Life is but a journey, an ephemeral and fragile one. Now it simply became bloody as well...
Jericho est de retour, et ses sbires ont remis en marche l’entreprise d’esclavagisme qu’ils semblaient avoir mis en veilleuse depuis quelques mois. N’importe quel survivant est une cible potentielle pour le regroupement de pillards et Dieu seul sait ce qui arrive alors aux pauvres âmes qui en sont les victimes… Le seul espoir des survivants de la ville s’incarne dans le maître d’orchestre de la seule victoire que les rescapés de Salem ont arraché à Jericho, Azad Kamrane. C’est-à-dire, l’homme derrière la chute de la Marion et qui a dans le même temps remis en liberté les esclaves que les Raiders avaient si durement rassemblés à l’intérieur des murs de la prison. L’Iranien a poursuivi les préparations de la lutte à venir, mais au-delà des questions concrètes qu’il lui faut considérer, plusieurs interrogations restent sans réponse. Qui sont-ils réellement? Que veulent-ils? Où sont-ils? Que font-ils de leurs victimes? Combien de personnes suivent Jericho? Autant d’inquiétudes auxquelles le leader des Offsprings devra très rapidement trouver des réponses…
CharteContexteFonctionnalitésBazarEspace PersonnelScénarios
A savoir
# Un event important est actuellement en cours ! N'hésitez pas à suivre son déroulement ici → An unreachable, yet invaluable prize...
#
Contexte
De l'humanité il ne reste presque plus rien. Derniers survivants face à la menace zombie, vous avez combattu la peur, la maladie et la misère. Six années se sont écoulées, combien de jours tiendrez-vous encore ? Nous sommes en 2017 et le monde a été plongé dans le chaos suite à une catastrophe biologique. Que vous veniez de Central City ou de contrées plus éloignées, votre course effrénée pour la survie vous a mené jusqu'à Salem, dans l'Oregon. L’accalmie qui régnait dans les derniers mois s’est terminé dans le sang et la douleur avec le retour des Raiders qui sont sortis de l’ombre dans laquelle ils se trouvaient. Ils ont depuis repris leur entreprise sombre, et tout être humain encore dans les environs, homme, femme et enfant sont à risque d’être faits prisonniers comme ils l’ont fait lors de leur arrivée en mars. Dans ce monde totalement changé, le danger rôde à chaque instant, et l’avenir de tous ceux se trouvant dans Salem est voilé d’une incertitude qui n’est pas près de se lever. Face à un tel raz-de-marée de sauvagerie, la survie de tous dépendra des actions individuelles de chacun... Et vous, qu'attendez vous pour nous rejoindre ?
Remerciements
Nous tenions à remercier le forum Never-Utopia grâce à qui le forum peut aujourd'hui connaître un renouveau. Un merci aussi à nos joueurs pour leur patience et leur soutien après tout ce temps. ZA n'est pas encore parfait, mais grâce à vous il vit. Un merci également aux administrateurs qui donnent de leur temps et ne cessent d'essayer d'améliorer le forum et le confort des joueurs...

Longue vie à ZA, et que la passion de l'écriture continue de nous lier, tous ensemble, dans cet univers.
Zombie Apocalypse
Saison 5 : A Battle for Freedom

Partagez | 
 

 Piste fraîche menant à un tas de pourriture

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Messages : 213
Points : 1567
Date d'inscription : 08/05/2015
Résidence du Personnage : Dans le bois
Emploi du Personnage : Chasseur, pister la trace de son étoile
Rumeur : Il ne parle pas beaucoup

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles: 1
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
0/20  (0/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
Août 2016

J’avance dans le bois tout doucement, comme un fantôme qui hanterait cette forêt. William et mes amis de la Meute me disent que je suis presque invisible quand je me déplace, mais je me considère maladroit et très peu professionnelle à comparer de Papi. Mon grand-père était vraiment un fantôme. Il me surprenait toujours dans les bois, me suivant dans mon dos et était indécelable. Comme durant l’époque qu’il était dans l’armée et qu’il allait se promener derrière les lignes ennemies pour découvrir des secrets ou bien espionner les gens. Ce que je m’ennuie de mon grand-père. Je suis sur qu’il aurait été heureux de rencontrer Phyllis et qu’il serait fier que j’ai enfin trouvé mon étoile fut la gueule de porte-bonheur que je traine depuis si longtemps.

Peu de gens ont décidé d’aller au-delà de mon mutisme et de mon apparence. La majorité préfère se moquer de moi, de me lancer des surnoms ou bien d’essayer de m’éviter. Car en première vue, je ressemble à un zombie et j’ai récolté plusieurs blessures à cause de cette apparence. Des blessures par balles, des coups de couteau et des coups de poing. J’ai vu des visages terrifier en me voyant, les gens reculant même dans les bras des véritables zombies.  Longtemps je me suis cru comme un monstre, un paria et un être qui ne devait pas se mélanger à l’espèce humaine. J’étais toujours en combat contre une partie sombre de mon être qui ne voulait que survivre et se foutre des autres. Papi m’avait montré une voie pour rester humain et chaque jour que le chasseur, le monstre qui habitait dans ma tête, ne pouvait pas prendre le Dominion, c’était une petite victoire pour moi. J’ai rencontré William, qui est devenu le grand frère que je n’ai jamais eu. Ensuite une succession de femmes toutes aussi belles que généreuses qui m’ont surpris en voulant partager des instants d’amitié avec l’être ignoble que je suis. Hewla qui fut ma sœur de cœur pendant un temps, Yuri qui me montra la beauté d’une naissance, Mary qui m’explique comment partir un lien de confiance, Paloma et Isabella me prenant sous leurs ailes. À ce que je sais, Paloma n’aime pas les hommes, mais m’apprécie. Ce qui est très bizarre, car je suis à peine mieux qu’un zombie. Mais la personne la plus importante à mes yeux c’est bien mon étoile. Phyllis m’a accepter comme je suis, m’embrasse, me caresse, accepte de dormir dans le même lit que moi, me dis des mots doux et me considère comme un homme. Et non une chose utile qui chasse et qui fait tout pour défendre le peu d’amis qu’il a. J’adore la voir, les yeux clos, quand je lui joue sa partition au violon. Je me sens bien avec elle comme je ne l’ai jamais été de ma foutue vie. Juste pour dire je pourrais mourir sans y penser pour sauver deux personnes sur cette planète, c’est sans hésiter William et Phyllis.

Arrête de penser dans ta tête espèce d’abruti congénitale, tu sais que tu n’es pas fait pour penser. Tu es fait pour chasser et ramener de la viande pour manger ce soir. Tu sais que Phyllis t’as murmuré à ton oreille qu’elle aimerait bien attendre le violon ce soir avant de se coller sur ta carcasse pour dormir? Alors, trouve de quoi manger et arrête de niaiser.

Je fais un demi-sourire pendant que je pense à ça. Demi-sourire, car sur l’autre côté de mon visage je n’ai qu’un rictus permanent. Mais un craquement sonore se fait entendre à environ 20 mètres de moi. Aussi près du Domaine,  drôle d’idées d’appeler ça de ce nom un couple de maisons plus ou moins délabré, je n’avais pas vraiment pris garde de me cacher aussi bien que je le fais. C’est peut-être un membre de l’Académie, un zombie ou bien encore un des pillards qui s’aventure près du terrain. Je ne sais pas alors je fais quelques pas rapides, mais tout à fait silencieux.  À ma gauche il y a un bosquet et à ma droite quelques arbres. Un débutant prendrait le camouflage le plus évidant, à savoir le bosquet. Mais un traqueur regarderait aussi dans cette cachette.

Papi m’a toujours dit d’aller dans le coin où les gens ne pensent pas à aller. Donc je m’accroupis près des arbres et je deviens une statue. Je sais qu’une fois William m’avait parlé de gargouilles au sommet des bâtiments. Des genres de monstres qui protègent les habitations. Je pourrais surement passer à une gargouille avec mon horrible faciès (merci à ma douce!). Je suis rendu invisible pour la grande majorité des gens. Un esprit de la forêt qui peut assouvir sa colère si l’envie me prend. Dans ma main droite se trouve mon vieux couteau de chasse. Si c’est un ennemi, je vais être comme le loup et attaquer de dos et en silence. Au son un peu plus rapide, je sais que c’est un humain. Trop rapide et aussi pas de grognement. Il essaie d’être discret. Mais pour moi chaque brindille craque aussi fort que le tonnerre. Si c’est une figure ami, je vais craquer une branche pour lui signifier que je suis là et aussi me cacher ma laideur. Je n’ai pas envie de me faire taper dessus encore à cause de ma tronche de zombie.

_________________________________________________


When Estelle asks Charlie “What are you doing?” Charlie sign “Watching your back. I don’t like it when you go off without me.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 333
Points : 1663
Date d'inscription : 09/05/2015
Age du Personnage : 26
Résidence du Personnage : QG des Offsprings of Freedom.
Emploi du Personnage : Survivante à temps plein.
Rumeur : Pas encore à ma connaissance.

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles:
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
20/20  (20/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
Ces temps ci je me sentais de bonne humeur. La vie avait repris son cours, j'avais retrouvé William et tous les membres de l'Académie, et tous ensemble nous œuvrions à construire un domaine sécurisé où il ferait bon vivre et où l'on ne se sentirait pas constamment menacés, que ce soit par des hordes de zombies ou bien par des pillards avides de nouvelles trouvailles... Les rayons du soleil brûlant sur ma peau me rappelaient les jours heureux d'avant l'épidémie, lorsque je vivais en Californie avec ma famille... Qu'est-ce que je pouvais aimer les plages de sable fin de Los Angeles ! J'y avais passé des heures et des heures... J'aurai presque pu sentir les grains filer entre mes doigts fébriles.. si je ne tenais pas Remington bien fermement entre mes deux mains. Secouant légèrement la tête pour me reprendre, j'avançais prudemment dans la zone boisée qui entourait le domaine de l'Académie.

Soren m'avait confié pour mission aujourd'hui de jeter un coup d'oeil aux alentours. Paraît il que l'un des nôtres aurait aperçu quelques zombies égarés qu'il aurait fallu reconduire... Il ne fallait pas que je me déconcentre, je n'étais pas tout à fait en terrain sûr actuellement. Et si mes pas se voulaient les plus lents et légers possible, je savais que ces monstres en quête de chaire fraîche avaient l'ouïe fine... Et puis, je n'étais pas vraiment camouflée dans toute cette verdure avec mes cheveux roux ! Un sourire léger prit place sur mes lèvres, je savais que William adorait cette couleur devenue encore plus rare après l'épidémie, et la réduction drastique de la population humaine encore bien vivante sur ce caillou... Et il fallait l'avouer, je n'étais pas peu fière de ma chevelure, même si elle avait grandement perdu de son éclat d'antan.

Le shampoing était monnaie beaucoup moins courante que ce que j'aurai souhaité à Salem ! Secouant la tête en me disant que de drôles de pensées traversait mon esprit, il fallait que je me concentre un peu plus que ça ou j'allais finir par ne pas voir arriver les possibles ennuis qui devaient sans doute planer au dessus de ma tête...  Je le savais, j'étais du genre assez.. malchanceuse, oui c'était le mot. Soudain, mon pied se posa sur une branche au sol, et un craquement sonore retentit, révélant ma présence... « Dans le genre discrète t'as du progrès à faire ma grande... » murmurais-je en soufflant, mécontente de moi. N'étais-je donc pas capable de me concentrer sur ma mission, ne serait-ce qu'un dixième de seconde ?

Tournant sur moi même pour observer les alentours, mes yeux se plissèrent. Je ne voyais rien pour l'instant, si ce n'est quelques arbres, du feuillage et des bosquets un peu partout... Pas de zombie, pas de grognement inquiétant, pas non plus de bête sauvage affamée... La chance avait elle décidé de me sourire de nouveau maintenant que j'avais retrouvé mon cowboy préféré ? Si ça avait été vrai cela ne m'aurait même pas étonné. Depuis qu'il était entré dans ma vie il ne m'avait apporté que de bonnes choses. Oui, c'était le cas de le dire, il avait été un vrai rayon de soleil pour moi, un souffle d'air pur, une bouffée d'oxygène dont j'avais plus que besoin. Un sourire prit place sur mon visage. Je tenais vraiment à William, et j'espérais ne jamais le perdre.

M'avançant de quelques pas un bruit au loin attira mon attention. Une biche ! Une biche qui prenait visiblement ses pattes à son cou, vu la vitesse à laquelle elle détala hors de mon champ de vision... Cette étrange scène me mit sur mes gardes. Un animal ne s'enfuyait pas sans raison, quelque chose lui avait fait peur et l'avait délogée... Et il fallait que j'aille jeter un coup d'oeil. Serrant mon remington entre mes mains, je commençais prudemment à m'avancer vers le lieu où je l'avais aperçu s'enfuir, progressant lentement et discrètement entre les arbres...

_________________________________________________



« It's the end of the world as we know it...
And I'm not afraid, 'cuz you're with me. »

If you hold my hand, promise me to never let go.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 213
Points : 1567
Date d'inscription : 08/05/2015
Résidence du Personnage : Dans le bois
Emploi du Personnage : Chasseur, pister la trace de son étoile
Rumeur : Il ne parle pas beaucoup

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles: 1
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
0/20  (0/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
H.R. : Sorry pour les fautes et la pauvreté du texte, je l'ai écris sur un cellulaire et je vais le corriger quand je vais avoir 10 minutes. Je veux juste pas ralentir Kelsey lol

Ma respiration est lente et mon cœur résonne à peine dans ma poitrine maigrichonne. Mon regard est fixe et je ne bouge pas d'un pouce. Le chasseur à pris le dominion et il est heureux de participer à cette chasse, où le chassé devient à cet instant l'être qui va décider de la vie ou de la mort de sa futur proie. Un reflet roux attire mon attention et j'associe ensuite le physique de la personne qui s'approche de ma cachette. C'est Kelsey, une jeune femme qui à l'air d'avoir des atomes crochus avec mon meilleur ami.  Je ne peux m'empêcher de faire un petit rictus en repensant aux discussions avec William. Ce dernier avait le même regard quand il parlait de la rousse  que dans le temps, quand il me parlait de Manami. Je ne suis pas très fort pour dégotter les sentiments des gens, mais je sais que la relation entre lui et Kelsey est comme à part. Au même niveau de complicité que celle qu'il avait avec Manami. Je ne sais pas pourquoi il adore me parler à ce point, mais je sais qu'il se croit maudit en quelque sorte. Que toutes les femmes qu'il a aimer sont mortes. Et qu'il doute de laisser ses sentiments reprendre le dessus. Mais William m'avait dit de tout dire à Phyllis et il n'y a pas un jour que je regrette de l'avoir fait. Même si j'étais terrorisé par ça. Il doit en parler, car comme il m'avait dit à l'époque, demain ce sera peut-être ton dernier jour alors tu n'as rien à perdre.

Merde de hell connard arrête de penser à ça espèce de triple cloche. Tu es là pour chasser et non penser à des choses que tu ne comprend pas. Tiens elle a vu la biche, mais pourquoi elle lève sa carabine? C'est trop bruyant ce truc!

Je suis sa visée et je vois la queue blanche du cervidé se lever et ses oreilles se redresser. Kelsey à fait un peu de bruit, mais nous sommes contre le vents. La tête de l'animal pivote vers l'arrière et elle commence à sautiller pour mettre de la distance entre elle et une menace. Je voulais la laisser tranquille, car je sais que le mâle aurait sorti dans peu de temps pour rejoindre sa femelle et pour moi, le ratio de viande chez ce gros 10 pointes est nettement supérieur à la petite biche. Je respire en grand et je sens l'odeur de décomposition. Et maintenant le bruit de branche cassé me signale que des zombies viennent de débouler dans la clairière. Je me lève alors de ma cachette et je me déplace vers la rousse de mon pas silencieux et fantomatique. Elle regarde encore la direction de la fuite de l'animal et dans quelques instants les zombies vont la remarquer, debout comme elle est.  Rapidement je lève ma main gauche, celle qui est encore plus au moins intact, pour attirer sa vision périphérique. Aussitôt elle pointe sa Remington dans ma direction et je pivote mon visage pour cacher mes cicatrices. Je ne veux pas qu'elle tire par reflexes en voyant ma gueule de zombie. Dema main gauche je la pointe et je descend ensuite, paume vers le sol, dans un signe pour lui dire de se cacher. J'amorce le mouvement de mon côté et je redeviens invisible pour les deux charognards qui suivent le dernier mouvements qu'ils ont repérer. Je fais les deux mètres qui me sépare de Kelsey dans un silence qui n'est troublé que par les pas maladroits et les grognements de faim des deux charognards.

Rendu près d'elle , je cache mes cicatrices du mieux que je peux. Je ne la connais pas beaucoup et je ne veux pas la gêner  par ma présence. Phyllis, William et la Meute me connaissent bien et je me sens à l'aise  avec eux. Mais je me sens toujours à part quand je suis près des gens de l'académie.  Ils sont très intelligent et instruit. Moi je ne connais que le bois et j'ai stopper les études au secondaire 2. Je ne pouvais plus aller à l'école après mon accident. Donc je reste le plus clair de mon temps seul dans les bois en train de chasser, avec mon étoile à discuter et à rester près l'un de l'autre,  lui jouer sa partition et d'autres morceaux au violon. William  vient régulièrement  m'écouter et des fois j'ai  vu Kelsey avec lui. Mais c'est la première  fois que je suis seul avec elle. Je tremble un peu d'angoisse,  car je ne veux pas la rendre mal à l'aise. Je pointe sa carabine et je fais non de la tête. Je sort le Glock avec silencieux du holster de ma cuisse gauche et je lui tends. William  ma dit qu'elle  été un prodige de la gâchette.  Je lui fait un petit sourire crispé. Au moins c'est ce qu'elle voit et non le rictus permanent de mon côté droit. Je laisse glisser mon arbalète  de chasse sur mon flanc car il est retenu par sa bretelle. Je sors mon pistolet calibre 22 avec silencieux et je pointe le zombie le plus à droite.  Je ferme mes yeux pour laisser les bruits m'envahir. Pas d'autres bruits de branche cassé.  Un dernier tour d'observation  et à part les deux charognards, rien à déclarer. Mon regard reluit, signe que le chasseur venait de reprendre le dominion. Un tir à moins de 25 mètres dans une zone dégager. Mon sourire s'accentue et j'attends que la rousse tire pour entrer moi aussi dans le bal. La voix de Papi résonne dans ma tête pendant que le guidon et ma mire s'alignent sur la nuque du charognard.

Respire. Expire. Respire. Expire. Bloque ton expiration à la moitié  pour avoir la meilleur visée  possible...

_________________________________________________


When Estelle asks Charlie “What are you doing?” Charlie sign “Watching your back. I don’t like it when you go off without me.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 213
Points : 1567
Date d'inscription : 08/05/2015
Résidence du Personnage : Dans le bois
Emploi du Personnage : Chasseur, pister la trace de son étoile
Rumeur : Il ne parle pas beaucoup

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles: 1
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
0/20  (0/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
Sorry pour le double post, mais je me demande si au bout de 11 jours je vais avoir une réponse? Smile

_________________________________________________


When Estelle asks Charlie “What are you doing?” Charlie sign “Watching your back. I don’t like it when you go off without me.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 333
Points : 1663
Date d'inscription : 09/05/2015
Age du Personnage : 26
Résidence du Personnage : QG des Offsprings of Freedom.
Emploi du Personnage : Survivante à temps plein.
Rumeur : Pas encore à ma connaissance.

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles:
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
20/20  (20/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
La présence de Charlie me fait sursauter et sortir de mes pensées. Pointant par réflexe mon fusil dans sa direction, je le vois cacher la partie brûlée de son visage. Baissant doucement mon arme, je lui fis un sourire avant de m'exécuter lorsqu'il me fit signe de m'accroupir. Je ne le connaissais pas très bien, à vrai dire je ne l'avais pas beaucoup croisé au domaine, si ce n'est quand William m'emmenait le voir jouer du violon. Mais je sais que le cowboy tient beaucoup à lui, un peu comme on tient à un petit frère, et je trouve leur relation très touchante. De même que Phyllis, c'est beau de savoir qu'elle a su passer au délà des cicatrices du chasseur... Je ne pense pas que j'aurai pu en faire de même personnellement, malgré toute ma gentillesse je... En fait, j'avais mal pour lui lorsque je regardais ses cicatrices.

Des bruits caractéristiques de zombies, comme des grognements et des déplacements pas du tout silencieux parviennent jusqu'à mon oreille, et je vois alors Charlie me tendre un glock 17 avec un silencieux, après m'avoir fait très clairement comprendre que mon fusil était beaucoup trop bruyant. Il pointe alors le zombie à droite, me laissant donc celui de gauche. Fermant un œil, j'attendis quelques secondes avant de loger une balle en plein dans la boîte crânienne de l'infecté que je visais, qui s'écroula immédiatement au sol, inerte. Dans le même temps, Charlie acheva sa cible également, écartant tout danger autour de nous pour l'instant. Souriant, je tendis le glock à Charlie. « Merci, il faudra que je pense à me trouver un silencieux pour mon Remington. »

Me relevant, je sentis la petite radio accrochée à ma ceinture grésiller, avant d'entendre un message : « Kelsey c'est Franck, William te cherche partout ! ». M'arrachant un petit rire, je décrochais le talkie walkie et répondais dans la seconde : « J'arrive de suite, dis à Soren que j'ai éliminé les zombies s'il te plaît, avec l'aide précieuse de Charlie. » Mon regard se tourna vers Charlie et je lui souriais avec un air désolée : « Je dois y aller, excuse moi. J'espère qu'on pourra faire plus ample connaissance un de ces jours ! » Passant la sangle de mon Remington sur mon épaule pour pouvoir porter mon fusil à l'arrière, je fis un signe de main au muet pour lui dire au revoir et repartais en direction de l'enceinte du domaine où visiblement j'étais très attendue !

HRP:
 

_________________________________________________



« It's the end of the world as we know it...
And I'm not afraid, 'cuz you're with me. »

If you hold my hand, promise me to never let go.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 213
Points : 1567
Date d'inscription : 08/05/2015
Résidence du Personnage : Dans le bois
Emploi du Personnage : Chasseur, pister la trace de son étoile
Rumeur : Il ne parle pas beaucoup

Gestion du Personnage
Points "6e sens" disponibles: 1
Nombre de RPs en extérieurs complétés:
0/20  (0/20)
Santé (blessure/maladie):
avatar
J’apprends encore les méthodes de chasse de mon Alpha. Nous avançons le plus silencieusement possible de notre futur diner. Un lièvre mange de l’herbe juste en avant de nous et nous nous plaçons pour l’encercler. J’adore ce frisson qui me fait sentir si vivant. Je suis peut-être un louveteau, mais déjà je rêve d’avoir ma propre meute. Je sais que je pourrais être meilleur que mon père. Mais là je suis trop confiant et je fais du bruit. Le lièvre lève les oreilles et part comme une flèche quand ma mère sort de sa cachette pour lui sauter dessus. Notre dîner se sauve dans son terrier et mon père, notre Alpha me regarde méchamment. Je me fais alors tout petit et je recule. Quand il s’approche de moi, je me jette au sol, me roule sur le dos et lui autres ma gorge pour lui prouver ma soumission. Il l’accepte et alors on entend un bruit d'enfer qui se dirige vers nous. Je vois quatre monstres à l’apparence de primates qui foncent sur nous. Aussitôt notre petite meute s’enfuit.

Nous nous sauvons, moi et ma meute vers notre grotte pour nous cacher des singes pas de poils qui sentent la mort. Mes sœurs et moi nous sommes devant, maman dernière et papa ferment la marche pour nous protéger. Mes petites pattes courtes à toute vitesse et je dérape en tournant le coin pour entrer dans notre cachette. Mes sœurs et ma mère arrivent et mon père aussi. Mais il grogne en reculant. Quatre humains qui puent la charogne entrent. Mon père hurle son défi et se propulse sur le premier. Le singe pas de poils tombe au sol et la tête éclate. Mais les trois autres tombent sur mon alpha et commencent à le dépecer. Je veux charger dans le tas pour aider mon Alpha, mais je sais que je suis trop petit. Ma mère essaie de se faufiler avec mes sœurs. Moi je suis en arrière et je gronde pour faire diversion. Toute ma famille s’est fait tuer lors de cette bataille sauf une de mes sœurs. Les puants bloquant l’entrée et empêcher la fuite. On s’est réfugié au fond de la grotte et je me suis planté sur mes petites pattes pour la protégée. Je jappe et grogne, mais c’est pathétique de ma part. Ma petite sœur se couche au sol et elle a mal. Je vois du sang couler de son pelage. Je sautille sur place pour essayer d’attirer l’attention des monstres sur moi et non sur ma sœur.

_________________________________________________


When Estelle asks Charlie “What are you doing?” Charlie sign “Watching your back. I don’t like it when you go off without me.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Piste fraîche menant à un tas de pourriture
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [bug] Piste cyclable et éclosion
» [Évènement] Bal de Noël ~ [PISTE DE DANSE]
» Attention ! Peinture fraîche
» Piste de danse
» Un sacré jeu de piste... (PV Philippe d'Artagnan)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Zombie Apocalypse :: Espace Jeu Libre :: Zone Flash-Back-