Life is but a journey, an ephemeral and fragile one. Now it simply became bloody as well...
Jericho est de retour, et ses sbires ont remis en marche l’entreprise d’esclavagisme qu’ils semblaient avoir mis en veilleuse depuis quelques mois. N’importe quel survivant est une cible potentielle pour le regroupement de pillards et Dieu seul sait ce qui arrive alors aux pauvres âmes qui en sont les victimes… Le seul espoir des survivants de la ville s’incarne dans le maître d’orchestre de la seule victoire que les rescapés de Salem ont arraché à Jericho, Azad Kamrane. C’est-à-dire, l’homme derrière la chute de la Marion et qui a dans le même temps remis en liberté les esclaves que les Raiders avaient si durement rassemblés à l’intérieur des murs de la prison. L’Iranien a poursuivi les préparations de la lutte à venir, mais au-delà des questions concrètes qu’il lui faut considérer, plusieurs interrogations restent sans réponse. Qui sont-ils réellement? Que veulent-ils? Où sont-ils? Que font-ils de leurs victimes? Combien de personnes suivent Jericho? Autant d’inquiétudes auxquelles le leader des Offsprings devra très rapidement trouver des réponses…
CharteContexteFonctionnalitésBazarEspace PersonnelScénarios
A savoir
# Un event important est actuellement en cours ! N'hésitez pas à suivre son déroulement ici → An unreachable, yet invaluable prize...
#
Contexte
De l'humanité il ne reste presque plus rien. Derniers survivants face à la menace zombie, vous avez combattu la peur, la maladie et la misère. Six années se sont écoulées, combien de jours tiendrez-vous encore ? Nous sommes en 2017 et le monde a été plongé dans le chaos suite à une catastrophe biologique. Que vous veniez de Central City ou de contrées plus éloignées, votre course effrénée pour la survie vous a mené jusqu'à Salem, dans l'Oregon. L’accalmie qui régnait dans les derniers mois s’est terminé dans le sang et la douleur avec le retour des Raiders qui sont sortis de l’ombre dans laquelle ils se trouvaient. Ils ont depuis repris leur entreprise sombre, et tout être humain encore dans les environs, homme, femme et enfant sont à risque d’être faits prisonniers comme ils l’ont fait lors de leur arrivée en mars. Dans ce monde totalement changé, le danger rôde à chaque instant, et l’avenir de tous ceux se trouvant dans Salem est voilé d’une incertitude qui n’est pas près de se lever. Face à un tel raz-de-marée de sauvagerie, la survie de tous dépendra des actions individuelles de chacun... Et vous, qu'attendez vous pour nous rejoindre ?
Remerciements
Nous tenions à remercier le forum Never-Utopia grâce à qui le forum peut aujourd'hui connaître un renouveau. Un merci aussi à nos joueurs pour leur patience et leur soutien après tout ce temps. ZA n'est pas encore parfait, mais grâce à vous il vit. Un merci également aux administrateurs qui donnent de leur temps et ne cessent d'essayer d'améliorer le forum et le confort des joueurs...

Longue vie à ZA, et que la passion de l'écriture continue de nous lier, tous ensemble, dans cet univers.
Zombie Apocalypse
Saison 5 : A Battle for Freedom

Partagez | 
 

 Suivont ces traces!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Messages : 213
Points : 1179
Date d'inscription : 08/05/2015
Résidence du Personnage : Dans le bois
Emploi du Personnage : Chasseur, pister la trace de son étoile
Rumeur : Il ne parle pas beaucoup

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles: 1
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
0/20  (0/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
8 avril 2017. 5:58. Météo du jour : 15 degré Celsius et ciel immaculé

Il fait encore entre chien et loup que je suis déjà debout à préparer mon équipement de chasse. J'emprunte un sac à dos, car à ce que je vois il y en a 3 dans le petit entrepôt. Si j'en prends un, il en reste deux. Caleb et Estelle peuvent en prendre un chacun et Wei je crois savoir qu'il a gardé le sien. William devra rester ici donc il n'y a pas besoin. J'emporte mon revolver, mon couteau de combat, mon calepin, des petits sacs à plastiques, une bouteille pour mettre de l'eau, un sac à dos, mon arc court de chasse et les médailles militaires. J'ai tellement hâte de faire cette demi-journée de chasse et ensuite de partir vers le Domaine de l'Académie. J’ai vu des traces fraiches de cervidés près et j’ai bon espoir de ramener une bonne pièce de viande. C'est à une bonne distance. Mais je pense arriver, si tout va bien et que les charognards ne me vont pas chier en route, vers 20 heures. Je suis excité et nerveux à la fois. Car je sais que je vais retrouver mon étoile et Wolfie. Mais en même temps, il y a toujours un doute. Qu'elle ne soit pas là, que Phyllis soit...

Merde de hell espèce de connard tu vas t'enlever ça de la tête tout de suite! Elle va bien et Phyllis a eu de l'entraînement au tir et tu l'as formé à se débrouiller dans la nature. Elle va bien alors bouge ta carcasse rachitique et carbonisée et va la rejoindre!


Je finis mon de placer mon équipement de survie dans le sac à dos et je sors du cabanon. Je m'étire comme il faut, car j'ai une bonne journée à faire et beaucoup de kilomètres à pieds. Je traverse la trentane de mètres qui me sépare de la maison et je salue le gros frère  de ma louve.  J'essaie de lui cacher mes cicatrices. Il rigole et me dit alors.

Bonne chasse le gros. Ma Sister va te watcher.


Je lui fais un petit sourire gêné et je suis heureux qu'il ne voie pas mon rictus.

Merde de hell! Il pense que sa sœur va me protéger dans le seul élément que je suis à l'aise? Il ne connaît pas le Chasseur...

J'entre silencieuse dans la maison et je me dirige vers la chambre d'Estelle. Elle l'a partagé avec son frère. Au moins, je ne vais pas le croiser en sortant, car je l'ai vu partir faire une ronde. Je gratte à la porte de ma louve, surtout pour ne pas réveiller les autres personnes qui dorment. Mon ami et Aya sont logés dans la chambre voisine.  La porte s'ouvre et automatiquement je pivote pour cacher ma laideur. Je sais que ma gueule de porte-bonheur est bien la dernière chose que les gens veulent voir au réveil.  J'arrive pour sourire du côté intact quand je fige comme un animal qui croise les phares d'une voiture. Mon œil s'agrandit et la partie de mon visage qui peut rougir devient écarlate. Je tremble un peu et je salue Estelle en regardant le sol. Je pivote et je vais l'attendre dehors. J'ai déjà vu des femmes nues ou bien légèrement  vêtues.  Mais c'était Phyllis  ou bien le couple Paloma/Isabella. C'était  des femmes que j'ai appris à combattre ma gêne  maladive. Je m'assois sur le balcon et je respire lentement pour me calmer.

Merde de hell calme toi connard! Pense à ton étoile et tout va bien aller...

Juste a repensé à mon étoile et je me sens bien et j’ai tellement hâte qu’on se retrouve et qu’on puisse se serrer dans nos bras. Mes tremblements cessent et je commence à rire de ma stupidité de capoter à rien dans mes réactions avec les autres.

_________________________________________________


When Estelle asks Charlie “What are you doing?” Charlie sign “Watching your back. I don’t like it when you go off without me.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 53
Points : 980
Date d'inscription : 12/05/2015

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles:
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
20/20  (20/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
Les plans de la journée me ravie au plus haut point l'envie de chasser me tiraille depuis un long moment et il est assez tôt quand je me lève de mon lit. Chemise à carreaux aux style du bûcheron sur le dos recouvrant le haut de mon corps jusqu'à l'orée de mes cuisses dénudés, j'entend à la porte un petit grattement me signalant la présence du chasseur silencieux. J'ouvre doucement la porte en lui signifiant que j'arrive... Je n'ai à peine le temps de terminer ma phrase qu'il me fais déjà dos rouge de timidité et repart vers l'extérieur pour m'attendre, sans mot dire comme toujours...
Je revêtit un jeans et roule les manches de la chemise sans oublier d'enfiler des bottes de travail en cuir, j'apporte rapidement avec moi l'arc confectionné par Charlie et finalise mon équipement par un sac à dos de randonneur trouver dans l'entrepôt la veille.
Je descend les marches quatre à quatre en hâte mais tentant de ne pas faire trop de bruit puis sort en trombe prête a m'aventurer dans les bois. L'odeur et la fraîcheur de la rosée matinale me donne un léger frisson, je rejoint rapidement Charlie.

Notre discussion autour du feu de la veille était plaisante mais je ne m'y était pas éterniser, avant de dormir j'avais finaliser ma confection de piège de fortune pour attraper je l'espérait des gibiers de qualités.
J'était fin prête à partir et mon regard vers Charlie suffit à le lui signaler. Arc en main nous entamons notre marche vers les bois.

L'un de mes pièges se trouve a environ 50 mètres.. tu veux qu'on aille jeté un œil maintenant ou on essaie de chasser en premier ?? Sachant qu'il ne pouvais pas me répondre.. sauf avec son écriture, je lui fit un signe d'un bonhomme qui marche avec mes doigts pour le choix du piège ou un tir à l'arc pour la chasse, je ne parlais pas le langage des signes malheureusement, je me promis de demander à William de m'aider à l'apprendre un peu éventuellement pour m'aider à communiquer plus aisément avec lui. Ce pouvait toujours être utile, surtout en mode ''chasse'' ou le silence était de mise.

Charlie me fit signe de marcher jusqu'à ma trappe, j'acquiesça de la tête en guise de compréhension et nous nous engagions dès lors dans la forêt. Mon attrape-nigaud n'était pas loin et a mon plus grand désarroi rien ne s'y était pris dedans. J'espérais bien que nous aurions plus de chance avec le second et la chasse à l'arc.
J'haussai les épaules en faisant une moue faussement attristé, puis me regard parcourant le sol humide je fit signe a Charlie en lui pointant du doigts une bonnes quantités de champignons comestibles.. Je sourit doucement, sans doute que la noirceur de la veille m'avait empêcher de les apercevoir. Quoiqu'il en soit je les fourra d'un geste rapide dans mon sac à dos puis je me redressai prête pour la suite. Un large sourire aux lèvres.

Sérieusement, je crois que même si je n'attrapais pas de proie pour cette chasse-ci, le bonheur à lui seul de me retrouver en pleine forêt me faisais le plus grand bien .. Les Zônards ne semblait pas traîner près de nous pour le moment, il nous fallait tout de même resté vigilent aux moindres dangers.. Je fit un signe a Charlie que nous pouvions continuer et je le suivis cette fois en tentant de rester aussi silencieuse que lui... Malheureusement je n'était pas aussi douée et les craquements de branches sous mon poids, bien qu'il ne soit pas très énorme, résonnaient en écho dans le silence des feuillues et conifères ruisselant d'humidité.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 213
Points : 1179
Date d'inscription : 08/05/2015
Résidence du Personnage : Dans le bois
Emploi du Personnage : Chasseur, pister la trace de son étoile
Rumeur : Il ne parle pas beaucoup

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles: 1
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
0/20  (0/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
Quand Estelle arrive près de moi, je me calme et je la regarde en prenant soin de cacher mes cicatrices. Elle me demande alors si je veux aller voir son piège qu’elle a installé la veille ou bien qu’on part directement à la chasse. Je soulève mes maigres épaules, peu habituées de me faire demander ce que je préfère. Il n’y a que William et Phyllis qui me le demande habituellement. Elle me dit le mot piège et me fait un signe bizarre. Ensuite le mot chasse et elle fait semblant de tirer à l’arc. Je lève mon index pour lui signifier son premier choix. Et nous voilà sur le chemin et bientôt nous nous enfonçons dans le sous-bois. Elle me montre alors son piège et je suis sans voix. Un bon piège bien préparé et aussi bien caché. Je me penche pour l’étudier et comme le disait Papi, nous devons apprendre chaque jour. J’étudie bien la disposition des nœuds, l’angle des barreaux et la disposition générale. Pendant ce temps là, Estelle ramasse des champions comestibles et de l’autre côté de son piège, j’en trouve une bonne quantité. Je les ramasse avec une économie de mouvements et n choix sélectifs, pour ne prendre que ceux qui sont comestibles et laisser les mauvais là. Je fais signe alors à ma louve de ne pas fermer son sac à dos tout de suite et gêner comme pas un, je lui tends ma récolte comme si ça était des fleurs. Elle les met dans son sac et ensuite nous nous relevons. Je pointe son piège et je mets ma main gauche devant moi le dos vers elle et les doigts collés. Ensuite avec ma main droite je fais semblant de mordre avec mes doigts ceux de ma main gauche. Un peu comme un serpent qui mord une proie. Je le fais deux fois et elle chuchote le mot piège. Je hoche la tête et je fais un sourire timide du côté que je le peux. Ensuite j’écris le mot chasse dans la terre du sentier. Je me relève et je fais le signe universel des armes à feu avec ma main droite. Le pouce relevé, l’index tendu et les trois autres doigts refermés. Avec ma main gauche, je la laisse à plat et je la place derrière la droite comme pour faire un fusil. Ensuite je simule un coup de feu et le recul de l’arme. Je lève mon pouce quand elle dit le mot chasse et aussitôt toujours en gardant ma laideur cachée, je m’avance sur le sentier.

Comme à mon habitude, je me déplace silencieusement comme un fantôme et je grimace quelques fois quand Estelle marche sur des brindilles au sol. Je marche moi-même sur des branches sèches, mais je la sens avant que je mette mon poids au complet dessus et je transfère alors le tout sur la plante de mon pied pour pivoter et empêcher le bruit de se produire. Mais je me penche bien vite et je fais signe à Estelle de me rejoindre. Je viens de voir des traces fraîches et c’est ceux d’un chevreuil. Aussitôt le Chasseur chasse l’Humain du dominion et je regarde de face ma louve. Mon regard reluit intensément comme lors que mon côté sombre fait surface. Le Chasseur s’en fout de mes cicatrices et de ma laideur. Il n’est là que pour la chasse et défendre son réceptacle. Je sais qu’il peut faire ce qui est de plus mauvais et d’inhumain pour me défendre et pour protéger ceux que j’aime. Alors, je pointe la piste et aussitôt je commence à la suivre. Je suis penchée vers l’avant, mon couteau en main pour me défendre en cas d’agression-surprise. Mais les oiseaux chantent alors tout va bien. Je respire à pleins poumons la pureté de la forêt et mes sens sont étendus à leur maximum. J’ai presque l’air d’une bête lors que je chasse, un peu comme un loup-garou selon Paloma. Toujours accroupis le plus près du sol, la tête toujours en mouvements pour repérer les mouvements ou bien les bruits et sautillant pour éviter les obstacles. Je dois ralentir un peu pour permettre à ma louve de me suivre et le Chasseur grogne dans ma tête de frustration devant la lenteur de cette progression. Seul j’irais plus vite et surtout en silence. Mais je sais que ma louve court plus vite que moi quand elle en a besoin et qu’elle s’efforce de rester silencieuse pour la chasse. Mais rendus près d’une petite clairière je m’immobilise. Mon système d’alarme s’est tu et je sais qu’un danger s’avance vers nous. Je me cache dans un buisson et je fais signe à Estelle de venir près de moi. Je ferme les yeux et je me concentre sur les bruits avoisinants. La respiration de ma louve et la mienne, le souffle d’un vent léger, deux grognements qui s’approchent de nous par le bois à notre droite. Environ 15 mètres je dirais. De la pointe de ma lame, je note mes observations pour Estelle.

Deux zombies à notre droite et qui se dirigent loin de notre refuge. 15 mètres. On les bute ou on les laisse passer?

Tout dépendant sa réponse, je me planque mieux ou au contraire je lui tends le couteau et me prends deux gros rochers dans chacune de mes mains. Je fais un sourire d’un côté et mon éternel rictus de l’autre. Je la regarde directement dans les yeux, oubliant ma gêne et heureux d’avoir une compagne de chasse qui apprécie autant ce loisir qui est maintenant primordial pour la survie.

HRP ESTELLE:
 

_________________________________________________


When Estelle asks Charlie “What are you doing?” Charlie sign “Watching your back. I don’t like it when you go off without me.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 53
Points : 980
Date d'inscription : 12/05/2015

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles:
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
20/20  (20/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
Le soleil perçait a travers les branches d'arbres en laissant planer un petit halo autour de nous, les oiseaux chantonnait leurs petits bonjour quotidien et s'arrêtait net quand les branches sur mon passage révélais ma présence. Je faisais du mieux que je pouvais pour me fondre dans la masse mais mon expérience en marche silencieuse n'était pas des plus fructueuse. Je fais une grimace désolé envers mon compatriotes de chasses alors que nous avancions plus profondément dans les bois. Nous arrivons finalement près d'une petite clairière et Charlie m'intime de m'arrêter à sa hauteur, je m’exécute sans mot dire et il me signale la présence de deux zombifiés à près de quinze mètres et me demande si on les laisse ou non..

Pendant un moment je me demande si cela vaut la peine, car il ne sont pas en approche vers notre logis et le bruit de leurs carcasses putréfié se retrouvant bredouille pourrait faire fuir les petites bêtes aux alentours et nous faire manquer une chance d'attraper de la nourriture..
Mais en même temps, les laissés partir pourraient avoir un impacte tout aussi fracassant et si il revenait vers notre camp et viendrais en surprise, quelle ravage pourraient-ils causé ?
J'haussai les épaules et fit signe de la tête d'aller les éliminés pour la cause.

Notre combat fût plutôt judicieux et instinctif, prenant soin de faire cela dans plus grand silence qui soit. Je m'était lancé la première en prenant soin de ne pas attirés leurs attention, flanquant un solide coup dans les jambes du premier qui tomba au sol et rampais tandis que le second reçu ma lame directement entre les deux yeux. Son corps se figea et tomba raide mort au sol. Charlie s'occupa du second en lui éclaboussant la cervelle a coup de pierre tel un homme des cavernes en chasse. Le silence de l'endroit revint et la clairière s'ouvrait à nous dans un amas de lumière et un ciel immaculé. L'herbe fraîche volaient au gré du vent qui se levait par moment, et les oiseaux reprirent un chant mélodieux alors que nous sortions des bois lentement.

La clairière n'était pas très grande et dans le silence qui y régnais trônais au centre de celui-ci un petit quelques choses de grisâtre qui semblait manger de l'herbe.. Charlie me pointa du doigt l'animal en question que j'avais également aperçut et je sortit l'arc confectionné par celui-ci pour me préparer à l'enfléché. Ma sorti du bois ne fût pas des plus silencieuse, mon pied se prit dans une racine et le ''boum'' de mon pied au sol pour rester debout fît redresser les oreilles de la bêtes qui détalait tel un lapin... Fuck avais-je lancé... en y regardant de plus près je crois qu'il s'agissait bien là d'un petit lapin.. Je repris une position stable et encocha ma flèche d'un geste rapide.

La corde a l'orée de mon oreille droite, mon souffle contrôlé je voyais l'animal bondir pour se sauver et j'anticipa son prochain bond en lâchant ma flèche d'un geste vif. Je l'entendit siffler et se diriger droit sur l'animal qui la reçu directement dans le flanc droit et s'écroulant en faisant une petite roulade... Pauvre bête mais en même temps, je salivais déjà à l'idée qu'il se retrouverais bientôt sur la broche pour être manger fallait survivre nous aussi non !? Au moins nous avions quelques trucs a ramener pour faire manger un peu tout le monde.

Je m'approchai doucement de l'animal et lui retira la flèche d'un geste sec, heureusement l'animal était mort sur le coup ou du moins jusqu'à ce que nous arrivions à sa hauteur. Je le fourra dans mon sac de randonnée avec un petit sourire en coin.

Yeah de la bouffe ! Avais-je lancé dans une voix presque murmuré au cas ou d'autres bêtes se trouveraient a proximité.
Je regardai Charlie en lui signalant que j'était prête a le suivre et nous reprenions notre marche..

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 213
Points : 1179
Date d'inscription : 08/05/2015
Résidence du Personnage : Dans le bois
Emploi du Personnage : Chasseur, pister la trace de son étoile
Rumeur : Il ne parle pas beaucoup

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles: 1
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
0/20  (0/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
Je suis estomaqué de voir ma louve se battre avec autant d’ardeur. Je vois presque Paloma avec toute sa furie et la vitesse d’un démon. Je me secoue la tête quand elle plante la lame dans le crâne du deuxième charognard et alors je bondis moi aussi de ma cachette. Je laisse tomber une des pierres au sol et je commence à taper à coups redoublés sur la tête de celui qui essaie de se relever. Je m’assois carrément sur son dos pour l’immobiliser et alors le Chasseur se défoule. Je l’entends hurler de plaisirs quand la tête, après quelques coups, se fissure et que la matière grise s’échappe. Je sens que je dois continuer et alors le crâne éclate comme une citrouille. J’en ai plein les bras et les mains et ça sent très mauvais. Je m’essuie alors du mieux que je peux dans l’herbe haute et je fige de nouveau, tendant l’oreille et regardant attentivement la clairière. À pas de loup je me dirige alors vers l’orée, car j’ai bien vu une couleur mouvante qui ne devrait pas se trouver dans la clairière. Je sens qu’Estelle se place alors près de moi en faisant un peu de bruit. Je lève mon index pour montrer le lièvre gris et elle me donne mon couteau en hochant la tête pour me dire qu’elle l’a vu.
Elle sort de notre cachette, mais je la vois passer dans un amas de racines qui ressortent du sol. J’essaie de l’avertir, mais je suis une putain de muet. Même si elle alerte le lièvre, elle réussit à lui tirer dans le flanc pour le tuer sur le coup. Je la laisse aller chercher sa proie et je reste vigilant. Les oiseaux recommencent à chanter et le Chasseur décide de se rincer l’œil un peu. L’humain riposte alors en disant que j’étais avec mon étoile, mais le Chasseur s’en fout, car elle n’est pas là et que regarder et ne pas toucher c’est comme être au régime, mais regarder le menu. Je regarde donc autour, mais j’entends mon côté sombre se réjouir en voyant la démarche féline de ma louve. La forme de ses fesses quand elle se penche. Je ferme alors les yeux, coupant le spectacle au chasseur voyeur. Je hoche la tête pour reprendre le peu d’esprit que j’ai.

Merde de hell pauvre abruti! Tu as une merveille femme qui t’attend et toi tu reluques Estelle? Espèce de connard tu ne mérite pas Phyllis. Déjà qu’elle t’a pardonné pour les trucs que tu as fais avec Isabella et Paloma…

Si j’avais pu, je me serai frappé la tête sur l’herbe et je me reprends un peu. L’Humain, grâce à l’image mentale de mon étoile, a pu regagner de la force et maintenant il a un certain contrôle sur le Chasseur. Celui-ci sent la laisse se refermer sur le cou et se calme un peu. Mais je suis toujours sous son dominion. Je me redresse quand ma louve me montre sa prise et je lève mon pouce pour la complimenter. Elle a même un perçu de mon sourire et de mon rictus répugnant. Mais là je lui demande de me suivre et rendu près du bois je lui indique un gros rocher pour l’assoir. Je vais lui faire un cours 101 sur le mouvement silencieux.

En premier je marche sur la pointe des pieds et je lui démontre que je fais du bruit. Ensuite je marche sur l’avant-pied et le bruit devient presque nul. Ensuite je respire par le nez et on entend comme il faut le sifflement de l’air quand je respire fort. Je prends des respirations lentes et mesurées à partir du nez. Ensuite je fais un « X » sur mon nez avec mes doigts et je respire par la bouche. Je prends des grandes respirations contrôlées. Je lui montre que quand je me déplace je respire toujours et je fais non de la tête en gardant ma respiration. Elle sourit et fais oui de la tête. Je pointe mes yeux et ensuite le sol pour lui dire de toujours regarder où elle met les pieds. La terre meuble et les herbes fraîches ont ma préférence, mais rendu près de feuilles et d’herbes sèches je me penche vers l’avant et je ralentis mon pas. J’essaie d’éviter le maximum ces petits pièges a bruits que ce sont les branches et les feuilles au sol. S’il y en a trop, je les écarte tout doucement pour me libérer un passage. Quand je marche, je place le talon de ma botte au sol. Ensuite je roule mon pied vers mes orteils en douceur. Tout mon corps travaille. Mes haches pivotent et je m’accroupis vers le sol pour descendre mon centre de gravité. J’accélère le pas et je bondis littéralement d’un endroit à l’autre en ne produisant aucun bruit. Je m’arrête devant ma louve qui me regarde et elle a l’air surprise. Je note au sol alors.

Papi m’a tout montré. Je vais t’en parler un autre jour, mais comparer à lui je suis un éléphant dans un magasin de porcelaine. Nous pouvons nous pratiquer si tu veux, quand je vais revenir. Tu seras une véritable louve pour la chasse !

Je pointe alors un sentier en avant de nous et j’efface mon message quand elle l’a lu. J’écris un nouveau à même le sol.

Il y a une ferme dans cette direction. Environ 15 minutes de marches. Je ne l’ai jamais fouillé. On pourra tomber sur une autre prise sur le chemin ? Sinon on revient peut-être et on fait un crochet pour essayer de trouver son terrier à ton copain ? Il y en a surement d’autres dans le coin.

Je m’assis sur mes talons en attendant sa réponse. J’écoute les sons de la nature et je me surprends à repenser de nouveau à mon étoile. J’aimerais tant qu’elle soit près de moi.

_________________________________________________


When Estelle asks Charlie “What are you doing?” Charlie sign “Watching your back. I don’t like it when you go off without me.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 53
Points : 980
Date d'inscription : 12/05/2015

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles:
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
20/20  (20/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
Heureuse de nos premières prises j'avais récupéré la mienne en toute hâte sans me soucier que le chasseur aurait pu me reluquer à ce moment précis. Je n'était pas doué en matière de ''gars'' et ne m'y attendais pas de sa part puisque je savais qu'il partirait bientôt pour retrouver sa douce moitié. De toute manière, me faire apprécier par la gente masculine n'était pas des plus aisé, je n'attirait généralement enfin.. dans mes souvenirs d'avant apocalypse, que des tarés de premières qui n'avais qu'une seule et unique pensé. Malgré mon coeur de pierre qui s'était forgé depuis lors une petite voix en moi me soufflait qu'un jour je trouverais sans doute le bon partie mais en même temps, mon frère mettait une grosse barrière dans ces possibilités. A quoi bon de toute manière, je n'avais qu'un seule but, subvenir au besoin de mon groupe en leurs apportant appuis et nourritures. Pour le reste, je laissais le destin faire les choses.

Je lève finalement le petit lièvre en l'air, un visage ravie se dessinant sur mes lèvres. Le muet me fais un thumb up et semble sourire je me rapproche de lui alors qu'il m'indique de le suivre. Je m'assoie à l'endroit indiquer et observe ce qu'il me mime. Je sourit à sa façon de faire mais apprécie énormément l'effort fait pour m'en apprendre davantage.
Je l'observe en indiquant que je suit ce qu'il me dicte en inclinant la tête en guise de compréhension. Je fais des yeux surprises alors que ces gestes sont fluides et silencieux. Il s'arrête finalement devant moi et écrit à même le sol.

Je fais signe que oui, que je suis partante pour apprendre cela le temps voulu. Je suis une excellente chasseuse mais aucunement silencieuse et malheureusement les deux vont de paire... Puis Charlie m'indique un sentier qui mène vers une ferme ou une autre direction pour un possible retour.. J'indique la ferme avec mon doigt.

Va pour la ferme, on ne sais jamais ce qu'on pourrait trouver... lançais-je en me redressant rapidement remettant mon arc en bandoulière.. Bien que Charlie est travailler très fort sur cette arme, je sentais que sa fin était éminente.. Tirer sur le lapin avais eu l'air aisé mais la corde tendu semblait rapidement perdre en ténacité, je ne sais pas combien de temps elle allait encore tenir, dans le besoin, j'avais mon kukri pour me défendre mais mon désir de trouver une vrai arc ou une arbalète se faisais pressentir..

Entendu et prêt a reprendre la route, nous nous dirigions donc vers la ferme en question.
Nous avions fais environ 8 minutes de marche vers la fermette et j'entendit un grognement de zonard a quelques lieux de nous.. Charlie semblait déjà aux aguets et je savait qu'il l'avait sans doute détecter depuis un petit moment.
Il m'indiqua en faisant un X avec ces mains qu'il ne se dirigeait pas vers nous et je lui lança un petit regard de ''on continue alors''. Je profita de l'occasion pour essayer de mettre en pratique ce que le chasseur avais voulu me montrer un peu plus tôt. Malheureusement cela fonctionnais une fois sur 3, je grimaçais chaque fois qu'une branche cédais sous mon poids.

Quinze minute de marche environ et nous arrivions comme dicté par le muet à une petite ferme. Un silence de mort y régnait... En scrutant l'horizon, il n'y semblait pas y avoir âme qui vive, ni de zombies a proximité. Quelle en serais le résultat à l'intérieur ? Je sorti mon Kukri pour la peine et nous nous dirigions vers la demeure, un petit escalier menant sur un grand balcon bleuté, une chaise berçante trônait encore en bon état semblait-il sur celui-ci. La maison autrefois blanches et aux volets bleutés était partiellement ensevelis sous des couches de vignes et d'herbes grimpantes. L'accès a la porte principale était toutefois facile d'accès et ne semblait pas avoir été piller jusqu'à présent.

Il semblait y avoir un carreau brisé a l'une des fenêtres du second étages si l'on y regardait bien. Je m'approchais quant à moi à l'une des fenêtres adjacentes a la porte principale. Tout semblait encore en place mais excessivement poussiéreux, j'espérait vraiment que cette fouille là nous serait favorable...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 213
Points : 1179
Date d'inscription : 08/05/2015
Résidence du Personnage : Dans le bois
Emploi du Personnage : Chasseur, pister la trace de son étoile
Rumeur : Il ne parle pas beaucoup

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles: 1
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
0/20  (0/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
Elle me dit que la ferme sera notre prochaine destination. Je hoche la tête et je me remets en marche vers notre objectif. Je crois qu’une autre bonne cueillette ou bien un animal quelque soit le gabarit sera suffisant pour le temps que je serais partie à l’ancien domaine. Et si Phyllis n’est pas là, alors les gens de mon groupe ne me verront plus. Car je vais continuer à la rechercher ou ben traquer ceux qui lui ont fait du mal. Je prends la tête de notre équipe et après quelques minutes je me retourne vers elle de mon côté gauche. Je lève le pouce pour l’encourager, car elle commence à mettre à pratique les trucs de discrétion que je lui ai enseignée. Bientôt deux bâtiments apparaissent devant nous. La plus éloignée est une grange qui s’est effondrée. La seconde construction est une maison à deux étages qui fut autrefois blanche mais qu’elle a l’air encore solide. Une seule fenêtre est cassée à l’étage. Les plantes ont grimpé dessus n’importe comment, car personne ne s’en est occupé depuis longtemps. Même une vieille chaise berçante est sur la véranda en avant et voir ce meuble me fait faire un rictus. Je me rappelle que c’était le genre de meuble favori de Papi et que mon ami adorait celle qu’il avait faite dans son garage à Safepoint. Je m’étais arrêter en avant de la maison et Estelle avait grimpé les quelques marches, pour regarder par une fenêtre. Je la suis et je m’installe près d’elle sans me rendre compte que c’est mon côté labouré de cicatrices qui est près d’elle. Mais sur le coup je suis trop curieux.

J’adore fouiller les vieilles fermes, car ça me rappelle toujours des souvenirs de mon chalet de Papi et des gens qui sont venus chez moi. Je sursaute quand je me rends compte que ma louve me regarde pour faire le prochain mouvement. Aussitôt je cache ma laideur et j’essaie d’ouvrir la porte. Comme de raison elle est verrouillée. Alors, je regarde les fenêtres et je me rends compte qu’elles sont à guillotine. J’essuie un peu de saleté et je vois que la barrure n’est pas dessus. Je sors mon couteau de combat et je la place pour faire un levier sous le bois. Je lève juste assez pour permettre de glisser mes doigts et à ma surprise c’est ma louve qui s’en occupe. Elle ouvre la fenêtre et entre en se faufilant. Je fais un petit rictus et je la suis. À l’intérieur tout est couvert de poussière. Pas de traces de pas au sol qui trahit un déplacement récent. Mais alors j’entends un petit grattement au sol. Je m’avance alors dans la direction du bruit et je me retrouve dans une cuisine. Sur le paquet une femme zombie habillée en campagnarde rampe vers moi. Dos un mur se trouve le mari en salopette. Mais pas de danger pour lui. Il à la tête éclatée et un vieux fusil de chasse au canon éclater git près de lui. La femme a les jambes presque arrachées et un pied n’est retenu que par un tendon. J’imagine ce qui est arrivé.

Merde de hell l’homme à tirer dans les jambes de sa femme pour essayer de ne pas la tuer, ensuite il s’est suicidé quand il l’a vu commencer à lui dévorer les jambes. Espèce de con élimine –là donc au lieu de jouer au Sherlock Holmes!


Je plante alors en vitesse ma lame dans l’œil du charognard et j’entends Estelle qui arrive en arrière de moi. Je me relève et je me dirige vers une photo de famille sur le mur. Je vois le couple, un pré adolescent et un gros gaillard. J’écris sur la surface la plus proche de moi dans la poussière.

Selon moi il doit rester deux zombies dans la maison. Ils doivent être à l’étage. On se sépare pour fouiller ou bien on se suit pour se couvrir?


J’attends sa réponse et je vois une boite de lait j’ouvre en vitesse une armoire sous le coup de l’impulsion. Je vois quelque chose qui va plaire à mon étoile et je le mets en vitesse dans mon sac à dos.

_________________________________________________


When Estelle asks Charlie “What are you doing?” Charlie sign “Watching your back. I don’t like it when you go off without me.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 53
Points : 980
Date d'inscription : 12/05/2015

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles:
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
20/20  (20/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
La maison semblait vide jusqu'à ce qu'on y pénètre et qu'à la cuisine Charlie y découvre la scène horrible d'une femme rampante aux côtés de ce qui semblait être son mari, la tête complètement explosé. Il met finalement fin à la vie de cette campagnarde et m'indique d'après la photo de famille qu'il se pourrait qu'il y est d'autres mangeurs de cervelles à l'étage.

J'hausse les épaules alors qu'il me propose de fouiller seul ou de ce suivre. Je ne sais pas trop à quoi m'attendre a l'étage mais anticiper le pire est toujours la meilleure solution. Je lui fais signe de me suivre et dégaine mon Kukri en montant les marches une à la fois. Elle grince sous mon poids, me rappelant ma propre demeure a rouyn lorsque j'étais jeune. Le souvenir de mes tentatives d'escapades nocturnes pour aller boire un coup à la taverne du coin en catimini était souvent interrompu par mes descentes dans l'escaliers qui grinçais.. Je faisais alors croire a ma mère que j'allais a la cuisine me prendre un verre d'eau ou une collation avant de me coucher.. Je sourit à cette instant précis en montant les escaliers de la maison de campagne où nous nous trouvions. Arrivés à l'étage, le sol poussiéreux n'indiquais aucune empreinte de pas.. je cogna le pommeau de la lame sur le plancher de bois franc et attendit, il y avais 3 pièces, deux chambres sans doute et une salle de bain. C'est dans la chambre du fond que j'entendit des coups dans la porte m'alertant sur la position d'un cadavre ambulant.

Je m'avança de la pièce a pas de loup.. qui encore une fois fût démasquer par un craquement du parquet de bois, je sourit vers Charlie et fit une moue sur cette échec de pas silencieux.
Poignée en main je signala au chasseur que j'allais pousser la porte rapidement au compte de 3...
1..
2..
3...
Et BanG! J'ouvrit la porte dans un élan féroce renversant le zônards qui y grattait l'instant plus tôt. Il tomba sur le dos à la renverse dans un grognement d'animal affamés ce démenant tant bien que mal pour se relever.
Je lui enfonçai mon Kukri dans la tronche et me releva avant que lui ne le fasse.

La scène qui suivit me fît presque rire, le second zombie se trouvais dans la garde-robe pris entre les murs une grande canne à pêche enfoncé dans le cou. Il gesticulait sans pouvoir avancé le fil à pêche emmêlé dans les pieds et les mains lui entaillant le corps a plusieurs endroits, son sang répandu dans la garde-robe a profusion. Je laissa Charlie se chargé de sa fin et sourit doucement. Pauvre gars sérieux... je ne sais pas comment il avait arrangé son compte mais c'était plutôt étrange comme incident.

Je farfouillai la chambre à la recherche de quelques choses d'utiles, le silence était revenu dans la maison.. mais un bruit a l'extérieur m'attira vers la fenêtre de la chambre a coucher... Je m'y approchai et le hennissement d'un étalon me fît ouvrir la bouche de béatitude... Un cheval... Un cheval criss .. en vie en plus !!!! Dans l'enclos de la cours arrière,
je ne pu retenir un..

Ha ben tabarnak !!!! Check vien voir Charlie !!! Lui dis-je en lui pointant la monture qui semblait tout de même faible.

Faut lui trouver de quoi a bouffer pis de l'eau... on l'amène avec nous autres ces sûr !!! Lui signalais-je en ne m'attardant pas davantage à l'étage, je redescendit les marche quatre à quatre cette fois, sans me soucier du bruit que je faisais pour me rendre jusqu'au patio arrière.. Je sautillais presque sur place en voyant l'animal relevé la tête dans notre direction quand il nous vît arrivé sur le patio arrière.

Je sourit à pleine dent en me retrouvant devant l'enclos fermer voyant l'animal beige et brun manger quelques brindilles d'herbes. J'espère qu'il se laissera approché.. pauvre bête.. il doit avoir soif !!

J'était complètement ébahi devant la créature.. j'ignorais totalement comment l'approché mais a le voir il ne semblait pas fort fort et je supposais que nous n'aurions aucun mal a l'emmener avec nous.. En espérant qu'il supporte la traverser jusqu’à notre refuge.

Tu sais comment l'amadouer toi ?? Lançais-je en portant mon regard sur mon compatriote.
Je m'approchai doucement de l'enclos et aperçut sur le rebord de celle-ci une corde qui ressemblais a un lasso. A vrai dire je ne m'y connaissais pas vraiment mais je n'allais pas abandonner.. Il allais me suivre coûte que coûte et je souhaitait qui plus es.. le ramener vivant préférablement.

Il ne semblait pas des plus tops en se qui apparentais a sa forme physique, il n'avais pas été nourri convenablement surement depuis un long moment.. sans compté le manque d'eau... J'était vraiment surprise de voir un tel animal encore en vie.. Jusqu'à ce que je me rendent compte en m'approchant de la clôture, que celle-ci était barbelés... le fil barbelés qui me fît remarqué qu'à quelques endroits des zônards c'était pris dans les fils et s'était emmêlés, emprisonnés en voulant manger l'animal. Des morceaux de chairs pendaient ici et là.. sans compté les tissus encore humains pris un peu partout. Un spectacle plus ou moins alléchants selon moi, surtout que la majorité d'entre-eux bougeais encore..

Quoiqu'il en soit je trouva la porte et l'ouvrit pour pénétré dans l'enclos, l'animal leva de peine sa tête et me regarda l'air effrayé. J'imaginais la peur qu'il ressentais alors que personne ne l'avais approchés depuis un moment sauf les zombies qui voulaient n'en faire qu'une bouchée.
Je m'approcha de lui en chuchotant pour l'amadouer..

Chhhutttt... n'est pas peur.. lui dis-je sur un ton très doux presque méconnaissable venant de moi..
Surprise, il ne bougea pas.. comme paralysé par la peur ou le manque d'énergie peut-être.
Je n'eût aucune difficulté à lui passer le lasso au cou, et je lui flattai doucement la crinière en continuant de chuchoter à ces côtés..

C'est bien.. bravo.. Aller viens on te ramène avec nous mon beau..

Les jambes tremblantes le pauvre animal avançant tant bien que mal, mon regard se portant sur Charlie..

Je suis pas certaine qu'il va supporté notre parcours mais vaut mieux tenter de nous rendre au camp, je m'occuperai de lui là bas.. Il est vraiment faible le pauvre..

Tu voulais finir de fouiller la maison ?? Désolé.. je suis comme sorti en trombe mais sa fais tellement longtemps que j'ai vue un cheval ! Dis-je tout sourire, tel un enfant qui viens de recevoir son cadeau d'anniversaire. Ma journée était à son comble et cette chasse des plus fructueuses !!
On allais nourrir le gang pendant un petit moment, on faisais un bon team Charlie et moi !!




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 213
Points : 1179
Date d'inscription : 08/05/2015
Résidence du Personnage : Dans le bois
Emploi du Personnage : Chasseur, pister la trace de son étoile
Rumeur : Il ne parle pas beaucoup

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles: 1
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
0/20  (0/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
Ma louve me fait signe de monter à l’étage et presque à chaque marche elle fait grincer le bois. Moi je monte en prenant appui aux extrémités des marches et en évitant de mettre tout mon poids dessus. Rendu en haut elle utilise la technique du « toc toc » et comme d’habitude les charognards annoncent leurs positions en tapant sur la bonne porte. C’est celle du fond. Estelle s’avance et à l’air de s’excuser de faire du bruit. En cachant ma laideur, je soulève mes maigres épaules.

On s’en fout, ils savent, qu’on est là…

Rendu à la porte elle me fait, signe avec trois doigts qu’elle va ouvrir en grand. Je hoche la tête et prépare mon poignard de combat.  Au troisième hochement de la tête, elle ouvre la porte avec force et le charognard en arrière du battant tombe sur le cul. Vive comme un serpent, ma louve s’élance pour planter sa lame dans la tête de la pourriture au sol. Je la suis et regarde partout. Mes instincts de chasseur poussé au maximum. Mais le second zombie était pris au piège comme un con. Encore vivant et mordu par son frère, le jeune type devait s’être enfermé dans le garde-robe. Estelle me fait signe de m’en occuper et vite fait je le plante à la base de l’oreille. Je me demande encore comment la canne à pêche est arrivée dans le décor, mais je ne peux pas m’interroger plus que ça. Je m’en fous un peu et je fouille la chambre du type. Je tombe sur des revues de culs qui me font rougir et ma louve hurle alors.

Ha ben tabarnak !!!! Check vien voir Charlie !!! Faut lui trouver de quoi a bouffer pis de l'eau... on l'amène avec nous autres ces sûr !!!

Elle se précipite dehors, mais au premier coup d’œil je vois que le cheval est plus que faible. Il est maigre et paniqué. Mais c’est de la viande en a devenir et je suis Estelle qui venait de surgir de la maison avec sa vitesse habituelle. Nous arrivons près des barbelés qui ont protégé l’animal des zombies. Quelques charognards sont pris dans les  fils de fer tranchants pour prouver l’efficacité. De la mince protection.

J'espère qu'il se laissera approcher.. pauvre bête.. il doit avoir soif !!

Je vais signe que oui et lui montre une courte corde sur un poteau. Estelle apprivoise l’animal pendant que je vais achever les charognards pris. Peut-être que William trouvera une utilité des barbelés. Quand elle sort le cheval de l’enclos, ma louve me regarde et dit.

Je ne suis pas certaine qu'il va supporté notre parcours mais vaut mieux tenter de nous rendre au camp, je m'occuperai de lui là bas.. Il est vraiment faible le pauvre.. Tu voulais finir de fouiller la maison ?? Désolé.. je suis comme sorti en trombe mais sa fais tellement longtemps que j'ai vue un cheval !

Je fais non de la tête. Déjà que nous devons nous occuper du cheval et d’utiliser le maximum de ce qu’on va en tirer. Et je ne pense pas juste à la viande, mais bien au cuir, aux os et aux organes. Nous prenons donc le chemin de la maison, moi en tête. Mais après quelques pas je lève la main pour faire arrêter ma louve. Devant moi se trouve un dindon sauvage. Je bande mon arc court et je le vise. Mais crack…

La corde faite en tissus végétaux dressés casse et aussitôt le dindon tourne la tête vers nous, alerté par le bruit. J’entends alors une corde se tendre en arrière de moi et aussitôt je me jette au sol pour laisser la ligne de visée dégagée pour ma louve.  Aussitôt une flèche de bois passe au-dessus de moi et se plante dans le corps de l’animal en fuite. Je me relève d’un bond et je vais casser le cou à notre proie. Je reviens alors vers ma louve qui se fout de ma gueule. Je ne peux que lever mes épaules en singe de reddition, car mon arc artisanal a foiré lamentablement. Je lui redonne sa flèche et nous entrons à la planque. Le chemin et long et je crois plus qu’une fois que le cheval va mourir en chemin. Mais au moins, on fait un arrêt près d’un ruisseau et la bête boit longuement. Je l’imite et en prenant le triple de temps pour rejoindre la maison, on doit tuer deux charognards solitaires. Enfin à la maison, j’aide ma louve à s’occuper de nos prises et quand la sale besogne est faite, je répare mon arc et montre à Estelle où sont les composantes de secours pour son arc dans mon cabanon.  Je note au  sol que je la remercie pour cette chasse et j'ai adorer pratiquer ma passion avec elle. Je sais que je vais trouver de quoi à manger en chemin, je pars donc rejoindre mon étoile. Elle a déjà trop attendu que j’arrive et j’ai qu’une envie, de la prendre dans mes bras et de ne plus la quitter.

H.R.P.:
 

_________________________________________________


When Estelle asks Charlie “What are you doing?” Charlie sign “Watching your back. I don’t like it when you go off without me.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maître du Jeu
Messages : 201
Points : 1231
Date d'inscription : 03/05/2015

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles:
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
20/20  (20/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar

RP terminé et validé.
Pas de gain d'xp pour cette fois ci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Suivont ces traces!
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Faire disparaitre des traces de feutre permanent
» Sur les traces du traitre
» Limaces de feu, traces de doigts et autres amusements [PV] [Abandonné]
» Des traces de Griffes
» Fer à repasser

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Zombie Apocalypse :: Zone de Salem :: Salem Sud-