigile au supermarché en journée, taxi clandestin le soir et ambulancier durant la nuit. Garder 3 boulots c'était trop pour un seul homme, tout d'un coup il n’eut plus aucune vie sociale et à peine le temps de dormir.
Un soir en rentrant chez lui, il avait croisé un jeune blond assez petit en sweat et en jeans un peu débraillé qui lui avait proposé de l'héroïne, Walther ne touchait pas à cette pourriture qui empoisonné le corps et l'âme. Pourtant le lendemain il passa par le même chemin, observa le jeune homme puis après de longues minutes se décida à partit, il fit de même pendant encore quelques jours il restait en fonction de ses envies plus ou moins longtemps en observant la manière de faire et les habitués. Puis le jour vînt où arrivant dans la ruelle il ne vit personne, il chercha d'abord de loin voir si le jeune ne s'était pas déplacé puis finalement il traversa la ruelle, lorsqu'il atteint la grande benne à ordure deux grands noires l’interceptèrent et le plus petit commença par lui envoyé un coup de pied directement dans le ventre puis enchaîna avec un coup de coude dans la bouche, Walther tressaillit et le plus costaud en profita pour l'attraper à la gorge et le plaquer plusieurs fois contre le mur avant de le laisser s'écrouler par terre ensuite ils le passèrent à tabac mais Walther était résistant et réussit dans la foulé à casser le nez du plus costaud et mettre à terre le deuxième plus d'une fois avant d'être ligoté et emmené dans un camion de marchandise. Un métisse avec une grosse cicatrise en forme de V sur le visage, deux énorme chaînes en or et un vieux cigare cubain nommait Crax lui posa quelques questions auxquelles Walther répondit avec toute la franchise du monde mais essayer de faire comprendre à un petit homme de main ou même à quiconque que vous aviez juste envie de regarder un dealer vendre son héroïne ou sa méthamphétamine. Ils le gardèrent en captivité pendant presque une semaine où ils lui firent subir des douleurs dont il ne parlera jamais.
Finalement un homme d'une quarantaine d'année, les cheveux verts un peu long et bien trop tatoués pour son petit gabarie fit son entrée, il raconta pleins de choses à Walther qui n'écoutait pas vraiment n'étant pas au meilleur de sa forme, il se souvînt surtout que cet homme était un appelé Retailers et qu'il avait était "ému" ou "attristé" par la tournure de cette histoire et avez copieusement insisté pour faire de Walther un de ses hommes de main personnel en gage d'excuse et pour toute la patience et la volonté de ce dernier.
Même si il n'avait pas bien comprit ce soir là, peu de temps après les choses prenaient formes et Walther s'adapta bien au mode de vie du gang.

En deux ans il put sortir sa famille des dettes et leurs assurer un avenir acceptable quant à lui il ouvrit son entreprise automobile qui servait principalement aux échanges de drogues. Il occupait une place bien plus importante au sein du gang et se permettait même de s'inviter dans les fêtes les plus officieuses. Cela lui permit de se lier d'amitié avec Criquet (surnom valut par sa très petite taille, moins de 160cm) l'un des meilleurs dealer de meth de tout Paris, avec Joshua un jeune juif arrêté en 2008 pour port d'arme illégale, possession de drogue et délit de fuite et Yanis le fils du boss qui est mort 1 ans avant l’apocalypse, on peut dire que certains on beaucoup de chance.

Puis en 2010, il tomba fou amoureux de Marie Richère, une brunette de 3 ans son aîné d'une beauté incomparable avec de beaux yeux marrons et une posture de petite bourgeoise lui donnant un air coquet mais tous son être était ravagé par la drogue. Il l'avait rencontré près d'un vieux pub à l'angle de la rue Buch un peu avant la mort de Yanis. Elle était alors dans un état pitoyable, encore plus pitoyable vue de ses yeux à lui. Elle était pire que bourrée, elle transpirait l'alcool, tellement qu'on aurait cru que tout son corps en était imbibé. Il y avait aussi ses piqûres qui recouvraient ses bras ainsi que son ventre déjà bien entamé. Sans logique apparente il l'avait ramené chez lui, comme si quelque chose le rapprochait d'elle et voulait tout faire pour l'aider. Il se souvient d'ailleurs très bien des paroles qu'elle avait prononcé le matin au réveil en le voyant : "Oh non p'tain, ne m' dite pas que j'ai encore baisé avec c'-genre d'-merde". Il en resté très marqué surtout que cette nuit là il n'avait rien fait de déplacer.
Au début en simple ami il l'aida peu à peu à décrocher de la drogue, puis elle replongea. Il prit alors vraiment conscience du mal qui faisait autour de lui, des gens qu'il détruisait, il claqua toute sa vie à Paris pour retourner vivre dans sa ville natale. Il promit à sa bien aimé de devenir Madame Marie Grayson à la seule contrainte de partir en désintox.
Elle n'avait pas vraiment d'avenir, elle n'avait presque plus de famille ni même de gens qui l'aimaient, elle n'avait pas de travail juste sa drogue et son ami Walther. Le choix fut vite fait pour elle et bientôt elle accepta de l'épouser, il pouvait lui promettre la vie qu'elle avait toujours voulut et lui était vraiment là pour elle.
Les noces se firent trois mois avant l'annonce de l’apocalypse au journal de 13h, il venait juste de se créer une nouvelle entreprise de mécanicien où il travaillait avec un de ses amis d'enfance, la vie menait bon train.

Il était heureux malgré les difficultés qu'il avait surmonté mais le bonheur n'arrive jamais seul et c'est un cadeau devenue vite amère avec l'arrivé des zombies.



Périple de l'apocalypse

"Ils ont infectés le centre de Paris" pouvait on lire dans tout les journaux, quand aux autres médias ceux situés dans la capital Française ne diffusait plus rien depuis bien longtemps. La grande majorité des chaînes étaient signalées comme occupées ou en réparation, les quelques chaînes encore signalé diffusées des vieux films des années 70 ou un dessin animé représentant un militaire sauvant le peuple des attaques de zombies avec un magnifique drapeau Américain et une bande de soldat de plomb, une nouvelle station de radio avait vu le jour indiquant toute les informations nécessaires à la survie tandis que toute les autres répétées le même message d'alerte : "Chers citoyens Français, chers compatriotes. L'heure est grave car notre nation est attaquée par une épidémie aux caractères encore inconnues, ce fléau a emporté un grand nombre de citoyen en touchant principalement notre capital. Nous vous conseillons de rester enfermés chez vous avec le plus de vivres et d'eau possible en attendant les forces armées assurant votre protection. Paris sera bientôt sécurisée, nous allons déployés des moyens radicales pour sauver notre capitale. C'est pour ça que nous vous demandons de ne pas interférer avec le protocole de sécurité en vous y éloignant le plus possible. La France doit rester forte et unie en c'est temps difficiles. -c'était Mr le Président ".
Le message s’arrêtait là, le Président lui était partit depuis bien longtemps se mettre au chaud pour sauver sa peau. Et puis radicales qu'il disait, c'était une manière bien jolie de dire qu'ils allaient rasés la ville au Napalm tuant tout Homme, bête et enfant du secteur. L'information était remontée depuis la nouvelle station radio, apparemment ça avait été un vrai carnage et les détails étaient gores à la limite du morbide.

C'est à partir de là que je restais dans la cave avec maman, Marie et sa sœur (dont je venais à peine de faire la connaissance), nous suivions les informations principalement à la radio mais la télé restait souvent allumé et pour internet plus rien ne fonctionnait. Les voisins, même le vieux Johnson et son chien tous disparus, pour certains on les voyait partir en voiture souvent pour la Belgique ou l'Allemagne là où les camps de réfugiés se formaient et où la destination restait facilement accessible, pour les autres je ne préfère même pas connaître quels sont les détails sanglants de leur histoire. J'étais le seul à sortir et je le faisais rarement, la seule règle que j'appliquais dans ce monde hostile c'était vise la tête.
A force d'écouter les informations on a eu vent d'un camp au Canada où tout se déroulait bien, ils avaient repoussés les attaques zombies, fortifiés une ville et avaient de quoi survivre pendant quelques années; leur seul problème étaient la main d’œuvre. C'était comme un eldorado qui nous ouvrait les bras, je me suis directement arrangé avec un capitaine de convoi resté au port et quelques types éparpillés dans la ville.
Et Edith et Danielle, mes deux sœurs chéries. Edith était avec son copain en Picardie, j'ai réussi par je ne sais pas par quelle moyen à l'avoir au téléphone; elle a juste eu le temps de me dire qu'elle nous rejoindrait. Puis il y a eu le Napalm, j'ai vraiment eu peur et je passais mon temps près du téléphone. Finalement elle a réussi à nous appeler pour nous dire qu'ils s'étaient fait voler toute leurs affaires y compris la voiture, et que sur le chemin ils avaient trouvés un ado qui avait vu toute sa famille se faire dévorer par une horde de zombies puis j'ai entendu un "tu sais Walther je t'ai..." avant que la communication soit coupée. Pour Danielle j'ai essayé de l’appeler par tout les moyens mais impossible de l'avoir, elle était en Corée avec son petit garçon de 8 mois, je n'ai jamais réussi à la contacter alors que l'épidémie battait son plein en Asie.
Finalement on a quand même prit le bateau pour le Canada, mais sans ma mère elle disait qu'ils nous rejoindraient avec Edith au Canada pourtant ce jour là dans sa voix cela sonné comme un Adieu. J'étais sur le bateau et elle sur le port, la distance était importante pourtant en voyant sa forme sur le quai je ne pouvais qu'imaginer les larmes sur son visage.
Cette nuit là impossible de dormir, l'eau était calme pourtant dans ma tête toute les actions se succédaient : Paris au Napalm, le dernière appelle de ma sœur, les Adieux à ma mère... Mes pensées m’amenèrent finalement sur la sœur de Marie : Constance, elle était très belle comme sa sœur si ce n'est plus. Elle lui ressemblait en tout point sauf pour ses yeux qui pour elle étaient d'un bleu océan.

Sur le bateau on était 7, le propriétaire du bateau qui avait perdu la majorité de sa famille deux jours avant qu'on embarque ne parlait pas beaucoup et je n'ai aucun souvenir de son nom; Doan mon meilleur ami d'enfance à qui j'avais donné rendez-vous sur le bateau; Bob le bon vieux stéréotypes du camionneurs il était un peu forcis dans ses salopettes et avait les cheveux mi-long souvent à l'air libre et un avocat un peu gringalet, ils étaient tout les deux très sympas on les avait rencontrés près du port de pèche juste avant de partir, ils ne se connaissaient pas mais était tout les deux tombés en panne d'essence sur l'auto-route, sans famille proche il cherchait comme les autres un moyen de s'en sortir. Il dormait sur le pont, faute de place à l'intérieur. Malheureusement pour eux le destin a encore voulut s'acharner, un soir de tempête où on nous avait clairement interdit d'ouvrir ils avaient frappé aux portes presque toute la nuit puis plus rien... Ils n'ont plus jamais frappés... Ils n'ont plus jamais fait de bruits...
Cet événement c'est déroulé dans les trois mois après notre départ de Brest, on est resté presque un an sur le bateau. Après ça l'ambiance était morbide, on ne parlait presque plus, on était choqué, on s'en voulait à mort de ne pas leur avoir ouvert, on savait tous que leur mort était sur nos mains. Pour la première fois de ma vie je peux dire que j'ai tué deux hommes, et pour ça je n'ai rien eu à faire juste à attendre dans une petite cabine que leurs cris cesses.

Sur le bateau je peux dire qu'on avait clairement rien à faire de temps à autre je dessinais avec un vieux crayon et un bloc note que j'avais pris le soin d'emmener, il y avait aussi un livre sur les produits pharmaceutiques et j'appliquais ta règle de toujours apprendre plus pour pouvoir mieux survivre donc j'ai appris par cœur une grande partie du livre ce qui occupait  plus d'un quart de mes journées.
Je suis très heureux que tu m'es appris à péché mais pour l'occasion c'était l'activité la plus récurrente et la plus détestable de la journée, juste parce que qui disait qu'on péchait du poisson disait qu'on mangeait du poisson. On avait tout de même les réserves de conserves du supermarché local mais on ne pouvait pas se permettre de ne compter que sur ça.
Même si l'ambiance était lourde certains soirs on ne savait pas vraiment ce qu'il se passait sur terre, on était isolé ensemble et même si à l'époque on ne pensait qu'à rentrer on était très heureux comme ça.
Puis il y a eu ce soir là, il y avait le proprio, il y avait Marie, il y avait Doan... Comme si ils avaient tous pétaient un câble, comme si ils voulaient détruire tout ce qu'on avait créée entre nous, ils ont anéantit tout ces beaux souvenirs que ce soit de mon enfance, de mon mariage ou de cette année de survit.
Je ne peux pas t'expliquer les détails, j'aurai trop honte et trop mal. Tout ce que tu as à savoir c'est qu'en une nuit tout c'est arrêtés.

Notre mignonne petit escapade d'un an était finit et retour à la dure réalité, j'étais avec Constance dans un port Canadien, l'adresse de celui laissé à maman pour nous retrouver. On a dormis pendant quelques jours dans un poste de secours, il y avait de l'eau et des barres de céréales périmées suffisamment pour nos faire tenir.
Un jeune black avec des dreadlocks et un tatouage hawaïen sur le torse nommé David est venu nous sauvé, il venait de France avec son frère mort d'une morsure durant la traversé. Passer 187 jours seuls avec un minimum de nourriture et d'eau, on peut dire qu'il avait du courage et de la volonté.
Ensemble on s'est trouvé un lieu de survit prêt de la plage dans un petit apparte bien aménagé, on a fait un stock abondant de nourritures dont la plus part était trouvé par David. La vie était agréable, je chassais une ou deux fois dans la semaine sinon je partais péchés, de temps en temps Constance m'emmenait cueillir des fruits en forêt alors que David se contait de ramener des objets utiles à la maison. Malgré l'épidémie on était heureux, tout les trois.
David est devenu un de mes meilleurs amis et partenaires, et Constance peut m'importais ses 17 ou 18 ans je dois avouer que je suis tombé fou amoureux d'elle et peu m'importe ce qu'on aurait pu dire mais survivre seul et sans amour c'est dur.
On a attendu maman et Edith pendant près de deux ans, on avait laissé des pancartes à tous les ports de la région et sur tout les quais à proximité même sur l'un des phares. Mais elles ne sont jamais venues et puis on a décidé de partir pour ce camps à Cornwall, notre stock était bien trop faible, la forêt ne nous fournissait plus suffisamment de nourriture et toute la région était pillée. Le peu de gens qu'on avait vu passer s'y rendaient répondant à l'appelle radio, mais maintenant ça allait faire environ plus d'un an qu'on avait vu personne passer.

Après notre départ, le temps m'a parut moins facilement calculable tout ce que je peux dire c'est qu'il m'a parut très long pour y arriver. Et le résultat était clairement décevant, nous sommes arrivés à pied presque sans nourritures et sans eau, avec juste des clubs de golf, un fusil de chasse presque vide et le Beretta de David dans une ville en ruine.
La ville avait était incendiée de cela il y a peut, sûrement pour éliminer une masse très importante de zombies. Et pour le reste nous n'avons trouvés que des bâtiments détruits ou entièrement pillés aux alentours.
Puis on a décidé de continuer à marcher, la fin et la fatigue nous tiraillées, on a fait de mauvaises rencontres à plusieurs reprises mais on s'en sortait un minimum. On suivait des règles pré-établis pour se sortir des situations difficiles avec les autres groupes, ils étaient peu nombreux  pas plus de 4 ou 5 et on les mettait facilement en fuite si ils nous cherchaient trop.
Le jour est venu où on a trouvé plus fort que nous, le jour où nos limites physiques et nos réserves étaient loin d'être au mieux, le jour où le plan n'a pas suffit et où on a fait une erreur.
On était à la frontière des États-Unis dans une station service complétement vidé, ne nous laissant qu'un paquet de vieux chewing-gum et des gobelets à café. On dormait dans un bureau, Constance avait un gros manteau sur elle car on était en hiver et il faisait très froid.
En plein milieu de la nuit un groupe de motard c'est infiltré dans la station service, j'ai réveillé David qui s'est équipé du fusil de chasse se positionnant bien devant l'angle de la porte le bureau renversé. Avec Constance on s'est casé au fond à droite près d'un deuxième bureau et j'ai récupéré le Berreta avec suffisamment de munitions pour tuer deux fois chacun des hommes. Ils nous ont entendus faire du bruit, ils étaient derrières la porte et David leur a précisé que si ils entrées c'était sans arme à la main sinon il tirait. J'étais terrifié à l'idée de devoir me battre avec eux.
L'un d'eux à doucement ouvert la porte, ils ont aperçu David et ont dû pensés qu'il était seul parce dès qu'il sait tourné vers moi pour me faire sortir l'un d'eux avait déjà sortie un couteau de sa manche.
David a utilisé les deux dernières balles du fusil pour les loger dans la poitrine de l'assaillant, quelques secondes après une volé de balles se sont abattus sur son visage, je le revois encore tombé en arrière le visage en sang tourné vers moi comme pour m'appeler à l'aide... Mais il était déjà trop tard son corps gisait par terre baignant dans une mélasse noirâtre et sa cervelle recouvrait presque l'intégralité de son corps.
J'étais dans un état second, mon corps ne répondait plus et mes yeux restaient fixés sur la scène. Nos sacs étaient sur le bureau devant nous, deux des gars du groupe restèrent pour fouiller les sacs. J'ai fais signe à Constance de rester sous le bureau et je me suis suicidé : je me suis levé et j'ai buté le plus proche d'une bonne balle à l'arrière du crâne, ensuite j'ai frappé l'autre plusieurs fois et tellement fort que son corps ne formait plus qu'une bouillis de chair et d'os. En entendant le bruit les autres sont montés mais je ne me souviens de rien, tout ce que je peux dire c'est que la scène était encore pire que sur le bateau. Le sol et le plafond était recouvert par la mort, moi même j'en étais recouvert et il me fallu un long moment avant de recouvrir mes esprits, me rappelant alors que j'avais laissé Constance sous le bureau.

J'ai eu beau regarder sous le bureau, dans toute la station rien à faire. De plus toute cette violence avait amassée une hordes de zombies aux portes se bousculant entre les motos pour atteindre le peu de vie à l'intérieur.
J'ai passé cette nuit à me retourner tantôt pensant qu'elle avait voulu s'enfuir et c'était faire dévorée et l'autre à me dire que je l'avais faite victime dans cette frénésie meurtrière.
Le sac manquant était mon témoin de son départ, même si je reconnais avoir eu des doutes sur l’existence de Constance durant les quelques semaines à venir.

Les quelques années qui suivirent ne furent que trop peu intéressante, je me suis finalement trouvé un nouveau groupe qui s'occupait d'une ferme. Je leur servais d'homme de main, un toit et de la nourriture contre ma protection et c'était pareille pour une vingtaine de type dans mon genre. La plus part des gens partaient et revenaient ou finissaient par mourir. Un jour l'un deux est revenus en nous disant qu'à Safepoint on aurait notre chance, on aurait un avenir; il n'avait pas tout à fait tord, le couple de fermier n'était plus très jeune et se rapprochait de plus en plus de la mort.
Un petit groupe c'est vite formé, moi forcément j'avais besoin de réfléchir et puis j'ai jamais été proche, je leur faisais pas vraiment confiance. Une semaine après mes affaires étaient prêtes, là-bas c'est l'endroit dont je rêve depuis le début de cette apocalypse, ça fait tellement longtemps que je l'attend que j'y ai mis tout mon espoir et mes envies refoulés.

Safepoint... Safepoint m'a détruit, moi et tout mes espoirs. En voyant ce cratère j'ai voulu mourir, ça m'a anéanti intérieurement. Je suis resté là assis près de ce trou pendant un long moment, je voulais tellement me dire que c'était un cauchemars que j'allais me réveiller. Ma tête débloquée de plus en plus, je voyais une belle ville imposante avec ses habitants vivants gracieusement mais il y avait ces ombres à chaque coin de rue, derrière les poubelles et sous les voitures. Je leur demandais de partir mais elle restait là, elles rendaient les gens triste et les faisaient souffrir mais même en suppliant elles ne voulaient pas disparaître. J'étais là recroquevillé dans la poussière, pleurant comme un enfant capricieux et tapant des poings sur le sol.
Il y a eu ce cri déchirant l'immensité et m'extirpent de ma folie, ce cri me ramenait à la dure réalité.
Il m'a fallu moins d'une minute pour prendre mon pistolet et mon sac le plus léger, abandonnant le reste pour courir après un appelle dans la forêt.
Le cri se refit entendre, j'étais plus prêt et je discerné facilement celui d'une femme d'âge mûre. Je te promet que j'ai couru le plus rapidement possible, j'ai agit aussi vite que mon corps me l'a permit, j'ai mis toute la volonté que j'avais mais c'était trop tard elle était là allongée et ses assaillants c'étaient déjà enfuis. Son ventre a commencé à gonfler et ils lui avaient laissés une méchante plaie à la gorge lui rendant la discutions presque impossible. A vue d’œil j'aurai dis qu'elle avait une hémorragie interne, je savais pas quoi faire et même maintenant je ne saurai toujours pas.
Alors j'ai pris un torchon, je l'ai appuyé sur sa plaie et je l'ai prise dans mes bras. C'était une jolie femme avec de belles boucles dorées un peu abîmés par ces dernières années. Malgré la douleur elle souriait et elle a même réussit à me montrer une photo d'un garçon puis elle a articulé « Salem » plusieurs fois en m'agrippant. J'ai finis par promettre de le retrouver et là elle s'est laissée mourir, dans mes bras, mes larmes coulaient de mon visage pour mourir sur le sien et finalement je l'ai enterré.
Donc vers fin 2016 si mes calculs sont bon je suis actuellement en pleine écriture de cette lettre dans cette tente qui sera sa dernière demeure, en espérant que demain sera pour moi un renouveau et une nouvelle chance de vivre heureux.

Tu m'as tout appris pour avoir ma chance dans la vie, et surtout pour pouvoir protéger ceux que j'aime mais dis moi alors pourquoi il y a de ça trop longtemps j'ai du dire Adieu à ma mère et la laisser se suicider dans cette demeure qu'était un jour si chaleureuse et pleine de bonheur, je n'ai même pas pu dire au revoir à mes sœurs, j'ai vu disparaître dans les flots mon mariage, j'ai vu mourir mes amis et mes compagnons et dis moi pourquoi c'est moi qui dois garder le souvenir de tous ces gens ? J'ai mal d'eux, j'ai mal de vous, si je dois vivre ce n'est pas pour voir ceux que j'aime mourir.

Si tu te demande pourquoi cette lettre t'es dédiée, ne croît pas que ce soit un quelconque honneur. Elle t'est dédiée car tu es la première personne qui m'a fait souffrir, tu es la première personne à être sortit de ma vie en me faisant mal, vraiment très mal. Certains vont penser que c'est l'apocalypse ou les zombies qui leur font tous ce mal, mais c'est juste l'être humain qui s'auto-mutile à coup de sentiments. La souffrance a toujours était présente, ce n'est pas l'apocalypse qui l'a crée mais juste ce manque d'amour engendré par la mort.

Je t'aime, et je garde espoir de revoir ceux que j'aime
Ton fils aimant

L'adresse est griffonnée sur le haut de la page, situant une petite maison à Brest prêt de la zone portuaire. Ainsi qu'écrit au verso de l'enveloppe : "De Walther Grayson, à n'importe lequel de ses proches encore en vie"
La lettre fut déposée sur son lit juste avant de partir, espérant peut être qu'elle atteigne un jour sa destination.

------------------------------------------------------------------------------------------





Inventaire

Arme à feu : A choisir librement parmi les armes de poing Beretta 92 FS (vide)

Arme de corps-à-corps : Couteau de chasse avec un loup

Sac à dos : Petit sac à dos (10 places)

Objets de départ : Gourde en métal, sachet de bonbons périmés et un porte feuille (avec 23€ et 13cents ainsi que des photos souvenir et son permis moto) .




Derrière l'écran

Votre pseudo : Hmm je sais pas moi... LostRio ?!

Avez-vous plus de 18 ans ? Oui j'ai 18 ans et depuis peu :3

Vos expériences en JDR : Diverse mais ça fait un moment que je n'ai pas pratiqué

Comment avez-vous trouvé notre forum ? J'ai tapé : "forum zombies" sur google et POUF magie

Des suggestions ou des remarques à faire ? Le forum est très bien organisé, j'ai juste moi un peu de mal à savoir où en est l'histoire



Dernière édition par Walther Grayson le Jeu 30 Juil - 18:30, édité 17 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maître du Jeu
Messages : 91
Date d'inscription : 08/05/2015

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles:
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
20/20  (20/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
Bonjour et Bienvenue Smile !

Avant toute chose tu as du trifouiller le code de la fiche sans faire exprès, il va falloir que tu remédie à ça la mise en page est totalement foiré !

Une fois que ça sera fait je m'occuperai de ta fiche Smile !

PS : Il faudrait aussi confirmer que tu as bien 18ans, c'est pas pour embêter simplement pour le contenu vis à vis de Forumactif.

_________________________________________________

Life is Suffering
It is hard
The World is cursed but you still find reasons to keep living
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 19
Date d'inscription : 28/06/2015
Age du Personnage : 32
Résidence du Personnage : Alentour de Salem
Emploi du Personnage : Mécanicien

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles:
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
20/20  (20/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
Bonjour,

j'ai rectifié le code de la fiche qui était vraiment horrible ^^'

Est ce qu'il y a d'autres choses à rectifier ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maître du Jeu
Messages : 91
Date d'inscription : 08/05/2015

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles:
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
20/20  (20/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
C'est une très bonne fiche. Malgré quelques points parfois un peu flous mais ce sont souvent des détails alors je ne vais pas m'attarder dessus.

Au final la seule chose qu'il manque pour moi dans ta fiche c'est que tu parle de Safepoint : Qui est maintenant détruit puisque nous sommes tous à Salem.
Or tu ne parle pas du tout de ton arrivée à Salem, ni pourquoi tu y reste finalement.
J'aimerai donc que tu rajoute un petit paragraphe là dessus pour que je puisse ensuite valider ta fiche.

Edit : J'ai remarqué autre chose. Tu parle beaucoup de la chasse, mais tu as 0 en arme d'épaule, ce qui est assez peu logique, la plupart des fusils de chasse sont des armes d'épaules et non des fusils de précision, j'aimerai donc avoir tes arguments là dessus?

Il faudrait également que tu mette ton avatar a une taille normale Smile !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 19
Date d'inscription : 28/06/2015
Age du Personnage : 32
Résidence du Personnage : Alentour de Salem
Emploi du Personnage : Mécanicien

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles:
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
20/20  (20/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
J'ai rajouté un peu d'histoire lors de mon passage à Safepoint, par contre pour mon arrivé à Salem j'espère pouvoir la faire de manière plutôt RP sachant que je n'y suis pas encore installé
Ensuite pour le fait que je reste à Salem j'ai pensé que chercher quelqu'un là-bas serait le meilleur plan...

Pour la répartition des armes, j'ai énormément changé les points entre arme de précision, de poing et d’épaule puisque je n'arrive pas à me décider sur le style de chasse car j'ai toujours le même problème : il faut forcément un autre animal (comme un chien) pour les armes d'épaule. Donc je vais les basculer sur les armes d'épaule ^^

Je vais m'occuper de mon avatar, il faut juste que soit je trouve l'image adéquat soit faut que je redimensionne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maître du Jeu
Messages : 91
Date d'inscription : 08/05/2015

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles:
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
20/20  (20/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
Bienvenue sur le forum !
Ton personnage est désormais validé, tu intègres le groupe des Survivants.

Tu as maintenant accès à ton Espace Personnel dans lequel tu devras ouvrir trois nouveaux sujets :
• Un pour tes bilans RP.
• Un pour tes relations.
• Un pour tes lancers de dé.

En espérant que tu te plairas parmi nous, à bientôt en jeu !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 19
Date d'inscription : 28/06/2015
Age du Personnage : 32
Résidence du Personnage : Alentour de Salem
Emploi du Personnage : Mécanicien

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles:
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
20/20  (20/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
Merci pour tout Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Walther Grayson
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Biography de Frédéric Henri Walther
» Instruction Technique Armes de Poing
» Ophélia Jenifael Grayson ► Victoria Justice
» Grayson • Have you any idea why a raven is like a writing desk? [Liens]
» À la vie à la mort (P.V : Dick Grayson)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Zombie Apocalypse :: Archives :: Les disparus :: Walther Grayson-