Life is but a journey, an ephemeral and fragile one. Now it simply became bloody as well...
Jericho est de retour, et ses sbires ont remis en marche l’entreprise d’esclavagisme qu’ils semblaient avoir mis en veilleuse depuis quelques mois. N’importe quel survivant est une cible potentielle pour le regroupement de pillards et Dieu seul sait ce qui arrive alors aux pauvres âmes qui en sont les victimes… Le seul espoir des survivants de la ville s’incarne dans le maître d’orchestre de la seule victoire que les rescapés de Salem ont arraché à Jericho, Azad Kamrane. C’est-à-dire, l’homme derrière la chute de la Marion et qui a dans le même temps remis en liberté les esclaves que les Raiders avaient si durement rassemblés à l’intérieur des murs de la prison. L’Iranien a poursuivi les préparations de la lutte à venir, mais au-delà des questions concrètes qu’il lui faut considérer, plusieurs interrogations restent sans réponse. Qui sont-ils réellement? Que veulent-ils? Où sont-ils? Que font-ils de leurs victimes? Combien de personnes suivent Jericho? Autant d’inquiétudes auxquelles le leader des Offsprings devra très rapidement trouver des réponses…
CharteContexteFonctionnalitésBazarEspace PersonnelScénarios
A savoir
# Un event important est actuellement en cours ! N'hésitez pas à suivre son déroulement ici → An unreachable, yet invaluable prize...
#
Contexte
De l'humanité il ne reste presque plus rien. Derniers survivants face à la menace zombie, vous avez combattu la peur, la maladie et la misère. Six années se sont écoulées, combien de jours tiendrez-vous encore ? Nous sommes en 2017 et le monde a été plongé dans le chaos suite à une catastrophe biologique. Que vous veniez de Central City ou de contrées plus éloignées, votre course effrénée pour la survie vous a mené jusqu'à Salem, dans l'Oregon. L’accalmie qui régnait dans les derniers mois s’est terminé dans le sang et la douleur avec le retour des Raiders qui sont sortis de l’ombre dans laquelle ils se trouvaient. Ils ont depuis repris leur entreprise sombre, et tout être humain encore dans les environs, homme, femme et enfant sont à risque d’être faits prisonniers comme ils l’ont fait lors de leur arrivée en mars. Dans ce monde totalement changé, le danger rôde à chaque instant, et l’avenir de tous ceux se trouvant dans Salem est voilé d’une incertitude qui n’est pas près de se lever. Face à un tel raz-de-marée de sauvagerie, la survie de tous dépendra des actions individuelles de chacun... Et vous, qu'attendez vous pour nous rejoindre ?
Remerciements
Nous tenions à remercier le forum Never-Utopia grâce à qui le forum peut aujourd'hui connaître un renouveau. Un merci aussi à nos joueurs pour leur patience et leur soutien après tout ce temps. ZA n'est pas encore parfait, mais grâce à vous il vit. Un merci également aux administrateurs qui donnent de leur temps et ne cessent d'essayer d'améliorer le forum et le confort des joueurs...

Longue vie à ZA, et que la passion de l'écriture continue de nous lier, tous ensemble, dans cet univers.
Zombie Apocalypse
Saison 5 : A Battle for Freedom

Partagez | 
 

 Pour quelques pierres de plus...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Messages : 109
Points : 1116
Date d'inscription : 08/05/2015
Age du Personnage : 47
Résidence du Personnage : N'importe où dès qu'il est bien entourer.
Emploi du Personnage : Constructeur et survivant à plein temps.
Rumeur : Au revolver, il est mortel et tire plus vite que son ombre...

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles:
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
20/20  (20/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
Dès que les mots du vétéran franchirent la barrière de ses lèvres charnues, William avait des doutes sur le bien fondé de cette entreprise des plus aléatoires. Car des gens pouvaient répondre par le stimulus de la voix et d'autres rester dans leur univers hiatus. L'impression neutre, le magnifique regard débordant d'innocence et de pureté de la jeune femme était maintenant vide de toutes expressions et les paroles incompréhensibles de Niomi furent comme un couteau planté dans le flanc de ses espoirs. La détermination du vétéran s'échappait à gros bouillon de cette plaie mais des plus énoncés qui plaçait William dans le rôle involontaire de spectateur impuissant dans ce combat intérieur que la brunette était en train de livrer dans une détresse des plus poignante et palpable. Les premiers mots du cowboy rencontrèrent l'inertie totale d'émotions et la poupée de porcelaine continuait à balbutier dans sa langue rastaquouère qui n’était composées que d'omotapotés et de mots n'ayant aucune connexion entre eux.

Une lueur d'inquiétude des plus légitimes traversa alors le regard compatissant de l'ingénieur de combat. Au loin des silhouettes vacillantes et aux intentions des plus malveillantes s'approchaient d'un pas oscillant vers la nitescence de vie que dégageaient les deux êtres vivants. La présence de maîtresse Corbeau dans son arbre perché et du renard unijambiste à son pied étaient pour eux aussi significative qu'un phare perçant d'un raie de lumière aveuglant les sombres ténèbres de leur non-vie. Le vieux briscard, n'ayant aucunement l'envie de finir au menu de viande tartare de ces fins connaisseurs en matière somatique, évalua leur arrivée des plus probables dans les cinq minutes.

Continuant de son ton lent et apaisant, essayant d'hameçonner l'esprit vagabond de Niomi avec toute la gentillesse et la compassion qu'il était capable de déployer. Le cowboy avait mis tout son cœur, son âme et son humanité dans cette bouée qui lançait avec toute l'ardeur et la détermination qu'il pouvait. Pour récompenser son acharnement à essayer de préserver la fragile et attachante femme enfant de la corruption et du mal que pouvait étaler ce monde chaotique et malsain, les premiers mouvements d'une lenteur hypnotique de la brunette regonfla le moral défaillant du vétéran. Les mains de Niomi, ressemblant il y a quelques instants à des serres à force de serrer la branche sur laquelle elle était juchée, laissèrent tomber leur étreinte et elle regarda ses doigts comme si elle les voyait pour la première fois. L'afflux sanguin, enfin libérer, redonna sa couleur naturelle à la peau malmené. Niomi avait arrêté de murmurer dans la langue dont elle seule connaissait les véritables significations et enfin son regard changea du tout au tout. Une poussée d’optimiste caressa l'âme de l'ingénieur de combat quand le regard cuivré emprisonna le sien. William pouvait déceler une sorte de douceur et aussi l'émergence, même l'élévation de l'esprit malmené de la brunette. Montant la voix pour empêcher la fragile femme de chuter de nouveau vers les abysses de ses traumatismes, le vétéran déploya sans le savoir son aura d'apaisement et de bienveillance. Son ton, doux et franc, permit à la fois au vieil homme et à la jeune femme de se connecter l'un à l'autre sur un plan d'existence qu'eux seuls pouvaient évoluer.

William- J'aimerais que tu me rejoignes et que tu grimpes dans le camion pour qu'on parte loin d'ici et discuter un peu.

Un simple hochement de la tête pour certain, mais une avancée significative pour la situation présente pour d'autres, permit au vieux briscard de reprendre foi en la destinée et faisant fi de l'appel morbides des goules, il regarda Niomi. La jeune femme était maintenant en équilibre sur sa branche salvatrice, les jambes dans le vide. Relevant sa chevelure luxuriante, les pensées du soldat se perdirent un instant dans le brouillard de son enfance. Il adorait les contes et il rêvait de rencontrer une nymphe des bois. Ces créatures mystiques d'une ancienne croyance pouvaient charmer n'importe quel mortel qu'elle désirait croiser. À cet instant précis, pendant que Niomi enlevait quelques feuilles dans sa tignasse et que son regard ensorcelant d'innocence se posa sur l'unijambiste en contrebas, William comprit enfin que l'image collait parfaitement avec un de ses rêves enfouis dans son subconscient.  Bougeant les mains pour l'inciter à sauter, n'y croyant pas en moitié à cette possibilité des plus hasardeuses, la voix douce de l'ancien mercenaire caressa l'ouïe de la jeune femme tel un rayon de lune sur la peau satinée d'une amante.

William- Si tu veux saute je vais t'attraper…

Niomi hocha la tête dans un accord silencieux et laissant son regard cuivré soudain aux yeux bleu océanique du vétéran, elle se laissa tomber dans les bras massif et accueillant de ce dernier.  Un pincement au cœur, William se revit sur le terrain de Parkour avec sa dulcinée. Manami adorait se laisser tomber dans les bras du vieil homme et les deux êtres pouvait passer de longues minutes à rester enlacés, le regard plongés dans celui de l'autre et laisser  leur amour s'exprimer par ce simple contact. Serrant avec douceur et affection la petite femme sur son poitrail, William put sentir que leurs battements de cœur étaient en symbiose et surtout dans un état de béatitude complet. Il déposa alors la frêle femme enfant au sol et leurs consciences s'entrechoquèrent. Comme si chacun d'eux avait besoin de l'autre pour continuer encore un peu sur ce chemin cabossé et fissuré qu'était maintenant la vie. Sans un mot, comme si le duo se connaissait depuis toujours, ils se séparèrent pour grimper dans le mastodonte d'acier. Toujours aussi silencieux, se faisant une confiance mutuelle sans précédent pour deux étrangers ne s'étant rencontré qu'il y a qu'une vingtaine de minutes à peine, William mit le contact et le moteur de l'imposant 4X4 dégagea la masse de la voiture et l'emmena vers la destination choisie du vieux briscard. Dans le même souffle, ayant vécu tellement d'expériences en si peu de temps, la jeune femme sommeilla avant de sombrer dans les bras de Morphée.  William ne put s'empêcher de regarder la beauté cristalline et la pureté de l'innocence retrouvée dans ce moment de quiétude. Niomi était enfin en paix avec elle-même et le cœur du cowboy chavira à l'instant redouter qu'il devrait se séparer d'elle.

Car les lieux étaient encore trop petits pour permettre à d'autres nouveaux venu de s'installer. Et l'ancien mercenaire devait faire des pieds et des mains pour convaincre le groupe d'accepter la présence de la jeune femme ayant des désordres mentaux. Mais Aya pourra l'aider, elle qui avait étudié dans le domaine de la psychiatrie pour aider les soldats ayant développé des syndromes de chocs post-traumatiques.  Délaissant les escargots ankylosés à la carrière désaffecter, le camion et son chargement étant son trésor, William se fit la promesse d'aider coûte de coûte Niomi dans son cheminement et de permettre à cette flamme vacillante d'humanité de rester allumé malgré les bourrasques de ce monde sans pitié.

Bientôt le véhicule atteignit la zone que l'ingénieur de combat avait convenu comme point de rendez-vous au duo d'explorateurs. Remarquant le garage intérieur d'une vieille maison abandonné, le vétéran recula sa trouvaille dans l'antre noir et coupant du même coup la cruelle morsure du soleil. Passant sa main droite par-dessus  le siège passager pour lui permettre de bien visualiser sa manœuvre, William donna un petit coup de volant pour s'ajuster. Mais le corps endormi près de lui chuta lentement pour que la tête de la demoiselle atterrisse en douceur sur la cuisse du vieil homme abasourdi. Éteignant le puissant moteur pour préserver l'essence, le vieux briscard resta interdit. Mais le côté paternel et protecteur refit surface et dans un sourire attendri remplis de sollicitude, la main du vieil homme se déposa sur les cheveux gras et frisottés de Niomi. Tout doucement, il caressa  la chevelure dans un mouvement lent. Il se revit avec sa douce Manami, dans la même position et un doux chant de Johnny Cash s'éleva dans l'habitacle de la voiture.


Un sourire de béatitude s'afficha alors sur le visage de porcelaine de la jeune femme et William continua des heures justes au réveil de Niomi. L'heure de la séparation était arrivée et devant le regard cuivré vibrant de douceur et de pureté, la voix du cowboy se crispa.

William- Tu sais Niomi, je dois rentrer. Je te promets que je serais toujours là. Tu vois le restaurant en face de nous. À tous les deux jours je vais venir ici pour te voir. Je ne veux pas te perdre, mais je dois sécuriser le refuge et te faire une chambre pour venir habiter avec nous. Dans un même temps je dois avoir l'autorisation de mon groupe. Mais je te promets que je vais faire tout ce que je peux...

Le visage attristé du vétéran en disant long sur le mitige que son âme devait faire face. Un dur combat intérieur faisait rage et son cœur reçut de nouvelles meurtrissures dans la mêlée. Les yeux bleus océans criaient de détresse et des petites larmes naissantes essayèrent de percer la cuirasse des paupières pour couler librement sur les joues de William. Hésitant, le vieil homme pris la main de la femme pour prouver qu'il tenait à elle et que le vétéran fera tout en son pouvoir et même au-delà pour tenir son engagement.

Cette dernière le regarda fixement, sans ciller et avec une authenticité qui lui fit en retours rougir sous le coup de la honte de la laisser partir gambader de nouveau vers l’inconnu qui pourrait lui être fatale. Elle lui fit un sourire renversant et prononça alors sa voix flutée qui résonna longtemps dans le crâne du vétéran. Tout en parlant, elle tapota de sa main délicate la grosse poigne rugueuse de William comme si s'était elle qui devait consoler le géant du Texas.

Niomi- C’est promis et si tu mens tu vas en enfer. Je ne serais pas toujours là pour te sauver William ! On se revoit bientôt ! Dans deux jours sur le toit là-bas !

Le regard à en faire pleurer les pierres du vieil homme resta accrocher sur l’horizon aussi longtemps que les membres de son groupe n’arrivent au point de rendez-vous. Il ne pouvait s’enlever de la tête l’image guillerette de la brunette, gambadant vers le restaurant pour en explorer les entrailles. Les prochaines nuits de l’ingénieur seront marquées par ces images de pure innocence et de la chance d’avoir croisé Niomi lors de cette fouille de routine…

Petite note de la fin:
 

_________________________________________________


Nous ne devrions jamais avoir honte de nos larmes, car c'est une pluie qui disperse la poussière, qui recouvre nos cœurs endurcis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maître du Jeu
Messages : 201
Points : 1260
Date d'inscription : 03/05/2015

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles:
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
20/20  (20/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar

RP terminé et validé.
Gain de 5 point d'xp pour les joueurs William Ward et Niomi Weaver.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Pour quelques pierres de plus...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Pour quelques immortels.. Beaucoup doivent mourir.. ( Renzaburo )
» [Vend] Pare-pierre Ufo Reactor V2 spécial Leatt-brace
» Pour Quelques Pièces d'Or
» Argenta, ville célèbre pour ses pierres !
» Pour quelques fragments de plus skaven Vs Liche and co

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Zombie Apocalypse :: Zone de Salem :: Salem Sud :: Zone résidentielle-